Symptômes de sevrage de l'alcoolisme, traitement à domicile

Le syndrome de sevrage alcoolique (également appelé simplement abstinence, communément appelé delirium tremens ou gueule de bois) est un état pathologique qui survient chez une personne ayant un arrêt brutal de la consommation d'alcool après une utilisation prolongée de celui-ci. Cela peut durer de un à plusieurs jours. En fonction de la durée de ce syndrome, le degré de sa gravité est déterminé..

Concept de syndrome de sevrage

La consommation de boissons alcoolisées en grande quantité pendant une longue période entraîne des violations importantes de la santé émotionnelle, mentale et physique d'une personne. Le syndrome de sevrage alcoolique est la manifestation la plus courante de l'alcoolisme. Si ce phénomène a une présence constante, cela indique déjà une dépendance grave à l'alcool du deuxième ou du troisième stade..

L'apparition de symptômes de sevrage dans l'alcoolisme indique que le corps est dépendant et nécessite la consommation d'alcool éthylique. Si l'alcoolique ne prend pas de dose dans les quelques heures ou en prend une petite quantité, des symptômes de sevrage apparaîtront. Initialement, extérieurement, cette condition peut être confondue avec la gueule de bois habituelle qui survient chez une personne en bonne santé après les vacances avec une boisson abondante. Mais ces deux concepts ont une différence significative - la durée.

Une personne en bonne santé revient à la normale dans la seconde moitié de la journée, mais chez les alcooliques, la condition ne peut pas revenir à la normale dans les 3 à 5 jours.

Panneaux

L'usage à long terme d'alcool éthylique peut avoir diverses conséquences. Leur nature dépend de l'état du corps humain, de sa santé, des caractéristiques du système nerveux, etc..

Manifestations courantes:

  • Épuisement du corps,
  • Désir irrépressible de boire à nouveau,
  • Maux de tête, étourdissements, lourdeur dans la tête,
  • Mauvais goût dans la bouche, vomissements, nausées,
  • Frissons du corps, tremblant dans les mains,
  • Manque d'appétit,
  • Un symptôme évident est une violation significative de l'attention, le patient ne peut se concentrer sur rien.

Signes de la psyché:

  • Dépression,
  • Attaques d'agression et de colère,
  • L'humeur change souvent - de la colère à la mélancolie indifférente,
  • Une anxiété manifestement accrue,
  • Convulsions - si graves.

Manifestations des organes internes:

  • Douleur cardiaque, interruptions dans le travail du cœur, son rythme cardiaque rapide,
  • La pression artérielle est très élevée,
  • Douleurs abdominales, signes de gastrite exacerbée,
  • Douleur sous l'hypochondre droit,
  • Tabouret perturbé.

Ventouses

Le soulagement du syndrome de sevrage alcoolique à domicile est approprié si l'état du patient n'est pas très sévère. Tout d'abord, il convient de nettoyer la cavité de l'estomac et des intestins - lavage et lavement.

Ensuite, vous devez fournir une boisson abondante, pour laquelle de l'eau minérale, du kéfir, de la compote, du jus ou des décoctions à base de plantes peuvent convenir. Les méthodes suivantes peuvent également aider à atténuer cette grave gueule de bois:

  • Graines de cardamome ou de cumin - mâchées plusieurs fois au cours de la journée
  • Jus de chou ou de concombre frais - il reconstituera parfaitement l'équilibre eau-sel.
  • Le bain est un remède efficace si le patient n'a pas de problèmes cardiaques.
  • Un cornichon de tous les légumes dans un pot est un liquide connu de tout le monde depuis longtemps qui soulage la condition après avoir bu.
  • La vitamine C est une excellente méthode d'arrêt, car l'acide ascorbique tonifie et rafraîchit.
  • Sorbants - charbon actif, sorbex, énétrosgel et de nombreux autres médicaments qui éliminent les toxines.
  • Aliments riches en calories - bons pour la désintoxication.
  • Douche froide - rafraîchit et revigore.
  • Une activité physique modérée à l'air frais est un excellent moyen de soulager les symptômes de sevrage, ils satureront le corps en oxygène.

Médicaments

L'abolition brutale de l'alcool en cas de dépendance à celui-ci entraîne des conséquences très désastreuses. C'est pourquoi le patient doit être traité, et pas seulement attendre qu'il passe par lui-même. Le traitement à domicile des symptômes de sevrage alcoolique devrait inclure des médicaments.

Il serait plus approprié de consulter un médecin, mais les alcooliques sont rarement d'accord avec cela. Le traitement à domicile des symptômes de sevrage alcoolique peut inclure les médicaments suivants:

  • Vitamines - restaurer les fonctions du système nerveux, normaliser le travail de divers organes, les protéger de l'influence supplémentaire de l'alcool éthylique. La vitamine B1 améliorera la conduction des impulsions entre les neurones, la vitamine B6 améliorera les fonctions du système nerveux et éliminera les effets de l'alcool éthylique du corps, la vitamine PP fournira de l'oxygène aux organes et améliorera le métabolisme, la vitamine C protégera les cellules des dommages causés par les radicaux libres.
  • Médicaments de désintoxication - solutions pour administration intraveineuse, éliminent rapidement l'alcool éthylique du corps et accélèrent le traitement des symptômes de sevrage. Les compte-gouttes sont mieux effectués dans un hôpital sous la surveillance du personnel médical. L'unitol et le thiosulfate de sodium neutralisent et éliminent les toxines, le glucose augmentera l'énergie du corps, la solution d'urée soulagera l'œdème cérébral, la solution de magnésie augmentera les vaisseaux sanguins et réduira la pression, le chlorure de sodium rétablira l'équilibre hydrique et électrolytique, Hemodez comblera le manque de liquide et empêchera le sang de coaguler trop rapidement.
  • Un traitement productif pour les symptômes de sevrage destructeurs sera si les médicaments psychotropes sont également inclus. Leur effet médicinal éliminera les troubles mentaux. Le diazépam réduira l'anxiété et augmentera le tonus musculaire, la grandaxine élimine également parfaitement l'anxiété, l'halopéridol éliminera les hallucinations et supprimera le réflexe nauséeux.

Syndrome post-sevrage

La consommation à long terme d'alcool conduit au fait que ses substances sont intégrées au travail du système nerveux humain. Par conséquent, lorsque le flux d'alcool s'arrête, le système nerveux tombe en panne..

Après les symptômes de sevrage, un syndrome post-sevrage survient, caractérisé par les mêmes manifestations, mais il n'y a pas de consommation d'alcool. Il peut également être appelé frénésie sèche ou panne sèche..

La période critique dure de 3 à 6 mois, mais elle équivaut généralement à autant de mois que la personne a bu de l'alcool pendant des années.
Le syndrome post-sevrage se traduit par les signes suivants:

  • Pensée difficile. Fondamentalement, la pensée d'une personne dans cet état ressemble à celle d'un ivre. Caractérisé par un manque de clarté, une faible concentration, une logique altérée, etc..
  • Déficience de mémoire. Les processus de mémoire et de mémoire sont très compliqués..
  • Troubles émotionnels. Une personne réagit trop violemment à de petites choses, les émotions se changent sans raison, les états dépressifs sont possibles.
  • Problèmes de coordination physique. La présence de vertiges, de mouvements lents, de problèmes de coordination, de paresse, de léthargie, etc..
  • Les troubles du sommeil. Avec ce syndrome, une personne peut souffrir d'insomnie, de cauchemars et la somnolence apparaît pendant l'éveil..
  • Stress. Tension constante, fatigue, incapacité au repos, il est difficile de faire la distinction entre faible stress et élevé.
  • L'envie de boire de l'alcool augmente et s'intensifie.

Le syndrome post-sevrage nécessite un traitement compétent et est meilleur dans une clinique spécialisée. Là, le patient suivra un traitement et une rééducation appropriés, on lui prescrira les médicaments nécessaires et sa psyché sera également restaurée..

Effets

Les conséquences du syndrome de sevrage alcoolique peuvent être très différentes. Leur type et leur degré dépendent de la gravité et de la durée de l'alcoolisme. Le stade initial est caractérisé par des troubles nerveux légers, de l'insomnie et un malaise général. Avec le sevrage alcoolique, tous ces symptômes disparaissent en une semaine. Mais les cas graves entraînent les conséquences suivantes:

  • Psychose sévère, dont la sortie n'est possible qu'en milieu hospitalier.
  • Maladies cardiaques dangereuses pouvant entraîner une crise cardiaque ou d'autres pathologies.
  • Lésions hépatiques profondes - cirrhose, hépatite, etc..
  • Œdème cérébral.
  • Nécrose de la plupart des parties du cerveau entraînant une démence manifeste.
  • Coma alcoolique.

Si un alcoolique a un syndrome d'abstinence, cela indique une maladie évolutive grave qui forme une dépendance stable à l'alcool. Par conséquent, pour une personne qui apprécie sa vie, ainsi que pour sa famille, cela devrait être une raison de contacter une clinique spécialisée avec les spécialistes appropriés..

Après tout, quelle que soit la qualité du traitement à domicile et aussi efficace que cela puisse vous sembler, vous ne pouvez pas fournir indépendamment toutes les conditions pour le rétablissement complet d'un alcoolique. Seule une clinique et une approche compétente peuvent effectivement faire sortir une personne de cet état.

Durée du syndrome de sevrage alcoolique et comment soulager la maladie

Le sevrage alcoolique est un complexe de symptômes qui surviennent après avoir refusé des boissons contenant de l'éthanol avec un abus prolongé. C'est-à-dire des symptômes de sevrage ou des symptômes de sevrage. Il se manifeste comme une gueule de bois persistante et n'est présent que chez les personnes dépendantes de l'alcool. Plus en détail sur ce que c'est, comment faire face au problème et à quoi s'attendre pour les proches, nous le dirons dans cet article..

Référence! Le sevrage est l'arrêt délibéré de la prise d'une substance aux propriétés psychoactives.

Tout le monde sait que s'il est bon de "prendre la poitrine", alors le lendemain matin, vous vous sentirez mal avec des maux de tête, des nausées, de la soif et un malaise général. Ceci est une conséquence de l'intoxication avec une substance toxique pour notre corps, ils appellent cela une gueule de bois. Le degré de manifestation est individuel, mais il passe complètement le lendemain. Le syndrome de sevrage se développe après quelques jours et dure beaucoup plus longtemps, et la santé en souffre sur tous les fronts: de la psyché aux intestins.

Alors qu'un alcoolique boit, sous l'influence d'une intoxication chronique, le corps ne peut pas se battre et réagir. Dès que l'éthanol cesse de couler, tous les systèmes commencent à se nettoyer, à récupérer autant que possible et à donner une réaction aussi retardée à l'intoxication. C'est à cause du syndrome de sevrage que la majorité ne peut pas abandonner la mauvaise habitude, car une telle gueule de bois s'arrête après la prise de la dose suivante. La condition peut être comparée à la dégradation d'un toxicomane sous une forme plus faible..

Fait intéressant! Les conditions préalables au désir de boire chez un alcoolique sont la toxicomanie, chez une personne en bonne santé ce sont des problèmes psychologiques, des traditions de la société, etc..

L'éthanol dans l'alcool n'est pas seulement un poison pour tout l'organisme, mais une substance psychotrope qui affecte le système nerveux central et autonome. C'est pourquoi le buveur est inhibé, ses jambes et sa langue sont tordues, la mémoire est perdue, l'attention et la réaction sont réduites. Essentiellement, l'alcoolique perd le contrôle de son corps pendant un certain temps. Cela parle d'un effet direct sur le cerveau. De plus, il empoisonne le tractus gastro-intestinal, le foie et les reins. Avec un abus prolongé, l'éthanol est incorporé dans les processus métaboliques, ce n'est plus une question de dépendance psychologique. C'est là que survient le syndrome de sevrage. Le corps ne reçoit pas une substance qui en fait déjà partie. Un dysfonctionnement grave se produit, aggravé par les conséquences d'un empoisonnement chronique. Au fil du temps, le corps fera face et reviendra à la normale si l'alcoolique ne boit plus du tout. Le syndrome de sevrage chez un patient dépendant est un fait scientifique, c'est pourquoi on lui a attribué le code CIM 10 - F10.03.

Opinion d'expert! L'établissement de la dépendance chimique est individuel et dépend de la quantité d'alcool consommée, de la durée des crises de boulimie, de l'âge, de l'état de santé et même du sexe. Les femmes et les adolescents deviennent alcooliques plus rapidement. Mais l'apparition du syndrome de sevrage dit que ce n'est plus le stade initial..

Le syndrome est caractérisé par un complexe de manifestations qui ont différentes variations et gravité, mais les options suivantes sont distinguées:

  1. Le trouble végéto-asthénique survient chez les alcooliques novices. Elle se traduit par une faiblesse, une humeur émotionnelle diminuée, une transpiration, une bouche sèche et une augmentation du rythme cardiaque. L'éthanol pris bloque complètement les symptômes désagréables.
  2. Le stade neurologique avec troubles somatiques se manifeste par des vomissements et des nausées, des tremblements de la main. L'état de santé s'améliore légèrement après une dose d'alcool. Se produit à la suite d'une frénésie à long terme.
  3. Les troubles mentaux se manifestent par une instabilité de l'humeur, des pensées suicidaires, des hallucinations, des cauchemars et des troubles du sommeil. Il y a une soif persistante d'alcool. Se produit avec une consommation quotidienne d'alcool pendant un mois ou plus. Après avoir reçu de l'éthanol, le patient se sent mieux, mais il est insuffisant.

L'un des symptômes suivants peut également être présent:

  • Hypertension artérielle;
  • Douleur au cou et à la tête;
  • Malaise général;
  • Système nerveux excité, état émotionnel instable;
  • Secousses des paupières, tremblements de la langue;
  • Agressivité, colère;
  • Crises d'épilepsie;
  • Delirium tremens ou délire alcoolique scientifiquement;
  • Dépression respiratoire;
  • La diarrhée;
  • Divers troubles du tube digestif;
  • Maux d'estomac;
  • Attaque de panique, peur;
  • Culpabilité.

Attention! Quels symptômes le patient éprouve, la combinaison et le degré de gravité aideront le médecin à déterminer le stade de l'alcoolisme afin de prescrire correctement le traitement.

La durée de l'état du syndrome dépend de 2 facteurs:

  1. La période pendant laquelle l'alcoolique a bu.
  2. Temps d'élimination de l'éthanol du corps.

Sur cette base, nous pouvons dire que les symptômes de sevrage dureront de 5 à 14 jours. Après cela, il faut parler des effets résiduels dus aux dommages aux organes et aux systèmes. La dépendance physique disparaît si la dépendance n'est pas renouvelée. Les problèmes psycho-émotionnels peuvent venir remplacer, qui sont résolus lors de cours de rééducation ou dans des groupes spéciaux de toxicomanes.

Une condition similaire est caractérisée par un soulagement après avoir bu de l'éthanol, par conséquent, le patient lui-même ou ses proches peuvent le détecter. Un autre problème est que le toxicomane nie complètement l'évidence. Et seul un narcologue peut mettre un diagnostic sur la carte.

De plus, l'alcoolique est examiné complètement pour comprendre le degré de dommage aux organes résultant de la dépendance et pour l'aider. Pour ce faire, ils passent un ensemble standard de tests, effectuent une échographie des organes internes, un cardiogramme. De plus, ils peuvent prescrire une IRM ou une tomodensitométrie du cerveau.

Une personne en bonne santé pose à juste titre la question: vaut-il vraiment la peine de traiter un alcoolique, si tout est temporaire? En fait, avec de graves dommages aux organes internes, le patient peut ne pas survivre au syndrome sans aide extérieure. La mort survient par arrêt cardiaque, suffocation ou suicide. Par conséquent, à la clinique, les médecins aident à arrêter les symptômes afin qu'une personne puisse renoncer à l'alcool pour toujours avec un minimum de souffrance. À cette fin, le syndrome est utilisé:

  • Un compte-gouttes avec une solution qui nettoiera le corps de l'éthanol en peu de temps;
  • Les vitamines;
  • Sédatifs pour un bon sommeil et la réduction des troubles psycho-émotionnels;
  • Hépatoprotecteurs pour sauver le foie;
  • Préparations pour maintenir l'activité cardiaque et la respiration;
  • Moyens de protection du système nerveux central.

De nombreux médecins pratiquent des visites à domicile d'urgence pour un alcoolique présentant des symptômes de sevrage. Ce service est payant et comprend un goutte-à-goutte et d'autres moyens. Dans les cas graves, il est nécessaire de placer le patient dans un hôpital, où des mesures supplémentaires seront prises et le traitement sera long et complexe..

Aide à se débarrasser du syndrome:

  • La psychothérapie est extrêmement nécessaire pour l'alcoolique. La plupart des manifestations sont de nature émotionnelle et le patient est incapable de les gérer seul dans une condition physique difficile. Des perturbations se produisent. De plus, la dépendance psychologique dure des mois et des années, contrairement à la dépendance physique et peut provoquer des symptômes somatiques sous forme de douleurs, vertiges, nausées et vomissements;
  • Diverses procédures physiothérapeutiques aideront à améliorer l'état de l'alcoolique atteint du syndrome;
  • Il est très important de prescrire et de suivre un régime afin de ramener le tractus gastro-intestinal à la normale. Pendant la consommation excessive d'alcool, une personne ne mange pratiquement pas. Il n'est pas rare qu'un alcoolique s'étouffe avec un morceau de nourriture ordinaire après une longue séance et meurt;
  • Nettoyage du côlon et du sang.

Attention! En Russie, le nombre de personnes qui boivent régulièrement a considérablement augmenté. Ainsi, environ 60% des adolescents des deux sexes boivent 1 à 2 fois par mois ou plus.

Il arrive que la clinique ne soit pas disponible, ou que l'alcoolique n'accepte pas catégoriquement l'assistance médicale. Que faire pour soulager la condition associée au syndrome:

  • Plus de liquide sous toutes ses formes - boissons aux fruits, compotes, thés, bouillons. Cela aidera à éliminer plus rapidement l'éthanol et ses toxines du corps. Les bonnes dans ce cas sont les solutions de réhydratation, qui sont vendues dans une pharmacie ou préparées seules;
  • Vous pouvez faire un lavement nettoyant;
  • Évitez les aliments secs ou solides. Les meilleurs choix pour ce moment sont les soupes et les céréales, la viande maigre, les produits laitiers;
  • Préparez des thés apaisants avec de la mélisse, de l'origan et d'autres herbes apaisantes. Des comprimés de valériane peuvent être utilisés. Il vaut mieux refuser les teintures alcoolisées;
  • Ne laissez pas l'alcoolique seul. Dans cet état, une panne et une nouvelle frénésie sont possibles, ainsi que le suicide. Dans le même temps, vous ne devez pas vous soucier des conversations et de la moralisation, le toxicomane n'est pas capable de percevoir les critiques, cela peut provoquer de l'agressivité et le désir de boire.

Mise en garde! En cas de troubles du rythme cardiaque, d'étouffement, de vomissements sévères, une attention médicale urgente est nécessaire.

La plupart des problèmes découlent d'un malentendu sur ce qu'il faut faire avec un alcoolique, ce qui donne lieu à de nouvelles crises et à un alcoolisme chronique sévère.

  1. Ne donnez aucune aide ou soutien. Le toxicomane n'est pas capable de s'aider seul, car dans la lutte avec lui-même, les forces sont égales. Dans ce cas, vous ne pouvez pas donner d'argent ou de boissons, vous devez aider le patient, sortir avec votre attention et vos soins..
  2. Croyez qu'il endurera le syndrome. L'abstinence peut entraîner la mort en cas d'abus pendant des années.
  3. Réprimander et éduquer. Le toxicomane ne perçoit pas cette information. Il sait qu'il est à blâmer, et ce sentiment est si fort qu'avec la peur de panique, cela le rend fou..
  4. Sous-estimez les capacités des médecins. Ce sont les manifestations du syndrome qui poussent l'alcoolique à une nouvelle portion d'éthanol. Le narcologue vous aidera à sortir de l'état et le psychothérapeute vous aidera à sortir de la dépendance émotionnelle.
  5. Fiez-vous au codage, à l'hypnose et à d'autres méthodes. Aujourd'hui, un tel traitement est considéré non seulement inefficace, mais également dangereux..

Attention! Les proches du toxicomane souffrent également psycho-émotionnellement, ils devraient donc participer à la rééducation en tant que codépendants.

Un alcoolique est une personne faible et profondément malheureuse, donc le soutien et la participation peuvent le pousser à vouloir arrêter de boire. Une étape correctement achevée du syndrome de sevrage est une étape importante vers le rétablissement complet du patient..

Comment diagnostiquer et traiter les symptômes de sevrage alcoolique?

Le syndrome de sevrage est un complexe de troubles neuropsychiatriques. Nous sommes ennuyeux sur fond d’arrêt brutal ou de réduction du dosage d’alcool, de nicotine ou de substances psychotropes. Cet état est causé par le désir du corps d'atteindre l'état habituel sans influence extérieure..

Qu'est-ce que le syndrome de sevrage alcoolique?

La pathogenèse des symptômes de sevrage

Symptômes et classification du syndrome

Combien de temps durent les symptômes de sevrage?

Traitement des symptômes de sevrage

Tranquillisants et somnifères

Vitamines et préparations ioniques

Stimulants des récepteurs α2-adrénergiques postsynaptiques

Traitement de sevrage à domicile

Complications des symptômes de sevrage

Commentaires et critiques

Qu'est-ce que le syndrome de sevrage alcoolique?

Syndrome de sevrage ou de gueule de bois - du latin abstinentia - abstinence. Un groupe de symptômes qui surviennent après un arrêt brutal de la prise de substances psychotropes. La durée de la période d'abstinence dépend du type de médicaments pris et de l'état de santé général de la personne. En outre, le délai pour la durée de la période de sevrage sera affecté par la posologie avant l'abstinence..

Est l'une des composantes de la dépendance. En 2007, l'Organisation mondiale de la santé a introduit les symptômes de sevrage dans la classification internationale des maladies CIM 10 (code F10).

La pathogenèse des symptômes de sevrage

L'apparition de symptômes de sevrage est associée à l'absence de certaines substances dans le corps. Cela peut être de l'alcool éthylique et des drogues. Typique pour les personnes souffrant d'une forme aiguë ou chronique d'alcoolisme ou de toxicomanie.

Les adolescents sont plus enclins à l'accoutumance et à la dépendance. Cela se produit sous l'influence du statut social, de la disponibilité des boissons alcoolisées et des produits du tabac. Ainsi, chez les adolescents, la dépendance se développe quelques années après le premier fait de boire de l'alcool. Chez la femme, une forte dépendance se forme au bout de 3 ans et expose le corps à de fortes transformations..

La dépendance est la principale cause des symptômes de sevrage. Le corps, sous l'influence de facteurs externes et de la présence constante d'irritants dans le corps, se reconstruit. Les organes internes travaillent avec les violations. Le système nerveux est déprimé et les hormones ne sont plus produites. Le corps ne perçoit pas cette condition comme une maladie et bloque la production d'anticorps et ne combat pas les maladies, le système immunitaire est également supprimé.

C'est également la raison du développement de telles pathologies chez les nouveau-nés ou les enfants prenant du lait maternel. Ceci est provoqué par le fait que la mère a été exposée à l'alcool, à la nicotine ou à des drogues pendant la grossesse ou l'allaitement. Des doses mineures affectent également la santé de l'enfant..

Des changements métaboliques, mais beaucoup moins prononcés, se produisent avec l'utilisation constante d'autres substances.

Ceux-ci inclus:

  • nicotine;
  • théobromine;
  • caféine;
  • éther, etc..

Symptômes et classification du syndrome

La durée du temps d'attente est déterminée par la posologie et la condition physique générale de la personne. Un signe d'une période de sevrage alcoolique peut également être des tremblements dans les mains au stade 2 de la maladie..

Le sevrage alcoolique peut provoquer des troubles associés:

  • somatique;
  • mental;
  • neurologique.

La présence de tout signe est due au type spécifique de dépendance. Les symptômes les plus graves du syndrome de sevrage peuvent être exprimés lors du refus de drogues, plus faibles - avec alcoolisme, légèrement - avec le tabagisme.

Signes et symptômes de sevrage de l'alcool:

  • un désir soudain et croissant de consommer le plus d'alcool possible;
  • la peau devient pâle;
  • augmentation de la transpiration;
  • crises soudaines de migraine ou de vertiges;
  • nausées sévères;
  • toxicose alcoolique;
  • Vomir du sang;
  • serrer des mains;
  • un fort changement des habitudes de sommeil, jusqu'à l'éveil pendant 48 heures;
  • augmentation des niveaux d'agression et d'irritabilité;
  • sautes d'appétit, de l'apathie à la gourmandise;
  • fortes surtensions;
  • violation du rythme cardiaque;
  • essoufflement même avec le moindre effort;
  • sautes d'humeur, troubles mentaux;
  • œdème facial;
  • une forte libération et une rougeur des protéines oculaires;
  • bouche sèche et soif;
  • intolérance aux sons forts;
  • Mal au cœur;
  • hallucinations auditives et auditives;
  • dépression croissante;
  • perte d'orientation temporelle et spatiale;
  • pensées suicidaires.

En fonction du sexe, du type de substance à partir duquel se déroule le processus de sevrage, de l'âge, un ou plusieurs symptômes peuvent apparaître. Le stade de l'échec affecte le temps nécessaire pour éliminer les symptômes et en prévenir de nouveaux..

Si un nouveau-né est sujet au sevrage, les symptômes sont les suivants:

  • humeur constante et croissante;
  • tremblements de tous les membres et de la tête;
  • augmentation de l'appétit, mais le poids ne change pas;
  • régurgitation et diarrhée;
  • fièvre sévère et augmentation de la température corporelle.

Dans la vidéo de l'auteur de "Health TV", vous pouvez en apprendre davantage sur les signes d'abstinence, le comportement d'un alcoolique et comment traiter les symptômes de sevrage..

Combien de temps durent les symptômes de sevrage?

La durée de la période d'attente est déterminée par la qualité et la quantité de médicaments et de stimulants pris. Le délai sera d'environ quelques jours à un mois. Selon l'état de santé du patient, les symptômes de sevrage peuvent durer différemment.

Le syndrome de sevrage alcoolique a une durée:

  1. 2-4 jours. Cette période est due à l'utilisation d'une thérapie précise, à la prise de médicaments et au séjour à la clinique. Le soutien psychologique peut également aider à raccourcir la période de sevrage..
  2. 2-12 jours. Pendant cette période, l'abstinence passe si le patient n'a pas eu recours à un traitement ambulatoire ou hospitalier. La rechute de la dépendance peut entraîner des dommages irréparables à l'état mental et neurologique d'une personne.

Traitement des symptômes de sevrage

Caractéristiques du traitement des symptômes de sevrage:

  1. Le traitement du syndrome de sevrage alcoolique est mieux fait dans des cliniques de réadaptation spéciales. Le personnel accompagne le patient à tous les stades de développement et d'atténuation de l'abstinence.
  2. Le traitement est effectué individuellement, en fonction des résultats des tests et des informations du patient.
  3. Pendant les 3-5 premiers jours, la désintoxication est obligatoire. Compte-gouttes contenant une solution saline en combinaison avec des vitamines B1 - B6. Des antihistaminiques sont introduits pour réduire la toxicité de l'alcool éthylique.

La thérapie est effectuée en utilisant les moyens suivants:

  • injection intramusculaire de complexes vitaminiques;
  • solutions salines administrées par un compte-gouttes;
  • élimination de l'intoxication au charbon actif;
  • lavage gastrique;
  • le travail d'un psychiatre pour arrêter les maladies neurologiques;
  • médicaments de restauration à usage général;
  • sédatifs, antidépresseurs qui réduisent l'anxiété et l'anxiété;
  • sédatifs puissants pour éliminer la psychose aiguë;
  • psychothérapie spécialisée.

Tranquillisants et somnifères

Avec l'aide de tranquillisants (anxiolytiques), la tension émotionnelle, l'anxiété déraisonnable et la peur panique sont réduites. Vous permet d'abandonner des médicaments plus puissants.

Les principaux effets d'un médicament tranquillisant:

  • anxiolytique ou anti-anxiété;
  • apaisant;
  • relaxant musculaire;
  • effet hypnotique;
  • stabilisation du système vasculaire et de la fonction cardiaque;
  • réduit le risque d'attaque convulsive;
  • amnésique.

Plusieurs types de tranquillisants peuvent parfois avoir des effets supplémentaires:

  • psychostimulant (Medazepam, Oxazepam, Tofizopam);
  • thymoanaleptique (Alprazolam);
  • antiphobie (clonazépam).

Il est nécessaire d'utiliser ces médicaments uniquement à des doses minimales pour supprimer le stress et l'anxiété. Les doses doivent être strictement réglementées afin de ne pas développer l'accoutumance ou la substitution du patient à la dépendance.

Les somnifères (hypnotiques) induisent un état de sommeil ou facilitent l'apparition du sommeil paradoxal. Raccourcir le temps d'endormissement et allonger la longue phase de sommeil. Tous les médicaments ont un effet différent sur le rapport entre le sommeil paradoxal et le sommeil lent, ce qui peut entraîner un stress supplémentaire. Pour arrêter l'effet de l'insomnie, les médicaments les plus préférables sont ceux qui ont un effet minimal sur la structure et la physiologie du sommeil (Zopiclone, Zolpidem).

Les médicaments anti-stress puissants ou contre la psychose progressive ne sont utilisés qu'en dernier recours.

Stimulants neurométaboliques

  1. Les stimulants neurométaboliques (nootropiques, cérébroprotecteurs) activent les processus dans le cerveau supprimés par le médicament de la toxicomanie, ont un effet nutritionnel. Avoir un effet positif sur la résistance au stress.
  2. Dans le traitement du syndrome de sevrage alcoolique, des stimulants complètent la thérapie de désintoxication en cours.
  3. Sous l'influence des neurostimulants, les maux de tête, l'apathie et la dépression disparaissent après quelques jours. Il y a un sentiment de clarification des pensées, des rêves dérangeants et une diminution de l'agitation. Le sentiment d'être dépassé disparaît.
  4. Les médicaments neurométaboliques ont un effet positif significatif sur le traitement et la réduction du syndrome de sevrage alcoolique. S'applique uniquement à l'étape ancrée.

Les nootropiques les plus courants:

  • Piracetam;
  • Pantogam;
  • Aniracétam.

Vitamines et préparations ioniques

Pendant la période de dépendance, de gueule de bois ou de frénésie, l'absorption intestinale du magnésium et du potassium est altérée. L'absence ou la violation dans l'ensemble de micro-éléments de ces éléments conduit à des conséquences négatives.

  • tics nerveux ou contractions incontrôlées des groupes musculaires;
  • incohérence de l'action musculaire;
  • mains tremblantes;
  • vertiges (étourdissements, perte d'équilibre);
  • manque de sommeil;
  • agressivité accrue;
  • tension;
  • anxiété;
  • dystonie vasculaire.

Les doses de sulfate de magnésium déterminées pour le traitement sont administrées par perfusion dans le sang ou le muscle. Peut être prescrit dans les premiers jours suivant l'apparition du sevrage alcoolique. Ensuite, il est possible de prendre des médicaments par voie orale, orale.

Dans le traitement des symptômes de sevrage, il est nécessaire de prendre des vitamines des groupes B, C et PP. D'autres groupes de vitamines peuvent être utilisés moins souvent et nécessitent une sélection individuelle.

De plus, des solutions sont prescrites:

  • chlorure de thiamine 5%;
  • chlorhydrate de pyridoxine à 5%;
  • acide nicotinique 0,1%;
  • acide ascorbique 5%.

Préparations vitaminées courantes:

  • Iodomarine;
  • Iodure de potassium;
  • Complivit.

Médicaments hépatotropes

La nomination de ces médicaments est effectuée dans le traitement de la dépendance et de la dépendance à tous les types de drogues et de substances du groupe narcotique et à toutes les étapes du processus de traitement. Il peut également être utilisé dans la récupération initiale de la crise d'une personne sujette au syndrome de sevrage alcoolique. Influence positivement l'état de santé général du patient, améliore l'effet d'une autre thérapie.

Le plus souvent peut être utilisé:

  • acide ursodésoxycholique;
  • Adémétionine;
  • acide α-lipoïque;
  • L-ornithine;
  • L-aspartate.

Médicaments hépatotropes courants:

  • Heptral;
  • Antral;
  • Essentiale Forte N.

Anti-douleurs

Cet ensemble de médicaments comprend:

  • substances combattant les opiacés;
  • analgésiques sans base narcotique;
  • un petit groupe de médicaments neuroleptiques;
  • les inhibiteurs des enzymes pancréatiques;
  • anticholinergiques.

Les médicaments opposés aux opiacés sont utilisés dans le traitement de presque toutes les formes de symptômes de sevrage. Tous les médicaments antagonistes des opiacés améliorent et augmentent l'effet des médicaments d'autres groupes.

Ces groupes comprennent:

  • les antipsychotiques;
  • tranquillisants;
  • somnifères;
  • système nerveux central anti-suppressif;
  • médicaments anti-inflammatoires qui ne contiennent pas de bases stéroïdes.

Inhibiteurs des enzymes de structure peptidique clivant les liaisons protéiques dans les acides aminés (aprotinine). C'est une solution fraîche dans le traitement du sevrage alcoolique et médicamenteux. L'effet thérapeutique de l'aprotinine a une sélectivité particulière, qui vise les troubles alogiques et autonomes.

Le traitement avec ce médicament doit être prescrit le premier jour des symptômes de sevrage..

Le rendez-vous est effectué si le patient note:

  • le développement de sensations de douleur;
  • symptômes asthéniques et végétatifs;
  • douleur à la tête non provoquée et sévère.
  • Analgin;
  • Ibuprofène;
  • Aspirine.

Stimulants des récepteurs α2-adrénergiques postsynaptiques

La clonidine ou clonidine est un stimulant des récepteurs α2-adrénergiques postsynaptiques des structures inhibitrices du cerveau. Il est utilisé dans le traitement et le soulagement de la dépendance alcoolique sévère et pendant la période de refus. A un fort effet addictif, est strictement dosé et surveillé par un médecin.

Clonidine, 60 roubles.

Naloxone

Une drogue utilisée pour une intoxication à l'alcool ou à d'autres drogues. Il est administré par voie intraveineuse et uniquement dans les cas extrêmes. Le médicament n'est pas disponible en pharmacie, ne peut être utilisé que par un médecin de la clinique.

Naloxone, 300 roubles.

Les antidépresseurs

Ils sont utilisés à tous les stades du soulagement et du traitement du syndrome de sevrage alcoolique. Une gueule de bois peut provoquer une dépression et des pensées suicidaires. Pendant le sevrage, le système nerveux est dans un état dépressif. Les substances qui bloquent le médiateur naturel acétylcholine ne sont pas autorisées.

  • Clomipramine;
  • Fluoxétine.

Antipsychotiques

Le sevrage augmente l'envie de substances psychoactives, de drogues. Les antipsychotiques sont principalement utilisés pour supprimer les fringales et arrêter les symptômes de sevrage au stade initial..

Indications pour prescrire un cours de médicaments:

  • psychose aiguë;
  • attirance irrésistible pour les drogues;
  • comportement agressif;
  • soulagement rapide des symptômes de sevrage.
  • La quétiapine;
  • Torendo Ku-tab.

Substances normatives

Ce sont des substances qui ont un fort effet de suppression de l'attraction. Il est utilisé dans le syndrome de sevrage alcoolique uniquement avec la manifestation d'une épilepsie ou d'effets convulsifs concomitants. En raison des particularités - ils sont rarement utilisés et prescrits.

Les types de médicaments les plus courants sont:

  • sels de lithium;
  • anticonvulsivants.

Le phénobarbital est l'un des meilleurs médicaments norothymiques.

Phénobarbital, 120 roubles.

Traitement de sevrage à domicile

Caractéristiques du traitement du syndrome de sevrage à domicile:

  1. À la maison ou s'il n'est pas possible d'appeler un narcologue, seules des mesures préventives primaires peuvent être prises. Commencez par mesurer votre tension artérielle et prenez les médicaments sédatifs disponibles.
  2. La communication et la thérapie psychologique aideront à survivre et à combattre le sevrage..
  3. Si les symptômes et la drogue à l'origine de la dépendance sont bénins, le traitement peut être effectué à domicile. Si le syndrome de sevrage en est au stade initial, il est alors possible d'utiliser des stimulants supplémentaires.

Lors du diagnostic d'une phase de sevrage plus forte, vous devez être traité en clinique.

Les principaux types de stimulants et substituts du sevrage:

  • patch de nicotine, implant;
  • codage et effets hypnotiques.

Complications des symptômes de sevrage

Avec une consommation excessive d'alcool ou l'utilisation de substances psychotropes et narcotiques, le système nerveux en souffre grandement. Les perturbations de l'activité du système nerveux central peuvent entraîner des complications et des conséquences négatives. Le corps ne peut souvent pas faire face seul à la violation dans un contexte de dépression générale.

Complications des symptômes de sevrage:

  • perte de mémoire à long terme ou à court terme;
  • arythmie;
  • dystonie végétative;
  • accident vasculaire cérébral;
  • crise cardiaque;
  • développement de l'hépatite C;
  • cirrhose du foie.

Les psychoses peuvent également agir comme des complications:

  • delirium tremens (Delirium tremis);
  • hallucinations visuelles et auditives;
  • violation des fonctions motrices et parlantes;
  • manie de persécution, paranoïa;
  • des accès déraisonnables de jalousie;
  • démence;
  • épilepsie.

Avec une longue période de consommation d'alcool ou de substances psychotropes, pendant la période de sevrage, les éléments suivants peuvent apparaître:

  • troubles de la motilité gastro-intestinale;
  • ulcères duodénaux et duodénaux;
  • polypes et néoplasmes dans le gros et le petit intestin;
  • le développement de l'insuffisance rénale;
  • Diabète.

Vidéo

Dans la vidéo de l'auteur de "Health-Saving Channel", vous pouvez en apprendre davantage sur le syndrome de sevrage et ses principales nuances.

Traitement des symptômes de sevrage dans l'alcoolisme

Le syndrome de sevrage alcoolique est une affection courante qui survient dans le contexte de l'alcoolisme. La complexité du traitement du patient est aggravée par le fait que le patient n'est pas conscient de la gravité de sa situation et croit qu'il pourra arrêter de boire quand il le voudra. Dès que les doses habituelles d'alcool cessent de pénétrer dans le corps, sa condition physique et son contexte psycho-émotionnel se détériorent fortement. De telles conditions nécessitent une hospitalisation dans une clinique de traitement de la toxicomanie..

Traitement des symptômes de sevrage

Même si la gravité de la maladie est faible, un examen complet du patient et une consultation avec un spécialiste sont recommandés. Le cours du traitement est organisé pour prévenir les complications possibles et guérir les maladies concomitantes existantes. À la maison, il est possible d'éliminer les principales manifestations de la maladie et d'atténuer l'état de santé, mais pas de guérir le toxicomane. Au fil du temps, l'envie d'alcool reprendra et la maladie se manifestera avec une vigueur renouvelée. À l'hôpital, l'ensemble de procédures suivant est prescrit:

  1. diagnostic et détection du tableau clinique;
  2. exclusion complète de la consommation de boissons alcoolisées;
  3. élimination des toxines;
  4. traitement médicamenteux;
  5. la nomination d'un complexe de vitamines;
  6. élimination des maladies concomitantes;
  7. programme de rééducation.

Un traitement léger se fait en ambulatoire ou à domicile. Les formes complexes de l'évolution de la maladie s'accompagnent de la présence de symptômes somatiques graves, de convulsions, de delirium tremens, de troubles mentaux et nécessitent une hospitalisation immédiate. En milieu hospitalier, le traitement est effectué par un narcologue, sous la supervision du personnel médical 24h / 24. Le patient est diagnostiqué et prescrit un traitement approprié:

  1. Thérapie par perfusion. Aide à éliminer les toxines et à corriger les processus eau-électrolyte. Le patient se voit prescrire des compte-gouttes de solutions salines, de dextrose, d'hémodèse.
  2. Benzodiazépines. Réduit l'anxiété, aide à réduire les troubles autonomes.
  3. Antipsychotiques. Aide à éliminer les hallucinations, à affaiblir l'agitation psychomotrice, à supprimer les sentiments de peur et d'agression.
  4. Bêta-bloquants. Prescrit pour soulager le stress et prévenir les crises d'angine.
  5. Antidépresseurs. Justifié dans les cas où il est nécessaire d'arrêter les troubles émotionnels, les états dépressifs.
  6. Vitamines. Aide à améliorer les processus métaboliques et le fonctionnement du système nerveux.

En plus des procédures générales, le patient se voit prescrire un régime spécial, une plasmaphérèse et d'autres types de thérapie. Après cela, le patient peut suivre un cours de rééducation, avec les conseils d'un psychothérapeute et une aide à la socialisation.

Qu'est-ce que le sevrage alcoolique

Le syndrome de sevrage alcoolique est un complexe de troubles qui apparaît chez un alcoolique lorsqu'il arrête complètement de boire de l'alcool ou réduit fortement la dose. Manifesté par la présence de troubles autonomes, neurologiques, somatiques et mentaux.

Le sevrage se produit lorsque l'on s'abstient de l'usage excessif régulier de divers médicaments, lorsque le corps s'habitue à ces substances et ne peut pas fonctionner normalement sans la dose habituelle. Le sevrage alcoolique est le plus courant, il se produit dans le contexte d'une dépendance à l'alcool déjà formée de la deuxième étape.

Après un abus d'alcool prolongé, le patient développe une carence en neurotransmetteurs, qui est compensée par la synthèse de catécholamines. Lorsque l'alcool cesse de couler dans le corps, les catécholamines ne sont plus libérées. L'activité des enzymes dans le cerveau change, l'hormone dopaminergique s'accumule et dépasse la norme. Son augmentation provoque le développement de symptômes de sevrage. Lorsque sa norme est dépassée trois fois, des troubles mentaux aigus apparaissent.

La surexcitation du système nerveux autonome et un excès d'hormones sécrétées par les glandes surrénales entraînent une détérioration du fonctionnement des parties du cerveau responsables des processus de mémoire et de la sphère émotionnelle. Les effets toxiques de taux élevés de catécholamines entraînent des arythmies ou une fibrillation cardiaque, qui peuvent être fatales.

Si le patient a abusé de l'alcool pendant 2 à 7 ans, un sevrage alcoolique se forme. Cela se produit lorsqu'une personne est au deuxième stade de l'alcoolisme. Pour les femmes, cette période est beaucoup plus courte - à partir de trois ans. Une forte réduction de la période de développement de l'abstinence jusqu'à 1-3 ans est observée chez les adolescents. Cela est dû à une prédisposition héréditaire ou à une consommation précoce d'alcool. Apparaît dans les 6 à 48 heures après la dernière consommation d'alcool et peut durer de 2 à 3 jours à plusieurs semaines.

La dépendance peut se manifester lorsqu'une personne recommence à boire de l'alcool après un traitement ou une abstinence prolongée. Les symptômes de la gueule de bois réapparaissent sur fond de rechute, tandis que le tableau clinique est observé au même degré que celui où la rémission a commencé.

Symptômes du syndrome de sevrage alcoolique

Les symptômes de la maladie ne sont pas les mêmes pour tout le monde, chaque patient présente différentes manifestations de troubles somatiques et de maladie mentale. Ils surviennent à des degrés divers de gravité et d'intensité. Les raisons sont très différentes et dépendent de ces facteurs:

  1. la durée de la frénésie;
  2. stades de l'alcoolisme;
  3. caractéristiques individuelles de l'organisme;
  4. conditions de santé;
  5. âge;
  6. le nombre de boissons consommées.

Le tableau clinique sépare deux types de troubles - asthéniques et affectifs. Les troubles asthéniques sont l'irritabilité, la faiblesse, une diminution de la concentration, des symptômes autonomes et des tremblements. Les troubles affectifs comprennent la peur, l'anxiété, les sautes d'humeur, les accès de rage, l'hystérie..

De petits signes commencent à apparaître avant même la disparition de l'éthanol du plasma sanguin et se traduisent par une légère irritabilité, une négativité. Une évolution sévère est accompagnée de convulsions, de crises d'épilepsie, d'hallucinations ou de délire alcoolique - le soi-disant «delirium tremens». Ils sont observés chez les personnes qui sont entrées à plusieurs reprises dans une frénésie ou qui présentaient des symptômes de sevrage. Les signes d'intoxication chronique du système nerveux central sont les suivants:

  1. troubles du sommeil: impulsivité, anxiété, rêves agités;
  2. hyperacousie - lorsque les sons semblent trop forts, forts, agaçants;
  3. hallucinations auditives, tactiles, visuelles;
  4. transpiration;
  5. culpabilité;
  6. tremblement (tremblement) des mains, du corps ou de certaines parties de celui-ci;
  7. violation de la coordination des mouvements;
  8. manque d'appétit, dysfonctionnement du tractus gastro-intestinal;
  9. tachycardie, arythmie, augmentation de la pression artérielle;
  10. secousses rythmiques, mouvements oculaires à haute fréquence (nystagmus);
  11. anxiété, sautes d'humeur, dépression;
  12. crises d'épilepsie.

En fonction du tableau clinique de l'évolution de la maladie et de la gravité des processus, les symptômes de sevrage sont soumis à la classification suivante:

Premier degré. Il se manifeste par de courtes crises de boulimie, qui ne durent généralement pas plus de 2-3 jours. Le patient ressent une transpiration abondante, une bouche sèche, une augmentation de la fréquence cardiaque. Il y a souvent une violation de la coordination, de l'orientation dans le temps, de l'espace.

Second degré. Après avoir bu pendant 3 à 10 jours, les symptômes sont exprimés par la présence de problèmes non seulement végétatifs, mais également neurologiques, dans lesquels une hypertension artérielle apparaît, le travail du tractus gastro-intestinal est perturbé, une arythmie, des tremblements de la langue, des mains, des paupières et diverses parties du corps apparaissent. De tels signes apparaissent chez les patients qui se trouvent au deuxième stade de l'alcoolisme..

Troisième degré. La durée de la frénésie est de 7 à 10 jours ou plus. Les troubles somatiques et autonomes ne disparaissent pas, ils disparaissent au second plan, complétés par des problèmes mentaux. Les plus prononcés sont l'anxiété, l'agressivité, les cauchemars, les sautes d'humeur et les tendances suicidaires. Il est caractéristique du passage du deuxième degré d'alcoolisme au troisième.

La situation est aggravée par la présence d'un délire alcoolique. Le plus souvent, le delirium tremens apparaît dans les trois jours suivant l'arrêt de la consommation d'alcool, beaucoup moins souvent après 4-6 jours. Les premières cloches sont l'apparition d'anxiété, de troubles du sommeil, de cauchemars, de sautes d'humeur. Ceci est suivi de troubles somatiques graves, d'une augmentation de la température corporelle et de la pression artérielle. Il y a des crises d'hallucinations auditives, tactiles, visuelles. La peur causée par les visions incite la victime à prendre des mesures qui présentent un danger pour la personne et les autres, ce qui conduit souvent à des blessures ou au suicide. La mortalité due au delirium tremens est de 1 à 5%. Dans ce cas, l'hospitalisation du patient est nécessaire..

En fonction de l'évolution de la maladie et des symptômes dominants, les symptômes de sevrage sont classés comme suit:

  • Neurovégétatif. Manifesté par de l'insomnie, une perte d'appétit, des fluctuations de la pression artérielle, des tremblements, de la transpiration.
  • Somatique. Il s'accompagne d'une pathologie des organes internes (troubles du tractus gastro-intestinal, maladies cardiovasculaires).
  • Cérébral. Les troubles du système nerveux autonome sont complétés par un nystagmus.
  • Psychopathologique. De l'anxiété, de la peur, des hallucinations surviennent. Perte d'orientation possible dans le temps, dans l'espace.

Quelle est la différence entre un syndrome de la gueule de bois et des symptômes de sevrage?

Dans les deux cas, la personne ressent une soif intense, des nausées, des vomissements, des maux de tête et d'autres manifestations similaires. Mais il existe un certain nombre de signes qui aident à distinguer l'abstinence d'un état post-intoxication. Ceux-ci inclus:

  1. irritabilité et dépression;
  2. tension interne;
  3. agitation motrice;
  4. une forte envie de boire de l'alcool.

Une gueule de bois est observée chez des personnes en parfaite santé présentant une intoxication grave du corps par l'alcool ou chez un toxicomane qui est au premier stade de l'alcoolisme. Les symptômes s'améliorent lorsque l'éthanol est éliminé du corps et que la personne reprend une vie normale. Il n'y a pas d'envie de reprendre des boissons alcoolisées, cela ne fait qu'empirer avec l'utilisation.

Les symptômes de sevrage diffèrent par l'intensité de la manifestation des symptômes et leur durée. Il se manifeste chez les alcooliques au deuxième ou troisième stade de l'alcoolisme. Si la gueule de bois disparaît en quelques heures, le syndrome de sevrage dure plusieurs jours et s'accompagne d'une irrésistible envie d'alcool. Prendre une nouvelle dose d'alcool aide à soulager les symptômes d'inconfort pendant une courte période.

La perturbation des systèmes du corps peut provoquer le développement de maladies chroniques et même entraîner la mort. Si la maladie n'est pas traitée rapidement, les complications suivantes peuvent se développer:

  1. insuffisance rénale ou hépatique, cholécystite, pancréatite, cirrhose du foie;
  2. maladies du système cardiovasculaire (cardiomyopathie, dystrophies musculaires);
  3. saignement interne (estomac, intestinal);
  4. troubles somatiques et mentaux;
  5. délire alcoolique;
  6. œdème cérébral mortel.

Conclusion

Le syndrome de sevrage alcoolique se développe exclusivement chez une personne dépendante de l'alcool. Dans une telle situation, il est préférable de contacter un narcologue qui vous aidera à sortir de la frénésie, suggérera une méthode de traitement appropriée et de rééducation ultérieure. Le codage de la dépendance à l'alcool est effectué à la fois dans une clinique spécialisée et à domicile. Le traitement est effectué en utilisant la méthode de codage Dovzhenko, des médicaments, l'utilisation d'implants ou d'injections.

Si le toxicomane n'arrête pas de boire de l'alcool, la situation ne fera qu'empirer avec le temps, l'alcoolisme conduira au développement de maladies chroniques. Dans le même temps, il est important de comprendre que le soulagement des symptômes n'est pas considéré comme l'élimination de l'alcoolisme; cela nécessite un traitement sous la supervision d'un narcologue et d'un psychothérapeute. Ce n'est que de cette manière qu'il est possible de guérir complètement le patient et de revenir à une vie normale..

Syndrome de sevrage alcoolique (gueule de bois): symptômes d'adversité et traitement

Boire de grandes quantités d'alcool ne se produit pas indéfiniment et sans conséquences sur la santé.

À la suite de l'arrêt du flux d'alcool dans le corps, le syndrome de sevrage alcoolique commence: nous suggérons de discuter plus en détail des symptômes de l'adversité et du traitement de cette maladie..

L'ensemble du processus est associé à la présence et à l'élimination de substances toxiques du corps. L'état du patient s'accompagne d'un certain nombre de troubles mentaux et physiques.

Développement de symptômes de sevrage dans une maladie alcoolique

Le mot «abstinence» en psychologie signifie abstinence ou refus. Si le terme est attribué à la consommation d'alcool, le syndrome de sevrage dans l'alcoolisme désigne un groupe de symptômes et de signes qui surviennent avec une exposition prolongée à l'éthanol sur le corps et son annulation..

Cette condition ne survient pas chez une personne en bonne santé qui abuse parfois d'alcool pendant un certain temps. Il développe une gueule de bois, qui se manifeste par la soif, une lourdeur dans la tête, un peu de nausée.

Si des symptômes de sevrage sont présents pour la première fois, les symptômes peuvent initialement ressembler à une gueule de bois. il

  • bouche sèche,
  • rythme cardiaque augmenté,
  • transpiration.

Avec l'abus d'alcool de plusieurs jours au deuxième stade le plus grave de la maladie alcoolique, un complexe de symptômes apparaît.

Signes de sevrage alcoolique:

  1. peau hypermature (rougie),
  2. il y a une lourdeur dans la tête,
  3. la pression artérielle chute fortement,
  4. tachycardie se produit,
  5. les vomissements commencent,
  6. démarche cassée,
  7. les mains tremblent (tremblements).

Lourdeur dans la tête, l'un des signes des symptômes de sevrage

La durée du syndrome de sevrage dépend du type de consommation d'alcool, de la durée de la consommation d'alcool. La condition s'aggrave en deux ou trois jours. Les symptômes augmentent avec chaque heure qui passe à mesure que la concentration d'éthanol dans le sang diminue. Le syndrome de sevrage dans sa forme la plus sévère est connu sous le nom de delirium tremens..

Les symptômes de cette maladie:

  • confusion,
  • fièvre,
  • saisies,
  • démangeaisons, brûlures de la peau,
  • hallucinations auditives et visuelles.

Hallucinations visuelles et auditives, l'un des symptômes des symptômes de sevrage

Pour le troisième degré de gravité du même stade d'alcoolisme, les troubles du sommeil et les cauchemars sont caractéristiques. Le patient développe une anxiété accrue, une mélancolie et un sentiment de culpabilité. Les gens autour sont perçus comme des ennemis. Contrairement au deuxième degré de gravité, l'accent principal de la maladie est déplacé vers les troubles mentaux.

Au troisième stade de la maladie alcoolique, après la cessation de la frénésie, une personne développe une maladie caractérisée par une combinaison de nombreux troubles physiques et de troubles mentaux. La solution optimale dans cette situation est l'élimination des symptômes de sevrage à l'hôpital ou à domicile. Dans les deux cas, un traitement médicamenteux est effectué..

Les symptômes de sevrage

L'alcool excite le système nerveux. Avec une consommation quotidienne, le corps s'habitue à des doses plus élevées d'alcool éthylique. En l'absence d'éthanol dans le sang, le système nerveux central "proteste".

Arrêt soudain ou réduction significative de la consommation d'alcool et provoque des symptômes de sevrage (SAA).

  1. rythme cardiaque augmenté,
  2. hémorragie interne,
  3. nausées et / ou vomissements,
  4. transpiration abondante,
  5. déshydratation,
  6. maux de tête,
  7. insomnie,
  8. œdème cérébral.

Transpiration abondante, l'un des symptômes des symptômes de sevrage

Envie de vomir

Les vomissements accompagnés de symptômes de sevrage contiennent des aliments non digérés, de la bile, parfois des traces de sang.

Le sang apparaît à la suite d'une thrombose et de lésions des vaisseaux du tractus gastro-intestinal. La diarrhée (diarrhée) se joint. De plus, si un patient a des hémorroïdes, une exacerbation de cette maladie commence..

Hémorragie interne

Cette condition menace la vie du patient. Un signe de saignement interne dans les intestins - selles noires.

Lorsqu'un symptôme apparaît, le patient a besoin de soins médicaux d'urgence. Les proches devraient appeler une ambulance.

Mal de crâne

La condition douloureuse est le plus souvent associée à une augmentation de la pression artérielle et / ou de ses sauts.

Les symptômes de sevrage exacerbent les maladies chroniques, y compris celles caractérisées par des maux de tête.

Insomnie et cauchemars

Les troubles du repos et du sommeil sont une condition typique des symptômes de sevrage alcoolique. Le patient ne peut pas dormir, souffre d'insomnie.

Les cauchemars, l'un des symptômes des symptômes de sevrage

La nuit, il est tourmenté par des cauchemars, des intrigues obsessionnelles de rêves. Une situation similaire conduit, après quelques jours, à des hallucinations visuelles, une altération de la perception auditive. Le delirium tremens se développe.

Œdème cérébral

Cette condition entraîne des lésions des centres de respiration et d'activité cardiaque, qui sont souvent la cause du décès..

Œdème cérébral, l'un des symptômes des symptômes de sevrage

Exacerbation des maladies chroniques

Les alcooliques souffrent généralement de tout un tas de maux. Le plus courant:

  • pancréatite aiguë et chronique,
  • hépatite,
  • cirrhose du foie,
  • cholécystite chronique.

Ce n'est que le début de la liste, en fait, chez un alcoolique, tous les organes et systèmes du corps sont affectés dans une certaine mesure..

Traitement de sevrage alcoolique

Le diagnostic d'une maladie implique l'examen des antécédents médicaux par un médecin. Le spécialiste prend également en compte les symptômes caractéristiques, principalement des battements cardiaques irréguliers, des tremblements de la main, une déshydratation chez le patient.

Le médecin peut demander des tests de toxicologie pour déterminer la teneur en alcool du patient.

Médicaments

Il est recommandé de traiter les symptômes de sevrage dans une clinique narcologique, où il existe toutes les conditions et opportunités pour éliminer les symptômes du SAA et prévenir les complications.

Le narcologue choisit les moyens en tenant compte du stade et de la gravité de la maladie alcoolique. Le choix des médicaments est influencé par les circonstances suivantes: période de frénésie, maladies chroniques chez le patient, boissons consommées, présence d'intolérance aux médicaments.

Le patient reçoit une thérapie par perfusion (compte-gouttes). Une solution saline et d'autres mélanges de sels sont injectés par voie intraveineuse. Ils normalisent l'équilibre des électrolytes, perturbés à la suite d'un processus toxique dans le corps. La durée du traitement est en moyenne de 3 à 7 jours.

Traitement des symptômes de sevrage - médicaments utilisés:

  • vasodilatateurs,
  • antipsychotiques,
  • diurétiques,
  • cœur,
  • hypnotique.

La manifestation des symptômes de l'ASC est réduite par des médicaments similaires à l'alcool éthylique dans le mécanisme d'influence sur le système nerveux central. Ce sont des tranquillisants ou des antipsychotiques, en particulier des benzodiazépines.

Les médicaments Diazepam, Tranxen, Lorazepam, Elenium, Chlosepid. avoir un effet sédatif, détendre les muscles, soulager l'anxiété, faciliter l'endormissement et améliorer le sommeil. Les benzodiazépines énumérées éliminent également d'autres manifestations de symptômes de sevrage..

Le diazépam aide à soulager les symptômes de sevrage

En plus de l'utilisation d'antipsychotiques, le traitement ACC comprend la désintoxication du corps du patient. Le patient reçoit une injection de solutions: solution saline, glucose, diurétiques, thiamine (vitamine B1).

Ensuite, la thérapie est complétée par des préparations multivitaminées. Le patient se voit prescrire des nootropiques - Piracetam ou Nootropil. Après la fin du traitement, le retrait des médicaments et des compléments alimentaires, une correction nutritionnelle sera nécessaire.

Traitement à domicile

Certains patients ont besoin de l'aide qualifiée de narcologues pour éviter des complications dangereuses.

Les symptômes légers de sevrage alcooliques peuvent être traités en ambulatoire et à domicile.

Traitement des symptômes de sevrage

Comment soulager vous-même les symptômes de sevrage alcoolique:

  1. Boisson abondante (jus de fruits, boissons aux fruits, boissons aux fruits, thé vert, eau filtrée et minérale),
  2. Nettoyer le tube digestif avec des lavements nettoyants,
  3. Bain chaud, douche contrastée,
  4. Entérosorbants qui lient les toxines dans le tractus gastro-intestinal (charbon blanc, Enterosgel, Polysorb, Lactofiltrum),
  5. Médicaments qui soutiennent le système nerveux, le cœur (Valocordin, Piracetam, Motherwort).

Soulagement des symptômes de sevrage - soulagement de la gueule de bois

Les médicaments au début du traitement AAS visent à éliminer l'intoxication alcoolique.

Le soulagement des symptômes de sevrage est effectué à l'aide de médicaments qui neutralisent et éliminent l'éthanol du corps. Le patient ressent moins les conséquences d'une gueule de bois, reprend progressivement ses sens.

Le traitement ambulatoire entraîne souvent des rechutes. Une personne malade qui est à la maison peut continuer à boire de l'alcool. Cependant, les symptômes de sevrage alcoolique sont très graves et parfois mortels..

L'hospitalisation du patient est préférable, car une institution médicale spécialisée fournit un soulagement et une thérapie complexe pour l'ACC, y compris une assistance psychologique.