Troubles affectifs

Troubles affectifs (troubles de l'humeur) - troubles mentaux, se manifestant par un changement dans la dynamique des émotions humaines naturelles ou leur expression excessive.

Les troubles de l'humeur sont une pathologie courante. Souvent, il est déguisé en diverses maladies, y compris les maladies somatiques. Selon les statistiques, des troubles affectifs d'un degré ou d'un autre sont observés chez un habitant adulte sur quatre de notre planète. Dans ce cas, pas plus de 25% des patients reçoivent un traitement spécifique..

Les raisons

Les raisons exactes conduisant au développement de troubles affectifs sont actuellement inconnues. Certains chercheurs pensent que la cause de cette pathologie réside dans le dysfonctionnement de la glande pinéale, des systèmes hypothalamo-hypophysaire et limbique. De tels troubles conduisent à un échec de la libération cyclique des libérines et de la mélatonine. En conséquence, les rythmes circadiens de sommeil et d'éveil, l'activité sexuelle, la nutrition sont perturbés.

Les troubles de l'humeur peuvent également être causés par un facteur génétique. On sait qu'environ un patient sur deux atteint du syndrome bipolaire (une variante du trouble affectif) présentait des troubles de l'humeur chez au moins un des parents. Les généticiens ont suggéré que des troubles affectifs peuvent survenir en raison d'une mutation dans un gène situé sur le 11e chromosome. Ce gène est responsable de la synthèse de la tyrosine hydroxylase, une enzyme qui régule la production de catécholamines par les glandes surrénales..

Les troubles de l'humeur, surtout en l'absence de thérapie adéquate, nuisent à la socialisation du patient, interfèrent avec l'établissement d'amitiés et de relations familiales et réduisent la capacité de travailler.

Les facteurs psychosociaux sont souvent à l'origine de troubles affectifs. À long terme, les stress tant négatifs que positifs provoquent une surcharge du système nerveux, suivie d'un épuisement supplémentaire, ce qui peut conduire à la formation d'un syndrome dépressif. Les facteurs de stress les plus graves:

  • perte de statut économique;
  • décès d'un proche (enfant, parent, conjoint);
  • querelles de famille.

En fonction des symptômes dominants, les troubles affectifs sont divisés en plusieurs grands groupes:

  1. Dépression. La cause la plus fréquente de trouble dépressif est un trouble métabolique du tissu cérébral. En conséquence, un état d'extrême désespoir et de découragement se développe. En l'absence de traitement spécifique, cette condition peut durer longtemps. Souvent, au plus fort de la dépression, les patients tentent de se suicider.
  2. Dysthymie. L'une des variantes d'un trouble dépressif, caractérisée par une évolution plus douce par rapport à la dépression. Caractérisé par une humeur basse, une anxiété accrue de jour en jour.
  3. Trouble bipolaire. Le nom obsolète est le syndrome maniaco-dépressif, car il se compose de deux phases alternées, dépressive et maniaque. Dans la phase dépressive, le patient est d'humeur dépressive et apathique. Le passage à la phase maniaque se manifeste par une humeur, une vigueur et une activité accrues, souvent excessives. Certains patients en phase maniaque peuvent éprouver des idées délirantes, de l'agressivité, de l'irritabilité. Le trouble bipolaire avec des symptômes bénins est appelé cyclothymie.
  4. Troubles anxieux. Les patients se plaignent de peur et d'anxiété, d'anxiété interne. Ils anticipent presque constamment une catastrophe, une tragédie et des troubles imminents. Dans les cas graves, une agitation motrice est notée, une sensation d'anxiété est remplacée par une crise de panique.

Le diagnostic des troubles affectifs doit nécessairement inclure un examen du patient par un neurologue et un endocrinologue, car les symptômes affectifs peuvent être observés dans le contexte des maladies endocriniennes, du système nerveux et des troubles mentaux.

Panneaux

Chaque type de trouble de l'humeur a des manifestations caractéristiques.

Les principaux symptômes du syndrome dépressif:

  • manque d'intérêt pour le monde extérieur;
  • un état de tristesse ou de mélancolie prolongée;
  • passivité, apathie;
  • troubles de la concentration;
  • sentiment d'inutilité;
  • les troubles du sommeil;
  • diminution de l'appétit;
  • détérioration de la capacité de travail;
  • pensées récurrentes de suicide;
  • détérioration de l'état de santé générale qui ne peut être expliquée par un examen.

Le trouble bipolaire est caractérisé par:

  • alternance de phases de dépression et de manie;
  • dépression de l'humeur pendant la phase dépressive;
  • pendant une période maniaque - imprudence, irritabilité, agressivité, hallucinations et / ou délires.

Le trouble anxieux a les manifestations suivantes:

  • pensées lourdes et obsessionnelles;
  • les troubles du sommeil;
  • diminution de l'appétit;
  • un sentiment constant d'anxiété ou de peur;
  • dyspnée;
  • tachycardie;
  • détérioration de la concentration.

Caractéristiques du cours chez les enfants et les adolescents

Le tableau clinique des troubles affectifs chez les enfants et les adolescents présente des caractéristiques distinctives. Les symptômes somatiques et autonomes viennent au premier plan. Les signes de dépression sont:

  • les peurs nocturnes, y compris la peur de l'obscurité;
  • difficulté à s'endormir;
  • pâleur de la peau;
  • plaintes de douleur thoracique ou abdominale;
  • fatigue accrue;
  • une forte diminution de l'appétit;
  • capriciosité;
  • refus de jouer avec ses pairs;
  • lenteur;
  • des difficultés d'apprentissage.

Les états maniaques chez les enfants et les adolescents sont également atypiques. Ils sont caractérisés par des signes tels que:

  • gaieté accrue;
  • désinhibition;
  • incontrôlabilité;
  • scintillement des yeux;
  • hyperémie du visage;
  • discours accéléré;
  • rire constant.

Diagnostique

Le diagnostic des troubles affectifs est effectué par un psychiatre. Cela commence par une histoire approfondie. Pour une étude approfondie des caractéristiques de l'activité mentale, un examen médical et psychologique peut être attribué.

Des symptômes affectifs peuvent être observés dans un contexte de maladies:

  • système endocrinien (syndrome adrénogénital, hypothyroïdie, thyrotoxicose);
  • système nerveux (épilepsie, sclérose en plaques, tumeurs cérébrales);
  • troubles mentaux (schizophrénie, troubles de la personnalité, démence).

C'est pourquoi le diagnostic des troubles affectifs doit obligatoirement inclure l'examen du patient par un neurologue et un endocrinologue..

Traitement

L'approche moderne de la thérapie des troubles affectifs est basée sur l'utilisation simultanée de techniques psychothérapeutiques et de médicaments du groupe antidépresseur. Les premiers résultats du traitement sont perceptibles après 1-2 semaines depuis le début. Le patient et ses proches doivent être informés de l'inadmissibilité de l'arrêt spontané du traitement, même en cas d'amélioration persistante de la santé mentale. L'annulation des antidépresseurs ne peut se faire que progressivement, sous la supervision de votre médecin..

Selon les statistiques, des troubles affectifs d'un degré ou d'un autre sont observés chez un habitant adulte sur quatre de notre planète. Dans ce cas, pas plus de 25% des patients reçoivent un traitement spécifique..

La prévention

En raison de l'incertitude sur les raisons exactes du développement de troubles affectifs, il n'y a pas de mesures de prévention spécifiques.

Conséquences et complications

Les troubles de l'humeur, surtout en l'absence de thérapie adéquate, nuisent à la socialisation du patient, empêchent l'établissement d'amitiés et de relations familiales et réduisent la capacité de travailler. Ces conséquences négatives aggravent la qualité de vie non seulement du patient lui-même, mais également de son environnement proche..

Les tentatives de suicide peuvent être une complication de certains troubles de l'humeur.

Troubles affectifs

Les troubles de l'humeur (syn. Sautes d'humeur) ne sont pas une maladie distincte, mais un groupe de conditions pathologiques associées à une violation des expériences internes et à l'expression externe de l'humeur d'une personne. De tels changements peuvent conduire à une inadaptation.

Les sources exactes des pathologies ne sont actuellement pas connues des cliniciens. Cependant, on suppose que leur apparition peut être influencée par des facteurs psychosociaux, une prédisposition génétique et un dysfonctionnement de certains organes internes..

Le tableau clinique comprend de nombreux symptômes, mais les principaux sont considérés comme la passivité et l'apathie, la dépression, les troubles du sommeil, les pensées obsessionnelles suicidaires, le manque d'appétit et les hallucinations.

Le diagnostic de ces troubles est effectué par un psychiatre et repose sur la collecte et l'étude d'un historique de la vie. Étant donné que de telles conditions peuvent être le résultat d'autres pathologies (trouble affectif organique), le patient doit être consulté par différents spécialistes.

Le cours du traitement consiste en des méthodes thérapeutiques conservatrices, y compris l'utilisation d'antidépresseurs et de tranquillisants, le travail du patient avec un psychothérapeute. L'absence totale de traitement peut entraîner de graves conséquences..

Dans la classification internationale des maladies de la dixième révision de cette catégorie de pathologies, plusieurs chiffres sont attribués. Pour les troubles de l'humeur, le code ICD-10 sera F30 - F39.

Étiologie

Les raisons sous-jacentes pour lesquelles les gens développent des troubles de la personnalité émotionnelle ne sont actuellement pas entièrement comprises. Certains experts dans le domaine de la psychiatrie suggèrent que cela est dû à un dysfonctionnement de ces systèmes:

  • épiphysaire;
  • hypothalamo-hypophysaire;
  • limbique.

Leur effet négatif peut être dû au fait que les perturbations du fonctionnement des systèmes entraînent une libération cyclique de libérines et de mélatonine, contre laquelle il y a violation des rythmes circadiens de sommeil et d'éveil, d'activité sexuelle et de nutrition..

L'influence de la prédisposition génétique n'est pas exclue. Par exemple, le syndrome bipolaire (l'une des variétés de troubles affectifs) chez un patient sur deux est associé à une hérédité accablée - des troubles similaires sont observés chez au moins l'un des parents.

Les généticiens suggèrent que l'anomalie peut être causée par des mutations dans un gène situé sur le chromosome 11, qui est responsable de la synthèse d'une enzyme spécifique qui régule le fonctionnement des glandes surrénales (leur production de catécholamines).

Les facteurs psychosociaux peuvent agir comme un provocateur. L'influence prolongée des situations de stress positives et négatives conduit à une surcharge du système nerveux central, ce qui conduit à son épuisement et à la formation d'un syndrome dépressif. Les facteurs les plus importants de cette catégorie sont considérés comme:

  • déclin de la situation économique;
  • décès d'un être cher ou d'un être cher;
  • querelles au sein de la famille, de l'école ou du travail collectif - très probablement, pour cette raison, des troubles affectifs se développent chez les enfants et les adolescents.

En outre, de telles violations peuvent survenir dans le contexte du cours ou de l'absence totale de traitement pour certaines maladies:

  • syndrome adrénogénital;
  • sclérose en plaques;
  • hypothyroïdie, thyrotoxicose et autres pathologies endocriniennes;
  • épilepsie;
  • démence;
  • dystonie végétative;
  • tumeurs malignes;
  • troubles de la personnalité mentale.

Il existe des cas connus où les facteurs prédisposants sont:

  • Déséquilibre hormonal;
  • carence saisonnière en neurotransmetteurs - un trouble affectif saisonnier se développe;
  • le moment de porter un enfant ou la période post-partum;
  • adolescence;
  • dépendance excessive aux boissons alcoolisées - la dépression alcoolique fait partie intégrante du groupe des troubles de l'humeur;
  • agression sexuelle.

Les cliniciens associent le risque accru de développer la maladie à certains traits de caractère:

  • constance;
  • conservatisme;
  • responsabilité accrue;
  • désir excessif d'ordre;
  • tendance aux sautes d'humeur;
  • expériences anxieuses et suspectes fréquentes;
  • ayant des traits schizoïdes ou psychasthéniques.

Une raison possible du développement d'un état anormal peut être posée dans les contradictions internes d'une personne individuelle avec la société..

Classification

En psychiatrie, il est habituel de distinguer plusieurs formes principales de l'évolution des troubles affectifs, qui diffèrent par le tableau clinique. Exister:

  1. Troubles dépressifs. Un retard moteur, une tendance à la pensée négative, l'incapacité à ressentir un sentiment de joie et des sautes d'humeur fréquentes sont notés.
  2. Troubles maniaques. Ils se caractérisent par une humeur et une agitation mentale accrues, une activité motrice élevée.
  3. Trouble bipolaire ou psychose maniaco-dépressive. Il y a une alternance de phases maniaques et dépressives, qui peuvent se remplacer ou alterner avec un état mental normal.
  4. Troubles anxieux. Une personne se plaint de l'apparence déraisonnable de peur, d'anxiété intérieure et d'anxiété. Ces patients sont presque toujours dans un état d'anticipation d'une catastrophe, de problèmes, de troubles ou de tragédies imminents. Dans les cas graves, des crises de panique se développent.

Certains troubles de l'humeur ont leurs propres classifications. La dépression se produit:

  • clinique (trouble dépressif majeur) - les symptômes sont prononcés;
  • faible - la gravité des symptômes est moins intense;
  • atypique - les symptômes caractéristiques sont complétés par une instabilité émotionnelle;
  • psychotique - dans le contexte de la dépression, diverses hallucinations surviennent;
  • mélancolique - un sentiment de culpabilité se développe;
  • involutionnel - il y a une diminution ou une violation significative des fonctions motrices;
  • postnatal - des symptômes caractéristiques apparaissent lorsqu'une femme donne naissance à un enfant;
  • trouble récurrent - la forme la plus légère, caractérisée par une courte durée d'épisodes de dépression.

Distinguer séparément la dépression alcoolique et le trouble affectif saisonnier.

L'état maniaque est de deux types:

  • manie classique avec une manifestation vivante des signes ci-dessus;
  • hypomanie - les symptômes sont légers.

Les types de cours de psychose maniaco-dépressive comprennent les options suivantes:

  • correctement intermittent - il y a une alternance ordonnée de dépression, de manie et d'intervalles «légers»;
  • incorrectement intermittent - il y a une séquence de phase désordonnée;
  • la double dépression est immédiatement remplacée par la manie, ou vice versa, deux de ces épisodes sont suivis d'un intervalle «lumineux»;
  • circulaire - caractérisé par une alternance ordonnée de dépression et de manie, mais il n'y a pas de lacunes "brillantes".

La durée d'un épisode peut varier d'une semaine à 2 ans, et la durée moyenne de la phase est de plusieurs mois. La période "lumineuse" est de 3 à 7 ans.

Il existe un groupe de pathologies appelées troubles de l'humeur chroniques:

  • dysthymie - les symptômes sont similaires à la dépression clinique, et les symptômes sont moins intenses, mais de plus longue durée;
  • cyclothymie - une condition similaire au trouble bipolaire, il existe une alternance de dépression légère et d'hyperthymie;
  • hyperthymie - exprimée par une humeur déraisonnablement élevée, une poussée de force et de vigueur, un optimisme insuffisant et une estime de soi surestimée;
  • hypothymie - caractérisée par une humeur, une activité physique et une émotivité persistantes;
  • anxiété chronique;
  • apathie ou indifférence totale envers vous-même, les événements et le monde qui vous entourent.

Symptômes

Les troubles affectifs, selon la forme du cours, ont un tableau clinique différent. Par exemple, les symptômes du syndrome dépressif:

  • manque d'intérêt pour le monde extérieur;
  • un état de tristesse et de mélancolie prolongées;
  • passivité et apathie;
  • difficulté à se concentrer;
  • un sentiment d'inutilité et d'inutilité d'existence;
  • troubles du sommeil, jusqu'à et y compris son absence complète;
  • diminution de l'appétit;
  • diminution des performances;
  • l'émergence de réflexions sur l'auto-règlement des comptes avec la vie;
  • détérioration de l'état de santé général, mais lors de l'examen aucune maladie somatique n'est détectée.

La période maniaque du trouble bipolaire est caractérisée par les symptômes suivants:

  • activité physique accrue;
  • une bonne humeur;
  • accélération des processus de pensée;
  • insouciance;
  • agression non motivée;
  • hallucinations ou état délirant.

La phase dépressive est caractérisée par:

  • irritabilité;
  • sautes d'humeur fréquentes;
  • détérioration des processus de pensée;
  • léthargie.

Les états d'anxiété présentent les symptômes suivants:

  • pensées obsessionnelles;
  • insomnie;
  • manque d'appétit;
  • anxiété et peur constantes;
  • dyspnée;
  • rythme cardiaque augmenté;
  • incapacité à se concentrer pendant une longue période.

Les états du spectre maniaque comprennent:

  • irritabilité anormale ou, au contraire, bonne humeur pendant 4 jours ou plus;
  • activité physique accrue;
  • bavardage, familiarité et sociabilité inhabituels;
  • difficulté à se concentrer;
  • besoin de sommeil réduit;
  • augmentation de l'activité sexuelle;
  • imprudence et irresponsabilité.

Le trouble de la personnalité affective chez les enfants et les adolescents se déroule un peu différemment, car les signes cliniques somatiques et autonomes apparaissent.

Les symptômes de la dépression chez les enfants:

  • peur de l'obscurité et des autres peurs nocturnes;
  • difficulté à s'endormir;
  • pâleur de la peau;
  • douleur dans l'abdomen et la poitrine;
  • augmentation des sautes d'humeur et des larmes;
  • une forte diminution de l'appétit;
  • fatiguabilité rapide;
  • manque d'intérêt pour les jouets précédemment préférés;
  • lenteur;
  • des troubles d'apprentissage.

L'évolution atypique chez les adolescents est également observée dans la manie, qui se traduit par les signes suivants:

  • brillance malsaine dans les yeux;
  • incontrôlabilité;
  • activité accrue;
  • hyperémie de la peau du visage;
  • discours accéléré;
  • rire déraisonnable.

Dans certains cas, des symptômes comorbides sont observés - ceux qui précèdent ou se développent dans le contexte des principaux symptômes des conditions pathologiques affectives.

Si un ou plusieurs des symptômes ci-dessus surviennent chez des enfants, des adolescents ou des adultes, consultez un psychiatre dès que possible.

Diagnostique

Un spécialiste expérimenté peut déjà poser le bon diagnostic au stade du diagnostic primaire, qui combine plusieurs manipulations:

  • l'étude des antécédents familiaux de la maladie - pour identifier une prédisposition génétique;
  • familiarisation avec les antécédents médicaux du patient - pour détecter les problèmes susceptibles de provoquer des troubles affectifs dans les maladies somatiques;
  • collecte et analyse d'un historique de vie;
  • un examen physique approfondi;
  • examen psychiatrique complet;
  • une enquête détaillée sur le patient ou ses proches - pour établir le premier moment de survenue et la gravité des signes cliniques caractéristiques.

Un examen médical plus complet et des consultations avec d'autres spécialistes (par exemple, un endocrinologue ou un neurologue) sont nécessaires dans les cas où le trouble de l'humeur est causé par l'évolution d'une maladie primaire. En fonction du médecin auquel la personne se rend, des diagnostics spécifiques de laboratoire et instrumentaux seront attribués.

Il existe un besoin de psychodiagnostics différentiels des troubles affectifs de telles maladies:

  • épilepsie;
  • sclérose en plaques;
  • néoplasmes du cerveau;
  • maladie mentale;
  • pathologies endocriniennes.

Traitement

La base de la thérapie est constituée de méthodes conservatrices qui impliquent la prise de médicaments. Ainsi, le traitement des troubles affectifs est orienté vers l'utilisation des médicaments suivants:

  • les antidépresseurs du groupe tricyclique;
  • les antipsychotiques;
  • tranquillisants;
  • inhibiteurs sélectifs et non sélectifs;
  • normotimique;
  • stabilisateurs d'humeur.

Si les médicaments sont inefficaces, ils se tournent vers la thérapie électroconvulsive.

Dans la pratique du traitement, la psychothérapie des troubles affectifs est très importante, qui peut être:

  • individu ou famille;
  • comportemental et interpersonnel;
  • soutien et cognitif;
  • thérapie gestaltique et psychodrame.

Prévention et pronostic

Pour réduire la probabilité de développer les troubles ci-dessus, il est nécessaire de respecter quelques recommandations simples. La prévention des troubles affectifs comprend les règles suivantes:

  • rejet complet des mauvaises habitudes;
  • relations de confiance au sein de la famille, en particulier entre parents et enfants;
  • prendre des médicaments qui comprennent des neurotransmetteurs - aidera à éviter le développement d'un problème tel qu'un trouble affectif saisonnier, mais tous les médicaments doivent être prescrits par un clinicien;
  • détection précoce et traitement complexe des maladies pouvant entraîner des troubles comorbides;
  • subir régulièrement un examen préventif complet dans un établissement médical, y compris avec une visite chez un psychiatre - permettra d'identifier un trouble affectif organique à un stade précoce.

Le pronostic dépend de la variante de l'évolution de la maladie et du principal facteur étiologique qui a provoqué l'anomalie. Par exemple, avec les maladies somatiques, la probabilité de développer des complications de la pathologie sous-jacente n'est pas exclue. Le pronostic le plus favorable concerne les troubles affectifs saisonniers et récurrents.

Cependant, quelle que soit la forme de l'écart, la probabilité de conséquences n'est pas exclue: tentative de suicide, problèmes de socialisation, diminution de la capacité de travail. Les complications énumérées peuvent être évitées si la personne reçoit rapidement une correction psychologique de son humeur..

Moskvich

  • Facebook
  • VK
  • Twitter

Une personne sur dix dans une grande ville présente des symptômes de trouble bipolaire (BAD). Voyez comment votre collègue se glisse sur une chaise et pleure au bureau. Et cette fille vous regarde en quelque sorte trop intensément avec des yeux secs et se marmonne quelque chose dans sa barbe. Peut-être ont-ils besoin d'aide. Ou peut-être déjà pour moi? Psychothérapeute, psychiatre, docteur en sciences médicales et professeur Beatrice Albertovna Volel parle du trouble bipolaire.

Qu'est-ce que BAR?

C'est un trouble mental caractérisé par divers symptômes (alternant entre eux) - dépression et phase maniaque. À l'ancienne, le trouble borderline est une psychose maniaco-dépressive. La MAUVAISE peut se manifester à la fois par la dépression et par l'état opposé - la manie (état d'hyperexcité, de nombreux plans qui ne sont pas mis en œuvre plus tard). Toutes ces phases alternent tout au long de la vie, se remplaçant les unes les autres. Ces états peuvent durer des jours, parfois des mois et des années..

Quels sont les types de BAR les plus courants?

Il existe quatre types. Si nous parlons des principaux types, le premier en prévalence est celui dans lequel la dépression et les petits épisodes d'hypomanie se manifestent le plus. L'hypomanie est clairement visible pour les proches, car elle se traduit par une bavardage excessif, de l'énergie, une réduction du sommeil nocturne et un gaspillage d'argent insensé. Pour le patient lui-même, cette période est la plus heureuse, mais l'hypomanie est très importante pour le diagnostic. Dans cet état, le patient ne viendra jamais chez le médecin, car il va bien.

Le deuxième type est un état dans lequel de grandes manies alternent avec moins de dépressions. C'est avec ce type que les patients sont souvent hospitalisés, généralement involontairement - après tout, ils s'amusent beaucoup. Il se trouve qu'ils s'amusent et se disputent, c'est-à-dire que cet état est toujours caractérisé par une telle certaine irritabilité, mais c'est un état prononcé, qui est précisément ce à quoi ils prêtent attention..

Une personne en état de dépression a l'air déprimée, apathique, inhibée. Mais avec des conditions mixtes de trouble bipolaire, nous voyons qu'une personne déprimée est très bavarde. Autrement dit, il se plaindra à vous de tendances suicidaires, de mauvaises pensées, alors qu'il dira qu'il a une sorte d'ascenseur. C'est une condition extrêmement dangereuse, c'est en elle que le plus de suicides sont commis dans le trouble affectif bipolaire. Presque une personne sur deux avec un trouble bipolaire fait une tentative de suicide, des suicides terminés - 11-15%. Nous ne voyons pas cela dans la dépression ordinaire. Et ces états limites mixtes sont très importants pour le diagnostic..

Comment faire la distinction entre le trouble bipolaire et le trouble borderline (trouble de la personnalité borderline)? Ces deux maladies sont très similaires. Est-il difficile de séparer l'un de l'autre pour poser le bon diagnostic?

Il y a des critères qui se recoupent. Le trouble borderline est un prédicteur du trouble bipolaire. Il peut y avoir une telle situation que l'on devrait ressembler à ceci: il s'agit d'un patient atteint de trouble bipolaire ou de trouble bipolaire, ou d'un patient qui a souffert de trouble borderline, mais qui est devenu plus tard malade d'un trouble bipolaire. En règle générale, le trouble bipolaire est diagnostiqué avec un suivi. L'observation de suivi est une observation dans le temps. Autrement dit, «ici et maintenant» n'est parfois pas un critère pour poser un diagnostic correct. Une personne arrive, elle souffre de dépression pour la première fois, elle n'a pas encore d'épisode maniaque ou d'hypomanie. Il est impossible de faire un diagnostic ici. J'ai eu un patient qui s'est diagnostiqué un trouble bipolaire et je lui ai diagnostiqué un trouble borderline. Je lui dis: "Tu n'es pas encore bipolaire".

Pourtant, le trouble bipolaire est quelque chose qui se produit avec le temps. Et le trouble borderline est un trouble de la personnalité, c'est dans la zone de la personnalité. Autrement dit, une personne ayant un trouble de la personnalité a les mêmes hauts et des bas, souvent ils sont encore déterminés de manière situationnelle, contrairement à une maladie endogène. BAR démarre un jour et au claquement d'un doigt, et cela n'a rien à voir avec cela. Et le trouble borderline présente un certain nombre de caractéristiques (automutilation, dépendance sportive, abus d'alcool et de drogues). Et pourtant, la fréquence de BAR et PRL est différente.

Malgré le fait que le trouble bipolaire est endogène, interne, existe-t-il des facteurs d'influence, une certaine impulsion au développement du trouble bipolaire?

Nous répondons tous à des facteurs de stress, des situations importantes dans nos vies. Par exemple, une personne atteinte de trouble borderline répondra à la perte d'un être cher souffrant de dépression. Mais une personne atteinte de trouble bipolaire peut donner une réaction dans un état mixte, c'est-à-dire qu'elle tombera dans la dépression, mais en même temps, elle sera hyperactive dans ses propres affaires. Ce sont des points très subtils. Les substances psychoactives provoquent exactement un trouble bipolaire - cette caractéristique est vraie pour les patients atteints à la fois de trouble bipolaire et de trouble borderline. Naturellement, l'alcool et les drogues provoquent à la fois la manie et la dépression. Vous pouvez mettre en évidence le changement de fuseau horaire. J'ai eu un patient qui est revenu de l'autre côté du globe avec la manie.

Le trouble bipolaire va-t-il avec d'autres troubles?

La comorbidité, c'est-à-dire la combinaison du trouble bipolaire avec des troubles anxieux, par exemple avec des crises de panique, est de 45%. La combinaison du trouble bipolaire et des troubles de la personnalité est de 33%. Également associé à des troubles de l'alimentation (12%) et des TOC (trouble obsessionnel-compulsif) - 15%. Le mauvais diagnostic est souvent posé lorsqu'ils ne regardent pas le tableau dans son ensemble, mais quelque chose de séparé. Et si vous prescrivez des médicaments à un privé, et non à un général, vous pouvez manquer et ne soulager que temporairement ces symptômes. Mais l'État ne peut pas être aidé par cette méthode..

Est-il possible de vivre une vie plus ou moins familière avec des troubles - pas seulement avec un trouble bipolaire - sans médicaments?

Le trouble bipolaire nécessite un traitement presque à vie et est une maladie chronique. Ici, le patient ne doit pas se faire d'illusions. De plus, les patients atteints de trouble bipolaire ont besoin d'une surveillance constante. Ils abandonnent très souvent le traitement et l'alcoolisme commence. Le rôle des proches et leur observation des patients est très important. Le fait est que les personnes atteintes de trouble bipolaire ont elles-mêmes du mal à contrôler leur état. Mais pour les mêmes patients atteints de DBP, il est bien sûr plus facile de se passer de médicaments s'ils travaillent sur leur maladie et suivent un traitement. Le trouble borderline n'est pas une maladie à vie, le trouble bipolaire commence souvent à un âge précoce, entre 19 et 20 ans.

Les hormones affectent-elles l'état mental d'une personne? Pour le même développement BAR?

Les hormones affectent tout. Il est important de comprendre que la dépression post-partum n'est pas un signe égal de BAR. Les hormones, la psyché et le comportement humain sont très étroitement liés, de sorte que toute perturbation hormonale affecte tout le reste. Il est important de comprendre que la perturbation hormonale ne se produit pas simplement, elle se produit par quelque chose et a certaines conséquences. Le corps est un système clairement déterminé, et il est alors déjà nécessaire de comprendre ce qui est exactement tombé en panne dans le mécanisme.

Que faire pour une personne qui a réalisé que quelque chose ne va pas avec elle?

Nous vivons dans un monde moderne, maintenant il y a beaucoup d'opportunités. Tout d'abord, vous devez vous rendre chez un spécialiste, tout d'abord chez un psychothérapeute.

Trouble de la personnalité bipolaire

Le trouble bipolaire est une maladie mentale. Il a été isolé pour la première fois en tant que pathologie indépendante à la fin du 19ème siècle, en 1896.

Qu'est-ce que le trouble bipolaire?

Lorsqu'on nous demande ce qu'est le trouble bipolaire en termes simples, nous pouvons dire qu'il s'agit d'un changement d'humeur soudain et déraisonnable. Auparavant, la maladie était diagnostiquée comme une psychose maniaco-dépressive. Il est maintenant connu sous le nom de trouble bipolaire (BAD).

Un changement d'humeur de bon à mauvais et vice versa se produit chez les gens ordinaires. Mais chez une personne bipolaire, cela diffère par la durée des phases. Le patient n'est pas capable de contrôler ses émotions, ne peut pas «sortir» de sa dépression de manière autonome sans l'aide d'un professionnel. De plus, la maladie altère considérablement la qualité de vie. Une personne peut perdre son emploi, perdre des amis, ruiner ses relations avec sa famille. D'autres ne comprennent pas les changements qui s'opèrent avec le patient, les considèrent comme des traits négatifs de son caractère.

Les premiers symptômes de la maladie peuvent apparaître à tout âge. Mais plus souvent, il se fait connaître chez les personnes de 25 à 45 ans, moins souvent chez les personnes âgées, en particulier les femmes en phase de ménopause..

Causes du trouble bipolaire

Parmi les raisons pouvant provoquer le développement d'une maladie mentale, les médecins distinguent les suivantes.

  • Prédisposition génétique. La probabilité de la maladie augmente chez les personnes dont les proches ont souffert de ce diagnostic. Cependant, ce facteur ne peut être réalisé que lorsqu'il est exposé à des conditions environnementales défavorables..
  • Surmenage physique, surmenage émotionnel. Ce type de raison peut être attribué à toute situation stressante qui a fortement influencé le milieu émotionnel d'une personne - procédure de divorce, maladie grave ou décès d'un être cher, situation financière difficile, problèmes à l'école ou au travail.
  • Déséquilibre hormonal. Le groupe à risque pour cette raison est principalement les femmes - pendant la grossesse, après l'accouchement et au stade de la ménopause.
  • Caractéristiques de l'entrepôt de personnages Le diagnostic de trouble bipolaire dans la plupart des cas est donné aux personnes mélancoliques. Ils se caractérisent par une soif d'hyperresponsabilité et d'ordre, dont le désir conduit souvent à des situations stressantes..
  • Facteurs biologiques. Ils sont associés à une perturbation du cerveau due à diverses blessures - cranio-cérébrales, conséquences d'infections virales.
  • Abus d'alcool et consommation de substances psychotropes.

Classification de polarité

Le trouble mental bipolaire se caractérise par la présence de deux phases alternées - la manie et la dépression. Entre eux se trouve l'étape de stabilisation, lorsque l'état émotionnel du patient se calme. Ces «lumières» peuvent être assez longues - de 3 à 10 ans.

Le trouble bipolaire est divisé en plusieurs types, en fonction de la durée et de la séquence correcte des phases..

  • Type correct. La maladie circule dans le bon ordre. Après la dernière phase, une période d'humeur opposée commence. Ainsi, la manie est remplacée par la dépression et la dépression - par la manie.
  • Mauvais type. Avec cette évolution de la maladie bipolaire, la chronologie est perturbée. La manie est à nouveau remplacée par un état émotionnel accru et la dépression est remplacée par une dépression et une mélancolie.
  • Type unipolaire. Il se caractérise par la manifestation de la même phase. Les symptômes et signes de ce trouble bipolaire sont les plus courants chez les femmes. La différence avec le mauvais est l'absence totale de la deuxième phase. Les patients ne sont caractérisés que par la dépression, alternant avec des périodes d'entracte, ou seulement par la manie.
  • Type bipolaire. Alternance classique de deux phases avec une période de stabilisation. Les symptômes de ce trouble bipolaire sont les plus courants chez les hommes..

Le trouble de la personnalité bipolaire est également classé selon la gravité de la psychose.

  • Trouble bipolaire de type 1 - avec phases maniaques sévères.
  • Trouble bipolaire de type 2 - les symptômes de la manie dans le trouble bipolaire sont considérablement atténués ou flous.

Phases du trouble bipolaire

La durée d'une phase dans chaque cas est individuelle. Pour certains, cela peut prendre plusieurs mois, pour d'autres, plusieurs années. Cependant, les médecins identifient une tendance générale commune à tous les patients. Au fil du temps, la durée de la phase de dépression augmente d'environ trois fois par rapport à la phase maniaque.

Phase maniaque

La psychose bipolaire est le plus souvent observée pendant la phase maniaque. Il comporte plusieurs étapes de développement..

  • Hypomanie. Cette étape est caractérisée par une excitation accrue, une élévation émotionnelle. Le patient ressent une extraordinaire poussée de force en lui-même. Il est prêt pour de grandes réalisations et de grandes actions - il peut continuellement s'engager dans la créativité, communiquer activement avec les gens et travailler beaucoup. Cependant, l'attention dans cet état est extrêmement instable. Le patient ne peut pas se concentrer sur une chose, il saute constamment d'une tâche à une autre. Tous les cas restent inachevés.
  • La manie. Tous les signes ci-dessus deviennent plus prononcés. À eux s'ajoutent de fortes explosions émotionnelles négatives. La personne devient agressive, irritable, colérique et furieuse.
  • Pic de phase. À ce stade, tous les signes atteignent leur apogée. Le patient éprouve constamment une excitation nerveuse, il ne peut pas se détendre. Toutes ses émotions sont «chauffées» à la limite, la coordination des mouvements est altérée, les pensées sont illogiques et brusques. Une personne ne peut pas terminer une seule phrase, saute constamment d'une phrase à l'autre.
  • Soulagement des symptômes. Le patient se calme progressivement. Les troubles du mouvement sont en déclin. La vitesse de réflexion et l'humeur émotionnelle accrue restent inchangées..
  • Retour à la normale. Tous les symptômes et signes de trouble bipolaire de la phase maniaque disparaissent progressivement, le patient revient à la normale.

Symptômes et signes du trouble maniaque bipolaire.

  • Humeur élevée, sensation d'euphorie.
  • Activité physique.
  • Cours accéléré des processus mentaux.
  • Une estime de soi accrue.
  • Sociabilité excessive.
  • Propension aux loisirs extrêmes.
  • Un gaspillage d'argent déraisonnable.

La bipolarité dans la phase maniaque entraîne une énorme poussée d'énergie. Une personne ressent des super pouvoirs en elle-même, peut s'imaginer comme un super-héros. Il est attiré par l'accomplissement de grandes actions, des actes déraisonnablement dangereux. Un tel patient se caractérise également par une passion pour le jeu. Une personne dépense inutilement de grosses sommes d'argent. Peut «drainer» tous les fonds accumulés ces dernières années en une soirée.

L'humeur élevée est souvent associée à des explosions d'agression et de colère. Une personne commet des actions et des actions qui ne correspondent pas à la situation actuelle. Il peut rire aux éclats lors d'un enterrement, ou vice versa, pleurer constamment lors d'un mariage..

L'activité motrice s'exprime par l'anxiété, l'agitation. Le patient ne peut pas être dans la même position et faire quelque chose pendant longtemps. L'accélération des processus mentaux au stade de la manie signifie une pensée improductive. Toutes les conclusions du patient sont superficielles. Une personne a constamment de nombreuses pensées dans sa tête, mais aucune d'elles n'a de conclusion logique.

La seule fonction cognitive qui «gagne» pendant ces périodes est la mémoire. Pendant le syndrome maniaque bipolaire, une personne peut facilement mémoriser de grandes quantités d'informations.

Si vous remarquez des signes avant-coureurs de comportement chez votre parent,
contactez le centre "Equilibrium" pour obtenir des conseils.
Appelez-nous au +7 (499) 495-45-03.

La phase dépressive du trouble bipolaire

Le tableau clinique de la dépression dans le trouble bipolaire est similaire à la dépression classique, mais avec une durée plus longue. Plus cette phase se produit souvent, plus elle s'allonge à chaque fois. Des périodes d'humeur dépressive peuvent durer plusieurs années. Une personne ne peut pas faire face seule à une telle condition, elle a besoin d'une aide médicale professionnelle.

Vous pouvez toujours appeler la clinique Equilibrium par téléphone +7 (499) 495-45-03. Nos experts vous conseilleront et vous conseilleront sur ce que vous devez faire pour «sortir» votre proche de la dépression.

Symptômes du trouble dépressif bipolaire:

  • humeur diminuée;
  • diminution de l'activité physique;
  • ralentissement des processus de pensée.

La matinée avec une dépression bipolaire commence généralement par une mauvaise humeur dépressive qui s'améliore en fin d'après-midi. L'appétit d'une personne disparaît, le sommeil est perturbé, la motivation est perdue, le cercle des intérêts et de la communication se rétrécit. Le patient ne veut pas entrer en contact avec ses amis et sa famille, abandonne toutes les affaires et loisirs, cesse d'aller travailler ou d'assister à des cours.

Une personne passe la majeure partie de la journée au lit. Il a beaucoup de temps pour réfléchir. Il commence à comprendre toutes ses actions commises depuis la période de la phase maniaque. L'introspection conduit à l'auto-flagellation, l'émergence d'un sentiment de culpabilité pour tout ce qui a été fait précédemment.

Tous les problèmes internes du patient sont exacerbés. Il est très inquiet pour ses complexes d'apparence, sa faible estime de soi, sa situation financière difficile. Il éprouve un sentiment de désir, sa propre inutilité, l'inutilité de son existence.

La diminution de l'appétit et l'insomnie entraînent une perte de poids. De nombreuses femmes, dans un contexte d'épuisement nerveux, souffrent d'irrégularités menstruelles. Au plus fort de la dépression, des symptômes de trouble bipolaire tels que la dépersonnalisation et la déréalisation peuvent apparaître. Les frontières de son propre «je» et du monde environnant s'estompent. Ils subissent des «interruptions» dans leur perception de la réalité.

  • Les lieux familiers semblent nouveaux.
  • L'échelle de couleur du monde environnant change. Le patient voit tout dans une couleur différente.
  • Les sons deviennent étouffés. Même si quelqu'un parle de très près, il lui semble que les voix l'atteignent de loin..
  • Le patient éprouve constamment un sentiment de déjà-vu, «regardant à travers» les mêmes scènes de sa vie plusieurs fois.

La dépression contribue à l'émergence d'obsessions hypocondriaques. Une personne se considère comme étant en phase terminale, elle est convaincue que personne ne peut l'aider. La dépression, la matité des émotions, l'auto-flagellation deviennent les raisons des pensées suicidaires. Il est très important que dans une telle condition, quelqu'un s'occupe constamment du patient..

Et si le membre de votre famille présente des signes de trouble bipolaire? En aucun cas, vous ne devez établir de manière indépendante un diagnostic et prescrire des médicaments. Cela ne peut être fait que par un médecin expérimenté. Des psychiatres compétents travaillent au Centre de santé mentale Equilibrium. Nos experts vous conseilleront, vous diront quoi faire, quelles mesures prendre.

Si vous remarquez qu'un être cher est sujet à des pensées suicidaires, vous devez vous inquiéter. Appelez-nous au +7 (499) 495-45-03. Notre spécialiste viendra à votre domicile, examinera le patient, vous conseillera et vous donnera les recommandations nécessaires pour un traitement ultérieur. Si nécessaire, l'équipe aidera à transporter le patient à la clinique. Nous offrirons à votre proche des conditions de vie confortables et un suivi 24h / 24 de son état. Le personnel médical surveillera en permanence la consommation de médicaments, de nourriture et d'eau du patient, et le médecin analysera l'efficacité du traitement choisi et effectuera des ajustements en temps opportun..

Nous fournissons des services sous réserve d'un strict anonymat. Toutes les informations reçues sur le patient et l'histoire de sa maladie restent entre les murs de notre clinique.

Conséquences du trouble bipolaire

Le trouble bipolaire a un impact négatif sur le statut social d'une personne. Les gens autour de lui ne comprennent pas les buts et les actions du patient, son agressivité sans cause et sa rage envers eux. La maladie provoque souvent l'éclatement de la famille.

En état de dépression, une personne se referme chez elle. Les patients sont socialement inadaptés, perdent contact avec la société. Ils sont renvoyés de leur emploi et expulsés des établissements d'enseignement pour absentéisme sans raison valable..

Diagnostique

Bon nombre des symptômes et des signes du trouble bipolaire sont similaires à d'autres maladies mentales telles que la schizophrénie, la névrose et la psychose. Parallèlement à une humeur et un comportement altérés, des changements dans la sphère cognitive sont souvent observés. Tout cela crée certaines difficultés pour le diagnostic de la maladie. Pour établir un diagnostic précis, il est nécessaire d'observer le patient pendant une longue période. Cela aidera à déterminer:

  • symptomatologie caractéristique de ce trouble;
  • le degré de sa gravité, les caractéristiques de la manifestation;
  • Type de BAR, durée de phase.

Pour clarifier le diagnostic et le différencier des autres, le médecin utilise des méthodes supplémentaires sous forme de tests.

  • BSDS - pour le trouble de la personnalité bipolaire.
  • Test de Tsung - pour déterminer l'état dépressif.
  • Échelle Altman - aide à distinguer la dépression commune des troubles mentaux.
  • Test de cyctolomie.

Uniquement sur la base de tous les résultats des tests et des études réalisées, le médecin établit un diagnostic et sélectionne un schéma thérapeutique individuel.

À la clinique Equilibrium, vous pouvez subir un diagnostic de maladie mentale. Nos médecins disposent de méthodes de recherche modernes, vous aideront à identifier le problème et à trouver des moyens efficaces pour le résoudre.

Traitement

Le traitement du trouble bipolaire est une thérapie complexe - médicamenteuse et psychothérapie. Le médecin sélectionne individuellement les médicaments et la posologie, en fonction du sexe, de l'âge et de la présence de symptômes. Le patient est prescrit:

  • Antipsychotiques atypiques - ils aident à soulager les symptômes de la manie et de la dépression.
  • Stabilisateurs d'humeur et de tension.
  • Antidépresseurs - ajuster l'humeur.
  • Normotimiques - généralement utilisés dans les premiers stades de la maladie.
  • Somnifères - pour normaliser le sommeil.

Pendant la pharmacothérapie, le médecin surveille de près l'effet des médicaments sur l'état du patient. Par exemple, la prise d'antipsychotiques peut entraîner une perte de poids considérable et le diabète. Par conséquent, le patient est régulièrement contrôlé pour ses paramètres physiques afin d'éviter les complications et les effets secondaires..

Après avoir supprimé les principaux symptômes du bipolaire, le médecin complète le traitement par une psychothérapie. Dans les formations individuelles, les patients apprennent:

  • reconnaître les changements d'humeur, ressentir leurs signes avant-coureurs et bloquer les attaques;
  • contrôler la manifestation d'émotions violentes;
  • changer les pensées négatives en pensées positives;
  • restaurer les compétences interpersonnelles.

Le soutien des parents et amis joue un rôle important. Nous proposons aux proches du patient de suivre un cours de thérapie familiale. Travailler avec un psychiatre vous aidera à comprendre ce que signifie le trouble bipolaire, comment il se manifeste. Connaissant les informations de base sur le comportement d'une personne atteinte de cette maladie mentale, vous serez en mesure de mieux comprendre les raisons des accès d'agressivité du patient, de voir les signes avant-coureurs d'un changement d'humeur imminent et de lui fournir de l'aide à temps..

Dans la clinique, les patients «Equilibrium» peuvent subir à la fois un traitement hospitalier et un traitement ambulatoire. Après le congé, les proches du patient devront assurer la présence quotidienne du patient pour les procédures médicales et les formations psychologiques, ainsi que surveiller la mise en œuvre de toutes les recommandations du médecin..

Une thérapie correctement sélectionnée vous permet d'obtenir une rémission stable, de soulager le patient des signes douloureux du trouble. La maladie n'interfère pas avec les capacités de réflexion, par conséquent, après un traitement, le patient peut retrouver une vie bien remplie.

Mesures préventives

Pour conserver votre tranquillité d'esprit le plus longtemps possible, vous devez prendre un certain nombre de mesures préventives..

  • Essayez d'éviter le stress, la tension nerveuse.
  • Menez une vie saine - ne fumez pas, ne buvez pas, mangez bien.
  • Être physiquement actif - faire du sport, faire des promenades régulières en plein air.

Obtenez des conseils et trouvez des réponses à vos questions
vous pouvez appeler le +7 (499) 495-45-03.

Trouble bipolaire

informations générales

Le trouble bipolaire est un trouble mental endogène qui se manifeste par un certain nombre d'états affectifs: maniaques, dépressifs et parfois mixtes. Il peut y avoir beaucoup d'options pour ce dernier. En médecine, d'autres définitions sont utilisées pour cette condition - trouble maniaco-dépressif, trouble affectif bipolaire. Les états affectifs sont appelés phases ou épisodes du trouble. Ils se remplacent périodiquement sans l'influence des circonstances extérieures. Les phases peuvent changer directement ou alterner à intervalles sans manifestation de troubles mentaux. Les lacunes en matière de santé mentale sont appelées interruptions ou interphases. Pendant ces périodes, la psyché est entièrement restaurée..

Comme Wikipédia en témoigne, très souvent, les personnes diagnostiquées avec un trouble de la personnalité bipolaire ont d'autres maladies mentales. La première fois que cette condition en tant que maladie indépendante a été décrite en 1854. Mais pendant plusieurs décennies, elle n'a pas été reconnue comme une maladie distincte. Déjà en 1896, le médecin allemand Emil Kraepelin a séparé cette maladie en une unité nosologique séparée et l'a appelée psychose maniaco-dépressive. Ce nom de la maladie est utilisé depuis longtemps et ce n'est qu'après l'introduction du classificateur CIM-10 en 1993 qu'il a commencé à être considéré comme incorrect, car les troubles psychotiques ne se manifestent pas chez tous les patients. De plus, les deux phases (manie et dépression) de cette maladie ne sont pas toujours observées..

Cependant, la psychiatrie manque encore d'une définition unifiée des limites de cette maladie, car elle est essentiellement hétérogène d'un point de vue clinique, pathogénique et nosologique..

Comment le trouble bipolaire se manifeste et quelles méthodes efficaces de traitement existent actuellement seront discutés dans cet article..

Pathogénèse

Dans le trouble bipolaire, la neurotransmission noradrénergique et sérotoninergique centrale est altérée. On pense que la base de la manifestation des troubles affectifs est le déséquilibre du système sérotoninergique-noradrénergique du cerveau, qui détermine le manque ou l'excès d'amines biogènes dans les synapses des neurones. La manifestation de la dépression dans ce cas est associée à un manque de catécholamines et à la manie - à leur excès.

Le dysfonctionnement des systèmes hypothalamo-hypophyso-surrénalien et thyroïdien joue également un rôle dans la pathogenèse de cette maladie. Il existe également des informations selon lesquelles les troubles affectifs sont associés à la désynchronisation des rythmes biologiques. Nous parlons d'un trouble de la régulation du sommeil et de l'éveil dû à une violation de la production de l'hormone pinéale mélatonine dans le corps..

Au cours d'études menées relativement récemment, il a été prouvé que dans le processus de développement du trouble bipolaire, des changements morphologiques sont notés dans l'hippocampe et l'amygdale, c'est-à-dire dans les parties du cerveau qui déterminent la régulation des émotions. Une atrophie et une hypertrophie s'y produisent..

Classification

Le trouble bipolaire est classé en plusieurs types.

  • Trouble bipolaire du premier type - il se caractérise par des périodes de forte augmentation de l'humeur, suivies d'une dépression sévère. Lorsqu'une personne présente une excitation nerveuse extrême, elle a tendance à la religiosité, aux hallucinations. Ces périodes durent généralement plusieurs jours, voire plusieurs mois. Mais il arrive que tout le spectre des manifestations soit noté pendant une journée. Dans certains cas, le patient doit être hospitalisé en raison de l'évolution sévère de la maladie.
  • Le trouble bipolaire de type 2 est plus léger. Les patients ont des règles dépressives et douloureuses. Il n'y a pas de progression des manies, cependant, il y a de courtes périodes d'hypomanie (humeur euphorique élevée). Cette condition est très difficile à reconnaître et à diagnostiquer à un stade précoce..
  • La cyclothymie est un trouble bipolaire relativement léger. Il se caractérise par de multiples phases d'humeur instable. De tels changements sont suivis de longues périodes d'entracte, lorsque la personne se sent normale et mène normalement. Ce type de trouble affecte généralement les adolescents mais est rarement diagnostiqué.
  • Autres types - ceux-ci comprennent les troubles bipolaires, ainsi que les troubles connexes déclenchés par un certain nombre de médicaments, certaines maladies (sclérose en plaques, maladie de Cushing, accident vasculaire cérébral), la consommation d'alcool.

Les raisons

Jusqu'à présent, il n'y a pas de données exactes sur les causes et le mécanisme du développement de cette maladie. Cependant, un certain rôle dans son développement est joué par des facteurs héréditaires et leur interaction avec des influences externes - biologiques et psychosociales..

La recherche confirme que la maladie a une origine familiale héréditaire. Les scientifiques ont confirmé que des cas de troubles affectifs se sont accumulés dans les familles de patients atteints de trouble bipolaire. Dans ce cas, le risque de maladie augmentait en fonction du degré de proximité..

Bien que le rôle de la susceptibilité génétique à la maladie ait été confirmé, cela n'exclut pas l'exposition à des facteurs externes.

Il n'y a pas de gène spécifique qui déclenche cette maladie. On suppose que nous parlons d'un complexe de gènes qui ne causent pas le trouble par eux-mêmes, mais lorsqu'ils sont exposés à d'autres facteurs, déterminent la gravité et la probabilité du trouble bipolaire.

La psychose bipolaire est «déclenchée» par un stress physiologique ou psychologique. Les facteurs stressants qui peuvent le provoquer sont: la violence infantile, le divorce, la dépression post-partum, etc. Mais des situations moins stressantes peuvent également conduire au développement de la maladie - par exemple, des critiques constantes ou une attitude trop stricte des parents. Les substances psychoactives et narcotiques stimulent également le développement de la maladie..

Les personnes ayant certains types de personnalité courent un risque accru de développer ce trouble mental. Nous parlons, tout d'abord, du type mélancolique, qui se caractérise par l'ordre, la responsabilité, la constance.

Les traits de personnalité prémorbides, qui se manifestent par une instabilité émotionnelle, des sautes d'humeur aiguës, des réactions affectives prononcées à des facteurs externes, constituent un autre facteur de risque..

Signes et symptômes du trouble bipolaire

Les signes du trouble bipolaire dépendent de sa phase. Avec ce trouble, les phases maniaques et dépressives alternent. Leurs signes sont largement opposés. Par conséquent, lors du diagnostic, deux échelles de symptômes sont évaluées. À des moments différents, le patient doit présenter à la fois ces symptômes et d'autres symptômes du trouble bipolaire..

Symptômes de manie (hypomanie):

  • L'humeur d'une personne augmente, de plus, cela peut être exprimé de différentes manières: d'un simple état d'esprit élevé à l'euphorie et à un état d'enthousiasme. De telles manifestations ne sont pas associées à des événements en cours. Et même les troubles ne mènent pas à une euphorie décolorée.
  • L'hyperactivité est notée - dans cet état, une personne développe une activité vigoureuse, est pressée, bouge très rapidement, s'agite et fait des gestes.
  • Augmentation de l'énergie - une personne a une poussée de force, il lui semble qu'elle est prête à tout. Dans cet état, les gens peuvent travailler presque 24 heures sur 24, tout en obtenant de bons résultats..
  • Discours trop rapide - les gens avec peu de mots parlent généralement sans s'arrêter, le faisant avec pression et confiance. Cependant, dans une conversation, il est très facile de distraire une personne et de transférer son attention d'un sujet à un autre..
  • Troubles du sommeil - dans cet état, une personne peut dormir pendant 2-3 heures, après quoi elle ne se sentira pas fatiguée.
  • L'émergence d'idées grandioses - le cerveau dans cet état fonctionne très rapidement, générant de nombreuses idées nouvelles, qu'il perçoit comme assez harmonieuses. Dans le cerveau du patient, les images changent à une vitesse très élevée, il est donc difficile pour les personnes autour de lui de saisir la logique des idées qu'il exprime. La manifestation extrême d'un tel symptôme est le délire de la grandeur - dans cet état, pour une personne, ses idées semblent brillantes et parfaites.
  • Absence d'autocritique - dans cet état, le patient n'est pas enclin à évaluer correctement son propre comportement et à le contrôler.
  • Augmentation de la sexualité - dans un état de manie, une personne semble très attirante pour elle-même. Il peut choisir des vêtements provocants pour lui-même, flirter ouvertement, rechercher de nouvelles connexions intimes, complètement sans penser aux conséquences..
  • Irritabilité - une personne atteinte du syndrome maniaco-dépressif se manifeste par une manie, d'autres semblent être très lentes, stupides. Leurs tentatives d'expliquer quelque chose au patient peuvent provoquer des protestations exprimées..
  • Gaspillage d'argent - dans un état de manie, les gens peuvent contracter des prêts et dépenser de l'argent pour le divertissement, croyant que c'est la bonne chose à faire.

En état de dépression, les symptômes suivants de psychose maniaco-dépressive peuvent apparaître:

  • Mauvaise humeur sans raison apparente - de tels signes apparaissent, même si la vie du patient se passe bien. Il souffre de nostalgie, de désespoir, de tristesse.
  • Pensées et intentions suicidaires - si l'état dépressif dure longtemps, le patient peut penser à l'absence de sens de l'existence, ce qui le déçoit. Dans le même temps, les tentatives de suicide ne sont pas exclues..
  • Sentiment de culpabilité - le patient peut sentir qu'il est devenu un fardeau pour ses proches, se blâmer pour les problèmes quotidiens et autres.
  • Anhédonie (incapacité à jouir), perte d'intérêt pour des activités qui étaient auparavant aimées, le patient peut irriter ses proches, se fatiguer des activités préférées. Dans cet état, les gens se replient sur eux-mêmes et essaient de ne pas se croiser avec la société..
  • Fatigue - le patient est très surchargé de travail et, en cas de dépression sévère, il peut devenir complètement inopérant. Parfois, les personnes dans cet état dorment toute la journée. Dans certains cas, au contraire, ils ne peuvent pas s'endormir, car ils ressentent une anxiété et une tension internes. Dans les cas très graves, le patient peut ne pas avoir assez d'énergie pour les soins personnels de base.
  • Exacerbation des maladies somatiques - dans un état de dépression, la santé physique se détériore. Le plus souvent, il y a une augmentation du rythme cardiaque, une bouche sèche, un essoufflement, des maux de tête, des douleurs musculaires, des problèmes avec le tractus gastro-intestinal.
  • Anxiété accrue - dans cet état, les gens s'attendent constamment à quelque chose de mauvais et craignent le changement.

La phase dépressive peut avoir plusieurs options pour le cours:

  • Simple - avec cette option, tous les signes décrits apparaissent sans délire.
  • Hypocondriaque - manifeste un délire hypocondriaque affectif.
  • Délirant - une combinaison de dépression anxieuse avec des délires dépressifs nihilistes-hypocondriaques avec un contenu fantastique, ainsi que des idées de déni et de grandeur.
  • Agité - un ralentissement du moteur à des degrés divers est noté.
  • Anesthésie - un engourdissement mental est noté lorsqu'une personne prétend avoir perdu les sentiments humains, mais en même temps, elle ressent une douleur mentale.

Le syndrome maniaco-dépressif peut également se manifester sous la forme d'un état mixte dans lequel il existe des signes à la fois de manie et de dépression..

Analyses et diagnostics

Le diagnostic du trouble bipolaire est difficile car la catégorie de bipolarité est polymorphe. Très souvent, au stade initial, les patients atteints de ce trouble reçoivent d'autres diagnostics - dépression, schizophrénie, troubles anxieux, troubles de la personnalité, etc..

Un critère diagnostique obligatoire est la manifestation d'au moins deux épisodes affectifs, dont au moins un doit être maniaque ou mixte. Dans le processus d'établissement d'un diagnostic, le médecin prête attention à un large éventail de manifestations et effectue un diagnostic différentiel avec d'autres types de troubles mentaux. Le médecin doit prendre en compte tous les critères prescrits dans les classifications, ainsi que la présence d'un certain ensemble de symptômes.

Il est important de diagnostiquer la maladie le plus tôt possible, car le traitement après un épisode maniaque est plus efficace qu'après plusieurs. Mais très souvent, le diagnostic n'est posé qu'après de nombreuses années de maladie. Le diagnostic devient plus difficile avec un état mixte, c'est-à-dire avec la manifestation de signes de manie et de dépression en même temps.

En cours de diagnostic, les études nécessaires sont effectuées, qui sont prescrites par le médecin. Étant donné que les symptômes maniaques ou dépressifs se développent souvent chez les personnes dont la fonction thyroïdienne est altérée, des tests thyroïdiens sont effectués pour confirmer ou exclure les causes somatiques..

Souvent, les personnes qui soupçonnent qu'eux-mêmes ou un de leurs proches développent certains troubles recherchent un test du trouble bipolaire sur des sites spécialisés. Mais, malgré le fait qu'il n'est pas difficile de trouver un test du trouble bipolaire en ligne, il faut comprendre qu'un tel test en ligne n'est qu'une opportunité d'obtenir des données hypothétiques sur la propension aux troubles mentaux. Seul un médecin peut poser le bon diagnostic, pas un site Internet ou un forum thématique.

Traitement du trouble bipolaire

Pour que le traitement du trouble bipolaire soit efficace, il est très important d'obtenir le bon diagnostic dès le début. Si le trouble bipolaire est confirmé, tout d'abord, un traitement médicamenteux est pratiqué. Au stade de la rémission, la psychothérapie et d'autres techniques sont utilisées.

Tout d'abord, le traitement dépend de la phase - dépression ou manie - le patient commence le traitement.