Comment l'alcool affecte le corps humain

L'abus d'alcool est un problème urgent de la société moderne, qui donne lieu à des crimes, des accidents, des blessures et des intoxications parmi tous les segments de la population. La dépendance à l'alcool est particulièrement difficile à percevoir lorsqu'elle concerne la partie la plus prometteuse de la société - les étudiants. Le taux de mortalité de la population en âge de travailler dû à la consommation de boissons alcoolisées occupe une place élevée. Les scientifiques considèrent l'alcoolisme comme un suicide collectif de la nation. La dépendance à l'alcool, comme le cancer, détruit de l'intérieur la personnalité d'un individu et de la société dans son ensemble.

Comment l'alcool affecte-t-il le corps humain? Examinons l'effet des boissons alcoolisées sur tous les organes et découvrons comment l'alcool agit sur le cerveau, le foie, les reins, le cœur et les vaisseaux sanguins, le système nerveux, ainsi que sur la santé des hommes et des femmes..

L'effet de l'alcool sur le cerveau

Tous les organes souffrent des effets négatifs des boissons alcoolisées. Mais ce sont surtout les neurones - les cellules cérébrales. Comment l'alcool affecte le cerveau, les gens le savent grâce à la sensation d'euphorie, de bonne humeur et de relaxation.

Cependant, au niveau physiologique, à ce moment, la destruction des cellules du cortex cérébral se produit même après de petites doses d'éthanol..

  1. Normalement, l'apport sanguin au cerveau se fait par de minces capillaires.
  2. Lorsque l'alcool pénètre dans la circulation sanguine, les vaisseaux sanguins se contractent et les globules rouges s'agglutinent, formant des caillots sanguins. Ils bloquent la lumière des capillaires cérébraux. Dans ce cas, les cellules nerveuses souffrent de manque d'oxygène et meurent. Dans le même temps, une personne ressent de l'euphorie, ne se doutant même pas de changements destructeurs dans le cortex cérébral..
  3. Les capillaires de congestion gonflent et éclatent.
  4. Après avoir bu 100 g de vodka, un verre de vin ou une chope de bière, 8 000 cellules nerveuses meurent à jamais. Contrairement aux cellules hépatiques, qui peuvent se régénérer après le sevrage alcoolique, les cellules nerveuses du cerveau ne se régénèrent pas..
  5. Les neurones morts sont excrétés dans l'urine le lendemain.

Ainsi, sous l'influence de l'alcool sur les vaisseaux sanguins, un obstacle est créé pour la circulation sanguine normale du cerveau. C'est la raison du développement de l'encéphalopathie alcoolique, de l'épilepsie.

Lors de l'examen post-mortem du crâne des personnes qui abusent de l'alcool, des changements pathologiques destructeurs dans leur cerveau sont naturellement tracés:

  • réduire sa taille;
  • lissage des circonvolutions;
  • la formation de vides à la place des zones mortes;
  • foyers d'hémorragies ponctuées;
  • la présence de liquide séreux dans les cavités cérébrales.

Avec un abus prolongé, l'alcool affecte la structure du cerveau. Des ulcères et des cicatrices se forment à sa surface. Sous une loupe, le cerveau d'un alcoolique ressemble à une surface lunaire, parsemée de cratères, d'entonnoirs.

L'effet de l'alcool sur le système nerveux

Le cerveau humain est une sorte de panneau de contrôle pour tout l'organisme. Dans son cortex se trouvent les centres de la mémoire, de la lecture, du mouvement des parties du corps, de l'odorat, de la vision. La violation de la circulation sanguine et la mort cellulaire de tout centre s'accompagnent de l'arrêt ou de l'affaiblissement des fonctions cérébrales. Ceci s'accompagne d'une diminution des capacités cognitives (cognitives) d'une personne.

L'influence de l'alcool sur la psyché humaine se traduit par une diminution de l'intelligence et une dégradation de la personnalité:

  • déficience de mémoire;
  • diminution du quotient intellectuel;
  • hallucinations;
  • perte d'attitude autocritique;
  • comportement immoral;
  • discours incohérent.

Sous l'influence de l'alcool sur le système nerveux, les réactions comportementales d'une personne changent. Il perd la modestie, la retenue. Fait ce qu'il ne ferait pas dans son bon sens. Arrête de critiquer ses émotions. Il a des accès de rage et de colère non motivés. La personnalité d'une personne se dégrade en proportion directe de la quantité et de la durée de la consommation d'alcool.

Peu à peu, une personne se désintéresse de la vie. Son potentiel créatif et de travail est en déclin. Tout cela affecte négativement la progression de carrière et le statut social..

La polynévrite alcoolique des membres inférieurs se développe après une utilisation prolongée d'alcool éthylique. Sa cause est une inflammation des terminaisons nerveuses. Elle est associée à une carence aiguë dans le corps en vitamines du groupe B. La maladie se manifeste par une sensation de faiblesse sévère dans les membres inférieurs, un engourdissement, une douleur dans les mollets. L'éthanol affecte à la fois les muscles et les terminaisons nerveuses - il provoque une atrophie de tout le système musculaire, qui se termine par une névrite et une paralysie.

L'effet de l'alcool sur le système cardiovasculaire

L'effet de l'alcool sur le cœur est tel que pendant 5 à 7 heures, il fonctionne sous stress. Tout en prenant des boissons enivrantes, la fréquence cardiaque augmente, la pression artérielle augmente. La fonction cardiaque n'est complètement rétablie qu'après 2-3 jours, lorsque le corps est complètement nettoyé.

Après l'entrée d'alcool dans le sang, les globules rouges changent - ils sont déformés en raison de la rupture des membranes, collent ensemble, formant des caillots sanguins. En conséquence, le flux sanguin dans les vaisseaux coronaires est perturbé. Le cœur, essayant de pousser le sang, augmente de taille.

Les conséquences de l'effet de l'alcool sur le cœur avec abus sont les maladies suivantes.

  1. Dystrophie myocardique. Le tissu conjonctif se développe à la place des cellules mortes à la suite d'une hypoxie, ce qui perturbe la contractilité du muscle cardiaque.
  2. La cardiomyopathie est une conséquence typique qui s'est formée sur 10 ans d'abus d'alcool. Elle affecte plus souvent les hommes..
  3. Arythmie cardiaque.
  4. Cardiopathie ischémique - angine de poitrine. Après avoir bu de l'alcool, la libération d'adrénaline et de noradrénaline augmente dans le sang, ce qui augmente la consommation d'oxygène du muscle cardiaque. Par conséquent, toute dose peut entraîner une insuffisance coronarienne..
  5. Le risque de développer un infarctus du myocarde chez les personnes qui boivent est plus élevé que chez les personnes en bonne santé, quel que soit l'état des vaisseaux coronaires du cœur. L'alcool augmente la tension artérielle, ce qui peut entraîner des crises cardiaques et une mort prématurée..

La cardiomyopathie alcoolique est caractérisée par une hypertrophie (hypertrophie) des ventricules du cœur.

Les symptômes de la cardiomyopathie alcoolique sont les suivants:

  • dyspnée;
  • une toux, souvent la nuit, que les gens associent à un rhume;
  • fatiguabilité rapide;
  • douleur au coeur.

La progression de la cardiomyopathie conduit à une insuffisance cardiaque. La dyspnée s'accompagne d'un gonflement des jambes, d'une hypertrophie du foie et d'arythmies cardiaques. Avec des douleurs cardiaques chez les personnes, une ischémie myocardique sous-endocardique est souvent détectée. La consommation d'alcool provoque également une hypoxie - une privation d'oxygène du muscle cardiaque. Puisque l'alcool quitte le corps en quelques jours, l'ischémie myocardique persiste tout ce temps..

Important! Si le lendemain de l'alcool, votre cœur vous fait mal, vous devez faire un cardiogramme et consulter un cardiologue.

Les boissons alcoolisées affectent la fréquence cardiaque. Après une consommation excessive d'alcool, divers types d'arythmies se développent souvent:

  • tachycardie auriculaire paroxystique;
  • battements prématurés auriculaires ou ventriculaires fréquents;
  • flutter auriculaire;
  • fibrillation ventriculaire, qui nécessite un traitement anti-choc (souvent mortel).

La présence de ce type d'arythmies après la prise de fortes doses d'alcool s'appelle le cœur «festif». Les troubles du rythme cardiaque, en particulier les arythmies ventriculaires, sont souvent mortels. Les arythmies peuvent être considérées comme des signes de cardiomyopathie..

L'effet de l'alcool sur le système cardiovasculaire humain est un fait scientifiquement établi et prouvé. Le risque de ces maladies est directement proportionnel à la consommation de boissons alcoolisées. L'alcool et son produit de clivage, l'acétaldéhyde, ont un effet cardiotoxique direct. De plus, il provoque une carence en vitamines et protéines, augmente les lipides sanguins. Lors d'une intoxication alcoolique aiguë, la contractilité du myocarde diminue fortement, ce qui entraîne un manque de sang dans le muscle cardiaque. En essayant de compenser une carence en oxygène, le cœur augmente ses contractions. De plus, en cas d'intoxication, la concentration de potassium dans le sang diminue, ce qui est à l'origine de troubles du rythme, dont le plus dangereux est la fibrillation ventriculaire..

L'effet de l'alcool sur les vaisseaux sanguins

Est-ce que l'alcool augmente ou abaisse la tension artérielle? - Même 1 à 2 verres de vin augmente la tension artérielle, en particulier chez les personnes souffrant d'hypertension. Après avoir pris des boissons alcoolisées dans le plasma sanguin, la concentration de catécholamines - adrénaline et norépinéphrine - augmente, ce qui augmente la pression artérielle. Il existe un concept, «effet dépendant de la dose», qui montre comment l'alcool affecte la pression artérielle, en fonction de sa quantité - la pression systolique et diastolique augmente de 1 mmHg avec une augmentation de l'éthanol de 8 à 10 grammes par jour. Les personnes qui abusent de l'alcool ont un risque d'hypertension 3 fois plus élevé que les abstinents.

Comment l'alcool affecte-t-il les vaisseaux sanguins? Voyons ce qui arrive à nos vaisseaux en buvant de l'alcool. L'effet initial des boissons alcoolisées sur la paroi vasculaire est en expansion. Mais cela est suivi d'un spasme. Cela conduit à une ischémie des vaisseaux du cerveau et du cœur, entraînant une crise cardiaque et un accident vasculaire cérébral. L'alcool a également un effet toxique sur les veines de telle sorte que le flux sanguin est perturbé à travers elles. Cela conduit à des varices de l'œsophage et des membres inférieurs. Les personnes qui abusent de la libation ont souvent des saignements des veines de l'œsophage, qui se terminent par la mort. Est-ce que l'alcool dilate ou resserre les vaisseaux sanguins? - ce ne sont que les étapes de son impact successif, tous deux destructeurs.

Le principal effet néfaste de l'alcool sur les vaisseaux sanguins est lié à la façon dont l'alcool affecte le sang. Sous l'influence de l'éthanol, les érythrocytes s'agglutinent. Les caillots sanguins résultants sont transportés dans tout le corps, obstruant les vaisseaux étroits. En se déplaçant le long des capillaires, la circulation sanguine est considérablement entravée. Cela conduit à une perturbation de l'approvisionnement en sang dans tous les organes, mais cela représente le plus grand danger pour le cerveau et le cœur. Le corps active une réaction compensatoire - il augmente la pression artérielle afin de pousser le sang. Cela conduit à une crise cardiaque, une crise hypertensive, un accident vasculaire cérébral..

Effets sur le foie

Les effets nocifs de l'alcool sur le foie ne sont un secret pour personne. L'étape de libération d'alcool éthylique est beaucoup plus longue que l'absorption. Jusqu'à 10% de l'éthanol est excrété sous forme pure avec la salive, la sueur, l'urine, les matières fécales et la respiration. C'est pourquoi après avoir bu de l'alcool, une personne a une odeur spécifique d'urine et de «fumée» de la bouche. Les 90% restants de l'éthanol doivent être décomposés par le foie. Des processus biochimiques complexes s'y déroulent, dont l'un est la conversion de l'alcool éthylique en acétaldéhyde. Mais le foie ne peut décomposer qu'environ 1 verre d'alcool en 10 heures. L'éthanol non digéré endommage les cellules hépatiques.

L'alcool affecte le développement des maladies hépatiques suivantes.

  1. Foie gras. À ce stade, la graisse s'accumule dans les hépatocytes (cellules hépatiques) sous forme de boules. Au fil du temps, il colle ensemble, formant des bulles et des kystes dans la veine porte, qui perturbent le mouvement du sang..
  2. Au stade suivant, une hépatite alcoolique se développe - une inflammation de ses cellules. Dans le même temps, la taille du foie augmente. De la fatigue, des nausées, des vomissements et de la diarrhée apparaissent. A ce stade, après l'arrêt de la consommation d'éthanol, les cellules hépatiques sont encore capables de se régénérer (récupérer). Une utilisation continue conduit à la transition vers l'étape suivante.
  3. La cirrhose du foie est une maladie typique de l'abus d'alcool. À ce stade, les cellules hépatiques sont remplacées par du tissu conjonctif. Le foie est couvert de cicatrices, lorsqu'il est palpé, il est dense avec une surface inégale. Cette étape est irréversible - les cellules mortes ne peuvent pas récupérer. Mais l'arrêt de la consommation d'alcool arrête les cicatrices du foie. Les cellules saines restantes remplissent une fonction désactivée.

Si au stade de la cirrhose, la consommation de boissons alcoolisées ne s'arrête pas, le processus entre au stade du cancer. Un foie sain peut être maintenu avec une consommation modérée.

Important! Selon la recommandation de l'OMS, la dose sûre est de 10 grammes pour les femmes et de 20 grammes d'alcool par jour pour les hommes..

L'équivalent est un verre de bière ou un verre de vin par jour. Et même à ces doses, vous ne devriez pas boire d'alcool tous les jours. Il est nécessaire de laisser l'alcool sortir complètement du corps, et cela prend 2-3 jours.

Effets de l'alcool sur les reins

La fonction rénale ne concerne pas seulement la production et la sécrétion d'urine. Ils participent à l'équilibre de l'équilibre acido-basique et de l'équilibre eau-électrolyte, produisent des hormones.

Comment l'alcool affecte-t-il les reins? - lors de l'utilisation d'éthanol, ils passent en fonctionnement intensif. Le bassin rénal est obligé de pomper un grand volume de liquide, essayant d'éliminer les substances nocives pour le corps. Les surcharges constantes affaiblissent la capacité fonctionnelle des reins - avec le temps, ils ne peuvent plus fonctionner constamment en mode amélioré. L'effet de l'alcool sur les reins peut être vu après un festin festif en regardant un visage enflé et une pression artérielle élevée. Le corps accumule du liquide que les reins sont incapables d'éliminer.

De plus, les toxines s'accumulent dans les reins, puis des calculs se forment. Au fil du temps, la néphrite se développe. Dans ce cas, après avoir pris de l'alcool, il arrive que les reins font mal, que la température augmente et que des protéines apparaissent dans l'urine. La progression de la maladie s'accompagne de l'accumulation de toxines dans le sang, qui ne sont plus capables de neutraliser le foie, et d'éliminer les reins.

L'absence de traitement conduit au développement d'une insuffisance rénale. Dans ce cas, les reins ne peuvent pas former et excréter l'urine. L'empoisonnement du corps avec des scories commence - une intoxication générale avec une issue fatale.

Comment l'alcool affecte le pancréas

La fonction du pancréas est de libérer des enzymes dans l'intestin grêle pour digérer les aliments. Comment l'alcool affecte-t-il le pancréas? - sous son influence, ses conduits sont obstrués, ce qui fait que les enzymes n'entrent pas dans l'intestin, mais à l'intérieur. De plus, ces substances détruisent les cellules de la glande. De plus, ils influencent les processus métaboliques impliquant l'insuline. Par conséquent, avec l'abus d'alcool, le diabète peut se développer..

En cours de décomposition, les enzymes et les produits de désintégration provoquent une inflammation de la glande - pancréatite. Cela se manifeste par le fait qu'après l'alcool, le pancréas fait mal, des vomissements apparaissent et la température augmente. La douleur dans la région lombaire est le zona. L'abus d'alcool affecte le développement de l'inflammation chronique, qui est un facteur de risque de cancer de la glande.

L'effet de l'alcool sur le corps féminin et masculin

L'alcool affecte le corps d'une femme plus que celui d'un homme. Chez les femmes, l'enzyme alcool déshydrogénase, qui décompose l'alcool, est contenue à une concentration plus faible que chez les hommes, de sorte qu'elles se saoulent plus rapidement. Le même facteur affecte la formation de la dépendance à l'alcool chez les femmes plus rapidement que chez les hommes..

Même après avoir utilisé de petites doses, les organes des femmes subissent de grands changements. Sous l'influence de l'alcool sur le corps d'une femme, la fonction reproductrice est principalement affectée. L'éthanol perturbe le cycle mensuel, affecte négativement les cellules germinales et la conception. Boire de l'alcool accélère l'apparition de la ménopause. De plus, l'alcool augmente le risque de cancer du sein et d'autres cancers. Avec l'âge, l'effet négatif de l'alcool sur le corps féminin augmente, car son excrétion par le corps ralentit.

L'alcool affecte négativement les structures cérébrales importantes - l'hypothalamus et la glande pituitaire. La conséquence en est son effet négatif sur le corps masculin - la production d'hormones sexuelles diminue, ce qui entraîne une diminution de la puissance. En conséquence, les relations familiales s'effondrent..

L'alcool affecte négativement tous les organes. Il a l'effet le plus rapide et le plus dangereux sur le cerveau et le cœur. L'éthanol augmente la pression artérielle, épaissit le sang, perturbe la circulation sanguine dans les vaisseaux cérébraux et coronaires. Ainsi, il provoque une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral, une crise hypertensive. Avec une utilisation prolongée, des maladies irréversibles du cœur et du cerveau se développent - cardiomyopathie alcoolique, encéphalopathie. Les organes les plus importants appelés à éliminer les toxines du corps sont affectés - le foie et les reins. Le pancréas est endommagé, la digestion est perturbée. Mais l'arrêt de l'alcool au début de la maladie peut réparer les cellules et arrêter les dommages aux organes..

Comment l'alcool affecte le corps pendant une épidémie

Avec une bouteille et aucune immunité. La vie a découvert les dangers de la consommation d'alcool en quarantaine.

Photo © Getty Images

Les ventes d'alcool pendant la période de quarantaine ont atteint des records. Les détaillants notent qu'une telle demande est généralement enregistrée pendant les vacances du Nouvel An. Certaines régions introduisent déjà des interdictions ou des restrictions sur la vente d'alcool. Les grandes entreprises ont déjà rejoint cette tendance. La direction entreprenante de la Sberbank propose de livrer de l'alcool à domicile avec des médicaments, notant également dans leurs études une augmentation colossale des ventes d'alcool pendant les vacances forcées..

Cependant, les narcologues, immunologistes et nutritionnistes interrogés par Life préviennent: la quarantaine n'est pas une raison de s'amuser, et l'habitude de verser du stress avec de l'alcool est extrêmement dangereuse pour la psyché et le corps dans son ensemble..

Double coup porté au système endocrinien

- La grande frénésie entièrement russe a été provoquée non pas tant par l'apparition soudaine de temps libre et de paresse, mais par un stress total massif, - dit le psychiatre, narcologue et psychothérapeute Alexander Fedorovich.

La fonction cérébrale normale est maintenant traumatisée par le stress. La libération active d'hormones spéciales associées à cette affection - les catécholamines - affecte tous les organes en général, mais surtout les glandes endocrines. Ainsi, l'équilibre des sucres est perturbé, la pression saute, l'insomnie commence, etc. Un stress de ce niveau, aujourd'hui devenu massif, est en soi destructeur pour le corps, et les effets de l'alcool s'y ajoutent.

«Le problème du stress de masse a aujourd'hui un caractère social profond», explique le médecin. - La majorité des clients qui sollicitent une aide psychothérapeutique pendant cette période ne parlent pas de peur du coronavirus en tant que telle, mais de stress extrême au travail, de pression psychologique des employeurs. Beaucoup s'inquiètent également du contrôle total, les scandales familiaux et les problèmes dans les relations personnelles sont devenus plus fréquents..

L'atmosphère dérangeante dans l'isolement ne fait qu'augmenter l'effet nocif de l'alcool sur les systèmes cardiovasculaire, excréteur et autres du corps. Dans le même temps, la restriction de la mobilité en quarantaine ne permet pas de réduire cet effet néfaste, comme cela se produit les vacances du Nouvel An, lorsque nous marchons, chantons et dansons, ce qui accélère le processus de traitement de l'alcool éthylique et réduit la production de cortisol (hormone du stress).

- Les gens, étant isolés, ressentent psychologiquement des restrictions semblables à l'emprisonnement. Et dans ces conditions, vous ne devez en aucun cas soulager le stress en «vous régalant pendant la peste». Ce ne sont pas des vacances, - se souvient le psychiatre Alexander Fedorovich. - Une telle habitude - verser de l'alcool dans le chagrin - est dangereuse avec le développement rapide de l'alcoolisme.

L'immunologiste Marina Apletaeva a également remarqué que l'alcool augmente le niveau d'agression en stimulant la production de cortisol par les glandes surrénales. Et sous le stress, le cerveau se souvient de cette chaîne: mauvaise humeur - boire! Par conséquent, le médecin recommande de boire pendant les vacances afin qu'une bonne humeur réduise en quelque sorte l'activité agressive du cortisol..

Traditionnel en Russie "antidépresseur" conduit à un nœud coulant ou à une maison de fous

- L'alcool est vraiment un puissant destructeur, mais c'est une épée à double tranchant. Et sa deuxième extrémité peut éventuellement pointer vers un hôpital psychiatrique. Dans les conditions les plus difficiles pour la psyché de l'isolement, l'alcool exacerbe et provoque de graves troubles mentaux, souvent des cas de psychose, des humeurs suicidaires et, en général, l'escalade des conflits au sein de la famille sont enregistrés, - a noté le psychiatre Alexander Fedorovich.

Comment les conséquences de la «crise de la quarantaine» seront-elles surmontées

La communauté médicale dit déjà que pour surmonter la «crise de la quarantaine», il sera nécessaire d'attacher un psychologue à chaque famille. Mais dans nos traditions culturelles, la préférence est donnée à la vodka comme moyen de communication, un dépresseur et un antidépresseur dans une bouteille bon marché..

Cependant, l'alcool ne peut pas vraiment soulager le stress, assurent les médecins. Au contraire, la perte de contrôle peut déclencher un comportement agressif, des crises de panique et d'autres troubles mentaux. Sans oublier que l'alcool atténue le sentiment de peur, et pour ceux qui sont jusqu'aux genoux dans la mer, il est plus facile de briser le régime de quarantaine, d'étreindre un vagabond infecté dans la rue ou d'oublier de se laver les mains..

Obésité et allergies

L'alcool est des glucides rapides. Un petit verre de vin est comme deux morceaux de sucre. L'hyperglycémie provoque l'obésité, le diabète, des problèmes de vaisseaux sanguins et de cœur.

La nutritionniste, allergologue-immunologue Marina Apletaeva a également rappelé aux amoureux de prendre un verre de vin en plein jour qu'il s'agit d'un produit hautement allergène..

Photo © Getty Images

- Lors de la production du vin, il reste des coquilles de raisin, pleines d'allergènes. De plus, du dioxyde de soufre y est ajouté. Et le soufre est une substance extrêmement toxique, et lorsqu'il est considérablement ingéré dans le corps, le foie en souffre le plus, a rappelé le médecin. - De l'éthanol est ajouté à la charge sur le foie. Tout cela aggrave la toxicité et affaiblit la fonction hépatique, qui synthétise également la vitamine A - le principal protecteur de nos muqueuses. Si la vitamine A ne suffit pas et que la membrane muqueuse est sèche, nous tombons malades plus souvent et plus gravement.

Diminution de l'immunité et carence en vitamines

Selon l'immunologiste Marina Apletaeva, l'alcool, quelle que soit sa force, élimine activement les vitamines B1, B6 et B12. A savoir, ils jouent un rôle clé dans la formation de la réponse immunitaire et la stabilité du système nerveux. La carence du groupe B est maintenant également due au Grand Carême, au cours duquel peu de protéines animales sont consommées, contenant des vitamines de ce groupe. Une forte diminution de l'immunité dans le contexte d'une carence en vitamines augmente considérablement le risque de complications de la maladie à coronavirus!

De plus, l'éthanol aide à épaissir le sang, ce qui en cas de pneumonie peut provoquer une insuffisance cardiaque, qui à son tour est lourde d'œdème pulmonaire. Dans tous les cas, avec l'abus d'alcool, la probabilité qu'une forme bénigne du virus se transforme en une forme grave augmente considérablement.

Les processus pathogènes causés par l'alcool dans le foie et les intestins affectent également la diminution de l'immunité, expliquent les experts..

- En raison de lésions hépatiques, la bile stagne, qui doit être collectée dans les canaux hépatiques et excrétée par les intestins. La stagnation et la diminution de la bile perturbent l'équilibre des bactéries dans les intestins. Cela contribue au développement de la microflore pathogène. Et si l'intestin souffre, la réponse immunitaire diminue à nouveau, - explique Marina Apletaeva

"Vous pouvez dormir dans deux semaines!"

Les médecins disent que le danger pour le corps est tout aussi grand avec des libations régulières au format «une par une» et des charges uniques mais puissantes sur le foie avec une grande quantité d'alcool.

Les médecins ont expliqué l'absurdité de telles idées par le fait que le virus pénètre dans les voies respiratoires et non dans l'estomac ou les intestins. Et si c'est dans l'ordre du délire de se rincer la bouche avec de l'alcool, alors il sera raisonnable de verser de l'alcool dans le nez et les yeux, plaisantent-ils.

Marina Apletaeva a également noté que l'expérience des Italiens, qui ont l'habitude gastronomique de boire du vin, et même un excellent régime méditerranéen, a prouvé que l'alcool ne protège en rien, mais aggrave plutôt la situation avec la propagation du coronavirus. La toxicité et le danger de boire de l'alcool pendant la quarantaine dépassent tous les avantages imaginaires possibles.

Les conséquences de l'abus d'alcool sur le corps humain

L’alcoolisme est l’un des problèmes les plus graves de la société moderne. La consommation d'alcool dans le monde est en constante augmentation et le nombre de personnes souffrant de dépendance pathologique augmente également..

L'alcoolisme entraîne des problèmes tels que des troubles mentaux, des perturbations des relations familiales et sociales, une dégradation de la personnalité, auxquels s'ajoutent de nombreuses maladies somatiques.

Conséquences négatives pour les organes et les systèmes corporels

Si nous imaginons brièvement quel est le mécanisme de l'effet de l'alcool sur le corps humain, cela ressemblera à ceci:

  1. L'alcool entre dans le corps.
  2. Il est absorbé dans la circulation sanguine et se propage à tous les systèmes et organes.
  3. L'éthanol a un effet néfaste sur les cellules, perturbe les processus physiologiques, complique le travail des organes.
  4. Le corps perçoit la substance entrante comme un poison et essaie de s'en débarrasser ou de la décomposer en éléments sûrs.

Au début, les effets de l'éthanol sur le corps ne sont pas si perceptibles, cependant, avec une utilisation régulière, très peu de temps après avoir bu de l'alcool, des symptômes alarmants commencent à apparaître..

L'abus de boissons alcoolisées affecte négativement l'activité vitale du corps, au fil du temps, détruit complètement le modèle de fonctionnement normal de tous les systèmes et organes.

Condition mentale

En raison de l'effet destructeur de l'éthanol sur les cellules du cerveau et du système nerveux central, un buveur présente de nombreux troubles psycho-émotionnels:

  • instabilité émotionnelle;
  • les troubles du sommeil;
  • pertes de mémoire;
  • diminution de la vigilance, de la capacité de concentration;
  • agression non motivée;
  • incapacité à évaluer correctement ce qui se passe.

Tous ces symptômes apparaissent déjà aux premiers stades de la dépendance. Les conséquences de l'alcoolisme chronique sont plus graves:

  • dégradation mentale;
  • démence;
  • hallucinations;
  • psychose (en particulier delirium tremens);
  • encéphalopathie alcoolique.

Les conséquences sociales de l'alcoolisme ne sont pas moins dangereuses:

  • scandales familiaux, divorce, perte d'amis;
  • une augmentation du nombre d'accidents;
  • une augmentation du nombre de crimes (violence, vol, meurtre);
  • taux de suicide élevé chez les alcooliques.

système nerveux central

Si nous considérons le mécanisme d'action de l'alcool sur le corps humain, nous pouvons certainement dire que, puisque le cerveau est saturé de sang plus rapidement que tous les autres organes, c'est en lui que la concentration d'éthanol croît au maximum. Sous l'influence de toxines, les neurones du cerveau commencent à se décomposer, l'interaction entre les parties du cortex cérébral est perturbée.

Ce sont ces processus qui provoquent l'intoxication et des changements dans le comportement humain. Son humeur change, il perd le contrôle de ses actions et de la situation. Avec un degré d'intoxication plus grave, une personne peut se comporter de manière inappropriée, son discours, la coordination des mouvements, les pensées sont confuses, les réflexes ralentissent.

Les conséquences d'une consommation excessive d'alcool pendant une longue période peuvent devenir les pathologies les plus graves:

  • amnésie;
  • AVC ischémique;
  • La maladie de Parkinson;
  • La maladie d'Alzheimer.

En raison de l'alcoolisme chronique, les vaisseaux cérébraux deviennent extrêmement fragiles, il existe un risque de rupture.

Le système cardiovasculaire

Même de petites doses de boissons alcoolisées provoquent des perturbations dans le travail du système cardiovasculaire. La vasodilatation à court terme et leur rétrécissement réflexe ultérieur provoquent des spasmes, qui affectent négativement l'état des vaisseaux coronaires et du muscle cardiaque. Une consommation excessive d'alcool entraîne les conséquences négatives suivantes:

  • diminution du tonus des veines et des artères;
  • violation du rythme cardiaque;
  • modifications dégénératives du myocarde.

À la suite d'une ivresse régulière, des maladies telles que:

  • hypertension artérielle;
  • insuffisance cardiaque;
  • la dystrophie myocardique;
  • infarctus du myocarde.

Tube digestif

La plupart de l'alcool que vous buvez finit dans votre estomac. Absorbé dans les murs, l'éthanol brûle la membrane muqueuse, provoque des processus inflammatoires. Le processus normal de production du suc gastrique est perturbé, le pancréas cesse progressivement de produire les catalyseurs nécessaires au déroulement normal du processus de digestion. En conséquence, la consommation d'alcool conduit à des pathologies du tractus gastro-intestinal telles que:

  • gastrite;
  • ulcère gastro-duodénal;
  • maladie métabolique;
  • pancréatite;
  • Diabète;
  • maladies oncologiques du tube digestif.

Foie

Le foie est l'organe qui souffre des effets toxiques de l'alcool, peut-être le plus significativement. C'est dans le foie que l'éthanol est traité et que les produits de décomposition toxiques de l'alcool sont éliminés du corps. Avec un abus régulier d'alcool, la mort massive des cellules hépatiques commence, des changements pathologiques commencent à se produire dans l'organe, provoquant l'apparition et le développement de maladies dangereuses:

  • dégénérescence graisseuse (accumulation excessive de graisse dans l'organe), se manifestant par une lourdeur ou des sensations douloureuses du côté droit, une léthargie, un malaise général;
  • une augmentation de la taille du foie, une hépatite toxique dont les principaux signes sont: douleur dans l'hypochondre droit, teinte jaunâtre de la peau et des muqueuses, altération de l'appétit et de la digestion;
  • cirrhose du foie - une maladie qui survient généralement aux derniers stades de l'alcoolisme, elle se caractérise par les symptômes suivants: accumulation de liquide dans la cavité abdominale, perte de poids soudaine, nausées, épisodes de vomissements, faiblesse sévère, sensation de malaise, problèmes digestifs persistants.

Effets sur le foie

Au premier stade, une guérison complète est encore possible, mais l'hépatite et la cirrhose apparues après une consommation prolongée d'alcool ne peuvent pas être complètement guéries, car ces maladies sont immunisées contre toutes les méthodes thérapeutiques existantes. Les patients souffrant d'hépatite, dans le cas d'un traitement qualifié en temps opportun, ont encore une chance d'améliorer considérablement leur état et d'entrer en rémission à long terme, dans le cas où une cirrhose est diagnostiquée, cette probabilité est très faible.

Un rein

Lorsque de l'alcool est consommé, le système excréteur commence à fonctionner dans un mode amélioré. Le liquide qui pénètre dans le corps est filtré par les reins. Si la dose est importante, l'organe ne peut pas faire face et certaines des substances nocives se déposent progressivement dans les tissus..

Les toxines accumulées entraînent une altération de la circulation sanguine dans les tissus rénaux. L'organe cesse de fonctionner normalement, le travail de tout le système excréteur se détériore et la rétention de liquide et de sel se produit dans le corps. De plus, les reins cessent de se former et d'excréter l'urine, ce qui entraîne une intoxication sévère.

Les problèmes rénaux peuvent être remarqués par des signes tels que:

  • gonflement;
  • mal de crâne;
  • hypertension artérielle;
  • inconfort lombaire.

Les maladies suivantes des organes du système excréteur peuvent devenir les conséquences d'une consommation excessive d'alcool:

  • pyélonéphrite;
  • insuffisance rénale;
  • calculs rénaux, coliques rénales;
  • prolapsus des reins;
  • néphrosclérose.

Système respiratoire

Une petite partie des produits de décomposition de l'alcool est excrétée du corps par le système respiratoire. En passant par les poumons, les toxines assèchent la surface pulmonaire, les bronches, la trachée. En conséquence, l'alcoolique éprouve un manque d'oxygène, un essoufflement et une crise d'étouffement. Plus l'alcool est fort, plus l'effet négatif sur le système respiratoire est fort. Se répétant de temps en temps, cet effet provoque le développement de maladies chroniques du système respiratoire..

Chez l'homme, en raison d'une intoxication alcoolique due à la consommation régulière de boissons alcoolisées, le risque de maladie pulmonaire augmente. Les alcooliques sont souvent diagnostiqués avec:

  • bronchite;
  • pneumonie;
  • tuberculose;
  • emphysème pulmonaire.

Système reproducteur

Après l'abus d'alcool, les hommes et les femmes souffrent du système reproducteur. L'effet toxique de l'éthanol provoque les maladies suivantes:

  • processus inflammatoires des organes génitaux;
  • mutations hormonales;
  • diminution de la libido;
  • dommages aux cellules germinales, diminution de la productivité;
  • infertilité.

Les femmes ont:

  • perturbations du cycle menstruel;
  • ménopause précoce (10 à 15 ans plus tôt que la moyenne);
  • le risque de néoplasmes, à la fois bénins (kystes, fibromes) et malins (cancer du col de l'utérus).

Pathologies fœtales possibles

L'alcoolisme de l'un des parents augmente considérablement le risque de pathologies fœtales et affecte négativement la santé de l'enfant à naître.

Les hommes ont des troubles tels que:

  • dysérection;
  • une diminution significative de la production de testostérone;
  • pathologie des glandes reproductrices mâles;
  • diminution du nombre de spermatozoïdes;
  • adénome de la prostate.

En raison de déséquilibres hormonaux, les hommes deviennent plus efféminés et les femmes développent des traits masculins..

De plus, l'alcoolisme est l'une des causes les plus courantes de relations sexuelles sans promiscuité. Passant souvent dans des conditions insalubres, avec des partenaires occasionnels, sans protection, les rapports sexuels augmentent considérablement le risque de contracter des infections et des maladies sexuellement transmissibles.

Conséquences pour les différentes étapes de l'alcoolisme

Il existe 4 étapes de l'alcoolisme, chacune avec des symptômes spécifiques. Le comportement et le bien-être d'une personne après un abus d'alcool diffèrent également selon le stade de la maladie..

La première étape de l'alcoolisme

Pendant cette période, une dépendance psychologique à l'alcool commence à se former. La quantité bu augmente progressivement. Les principaux signes de la maladie à ce stade:

  • le désir de boire apparaît périodiquement;
  • une personne aime l'alcool, le considère inoffensif;
  • étant sobre, une personne condamne les alcooliques et comprend le danger de l'alcoolisme, alors qu'elle ne se classe pas comme toxicomane.

À ce stade, les conséquences médicales de l'alcoolisme ne se manifestent pratiquement pas, à l'exception d'une légère nausée matinale après avoir bu de l'alcool la veille..

La deuxième étape de l'alcoolisme

À ce stade, une dépendance physique à l'alcool commence à se former. Symptômes de la deuxième étape:

  • la consommation d'alcool devient régulière;
  • une personne n'est pas en mesure de contrôler la quantité d'alcool consommée;
  • irritabilité, irascibilité apparaît;
  • la tolérance à l'alcool augmente, pour se saouler, il faut constamment augmenter la dose;
  • des symptômes de sevrage apparaissent;
  • il y a des perturbations dans le travail du système digestif.

L'abus d'alcool à ce stade peut également entraîner des pertes de mémoire..

La troisième étape de l'alcoolisme

La troisième étape de la dépendance à l'alcool est principalement déterminée par le fait que la vision du monde d'une personne change complètement. Maintenant, toute sa vie est construite autour de l'alcool, tous les autres intérêts disparaissent.

La troisième étape est caractérisée par:

  • la consommation d'alcool est de plus en plus fréquente, se transformant parfois en frénésie;
  • dans un état sobre, une personne se sent mal, elle est agitée et irritable;
  • les changements de comportement sont perceptibles, une personne devient égoïste, vive, agressive;
  • de plus en plus de signes extérieurs d'alcoolisme apparaissent;
  • des trous de mémoire.

La quatrième étape de l'alcoolisme

À ce stade, des changements irréversibles commencent dans la physiologie et la psyché d'une personne. Il a déjà tout un tas de maladies concomitantes. À ce stade:

  • l'alcool est consommé presque sans interruption;
  • il y a une dégradation progressive de la personnalité;
  • une personne s'éloigne de plus en plus de la société (famille, amis);
  • l'intérêt pour le monde extérieur disparaît;
  • les troubles mentaux graves sont tracés.

De plus, un certain type de pensée devient une conséquence de l'alcoolisme chronique. Une personne ne pense qu'au mauvais, elle voit tout en noir. C'est à ce stade que beaucoup ont des pensées suicidaires..

Les conséquences de l'alcoolisme chez les enfants et les adolescents

Boire des boissons alcoolisées à un jeune âge est très dangereux. La toxicomanie se développe beaucoup plus rapidement chez les enfants et les adolescents que chez les adultes. Cela est dû aux caractéristiques physiologiques du corps de l'enfant..

Les effets sur la santé de la consommation d'alcool chez les enfants et les adolescents apparaissent également beaucoup plus rapidement. Tout d'abord, la psyché fragile d'un adolescent est attaquée. Les enfants développent des troubles tels que les névroses, la psychose, l'hyperactivité.

Les changements de comportement se produisent progressivement - un adolescent dépendant consacre de moins en moins de temps à étudier, devient paresseux, irritable et agressif. Son humeur passe souvent de la gaieté effrénée à la dépression la plus profonde. La prochaine étape est la déficience de la mémoire, l'attention, la capacité de concentration.

Dans un contexte de changements psycho-émotionnels, les maladies somatiques progressent également.

Conclusion

Le traitement de l'alcoolisme est un processus complexe, long mais nécessaire, car les conséquences de la dépendance deviennent irréversibles avec le temps. Seul le désir de se débarrasser de la dépendance, une thérapie complexe et un soutien psychologique aidera une personne à reprendre une vie normale.

Comment l'alcool affecte les systèmes du corps humain?

L'alcool est une toxine cellulaire; lorsqu'il est consommé, le corps essaie de s'en débarrasser. Avec une consommation prolongée de boissons alcoolisées, tous les systèmes vitaux et les organes humains sont détruits. L'effet destructeur de l'alcool conduit au fait qu'une personne développe une dépendance, elle est incapable de contrôler la quantité de boisson consommée.

  • Comment l'alcool affecte-t-il le corps?
    • Le système cardiovasculaire
    • système nerveux central
    • Tube digestif
    • Peau et tissu musculaire
    • Système reproducteur
  • L'éthanol est-il bon pour vous?

Comment l'alcool affecte-t-il le corps?

L'alcool a un effet négatif sur les organes. Après que l'éthanol entre dans la circulation sanguine, l'alcool est concentré dans le cerveau. Cela réduit l'anxiété, crée une bonne humeur. C'est pourquoi les gens commencent à boire. Mais si une petite dose d'alcool est capable de soulager la surcharge nerveuse, la fatigue et la raideur de notre corps, alors avec la consommation quotidienne d'alcool, il y a des problèmes d'accès à l'oxygène aux cellules du cerveau, les neurones meurent et la démence alcoolique se développe. L'effet nocif de l'alcool sur le corps humain affecte négativement tous les systèmes.

Le système cardiovasculaire

L'alcool affecte le muscle cardiaque, il affecte négativement le cœur et provoque des maladies graves sous forme d'arythmies, d'athérosclérose, d'hypertension artérielle, d'insuffisance cardiaque, d'ischémie. Une consommation excessive d'alcool éthylique entraîne une crise cardiaque, une tachycardie, une crise cardiaque.

Sous l'influence de l'alcool sur le corps humain, l'éthanol est métabolisé dans le sang en quelques secondes. Les vaisseaux commencent à se dilater, le ton des parois diminue, le sang commence à couler plus vite. En raison de l'augmentation du volume sanguin, la charge sur le muscle cardiaque augmente. Le sang passe rapidement dans les ventricules, mais la basse pression ne lui permet pas d'atteindre les membres, ils sont privés de nutriments.

Très peu de temps après la prise de boissons alcoolisées, le processus qui se déroule dans le corps humain change radicalement: les vaisseaux se rétrécissent rapidement, ce qui aggrave leur état et la circulation sanguine. Avec une consommation prolongée d'alcool, une telle «gymnastique» invalide rapidement les vaisseaux sanguins.

Important: l'influence de l'alcool est telle que les globules rouges s'agglutinent dans le sang, des caillots sanguins commencent à se former. Ils obstruent les vaisseaux et mènent à leur mort. Chez un alcoolique, les capillaires sont tellement usés qu'ils ne sont pas capables de faire passer la quantité de sang requise.

En raison de la consommation régulière d'alcool, la graisse se dépose sur les parois des vaisseaux sanguins et dans le cœur. La régulation du sucre est altérée, elle peut diminuer ou augmenter. L'espérance de vie est réduite en moyenne de dix-sept ans.

système nerveux central

La consommation régulière d'alcool réduit la fonction cérébrale, ce qui ralentit la parole, l'activité mentale est altérée et la concentration de l'attention diminue. Le risque de blessure, de blessure et d'accident augmente plusieurs fois à cause des effets négatifs de l'alcool. De fortes doses d'alcool dans le corps entraînent un coma. Dans cet état, la respiration d'une personne est perturbée et la mort peut survenir..

Important: Selon les études, l'effet de l'alcool éthylique sur le corps humain est tel qu'il réduit le volume cérébral, pour cela il suffit de consommer systématiquement des boissons alcoolisées pendant quatre ans.

Tout cela a un effet néfaste sur une personne, entraînant une diminution des capacités mentales et des performances. La personne devient immorale et agressive. Même avec les plus petites doses, l'effet nocif de l'alcool sur le corps humain est retracé, la vigilance et l'esprit vif sont réduits. Vingt-cinq grammes de vodka suffisent pour que la mémoire diminue de soixante pour cent.

Le cerveau récupère après dix-huit jours. Tout cela est confirmé par la recherche scientifique sur la façon dont l'alcool affecte le corps et le système humains. Les personnes qui boivent de l'alcool deux fois par mois ne sont pas en mesure d'utiliser pleinement toutes les fonctions de leur cerveau et ne savent pas quel effet même une petite quantité de boisson a sur leur corps.

Sous l'influence de l'alcool, le système nerveux central d'une personne est affecté. Tout cela peut conduire au développement:

  • syndrome de sevrage alcoolique;
  • attaques de gueule de bois;
  • delirium tremens;
  • encéphalopathie, caractérisée par une vision altérée, une démarche, une coordination des mouvements;
  • La psychose de Korsakov, caractérisée par l'incapacité de reconstruire la séquence des événements du passé et du présent;
  • démence alcoolique;
  • Dysfonctionnement cognitif;
  • hallucinose alcoolique.

Tube digestif

Peu de gens savent ce que l'alcool fait sur le corps. Le métabolisme de l'éthanol se produit dans le foie. À la première gorgée, l'alcool empoisonne le corps humain, il modifie la composition de la salive, la cavité buccale est plus sensible à diverses infections. Avec l'usage systématique d'alcool chez un alcoolique, les dents se détériorent.

Important: la consommation fréquente d'éthanol par des personnes endommage la membrane muqueuse de l'estomac et de l'œsophage, entraîne une nécrose tissulaire et une inflammation de l'œsophage.

L'influence de l'alcool entraîne une diminution de la production de suc gastrique, le niveau d'enzymes nécessaires à la digestion diminue. Le plus souvent, les gens ne savent pas comment l'alcool affecte le corps humain; lorsque les boissons alcoolisées sont abusées, les alcooliques souffrent de:

  • gastrite;
  • œsophagite alcoolique;
  • maladies oncologiques;
  • pancréatite chronique;
  • Diabète;
  • ulcère gastro-duodénal.

Peau et tissu musculaire

Les effets néfastes de l'alcool sur la santé peuvent entraîner une fonte musculaire et un affaiblissement. Chez la moitié des personnes souffrant d'alcoolisme, des maladies de la peau se développent sur le corps en raison d'un dysfonctionnement du système immunitaire. Le foie fonctionne en deux et des ulcères, des furoncles, des éruptions cutanées allergiques, de l'acné apparaissent à la surface de la peau. Les effets nocifs de l'alcool entraînent:

  • diminution de la testostérone;
  • augmentation des œstrogènes;
  • diminution de la masse musculaire;
  • affaiblissement du tissu musculaire;
  • diminution de la synthèse des protéines;
  • carence minérale;
  • reconstitution incontrôlée du corps en calories.

Système reproducteur

L'effet destructeur de l'éthanol dans le corps est immédiatement noté. L'équilibre hormonal est perturbé, le désir sexuel diminue, la fertilité diminue. Le nombre de spermatozoïdes dans le sperme diminue, ce qui rend difficile la conception d'un enfant ou conduit à l'apparition d'une progéniture inférieure. Chez la femme, le cycle menstruel est perturbé, les organes reproducteurs diminuent, il devient plus difficile pour l'ovule d'atteindre l'utérus, ce qui perturbe les fonctions reproductives. Les femmes qui abusent de l'alcool pensent rarement aux conséquences et ne pensent pas à ce que fait l'alcool. Mais ils courent le risque de faire face à une grossesse interrompue. Un fœtus empoisonné meurt simplement dans l'utérus d'une mère défaillante.

Important: même si une femme n'est pas alcoolique, mais a l'habitude de boire parfois un peu d'alcool, par exemple du vin, cela augmente les chances de donner naissance à un bébé malade à l'avenir. Un festin festif peut conduire à un bébé physiquement sous-développé avec un système immunitaire et une santé affaiblis. En conséquence, notre génération est menacée.

L'éthanol est-il bon pour vous?

Aujourd'hui, vous pouvez entendre à plusieurs reprises des informations selon lesquelles l'effet de l'alcool est positif, et la consommation d'alcool à petites doses aide à protéger contre les maladies cardiaques, elle stimule l'activité cérébrale. Mais toute personne sensée comprend à quel point l'influence de l'alcool, même en petites quantités, est nocive. Protégez-vous et vos proches, ne tombez pas dans la fausse propagande des dirigeants du secteur de l'alcool, qui tentent de rendre la publicité de leur produit la plus rentable et la plus crédible. Même de petites doses d'alcool (environ 25 grammes par jour) conduisent à:

  • cirrhose du foie;
  • cancer des voies respiratoires supérieures;
  • cancer de l'oesophage;
  • cancer du sein;
  • AVC hémorragique;
  • pancréatite.

Une personne qui boit de l'alcool avec modération ne remarque pas les changements qui se produisent dans son corps, bien que les processus internes soient perturbés. Vous pouvez en savoir plus sur la vidéo. Des chercheurs occidentaux, étudiant l'alcool et ses effets sur la santé humaine, réfutent le bon effet. Si vous voulez vivre une vie longue, intéressante et saine, abandonnez votre dépendance.

Toujours ivre: qu'est-ce que l'alcool interne et pourquoi est-il nécessaire

Yulia Kulikova-Tsai,
psychologue, coach d'affaires, consultant

L'histoire connaît plusieurs cas où des hommes adultes, résidents des États-Unis, du Japon et de Pologne, ont souffert du syndrome dit de la brasserie. Ils se sont tournés vers les médecins pour obtenir de l'aide, mais en vain: les médecins étaient sûrs que les patients les trompaient, chaque fois qu'ils se présentaient ivre à la réception. Cependant, un examen détaillé a montré que la cause de cette étrange condition n'avait rien à voir avec l'utilisation de boissons enivrantes: l'alcool était synthétisé dans le corps. Et c'était le même éthanol interne, c'est-à-dire endogène, physiologique.

Ce n'est pas un type d'alcool particulier, c'est le même que dans les boissons alcoolisées ordinaires, mais il est produit dans le tractus gastro-intestinal. Les plaintes sont typiques: vertiges, nausées, maux de tête et même une odeur caractéristique.

Les cellules aiment aussi boire

L'alcool endogène est l'éthanol, qui se forme lors de réactions biochimiques dans le corps. On le trouve principalement dans les cellules avec l'alcool déshydrogénase, une enzyme présente principalement dans le foie. À petites doses, cette substance est présente dans les cellules des principaux organes et tissus internes..

Anatoly Antoshechkin, un scientifique des États-Unis, a mené une vaste étude sur la présence d'alcool déshydrogénase et d'acétaldéhyde déshydrogénase dans tous les types de cellules du corps humain et les a trouvées même dans les neurones (cellules nerveuses). Le fait est que l'alcool interne est nécessaire pour chaque cellule du corps humain..

Il y a de l'alcool - il y a de l'énergie

Les scientifiques conviennent aujourd'hui que l'alcool endogène joue un rôle important dans le fonctionnement du corps. Il régule les processus de synthèse, participe à la formation de l'énergie et à sa distribution, est indispensable aux processus d'adaptation, au métabolisme des neurotransmetteurs (sérotonine, dopamine, noradrénaline) et à la synthèse des endorphines, c'est-à-dire des substances endogènes de type morphine, celles-là mêmes sans lesquelles une personne ne se sentira jamais heureuse et satisfait.

Vous connaissez sûrement de telles personnes - il semblerait, vivre et être heureux, il y a tout pour cela. Mais au lieu de cela - dépression sans fin, auto-creusage, réflexions, jusqu'à des divorces inattendus ou un changement de domaine d'activité, même si c'était assez prospère et apportait un bon revenu. Tout est sérieux, et la raison, peut-être, est juste un manque de quelques grammes d'alcool interne, qui, selon les scientifiques, devrait être produit quotidiennement chez une personne en bonne santé..

L'alcool interne est particulièrement important en cas de stress aigu et est utilisé comme l'une des sources d'énergie impliquées dans le processus d'adaptation humaine aux conditions défavorables..

Le Journal of Analytical Toxicology a publié des résultats de recherche qui affirment que l'état mental même d'une personne affecte le niveau de production endogène d'éthanol. Lorsqu'une personne est en bonne santé et calme, le niveau d'alcool interne de son corps ne dépasse pas 0,01 ppm. Ensuite, pendant la journée, le corps produit environ 10 grammes d'alcool éthylique pur..

Lorsqu'une personne est dans un état de stress aigu, éprouve de fortes émotions négatives, le niveau d'alcool endogène dans le sang diminue: par exemple, après des accidents de voiture, des chocs graves, des blessures graves. De plus, le taux d'alcool dans le sang dépend de l'effort physique et même de l'hypothermie: si une personne travaille hors de l'usure ou gèle fortement, la teneur en alcool interne diminue.

La bonne nouvelle: nous pouvons stimuler indépendamment le niveau quantitatif (éventuellement «qualitatif») d'alcool endogène - avec des émotions positives et même l'état d'être amoureux.

Un groupe de scientifiques américains a découvert que le diabète sucré peut affecter le niveau d'éthanol dans le sang. Des observations à long terme de médecins ont montré que les personnes souffrant de diabète sucré ont un taux d'alcool dans le sang constamment élevé: 0,2-0,3 ppm, dans de rares cas même jusqu'à 0,4 ppm. L'alcool produit de cette manière est appelé véritable endogène..

Il existe également de l'alcool endogène conditionnel. Il est également produit par le corps, mais en cours de digestion de certains aliments, comme le chocolat, divers types de légumes et de fruits. Après certains produits, le corps humain se transforme en une "mini-plante" compacte produisant quelques grammes supplémentaires d'éthanol.

Vaut-il la peine d'ajouter de l'extérieur?

La première question que se posent les personnes qui apprennent d'abord à propos de l'alcool interne est: "Vaut-il la peine d'être amélioré avec de l'alcool externe?" Autrement dit, est-il utile dans ce sens de boire des boissons alcoolisées? Peut-être qu'en augmentant le «degré intérieur», nous deviendrons plus résilients, énergiques et même heureux?

La réponse des scientifiques est sans équivoque. Plus l'alcool externe pénètre dans le corps, pire la synthèse de son homologue endogène se produit. L'alcool pénétrant dans le corps de l'extérieur n'a pas d'effet positif sur le corps et ne contribue pas à la régulation des fonctions utiles. Cela signifie qu'un verre de vin ou un verre de cognac ne fera de personne un surhumain.

Au contraire, l'alcool a un effet déprimant sur le système nerveux, conduit à une consommation d'urgence de sérotonine et stimule la production de dopamine, qui s'épuise rapidement et nous fait à nouveau dans différentes situations atteindre un verre. Sinon, essayez de vous contenter de votre alcool interne pendant un certain temps. Cela peut vous donner plus de confort et de satisfaction dans la vie que celui de la bouteille..