Symptômes et traitement des symptômes de sevrage dans l'alcoolisme

La dépendance à l'alcool présente un danger pour une personne en acquérant toute une gamme de troubles mentaux et physiques. Les troubles pathologiques se manifestent activement, infligeant un coup écrasant à tous les mécanismes de l'activité vitale du corps. Se débarrasser d'une mauvaise habitude n'est pas facile. Après tout, un arrêt soudain de la consommation de boissons alcoolisées après une longue frénésie provoque des symptômes de sevrage dans l'alcoolisme.

  • Qu'est-ce que l'abstinence
  • Les symptômes de sevrage
  • Signes de retrait
  • Méthodes de traitement des maladies

Syndrome de sevrage dans l'alcoolisme

Qu'est-ce que l'abstinence

Abstinencia est synonyme d'abstinence. La pathologie étant diagnostiquée chez les alcooliques, elle est reconnue comme le principal symptôme de la dépendance. Le syndrome de sevrage alcoolique est caractérisé par le fait qu'après l'arrêt du cycle constant d'utilisation de substances qui contribuent au développement de la dépendance, des changements dans l'état fonctionnel du corps se produisent. Une telle substance devient un besoin vital du corps, car elle a rejoint la composition des processus biochimiques du sang. En l'absence de la dose d'alcool nécessaire, l'abstinence se produit, provoquant un syndrome de sevrage alcoolique.

Quelle est la différence entre les symptômes de sevrage et la gueule de bois

Des manuels spéciaux donnent une définition claire du concept de syndrome de sevrage alcoolique. Le libellé caractérise les symptômes de sevrage alcoolique, étant donné les signes d'une gueule de bois. Ce syndrome apparaît dans l'alcoolisme chronique. Il se caractérise par une détérioration de la santé due à l'incapacité de prendre une dose d'alcool. Les symptômes indiquent la nécessité de reconsommer les boissons alcoolisées.

Habituellement, dans la vie quotidienne, il y a un entrelacement terminologique, quand une gueule de bois est la réponse du corps à une quantité excessive d'alcool bu, ce qui a provoqué une intoxication par des substances toxiques. Le vomissement devient une telle réaction bien connue de l'organisme. La présence de vomissements indique l'inclusion de la fonction adaptative du corps sur le facteur nuisible à la santé.

Le matin du «syndrome post-intoxication» est connu pour des maux de tête, une faiblesse et une sensation aiguë de soif. Une personne éprouve une aversion pour l'alcool et, en cas d'utilisation répétée, la condition s'aggrave. Par conséquent, l'affirmation populaire selon laquelle vous pouvez éliminer la gueule de bois avec une nouvelle dose d'alcool éthylique est une illusion..

Avec le sevrage alcoolique, les symptômes apparaissent en l'absence d'alcool dans le sang des alcooliques, car le métabolisme et le fonctionnement normal du corps avec l'alcoolisme sont perturbés. En cas d'alcoolisme chronique, le premier verre du matin normalise rapidement les paramètres sanitaires et physiologiques..

Les symptômes de sevrage

Soulignons les principaux symptômes du syndrome de sevrage alcoolique (SAA):

  • sauter la pression artérielle;
  • sentiment d'incertitude dans la détermination de votre position spatiale;
  • perte d'équilibre;
  • vomissements, diarrhée;
  • membres tremblants;
  • aversion pour la nourriture;
  • peau pâle;
  • prostration;
  • désorganisation mentale du comportement;
  • dépression.

Les alcooliques ont une fréquence cardiaque accrue et un essoufflement. Cet ensemble de symptômes de l'alcoolisme chronique est complété par une augmentation de la température corporelle et de la fièvre. La conscience d'une personne est confuse, l'insomnie s'installe, les cauchemars rêvent la nuit et, au réveil, un syndrome hallucinogène s'installe. Une telle personne devient socialement dangereuse. Il est nécessaire de fournir l'assistance nécessaire pour le soulagement médicamenteux des symptômes.

Ces signes permettent au médecin de diagnostiquer l'alcoolisme chez un patient. Le syndrome de sevrage alcoolique survient quelques heures après l'arrêt de la consommation d'alcool. L'apparition de symptômes sans autre consommation d'alcool, une forte envie de boire et une amélioration de l'état à la reprise de la consommation, indiquent que la consommation d'alcool est régulière et prolongée. Et le résultat de la dépendance des alcooliques était "l'infusion" d'alcool dans les processus métaboliques. Ce phénomène est dû à l'apparition d'un état d'alcoolisme chronique de stade 2. Le développement du sevrage alcoolique se produit après deux ans d '«expérience» de la dépendance néfaste des alcooliques. Il existe des cas connus d'apparition de la maladie beaucoup plus tôt..

Signes de retrait

L'apparition d'un certain stade des symptômes de sevrage peut être déterminée par les signes suivants:

  1. Symptômes de sevrage non compliqués. Elle se caractérise par le besoin d'une personne de consommer des boissons alcoolisées. L'état de santé s'aggrave en raison du tremblement de la langue, des contractions des yeux, de la transpiration élevée, des crises de vomissement, de l'augmentation du rythme cardiaque, des troubles de la pression et d'autres signes caractéristiques de dépendance à l'alcool.
  2. État convulsif de retrait. Elle s'accompagne de convulsions épileptiques du patient avec des symptômes concomitants d'un alcoolique.
  3. État de sevrage avec conscience altérée. La condition est causée par la présence de symptômes caractéristiques du SAA, aggravés par des troubles psychosomatiques: confusion de conscience, hallucinations et autres anomalies somatiques.

Seuls quelques patients peuvent prendre une décision ferme quant au refus de l'alcool. Habituellement, le patient s'abstient de boire de l'alcool pendant un certain temps, puis revient à son mode de vie antérieur. Si le traitement du syndrome de sevrage alcoolique n'est pas appliqué à temps, le patient retombe dans une autre frénésie. La durée de la frénésie augmentera progressivement. Sevrage alcoolique plus sévère après une frénésie prolongée.

Traverser les trois premiers jours n'est pas facile. Cette période est accompagnée de convulsions alternées avec miction involontaire. Il est difficile pour une personne faible de résister à de tels retraits et il s'effondre. La nouvelle dose élimine les signes d'une crise, le patient est soulagé. Mais c'est un remède trompeur et la route de l'ivresse redevient ouverte. Les symptômes de sevrage durent généralement 4 à 5 jours.

Complications du syndrome de sevrage alcoolique

Il existe des cas connus d'un tableau clinique complexe dû au sevrage alcoolique. Considérez les cas d'utilisation suivants:

  1. Attribution de vomi copieux avec présence de sang et de bile. Un phénomène dangereux qui provoque des saignements du tractus gastro-intestinal.
  2. Inflammation des hémorroïdes.
  3. Saignement intestinal. Vous pouvez déterminer une complication dangereuse par la couleur des matières fécales. Si les masses sont de couleur sombre, vous ne pouvez pas hésiter, appelez de toute urgence une ambulance.
  4. Œdème cérébral toxique. En l'absence des mesures thérapeutiques nécessaires, une personne tombe d'abord dans le coma, après un certain temps, elle peut mourir.

Méthodes de traitement des maladies

Le traitement dans une clinique spécialisée neutralisera les conséquences du sevrage alcoolique, préviendra d'autres troubles mentaux.

Traitement hospitalier

Après avoir établi le tableau clinique de la maladie, le narcologue détermine la méthode de traitement et le traitement médicamenteux nécessaire. Combien de temps dure le traitement et ce qui est nécessaire pour cela, le médecin le dira lors de l'examen du patient. La pharmacothérapie est généralement prescrite après le diagnostic d'un état alcoolique prolongé chez un patient. Ainsi, au troisième stade, le soulagement du syndrome de sevrage alcoolique est effectué, neutralisant tous les symptômes de la maladie en utilisant des médicaments spéciaux. Chaque type de traitement est sélectionné en tenant compte des maladies chroniques existantes et des caractéristiques individuelles du corps du patient.

Le soulagement du syndrome de sevrage alcoolique est effectué par perfusion intraveineuse goutte à goutte d'hémodez, de rhéopolyglucine, de glucose à 5%. Des injections de préparations contenant des groupes thiol, des vitamines des groupes B, C sont utilisées. En outre, la pharmacothérapie est réalisée en combinaison avec de tels médicaments:

  1. Dépresseurs du système nerveux central - benzodiazépines. Les représentants populaires de ce groupe pharmacologique sont le chlordiazépoxyde, le valium. Les médicaments soulagent l'agitation psychomotrice et l'agitation anxieuse, procurant un effet sédatif. Les médicaments ne provoquent généralement pas d'effets secondaires et ne créent pas de dépendance. Si des contre-indications à certains des composants sont identifiées, un traitement thérapeutique est effectué avec des comprimés de nozépam ou de lorazépam.
  2. Β-bloquants. Le médicament a un effet antihypertenseur et antiarythmique et est indiqué en thérapie conjointe avec des benzodiazépines. Dans le cas d'une forme légère d'AAS, une monothérapie médicamenteuse de bêtabloquants est utilisée.
  3. Dérivés de l'acide barbiturique - barbituriques. Avant l'avènement des benzodiazépines, ces médicaments étaient auparavant utilisés en narcologie. Dans le monde moderne, les médicaments sont utilisés plus souvent pour éliminer les symptômes de la gueule de bois.

Un traitement correctement prescrit par un narcologue aidera le patient à se séparer de l'envie d'alcool et à stabiliser son état.

Faire face au sevrage alcoolique ne guérit pas la forme chronique de la maladie. Après avoir effectué la thérapie nécessaire, un traitement utilisant des procédures psychothérapeutiques est autorisé.

Thérapie mentale

Les liquides contenant de l'alcool, pénétrant dans le corps, affectent initialement le système nerveux central. En conséquence, la maladie ne peut disparaître qu'après avoir pris des médicaments. Les médecins des dispensaires de stupéfiants utilisent des méthodes pour influencer la psyché humaine. Les séances de psychothérapie sont considérées comme une méthode efficace. Un psychothérapeute expérimenté trouve rapidement un langage commun avec le patient et mène des conversations franches, au cours desquelles le patient exprime la présence de troubles à l'état général - moral et physique. Il peut parler de ses peurs, de ses angoisses, de son humeur apathique.

Une variante du codage de l'alcoolisme par la méthode Dovzhenko est connue. L'essence de cette technique est d'inculquer au patient une attitude négative envers l'alcool sous hypnose. Un tel traitement est considéré comme humain, inoffensif et montré à quiconque veut se débarrasser de la maladie perverse. La méthode est particulièrement efficace pour les personnes qui ont une volonté volontaire d'arrêter de boire, mais qui ne sont pas arrivées à l'insistance de parents et d'amis.

Thérapie de remplacement de vitamines

L'élimination des nutriments du corps de l'alcoolique ou leur absence totale en raison d'une mauvaise nutrition menace de carence en vitamines. Une quantité insuffisante de vitamines et de minéraux entraîne une mauvaise santé globale du toxicomane. La thérapie vitaminique favorise une récupération rapide. En plus du glucose, les patients se voient généralement prescrire du fructose, de la lactoflavine. La thérapie vitaminique n'apporte que des avantages, aucune contre-indication et aucun effet secondaire n'a été observé chez aucun patient.

Reprise d'une bonne nutrition

On sait que les alcooliques consomment plus souvent des aliments uniquement comme collation. Par conséquent, le régime alimentaire d'un alcoolique est plutôt maigre et n'est pas moins dangereux que les liquides contenant de l'alcool qu'il utilise. La particularité d'une longue période sans nourriture pour une personne souffrant d'alcoolisme se manifeste dans le fait que l'alcool est considéré comme un produit riche en calories, par conséquent, les ivrognes ne ressentent pas la faim immédiatement.

En plus du manque de vitamines et de substances minérales, l'estomac de l'alcoolique est constamment soumis au stress et aux attaques toxiques. La conséquence d'une telle connivence est des maladies gastro-entérologiques évidentes. Un certain nombre de procédures complémentaires aideront à éliminer une telle violation ennuyeuse. Il sera nécessaire de rétablir l'équilibre eau-sel, d'éliminer les toxines et de normaliser les fonctions du tractus gastro-intestinal. Ceci est facilité par une alimentation équilibrée, représentée par l'inclusion de légumes, de viande maigre, de produits à base d'acide lactique.

Méthode réflexe conditionnée

Le syndrome de sevrage alcoolique est traité au niveau réflexe. Ce type de traitement pour alcooliques se justifie par le développement d'une réaction négative du corps à la présence d'alcool. Ainsi, après avoir utilisé le médicament nécessaire, le patient commence à ressentir des nausées, des étourdissements, des palpitations pour le goût ou l'odeur des produits contenant de l'alcool. Habituellement, un remède d'origine végétale naturelle est utilisé, ce qui provoque initialement une légère intoxication, ne progressant qu'après avoir bu des dérivés d'alcool éthanolique. La procédure nécessite un contrôle, par conséquent, elle est souvent stationnaire.

Traitement d'abstinence à domicile

Le traitement à domicile d'un patient souffrant d'alcoolisme est assez courant. En effet, beaucoup de gens ne se considèrent pas comme des alcooliques, mais admettent inconsciemment la présence d'un fait. Par conséquent, presque toutes les personnes diagnostiquées avec l'alcoolisme ont vécu la première expérience de la maladie à la maison. Les chaînes de pharmacies distribuent librement certains médicaments qui aident à surmonter la dépendance à l'alcool, par exemple Proproten. Le médicament favorise l'élimination rapide de l'alcool et la neutralisation des symptômes prononcés, fournissant un effet antihypoxique, neuroprotecteur et anti-sevrage. Les médicaments prescrits par le médecin aident l'alcoolique à améliorer son sommeil irrégulier. Ces médicaments peuvent être:

  • phenibut;
  • relanium;
  • donormil;
  • phénazépam.

Vous ne pouvez pas acheter de médicaments vous-même, seul un médecin peut rédiger une ordonnance. L'utilisation indépendante de sédatifs de valériane, agripaume est autorisée. Ils améliorent le sommeil et apaisent légèrement les symptômes prononcés de l'intoxication alcoolique..

Une décoction à base d'herbe d'absinthe a montré son efficacité pas mal. Possédant un effet adoucissant, il élimine rapidement les signes de sevrage. Vous pouvez trouver de nombreuses recettes à base de plantes parmi les herbes, les épices et même les céréales disponibles. Pour vous débarrasser des sentiments d'anxiété, d'anxiété, de rythme cardiaque rapide, vous pouvez utiliser le valocardin ou le corvalol. De telles manipulations contribuent au rejet des aliments à base d'éthanol par l'organisme..

Le traitement à domicile du syndrome de sevrage alcoolique est considéré comme une auto-médication et comporte certains risques. Après une mauvaise combinaison de médicaments et même de méthodes de médecine traditionnelle, la condition physique de l'alcoolique peut être aggravée. Les stades avancés d'abstinence d'alcool du patient présentent un danger social pour les autres. L'agression et le manque de maîtrise de soi peuvent entraîner des souffrances physiques chez les proches.

Comment diagnostiquer et traiter les symptômes de sevrage alcoolique?

Le syndrome de sevrage est un complexe de troubles neuropsychiatriques. Nous sommes ennuyeux sur fond d’arrêt brutal ou de réduction du dosage d’alcool, de nicotine ou de substances psychotropes. Cet état est causé par le désir du corps d'atteindre l'état habituel sans influence extérieure..

Qu'est-ce que le syndrome de sevrage alcoolique?

La pathogenèse des symptômes de sevrage

Symptômes et classification du syndrome

Combien de temps durent les symptômes de sevrage?

Traitement des symptômes de sevrage

Tranquillisants et somnifères

Vitamines et préparations ioniques

Stimulants des récepteurs α2-adrénergiques postsynaptiques

Traitement de sevrage à domicile

Complications des symptômes de sevrage

Commentaires et critiques

Qu'est-ce que le syndrome de sevrage alcoolique?

Syndrome de sevrage ou de gueule de bois - du latin abstinentia - abstinence. Un groupe de symptômes qui surviennent après un arrêt brutal de la prise de substances psychotropes. La durée de la période d'abstinence dépend du type de médicaments pris et de l'état de santé général de la personne. En outre, le délai pour la durée de la période de sevrage sera affecté par la posologie avant l'abstinence..

Est l'une des composantes de la dépendance. En 2007, l'Organisation mondiale de la santé a introduit les symptômes de sevrage dans la classification internationale des maladies CIM 10 (code F10).

La pathogenèse des symptômes de sevrage

L'apparition de symptômes de sevrage est associée à l'absence de certaines substances dans le corps. Cela peut être de l'alcool éthylique et des drogues. Typique pour les personnes souffrant d'une forme aiguë ou chronique d'alcoolisme ou de toxicomanie.

Les adolescents sont plus enclins à l'accoutumance et à la dépendance. Cela se produit sous l'influence du statut social, de la disponibilité des boissons alcoolisées et des produits du tabac. Ainsi, chez les adolescents, la dépendance se développe quelques années après le premier fait de boire de l'alcool. Chez la femme, une forte dépendance se forme au bout de 3 ans et expose le corps à de fortes transformations..

La dépendance est la principale cause des symptômes de sevrage. Le corps, sous l'influence de facteurs externes et de la présence constante d'irritants dans le corps, se reconstruit. Les organes internes travaillent avec les violations. Le système nerveux est déprimé et les hormones ne sont plus produites. Le corps ne perçoit pas cette condition comme une maladie et bloque la production d'anticorps et ne combat pas les maladies, le système immunitaire est également supprimé.

C'est également la raison du développement de telles pathologies chez les nouveau-nés ou les enfants prenant du lait maternel. Ceci est provoqué par le fait que la mère a été exposée à l'alcool, à la nicotine ou à des drogues pendant la grossesse ou l'allaitement. Des doses mineures affectent également la santé de l'enfant..

Des changements métaboliques, mais beaucoup moins prononcés, se produisent avec l'utilisation constante d'autres substances.

Ceux-ci inclus:

  • nicotine;
  • théobromine;
  • caféine;
  • éther, etc..

Symptômes et classification du syndrome

La durée du temps d'attente est déterminée par la posologie et la condition physique générale de la personne. Un signe d'une période de sevrage alcoolique peut également être des tremblements dans les mains au stade 2 de la maladie..

Le sevrage alcoolique peut provoquer des troubles associés:

  • somatique;
  • mental;
  • neurologique.

La présence de tout signe est due au type spécifique de dépendance. Les symptômes les plus graves du syndrome de sevrage peuvent être exprimés lors du refus de drogues, plus faibles - avec alcoolisme, légèrement - avec le tabagisme.

Signes et symptômes de sevrage de l'alcool:

  • un désir soudain et croissant de consommer le plus d'alcool possible;
  • la peau devient pâle;
  • augmentation de la transpiration;
  • crises soudaines de migraine ou de vertiges;
  • nausées sévères;
  • toxicose alcoolique;
  • Vomir du sang;
  • serrer des mains;
  • un fort changement des habitudes de sommeil, jusqu'à l'éveil pendant 48 heures;
  • augmentation des niveaux d'agression et d'irritabilité;
  • sautes d'appétit, de l'apathie à la gourmandise;
  • fortes surtensions;
  • violation du rythme cardiaque;
  • essoufflement même avec le moindre effort;
  • sautes d'humeur, troubles mentaux;
  • œdème facial;
  • une forte libération et une rougeur des protéines oculaires;
  • bouche sèche et soif;
  • intolérance aux sons forts;
  • Mal au cœur;
  • hallucinations auditives et auditives;
  • dépression croissante;
  • perte d'orientation temporelle et spatiale;
  • pensées suicidaires.

En fonction du sexe, du type de substance à partir duquel se déroule le processus de sevrage, de l'âge, un ou plusieurs symptômes peuvent apparaître. Le stade de l'échec affecte le temps nécessaire pour éliminer les symptômes et en prévenir de nouveaux..

Si un nouveau-né est sujet au sevrage, les symptômes sont les suivants:

  • humeur constante et croissante;
  • tremblements de tous les membres et de la tête;
  • augmentation de l'appétit, mais le poids ne change pas;
  • régurgitation et diarrhée;
  • fièvre sévère et augmentation de la température corporelle.

Dans la vidéo de l'auteur de "Health TV", vous pouvez en apprendre davantage sur les signes d'abstinence, le comportement d'un alcoolique et comment traiter les symptômes de sevrage..

Combien de temps durent les symptômes de sevrage?

La durée de la période d'attente est déterminée par la qualité et la quantité de médicaments et de stimulants pris. Le délai sera d'environ quelques jours à un mois. Selon l'état de santé du patient, les symptômes de sevrage peuvent durer différemment.

Le syndrome de sevrage alcoolique a une durée:

  1. 2-4 jours. Cette période est due à l'utilisation d'une thérapie précise, à la prise de médicaments et au séjour à la clinique. Le soutien psychologique peut également aider à raccourcir la période de sevrage..
  2. 2-12 jours. Pendant cette période, l'abstinence passe si le patient n'a pas eu recours à un traitement ambulatoire ou hospitalier. La rechute de la dépendance peut entraîner des dommages irréparables à l'état mental et neurologique d'une personne.

Traitement des symptômes de sevrage

Caractéristiques du traitement des symptômes de sevrage:

  1. Le traitement du syndrome de sevrage alcoolique est mieux fait dans des cliniques de réadaptation spéciales. Le personnel accompagne le patient à tous les stades de développement et d'atténuation de l'abstinence.
  2. Le traitement est effectué individuellement, en fonction des résultats des tests et des informations du patient.
  3. Pendant les 3-5 premiers jours, la désintoxication est obligatoire. Compte-gouttes contenant une solution saline en combinaison avec des vitamines B1 - B6. Des antihistaminiques sont introduits pour réduire la toxicité de l'alcool éthylique.

La thérapie est effectuée en utilisant les moyens suivants:

  • injection intramusculaire de complexes vitaminiques;
  • solutions salines administrées par un compte-gouttes;
  • élimination de l'intoxication au charbon actif;
  • lavage gastrique;
  • le travail d'un psychiatre pour arrêter les maladies neurologiques;
  • médicaments de restauration à usage général;
  • sédatifs, antidépresseurs qui réduisent l'anxiété et l'anxiété;
  • sédatifs puissants pour éliminer la psychose aiguë;
  • psychothérapie spécialisée.

Tranquillisants et somnifères

Avec l'aide de tranquillisants (anxiolytiques), la tension émotionnelle, l'anxiété déraisonnable et la peur panique sont réduites. Vous permet d'abandonner des médicaments plus puissants.

Les principaux effets d'un médicament tranquillisant:

  • anxiolytique ou anti-anxiété;
  • apaisant;
  • relaxant musculaire;
  • effet hypnotique;
  • stabilisation du système vasculaire et de la fonction cardiaque;
  • réduit le risque d'attaque convulsive;
  • amnésique.

Plusieurs types de tranquillisants peuvent parfois avoir des effets supplémentaires:

  • psychostimulant (Medazepam, Oxazepam, Tofizopam);
  • thymoanaleptique (Alprazolam);
  • antiphobie (clonazépam).

Il est nécessaire d'utiliser ces médicaments uniquement à des doses minimales pour supprimer le stress et l'anxiété. Les doses doivent être strictement réglementées afin de ne pas développer l'accoutumance ou la substitution du patient à la dépendance.

Les somnifères (hypnotiques) induisent un état de sommeil ou facilitent l'apparition du sommeil paradoxal. Raccourcir le temps d'endormissement et allonger la longue phase de sommeil. Tous les médicaments ont un effet différent sur le rapport entre le sommeil paradoxal et le sommeil lent, ce qui peut entraîner un stress supplémentaire. Pour arrêter l'effet de l'insomnie, les médicaments les plus préférables sont ceux qui ont un effet minimal sur la structure et la physiologie du sommeil (Zopiclone, Zolpidem).

Les médicaments anti-stress puissants ou contre la psychose progressive ne sont utilisés qu'en dernier recours.

Stimulants neurométaboliques

  1. Les stimulants neurométaboliques (nootropiques, cérébroprotecteurs) activent les processus dans le cerveau supprimés par le médicament de la toxicomanie, ont un effet nutritionnel. Avoir un effet positif sur la résistance au stress.
  2. Dans le traitement du syndrome de sevrage alcoolique, des stimulants complètent la thérapie de désintoxication en cours.
  3. Sous l'influence des neurostimulants, les maux de tête, l'apathie et la dépression disparaissent après quelques jours. Il y a un sentiment de clarification des pensées, des rêves dérangeants et une diminution de l'agitation. Le sentiment d'être dépassé disparaît.
  4. Les médicaments neurométaboliques ont un effet positif significatif sur le traitement et la réduction du syndrome de sevrage alcoolique. S'applique uniquement à l'étape ancrée.

Les nootropiques les plus courants:

  • Piracetam;
  • Pantogam;
  • Aniracétam.

Vitamines et préparations ioniques

Pendant la période de dépendance, de gueule de bois ou de frénésie, l'absorption intestinale du magnésium et du potassium est altérée. L'absence ou la violation dans l'ensemble de micro-éléments de ces éléments conduit à des conséquences négatives.

  • tics nerveux ou contractions incontrôlées des groupes musculaires;
  • incohérence de l'action musculaire;
  • mains tremblantes;
  • vertiges (étourdissements, perte d'équilibre);
  • manque de sommeil;
  • agressivité accrue;
  • tension;
  • anxiété;
  • dystonie vasculaire.

Les doses de sulfate de magnésium déterminées pour le traitement sont administrées par perfusion dans le sang ou le muscle. Peut être prescrit dans les premiers jours suivant l'apparition du sevrage alcoolique. Ensuite, il est possible de prendre des médicaments par voie orale, orale.

Dans le traitement des symptômes de sevrage, il est nécessaire de prendre des vitamines des groupes B, C et PP. D'autres groupes de vitamines peuvent être utilisés moins souvent et nécessitent une sélection individuelle.

De plus, des solutions sont prescrites:

  • chlorure de thiamine 5%;
  • chlorhydrate de pyridoxine à 5%;
  • acide nicotinique 0,1%;
  • acide ascorbique 5%.

Préparations vitaminées courantes:

  • Iodomarine;
  • Iodure de potassium;
  • Complivit.

Médicaments hépatotropes

La nomination de ces médicaments est effectuée dans le traitement de la dépendance et de la dépendance à tous les types de drogues et de substances du groupe narcotique et à toutes les étapes du processus de traitement. Il peut également être utilisé dans la récupération initiale de la crise d'une personne sujette au syndrome de sevrage alcoolique. Influence positivement l'état de santé général du patient, améliore l'effet d'une autre thérapie.

Le plus souvent peut être utilisé:

  • acide ursodésoxycholique;
  • Adémétionine;
  • acide α-lipoïque;
  • L-ornithine;
  • L-aspartate.

Médicaments hépatotropes courants:

  • Heptral;
  • Antral;
  • Essentiale Forte N.

Anti-douleurs

Cet ensemble de médicaments comprend:

  • substances combattant les opiacés;
  • analgésiques sans base narcotique;
  • un petit groupe de médicaments neuroleptiques;
  • les inhibiteurs des enzymes pancréatiques;
  • anticholinergiques.

Les médicaments opposés aux opiacés sont utilisés dans le traitement de presque toutes les formes de symptômes de sevrage. Tous les médicaments antagonistes des opiacés améliorent et augmentent l'effet des médicaments d'autres groupes.

Ces groupes comprennent:

  • les antipsychotiques;
  • tranquillisants;
  • somnifères;
  • système nerveux central anti-suppressif;
  • médicaments anti-inflammatoires qui ne contiennent pas de bases stéroïdes.

Inhibiteurs des enzymes de structure peptidique clivant les liaisons protéiques dans les acides aminés (aprotinine). C'est une solution fraîche dans le traitement du sevrage alcoolique et médicamenteux. L'effet thérapeutique de l'aprotinine a une sélectivité particulière, qui vise les troubles alogiques et autonomes.

Le traitement avec ce médicament doit être prescrit le premier jour des symptômes de sevrage..

Le rendez-vous est effectué si le patient note:

  • le développement de sensations de douleur;
  • symptômes asthéniques et végétatifs;
  • douleur à la tête non provoquée et sévère.
  • Analgin;
  • Ibuprofène;
  • Aspirine.

Stimulants des récepteurs α2-adrénergiques postsynaptiques

La clonidine ou clonidine est un stimulant des récepteurs α2-adrénergiques postsynaptiques des structures inhibitrices du cerveau. Il est utilisé dans le traitement et le soulagement de la dépendance alcoolique sévère et pendant la période de refus. A un fort effet addictif, est strictement dosé et surveillé par un médecin.

Clonidine, 60 roubles.

Naloxone

Une drogue utilisée pour une intoxication à l'alcool ou à d'autres drogues. Il est administré par voie intraveineuse et uniquement dans les cas extrêmes. Le médicament n'est pas disponible en pharmacie, ne peut être utilisé que par un médecin de la clinique.

Naloxone, 300 roubles.

Les antidépresseurs

Ils sont utilisés à tous les stades du soulagement et du traitement du syndrome de sevrage alcoolique. Une gueule de bois peut provoquer une dépression et des pensées suicidaires. Pendant le sevrage, le système nerveux est dans un état dépressif. Les substances qui bloquent le médiateur naturel acétylcholine ne sont pas autorisées.

  • Clomipramine;
  • Fluoxétine.

Antipsychotiques

Le sevrage augmente l'envie de substances psychoactives, de drogues. Les antipsychotiques sont principalement utilisés pour supprimer les fringales et arrêter les symptômes de sevrage au stade initial..

Indications pour prescrire un cours de médicaments:

  • psychose aiguë;
  • attirance irrésistible pour les drogues;
  • comportement agressif;
  • soulagement rapide des symptômes de sevrage.
  • La quétiapine;
  • Torendo Ku-tab.

Substances normatives

Ce sont des substances qui ont un fort effet de suppression de l'attraction. Il est utilisé dans le syndrome de sevrage alcoolique uniquement avec la manifestation d'une épilepsie ou d'effets convulsifs concomitants. En raison des particularités - ils sont rarement utilisés et prescrits.

Les types de médicaments les plus courants sont:

  • sels de lithium;
  • anticonvulsivants.

Le phénobarbital est l'un des meilleurs médicaments norothymiques.

Phénobarbital, 120 roubles.

Traitement de sevrage à domicile

Caractéristiques du traitement du syndrome de sevrage à domicile:

  1. À la maison ou s'il n'est pas possible d'appeler un narcologue, seules des mesures préventives primaires peuvent être prises. Commencez par mesurer votre tension artérielle et prenez les médicaments sédatifs disponibles.
  2. La communication et la thérapie psychologique aideront à survivre et à combattre le sevrage..
  3. Si les symptômes et la drogue à l'origine de la dépendance sont bénins, le traitement peut être effectué à domicile. Si le syndrome de sevrage en est au stade initial, il est alors possible d'utiliser des stimulants supplémentaires.

Lors du diagnostic d'une phase de sevrage plus forte, vous devez être traité en clinique.

Les principaux types de stimulants et substituts du sevrage:

  • patch de nicotine, implant;
  • codage et effets hypnotiques.

Complications des symptômes de sevrage

Avec une consommation excessive d'alcool ou l'utilisation de substances psychotropes et narcotiques, le système nerveux en souffre grandement. Les perturbations de l'activité du système nerveux central peuvent entraîner des complications et des conséquences négatives. Le corps ne peut souvent pas faire face seul à la violation dans un contexte de dépression générale.

Complications des symptômes de sevrage:

  • perte de mémoire à long terme ou à court terme;
  • arythmie;
  • dystonie végétative;
  • accident vasculaire cérébral;
  • crise cardiaque;
  • développement de l'hépatite C;
  • cirrhose du foie.

Les psychoses peuvent également agir comme des complications:

  • delirium tremens (Delirium tremis);
  • hallucinations visuelles et auditives;
  • violation des fonctions motrices et parlantes;
  • manie de persécution, paranoïa;
  • des accès déraisonnables de jalousie;
  • démence;
  • épilepsie.

Avec une longue période de consommation d'alcool ou de substances psychotropes, pendant la période de sevrage, les éléments suivants peuvent apparaître:

  • troubles de la motilité gastro-intestinale;
  • ulcères duodénaux et duodénaux;
  • polypes et néoplasmes dans le gros et le petit intestin;
  • le développement de l'insuffisance rénale;
  • Diabète.

Vidéo

Dans la vidéo de l'auteur de "Health-Saving Channel", vous pouvez en apprendre davantage sur le syndrome de sevrage et ses principales nuances.

Symptômes de sevrage et méthodes de traitement

En raison de la grande variété et de la disponibilité de l'alcool, le problème de l'alcoolisme est répandu dans le monde entier. La plupart des alcooliques ne se considèrent pas dépendants, estimant qu'ils peuvent arrêter de boire à tout moment. Mais ici, ils sont confrontés à un grave danger - immédiatement après l'arrêt de la consommation de boissons contenant de l'alcool, leur bien-être physique et mental s'aggrave sensiblement..

Cette condition est appelée symptômes de sevrage, survient au deuxième ou au troisième stade de l'alcoolisme et nécessite un traitement sérieux..

Qu'est-ce que le sevrage alcoolique?

L'abstinence est un mot traduit du latin par «abstinence». Dans une situation où, après une consommation régulière à long terme de médicaments, une personne les refuse soudainement, le corps, déjà habitué à l'apport constant d'une certaine substance, commence à signaler son manque et à demander le réapprovisionnement des stocks. Il existe plusieurs types de symptômes de sevrage: nicotine, narcotique, alcoolique.

Éviter l'alcool

Un complexe de troubles somatiques et mentaux se développant dans le contexte d'une concentration insuffisante d'alcool dans le corps - c'est ce qu'est le syndrome de sevrage dans l'alcoolisme chronique.

Qu'est-ce que le syndrome de sevrage alcoolique?

De tous les types d'abstinence, le syndrome de sevrage alcoolique est reconnu comme le plus courant. Les gens ordinaires considèrent la dépendance à l'alcool comme une mauvaise habitude. Mais la dépendance et le syndrome de sevrage alcoolique est une maladie enregistrée dans la classification internationale des maladies (code selon ICB-10F10.0).

Le syndrome de sevrage survient dans le contexte d'une dépendance à l'alcool formée après l'arrêt de la consommation d'alcool et comprend toute une gamme de troubles, à la fois physiques et psycho-émotionnels. Les symptômes de la maladie sont différents, ils se manifestent avec des forces différentes et dans diverses combinaisons, mais avec le temps, les symptômes apparaissent plus rapides et plus intenses.

Habituellement, les symptômes de sevrage chez les alcooliques surviennent en quelques jours, mais le plus souvent, une personne n'est pas capable de résister au malaise et est «traitée» avec une autre dose, se plongeant ainsi dans un cercle vicieux.

La période de temps qui s'écoule entre le début de la consommation régulière d'alcool et l'apparition des symptômes de sevrage en cas de refus d'alcool varie de 2 à 10 ans et dépend également de l'âge et du sexe de l'alcoolique. Pour les garçons et les femmes, la période est beaucoup plus courte que pour les hommes.

Gravité

Selon la gravité des symptômes de sevrage alcoolique, ils sont divisés en trois catégories:

  • 1er degré - apparaît le plus souvent après une frénésie à court terme de pas plus de 3 jours. Il s'accompagne d'une transpiration accrue, d'une bouche sèche, d'une fréquence cardiaque rapide. Parfois, une personne a une mauvaise coordination des mouvements et des difficultés d'orientation dans l'espace. Le plus souvent, cette condition survient lors du passage du 1er stade de l'alcoolisme au 2e.
  • 2ème degré - se manifeste après 3 à 10 jours de consommation excessive d'alcool, accompagnée non seulement de troubles végétatifs, mais également neurologiques, ainsi que de troubles du travail des organes internes. Les symptômes les plus courants sont des pics de pression, des nausées, des vomissements, une rougeur de la peau et du blanc des yeux, des battements cardiaques irréguliers sévères, des maux de tête, une démarche inégale, des tremblements des mains et des paupières. Cette condition est typique de la 2e étape en développement actif de l'alcoolisme..
  • 3e degré - se manifeste après des crises prolongées, d'une durée d'au moins une semaine. Les troubles somatiques et autonomes persistent, mais les troubles mentaux se manifestent, notamment l'irritabilité soudaine, l'agressivité, l'anxiété, l'insomnie ou les cauchemars, l'humeur mélancolique et parfois des pensées suicidaires. Ce degré survient lors du passage de la 2ème à la 3ème étape de l'alcoolisme.

Au stade de l'alcoolisme chronique, tous les signes de symptômes de sevrage apparaissent plus brillants, afin de les éliminer, une personne doit immédiatement prendre une dose d'alcool, sans laquelle elle se sent dégoûtante. Le désir de boire devient si fort que l'alcoolique est prêt à tout faire pour trouver au moins un peu d'alcool. Les envies d'alcool augmentent l'après-midi.

Les symptômes des symptômes de sevrage peuvent varier, se manifestant dans une grande variété de combinaisons selon le stade de l'alcoolisme, la durée de la frénésie, la quantité et la qualité de l'alcool consommé, l'état de santé, l'âge et les caractéristiques individuelles d'une personne. Les mêmes facteurs influencent la gravité des symptômes et la durée des symptômes de sevrage. Habituellement, les premiers signes apparaissent 6 à 10 heures après l'arrêt de la consommation d'alcool. L'état de sevrage dure de 3 à 4 heures à plusieurs jours.

Au début, le syndrome de sevrage ne survient qu'après avoir bu de fortes doses d'alcool, mais à mesure que la maladie progresse, l'apparition des symptômes ne dépend plus de la quantité d'alcool consommée.

Symptômes du syndrome de sevrage alcoolique

Il n'y a pas de symptôme unique du syndrome de sevrage alcoolique commun à tous les patients. Chaque cas spécifique se distingue par son propre ensemble de manifestations pathologiques, parmi lesquelles, en plus des troubles somatiques, des troubles mentaux sont nécessairement présents.

Les principaux symptômes du sevrage alcoolique sont:

  • épuisement du corps, faiblesse générale;
  • vertiges, lourdeur dans la tête, maux de tête;
  • problèmes de sommeil, insomnie;
  • nausées Vomissements;
  • troubles de l'alimentation, manque d'appétit;
  • sensations douloureuses dans l'abdomen;
  • la diarrhée;
  • douleur sous l'hypochondre droit;
  • fièvre, frissons;
  • palpitations cardiaques, troubles du rythme cardiaque, douleurs cardiaques;
  • une forte augmentation de la pression;
  • attention réduite, incapacité à se concentrer, troubles de la mémoire;
  • sautes d'humeur rapides et déraisonnables, instabilité émotionnelle;
  • anxiété accrue, excitation nerveuse, dépression;
  • troubles de la coordination des mouvements, tremblements des membres, démarche inégale et chancelante.

Dans les cas particulièrement graves, des convulsions, des hallucinations, un delirium tremens, une psychose alcoolique s'ajoutent aux symptômes du sevrage alcoolique.

Soulagement des symptômes de sevrage dans l'alcoolisme

Il est important pour ceux qui vivent avec un alcoolique de savoir comment soulager son état dès les premiers signes de symptômes de sevrage à la maison. Mais nous devons nous rappeler qu'avec les symptômes de sevrage, une personne a besoin d'une aide qualifiée, car il est presque impossible de faire face à cette condition par elle-même. Quelques étapes à suivre avant l'arrivée de votre médecin:

  1. Le patient doit boire autant d'eau ou de solutions spéciales que possible. Cela aidera à éliminer les substances nocives du corps et aidera également à prévenir la déshydratation en cas de vomissements ou de diarrhée..
  2. Si le patient s'est déjà vu prescrire des médicaments stabilisant l'état psycho-émotionnel, il est nécessaire d'insister pour les prendre.
  3. Ensuite, vous devez appeler un narcologue. Si la condition est critique, compliquée par la présence de maladies concomitantes ou est accompagnée d'un comportement agressif ou inapproprié, une ambulance doit être appelée.

Avec l'utilisation constante de fortes doses d'alcool, le foie cesse de faire face à la production d'une quantité suffisante d'enzymes responsables de la dégradation et de l'élimination de l'éthanol. Ainsi, plus une personne boit, plus les substances nocives s'accumulent dans le corps, affectant négativement les systèmes et les organes internes..

Les médecins soulagent le syndrome de sevrage alcoolique à l'aide de médicaments de désintoxication spéciaux. Leur rôle principal est de restaurer le fonctionnement normal de l'organisme et d'accélérer l'élimination des toxines formées lors du traitement de l'alcool. Les médicaments aident à nettoyer le corps, améliorant ainsi considérablement l'état du patient.

Les vitamines contribuent à la normalisation de l'organisme et à la restauration des fonctions du système nerveux.

Les sédatifs et les médicaments anti-anxiété aident à éliminer l'agressivité, à réduire l'anxiété et à améliorer l'état psycho-émotionnel général.

L'élimination des symptômes de sevrage n'est qu'une mesure auxiliaire destinée à donner vie au patient, à améliorer légèrement son état et à réduire le besoin d'alcool..

Attention! Afin de se rétablir complètement, une personne présentant des symptômes de sevrage aura besoin d'un traitement à long terme sous la supervision d'un narcologue.

Traitement des symptômes de sevrage alcoolique

En sachant comment soulager les symptômes de sevrage à la maison, vous ne pouvez que soulager l'état d'une personne, mais pas la guérir. La gravité d'un tel état finira par être effacée de la mémoire et l'alcoolique reprendra l'ancien.

Le traitement des symptômes de sevrage doit être minutieux. Avant de procéder, un examen complet est effectué. Son but est de connaître l'état de santé du patient, le stade de l'alcoolisme. Au début du traitement, le corps est nettoyé, puis le médecin prescrit un schéma de traitement, qui comprend généralement:

  • benzodiazépines - médicaments efficaces pour soulager les symptômes de sevrage, procurant un effet sédatif, réduisant les envies d'alcool, ne provoquant pas de dépendance;
  • vitamines - aident à éliminer les conséquences des symptômes de sevrage tels que la carence en vitamines et la détérioration de l'état général, accélèrent la récupération;
  • dans les cas graves, des médicaments psychotropes sont prescrits, dont le but est d'améliorer le sommeil, d'éliminer les troubles mentaux et de fournir un effet calmant général.

Le traitement des symptômes de sevrage est mieux effectué en milieu hospitalier, où le patient sera constamment sous la surveillance d'un médecin, mais vous pouvez également effectuer un traitement à domicile. Cependant, il faut se rappeler que pendant la période de sevrage de l'alcool, le patient nécessite une surveillance constante, car il éprouvera de temps en temps un fort désir de boire, ce qui ne doit en aucun cas être effectué. Les conséquences même d'une dose minimale d'alcool seront que les résultats du traitement seront réduits à zéro et que la personne commencera à boire avec une vigueur renouvelée..

Traitement hospitalier

Dans le traitement des symptômes de sevrage, il faut nécessairement inclure la communication du patient avec le psychothérapeute. Les mesures psychothérapeutiques visent à éliminer la dépendance, à développer une attitude négative à l'égard de l'alcool et à promouvoir un mode de vie sain.

Une bonne nutrition est un aspect très important du traitement. Le plus souvent, le corps d'un alcoolique est épuisé en raison de rares repas irréguliers, d'un régime alimentaire maigre et déséquilibré. Une alimentation variée et de haute qualité aidera à normaliser le tube digestif, à améliorer le métabolisme et à renforcer le corps. Un résultat secondaire, mais très important, sera la normalisation du système nerveux..

Quelle est la différence entre un syndrome de la gueule de bois et des symptômes de sevrage??

Bien que les symptômes de la gueule de bois et du sevrage alcoolique soient caractérisés par une mauvaise santé après avoir pris de l'alcool, ce sont deux conditions complètement différentes..

Une gueule de bois est la réaction du corps à une grave intoxication à l'éthanol qui survient chez une personne en bonne santé ou chez un toxicomane au premier stade de l'alcoolisme. Sans alcool, lorsque le corps est débarrassé des produits de dégradation de l'alcool, les symptômes s'affaiblissent et la personne va mieux.

Le syndrome de sevrage (ou sevrage alcoolique) est une affection qui survient chez les toxicomanes aux 2e et 3e stades d'alcoolisme. La nature de cette condition est fondamentalement différente d'une gueule de bois - le corps, habitué à des doses importantes d'alcool et ne les a soudainement pas reçues, commence à se rebeller et à exiger la dose habituelle. Dans ce cas, vous pouvez soulager les symptômes avec de l'alcool, ce qui entraîne des crises de boulimie de plusieurs jours.

Conclusion

Il est très important de comprendre que se débarrasser seul des symptômes de sevrage est presque impossible. Il est nécessaire de contacter des spécialistes qualifiés et de s'assurer d'obtenir le soutien de vos proches. Ce sont eux qui pourront aider dans la première fois après avoir abandonné l'alcool, lorsqu'une personne commence à avoir des symptômes de sevrage et qu'elle sera prête à tout simplement boire.

Raisons du développement du syndrome de sevrage alcoolique, symptômes et méthodes de traitement

Le syndrome de sevrage alcoolique est un complexe de troubles mentaux et physiques qui sont l'un des signes de la dépendance à l'alcool. Les symptômes pathologiques surviennent dans le contexte d'une consommation d'alcool à long terme après l'arrêt de la consommation d'alcool ou la réduction de sa dose. Le mot Abstinencia est traduit par «abstinence». Étant donné que la pathologie est diagnostiquée exclusivement chez les alcooliques, c'est l'un des signes les plus importants de dépendance..

Contrairement à la gueule de bois habituelle, qui ne dure pas plus d'un jour, le syndrome de sevrage diffère dans un cours plus long - trois à quatre jours. En règle générale, les alcooliques eux-mêmes contribuent à son arrêt en buvant de l'alcool, au lieu de demander l'aide d'un narcologue qualifié. Si le patient parvient à s'abstenir de boire de l'alcool, les substances toxiques sont progressivement éliminées du corps, aidant à lisser le tableau clinique..

La particularité du syndrome de sevrage est son intensité. Les signes cliniques de cette pathologie sont généralement si prononcés qu'une personne perd complètement sa capacité à travailler. Comme il est très difficile de sortir seul du sevrage alcoolique, un traitement spécial est souvent nécessaire.

Les raisons

La principale raison de l'apparition des symptômes de sevrage est la dépendance physique à l'alcool, qui se développe imperceptiblement pour une personne dans le contexte d'une consommation fréquente d'alcool. Le mécanisme du sevrage alcoolique est tel qu'en cas de consommation prolongée d'alcool, les produits de dégradation de l'éthanol s'accumulent dans le sang. Si dans le corps d'une personne en bonne santé, ces substances toxiques sont neutralisées à l'aide d'enzymes spéciales, le foie est déjà tellement endommagé chez les alcooliques qu'il est incapable de produire ces enzymes en quantités suffisantes. En conséquence, les toxines s'accumulent, se propagent à tous les organes et systèmes et leur causent de graves dommages..

Tout d'abord, l'effet négatif s'étend au système nerveux central, qui est particulièrement sensible aux toxines et aux substances nocives. Lorsqu'une personne arrête de boire de l'alcool, l'éthanol commence à se décomposer dans le foie et ses produits de désintégration se propagent dans tout le corps avec la circulation sanguine, pénétrant dans le cerveau et affectant les fibres nerveuses. C'est pourquoi le soulagement du syndrome de sevrage alcoolique vise, tout d'abord, la normalisation du système nerveux..

Signes cliniques

Le syndrome de sevrage alcoolique peut avoir des manifestations de gravité variable en fonction de la durée de la frénésie et de la quantité d'alcool consommée. Le tableau clinique est principalement déterminé par le stade de l'alcoolisme. Ainsi, pour la première étape, les symptômes suivants sont généralement caractéristiques:

  • diminution des performances;
  • irritabilité;
  • faiblesse constante, sensation de faiblesse;
  • perte d'appétit;
  • troubles du système digestif et cardiovasculaire;
  • manifestations asthéniques;
  • bouche sèche;
  • augmentation de la transpiration.

Avec tout cela, l'envie d'alcool n'est pas aussi clairement exprimée, et le désir de prendre une dose d'alcool (se saouler) peut encore être maîtrisé dans certaines circonstances. Au deuxième stade, le tableau clinique devient plus sévère et varié, en plus des symptômes ci-dessus, les symptômes suivants apparaissent:

  • gonflement des membres et du visage;
  • rougeur de la peau du visage ou de tout le haut du corps;
  • troubles plus prononcés du système cardiovasculaire (arythmie, douleurs au cœur, changements de la pression artérielle, etc.);
  • troubles des selles;
  • transpiration encore plus intense;
  • enduit gris-brun sur la langue;
  • manque d'envie de manger;
  • étourdissements et migraine;
  • rougeur de la sclérotique des yeux et pupilles dilatées;
  • membres tremblants;
  • une sensation de lourdeur et de douleur dans l'estomac;
  • faiblesse constante;
  • démarche incertaine et non coordonnée;
  • insomnie.

À ce stade, le patient peut difficilement contenir le désir de se saouler et le fait à tout moment de la journée. C'est ainsi que la période d'ivresse commence avec des signes de dégradation de la personnalité et de psychose alcoolique. Le sevrage alcoolique dans ce cas peut durer jusqu'à cinq jours..

Une évolution sévère des symptômes de sevrage est caractéristique du troisième stade de l'alcoolisme. Souffrant d'une dépendance nocive, une personne ne voit pas une plus grande valeur que l'alcool, et lorsqu'elle est annulée, tous les signes décrits ci-dessus sont aggravés, il existe une altération prononcée de la coordination des mouvements, des sueurs froides, une pâleur et une cyanose de la peau, des troubles graves du système cardiovasculaire. Si nous considérons les signes externes, les alcooliques chroniques donnent généralement un visage fin et pointu. Les symptômes de sevrage de l'alcoolisme de stade III peuvent durer plus de cinq jours et être compliqués par de graves troubles mentaux.

Si nous considérons les options pour le sevrage alcoolique, il peut y en avoir plusieurs:

  • variante neurovégétative - le cours standard de la pathologie, qui comprend tous les principaux symptômes (troubles du sommeil, asthénie, fatigue, léthargie, etc.);
  • variante somatique - caractérisée par la prédominance de symptômes somatiques tels que nausées et vomissements, douleurs abdominales, troubles des selles, troubles cardiovasculaires, etc.
  • variante cérébrale - le patient présente des troubles neurovégétatifs prononcés, accompagnés de maux de tête, d'évanouissements, de crises d'épilepsie;
  • variante psychopathologique - les troubles mentaux prévalent dans le tableau clinique, les pensées suicidaires, les sentiments de culpabilité, les troubles graves du sommeil, les hallucinations, l'anxiété, les phobies, etc..

Dysfonctionnements mentaux

Comme déjà mentionné, l'abstinence d'alcool provoque un certain nombre de troubles mentaux, affectant négativement toutes les fonctions mentales supérieures d'une personne. La pensée chez les alcooliques se caractérise par sa nature chaotique, car le besoin constant d'alcool déforme considérablement la perception et les sentiments du patient. Ainsi, les processus de pensée de ces personnes sont généralement improductifs, dépourvus de composante créative, leur dynamique est clairement violée. De plus, ces violations sont d'autant plus prononcées que plus le patient souffre d'alcoolisme.

Dans la plupart des cas, les symptômes de sevrage liés à la dépendance à l'alcool s'accompagnent de troubles dépressifs et anxieux, tandis que la prévalence d'un type de trouble mental est directement liée à l'âge du patient. Ainsi, chez les alcooliques de plus de quarante ans, la dépression prévaut généralement, tandis que l'anxiété et les phobies obsessionnelles sont caractéristiques des jeunes en état d'abstinence. Parfois, après la disparition des symptômes somatiques, des signes de trouble mental peuvent subsister, dans ce cas, nous parlerons de dégradation de l'alcool.

Dans les cas graves de pathologie, un délire alcoolique se produit, se manifestant par diverses hallucinations auditives et prolongées, un délire. En présence de tels symptômes, le patient doit suivre un traitement dans un hôpital.

Effets

Il convient de noter que le syndrome de sevrage qui survient dans l'alcoolisme chronique du troisième stade est lourd de conséquences assez graves pour tous les systèmes corporels. Le patient peut éprouver des vomissements sévères avec de la bile et des impuretés sanguines, une exacerbation des hémorroïdes en raison de l'éclatement des vaisseaux sanguins dans le rectum, des saignements intestinaux internes, de graves troubles du sommeil conduisant à de l'insomnie et des cauchemars. Ce sont les cauchemars fréquents et prolongés qui conduisent souvent aux obsessions, au délire tremens et au délire alcoolique chez les alcooliques..

En outre, les patients atteints du syndrome d'alcoolisme sont confrontés au risque d'exacerbation de maladies chroniques existantes, ainsi qu'à l'émergence de nouvelles pathologies telles que la pancréatite, la cirrhose du foie, etc. Une conséquence fatale de l'état pathologique décrit peut être un œdème cérébral. Les conséquences graves du système nerveux comprennent les crises d'épilepsie, la démence alcoolique, la psychose sévère, l'amnésie.

Diagnostique

Le diagnostic du sevrage alcoolique repose sur une combinaison de signes cliniques. Qui sont présents chez le patient au moment de la recherche d'une aide médicale. Un critère important lors du diagnostic est le besoin d'alcool pendant la période de sevrage.

Afin de déterminer de manière fiable le stade de l'état pathologique, le narcologue doit savoir depuis combien de temps et dans quelles quantités le patient a consommé des boissons alcoolisées, l'intensité de la soif d'alcool le lendemain après l'avoir bu. Il est également nécessaire de savoir si le patient se sent coupable d'abus d'alcool et si la consommation d'alcool apporte un soulagement après avoir bu la veille. Un examen physique du patient est effectué pour détecter les symptômes de sevrage physiologique.

Étant donné que les symptômes de sevrage sont l'une des manifestations de la dépendance, il est nécessaire de réaliser un diagnostic différentiel non seulement avec d'autres syndromes qui surviennent dans le contexte de la prise de substances psychoactives, mais également avec des troubles anxieux et dépressifs..

Traitement

Le syndrome de sevrage alcoolique dans son évolution sévère nécessite des soins médicaux afin d'éviter le développement de complications graves. Un traitement spécial aidera à retirer rapidement une personne d'un état pathologique, cependant, certains changements survenus sous l'action des enzymes de décomposition de l'éthanol sont irréversibles et leur évolution ne fait qu'empirer avec une consommation supplémentaire d'alcool..

C'est pourquoi le principe principal de la thérapie pour le sevrage alcoolique est l'exclusion complète de l'alcool. En outre, le médecin prescrit des compte-gouttes avec une solution saline pour détoxifier progressivement le corps. En outre, des médicaments à effet diurétique, sédatif et vasodilatateur, des médicaments qui aident à restaurer la fonction hépatique, ainsi que des antibiotiques et des glucocorticostéroïdes pour prévenir le développement de complications sont généralement prescrits. En parallèle, un traitement des pathologies concomitantes est prescrit, souvent détecté chez les alcooliques..

Il est recommandé d'arrêter le syndrome de sevrage alcoolique, en particulier en cas de manifestations sévères, uniquement en milieu hospitalier, car le traitement à domicile ne peut que compliquer l'évolution de la pathologie. En règle générale, en plus de la pharmacothérapie, les médecins prescrivent un complexe de vitamines, un régime spécial, une psychothérapie et une thérapie réflexe conditionnée.

Étant donné que l'arrêt du sevrage alcoolique ne conduit qu'à l'élimination de ses symptômes, à l'avenir, il est très important de s'abstenir de boire de l'alcool afin qu'il n'y ait pas d'épisodes répétés. Pour les personnes souffrant d'alcoolisme, cela devient une tâche écrasante.Par conséquent, à ce stade, une assistance psychothérapeutique compétente et le soutien des proches sont extrêmement importants..

La récupération après le sevrage alcoolique peut survenir à des moments différents, en fonction du stade et de la durée de l'alcoolisme, ainsi que des changements que le cerveau a déjà subis. En l'absence de signes de psychose alcoolique, l'hospitalisation ne dure généralement pas plus d'une semaine. La rééducation se déroule beaucoup plus rapidement avec des soins médicaux opportuns.