Le syndrome agrypnique est

Syndrome aggrypnique - c'est la section Éducation, Troubles névrotiques, psychosomatiques et somatoformes A) Trouble névrotique provoqué par des maladies infectieuses.

a) trouble névrotique provoqué par des maladies infectieuses

b) trouble névrotique sous forme de somnolence pathologique

c) trouble névrotique sous forme d'insomnie

d) bégaiement névrotique

e) tics névrotiques

Question 30. Peau pâle et sèche, extrémités froides, yeux brillants et légère exophtalmie, instabilité de la température, tendance à la tachycardie, tachypnée, tendance à l'hypertension artérielle, tremblements musculaires, paresthésies, frissons, inconfort dans la région du cœur surviennent lorsque:

a) syndrome d'hyperventilation

b) forme sympathicotonique de la dystonie vasculaire végétative

c) la forme vagoinsulaire de la dystonie vasculaire végétative

LITTÉRATURE RECOMMANDÉE:

M.G. Ayrapetyants, A.M. Wein. Névroses dans l'expérience et en clinique. M., 1982, 272 p..

Yu. A. Aleksandrovsky. Troubles mentaux limites. M., 1993, 400 s.

D.N. Isaev. Médecine psychosomatique pour enfants. Saint-Pétersbourg, 1996, 454 p..

B.D. Karvasarsky. Les névroses. M., 1990, 576s.

B. Luban-Plozza, W. Peldinger, F. Kroeger. Patient psychosomatique sur rendez-vous chez le médecin. Saint-Pétersbourg, 1994, 245 p..

V.D. Mendelevich. Comment prévenir la névrose. Kazan, 1988.

V.D. Mendelevich. Mécanismes d'anticipation de la neurosogenèse. // Journal psychologique.1996, 4.

V.N. Myasishchev. Personnalité et névroses. L., 1960, années 400.

N. Pezeshkian. Psychosomatique et psychothérapie positive. M., 1996, 464s.

V.S. Rotenberg, V.V. Arshavsky. Activité de recherche et adaptation. M., 1984.

A.M. Svyadosch. Les névroses. L., 1982, 368 p..

V.D. Topolyansky, M. V. Strukovskaya. Troubles psychosomatiques. M., 1986, 384 s.

G.K. Ushakov. Troubles neuropsychiatriques limites. M., 1987, 304 s.

D.Furst. Névrosé, son environnement et son monde intérieur. M., 1957, 376 p..

Ce sujet appartient à la section:

Troubles névrotiques, psychosomatiques et somatoformes

Troubles psychosomatiques et somatoformes névrotiques.. l'un des problèmes fondamentaux de la psychologie clinique est le problème.. on pense que dans les conditions d'exposition à une personne souffrant d'un traumatisme mental, une alternative se pose soit..

Si vous avez besoin de matériel supplémentaire sur ce sujet, ou si vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez, nous vous recommandons d'utiliser la recherche dans notre base de données d'ouvrages: Le syndrome agrypnique est

Que ferons-nous du matériel reçu:

Si ce matériel s'est avéré utile pour vous, vous pouvez le sauvegarder sur votre page sur les réseaux sociaux:

Tous les sujets de cette section:

Névrose maladie psychosomatique santé
Névroses La situation moderne en neurosologie peut être qualifiée de problématique sans exagération. Une maladie - la névrose - connue depuis plusieurs siècles et dont la description est liée

Troubles et maladies psychosomatiques
La réaction d'une personnalité au stress ou à la frustration peut être, d'une part, des troubles névrotiques, dans lesquels prédominent les manifestations psychologiques et psychopathologiques, et des troubles psychosomatiques.

C) le système des relations de personnalité
d) priorités morales de la personnalité e) propriétés du tempérament et du caractère Question 7. Le concept anticipatif de la neurosogenèse note le principe

Ignorer
«Je» RÉALITÉ => Lorsqu'il s'oppose à la réalité, l'individu essaie activement de détruire la réalité détestée, de la changer selon la sienne

Comportement déviant
DELINK-VENTNOE ADDICTIF-NOE PATOCHARAC-THÉROLOGIQUE PSYCHOPATHOLOGIQUE SUR LA BASE D'HYPERSPOS

Comportement agressif
L'agression est un comportement physique ou verbal destiné à nuire à quelqu'un. L'agression peut se manifester sous une forme directe lorsqu'une personne ayant un comportement agressif

L'abus de substances provoquant une altération de l'activité mentale
Un comportement déviant sous forme d'utilisation et d'abus de substances qui provoquent des états d'activité mentale altérée, de dépendance mentale et physique à leur égard est l'un des plus

Motivation ataractique
com, et avec psychopathologique. Cependant, il est considéré comme typique du comportement addictif. Une personne avec une orientation addictive des actions a tendance à rechercher de l'alcool ou des drogues comme moyen d'éviter

Troubles de l'alimentation
Le comportement alimentaire humain est évalué comme harmonieux (adéquat) ou déviant, en fonction de nombreux paramètres, notamment de la place occupée par le processus de prise alimentaire dans la hiérarchie.

Déviations et perversions sexuelles
L'évaluation des critères de diagnostic des écarts dans le comportement sexuel humain se heurte à un certain nombre de difficultés, car il existe des écarts importants dans la compréhension des normes sexuelles. Sous

Vecteur de méthode de mise en œuvre
L'essentiel pour déterminer l'adéquation du comportement sexuel est considéré comme le vecteur d'intensité de la philiation, reflétant un indicateur quantitatif de la force de la libido, quelle que soit son orientation..

Loisirs psychologiques surévalués
L'un des types les plus courants de comportement déviant en dehors du cadre psychopathologique est considéré comme un passe-temps psychologique surévalué. Un passe-temps est un intérêt accru pour quelque chose avec

Loisirs psychopathologiques surévalués
Contrairement aux loisirs psychopathologiques, avec des passe-temps psychopathologiques surévalués, la source d'un intérêt accru et d'une attitude biaisée sont des objets qui ne sont pas conventionnels pour la plupart des gens.

Regroupement des troubles impulsifs
Primaire (vrai) Secondaire Soudé à la personnalité 1) surmonté 2) irrésistible • violent • obsessionnel

Réactions caractéristiques et pathocaractérologiques
Le stéréotype des réactions d'une personne à certains événements importants conduit à la formation de ce qu'on appelle. modèles caractérologiques ou pathocharacterologiques. Selon A.E. Lichko, la réaction pathologique

Déviation communicative
Un comportement déviant ne peut que capturer la sphère de la communication, sans manifester d'autres changements. Dans ce cas, une personne entre en conflit avec la réalité, mais ne s'y oppose pas activement. Naib

Comportement immoral et immoral
Un comportement déviant peut violer les normes d'éthique et de moralité, qui sont inscrites dans le concept de valeurs humaines universelles. Ils s'entendent comme un refus volontaire d'un certain nombre d'actions pouvant

Comportement inesthétique
Le point central de ce type de comportement déviant est le degré d'orientation des valeurs de la personnalité vers des paramètres tels que la beauté, l'harmonie, le goût. Un comportement inesthétique n'est pas n

La poursuite de l'utilisation de substances intoxicantes aux fins
l'atténuation ou l'élimination des phénomènes d'inconfort émotionnel est appelée: a) motivation hédoniste b) motivation ataractique c) motivation pseudo-culturelle

Définition du mot AGRIPNIA dans le dictionnaire explicatif des termes psychiatriques

(Agrypnie grecque - insomnie). Trouble du sommeil, caractérisé par sa superficialité, sa courte durée, ses réveils fréquents. Il est observé dans de nombreuses maladies mentales - schizophrénie, dépression endogène, névroses, états de type névrose.

Selon A.M. Epstein (1928), le syndrome agrypnique est une désignation d'un état de gueule de bois, dans le tableau clinique duquel les troubles du sommeil jouent un rôle important (insomnie, cauchemars, hallucinations hypnagogiques et hypnopompiques).

Syn.: Asomnie, insomnie, dyssomnie.

Dictionnaire explicatif des termes psychiatriques. 2012

Comment les troubles du sommeil peuvent-ils se manifester et qu'est-ce que l'agripnie?

L'agripnie, ou insomnie, est définie comme une difficulté à s'endormir, à maintenir le sommeil pendant une longue période, à consolider le sommeil et à une qualité de sommeil qui se produit malgré suffisamment de temps et l'occasion de se reposer la nuit.

Les critères spécifiques pour définir l'insomnie varient, mais les plus courants sont les suivants:

  • s'endormir prend plus de 30 minutes;
  • la durée du sommeil est inférieure à 6 heures par jour;
  • réveil nocturne plus de 3 fois par nuit;
  • sommeil de mauvaise qualité chronique et dépourvu de qualités réparatrices.

L'origine de l'insomnie et des symptômes des principaux types

De nombreux cliniciens supposent que l'insomnie est souvent secondaire à des troubles mentaux, cependant, de grandes enquêtes épidémiologiques montrent que la moitié des diagnostics d'agrypnie n'étaient pas associés à l'évolution de ces troubles. Cependant, ne pas dormir suffisamment augmente considérablement votre risque de dépression ou d'anxiété. L'insomnie peut également être secondaire à d'autres troubles ou conditions.

La Classification internationale des troubles du sommeil, deuxième édition, classe l'insomnie en 11 catégories, à savoir:

  • insomnie aiguë;
  • insomnie psychophysiologique ou primaire;
  • insomnie paradoxale;
  • insomnie due à des problèmes de santé;
  • insomnie due à un trouble mental;
  • insomnie due à l'abus de médicaments ou d'autres substances pharmacologiques;
  • insomnie, inconditionnée par l'ingestion de substances, se manifestant en raison d'un état physiologique non spécifié;
  • mauvaise hygiène du sommeil;
  • insomnie idiopathique;
  • insomnie comportementale infantile;
  • troubles du sommeil primaires provoquant de l'insomnie.

Les causes de l'insomnie aiguë peuvent être divisées en deux catégories principales: l'exposition à des facteurs externes et liées au stress. Les facteurs externes comprennent un bruit ou une lumière excessifs, des températures extrêmes et un lit ou un matelas inconfortable. Une situation stressante est associée à des événements de la vie, comme un nouvel emploi ou une autre école, la réussite aux examens, le décès de parents et d'amis proches, etc..

L'insomnie aiguë dure généralement 3 mois ou moins. En cas d'exposition prolongée aux facteurs de stress, en règle générale, il y a une adaptation à ceux-ci..

Causes de l'insomnie psychophysiologique

L'insomnie primaire commence par des périodes prolongées de stress chez une personne qui a déjà dormi suffisamment. Le patient réagit au stress par une tension somatique. De plus, les difficultés d'endormissement sont dues aux facteurs suivants:

  • Concentration excessive et inquiétude accrue quant à la qualité de votre sommeil.
  • Excitation mentale due à des pensées obsessionnelles ou à une incapacité à interrompre l'activité mentale en s'endormant.

L'augmentation de la tension somatique se traduit par l'incapacité de détendre suffisamment le corps pour commencer à dormir.

Insomnie paradoxale

Ce type d'insomnie se caractérise par un manque de sommeil chronique la plupart des nuits pendant plusieurs semaines. Pendant la journée, les patients ont un merveilleux repos. Ce type d'agripnie est un phénomène courant chez les personnes qui ont changé de fuseau horaire..

Insomnie due à des problèmes de santé

L'insomnie peut être associée aux maladies suivantes:

  • les syndromes de douleur chronique de toute cause, par exemple, l'arthrite, le cancer;
  • maladie pulmonaire obstructive chronique avancée;
  • hyperplasie bénigne de la prostate, due à la nycturie;
  • maladie rénale chronique, en particulier après hémodialyse;
  • syndrome de fatigue chronique;
  • la fibromyalgie;
  • désordres psychologiques;
  • maladies cardiaques;
  • hypertension artérielle;
  • maladies neurologiques;
  • problèmes de respiration;
  • insuffisance rénale;
  • problèmes gastro-intestinaux.

Insomnie due à des troubles mentaux

La plupart des troubles mentaux chroniques sont associés à des troubles du sommeil. La dépression commence le plus souvent par un réveil tôt le matin et se caractérise par une incapacité à s'endormir.

La schizophrénie et la phase maniaque du trouble bipolaire sont souvent associées à des troubles du sommeil. Les troubles anxieux, y compris le trouble panique nocturne et le trouble de stress post-traumatique, provoquent également une insomnie chronique.

Mauvaise hygiène du sommeil

Est évidente en présence d'au moins l'une des raisons suivantes:

  • mauvaise planification du sommeil en raison du sommeil fréquent pendant la journée et du temps passé au lit;
  • utilisation régulière de produits contenant de l'alcool, de la nicotine, de la caféine, en particulier pendant la période précédant le sommeil;
  • s'engager dans des activités mentalement stimulantes, vivre une activité physique intense ou des émotions accrues juste avant de se coucher;
  • environnement de chambre inconfortable.

Insomnie idiopathique

Cette perturbation du sommeil apparaît avec une apparition progressive au cours de la petite enfance ou de l'enfance. Dans le même temps, il n'y a pas de causes visibles d'agripnie, du moins elles sont très difficiles à déterminer..

Diagnostic de la maladie

Agripnia est un diagnostic clinique. Aucune méthode spéciale de recherche en laboratoire n'est requise pour le clarifier. Une exception peut être les cas où il est nécessaire de déterminer la maladie primaire liée à l'insomnie..

Une collection complète des antécédents de sommeil doit être obtenue d'un patient se plaignant d'insomnie, et une attention particulière doit être portée aux aspects suivants:

  • le moment de l'insomnie;
  • les habitudes de sommeil du patient ou l'hygiène du sommeil;
  • la présence ou l'absence de symptômes de troubles du sommeil associés à l'insomnie;
  • une étude approfondie de l'histoire des maladies antérieures;
  • une étude de la santé mentale du patient afin d'identifier les troubles mentaux, avec une attention particulière à l'anxiété et à la dépression;
  • les antécédents familiaux doivent également être étudiés, en faisant attention au risque possible de développer une insomnie familiale fatale et d'autres affections héréditaires pouvant contribuer à des troubles du sommeil, tels que des troubles mentaux.

L'histoire sociale du patient doit être considérée en termes de:

  • avec insomnie transitoire ou à court terme - le dernier stress situationnel;
  • avec insomnie chronique - stress passé ou maladie médicale;
  • l'usage de tabac, de produits contenant de la caféine, de l'alcool et des drogues illégales.

Le traitement pharmacologique actuel d'un patient peut être revu si des symptômes de tout type d'insomnie sont présents. Médicaments susceptibles de stimuler les troubles du sommeil:

  • la clonidine;
  • théophylline;
  • certains antidépresseurs tels que la protriptyline, la fluoxétine;
  • décongestionnants;
  • stimulants;
  • médicaments sans ordonnance et plantes médicinales.

L'examen physique peut fournir des indices sur des conditions comorbides qui prédisposent à l'insomnie. Les recommandations spécifiques comprennent les suivantes:

  • le développement éventuel de l'apnée du sommeil doit impliquer un examen approfondi de la tête et du cou;
  • symptômes suspects de syndrome des jambes sans repos, de trouble du mouvement périodique des membres ou de tout autre trouble neurologique - un examen neurologique approfondi;
  • en présence de maladies associées - un examen approfondi du système de l'organe affecté, par exemple les poumons en cas de maladie obstructive chronique.

Comme déjà noté, les tests de diagnostic de l'insomnie sont fondamentaux pour clarifier les troubles comorbides. Les méthodes de démarrage qui peuvent être envisagées sont les suivantes:

  • recherche sur l'hypoxémie;
  • polysomnographie;
  • actigraphie;
  • tenir un journal de sommeil;
  • tests génétiques pour identifier les causes héréditaires;
  • recherche sur le cerveau.

Correction générale de l'insomnie

Les directives de traitement de l'insomnie comprennent deux objectifs principaux du traitement:

  • amélioration de la qualité du sommeil;
  • diminution de la qualité des perturbations diurnes causées par un sommeil nocturne insuffisant.

De plus, les experts recommandent au moins une intervention comportementale au début du traitement. La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est considérée comme le traitement le plus approprié pour les patients souffrant d'insomnie primaire, bien qu'elle soit également efficace pour corriger l'insomnie en tant que traitement d'appoint.

Les principales composantes du soutien psychologique de l'insomnie comprennent:

  • diffuser les connaissances sur une bonne hygiène du sommeil;
  • thérapie cognitive;
  • thérapie de relaxation;
  • thérapie de contrôle des stimuli;
  • thérapie limitant le sommeil.

Les somnifères et les sédatifs sont les médicaments les plus couramment prescrits pour l'insomnie. Bien qu'ils ne soient généralement pas curatifs, ils peuvent soulager les symptômes lorsqu'ils sont utilisés comme traitement adjuvant. La liste principale de ces médicaments comprend les éléments suivants:

  • durée d'action courte et moyenne des benzodiazépines, par exemple le triazolam, le témazépam, l'estazolam;
  • eszopiclone;
  • zolpidem;
  • zaleplon;
  • ramelteon.

Les précautions générales suivantes doivent être prises lors de la prescription de sédatifs et d'hypnotiques:

  • Vous devriez commencer à prendre avec la dose la plus faible, qui est capable de montrer un effet hypnotique et sédatif et de le maintenir pendant une longue période..
  • Il est recommandé d'éviter l'utilisation constante pendant la nuit de ce type de médicaments. Vous ne devriez les prendre que lorsque vous en avez vraiment besoin..
  • Il est conseillé de ne pas utiliser de médicaments de ces groupes pendant plus de 2 à 4 semaines consécutives, si possible.
  • Les médicaments doivent fournir au moins 8 heures de sommeil profond.
  • Il ne faut pas oublier que les médicaments et le sommeil la nuit peuvent ne pas montrer les effets bénéfiques du repos le lendemain..
  • S'il y a un problème d'endormissement, ils préfèrent les somnifères à action rapide, par exemple, zolpidem, zaleplon.
  • Si le trouble du sommeil consiste en des réveils nocturnes constants, il est préférable d'utiliser des médicaments à action retardée, par exemple, le témazépam, l'estazolam, le flurazépam..
  • Si le patient est déprimé, des antidépresseurs sédatifs dominants tels que la trazodone, la mirtazapine, l'amitriptyline sont recommandés.
  • Les somnifères et les sédatifs ne doivent jamais être pris avec de l'alcool.
  • Évitez l'utilisation chez les femmes enceintes.
  • Ne prenez pas de benzodiazépines chez les patients souffrant d'apnée du sommeil connue ou possible..
  • Des doses plus faibles doivent être utilisées chez les patients âgés.

Les antidépresseurs sédatifs utilisés dans le traitement de l'insomnie sont les suivants:

  • amitriptyline;
  • nortriptyline;
  • doxepin;
  • mirtazapine;
  • trazodone.

Autres mesures qui peuvent être utiles:

  • l'acupression;
  • changements diététiques - vous ne devriez pas manger plus de deux heures avant le coucher;
  • exercice léger au moins 6 heures avant le coucher.

Pronostic des troubles du sommeil

Le traitement de l'insomnie peut améliorer la santé globale du patient, stimuler de nombreuses fonctions corporelles, y compris l'immunité, améliorant ainsi considérablement la qualité de vie..

Les effets de l'insomnie peuvent inclure les suivants:

  • Diminution de la capacité de concentration, mauvaise mémoire, difficulté à faire face à des irritations mineures et diminution de la capacité à apprécier les relations familiales et sociales.
  • Diminution de la qualité de vie, premiers signes de dépression ou d'anxiété.
  • Plus du double du risque de développer de la fatigue et l'augmentation associée de la probabilité d'être impliqué dans un accident de la route.
  • L'augmentation de la mortalité des personnes qui dorment moins de 5 heures par jour a une tendance constante.

Une étude prospective du sommeil a montré que la durée du sommeil est étroitement liée à l'incidence des maladies cardiovasculaires et des décès qui y sont associés. Une étude sur des patients souffrant d'insomnie chronique et de sommeil court a démontré un risque accru de développer une hypertension et un dysfonctionnement respiratoire.

L'insomnie est connue pour être associée à la dépression et à l'anxiété. La nature associative de ces deux phénomènes a été mal étudiée, mais la relation entre certains aspects est relativement bien définie. Par exemple, l'insomnie peut présager le développement d'un trouble de l'humeur ou d'une dépression..

Question 29, le syndrome aggrypnique est

OPTION 1.

1. À qui appartient le terme «psychologie clinique»? 3) Whitmer;

2. Qui a été le premier à ouvrir un laboratoire de psychologie expérimentale en Russie? 2) Bekhterev;

3. Qui peut être considéré comme le fondateur de la neuropsychologie? 4) Gall.

4. Nommez le fondateur de la psychologie scientifique: 1) Wundt;

5. Indiquez le psychologue qui a le plus contribué au développement de la pathopsychologie en Russie: 3) Zeigarnik;

6. Le fondateur de l'école neuropsychologique en Russie est: 4) Luria.

7. Qui est le fondateur du comportementalisme? 3) Watson;

8. Nommez le fondateur de la psychologie des profondeurs: 2) Freud;

9. Qui a développé la psychologie des relations? 3) Myasishchev;

10. A qui appartient le développement de la psychologie de l'activité? 3) Léontiev;

OPTION 2.y

1. La psychologie clinique a un impact significatif sur le développement des branches de médecine suivantes, à l'exception de: 2) la traumatologie;

2. Problèmes théoriques et pratiques de quelle spécialité ne peut être développée sans psychologie clinique: 3) psychothérapie;

3. Qui a proposé le terme «bioéthique»? 3) Potter;

4. La psychologie clinique a un impact significatif sur le développement des questions théoriques générales suivantes de la psychologie, à l'exception de:

3) développement de problèmes philosophiques et psychologiques;

5. Quel modèle éthique en psychologie clinique a été le plus développé au cours du dernier quart du XXe siècle? 2) bioéthique;

6. Quel principe de la psychologie clinique peut être concrétisé comme l'étiologie et la pathogenèse des troubles psychopathologiques? 2) le principe du développement;

7. Qui a introduit le terme «déontologie» en circulation? 3) Bentham;

OPTION 3.

1. Parmi les premières tentatives pour localiser HMF dans le cortex cérébral, il y avait les travaux: 2) Gall;

2. Le sujet principal de la neuropsychologie de la rééducation est:

3) la restauration des fonctions mentales supérieures perdues en raison d'un traumatisme ou d'une maladie;

3. L'auteur de la théorie historico-culturelle du développement du HMF est: 3) Vygotsky;

4. La zone de développement proximal est: 2) ce qu'un enfant peut faire avec l'aide d'un adulte;

5. Le facteur de base pour tous les types d'associations fonctionnelles conformément au concept d'Anokhin est: 4) l'objectif.

6. Le terme «hétérochronisme» en neuropsychologie signifie:

2) développement non simultané des fonctions;

7. La variabilité de l'organisation cérébrale des fonctions reflète:

2) le principe de la localisation dynamique des fonctions;

8. La rigidité de l'organisation des fonctions cérébrales est due à:

4) les deux dernières circonstances.

9. La thèse principale de l'équipotentialisme est:

4) l'équivalence du rôle de toutes les zones du cerveau dans la mise en œuvre de l'activité mentale.

10. Les parties médiobasales du cerveau selon la classification de Luria comprennent:

1) au bloc d'énergie non spécifique;

11. L'outil d'identification du facteur neuropsychologique est:

3) analyse syndromique;

12. La différence entre l'asynchronie et l'hétérochronie dans le développement de la psyché de l'enfant est: 1) que l'hétérochronie est un facteur naturel du développement;

13. La violation du contrôle de l'exécution de son propre comportement est principalement associée à: 1) la pathologie des lobes frontaux;

14. Le nombre de tâches résolues à l'aide de méthodes de diagnostic neuropsychologique ne comprend pas: 4) le choix des formes d'intervention neurochirurgicale.

15. Les troubles de divers types de sensations sont appelés:

3) troubles sensoriels;

16. Un signe courant d'agnosie visuelle est:

4) perte de la capacité de reconnaissance.

17. Le fait de ne pas reconnaître un objet plat au toucher avec les yeux fermés est appelé: 2) agnosie tactile;

18. L'autopagnosie est un signe de: 2) lésion pariétale supérieure;

19. Le principe des corrections sensorielles pour les mouvements complexes a été développé:

20. Le remplacement des mouvements nécessaires par des modèles est un signe:

4) apraxie régulatrice.

21. Les troubles de la parole acquis dus à des lésions de l'hémisphère gauche sont appelés: 4) aphasie.

22. La défaite de la zone pariéto-occipitale de l'hémisphère gauche conduit souvent à:

3) l'aphasie sémantique;

23. Le principal défaut de l'alexie verbale est:

2) violations de la reconnaissance simultanée;

24. L'agraphie est: 4) violation de la capacité d'écrire correctement dans la forme et le sens.

25. L'akalculie est souvent combinée avec: 1) l'aphasie sémantique;

26. Les troubles de la mémoire non spécifiques sont principalement liés au travail:

1) le premier bloc du cerveau;

27. Le «comportement de champ» est le résultat de dommages aux: 1) lobes frontaux;

28. Une technique expérimentale de détection des troubles de l'attention modaux spécifiques est:

2) présentation simultanée de deux stimuli à des analyseurs appariés;

29. Les défauts de pensée associés à la médiation des connexions vocales sont causés par: 2) des lésions temporales gauches;

30. Le cercle de Peipes décrit essentiellement la circulation des processus émotionnels: 3) au sein du système limbique;

31. La défaite des parties convexitales des lobes frontaux du cerveau est plus susceptible de conduire à un état émotionnel tel que: 1) une complaisance indifférente;

32. Le processus de reconnaissance du général au spécifique est plus représenté:

1) dans l'hémisphère gauche;

33. La gaucherie est:

2) la prédominance articulaire des organes appariés du côté gauche par rapport au droit;

34. Une caractéristique des lésions cérébrales focales chez les enfants est:

1) faible gravité des symptômes;

OPTION 4.

1. Les principes de base de la recherche pathopsychologique selon Zeigarnik incluent tous ces éléments, sauf:

2) normalisation de la procédure expérimentale et analyse des données;

2. Les caractéristiques essentielles de l'attention sont toutes les suivantes, sauf:

3. Le test de preuve de lettre pour l'étude de l'attention a été suggéré par:

4. Le fondateur de l'école russe de pathopsychologie est: 4) Zeigarnik.

5. Les troubles typiques de la pensée dans la schizophrénie comprennent tout ce qui précède, sauf: 4) une tendance à détailler.

6. Pour l'étude de la pensée, toutes les méthodes indiquées sont utilisées, sauf:

7. La mémoire peut être caractérisée par tous les types indiqués, sauf:

8. Les troubles typiques de la pensée dans l'épilepsie sont tous ceux-ci, sauf: 3) l'actualisation de signes «latents» insignifiants;

OPTION 5.

1. En psychosomatique classique, trois groupes de troubles sont distingués, sauf:

2. Le représentant de la direction anthropologique en psychosomatique est:

3. Le terme «psychosomatique» a été introduit en médecine par: 3) Heinroth;

4. Le créateur de la pathologie cortico-viscérale, comme l'une des directions de la psychosomatique, est: 3) les taureaux;

5. Le modèle biopsychosocial moderne de la maladie a été développé par: 3) Engel;

6. L'auteur du concept de «profil de personnalité» en médecine psychosomatique est: 3) Dunbar;

7. Le comportement de type A "est un facteur de risque":

4) maladie cardiovasculaire.

8. Les troubles de la conversion, qui ont initié la direction psychanalytique en psychosomatique, ont été décrits par: 3) Freud;

9. Le terme «alexithymie» a été introduit par: 3) Sifneos;

10. Le concept de "névroses d'organes" a été développé par: 4) Deutsch.

OPTION 6.

1. Le type de dysontogenèse mentale, dans lequel il y a un retour de la fonction à un âge plus précoce, à la fois temporaire et persistant:

2. Type de dysontogenèse mentale, dans laquelle il y a désorganisation ou perte de fonction flagrante: 1) décomposition;

3. Type de dysontogenèse mentale, dans laquelle il y a un retard ou une suspension du développement mental: 3) retard;

4. La forme de dysontogenèse mentale, dans laquelle il y a une avancée prononcée dans le développement de certaines fonctions mentales et propriétés de la personnalité émergente et un retard significatif dans le taux et le moment de la maturation d'autres fonctions et propriétés: 1) asynchronie;

5. Un type socialement conditionné de déviations non pathologiques du développement mental: 3) négligence pédagogique;

6. Les types socialement conditionnés de troubles pathologiques de l'ontogenèse comprennent: 2) la formation pathocharacterologique de la personnalité;

7. Le sous-développement mental général est: 2) un retard mental;

8. Un trait distinctif de la pensée retardée mentale: 2) manque de critique;

9. Émotions des retardataires mentaux: 1) indifférenciés;

10. La totalité de la défaite des fonctions mentales est caractéristique de: 1) l'oligophrénie;

11. Les syndromes de retard temporaire dans le développement de la psyché dans son ensemble ou de ses fonctions individuelles sont désignés par le terme: 3) retard mental;

12. L'anomalie de caractère, le développement anormal, pathologique, caractérisé par une disharmonie dans les sphères émotionnelle et volitive, est:

OPTION 7.

1. Les états réactifs, qui se manifestent principalement par une violation de comportement et conduisent à une inadaptation socio-psychologique, sont appelés:

1) réactions pathocharacterologiques;

2. Les troubles non pathologiques du comportement, qui ne se manifestent que dans certaines situations, n'entraînent pas d'inadaptation de la personnalité et ne s'accompagnent pas de troubles somatovégétatifs, sont appelés: 2) réactions caractérologiques;

3. La formation d'une personnalité immature chez les enfants et les adolescents dans une direction pathologique et anormale sous l'influence d'effets pathogènes chroniques de facteurs socio-psychologiques négatifs, à savoir:

3) formation de la personnalité pathologique psychogène;

4. Les conditions pathologiques, caractérisées par la disharmonie de la constitution mentale de la personnalité, la totalité et la gravité des troubles qui empêchent l'adaptation sociale à part entière du sujet, sont: 2) la psychopathie;

5. Les violations de comportement, qui sont qualifiées sur la base de normes juridiques, sont désignées comme: 3) comportement criminel;

6. Les troubles des conduites qualifiés sur la base de normes morales et éthiques sont désignés comme: 1) comportement délinquant;

7. Une forme de comportement déviant caractérisé par le désir d'échapper à la réalité en changeant artificiellement son état mental en prenant certaines substances ou en se fixant sur certains types d'activités, ce sont: 2) le comportement addictif;

OPTION 8.

1. La compétence communicative d'un médecin augmente avec le développement de qualités telles que: 3) la capacité d'empathie;

2. L'affiliation est: 2) le désir d'une personne d'être en compagnie d'autres personnes;

3. L'empathie est: 1) la capacité de sympathie, d'empathie, de compassion;

4. La compétence communicative du médecin est réduite sous l'influence des propriétés suivantes: 2) augmentation de l'anxiété;

5. La barrière de communication dans les relations peut être associée à un niveau élevé de: 4) dépression.

6. L'anxiété est une émotion:

2) orienté vers l'avenir, associé à l'anticipation d'éventuelles pannes;

7. Syndrome d'épuisement émotionnel - une conséquence:

1) doute de soi et responsabilité accrue;

8. L'adaptation professionnelle consiste à:

4) améliorer le professionnalisme, établir une distance émotionnelle adéquate avec les patients, former une «image» médicale individuelle.

9. La réduction de la distance psychologique avec le patient est autorisée:

3) dans les situations où la vie du patient est menacée;

10. Première impression du médecin par le patient:

1) se développe dans les 18 premières secondes de la connaissance;

11. Le sentiment de contact psychologique donne un élément de communication non verbale:

1) regarder dans les yeux;

12. Dans la communication professionnelle entre un médecin et des patients, les positions suivantes sont préférées:

4) ouvert asymétrique naturel.

13. La gesticulation active du patient est le plus souvent associée à:

2) niveau élevé d'anxiété;

14. Un patient déprimé est caractérisé par: 4) des expressions faciales de chagrin.

15. La parole accélérée caractérise souvent: 3) un patient anxieux;

16. Un discours fort est plus souvent observé chez: 4) les patients en état hypomaniaque.

17. Pendant la phase d'orientation, le médecin:

3) formule un certain nombre d'hypothèses (détermine la zone de recherche);

18. Pendant la phase d'argumentation, le médecin a des raisons pour:

2) faire un diagnostic préliminaire;

19. La projection est: 3) le transfert par le patient au médecin de l'expérience passée des relations avec des personnes importantes;

20. En raison de la combinaison du transfert positif et du contre-transfert positif dans la relation médecin-patient:

1) la probabilité d'émergence de relations informelles entre eux augmente;

21. La tâche principale du médecin dans la phase d'adaptation:

2) fournir un soutien émotionnel au patient;

22. L'adaptation d'un patient aux conditions hospitalières prend environ:

23. Les médicaments prescrits par un médecin ne sont pas utilisés:

1) au moins 20%;

24. L'effet placebo est:

1) l'efficacité des «formes posologiques» pharmacologiquement neutres;

25. Le comportement d'aggravation se caractérise par: 3) une exagération des symptômes de la maladie;

26. Les principaux éléments suivants se distinguent dans la structure du tableau interne de la maladie: 4) sensible, émotionnel, rationnel et motivationnel.

27. Les mécanismes adaptatifs visant à réduire le stress émotionnel pathogène, à se protéger des sentiments et des souvenirs douloureux, ainsi que du développement ultérieur de troubles psychologiques et physiologiques, sont appelés: 2) mécanismes de défense psychologique;

28. Revenir à un stade antérieur de développement ou à des formes de comportement plus primitives, la pensée s'appelle: 4) régression.

29. La protection contre un objet menaçant en s'identifiant à lui s'appelle:

30. Les stratégies d'adaptation les plus productives des patients sont:

1) coopération et recherche active de soutien;

31. La dissimulation est: 2) la dissimulation consciente des symptômes de la maladie;

32. L'anosognosie est: 2) une réaction inconsciente: méconnaissance de la maladie;

33. L'hypocondrie est: 1) un souci douloureusement exagéré pour sa santé;

34. La simulation est:

1) une image consciente des symptômes d'une maladie inexistante;

35. Les patients «difficiles» comprennent les patients qui ont:

2) traits dépressifs à tendance suicidaire;

36. Un médecin en tant que patient est: 3) le patient le plus «difficile» et «atypique»;

37. Un modèle impérieux et autoritaire de la relation médecin-patient avec une structure fixe et une répartition rigide des rôles est un modèle:

38. Le modèle partenaire de la relation «médecin - patient» est largement utilisé dans: 4) la psychothérapie.

OPTION 9.

1. L'assistance psychologique dans les établissements de médecine générale est fournie par un psychologue clinicien:

4) avec un psychiatre et un psychothérapeute.

2. La norme pour fournir un service de psychothérapie pour patients hospitalisés est le poste de psychologue clinicien: 1) pour 20 lits;

3. La norme pour la dotation des postes de psychologues cliniciens dans un bureau de psychothérapie est la suivante:

4) le poste de psychologue clinicien pour une salle psychothérapeutique.

4. Lors de la psychothérapie d'un patient atteint d'un état névrotique, le psychothérapeute et le psychologue clinicien interagissent comme suit:

4) un psychothérapeute et un psychologue clinicien mènent conjointement une psychothérapie, en tenant compte de ses diverses orientations et objectifs.

5. Le contenu principal de la formation postuniversitaire des psychologues cliniciens en psychologie clinique est:

3) psychodiagnostic, psychocorrection dans divers groupes cliniques, formations, supervision;

OPTION 10.

Question 1. Tous sauf un s'appliquent aux méthodes de recherche en psychologie clinique: e) désinhibition à l'amytal-caféine

Question 2. Tous sauf un s'appliquent aux principes de l'entrevue clinique: d) stéréotype

Question 3. L'entretien clinique comprend: d) 4 étapes

Question 4. La durée du premier entretien doit être de: d) 50 minutes

Question 5. La garantie de confidentialité est fournie au client pour:

a) Entretien de stade I

Question 6. La formation à l'anticipation est dispensée à: d) 4ème étape de l'entretien

Question 1. Le concept de base historique et culturelle selon ZhLacan comprend tout sauf un: c) profession

Question 8. La méthode des pictogrammes est utilisée pour étudier: a) la mémoire

Question 9. La technique de Munsterberg est utilisée pour étudier: b) l'attention

Question 10. L'ensemble des caractéristiques comportementales, motivationnelles et cognitives de l'activité mentale des patients, exprimées en termes psychologiques, est appelé: c) syndrome pathopsychologique

Question 11. Les troubles émotionnels-volitifs, les violations de la structure et de la hiérarchie des motifs, l'insuffisance de l'estime de soi et du niveau des aspirations, la violation de la pensée sous la forme d'une "démence affective relative", la violation des prévisions et la confiance dans l'expérience passée sont inclus dans la structure:

c) complexe de symptômes psychopathiques

Question 12. Le recours à la réflexion sur les signes latents, révélé lors de la technique du "pictogramme", indique la présence de:

a) complexe de symptômes schizophréniques

Question 13. Le test de Luscher est utilisé pour évaluer: e) les expériences émotionnelles

Question 14. Une étude visant à évaluer l'état des fonctions mentales supérieures, les caractéristiques du fonctionnement de l'asymétrie des hémisphères est appelée: a) neuropsychologique

Question 15. La capacité de reconnaître les objets présentés au toucher est appelée: b) stéréognose

Question 16. Le questionnaire sur la personnalité multidisciplinaire du Minnesota révèle: c) le profil de la personnalité

Question 17. L'évaluation de la rigidité affective selon le test MMPI est effectuée selon: d) 6 échelle

Question 18. Les méthodes d'étude de l'attention comprennent toutes les méthodes sauf une: d) Le test de Raven

Question 19. L'évaluation de l'efficacité des méthodes psychologiques d'influence sur une personne comprend tous les critères suivants à l'exception d'un:

d) le critère du degré d'amélioration des relations (sexuelles) entre partenaires

Question 20. L'analyse du contact visuel lors de l'entretien clinique vous permet d'évaluer:

b) caractéristiques psychologiques individuelles

OPTION 11.

Question 1. Une expérience mentale holistique individuelle dans le processus de diagnostic des troubles mentaux est appelée: c) le phénomène

Vonros 2. «En ce qui concerne la possibilité d'une similitude phénoménologique complète, la maladie mentale (symptômes psychopathologiques) est reconnue seulement qui peut être prouvée comme telle» - dit le principe: a) Kurt Schneider

Question 3. Avec le critère de preuve, le critère suivant est inclus dans le principe de Kurt Schneider: e) probabilités

Question 4. Le principe de diagnostic, qui exige de "s'abstenir de jugements prématurés" est indiqué par le principe: b) l'époque

Question 5. L'évaluation de l'état d'un individu du type: "Le patient a une expression triste sur son visage" ne prend pas en compte l'un des principes diagnostiques suivants:

Question 6. Pour un diagnostic convaincant des symptômes psychopathologiques, les lois sont fondamentalement importantes: e) logique

Question 7. L'approche phénoménologique du processus de diagnostic utilise les principes suivants: b) comprendre la psychologie

Question 8. Le concept de "nosos" par opposition à "pathos" comprend tous sauf un: a) états psychopathologiques stables

Question 9. Pour diagnostiquer une réaction mentale, il convient de garder à l'esprit que sa durée ne doit pas dépasser: d) 6 mois

Question 10. Un état mental caractérisé par une altération grave des fonctions mentales, un contact avec la réalité, une désorganisation de l'activité, généralement à un comportement asocial et une violation flagrante de la critique est appelé: b) psychose

Question 11. L'un des critères diagnostiques les plus importants pour distinguer les troubles mentaux psychotiques des troubles mentaux non psychotiques est le critère: c) non-criticité des troubles

Question 12. Les réactions, états et développements mentaux causés par des raisons héréditaires et constitutionnelles renvoient à l'un des types de réponses mentales suivants:

Question 13. Les symptômes non psychotiques hystériques et hypocondriaques sont des signes de l'un des types de réponses mentales suivants:

Question 14. Le phénomène du "déjà vu" est le signe de l'un des types de réponse mentale suivants a) exogène

Question 15. La déficience à long terme et irréversible de toute fonction mentale, le développement général des capacités mentales ou la façon caractéristique de penser, de ressentir et de comportement qui compose un individu est appelée: c) un défaut

Question 16. Abulia appartient à l'un des groupes de troubles mentaux suivants: b) troubles négatifs

Question 17. L'état de l'indemnisation totale ou partielle (remplacement) des fonctions mentales altérées en rapport avec la maladie est appelé: b) indemnisation

Question 18. L'apparition chez un individu de caractéristiques de comportement telles que la sottise, l'absurdité, l'impulsivité en combinaison avec un comportement non intentionnel est appelée: b) hébéphrénie

Question 19. Une philosopher stérile et sans but basée sur une violation de la pensée s'appelle: e) le caractère raisonnable

Question 20. Avec l'introversion, contrairement à l'autisme, on note généralement:

a) la criticité de son propre isolement

OPTION 12

Question 1. L'effet Zeigarnik fait référence au processus psychologique:

Question 2. La quantité minimale d'un stimulus qui provoque une sensation à peine perceptible est appelée:

b) le seuil inférieur absolu de sensations (seuil de sensibilité)

Question 3. Les sensations associées aux signaux provenant de la stimulation des récepteurs situés dans les muscles, les tendons ou les articulations sont appelées: c) proprioceptives

Question 4. La loi psychophysique de Weber-Fechner décrit:

e) dépendance de la force de la sensation à l'ampleur du stimulus agissant.

Question 5. À la suite de la perception, toutes les propriétés suivantes de l'image se forment, à l'exception de: d) l'unicité

Question b. Le processus de perception, dans lequel les éléments qui agissent comme des parties de figures, contours et formes familiers sont plus susceptibles de se combiner dans ces figures, formes, contours, est appelé le principe: d) "continuation naturelle"

Question 7. Le trouble de la perception, dans lequel la formation et la perception d'images visuelles bizarres se produisent sur la base de la fusion des caractéristiques élémentaires de l'objet, est appelé: b) illusions paréidoliques

Question 8. Le trouble de la reconnaissance de certaines parties de son propre corps est appelé:

Question 9. L'attention a toutes les propriétés suivantes sauf: d) la durée

Question 10. La durée d'attention moyenne d'une personne est:

c) 5-7 unités d'information

Question 11. Le processus de meilleure mémorisation des actions inachevées par rapport aux actions achevées est appelé: b) l'effet Zeigarnik

Question 12, Un trouble de la mémoire caractérisé par une violation de l'empreinte des informations reçues par une personne et un processus d'oubli fortement accéléré est appelé: c) amnésie fixative

Question 13. La violation de la chronologie de la mémoire, dans laquelle des événements individuels qui ont eu lieu dans le passé sont transférés au présent, est appelée:

Question 14. Toutes les conditions suivantes s'appliquent aux opérations mentales sauf: a) les jugements

Question 15. L'inférence se réfère à: b) les processus de pensée

Question 16. Une diminution du niveau des généralisations et une distorsion du processus de généralisation sont attribuées: b) à des violations du côté opérationnel de la pensée

Question 17. Trouble de la pensée, dans lequel la formation de nouvelles associations est considérablement (au maximum) difficile en raison de la longue domination d'une pensée, la représentation est appelée: c) persévérance

Question 18. Le processus de connaissance de soi par le sujet des actes et états mentaux internes, ainsi que la création d'une idée de la véritable attitude envers le sujet à partir des autres s'appelle: e) réflexion

Question 19. L'anticipation est:

b) la capacité d'une personne à anticiper le cours des événements, à prédire les résultats probables de diverses actions

Question 20. Les états émotionnels particulièrement prononcés d'une personne, accompagnés de changements significatifs de comportement, sont appelés:

Question 21. Le critère de diagnostic différentiel le plus significatif de l'affect pathologique est: b) la présence de troubles de la conscience

Question 22. Alexithymie est appelée:

e) incapacité à décrire avec précision votre état émotionnel

Question 23. La carcinophobie est: a) une peur obsessionnelle du cancer

Question 24. La parabulie comprend tous les troubles suivants, sauf: b) l'autisme

Question 25. L'irrésistible attirance pathologique pour le vagabondage est appelée: b) dromomanie

Question 26. Les types d'automatismes suivants sont distingués, à l'exception de:

Question 27. Une altération de la conscience onirique, accompagnée d'états «d'enchantement» ou d'euphorie, est appelée: a) onéroïde

Question 28. Parmi les patients souffrant de névroses, il y a une tendance à une augmentation des personnes avec:

d) intelligence basse et haute

Question 29. La non-différenciation des objectifs réels et idéaux, l'incapacité à évaluer objectivement la situation émergente, à la voir non seulement dans le moment actuel du moment est plus courante lorsque:

b) troubles de la personnalité (psychopathiques)

Question 30. Le polysémantisme pathologique, dans lequel les mots commencent à acquérir des significations plurielles et souvent la structure sémantique d'un mot perd, est plus fréquent dans: c) les troubles schizophréniques

OPTION 13

Question I. Toutes les plateformes scientifiques suivantes sont mises en évidence qui évaluent l'étiopathogenèse des troubles névrotiques, à l'exception de: e) astrologiques

Question 2. Un événement de la vie affectant des aspects significatifs de l'existence d'une personne et conduisant à des expériences psychologiques profondes est appelé: b) psychotraumatisme

Question 3. La caractéristique la plus importante d'un événement de la vie qui peut provoquer des troubles névrotiques est: e) sa signification

Question 4. Une évaluation quantitative de la pathologie des événements de la vie est appelée l'échelle: a) Holmes-Ray

Question 5. Un conflit névrotique, caractérisé par des revendications excessivement surestimées de la personnalité, combiné à une sous-estimation ou un mépris total des conditions réelles objectives ou des exigences d'autrui, est indiqué par: a) hystérique

Question 6. Le traumatisme mental conditionnellement pathogène est associé, tout d'abord, avec: c) le système des relations de personnalité

Question 7. Le concept d'anticipation de la neurosogenèse souligne l'importance fondamentale de: e) l'imprévisibilité du traumatisme mental

Question 8. Les propriétés suivantes jouent le plus grand rôle dans l'apparition et la formation de troubles névrotiques: d) personnalité

Question 9. Le trouble de stress post-traumatique est associé, tout d'abord, à: b) des événements qui vont au-delà de l'expérience de vie ordinaire

Question 10. Les troubles résultant de l'émergence d'une situation socio-économique et politique psychogéniquement pertinente pour un grand nombre de personnes sont désignés:

a) troubles mentaux socialement stressants

Question 11. Les variantes de la crise d'identité comprennent tous les éléments suivants, sauf: b) mystique

Question 12. Les troubles caractérisés par une perte partielle ou complète de l'intégration normale entre la mémoire du passé, une conscience altérée de l'identité et des sensations immédiates, ainsi qu'une altération du contrôle de ses propres mouvements corporels sont appelés:

e) conversion (dissociative).

Question 13. La stupeur dissociative se caractérise par:

b) un état d'immobilité

Question 14. Le comportement humain après un psychotraumatisme aigu, caractérisé par l'enfance, survient dans: d) le syndrome puéril

Question 15. K. Jaspers décrit le principe du diagnostic des troubles névrotiques: a) la triade

Question 16. Les obsessions font partie de la structure: d) syndrome anankastique

Question 17. L'agoraphobie est a) la peur obsessionnelle des espaces ouverts

Question 18. Tous les stades suivants de la formation des troubles névrotiques sont distingués, à l'exception de: d) psychocorrectional

Question 19. Les patients atteints de troubles névrotiques ont généralement: c) un type monovariant de prédiction probabiliste

Question 20. La réticence des patients pendant un conflit non résolu à entreprendre toute action conduisant à sa clarification ou à la disparition des symptômes, ainsi qu'à utiliser des méthodes de compensation psychologique, est indiquée par: e) une psychocorrection attitudinale

Question 21. Un conflit névrotique reçoit une réponse somatique secondaire et un traitement en cas de: b) symptômes de conversion

Question 22. Les maladies psychosomatiques se forment, en règle générale, en raison: d) d'un conflit intrapersonnel

Question 23. Aux maladies psychosomatiques classiques incluses dans le soi-disant. Les «sept saints» comprennent tous les éléments suivants, sauf:

a) infarctus du myocarde

Question 24. Le principal conflit intrapersonnel lié à l'hypertension est le conflit:

b) entre pulsions agressives et sentiments de dépendance

Question 25. Le type de personnalité coronarienne A prédispose à:

e) infarctus du myocarde

Question 26. Le type de personnalité B ne prédispose pas à: e) l'infarctus du myocarde

Question 27. Des qualités telles qu'un niveau élevé d'aspirations, un désir prononcé d'atteindre un objectif, un désir de compétitionner sont incluses dans la structure: a) de type de personnalité A

Question 28. La douleur qui survient dans les organes génitaux d'une femme uniquement pendant le contact coït et qui les rend difficiles ou les exclut est appelée:

Question 29, le syndrome aggrypnique est

c) trouble névrotique sous forme d'insomnie

Question 30. Pâleur et sécheresse de la peau, froideur des extrémités, brillance des yeux et légère exophtalmie, instabilité de la température, tendance à la tachycardie, tachypnée, tendance à l'hypertension artérielle, tremblements musculaires, paresthésies, frissons, inconfort au niveau du cœur surviennent lorsque:

b) forme sympathicotonique de la dystonie végétative-vasculaire

OPTION 14.

Question 1. Le concept de "zone de développement proximal" suggère que:

a) l'apprentissage doit précéder le développement

Question 2. Le processus de formation dans la structure des anciens nouveaux types d'activité, caractéristique de la prochaine période d'âge, accompagné de la maturation ou de la restructuration des processus privés et des principaux «changements psychologiques de la personnalité, est appelé: d) activité dirigeante

Question 3. Les changements mentaux et sociaux qui surviennent pour la première fois à un âge donné et déterminent la conscience de l'enfant, son rapport à l'environnement, la vie interne et externe sont appelés: e) néoplasmes

Voshchin. 4. Les crises psychologiques liées à l'âge sont appelées:

b) périodes d'ontogenèse, caractérisées par de brusques changements psychologiques

Question 5. La période de maturité survient à l'âge: d) 35-60 ans

Question 6. «Le complexe du réveil» est caractéristique: a) de la période néonatale

Question 7. L'absence de "complexe de revitalisation" est considérée comme une caractéristique: a) du syndrome de l'autisme de la petite enfance

Question 8. La crise de la première année de vie se caractérise par:

e) la formation de la marche et de la parole

Question 9. Le syndrome hyperdynamique est typique pour:

c) enfants âgés de 3 à 5 ans

Question 10. L'activité principale des enfants d'âge préscolaire et primaire est: e) jouer

Question 11. L'activité ludique, au cours de laquelle pendant une longue période une personne est capable de se «réincarner» en un animal, une image fictive ou un objet inanimé, est appelée: b) fantaisie pathologique

Question 12. La réaction exprimée par le désir persistant de l'adolescent de réussir dans le domaine où il est faible s'appelle:

b) réaction d'hypercompensation

Question 13. Gérer une personne avec des considérations égoïstes d'intérêt mutuel dans la commission de certaines actions fait référence aux manifestations:

c) niveau de moralité pré-moral

La question 14. La "crise d'âge moyen" survient, en règle générale, à l'âge de:

Question 15. Les caractéristiques psychologiques typiques des personnes âgées sont toutes les suivantes, à l'exception de: b) l'altruisme

Question 16. Le modèle familial dans lequel un membre de la famille développe l'ignorance de la présence de problèmes ou de maladies est appelé: e) anosognosique

Question 17. Le développement de la schizophrénie chez un enfant résulte d'une éducation familiale du type: e) aucune des réponses n'est correcte

Question 18. Le conflit entre les traditions familiales, par exemple dans le choix de la profession ou de l'occupation, et les désirs qui leur sont contraires, s'appelle (selon N. Pezeshkian): d) unicité-identité

Question 19. La famille développe une pensée sanogène chez ses membres afin de:

b) réduire les conflits internes, les tensions et prévenir les maladies

Question 20. La réaction d'émancipation est typique pour: e) les adolescents