Polyneuropathie alcoolique

La neuropathie alcoolique est la réponse du corps à la consommation constante d'éthanol d'une personne. Il se manifeste sous la forme de tout un complexe de symptômes: de la faiblesse des jambes aux troubles de la marche. Il est important de noter que le type et la qualité de l'alcool ne jouent aucun rôle. Le principal composant qui affecte l'influx nerveux et les réactions est la quantité et la fréquence de consommation de boissons alcoolisées.

Quand la maladie survient?

Il y a une idée fausse que cette condition survient exclusivement à la suite d'une consommation prolongée de boissons alcoolisées. En fait, les symptômes sont observés chez ceux qui ne sont pas alcooliques, mais la consommation d'éthanol est régulière (au moins 100 par jour). La compréhension médicale de cette condition est l'effet de l'alcool sur le système nerveux périphérique d'une personne qui boit de l'alcool..

Une définition plus précise et correcte de cette pathologie est la polyneuropathie alcoolique. «Poly» signifie «multiple», «neuropathie» - une manifestation du système nerveux périphérique déjà affecté d'une personne. Ensemble, ce terme signifie de multiples dommages (étendus) aux fibres nerveuses, pas un seul nerf d'une personne.

Selon les statistiques, 50% des personnes qui consomment de l'alcool sous quelque forme que ce soit souffrent de cette pathologie. Les caractéristiques individuelles du corps et une bonne forme physique au départ peuvent ralentir quelque peu le développement de la neuropathie, les manifestations visibles pour les autres ne seront visibles qu'après un certain temps.

Causes de la polyneuropathie

Même à partir du programme scolaire, nous connaissons les méfaits de l'alcool sur le corps humain. Les effets de l'éthanol sont importants: troubles du système nerveux, troubles de la mémoire et de l'attention, effets toxiques sur tout le corps, qui, associés à des maladies majeures, peuvent conduire à des maladies complexes et mortelles (pancréatite, insuffisance rénale et hépatique, ulcères, intoxication aiguë, troubles du système génito-urinaire, cancer éducation).

Les raisons pour lesquelles les nerfs périphériques sont affectés par l'éthanol sont:

  • L'effet de l'acétaldéhyde (métabolites de l'alcool éthylique) sur les cellules nerveuses;
  • Troubles de nature métabolique qui surviennent dans le contexte d'une mauvaise alimentation (un alcoolique remplace ou supprime le désir de manger des boissons alcoolisées, l'équilibre des graisses et des protéines du corps est perturbé).

Les personnes souffrant de dépendance à l'alcool ne prêtent pas attention à des points tels qu'une alimentation adéquate et équilibrée. Le régime se fait rare, il n'y a pas de disponibilité nécessaire de vitamines. Le manque de vitamines B est particulièrement aigu. Ce sont ces vitamines qui jouent un rôle énorme pour assurer le fonctionnement normal des organes, sont responsables des fonctions énergétiques.

Thiamine, riboflavine, niacine, pyridoxine, lévocarnitine, cobalamine et acide folique - c'est la première chose dans le corps d'une personne accro aux boissons alcoolisées. Les premières manifestations sont l'irritabilité, la dépression, les sautes d'humeur, l'agressivité, la perte de mémoire et l'orientation spatiale. Une personne se dégrade et, après quelques années, même une personne très intelligente surprend une fois les autres avec un train de pensées.

Changements pathologiques: symptômes de la polyneuropathie alcoolique

La polyneuropathie alcoolique des membres inférieurs est le premier symptôme de la maladie. Ce facteur est basé sur l'effet de l'alcool sur les influx nerveux les plus longs. Au début, le patient se plaint d'un engourdissement constant des extrémités, il peut s'agir de picotements simples et rapides dans les muscles et de douleurs spasmodiques aiguës. La dynamique de la progression des symptômes à une échelle croissante:

  1. Engourdissement des membres;
  2. Brûlure, picotements;
  3. Sensations de picotements sur les jambes. Le plus souvent, de tels symptômes sont observés et expliqués comme une rampe d'insectes sur la peau;
  4. Démangeaisons et brûlures des pieds;
  5. Hypersensibilité de la peau la nuit. L'irritabilité au toucher des tissus synthétiques, des produits ajourés est particulièrement ressentie et se manifeste de manière aiguë;
  6. La dernière étape de destruction complète des fibres nerveuses est caractérisée par une absence totale de sensations sur les jambes et les bras.

Après une forte diminution de l'inconfort, le patient pense que la maladie est passée d'elle-même. Cependant, la polyneuropathie alcoolique est dangereuse car il y a une destruction complète des terminaisons nerveuses et une atrophie de tous les groupes musculaires.

Manifestations externes de l'alcoolisme: changements visuels visibles

Les principaux symptômes sont assez variables. En fonction du degré de lésion des nerfs et des organes internes, nous pouvons parler de symptômes complètement différents. Le traitement de la polyneuropathie alcoolique réussira à condition que le patient ait complètement abandonné l'alcool, sinon, bientôt les muscles et les tissus s'atrophieront à un point tel que l'alcoolique se transforme en une personne handicapée qui ne peut pas se servir..

Lorsque des changements surviennent pendant une longue période, il y a les premiers signes d'alcoolisme, visibles de tout le monde. En plus des muscles du visage, de la peau et du teint, la démarche de l'alcoolique change complètement. C'est une démarche instable et inégale, même sobre. La coordination altérée des mouvements est due à l'incapacité de contrôler le processus, la personne dépendante devient impuissante et les impulsions nerveuses ne sont pas suffisantes. Polyneuropathie alcoolique et ses symptômes:

  • Manque de sensibilité des membres inférieurs;
  • Modification ou ralentissement de la réaction aux effets thermiques (l'alcoolique ne ressent pas les brûlures, le gel, ce qui entraîne un pourcentage élevé de mortalité en hiver);
  • Trébuchement constant sur les pierres en chemin (le dépendant ne sent pas et ne sent pas le sol avec ses pieds, sa dureté et ses traits, et les pierres sont simplement invisibles);
  • Modifications de la pigmentation de la peau de tout le corps: il s'agit de taches rouges et bordeaux foncées sur toute la peau du visage, du cou, des bras et des jambes. Le patient a l'air «constamment ivre» quelle que soit la quantité d'alcool consommée;
  • Les bras et les jambes minces sont le résultat d'une atrophie musculaire;
  • Douleur dans les mollets, les jambes et les bras - le résultat de l'atrophie des tendons et des ligaments;
  • La douleur douloureuse dans la colonne vertébrale et le cou est le résultat d'une surcharge constante du squelette, qui prend en charge la fonction du tissu musculaire;
  • La parole incohérente et gravement perturbée est l'effet de l'éthanol sur les terminaisons nerveuses et le cortex cérébral.

Les symptômes et les signes de cette maladie sont les plus évidents chez les femmes. Cela est dû aux particularités du système nerveux: les femmes sont plus émotives et la destruction nerveuse se produit trois fois plus rapidement que chez les hommes..

La polyneuropathie peut-elle être guérie??

Le traitement de la polyneuropathie alcoolique des membres inférieurs et de tout autre groupe musculaire est un processus long et épuisant. L'alcoolique, en fonction des caractéristiques individuelles de l'organisme et du degré de complexité de l'atrophie, cesse à un certain stade de sentir et de sentir ses jambes. Ce symptôme peut en apporter "à leurs sens".

Le principal secret du succès est un rejet complet de l'alcool dans l'une de ses manifestations. Le traitement complet comprend des préparations et des filtres pour nettoyer tout le corps. Points importants du traitement:

  1. Rejet complet de l'alcool. Même les petites boissons alcoolisées jetables ont un impact négatif sur le résultat global du traitement. Certains médicaments sont absolument incompatibles avec l'alcool, par conséquent, pendant la durée du traitement, il est important de refuser même les teintures alcoolisées médicinales (valériane, aubépine);
  2. Activité physique modérée. L'activité physique dans les premières étapes du traitement sera très difficile. Certains exercices sembleront presque impossibles. H, cela vaut la peine de faire preuve de patience, de persévérance et après un certain temps, les résultats plairont agréablement. Au départ, il convient de prêter attention à des types d'exercices tels que la marche de course, la marche nordique, les exercices de respiration, la natation et les exercices de gymnastique simples;
  3. Nutrition adéquat. La base de l'alimentation est constituée de protéines et d'aliments modérément gras. Viande de poulet, noix, jus de fruits et de légumes, fruits secs, poisson, œufs, citron et agrumes, plats laitiers et au lait aigre, miel et suppléments vitaminiques. Changer le régime alimentaire même sans complexe vitaminique supplémentaire et prendre des médicaments a un effet positif sur le renouvellement des forces du corps: le foie et les reins sont saturés des vitamines nécessaires, reprenant leurs importantes fonctions de filtrage, le cerveau reçoit la bonne quantité d'oxygène, l'influx nerveux et les cellules nerveuses sont restaurés.

Traitement médical

Si le patient décide d'être traité, le médecin prend une décision sur une thérapie complexe, qui consiste en:

  • Injections intramusculaires de vitamine B1, B6;
  • Forme sous forme de comprimé de vitamine B - Benfotiamine;
  • Acide folique;
  • Emoxipine, Vinpocetine ou Curantil pour améliorer l'apport sanguin aux nerfs périphériques endommagés;
  • Berlition, Thiogamma ou Octolipen pour restaurer le métabolisme;
  • Médicaments neurotrophiques pour restaurer les fonctions du système nerveux et du cortex cérébral - Solcoseryl, Bilobil et Semax;
  • Pour restaurer la conduction des terminaisons nerveuses - Neuromidin;
  • Hépatoprotecteurs pour restaurer les fonctions d'un foie endommagé, qui est le premier à assumer tout le «fardeau» de l'alcoolisme.

Étant donné que la principale raison pour laquelle un alcoolique peut interrompre le traitement médicamenteux et diététique est le syndrome douloureux, une décision est prise sur le rendez-vous:

  • Ibuprofène - un agent analgésique et antipyrétique;
  • Anticonvulsivants - Gabagamma, Neurontin, Lyrica;
  • Antidépresseurs - Paroxetine, Actaparoxetine, Sertraline, Plizil.

Pronostic de traitement

L'alcoolisme et ses effets sur tout le corps conduisent souvent à des conditions cliniques complexes. En cas de consommation incontrôlée d'alcool à fortes doses, sans nutrition adéquate, il n'est pas nécessaire de parler d'une guérison complète du malade. Si les faisceaux nerveux sont trop endommagés, nous ne pouvons pas parler de restauration complète des fonctions. La période moyenne de rééducation après l'alcoolisme dans les premiers stades est de 6 mois. Les cas plus complexes sont considérés individuellement.

Le traitement est à long terme et symptomatique. Cependant, l'énorme potentiel de guérison et le désir de changer de vie peuvent aider un ancien alcoolique à se prouver, tout d'abord, que l'impossible n'existe pas. La règle principale est un refus total à vie de toute boisson alcoolisée. Le prix d'un passe-temps éphémère est trop élevé. L'alcool, au prix de la vie, est un luxe pour de nombreuses personnes, quelles que soient les circonstances et les situations de la vie.

Symptômes et traitement de la polyneuropathie alcoolique

La polyneuropathie alcoolique est l'une des maladies les plus courantes parmi les maladies neurologiques toxiques. Sa cause est l'abus de boissons alcoolisées..

Il est recommandé de débuter le traitement le plus tôt possible dès l'apparition des premiers signes. Cela aidera à éviter l'invalidité et la mort..

Qu'est-ce que la polyneuropathie alcoolique?

La polyneuropathie alcoolique (code CIM 10 - G62.1) est une maladie neurologique résultant de lésions importantes des cellules nerveuses par des produits de décomposition toxiques de l'alcool éthylique. Le plus souvent, la maladie se développe chez les alcooliques chroniques, beaucoup moins souvent elle est diagnostiquée après un empoisonnement aigu à l'éthyle.

Sous l'influence des métabolites de l'alcool, les fibres nerveuses du système nerveux périphérique sont détruites. La transmission des signaux nerveux est interrompue, ce qui entraîne la destruction des tissus. La sensibilité des membres diminue, les fonctions cognitives sont altérées et des troubles du mouvement sont observés. Le patient développe une démarche spéciale, dite «alcoolique». Autrement dit, une personne ne peut pas marcher en douceur, sans chanceler, même en étant sobre..

En plus de la polyneuropathie, les dommages causés par l'éthanol au système nerveux central peuvent provoquer une encéphalopathie..

Les raisons

Les toxines alcooliques ont un effet négatif sur les neurones, perturbant les processus métaboliques qui s'y déroulent. Les facteurs suivants peuvent provoquer la maladie:

  • l'utilisation d'alcool de mauvaise qualité, de substituts;
  • alcoolisme chronique;
  • l'incapacité du corps à neutraliser les métabolites de l'éthanol (en raison de l'âge, en raison d'un cancer, d'un trouble génétique ou d'un affaiblissement du corps);
  • manque de vitamines (en particulier du groupe B), éléments utiles;
  • maladie du foie (hépatite, cirrhose);
  • maladie métabolique;
  • hérédité;
  • utilisation prolongée (souvent incorrecte) de certains médicaments.

Dormir dans une position inconfortable après avoir pris une forte dose d'alcool est une autre raison pour laquelle les alcooliques abandonnent leurs jambes. Cela conduit à la compression de certaines sections des fibres et à leur endommagement. En outre, la maladie peut survenir après une frénésie prolongée.

Formes

La classification de la maladie est basée sur le tableau clinique dans un cas ou un autre. En fonction de la forme de la maladie, le patient présente divers symptômes et, en conséquence, un traitement différent est prescrit.

Formes de polyneuropathie alcoolique:

  1. Subclinique - les cellules nerveuses commencent tout juste à se décomposer, il n'y a pas encore de symptômes évidents, la sensibilité, la motricité, les réflexes diminuent légèrement.
  2. Sensoriel - la peau des membres devient nettement moins sensible, la douleur apparaît.
  3. Moteur - il y a une violation notable de la fonction réflexe-motrice.
  4. Mixte - le patient présente à la fois des symptômes des formes motrices et sensorielles de la maladie.
  5. Pseudo-métabolique - les mouvements ne sont pas coordonnés.
  6. La pathologie végétative affecte les cellules du système nerveux autonome, qui régule l'activité de tout l'organisme. En conséquence, des violations du travail des vaisseaux sanguins, des glandes et des organes internes apparaissent..

Polyneuropathie des membres inférieurs

Le plus souvent, la pathologie affecte les membres inférieurs. Ils sont plus vulnérables en raison de la charge de travail élevée, de sorte que les troubles progressent plus rapidement et que les symptômes semblent plus clairs. Sans traitement approprié, la maladie peut avoir des conséquences désastreuses. Il n'est pas rare que les jambes d'une personne échouent en raison d'un abus d'alcool prolongé.

Échec des membres inférieurs

Avec la polyneuropathie distale des membres inférieurs, le pied et la zone adjacente en souffrent généralement. La forme proximale affecte la zone des jambes au-dessus.

La maladie est classée en raison de la survenue de:

  • polyneuropathie toxique des membres inférieurs - la cause est l'utilisation de médicaments toxiques (arsenic, mercure, plomb), parfois la maladie provoque l'utilisation d'antibiotiques;
  • polyneuropathie dysmétabolique des membres inférieurs - se produit sous l'influence de substances produites dans le corps en raison du développement de certaines pathologies et transportées par la circulation sanguine;
  • diabétique - se développe chez les patients diabétiques;
  • alcoolique - la consommation à long terme de fortes doses d'alcool devient la cause de la maladie.

Polyneuropathie des membres supérieurs

La maladie des membres supérieurs survient le plus souvent en raison de l'utilisation d'alcool, de produits chimiques. En outre, la cause de l'apparition peut être des pathologies des reins, du foie, du pancréas, ainsi qu'une carence en vitamines et diverses infections. La neuropathie alcoolique des membres supérieurs est le plus souvent observée chez les alcooliques ayant une longue expérience.

Symptômes de la polyneuropathie alcoolique

Les symptômes du syndrome neurologique causé par l'intoxication alcoolique dépendent en grande partie de la forme de la maladie. La polyneuropathie se manifeste par une violation des fonctions du système nerveux. Si la pathologie a affecté les cellules du système nerveux périphérique, une variété sensorielle, motrice ou mixte se développe. Et des dommages aux neurones du cerveau ou de la moelle épinière entraînent le développement d'une forme végétative de la maladie.

La polyneuropathie alcoolique s'accompagne de symptômes tels que:

  • gonflement des pieds, des mains, des articulations;
  • diminution de la sensibilité et des réflexes;
  • troubles de la mémoire, défaillances temporaires;
  • les troubles mentaux;
  • dysfonctionnements du système respiratoire, du système cardiovasculaire, des organes internes;
  • lésion du nerf oculomoteur, vision trouble.

Souvent, après avoir pris une forte dose d'alcool, les mains du patient deviennent engourdies ou ses jambes sont enlevées.

Signes courants de neuropathie

En raison du fait que de nombreux petits nerfs sont endommagés pendant la neuropathie, les symptômes suivants apparaissent:

  • les muscles des bras et des jambes perdent de la force (le processus commence par les pieds et les mains, s'étend progressivement à tout le membre);
  • perte de réflexes;
  • sensations inhabituelles dans les membres - brûlures, picotements, chair de poule qui coule;
  • douleur sévère sans cause;
  • contractions musculaires involontaires, doigts tremblants;
  • augmentation de la transpiration, indépendamment de la température ambiante et de l'activité physique;
  • augmentation de la fréquence cardiaque, essoufflement, essoufflement;
  • étourdissements, problèmes d'équilibre et de coordination.

Problèmes de coordination

La maladie peut se développer très rapidement ou progresser progressivement sur plusieurs mois.

Forme subclinique

Au stade initial du développement, les signes cliniques de polyneuropathie ne se manifestent pratiquement pas. La maladie ne peut être détectée que par des recherches instrumentales. Une perte de sensibilité des membres, une détérioration de la motricité fine sont possibles. Lorsque vous appuyez à certains endroits (où passe le nerf), la douleur survient.

Forme du moteur

Ce type de neuropathie se caractérise par un affaiblissement des muscles, une diminution de la capacité motrice, la survenue d'une paralysie partielle, l'apparition de troubles sensoriels (sensations étranges dans les membres, affaiblissement et sensibilité accrue).

Avec la forme motrice de la maladie, des anomalies dans le travail des muscles extenseurs sont observées, le volume et le tonus des muscles diminuent. La démarche d'une personne change, il marche sur la pointe des pieds.

Forme sensorielle

Dans la forme sensorielle de la maladie, les membres inférieurs sont le plus souvent touchés. Observé:

  • crampes dans le muscle du mollet;
  • démangeaisons et picotements dans les jambes (ou les mains);
  • les pieds (ou les mains) sont constamment froids;
  • les muscles s'affaiblissent, les jambes (ou les bras) commencent à s'engourdir;
  • les réflexes tendineux sont réduits;
  • dans les pieds (ou les mains), la sensibilité à la douleur, les changements de température disparaissent ou augmentent.

Les symptômes sensoriels sont souvent associés à des troubles autonomes et moteurs. La transpiration s'intensifie, la peau des pieds et des mains devient bleuâtre. Parfois, des ulcères trophiques se forment.

Forme pseudotabétique

Le patient développe des troubles spécifiques de la coordination des mouvements et de la démarche, ainsi que des troubles de la sensibilité musculo-articulaire. À la palpation de la zone des fibres nerveuses, une douleur aiguë et intense se produit. Malgré le fait que le tableau clinique de la maladie soit similaire à celui de la tabes dorsale, il n'y a pas de lumbago inhérent à cette maladie.

Forme végétative

La forme végétative est caractérisée par des troubles des fonctions réflexes des vaisseaux, des glandes et des organes internes. Le plus souvent, la pathologie affecte les systèmes cardiovasculaire, circulatoire et génito-urinaire..

Symptômes de la polyneuropathie autonome:

  • étourdissements fréquents, perte de conscience;
  • troubles visuels - points clignotant devant les yeux;
  • diminution de la pression lors du changement de posture;
  • troubles du rythme cardiaque;
  • nausées prolongées, vomissements;
  • transpiration abondante;
  • indigestion, diarrhée;
  • incontinence urinaire;
  • diminution de la libido chez les hommes et les femmes;
  • dysérection.

Dans d'autres formes de la maladie, des signes végétatifs peuvent également apparaître..

Traitement

Le traitement de la polyneuropathie alcoolique des membres inférieurs comprend plusieurs domaines:

  • thérapie médicamenteuse;
  • physiothérapie (impact sur les fibres nerveuses et la moelle épinière par impulsions électriques, acupuncture, magnétothérapie);
  • des exercices de massage et de physiothérapie, qui permettent au fil du temps de restaurer le tonus musculaire, de renforcer le corps;
  • normalisation de la nutrition, rejet complet de l'alcool.

Avec le traitement médicamenteux de la neuropathie alcoolique, le patient est prescrit:

  • médicaments de désintoxication (pour nettoyer le corps des toxines);
  • les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens;
  • antispasmodiques, antidépresseurs - pour soulager la douleur;
  • vasoactifs, vasodilatateurs - pour normaliser l'apport sanguin;
  • Vitamines B;
  • médicaments qui améliorent la conduction neuromusculaire;
  • nucléotides - pour éliminer l'excitabilité des fibres nerveuses.

En cas d'atteinte hépatique, les hépatoprotecteurs sont inclus dans le schéma thérapeutique.

Attention! Les méthodes et médicaments pour le traitement de la polyneuropathie des membres inférieurs ne doivent être sélectionnés que par un médecin qualifié après un examen complet du patient.

Complications possibles

Le corps humain fonctionne grâce au bon fonctionnement du système nerveux. Lorsque les cellules nerveuses sont endommagées sous l'influence des toxines de l'éthanol, le travail de tous les organes est progressivement perturbé. Sans l'utilisation de méthodes modernes de traitement de la polyneuropathie, la maladie peut entraîner le développement de complications:

  • violation de la circulation cérébrale;
  • paralysie des membres;
  • les troubles mentaux;
  • insuffisance rénale;
  • paralysie du centre respiratoire;
  • maladie mentale;
  • mort.

Au stade initial, la maladie est facilement traitée, mais à mesure que la pathologie se développe, le traitement devient de plus en plus long, le risque de complications est plus élevé et le pronostic de guérison est de moins en moins favorable..

Pronostic de rétablissement

Malgré la complexité de la maladie, avec un début de traitement en temps opportun, le pronostic est favorable. Il est très important d'abandonner complètement l'alcool et de suivre toutes les prescriptions du médecin traitant. Des médicaments, des exercices physiques spéciaux, des massages au fil du temps conduisent à la restauration des neurones et à une récupération complète.

La polyneuropathie est traitée pendant une période assez longue. Avec la rééducation ultérieure obligatoire, la durée du traitement est d'environ un an.

Si le patient continue de boire de l'alcool ou refuse le traitement, la paralysie, l'invalidité, puis la mort sont possibles en raison de lésions des cellules nerveuses responsables du fonctionnement du cerveau, des systèmes respiratoire et cardiovasculaire..

Conclusion

La polyneuropathie alcoolique est un résultat presque inévitable pour tous ceux qui sont dépendants et abusent de l'alcool. Cette maladie est capable de changer complètement une personne en un temps assez court, la rendant handicapée. La seule façon de surmonter la maladie est d'abandonner complètement l'alcool et de suivre un traitement complet sous la supervision d'un médecin..

Neuropathie alcoolique

La neuropathie alcoolique est l'un des types de dommages causés au corps humain par les boissons alcoolisées et les métabolites de l'alcool éthylique. Il reflète l'effet de l'alcool sur le système nerveux périphérique. Le terme «polyneuropathie alcoolique» est considéré comme plus correct, car l'effet toxique de l'alcool s'étend toujours à de nombreuses fibres nerveuses, et pas seulement à un nerf. Selon des études récentes, l'abus d'alcool cause toujours des dommages au système nerveux périphérique. Auparavant, on pensait que jusqu'à 70% des personnes souffrant d'alcoolisme chronique souffraient d'un certain degré de troubles nerveux périphériques. Avec l'avènement de méthodes de recherche supplémentaires, en particulier l'électroneuromyographie, cet indicateur a commencé à être proche de 100%. C'est juste que les symptômes cliniques de cette maladie n'apparaissent pas immédiatement. À partir de cet article, vous pouvez en apprendre davantage sur les principales causes du développement de la polyneuropathie alcoolique, ses symptômes, les méthodes de diagnostic et de traitement.

En soi, le nom de «polyneuropathie alcoolique» ne dit rien à une personne ordinaire. Mais en fait, tous ceux qui ont vu un patient souffrant d'alcoolisme envisageaient une polyneuropathie. Des membres minces avec des mains et des pieds enflés et cyanosés, une démarche légèrement étrange frappent pour tout le monde. Ce sont les signes extérieurs par lesquels un alcoolique est reconnu (en plus d'un type spécifique de personne). Ce sont les manifestations de la polyneuropathie alcoolique. Bien sûr, il s'agit d'une variante déjà négligée et existante de longue date, et dans les premiers stades, les symptômes peuvent ne pas être perceptibles par les autres..

La polyneuropathie alcoolique est loin d'être le seul résultat de l'abus d'alcool. En plus des dommages au système nerveux périphérique, l'alcool éthylique affecte le système nerveux central (provoquant une encéphalopathie), les muscles (provoquant une myopathie), le foie (cirrhose) et de nombreux autres organes. Des troubles de la mémoire spécifiques sous l'influence de l'alcool sont décrits - syndrome de Korsakov, ainsi qu'un certain nombre d'autres conditions pathologiques (dégénérescence alcoolique du cervelet, du corps calleux, myélinolyse pontique centrale, etc.). Les libations abondantes et systématiques ne passent jamais sans laisser de trace pour le corps..

Causes de la polyneuropathie alcoolique

Les nerfs périphériques sont affectés par l'alcoolisme pour deux raisons principales:

  • effets toxiques directs de l'alcool éthylique et de ses métabolites (acétaldéhyde) sur les fibres nerveuses;
  • troubles métaboliques résultant d'une carence en vitamines B.

Si tout est plus ou moins clair avec le premier point, alors la deuxième raison nécessite quelques explications. Comment l'abus d'alcool est-il lié à une carence en vitamines? Découvrons-le.

L'alcool, lorsqu'il est consommé régulièrement et en excès, affecte le tractus gastro-intestinal. La gastrite, l'entérite, l'hépatite, la pancréatite surviennent avec une absorption altérée des aliments, y compris les vitamines du groupe B. En outre, les personnes souffrant d'alcoolisme ne se soucient généralement pas trop de la valeur totale de leur nutrition, qui devient également une condition préalable à une carence en vitamines. Et le fonctionnement du système nerveux dépend fortement des vitamines du groupe B.Quand elles deviennent insuffisantes, la nutrition des conducteurs nerveux est perturbée, ce qui conduit inévitablement à une violation de leur fonction.

Il existe une certaine dépendance à la dose d'alcool consommée. Plus la dose est élevée, plus la carence en vitamines et l'effet toxique direct sont importants. La dose elle-même peut ne pas être la même pour différentes personnes, car la quantité d'enzymes qui décomposent l'alcool éthylique dans chaque organisme est individuelle. Quelqu'un devient alcoolique à partir d'une petite quantité d'alcool, tandis que quelqu'un a besoin d'une dose quotidienne de 0,5 litre pour cela.

Les deux causes de polyneuropathie alcoolique entraînent la destruction de la structure de la fibre nerveuse, sa base, appelée axone. La dégénérescence dite axonale se développe. De plus, le revêtement du conducteur nerveux (myéline) se détériore, ce qui est appelé démyélinisation. Ces processus conduisent à l'arrêt de la transmission de l'influx nerveux de la fibre affectée aux structures innervées par celle-ci (peau, muscles, vaisseaux sanguins, glandes). Des changements pathologiques se développent dans ces formations, ce qui se manifeste par un certain nombre de symptômes.

Symptômes de la polyneuropathie alcoolique

Au début, les changements pathologiques dans les fibres nerveuses ne se manifestent en aucune façon et le patient ne se plaint pas. A ce stade, seule l'électroneuromyographie révèle la transformation pathologique des nerfs périphériques. Mais peu à peu, les opportunités de compensation sont perdues et des plaintes surgissent..

Les patients parlent de douleur dans les membres. Les nerfs les plus longs sont les premiers à souffrir. Par conséquent, les douleurs commencent à déranger dans les jambes. Les douleurs sont de nature différente: le plus souvent elles brûlent, tirent. En plus de la douleur, les patients éprouvent des paresthésies - des sensations désagréables de rampement, de picotements, de brûlures, de démangeaisons dans les pieds et les muscles du mollet qui ne peuvent pas être décrites avec précision. Toutes les sensations s'intensifient la nuit et interfèrent avec le repos complet. La douleur est déclenchée en touchant les vêtements, en mettant des chaussures et dure beaucoup plus longtemps que l'irritation. Au fil du temps, au fur et à mesure que le processus progresse, la douleur diminue, ce qui n'indique pas une amélioration de la condition. Au contraire, cela indique la destruction complète de la fibre nerveuse.

En relation avec la défaite des fibres sensorielles des nerfs périphériques, la perception non seulement du toucher et des stimuli douloureux change, mais également la sensation de chaud et de froid, c'est-à-dire que la sensibilité à la température est perturbée. L'implication des conducteurs de la soi-disant sensibilité profonde est associée à la perte de la sensation du revêtement sous les pieds. Ces patients ne ressentent pas la dureté du sol sous leurs pieds, ils peuvent trébucher sur des pierres et de petits obstacles, car ils ne les sentent tout simplement pas. Ils doivent constamment regarder leurs pieds pour compenser ce défaut à l'aide d'un contrôle visuel. Tous ces changements, ainsi que le syndrome douloureux, sont appelés polyneuropathie sensorielle..

Peu à peu, les fibres motrices sont également impliquées dans le processus, c'est-à-dire celles qui transportent les impulsions vers les muscles. Les muscles ne reçoivent pas d'impulsions stimulantes du système nerveux. Cela conduit à une faiblesse des muscles, perturbe leur trophisme, ce qui provoque finalement leur atrophie. Les jambes perdent du poids à cause de cela. Le processus se propage de bas en haut, c'est-à-dire qu'au début il y a une faiblesse dans les pieds (il devient difficile de les plier et de les déplier), puis les muscles du mollet sont impliqués, puis les muscles de la cuisse. Le déplacement sans moyen de soutien supplémentaire devient difficile et parfois impossible. En raison de dommages aux fibres motrices, les réflexes des membres inférieurs (genou, Achille) sont réduits, puis complètement perdus. Le tonus musculaire diminue également et ils deviennent flasques. Ces changements sont appelés polyneuropathie motrice..

L'implication des fibres végétatives dans le processus pathologique conduit à l'apparition de troubles trophiques. La peau des jambes devient hyperpigmentée, sèche, squameuse, des ulcères sont possibles. Les ongles s'épaississent et s'écaillent. Les cheveux tombent, la peau devient froide au toucher, les pieds acquièrent une teinte bleutée, transpirent et gonflent beaucoup. Ce sont des manifestations de polyneuropathie autonome..

Rarement, lorsque les symptômes individuels de la polyneuropathie alcoolique surviennent isolément. Fondamentalement, les perturbations sensorielles apparaissent d'abord, puis trophiques, puis motrices. Les changements sont toujours symétriques, c'est-à-dire qu'ils sont les mêmes des deux côtés. Le processus n'implique pas seulement les membres inférieurs. Si l'abus d'alcool continue, des changements similaires se produisent dans les mains. Avec une longue histoire de la maladie, il est possible de perdre le contrôle de la fonction des organes pelviens..

Il existe une variante assez rare de la lésion alcoolique du système nerveux périphérique sous forme de neuropathie optique. Le deuxième nom est l'amblyopie alcoolique. Cette condition se manifeste par une diminution de l'acuité visuelle, qui progresse sur plusieurs semaines. Si le traitement n'est pas commencé à temps, une perte complète de la vision est possible sans potentiel de guérison..

Diagnostique

Partout dans le monde, il est généralement admis que pour établir un diagnostic de polyneuropathie alcoolique, il est nécessaire d'identifier des lésions d'au moins deux nerfs périphériques et un muscle. Dans ce cas, le patient doit présenter des plaintes appropriées, et avec un examen objectif, les troubles sensibles, autonomes et moteurs doivent être détectés..

Un autre point important est la confirmation des changements pathologiques de la genèse alcoolique. Après tout, la polyneuropathie peut se développer dans de nombreux autres cas et les patients eux-mêmes nient souvent leur dépendance à l'alcool. Dans ce cas, interroger des proches aide à établir la véritable cause des modifications du système nerveux périphérique..

À partir de méthodes de recherche supplémentaires pour le diagnostic de la polyneuropathie alcoolique, l'électroneuromyographie est utilisée avec succès. Cela aide à identifier même de tels changements dans les nerfs qui ne se manifestent pas encore cliniquement..

Traitement de la polyneuropathie alcoolique

Le traitement de la polyneuropathie alcoolique est effectué par des méthodes conservatrices.

La première condition pour obtenir un résultat positif est d'arrêter de boire de l'alcool. Sans le respect de cette condition, la régression des symptômes est impossible et le coût des médicaments est inutile..

La deuxième condition préalable au traitement est d'assurer une nutrition adéquate pour fournir au corps suffisamment de nutriments et de vitamines..

Des médicaments utilisés:

  • vitamine b1 (thiamine), d'abord par voie intramusculaire, puis sous forme de comprimés pendant une longue période pendant 2-3 mois. Ces dernières années, la préférence a été donnée à la benfotiamine (un analogue liposoluble de la thiamine). Il est plus efficace à une dose plus faible;
  • vitamine b6 (pyridoxine);
  • acide folique;
  • médicaments qui améliorent l'apport sanguin aux nerfs périphériques, facilitent la sortie veineuse, renforcent les vaisseaux sanguins (vinpocetine (Cavinton), émoxipine, pentoxifylline (Curantil), nicotinate de xanthinol);
  • antioxydants (préparations d'acide α-lipoïque - Berlition, Tiogamma, Espalipon, Octolipen);
  • substances neurométaboliques et neurotrophes (Solcoseryl (Actovegin), alfoscérate de choline (Gliatilin), Cortexin, extrait de ginkgo biloba (Tanakan, Bilobil), Semax et autres);
  • Neuromidine (pour améliorer la conduction neuromusculaire);
  • hépatoprotecteurs (car sans normalisation de la fonction hépatique, il est difficile d'assurer une absorption suffisante des vitamines du tractus gastro-intestinal).

Le traitement du syndrome douloureux dans la polyneuropathie alcoolique comporte certaines difficultés, car il n'est pas si facile d'éliminer la douleur dans ce cas. Pour ce faire, utilisez:

  • médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (diclofénac, nimésulide, ibuprofène, méloxicam et autres);
  • anticonvulsivants (carbamazépine (Finlepsin), gabapentine (Gabagamma, Neurontin), prégabaline (Lyrica);
  • antidépresseurs (Amitriptyline, Paroxetine).

De nombreux médicaments utilisés pour traiter la douleur ne sont pas compatibles avec la consommation d'alcool. Par conséquent, (y compris) le refus d'alcool doit être complet.

En plus des mesures médicamenteuses, dans le traitement complexe, ils utilisent la physiothérapie, la thérapie par l'exercice, l'acupuncture.

En toute justice, il faut dire que la polyneuropathie alcoolique est traitée avec succès avec une courte histoire d'abus d'alcool. Lorsque les changements sont allés assez loin et que les fibres nerveuses sont détruites par l'alcool, il ne sera pas possible de les restaurer complètement. Vous ne pouvez que réduire les symptômes et stabiliser le processus pathologique. Cela ne veut pas dire que le traitement est inutile. Si le patient continue de consommer de l'alcool en l'absence de médicaments, cela peut conduire à une invalidité grave, à l'incapacité de se servir. Il y a toujours un potentiel de récupération. Le plus important est d'arrêter de boire de l'alcool..

Ainsi, la polyneuropathie alcoolique est une conséquence inévitable de l'abus d'alcool. La maladie passe inaperçue, mais change considérablement la vie du patient. Avec un refus rapide de l'alcool et un traitement rationnel, un rétablissement complet est possible, dans le reste des cas, les changements pathologiques seront irréversibles.

Traitement de la polyneuropathie alcoolique des membres inférieurs

La polyneuropathie alcoolique des membres inférieurs est l'une des complications les plus courantes d'un complexe d'affections somatiques, mentales et neurologiques se manifestant par l'abus de boissons alcoolisées. Selon les statistiques, la maladie est détectée plus souvent que la cirrhose du foie, l'encéphalopathie et les troubles gastro-intestinaux résultant d'une intoxication prolongée à l'éthanol. Un diagnostic opportun de la polyneuropathie et un traitement adéquat peuvent minimiser les risques de développer des conditions pathologiques entraînant une invalidité et la mort..

Formes de la maladie

Les experts classent la polyneuropathie alcoolique en plusieurs groupes. Les motifs de la systématisation sont le tableau clinique de la maladie et la vitesse de sa progression..

De par la nature du cours, la polyneuropathie est divisée en trois types:

  • chronique, se développant sur 12 mois ou plus;
  • aiguë, caractérisée par une vitesse de formation rapide (jusqu'à 30 jours);
  • subaigu.

Le plus souvent, les experts identifient le premier de ces types de maladies..

En outre, la polyneuropathie alcoolique, conformément à ses manifestations cliniques, est généralement différenciée en 4 groupes.

  1. Mixte, l'un des plus courants. La maladie affecte les membres supérieurs et inférieurs. Les symptômes comprennent une paralysie des mains (pieds), une hypotension, une diminution des réflexes profonds, une atrophie musculaire des avant-bras, une altération (minimisation ou augmentation) du niveau de sensibilité dans les zones touchées.
  2. Sensoriel, caractérisé par l'apparition de douleurs dans les emplacements des gros nerfs, une sensation de brûlure, des frissons, un engourdissement des pieds. Avec une polyneuropathie de ce type, des convulsions et des pathologies végétatives-vasculaires (marbrure de la peau, acrocyanose, hyperhidrose) sont également observées.
  3. Moteur, caractérisé par un dysfonctionnement des extenseurs des doigts et des jambes distales en raison du développement de modifications des nerfs péroniers et tibiaux communs. Difficulté à flexion plantaire, marche sur les orteils, rotation antihoraire du pied.
  4. Atactique (le deuxième nom de la forme considérée de polyneuropathie alcoolique est pseudotabes périphériques). Ses signes sont: engourdissement des jambes, douleur à la palpation des zones touchées, troubles de la coordination des mouvements, démarche.

Un certain nombre de chercheurs distinguent les types végétatifs et subcliniques de neuropathie..

Dans l'alcoolisme chronique, la maladie peut être asymptomatique.

Causes de la polyneuropathie alcoolique

De nombreuses études montrent que plus de 75% du nombre total de cas détectés de neuropathie sont causés par la réponse de l'organisme à une consommation prolongée (5 ans ou plus) de boissons contenant de l'alcool éthylique. La gravité de la maladie est directement liée à la quantité d'éthanol qu'une personne prend régulièrement.

Parmi les raisons provoquant le développement de la neuropathie, on peut citer:

  • les effets toxiques de l'alcool sur les fibres nerveuses;
  • hypoxie;
  • perturbation du tube digestif (foie, intestins), du système immunitaire;
  • une mauvaise nutrition;
  • diminution des taux sanguins de magnésium et de potassium;
  • carence en thiamine (vitamine B1).

Les conditions supplémentaires qui causent diverses formes de la maladie sont la prédisposition génétique (y compris une vulnérabilité accrue des tissus du système nerveux), les processus auto-immuns.

Les alcooliques se caractérisent par un séjour prolongé dans une position monotone (pendant le sommeil) tout en perdant simultanément leur sensibilité à la douleur. Cette affection se caractérise par l'apparition d'engourdissements et le développement d'un syndrome de compression prolongée, conduisant à une neuropathie ischémique par compression..

Pathogénèse

Le mécanisme d'apparition de la maladie n'a pas été entièrement compris à ce jour. Un certain nombre de scientifiques pensent que les processus auto-immuns sont au cœur de la polyneuropathie alcoolique. La pathologie est déclenchée par des agents provocateurs (parmi eux - virus d'Epstein-Barr, campylobacter, cytomégalovirus).

Les maladies infectieuses et autres facteurs qui augmentent la consommation d'énergie, exacerbent le manque d'acides nicotiniques et ascorbiques, d'oligo-éléments, de vitamines B dans les fluides corporels.

La principale cible de la maladie sous sa forme aiguë est les axones - processus allongés des neurones.

Différents types de polyneuropathie alcoolique ont la capacité de détruire la gaine de myéline des unités structurelles et fonctionnelles du système nerveux, à la suite de quoi la vitesse de passage des impulsions ralentit et les fonctions nécessaires commencent à être effectuées sous une forme modifiée.

Symptômes et diagnostic

Le stade initial de la polyneuropathie est caractérisé par l'absence de signes significatifs. Le développement ultérieur du processus se caractérise par une perte progressive des capacités de compensation, l'apparition de douleurs musculaires, une faiblesse. Jusqu'à 50% des maladies (du nombre total de maux) affectent d'abord les jambes, puis se propagent aux mains.

Les symptômes de la maladie comprennent:

  • violation de la sensibilité (affaiblissement ou renforcement);
  • changements de la pression artérielle, de la démarche, de la couleur de la peau (marbrure, décoloration bleue);
  • sécheresse, desquamation des téguments;
  • épaississement, délaminage des plaques à ongles;
  • détérioration de la circulation sanguine;
  • inconfort dans les pieds, les jambes, se transformant en douleurs brûlantes;
  • perte d'équilibre;
  • sensation de frissons, d'engourdissement, de "chair de poule" dans les jambes;
  • une diminution du niveau de cheveux (dans les zones du genou aux articulations de la cheville);
  • l'apparition d'ulcères trophiques;
  • amyotrophie;
  • torsion vers l'intérieur, affaissement du pied (avec un type moteur de la maladie).

Une hyperhidrose, une tachycardie, un essoufflement peuvent également survenir..

Une forme sévère de polyneuropathie est caractérisée par la présence de parésie, de paralysie, de confusion et d'affaiblissement des muscles respiratoires (ce dernier signe nécessite une ventilation mécanique immédiate). Des troubles mentaux peuvent également survenir.

Périodiquement, des violations des expressions faciales, des dysfonctionnements du système urinaire (retard dans le processus d'excrétion urinaire) sont détectés. Ces 2 symptômes disparaissent quelques jours après le début.

La polyneuropathie peut se manifester assez brutalement ou augmenter progressivement en intensité. Le soulagement temporaire de la maladie après 4 semaines après le début de la maladie n'est pas un signe de guérison, mais un signal de transition des pathologies vers une forme chronique.

La réponse à la question de savoir si le traitement de la polyneuropathie alcoolique des membres inférieurs est autorisé à domicile est sans ambiguïté: il est impossible d'arrêter le développement de changements sans se rendre à la clinique.

En bref sur le processus de reconnaissance de la maladie

Le diagnostic de la polyneuropathie est effectué par un médecin en interrogeant et en examinant le patient, en tenant compte des résultats de l'analyse du sang veineux (des tests de laboratoire peuvent révéler le degré d'atteinte hépatique en déterminant le taux de transaminases). La carence en vitamines est clarifiée en examinant le sérum sanguin.

La dynamique de la maladie est contrôlée par la méthode ENMG. L'électroneuromyographie révèle la présence d'un processus dégénératif dans les nerfs périphériques et le degré d'endommagement des tissus de ces derniers.

Les signes les plus importants sur la base desquels un diagnostic est posé comprennent:

  • faiblesse musculaire de nature progressive;
  • aréflexie tendineuse;
  • symétrie des violations.

Une méthode de diagnostic supplémentaire consiste à interroger les membres de la famille du patient (si possible). Parfois, les patients nient le fait de la dépendance à l'alcool; mettre la bonne conclusion et clarifier la cause des changements pathologiques est précisément la conversation avec des proches.

Traitement

La suppression du développement de la neuropathie alcoolique se produit grâce à l'utilisation de schémas thérapeutiques complexes, y compris l'utilisation de produits médicaux en combinaison avec la physiothérapie, la thérapie par l'exercice, le massage et un certain nombre d'autres méthodes.

Médicament

Les symptômes de la maladie sont éliminés à l'aide de divers groupes de médicaments. Les médicaments essentiels sont répertoriés dans le tableau ci-dessous..

Liste des fondsLe but de la prescription du médicament
Vitamines (C, B1, B6, etc.), acide folique - injections et pilulesReconstitution du déficit qui se développe dans l'alcoolisme chronique; assurer le fonctionnement normal des structures du système nerveux.
Antihypoxants (Actovegin)Augmentation de la résistance des tissus au déficit en oxygène.
Médicaments anticholinestérasesÉlimination des troubles sensoriels et du mouvement.
Diclofénac, nimésulide, amitriptyline et carbamazépineRéduire l'intensité de la douleur.
AnticonvulsivantsÉlimination des crampes douloureuses.
Les antidépresseursAméliorer l'état émotionnel.
NeuromidineAccélération de la transmission neuromusculaire.
CytoflavineAméliorer la microcirculation, restaurer le métabolisme.
Vinpocétine, CurantilFacilitation de l'écoulement veineux, renforcement des vaisseaux sanguins.
HépaprotecteursNormalisation de la fonction hépatique.

Les troubles autonomes sont corrigés en utilisant une thérapie symptomatique.

Il est interdit d'utiliser des médicaments sans prescription médicale: l'utilisation de médicaments non contrôlés par un spécialiste peut entraîner le développement de complications, une aggravation de l'état du patient et la mort.

Traitement non médicamenteux

Comme mesures supplémentaires de rééducation, d'acupuncture et de magnétothérapie, des procédures de physiothérapie (pour stimuler la moelle épinière, les fibres nerveuses) sont prescrites. Afin de restaurer le tonus musculaire, un massage est utilisé.

Une autre méthode non médicamenteuse - les exercices de physiothérapie - vous permet de prévenir le développement de contractures, de renforcer le corps.

Le soutien d'un psychologue joue également un rôle important. La consultation d'un spécialiste permet de surmonter l'état dépressif qui survient chez la majorité des patients de cette catégorie lorsqu'ils refusent de boire de l'alcool.

ethnoscience

La médecine alternative recommande d'utiliser les remèdes suivants pour lutter contre la polyneuropathie alcoolique:

  1. Une décoction de matières premières d'herbes médicinales (fraise, paille, ficelle, cocklebur) pour stimuler le métabolisme. Les composants ci-dessus doivent être mélangés dans des proportions égales, ajouter une quantité similaire de feuilles de bouleau, de cônes de houblon, de bardane hachée et de racines de réglisse, de fleurs de sureau. Préparez 1 cuillère à soupe de la collection dans 2 tasses d'eau bouillante, laissez infuser (au moins 3 heures). A consommer en 6 heures.
  2. Formulé avec du persil et des graines de tournesol pour détoxifier. 2 cuillères à soupe graines, un demi-verre d'herbes fraîches hachées et 300 ml de kéfir se combinent, bien mélanger. Boire à jeun, 40 minutes avant le repas du matin.
  3. Un cocktail de miel, de jus de carotte et d'huile d'olive pour soulager la polyneuropathie alcoolique. Méthode de préparation: mélanger un demi-verre de jus fraîchement pressé avec du beurre, ajouter 1 jaune, battre avec un fouet. Sucrez avec 2 c. mon chéri. Pris 2 heures avant les repas.
  4. Un remède populaire à base d'herbes médicinales et d'huile d'olive pour restaurer le foie. Graines de chardon-Marie à raison de 4 c. l. écraser. Ajoutez 150 ml d'huile légèrement réchauffée. Ajouter doucement la poudre de feuilles de menthe poivrée séchées (2 cuillères à soupe) dans le mélange. A consommer une demi-heure avant les repas, 3 roubles / jour, 6 c. La durée du traitement est de 3 semaines.
  5. Bains d'agripaume et de sauge pour réduire la sensation de brûlure dans les jambes. L'outil se caractérise par des effets anti-inflammatoires, désinfectants et cicatrisants. 100 g d'herbes médicinales dans un rapport 1: 1, versez 2,5 litres d'eau bouillante, laissez infuser pendant environ 2 heures. Diluer avec de l'eau chaude avant de continuer.

Les méthodes de traitement envisagées ne peuvent être utilisées qu'après consultation du médecin traitant.

Régime

Pendant la période de rééducation, le patient doit adhérer à un régime spécial qui favorise une récupération rapide. La nutrition doit fournir la bonne quantité de vitamines, minéraux, oligo-éléments et être basée sur les glucides.

En cas de polyneuropathie, il est recommandé d'utiliser:

  • produits laitiers fermentés;
  • foie;
  • légumes, fruits.

Les aliments épicés et salés doivent être exclus du menu du jour..

Période de récupération et prévision

Il est impossible de se remettre d'une neuropathie alcoolique en peu de temps. La période de récupération complète dure de 3-4 mois à six mois.

La principale condition pour obtenir le maximum d'effet thérapeutique possible est le rejet complet des boissons contenant de l'alcool éthylique..

Les petits changements survenus dans le corps sont complètement éliminés. Au cours de l'évolution chronique de la polyneuropathie, la restauration des fibres nerveuses détruites ne se produit pas; les méthodes modernes de thérapie ne peuvent que stabiliser le processus et réduire la gravité des symptômes.

Le refus de se rendre à la clinique et de recevoir des soins médicaux, l'aggravation de la pathologie par un nouvel abus d'alcool entraînera un handicap. Ce dernier peut entraîner des complications telles que:

  • paralysie des jambes;
  • perte totale de mobilité;
  • dommages au cervelet;
  • dysfonctionnement du système nerveux central;
  • l'apparition de troubles mentaux.

La mort est également possible (y compris à la suite d'un arrêt cardiaque).

La prévention

Prévenir le re-développement de la neuropathie alcoolique est assez facile. Pour ce faire, il est nécessaire de mener une vie saine, d'arrêter les symptômes de maladies infectieuses en temps opportun, d'être surveillé par un narcologue (si nécessaire, par un psychologue).

Après la récupération, il est recommandé de visiter régulièrement les sanatoriums, de faire du sport, de surveiller la nutrition..

La maladie décrite est une maladie grave qui entraîne de graves changements dans le corps. Après avoir récupéré une fois, il faut tout mettre en œuvre pour abandonner complètement l'alcool - seule cette méthode vous permettra d'éviter une rechute de polyneuropathie alcoolique.

Polyneuropathie alcoolique - comment se manifeste le trouble neurologique

La polyneuropathie alcoolique se développe dans le contexte de l'alcoolisme chronique. L'éthanol affecte les cellules de nombreux organes et systèmes, endommageant la fibre nerveuse. La maladie entraîne une perte de sensibilité, des problèmes de mouvement.

Les alcooliques chroniques reçoivent souvent un diagnostic de polyneuropathie alcoolique, une maladie grave qui se développe à la suite d'une intoxication prolongée du corps avec les produits de décomposition de l'éthanol. L'alcool perturbe les processus métaboliques, entraînant un retard dans la transmission des signaux nerveux. En conséquence, des dysfonctionnements se produisent dans les parties du cerveau..

informations générales

L'une des causes courantes de l'alcoolisme chronique qui précède la polyneuropathie est une anomalie des gènes qui codent pour les enzymes impliquées dans la dégradation de l'éthanol en acétaldéhyde. L'échec des gènes conduit à un processus incorrect de neutralisation des composés toxiques, à la suite duquel une dépendance à l'alcool se forme.

La polyneuropathie alcoolique (neuropathie) est une maladie neurologique qui survient chez les alcooliques chroniques au dernier stade de la dépendance. Des changements pathologiques se produisent en raison des effets toxiques des métabolites sur plusieurs fibres du système périphérique, ce qui conduit à leur destruction et à l'apparition de symptômes malsains.

Au départ, la sensibilité des jambes commence à diminuer. Des troubles cognitifs et du mouvement sont observés. L'éthanol endommage les parois intestinales, ce qui rend difficile l'absorption des nutriments. En conséquence, le fonctionnement du système digestif est perturbé. Une carence en vitamine B se développe.

La neuropathie n'est pas le seul résultat de l'alcoolisme chronique. En plus d'endommager la fonctionnalité du système nerveux, l'éthanol affecte le système nerveux central, provoquant une encéphalopathie; foie, provoquant une cirrhose; appareil musculaire, conduisant à une myopathie. Troubles de la mémoire caractéristiques révélés sous l'influence de l'alcool - syndrome de Korsakov.

Après avoir bu de fortes doses d'alcool, l'alcoolique s'endort généralement dans une position inconfortable pendant une longue période. Cela conduit à la compression des fibres nerveuses, qui est à l'origine du développement de la neuropathie ischémique par compression..

Intéressant! Les manifestations cliniques de la neuropathie alcoolique ont été décrites pour la première fois par Letts en 1787.

Dans la classification internationale des maladies de la pathologie, le code CIM 10 - G 62.1 est attribué. Les symboles correspondent au nom d'une affection douloureuse caractérisée par des lésions des nerfs périphériques.

La pathologie conduit à la destruction de la base des nerfs - l'axone, provoquant une dégénérescence axonale. Les produits de désintégration de l'éthanol détruisent la myéline - la gaine fibreuse (démyélinisation). De tels phénomènes entraînent un arrêt de la transmission des signaux nerveux, provoquant des processus destructeurs dans les tissus..

La maladie est plus fréquemment diagnostiquée chez les femmes. Le corps de la femme est plus sensible à l'alcool éthylique, de sorte que le développement de la polyneuropathie se produit plus tôt que chez les hommes. Il a été prouvé qu'un apport quotidien de 200 ml de boissons alcoolisées fortes conduit à la formation d'une maladie dans les 5 ans.

Types de maladies

Sur la base du tableau clinique de la maladie, les formes de pathologie suivantes sont distinguées:

  • Moteur. Elle se caractérise par une légère perte de sensibilité sensorielle, la présence de parésie. La fonctionnalité des membres inférieurs est activement affectée: il est difficile de plier les phalanges des doigts, de faire pivoter les pieds, la réaction d'Achille s'aggrave.
  • Sensoriel. Le seuil de sensibilité à la douleur et à la température diminue et une sensation d'engourdissement dans les jambes apparaît. Perturbé par le syndrome convulsif et les troubles autonomes.
  • Atactique. Il s'accompagne d'une mauvaise coordination des mouvements, d'une démarche non naturelle, d'une douleur au contact de la peau. Pas de réaction tendineuse.
  • Mixte. Combine les troubles sensoriels et moteurs. Il se traduit par un engourdissement important, une douleur, une paralysie des membres. Les muscles des avant-bras et des mains peuvent s'atrophier. Les réflexes s'aggravent. La pression artérielle chute fortement.

Lorsqu'une affection douloureuse dure plus d'un an, un type subaigu de neuropathie est diagnostiqué, avec une augmentation plus rapide des symptômes, une neuropathie aiguë. Ce dernier type se développe à la suite de la consommation d'une grande dose d'alcool, se caractérise par des signes vifs.

La pathologie se développe selon certaines étapes: initiale, progressive, stationnaire et régressive. La dernière étape est atteinte avec un traitement adéquat.

Comment se manifeste la maladie

La polyneuropathie alcoolique évolue généralement progressivement, il n'y a initialement aucun signe caractéristique de la maladie. Les symptômes cliniques commencent à augmenter lorsque le patient ressent une faiblesse dans les jambes, il lui est difficile de bouger.

La maladie est souvent compliquée par une encéphalopathie alcoolique, qui a un mauvais pronostic de guérison..

Lire aussi sur le sujet

Tout d'abord, les fonctions motrices sont altérées. La démarche de l'alcoolique change en raison de lésions des muscles extenseurs du pied. Les jambes perdent beaucoup de poids, cela est dû à l'atrophie musculaire des mollets. Les patients n'ont aucune réaction aux stimuli thermiques, ils ne sentent pas le sol sous leurs pieds, leurs jambes deviennent «ouatées». Les muscles des bras sont les derniers à s'atrophier.

Il y a un changement dans la couleur et la qualité de la peau des jambes: la couverture prend une teinte marbrée, se décolle. Les plaques à ongles sont déformées, deviennent cassantes. Le patient subit une transpiration excessive. Dans les dernières étapes, des inclusions ulcéreuses se forment, un gonflement.

La paralysie augmente, ce qui limite considérablement l'activité du patient. À mesure que les dommages toxiques aux tissus nerveux augmentent, une tachycardie et un essoufflement se développent. La neuropathie s'accompagne d'un syndrome amnésique, dans lequel une amnésie se forme, une personne perd la capacité de naviguer dans le temps et l'espace.

Les patients se plaignent de douleurs atroces dans les jambes, se manifestant par des brûlures. Une paresthésie se développe - une sensation de picotement, des démangeaisons dans les muscles et les pieds. Les symptômes s'aggravent la nuit, provoquant de l'insomnie. La douleur provient d'un toucher léger. Au fur et à mesure que le processus destructeur progresse, les douleurs s'atténuent, indiquant la destruction du tissu nerveux.

Habituellement, un dysfonctionnement sensible apparaît en premier, suivi d'un dysfonctionnement trophique et autonome. Les lésions sont caractérisées par une symétrie. Une maladie à long terme entraîne une perte de contrôle des organes pelviens.

Lorsque l'alcool endommage le nerf optique, une amblyopie est diagnostiquée - une détérioration de la vision qui se développe en 2 semaines. La cécité survient en l'absence de traitement.

Avec une évolution sévère de la maladie, les muscles respiratoires s'affaiblissent, ce qui entraîne un arrêt respiratoire. Pour éviter une telle complication, une ventilation artificielle d'urgence des poumons est nécessaire. Il y a aussi des dommages aux nerfs du crâne, la progression des troubles mentaux.

Causes d'un trouble neurologique

La pathologie neurologique de la genèse alcoolique se forme au dernier stade de l'alcoolisme chronique. Les facteurs suivants contribuent à la destruction des fibres périphériques:

  • effets toxiques de l'éthanol;
  • carence en vitamine B;
  • échec des processus métaboliques dans les nerfs;
  • maladie du foie;
  • la présence de gènes anormaux qui nuisent à la dégradation de l'éthanol.

L'utilisation de boissons alcoolisées de substitution augmente considérablement le risque de développer une polyneuropathie. Ces fluides détruisent instantanément la thiamine en détruisant les cellules hépatiques. De plus, l'alcool dénaturé peut entraîner la mort..

Avec l'utilisation constante d'alcool, les organes du système digestif sont touchés, une gastrite, une pancréatite, une hépatite se développent, accompagnées d'une mauvaise absorption des aliments et des micro-éléments. La raison du manque de vitamines du groupe B est le menu monotone défectueux d'un alcoolique.

Une telle carence perturbe la nutrition des tissus nerveux, entraînant leur dysfonctionnement. La dépendance du manque de vitamines à la dose d'alcool éthylique a été établie: plus d'alcool provoque une carence plus importante.

Maladies de nature infectieuse, saignements et autres facteurs qui augmentent la dépense énergétique, exacerbent le manque de vitamines, de niacine et réduisent la concentration de potassium et de magnésium. Cela conduit à une carence en protéines.

Le diabète sucré, l'épilepsie, le surdosage médicamenteux, le cancer peuvent entraîner la formation d'anomalies du développement, provoquant un dysfonctionnement du système nerveux. Le pronostic de ces conditions est défavorable.

Méthodes de diagnostic

La polyneuropathie alcoolique est diagnostiquée lorsque 2 fibres périphériques ou plus et 1 muscle sont endommagés. De plus, l'examen du patient doit révéler des lésions de nature motrice, sensorielle et végétative..

Il est nécessaire de confirmer que les changements dégénératifs sont d'origine alcoolique. Pour ce faire, vous devez interroger le patient et ses proches. L'électroneuromyographie est nécessaire - une procédure qui garantit la détection des symptômes de dégénérescence axonale et des dommages à la capsule de myéline.

Il est nécessaire de distinguer la polyneuropathie de la genèse alcoolique du diabétique. La polyneuropathie diabétique est caractérisée par des manifestations identiques. Un diagnostic différentiel correct est nécessaire pour établir un diagnostic correct. Pour exclure la polyneuropathie urémique et diabétique, une analyse du liquide céphalo-rachidien et une biopsie du tissu affecté sont nécessaires. Dans les cas controversés, ils ont recours à l'imagerie par résonance magnétique.

Traitement

Le traitement de la neuropathie est effectué de manière globale. Cela comprend la prise de médicaments et des changements de style de vie. La tâche primordiale est un rejet complet de l'alcool. Si cette règle n'est pas respectée, la récupération est impossible..