Qu'est-ce qu'un comportement addictif et comment se développe-t-il?

Vous ne pouvez pas prendre votre petit-déjeuner tant que vous n'avez pas lu vos messages? Vous partez à l'étal pour des cigarettes ou des hot-dogs par une nuit fraîche? Dites oui à un verre de vin même lorsque vous devez conduire? Pensez-vous vraiment que personne ne remarque vos tentatives pour cacher les bonbons? Oui, c'est une dépendance ou, comme le disent les scientifiques, un comportement addictif. Quelles addictions attendent une personne moderne, comment elles se développent et sont reconnues, nous en parlons dans l'article.

Qu'est-ce qu'un comportement addictif?

Le comportement addictif est l'un des types de comportement déviant, qui s'exprime par le désir de se débarrasser de l'inconfort psychologique à l'aide de certaines substances (alcool, drogues) ou d'actions répétitives (dépendance au jeu, workaholism, suralimentation). Addictus (addictus) est un terme juridique pour un débiteur condamné à obéissance servile au créancier. Autrement dit, métaphoriquement, le comportement addictif est une dépendance profonde à une force coercitive externe, qui nécessite et reçoit une obéissance totale. En conséquence, un toxicomane est une personne dépendante qui est incapable de contrôler sa dépendance à certaines actions..

Le comportement addictif en psychologie est appelé tout un groupe de troubles, unis par un seul terme «maladies de dépendance». Habituellement, un tel plan d'action a un effet destructeur sur la santé et les activités du toxicomane lui-même, son environnement social proche et plus large..

Le comportement addictif se caractérise par le fait qu'une personne passe une partie importante de son temps à la satisfaction d'une addiction douloureuse. Il cesse de se développer en tant que personne, ne peut pas choisir et contrôler ce qu'il fait, accepte ou utilise. Mais l'essentiel est qu'il n'est pas capable de faire face à ses habitudes par lui-même. Peu à peu, un environnement des mêmes personnes dépendantes se forme, et tout cela ne permet pas à une personne de sortir du cercle vicieux des addictions.

Types de comportement addictif:

  • La dépendance chimique est une envie incontrôlable de substances psychoactives (PAS). Les surfactants sont tout ce qu'une personne utilise d'une manière ou d'une autre (les boit, les fume, les renifle, les injecte). Les personnes à risque sont des personnes ayant une hérédité douloureuse, des personnes timides ou excentriques, mentalement immatures.
  • La dépendance alimentaire (trouble de l'alimentation) est un syndrome comportemental associé à une concentration excessive sur les aliments et le poids (anorexie mentale, boulimie mentale, suralimentation). À risque - individus avec un état psycho-émotionnel instable.
  • La dépendance non chimique (comportementale) est toute forme d'attraction ou d'acte comportemental qui devient l'objet de dépendance (trouble du comportement sexuel, gadgetomanie, dépendance à l'adrénaline, accro au shopping). Le groupe à risque comprend traditionnellement les personnes ayant une faible estime de soi, une tendance à la dépression, une anxiété accrue.

La classification ci-dessus des types de dépendances est considérée comme plutôt arbitraire - généralement, une dépendance entraîne d'autres avec elle. Par exemple, il existe des individus dits multi-dépendants. Ils ne peuvent tout simplement pas exister sans une sorte de dépendance: ils arrêtent de fumer et deviennent immédiatement dépendants du jeu, abandonnent l'alcool et saisissent le stress avec des barres de chocolat..

Manie de l'âge numérique.

Traditionnellement, l'alcool occupe la première place dans la liste des types de comportement addictif les plus dangereux pour les humains. Mais au cours de la dernière décennie, de nouveaux types de dépendances sont apparus associés aux innovations techniques et numériques. Les psychologues en exercice disent à quelles addictions ils sont confrontés de plus en plus souvent.

Dépendances aux gadgets.

La première définition de la dépendance à Internet a été décrite en 1994 et semblait assez simple: «Un fort désir d'aller sur Internet hors ligne et une réticence à quitter Internet en ligne». Depuis, la liste des services Internet et des dépendances s'est considérablement élargie.

1. Nomophobie (peur de se retrouver sans téléphone).

Selon les statistiques, plus de 50% des personnes ne s'inquiètent que de la pensée que le téléphone va s'éteindre et partir sans communication avec leurs proches. L'absence de téléphone provoque une gêne sévère, des problèmes de concentration et de nervosité. Les nomophobes préfèrent communiquer avec des amis virtuels plutôt qu'avec de vrais amis, feuilletant des images plutôt que d'admirer la faune. En conséquence, ils surchargent le cerveau d'une abondance d'informations, commencent à s'ennuyer sans cela et s'éloignent de plus en plus de la réalité..

2. Pornophilie.

C'est un trouble sexuel causé par une pornographie excessive. Et ce n'est pas surprenant, car près de 15% des offres Internet sont des sites pornographiques. La pornophilie est également sensible aux hommes et aux femmes âgés de 15 à 60 ans. Les médecins parlent de cette addiction douloureuse lorsque le patient passe de plus en plus de temps à regarder des sites pornographiques, change de genre du simple au complexe, car les précédents ne l'excitent plus. Dans les cas graves, regarder du porno dure 6 à 8 heures par jour, remplace complètement la vraie vie sexuelle du patient.

3. Dépendance à la réalité virtuelle (RV).

La réalité virtuelle devient de plus en plus de qualité et crédible. Il n'est pas surprenant que les amateurs de gadgets préfèrent aller dans le monde virtuel scandaleux dans lequel vous pouvez devenir un héros sans trop d'effort. Les scientifiques suggèrent que la réalité virtuelle deviendra un gros problème et une nouvelle forme de dépendance à Internet.

Dépendance psychologique ou émotionnelle.

Dans toute la gamme des addictions, les dépendances psychologiques sont considérées comme bénignes, car elles n'apportent pas de préjudice visible à la santé. Mais les personnes qui souffrent de dépendance émotionnelle éprouvent d'énormes douleurs mentales. Et cela conduit déjà à une maladie corporelle grave ou à une maladie mentale.

1. Dépendance à l'amour (amour pathologique).

C'est un jeu à sens unique, lorsque des relations se créent sous la devise «Je ne peux pas vivre sans lui (elle)» ou «Je souffre, mais j'endure parce que j'aime». L'essence de la dépendance est qu'un toxicomane ne peut même pas imaginer mentalement son existence sans un partenaire qui devient un objet de plaisir semblable à une cigarette ou un verre de vin. Le toxicomane tire du plaisir de l'amour, semblable à une intoxication à la drogue. A l'idée de se séparer, un véritable "retrait" commence.

2. Orthorexie.

C'est une chose de refuser de la nourriture pour des raisons médicales, c'en est une autre de compter fanatiquement chaque calorie. Une personne ayant une dépendance à la nourriture crue ou au véganisme (tout le monde choisit un domaine d'activité pour elle-même) panique vraiment lorsqu'elle n'a pas la possibilité de bien manger ou de faire de l'exercice. Il peut arrêter de communiquer avec ceux qui ne mangent pas correctement, refuser de participer aux célébrations familiales. Dans le meilleur des cas, il apporte la bonne nourriture avec lui et la mange sous les regards surpris des autres.

3. Dépendance à la psychothérapie.

L'un des effets de la psychothérapie est la compensation des déficits psycho-émotionnels ou du manque de compétences. Mais il y a des gens qui vont chez un psychothérapeute depuis des années sans problèmes évidents, utilisant des séances de psychothérapie comme une pilule magique. Une fois que la pilule a aidé, cela signifie que vous pouvez la prendre toute votre vie et oublier la douleur. Par conséquent, au lieu d'apprendre à faire face seuls aux situations de la vie, ils demandent habituellement des conseils..

Comment se développe le comportement addictif?

Toute dépendance commence par une habitude qui, une fois absorbée, modifie la structure du cerveau. Il ne se développe pas en un jour et toujours selon le même schéma..

1. Expérimentation.

Une personne effectue occasionnellement une action agréable pour elle-même ou prend une substance psychoactive. Le neurotransmetteur dopamine produit par le cerveau augmente l'humeur et la motivation, et provoque une sensation d'euphorie. Au premier stade, la dépendance n'affecte pratiquement pas les études, le travail, les relations..

2. Recherchez l'élévation émotionnelle.

Lorsque l'action de la dopamine prend fin, la personne reprend une vie normale ou décide de répéter l'action. Pour les épisodes fréquents de dépendance, une habitude se développe qui entraîne des changements de comportement, d'habitudes alimentaires, de vocabulaire.

3. Abus.

L'action habituelle devient la seule option pour répondre à tout problème. Dans le même temps, la personne nie catégoriquement la dépendance et croit qu'à tout moment elle peut arrêter ses actions. Mais progressivement, le comportement addictif devient prédominant, affecte tous les domaines de la vie, cesse de procurer le plaisir attendu. À ce stade, le comportement destructeur devient la norme..

4. Dépendance.

En raison d'actions destructrices, le travail de tous les organes est perturbé, des changements biologiques dans la structure du cerveau se produisent, les réserves du corps sont épuisées et des maladies graves apparaissent dans le contexte de la dépendance. À ce stade, le comportement devient asocial: une personne se désintéresse de toute activité, est capable de commettre un délit, de faire preuve de violence.

Comment reconnaître votre dépendance à quelque chose?

La plupart des gens croient que les comportements addictifs sont le lot des sans-abri ou des perdants dans la vie. En fait, cela peut toucher tout le monde. Voici 7 signes par lesquels vous pouvez reconnaître une relation malsaine avec vos choses préférées (activités / substances / aliments):

  1. Votre comportement a changé. Par plaisir, vous pouvez quitter la maison la nuit, aller à l'autre bout de la ville, tricher.
  2. Vous vous sentez mal lorsque la source de plaisir est absente. Sans actions ou drogues habituelles, vous vous sentez anxieux, inquiet et ne pouvez pas vous concentrer sur les tâches ménagères.
  3. Vous dépensez trop d'argent pour le plaisir. Vous n'achetez pas les choses nécessaires, ne payez pas les factures de l'appartement, empruntez de l'argent à des amis.
  4. Vous ressentez un inconfort physiologique. Lorsque vous essayez de renoncer au plaisir habituel, un mal de tête, des troubles du sommeil, une fatigue incompréhensible ou un retrait classique commence.
  5. Vous changez d'avis. Par exemple, lorsque vous renoncez volontairement aux bonbons, vous commencez à trouver différentes excuses - pourquoi avez-vous besoin de "sucré pour le cerveau" ou sans les bonbons habituels, vous ne pourrez pas vous concentrer sur le travail.
  6. Vous changez votre routine quotidienne. La journée commence et se déroule sous le slogan d'une habitude favorite. Si vous n'êtes pas autorisé à terminer le rituel habituel, vous serez nerveux et sentirez que "quelque chose ne va pas".
  7. Vous n'êtes pas intéressé par l'opinion des autres. Vous n'avez pas peur des scandales, des ultimatums, des problèmes au travail, de la condamnation des proches. Vous ne pensez qu'à votre habitude et prouvez votre cas.

Maintenant, il est clair comment définir un comportement addictif. Maintenant, vous devez décider quoi en faire.

Comment surmonter la dépendance?

La première chose qui empêche de surmonter la dépendance est le déni. Nous ne pouvons pas arrêter de traîner sur les réseaux sociaux si nous pensons sincèrement «qu'est-ce qui ne va pas avec ça?». Par conséquent:

  • Étape 1. Admettez que vous avez une dépendance.
  • Étape 2. Rédigez une liste des raisons pour lesquelles il doit être surmonté.
  • Étape 3. Décrivez votre vie sans objet ni action qui donne du plaisir.
  • Étape 4. Accrochez la feuille de description à un endroit bien en vue pour vous rappeler un avenir meilleur.
  • Étape 5. Obtenez le soutien de la famille et des amis.
  • Étape 6: Arrêtez de communiquer avec ceux qui ne soutiennent pas votre désir de devenir meilleur.
  • Étape 7. Évaluer le degré de dépendance à sa juste valeur, contacter un spécialiste si nécessaire.

Chaque personne naît avec une dépendance à l'air, à l'eau, aux sensations tactiles. Mais la société crée de nouvelles dépendances à notre égard. La question est de savoir si nous succombons à la tentation ou si nous intégrons une pensée rationnelle. Si nous commençons à penser de manière critique à un nouveau gadget ou à une autre portion de pizza, nous associons l'auto-ironie et le bon sens, alors un comportement addictif ne nous menacera pas..

Dépendance. Types de toxicomanie et traitement

Le contenu de l'article:

Qu'est-ce que la dépendance?

Le concept «Addiction» est dérivé du mot anglais addiction, qui se traduit littéralement par addiction. Au départ, les addictions signifiaient des dépendances chimiques (aux drogues, à l'alcool ou aux drogues), maintenant la liste des addictions s'est élargie. Ainsi, la dépendance est la dépendance d'une personne à quelque chose, la nécessité d'effectuer régulièrement des actions ou des médicaments. Dans la dépendance psychologique (comportementale), l'objet de la dépendance est le modèle de comportement.
L'addictologie en tant que nouvelle direction scientifique est apparue en Russie et dans le monde dans les années 70-80 du siècle dernier. En 2001, le professeur, psychothérapeute Ts.P. Korolenko a compilé la première classification mondiale des addictions non chimiques.
Aujourd'hui, la toxicomanie se situe à l'intersection de la psychiatrie, de la narcologie et de la psychologie clinique et envisage le problème du comportement addictif sous différents angles..

Types de dépendances

Les addictions peuvent être divisées en addictions chimiques, intermédiaires (addictions alimentaires et d'adrénaline) et comportementales (ou psychologiques). Selon la classification de Ts.P. Korolenko, ainsi qu'en tenant compte des dépendances non chimiques décrites plus loin, les types de dépendances comportementales suivants peuvent être distingués:

  • jeux d'argent, jeux d'argent (du jeu anglais - jouer pour de l'argent)
  • dépendance relationnelle (dépendance sexuelle, dépendance à l'amour, dépendance à l'évitement)
  • workaholism (workaholism)
  • addictions technologiques (dépendance à la télévision, aux jeux informatiques, dépendance à Internet, dépendance aux gadgets - dépendance aux smartphones, jouets électroniques, par exemple, Tamagotchi)
  • dépendance à dépenser de l'argent (oniomanie, shopaholism)
  • Dépendance urgente (se manifeste par l'habitude d'être dans un état de manque constant de temps, le désir de constamment planifier et contrôler son temps, accompagné de la peur de "ne pas être dans le temps")
  • dépendance au sport (ou dépendance à l'exercice - le besoin d'augmenter constamment le nombre et la complexité de l'entraînement; se produit chez les athlètes professionnels)
  • addiction à la recherche spirituelle (ce type d'addiction a été décrit en 2004 sur la base d'observations de patients essayant de maîtriser diverses pratiques spirituelles)
  • un état de guerre permanent (cette addiction se retrouve chez les vétérans de combat et s'exprime dans la volonté de créer des situations dangereuses et à des risques injustifiés).

En plus de diviser les dépendances en produits chimiques et comportementaux, vous pouvez les diviser du point de vue de la société. Attribuer des formes d'addiction socialement acceptables et condamnées par la société (toxicomanie, alcoolisme, jeux d'argent). Lorsqu'elles traitent des addictions socialement inacceptables, elles sont généralement remplacées par des addictions socialement acceptables (workaholism, addiction sportive, dépendance relationnelle, etc.).
Ci-dessous, nous parlerons un peu plus en détail de certains types de dépendances..

Dépendance alimentaire

La dépendance alimentaire fait référence aux dépendances dites intermédiaires, car elle se caractérise par le fait que cette forme de dépendance implique des modèles de comportement et des mécanismes directement biochimiques dans le corps humain..

Ce type de dépendance comprend deux sous-espèces:

  • Dépendance excessive.
  • Dépendance au jeûne.

Avec la dépendance à la suralimentation, à un certain moment, une personne commence à ressentir un sentiment de honte, cache sa dépendance, commence à manger secrètement, ce qui conduit à une tension nerveuse encore plus grande, au stress et au désir de manger encore plus. La santé humaine en souffre également: le poids augmente, le métabolisme est perturbé et le tractus gastro-intestinal en souffre. Si vous ne vous sentez pas bien, votre humeur s'aggrave et le désir de manger réapparaît. Ainsi, un cercle vicieux est obtenu. En fin de compte, l'insatisfaction envers soi-même s'accumule, ce qui conduit à la dépression, au refus de communiquer avec les autres, à l'isolement.
Lorsqu'elle est accro au jeûne, une personne éprouve une certaine sensation de légèreté, lorsqu'elle refuse de manger, une poussée de force, une bonne humeur. Voulant prolonger cette condition, le toxicomane refuse de manger, cesse de contrôler son état, ne réalisant pas la menace pour la santé et la vie pendant le jeûne.

Dépendance à Internet ou dépendance à Internet

Les premières à parler de ce problème à la fin du XXe siècle ont été les sociétés commerciales, qui ont attiré l'attention sur l'inefficacité de certains employés en raison de leur attirance pathologique pour être sur Internet..
Selon les dernières recherches, la dépendance à Internet est présente dans environ 5% de la population, tandis que chez les adolescents elle survient dans 30% des cas. Les personnes à l'esprit humanitaire qui n'ont pas fait d'études supérieures sont plus exposées à cette dépendance..

Signes de dépendance à Internet:

  • bonne santé ou euphorie à l'ordinateur;
  • incapacité à s'arrêter;
  • une augmentation du temps passé sur Internet;
  • problèmes environnementaux (famille, école, travail, amis);
  • un sentiment d'anxiété, de vide, d'irritation non à l'ordinateur;
  • cacher des informations sur le temps que le toxicomane passe sur le réseau;
  • syndrome du canal carpien (lésion des troncs nerveux de la main, associée à une surcharge musculaire prolongée);
  • yeux secs;
  • maux de tête et maux de dos de type migraine;
  • repas irréguliers, saut de repas;
  • négligence de l'hygiène personnelle;
  • troubles du sommeil, modifications des habitudes de sommeil.

Dépendance à l'amour

La dépendance à l'amour est un type de dépendance relationnelle et est la dépendance douloureuse d'une personne à l'amour d'une autre. Les personnes ayant une faible estime de soi qui ont du mal à définir leurs limites personnelles et celles des autres sont enclines à aimer la dépendance. En règle générale, la propension à la dépendance à l'amour commence dans l'enfance. Les hommes et les femmes sont également susceptibles de souffrir de cette dépendance.
La dépendance à l'amour apparaît souvent entre deux toxicomanes, dans ce cas, nous pouvons parler de codépendance.
La dépendance à l'amour se caractérise par une forte émotivité, un désir de contrôler une autre personne, d'être ensemble tout le temps, la jalousie, l'obsession des relations.

Signes de dépendance à l'amour:

  • Un temps et une attention disproportionnés sont consacrés à la personne à qui la dépendance est dirigée. Les pensées sur «l'être aimé» dominent l'esprit, devenant une idée surévaluée. Les relations avec une personne souffrant de dépendance amoureuse sont obsessionnelles, ce dont il est très difficile de se débarrasser..
  • Le toxicomane est à la merci d'éprouver des attentes irréalistes par rapport à une autre personne qui est dans le système de ces relations, sans critiquer son état.
  • Un toxicomane cesse de se soucier de lui-même et de penser à ses besoins en dehors d'une relation addictive.
  • Problèmes de communication avec la famille et les amis.
  • Problèmes émotionnels graves centrés sur la peur de l'abandon que le toxicomane tente de supprimer.
  • Au niveau subconscient, il y a aussi une peur de l'intimité. Pour cette raison, le toxicomane est incapable de tolérer une intimité «saine». Cela conduit au fait qu'une personne souffrant de dépendance à l'amour choisit inconsciemment une personne avec une dépendance à l'évitement comme partenaire..

Dépendance à l'évitement

Une personne souffrant de dépendance à l'évitement ne peut pas construire de relations étroites, sincères, confiantes et à long terme, elle les évite inconsciemment. En même temps, la personne à qui s'adresse l'amour du toxicomane est précieuse et importante pour lui. Ainsi, une dualité de la situation se pose - le toxicomane soit attire l'objet de l'amour vers lui-même, puis le repousse de lui-même. Les deux partenaires en souffrent..

Signes de dépendance à l'évitement:

  • Éviter l'intensité dans une relation avec une personne significative (amoureuse). Le toxicomane de l'évitement essaie de passer plus de temps en dehors de la société du toxicomane d'amour. La relation avec le toxicomane d'évitement peut être considérée comme "lente", car elle est importante pour le toxicomane, mais les évite, ne permet pas de construire des relations étroites.
  • Le désir d'éviter les contacts sexuels grâce à la distanciation psychologique. Avec une peur de l'intimité, le toxicomane de l'évitement craint que s'il entre dans des relations intimes, il perdra sa liberté, sera sous contrôle. Au niveau subconscient, le toxicomane de l'évitement a une peur de l'abandon, ce qui conduit le toxicomane à un désir de restaurer et de maintenir des relations, mais de les garder à distance..

Dépendance sexuelle

Les personnes souffrant de dépendance sexuelle sont les moins susceptibles de demander de l'aide. Cela est dû aux normes morales et éthiques de la société et au tabou social sur la discussion de ce problème. Selon les psychothérapeutes, 5 à 8% de la population sont sujettes à une dépendance sexuelle.
Le psychiatre russe Ts.P. Korolenko, le fondateur de la toxicomanie, subdivise les dépendances sexuelles en dépendances sexuelles précoces, qui commencent à se former dans l'enfance sur fond de processus addictif général, et tardives, qui ont remplacé une autre forme de comportement addictif.

Signes de dépendance sexuelle:

  • perte répétée de contrôle sur votre comportement sexuel;
  • poursuite d'un tel comportement sexuel malgré les conséquences néfastes.

Dans la dépendance sexuelle précoce, il y a traumatisation sexuelle du toxicomane dans l'enfance: cela peut être l'inceste ou la création chez l'enfant de croyances selon lesquelles il n'a d'intérêt qu'en tant qu'objet sexuel. Dans une telle situation, le toxicomane développe un complexe d'infériorité, le secret, la méfiance envers les autres et la dépendance à leur égard, un sentiment de menace de l'extérieur et une attitude surévaluée envers le sexe..
Un accro au sexe, comme tout autre, a une faible estime de soi. Il se traite mal et ne croit pas que les autres peuvent bien le traiter. Il devient convaincu que le sexe est le seul domaine dans lequel il intéresse quelqu'un. De plus, le sexe pour un toxicomane est un moyen de sortir de l'isolement. Le principal motif d'une personne souffrant de dépendance amoureuse est la recherche de nouveaux «frissons».
Les personnes souffrant de dépendance sexuelle ont souvent d'autres types de dépendance, comme la dépendance à l'alcool ou aux drogues.
Les dépendants sexuels mènent souvent une double vie, craignant le jugement de leurs proches, tandis qu'à un moment donné ils cessent de prendre soin de leur santé et ne peuvent pas faire face aux problèmes quotidiens. L'obsession de prouver sa valeur sexuellement commence à dominer tout le reste..

Dépendances des adolescents

Les adultes et les adolescents peuvent souffrir de dépendances. Selon les scientifiques, un comportement addictif s'établit dans l'enfance sous l'influence des caractéristiques personnelles et de l'environnement. À l'adolescence, un comportement addictif peut déjà se manifester pleinement..

Signes de dépendance chez un adolescent:

  • Le désir de démontrer sa supériorité sur les autres sur fond de doute de soi
  • Peur de se confier des relations avec les autres, isolement intérieur
  • Large cercle de connaissances, socialité démontrée
  • Tendance à mentir
  • Anxiété élevée, comportement dépressif
  • Éviter la responsabilité.
  • La présence de modèles stables, de stéréotypes de comportement.

Les adolescents peuvent avoir n'importe quel type de dépendance, mais le plus souvent, nous parlons de dépendance à Internet, à laquelle les élèves du secondaire sont très sensibles..

Pourquoi la dépendance à Internet est dangereuse pour les adolescents?

  • les adolescents peuvent être incités à commettre des actes sexuels;
  • les adolescents ont accès à la pornographie, dont il existe beaucoup sur Internet. Dans le même temps, les logiciels qui devraient restreindre l'accès des mineurs à ce matériel ne fonctionnent souvent pas ou sont complètement absents.
  • accès à des sites incitant à la haine religieuse ou ethnique, sites avec instructions pour fabriquer des bombes, etc..
  • passe-temps pour les jeux en ligne avec violence augmente l'agressivité des enfants.

Traitement de la toxicomanie

Le traitement de la toxicomanie peut comprendre trois volets: le traitement de la toxicomanie, la psychothérapie et la sociothérapie.
La thérapie de substitution est souvent utilisée dans le traitement de la toxicomanie pour les toxicomanes ayant une dépendance chimique. Par exemple, les héroïnomanes se voient proposer de la méthadone ou de la buprénorphine. Un psychiatre ou un psychothérapeute peut prescrire des antidépresseurs ou des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine pour le traitement de la dépendance.
En outre, pour le traitement de telles addictions, la méthode de stimulation des structures profondes du cerveau peut être utilisée. Avec cette méthode, un appareil spécial est implanté dans le cerveau du patient, qui agit sur certaines parties du cerveau avec un faible courant électrique..
La psychothérapie peut être individuelle ou en groupe. En psychothérapie de groupe, les toxicomanes participent à des groupes d'entraide où ils se réunissent pour se soutenir et partager leurs problèmes. De nombreux groupes d'entraide sont basés sur le programme en 12 étapes, publié pour la première fois en 1939 dans Alcoholics Anonymous. Par la suite, le programme a été repensé et adapté à d'autres types de dépendances. L'inconvénient de cette méthode de traitement est que les toxicomanes rechutent souvent et qu'une dépendance est remplacée par une autre - la dépendance des relations dans un certain groupe..
La psychothérapie individuelle est un traitement plus efficace. Dans le traitement de la toxicomanie, une approche intégrée de la personne, une analyse de la situation de vie et l'étude de la genèse sont importantes. Il est important d'identifier les raisons pour lesquelles une personne a commencé à souffrir de dépendance, pour augmenter l'estime de soi.
Les spécialistes du Centre Ember vous aideront à faire face aux addictions non chimiques.

Si vous ou votre enfant souffrez de dépendance, prenez rendez-vous avec un psychologue médical par téléphone: (812) 642-47-02 ou remplissez le formulaire de demande sur le site.

Dépendance

La dépendance est un désir intrusif qui se manifeste par un besoin urgent de l'exécuter ou d'effectuer une activité. Auparavant, ce terme n'était utilisé que pour désigner les addictions chimiques (toxicomanie, alcoolisme, toxicomanie), mais maintenant il est activement utilisé pour désigner les addictions non chimiques (dépendance au jeu, dépendance alimentaire, shopaholisme, dépendance à Internet, etc.).

La dépendance se caractérise par le fait qu'elle s'accompagne d'une augmentation de la tolérance (dépendance à une dose de stimulus en constante augmentation) et de changements psychophysiologiques dans le corps.

La dépendance en psychologie est une désignation du désir d'une personne de s'échapper du monde réel, à l'aide d'une conscience "obscurcissante".

Les addictions et le comportement addictif sont étudiés par des sciences telles que: la toxicomanie, la psychologie, la sociologie, qui étudient les causes, les caractéristiques comportementales du toxicomane et les méthodes de traitement de cette condition.

Il existe certaines formes de dépendance acceptables dans la société: méditation, créativité, workaholism, pratiques spirituelles, sports. Addictions socialement inacceptables: toxicomanie, alcoolisme, toxicomanie, kleptomanie. Parallèlement aux progrès scientifiques et technologiques, d'autres addictions se sont développées: dépendance informatique, dépendance à Internet, dépendance au jeu, dépendance à la télévision, communication virtuelle..

Raisons de la dépendance

Il est impossible de dire qu'il existe une cause unique de dépendance, car presque toujours une combinaison de divers facteurs défavorables entraîne la dépendance. Par exemple, un environnement défavorable dans lequel un enfant a grandi, sa faible adaptation dans diverses institutions sociales, un manque de soutien et de compréhension, ainsi que des caractéristiques personnelles (instabilité psychologique, mauvaise estime de soi) contribuent au développement d'un comportement addictif. Il existe quatre groupes de raisons de comportement addictif.

Psychologique - immaturité de la personnalité, stress constant, incapacité à mener un dialogue interne, incapacité à résoudre des problèmes, options inacceptables pour résoudre les problèmes.

Social - instabilité de la société, pression sociale, manque de traditions positives.

Socio-psychologique - consolidation d'images négatives dans l'esprit, manque de respect et de compréhension entre les générations.

Biologique - méconnaissance de ce qui se passe, l'effet d'un stimulus sur le corps (moment d'incitation fort) et ses conséquences (dépendance).

Types de dépendances

Les addictions et les comportements addictifs sont orientés vers le besoin de réaliser une action. La variété des dépendances peut être grossièrement divisée en deux catégories:

1. Chimique, il comprend la dépendance physique;

2. Le comportement comprend la dépendance psychologique.

La dépendance chimique consiste en l'utilisation de diverses substances, sous l'influence desquelles l'état physique de la personne qui les reçoit change. La présence d'une addiction chimique nuit gravement à la santé de l'individu, entraîne des dommages organiques.

La dépendance à l'alcool est la plus répandue et la mieux étudiée. Sa présence conduit à la destruction du corps, presque tous les organes internes en souffrent et l'état mental s'aggrave. La dépendance à l'alcool est plus prononcée lorsqu'une personne est incapable de surmonter le désir effréné de boire, la gueule de bois, faire face à l'inconfort interne, avec une attitude négative envers le monde.

La toxicomanie (toxicomanie) se traduit par une envie irrésistible de substances psychotropes. Cela comprend également la toxicomanie, comme une attraction pour les drogues toxiques. La dépendance s'installe après la première utilisation et la tolérance augmente à un rythme inconscient. Les processus qui se déroulent à ce moment-là dans le corps sont irréversibles et se terminent dans presque tous les cas par la mort.

La dépendance comportementale est une dépendance psychologique, non chimique, un attachement à une certaine action, dont vous ne pouvez pas vous débarrasser. La dépendance comportementale est provoquée par un tel passe-temps, auquel une personne attache une importance surévaluée, en conséquence, elle détermine tout comportement humain.

La dépendance au jeu est un type de dépendance comportementale non chimique. Une personne souffrant de dépendance au jeu ne peut pas voir sa vie sans jeux de hasard, casino, roulette, machines à sous et autres divertissements.

Les addictions aux jeux nuisent non seulement à la psyché de l'individu, mais aussi au bien-être social. Les principaux signes de dépendance au jeu: trop d'intérêt pour le déroulement du jeu, augmentation du temps consacré au divertissement, changements dans le cercle social, perte de contrôle, irritabilité déraisonnable, augmentation constante des taux, manque de résistance.

La dépendance relationnelle a plusieurs formes: amour, intime, évitement. Ces troubles sont causés par une mauvaise estime de soi, une mauvaise perception de soi et des autres, l'incapacité de s'aimer et de se respecter.

La dépendance à l'amour est un attachement excessif et une obsession du toxicomane envers une personne. La dépendance à l'amour s'exprime à travers un désir irrésistible d'être proche d'un partenaire tout le temps et de limiter le contact avec les autres..

La dépendance à l'évitement se manifeste en évitant les relations trop proches et intimes, le désir de se maintenir à distance, dans une peur subconsciente de l'abandon.

La dépendance intime consiste en un comportement sexuel incontrôlé, malgré les conséquences négatives possibles.

Le workaholism, comme d'autres addictions, se caractérise par la fuite d'une personne de la réalité, en utilisant la fixation au travail. Le bourreau de travail ne voit pas tant son but de gagner de l'argent que de s'efforcer de remplacer le divertissement, l'amitié et les relations par son activité professionnelle. La particularité d'un bourreau de travail est qu'il a un désir obsessionnel de succès et d'approbation et est extrêmement inquiet s'il s'avère être pire que les autres. Ces toxicomanes se comportent trop aliénés autour de leurs amis et de leur famille, ils sont accrochés au travail, vivent dans un système de leurs propres expériences. À d'autres personnes, ils disent qu'ils essaient de gagner plus. Lorsqu'un bourreau de travail est congédié, cela devient un stress sérieux pour lui, qui est très difficile à gérer et parfois il peut recourir à l'utilisation de produits chimiques pour soulager le stress. Le bourreau de travail peut se transformer en dépendance chimique, mais en même temps, il peut devenir l'un des moyens de réhabiliter les personnes souffrant de dépendance chimique.

La dépendance à Internet dans sa prévalence a presque atteint le même niveau que la dépendance chimique. La dépendance à l'ordinateur peut conduire au fait qu'une personne abandonne pour toujours la vie réelle, elle met fin à ses relations avec sa famille et ses amis. La dépendance à Internet se manifeste surtout chez les adolescents.

La dépendance informatique ne peut être traitée qu'avec l'aide d'un psychothérapeute. La tâche d'un spécialiste est de sortir un adolescent du monde irréel et de le transférer dans la réalité.

La dépendance au sport est socialement acceptable, mais ce type de dépendance est tout de même classé comme une maladie, car il exprime une dépendance physique. Trop de passion pour le sport peut conduire au fait que la dépendance sportive se transforme en une dépendance chimique. Sur cette base, on observe que parmi les anciens athlètes, il y a un pourcentage très élevé de ceux qui consomment des drogues, de l'alcool et des médicaments..

Le shopaholism est une addiction au shopping, un désir incontrôlable d'acheter quelque chose. Faire un achat satisfait le plaisir pendant une courte période, après quoi le désir de faire un nouvel achat apparaît immédiatement. Les accros du shopping ont souvent des problèmes avec la loi, avec les dettes. Caractéristiques typiques d'un accro du shopping: préoccupation pour les achats, désir obsessionnel d'acheter quelque chose, choses parfois complètement inutiles, presque tout le temps passé dans les magasins, les centres commerciaux. Une répartition irrégulière du temps constitue une grande menace pour la vie quotidienne, professionnelle et personnelle d'une personne. Une dépense d'argent incontrôlée entraîne des problèmes matériels. Un désir irrésistible et constant de dépenser de l'argent, d'acquérir des choses inutiles et inutiles se traduit par des envies périodiques de faire des achats en trop..

Lorsqu'un toxicomane est engagé dans d'autres activités entre les achats, il se sent mal, il lui manque quelque chose, il ne comprend pas ce qui se passe, il s'irrite, peut pleurer, la tension monte et un autre achat aidera à faire face à cet état. Dans presque tous les cas, après avoir acheté des choses à une personne, il y a un sentiment de culpabilité. Ainsi, les accros du shopping ont un large éventail d'émotions qu'ils ressentent. Les émotions négatives prévalent lorsqu'une personne n'acquiert rien, lorsqu'elle est engagée dans autre chose entre les achats, et les émotions positives ne surviennent que lorsqu'un achat est effectué.

Les accros du shopping ont toujours des problèmes dans leur vie personnelle. Leurs partenaires ne supportent pas un tel comportement, les considèrent frivoles, tentent de prouver que leur bien-être matériel est gravement endommagé, mais tout est vain et ils laissent les accros du shopping seuls avec leurs addictions. De plus, les relations avec les parents et amis se détériorent, surtout s'ils empruntent de l'argent. La croissance de la dette, les prêts en cours, le vol peuvent causer des problèmes avec la loi. Dans le monde moderne, les accros du shopping ont la possibilité d'acheter des choses sans quitter leur domicile via les boutiques en ligne.

Un accro du shopping est toujours perçu comme un gaspillage frivole et irresponsable, mais en fait c'est une personne très malade. Peut-être n'a-t-il pas trouvé la joie de vivre, ou a-t-il subi un traumatisme psychologique, après quoi il n'a trouvé son bonheur qu'en acquérant de nouvelles choses. Le cours de psychothérapie peut soulager une personne du besoin obsessionnel de faire des achats.

La dépendance alimentaire est une fixation sur la nourriture et comprend deux formes de suralimentation et de jeûne. Ils sont appelés types intermédiaires. Il existe également d'autres formes de dépendance alimentaire: la boulimie, l'anorexie, l'hyperphagie boulimique..

addiction à Internet

La dépendance à Internet chez les adolescents a dépassé la dépendance aux produits chimiques. Par conséquent, l'attitude envers elle est très ambivalente. D'une part, le fait que les enfants surfent sur Internet est mieux que s'ils étaient assis quelque part dans la rue et se droguaient. Mais d'un autre côté, les enfants ne s'intéressent pratiquement à rien d'autre, à part Internet et tout ce qu'ils y trouvent, ils tombent complètement hors de la réalité, ils ont des amis virtuels, mais ils oublient leurs devoirs (étudier, aider les parents).

La dépendance à Internet a plusieurs formes de manifestation: la dépendance au jeu; programmation; changement de site compulsif; jeux de hasard en ligne, casinos; dépendance à Internet pornographique.

La dépendance informatique se traduit par les symptômes psychologiques suivants: un état proche de l'euphorie; incapacité à s'arrêter, augmentation du temps passé devant l'ordinateur, négligence des relations avec les proches.

Symptômes physiques de la dépendance à l'ordinateur: douleur intense au poignet de la main de travail, due à des lésions des terminaisons nerveuses, causées par un surmenage; mal de crâne; yeux secs; trouble du sommeil; négligence de l'hygiène personnelle.

À l'adolescence, la dépendance à l'ordinateur peut avoir des conséquences désastreuses. Ainsi, une personne peut complètement tomber de la vie, perdre des êtres chers, rompre ses relations avec des amis et aggraver ses résultats scolaires. Le toxicomane ne peut revenir à la vie réelle qu'avec l'aide d'un spécialiste (psychiatre, psychothérapeute).

Chez une personne qui passe beaucoup de temps devant l'ordinateur, l'efficacité des processus cognitifs diminue - la pensée perd de sa flexibilité, l'attention est dispersée, la mémoire se détériore, la qualité de la perception se détériore.

À une époque où l'ordinateur aide à résoudre de nombreux problèmes, les capacités intellectuelles d'une personne sont réduites, ce qui conduit à la dégradation de l'esprit. Les caractéristiques personnelles d'une personne changent également. Si auparavant il était joyeux et positif, après avoir été constamment devant l'ordinateur, il est progressivement devenu pédant, irrité et détaché. La structure motivationnelle d'un accro à Internet est dominée par des motifs destructeurs, des motifs primitifs visant à visiter constamment les réseaux sociaux, les jeux informatiques, le piratage et plus encore..

Avoir un accès illimité à Internet et aux informations qu'il contient aggrave la dépendance. Cependant, dans le monde moderne, même si les parents essaient de restreindre l'accès à Internet à la maison, l'enfant trouve toujours un moyen d'accéder à Internet. Par exemple, en réapprovisionnant son compte sur son téléphone, il reçoit des mégaoctets ou demande un téléphone à un ami, s'assoit dans une classe d'informatique, se rend dans un club Internet.

Si Internet est le seul moyen pour une personne de communiquer avec le monde, alors le risque de dépendance à Internet peut augmenter et le sens de la réalité sera perdu à jamais si vous n'aidez pas à temps..

Les jeux sur Internet sont la dépendance à Internet la plus répandue chez les adolescents, ce qui a également des conséquences très négatives. Les enfants et adolescents qui consacrent suffisamment de temps à jouer développent progressivement une perception négative du monde, de l'agressivité et de l'anxiété surviennent s'il n'y a pas de possibilité de jouer.

La communication sur les réseaux sociaux et autres services créés pour la communication comporte de nombreux dangers. Sur Internet, absolument tout le monde peut trouver un interlocuteur idéal à tous égards, un interlocuteur que vous ne rencontrerez jamais dans la vie et avec qui il n'est pas nécessaire de maintenir constamment la communication à l'avenir. Cela est dû au fait que les personnes en communication virtuelle peuvent s'imaginer comme elles ne le sont pas, elles idéalisent aussi leur image, essayent d'être meilleures et plus intéressantes qu'elles ne le sont vraiment. En communiquant avec un tel interlocuteur, les gens développent une dépendance et un mépris pour communiquer avec les gens dans la vraie vie. Avec une attitude négative envers le monde réel, une humeur dépressive, de l'insomnie et de l'ennui apparaissent. D'autres activités, après avoir été emportées par Internet et les ordinateurs, passent au second plan, sont très difficiles et s'accompagnent d'une humeur négative.

Dépendance alimentaire

La dépendance alimentaire a plusieurs formes d'expression - la suralimentation, la famine, l'anorexie mentale et la boulimie.

La dépendance alimentaire est une dépendance à la fois psychologique et physique. À mesure que la nourriture acquiert un grand potentiel addictif, une stimulation artificielle de la faim est produite. Ainsi, chaque personne sujette à la suralimentation peut créer une zone d'équilibre métabolique accru. Après avoir mangé, la sensation de faim survient immédiatement et il est très difficile pour une personne addictive de supporter cet état calmement. Les mécanismes physiologiques du corps ne correspondent pas, de sorte que le toxicomane commence à tout manger sans discernement. À un moment donné, une personne a un sentiment de honte, qui s'accumule après avoir mangé. Sous l'influence de ce sentiment, le toxicomane commence à cacher avec diligence sa dépendance et prend de la nourriture en secret, une situation alarmante provoque une sensation de faim encore plus grande.

À la suite d'une telle nutrition, une personne développe une suralimentation compulsive, une prise de poids, des troubles métaboliques, un dysfonctionnement des organes internes et du système digestif. Une personne cesse complètement de contrôler ses repas et mange de tels volumes de nourriture qui peuvent provoquer des problèmes potentiellement mortels.

Le deuxième trouble, qui est une forme de dépendance alimentaire, est le jeûne. La dépendance au jeûne peut être causée par l'une des deux options principales: des mécanismes médicaux et non médicaux. Le mécanisme médical est appliqué par le biais d'une thérapie diététique de déchargement.

Dans la première phase d'une grève de la faim, une personne peut avoir certaines difficultés avec un appétit constamment croissant et la nécessité de le supprimer..

Au cours de la phase suivante, l'état du corps change. Le besoin incontrôlé de nourriture d'une personne disparaît, son appétit diminue ou disparaît complètement, une personne sent qu'elle a une nouvelle force, un second souffle, son humeur monte et il y a un désir de ressentir une activité physique. Les patients qui ont atteint ce stade deviennent très positifs. Ils sont satisfaits de cet état, ils veulent même le prolonger pour ressentir plus longtemps la légèreté du corps et du corps..

Le jeûne est répété sans surveillance médicale, indépendamment. À la suite de jeûnes répétés, à un certain moment, une personne développe un état d'euphorie due à l'abstinence de nourriture et à la façon dont elle se sent lorsqu'elle se sent légère. À un tel moment, le contrôle est perdu et la personne ne commence pas à manger même alors qu'elle aurait dû quitter la grève de la faim. Le toxicomane meurt de faim, même si cela représente un danger pour sa santé et sa vie, la personne perd complètement une vision critique de son état.

Traitement de la toxicomanie

Aucune des dépendances ne disparaît d'elle-même, ni physique ni psychologique. L'inaction humaine, le manque de contrôle, la réticence à lutter contre la dépendance peuvent avoir des conséquences très tristes, parfois tout simplement irréversibles. Dans de très rares cas, une personne toxicomane peut demander de l'aide, mais la plupart sont incapables d'évaluer de manière critique leur état actuel. Surtout les patients souffrant de dépendances psychologiques - le jeu, les dépendances alimentaires, l'accroissement du shopping ne comprennent pas l'ampleur réelle de leur trouble.

Dans certains cas, il arrive qu'il y ait plusieurs signes de comportement addictif, mais c'est seulement un psychiatre compétent dans ce domaine qui peut déterminer exactement si c'est le cas. À la suite d'une conversation détaillée avec le patient, après avoir recueilli des antécédents familiaux, des informations détaillées sur la vie et la personnalité du patient, le médecin conclut qu'il existe un comportement addictif. Dans le processus d'un tel diagnostic, le médecin observe attentivement le comportement du client lors d'une conversation, au cours de laquelle il peut remarquer des marqueurs caractéristiques d'un comportement addictif, tels que le discours ou la réactivité, des déclarations négatives dans sa direction, etc..

Le traitement principal des addictions est la psychothérapie. Si la dépendance est très grave et à long terme, par exemple, narcotique ou alcoolique, une hospitalisation du patient avec désintoxication du corps peut encore être nécessaire.

La direction de la psychothérapie familiale (stratégique, fonctionnelle, structurelle) est utilisée dans une plus grande mesure, car la manifestation d'un comportement addictif se produit le plus souvent sous l'influence d'un facteur d'un environnement de croissance défavorable, en particulier des troubles familiaux. Le processus psychothérapeutique vise à déterminer les facteurs qui ont provoqué un comportement déviant, à normaliser les relations familiales, à élaborer un plan de traitement individuel.

La prévention de la toxicomanie sera beaucoup plus efficace si elle est lancée à temps. La première étape de la prévention précoce de la toxicomanie est la phase de diagnostic, au cours de laquelle la tendance des enfants à un comportement déviant est révélée; elle doit être réalisée dans les établissements d'enseignement.

La prévention de la toxicomanie est d'une grande importance si elle est réalisée à l'école. Les enfants doivent être informés des types de dépendance, de leurs causes et de leurs conséquences. Si un enfant est conscient des conséquences dévastatrices de la dépendance aux produits chimiques, il ou elle ne voudra probablement pas consommer d'alcool, de cigarettes ou de drogues..

L'exemple des parents joue un rôle important. Si les parents n'ont pas de mauvaises habitudes, mais mènent une vie saine et à part entière et élèvent leurs enfants dans le même esprit, la probabilité de dépendance chez un enfant est faible. Si un enfant est élevé dans une famille dysfonctionnelle où l'alcool est abusé, il est plus susceptible de devenir un toxicomane..

Les conversations entre parents et enfants sur les problèmes, le soutien dans les situations difficiles, la compréhension et l'acceptation de l'enfant tel qu'il est aideront à éviter le désir de l'enfant de quitter le monde réel dans l'inventé.

La deuxième étape de la prévention des conduites addictives est la prévention de l'implication des enfants, en particulier des adolescents, dans diverses formes de toxicomanie, tant chimiques que non chimiques. Au même stade, des informations sur les méthodes de gestion de l'anxiété, de la mauvaise humeur et du stress, l'enseignement des techniques de communication sont effectuées.

L'étape suivante de la réadaptation est l'étape correctionnelle, au cours de laquelle la correction et l'extermination des mauvaises habitudes et des dépendances ont lieu. Les travaux correctifs doivent avoir lieu sous la supervision d'un spécialiste qualifié (psychothérapeute).

La prévention des addictions peut être individuelle ou collective. Dans les cours de groupe, des techniques de croissance personnelle et des formations sont utilisées, qui impliquent la correction de certaines caractéristiques négatives d'une personne et de son comportement..

Si une personne, après un traitement, se débarrasse de ses dépendances nocives, des mesures doivent être prises pour son adaptation sociale dans la société, l'enseignement de techniques pour interagir avec les gens, mener une vie active et prévenir les rechutes..

Auteur: Psychoneurologue N.N. Hartman.

Docteur du Centre Médical et Psychologique PsychoMed

Les informations fournies dans cet article sont destinées à des fins d'information uniquement et ne peuvent remplacer les conseils professionnels et l'assistance médicale qualifiée. Si vous avez le moindre soupçon de dépendance, assurez-vous de consulter votre médecin!

Dépendance à l'amour (dépendance)

La dépendance à l'amour est un type de comportement addictif avec fixation sur une autre personne, qui se caractérise par une relation interdépendante.

Pour les toxicomanes, leur «amour» est la souffrance et la douleur.

Le critère principal de l'Amour: on se sent bien ensemble et on se sent bien séparément.
Le principal critère de dépendance: dans les premières étapes - nous sommes bons ensemble, mais mauvais l'un sans l'autre, dans les étapes ultérieures - à la fois mauvais ensemble et mauvais à part.

L'amour apporte des émotions positives et des partenaires plus forts, plus réussis, plus confiants, plus calmes. Un amoureux ressent la plupart du temps l'harmonie en lui-même, la stabilité, la sécurité, la confiance, des sentiments chaleureux et tendres pour un être cher.
La dépendance à l'amour porte beaucoup d'émotions négatives. Et la plupart du temps, le toxicomane est submergé d'anxiété, d'anxiété, de peurs, d'insécurité, de doutes, de jalousie, d'envie, de colère, d'irritation envers le "bien-aimé".

En amour, les relations se construisent sur un pied d'égalité: je vous donne de l'amour, vous me donnez de l'amour; aujourd'hui beaucoup de moi, demain beaucoup d'entre vous, nous sommes égaux.

Dans la dépendance amoureuse, le toxicomane est un subalterne, et son «bien-aimé» le domine. Du coup, le toxicomane s'efforce de toutes ses forces de mériter l'amour, de plaire au «bien-aimé», s'humiliant, il ne fait que donner, ne recevant rien en retour. Il est l'initiateur d'événements communs, il construit des relations, pardonne toutes les insultes.

La dépendance à l'amour se caractérise par les caractéristiques suivantes:
- attitude surévaluée envers l'Autre Significatif (SD) avec fixation sur lui, avec des traits d'une violence irrésistible;
- les attentes irréalistes et non critiques d'une attitude inconditionnellement positive du ST avec le rejet de l'opportunité de rester lui-même;
- une peur consciente de l'abandon, qui affaiblit les sentiments négatifs envers l'objet et encourage tout sacrifice pour préserver la relation;
- peur inconsciente de l'intimité (proximité), qui inhibe le désir sexuel dans une situation d'intimité physique;
- choix de l'HT, qui ne peut pas être une voie saine intime (intime), ce sont souvent des toxicomanes d'évitement.

Dans le même temps, les traits suivants sont caractéristiques des toxicomanes d'évitement:
- attitude surévaluée vis-à-vis de ST, évitée de l'extérieur;
- le secret de la vie intérieure du ZD en raison de la peur de son contrôle et de son absorption par lui;
- la formation de relations de substitution et addictives avec d'autres objets.

En règle générale, une relation entre deux amoureux de l'amour a la dynamique suivante:
Au début, il existe des relations fortement interconnectées (qui ressemblent souvent à la toxicomanie), dont d'autres personnes, y compris leurs propres enfants, sont pratiquement exclues..
Comme l'un des toxicomanes est plus énergique et actif (par exemple, hyperfonctionnel, le seul ou le plus vieux des enfants de la famille parentale), alors la peur de son partenaire d'être absorbé grandit, il essaie de se distancer et se transforme progressivement en un accro de l'évitement..

La codépendance entre un accro de l'amour et un accro à l'évitement peut se développer dès le début d'une relation. Un cercle vicieux se forme: plus le toxicomane manifeste son activité, plus le toxicomane d'évitement doit être éliminé, augmentant ainsi la peur de l'abandon et de l'aliénation du partenaire. Habituellement, cette phase de la relation est caractérisée comme telle lorsque «nous nous sentons mal l'un sans l'autre et nous nous sentons mal ensemble»..
C'est ainsi que commence le conflit des relations dépendantes, lorsque le toxicomane d'évitement commence à satisfaire ses besoins addictifs dans une autre histoire d'amour ou dans d'autres addictions: bourreau de travail, addiction chimique, jeux d'argent, etc..

Malheureusement, la dépendance à l'amour est un phénomène très courant, et en raison des stéréotypes sociaux dominants, les gens la confondent très souvent avec le «vrai amour».
Ceci est facilité par les croyances apprises de l'enfance «l'amour est le mal, tu aimeras une chèvre», «l'amour est la souffrance» et les déclarations des parents et des proches, et la littérature sur laquelle nous avons tous grandi, faisant l'éloge, pour la plupart, de la dépendance à l'amour.