Définition du terme «ambivalence»

Le terme psychologique d'ambivalence doit être compris comme une ambivalence envers quelque chose: un objet, une personnalité, un phénomène. Il s'agit d'un sentiment indéfini, dans lequel des émotions absolument opposées et antagonistes sont simultanément présentes par rapport au même objet, et les deux émotions peuvent être ressenties au maximum, avec une force maximale..

En termes simples, une personne éprouve des sentiments à la fois positifs et négatifs envers quelqu'un ou quelque chose en même temps. De telles émotions conflictuelles peuvent survenir spontanément et être un phénomène assez long..

Un comportement ambivalent peut être un signe d'instabilité émotionnelle et parfois le premier signe de maladie mentale, comme la schizophrénie. Cependant, il peut également survenir simplement dans un contexte de stress, un contexte émotionnel et psychologique complexe, des tensions ou un certain nombre de situations non résolues..

Initialement, ce terme a été trouvé exclusivement dans les travaux sur la psychologie et la psychiatrie, mais est devenu plus tard généralement accepté. Le glossaire psychologique décrit trois formes d'ambivalence: l'ambivalence émotionnelle, volontaire et intellectuelle. Cette classification a été introduite par le psychiatre Bleuler, qui a été le premier à étudier ce phénomène et a introduit le concept correspondant dans le dictionnaire des termes..

1. L'ambivalence des expériences (émotionnelles ou sensorielles) est la dualité des sentiments et des émotions qu'une personne éprouve pour le même objet. Un exemple frappant est la jalousie dans une relation de couple, lorsqu'une personne éprouve simultanément un sentiment d'amour et d'affection et de fortes émotions négatives envers son partenaire. De plus, très souvent, les sentiments de la mère pour l'enfant ou de l'enfant pour les parents sont ambivalents, lorsque la mère ressent à la fois de l'amour et de l'agressivité pour son fils ou sa fille..

2. L'ambivalence de l'esprit (intellectuel) est une double vision des choses, lorsqu'une personne a deux opinions opposées en même temps pour le même compte. En gros, une personne peut penser à un seul et même objet ou phénomène qu'il est mauvais et en même temps qu'il est bon et juste. Ce type de pensée peut apparaître par intermittence ou être constant..

3. L'ambivalence volontaire est caractérisée par la dualité des décisions. Il est très difficile pour une personne avec ce type de personnage de prendre une décision, elle se précipite entre deux options, chaque seconde acceptant l'une ou l'autre, complètement opposée.

De nombreux psychologues considèrent l'ambition comme inhérente à chaque personne sans exception, mais la différence réside uniquement dans le degré de sa manifestation. Une légère dualité des émotions, des décisions volontaires ou de la sphère intellectuelle peut se manifester de temps à autre chez toute personne en bonne santé mentale: cela peut être associé au stress, à une accélération du rythme de vie, ou simplement face à une situation de vie difficile ou atypique..

Ambivalence fortement exprimée - cela déjà en psychologie a une définition d'un état morbide de la psyché et peut être la preuve de différents types de troubles mentaux ou névrotiques.

Comportement

Harmonie complète des pensées, des sentiments et des intentions, confiance en ses désirs et ses pouvoirs, une compréhension précise de ses propres motivations et objectifs - c'est plus souvent la norme, mais on peut rarement trouver une telle personne qui est caractéristique de tout ce qui précède. Une ambivalence de comportement se manifeste en partie chez la plupart des gens - enfants et adultes.

Ce comportement peut inclure l'ambivalence de la pensée intellectuelle, de la volonté, des intentions. Par exemple, une personne veut boire de l'eau et a la capacité de le faire, mais ne le fait pas. Pas parce qu'il est paresseux ou parce qu'il est plein d'obstacles et d'obstacles, mais il veut juste, et en même temps ne veut pas.

Une telle «scission» peut être le résultat d'un stress ou d'un doute de soi, elle peut être causée par l'incapacité ou la peur de prendre la responsabilité de soi-même, l'immaturité spirituelle. Mais il peut aussi se manifester dans le contexte de troubles névrotiques. En outre, un personnage ambivalent surgit sur fond d'expériences fortes, de conflits, de traumatismes.

En règle générale, des attitudes et des comportements ambivalents résultent d'émotions, de sentiments et d'expériences polaires. Apparaissant périodiquement, il peut ne pas porter de menace et ne pas indiquer un trouble mental, mais s'il est présent chez une personne en permanence, cela indique certainement des problèmes dans son état mental ou émotionnel.

Un comportement ambivalent peut se manifester par le fait qu'une personne commet des actes imprévisibles qui se contredisent. Il peut exprimer spontanément des émotions différentes, opposées, des attitudes envers une personne ou un objet, pour prouver alternativement deux points de vue polaires, etc. Ce comportement indique le caractère ambivalent et instable d'une personne qui est constamment "à la croisée des chemins" et ne peut arriver à un point.

La dualité des actions, en conséquence de la dualité des idées, des pensées et des sentiments, peut apporter beaucoup de souffrance à une personne, car elle éprouve des tourments lorsqu'il est nécessaire de faire un choix, de prendre une décision importante, de décider.

Son personnage peut apporter beaucoup d'expériences à ses proches qui ne peuvent pas compter sur cette personne, sachant qu'il n'est pas un homme de parole, il est difficile de le qualifier de responsable et d'avoir confiance en lui. Cette personne n'a pas une vision du monde bien formée et est souvent simplement privée de son point de vue confiant et définitif..

La polarité des sentiments

L'ambivalence des émotions se manifeste dans la double attitude d'une personne envers une autre personne, envers un partenaire, envers un objet, un phénomène ou un événement. Quand une personne est ambivalente, elle peut simultanément éprouver l'amour et la haine pour son partenaire, se réjouir et être triste d'un certain événement, ressentir de la peur et du plaisir, du désir et du dégoût par rapport à tout phénomène.

Si une telle dualité se manifeste dans un certain cadre, alors c'est la norme, et plus encore, de nombreux psychologues affirment que l'ambivalence des émotions peut être considérée comme le signe d'un intellect développé et d'un grand potentiel créatif. Ils indiquent qu'une personne qui n'est pas capable d'une expérience ambivalente n'est pas capable de percevoir pleinement le monde, de le voir sous différents angles et de le transmettre dans son intégralité..

Une personne capable de percevoir à la fois les aspects négatifs et positifs d'un phénomène, de garder en tête deux idées, points de vue ou appréciations, est capable de penser de manière large, créative et hors des sentiers battus. On pense que toutes les personnes créatives sont ambivalentes d'une manière ou d'une autre. Cependant, un degré excessif de manifestation d'ambivalence peut indiquer un trouble névrotique, auquel cas l'aide d'un spécialiste est nécessaire..

L'ambivalence est considérée comme la norme, notamment par rapport à un objet ou à un sujet, dont l'influence peut être considérée comme ambiguë. Et cela peut être dit à propos de n'importe quelle personne proche, que ce soit un parent, un enfant, un parent ou un partenaire. Si une personne a une attitude uniquement positive envers cette personnalité, sans dualité, cela peut être considéré comme une idéalisation et un «charme», qui, évidemment, peuvent être remplacés par une déception au fil du temps, et les émotions seront définitivement négatives.

Un parent aimant éprouve périodiquement des émotions négatives envers son enfant: peur pour lui, mécontentement, irritation. Un conjoint aimant éprouve parfois des émotions négatives telles que la jalousie, le ressentiment, etc. Ce sont des aspects normaux de la psychologie, et cela caractérise une psyché humaine saine..

Le sens du mot «ambivalence» lui-même suggère que ce terme n'est utilisé que si une personne éprouve des émotions et des sentiments polaires en même temps, et pas d'abord - l'un, puis l'autre. Dans le même temps, deux expériences polaires ne sont pas toujours ressenties de manière vivante et également claire, parfois l'une d'elles est présente inconsciemment pour la personne elle-même. Une telle personne peut ne pas comprendre qu'elle ressent simultanément des émotions différentes (opposées) pour quelqu'un, mais cela se manifestera d'une manière ou d'une autre..

En psychologie, les gens sont divisés en deux types. La première est très ambivalente, il s'agit d'une personne sujette à des sentiments, des opinions et des pensées ambivalents, et la seconde est peu ambivalente, cherchant un point de vue unique, la clarté des sentiments et la clarté. On pense que les extrêmes dans les deux cas ne sont pas le signe d'une psyché saine et que le niveau moyen d'ambivalence est normal et même bon..

Dans certaines situations de la vie, un degré élevé d'ambivalence est nécessaire, la capacité de voir et de ressentir la polarité, mais dans d'autres situations, ce ne sera qu'un obstacle. Une personne avec une psyché stable et un haut degré de conscience doit s'efforcer de se contrôler et de ressentir cet aspect, qui peut devenir son instrument. Auteur: Vasilina Serova

Vocabulaire: qu'est-ce que l'ambivalence et pourquoi il est difficile de quitter son emploi mal aimé

Denis Bondarev

Le mot «ambivalence» est parfois utilisé comme synonyme d'indifférence, parfois renvoyé à ces termes incompréhensibles dont on se souvient vaguement des cours de physique à l'école. Le nouveau numéro de la rubrique Vocabulaire T&P explore ce que cela signifie et comment l'utiliser dans le discours quotidien.

Dans la première moitié du XXe siècle, le terme était principalement utilisé en psychiatrie, mais il est progressivement passé à d'autres sciences et à la parole de tous les jours. Les exemples de comportement ambivalent dans la vie sont courants. Par exemple, si une personne comprend que l'alcool est nocif pour la santé, mais ne peut pas le refuser, alors nous pouvons parler d'une attitude ambivalente envers la sobriété. Lorsque vous voulez quitter votre emploi mal aimé, mais que vous ne pouvez pas prendre de décision parce que cela vous apporte un revenu stable, c'est aussi de l'ambivalence. L'exemple littéraire que Freud aimait citer est les sentiments contradictoires d'Othello pour Desdemona dans la tragédie de Shakespeare.

Le premier mot «ambivalence» a été utilisé par le psychiatre suisse Eigen Bleuler. En 1908, un médecin a publié un article dans lequel il a nommé une maladie connue sous le nom de «démence prématurée» sous un nouveau nom - la schizophrénie. Bleuler a décrit les principaux symptômes de la pensée schizophrénique, parmi lesquels, outre l'autisme, la dépersonnalisation et le désordre des associations, il a particulièrement mis en évidence «l'ambivalence» (latin ambo - «les deux», valentia - «force») - la présence simultanée de pensées mutuellement exclusives chez une personne. En raison de cette dualité de la pensée, la personnalité se scinde en deux sous-personnalités antagonistes, et le patient s'identifie d'abord à l'une, puis à l'autre. Le médecin a écrit ce qui suit à propos d'une telle condition: «L'amour et la haine (chez un patient - environ N.D.E.) Pour la même personne peuvent être tout aussi enflammés et ne pas s'affecter. Le patient veut manger et ne pas manger en même temps, il est également disposé à faire ce qu'il veut et ce qu'il ne veut pas, en même temps il pense: «Je suis la même personne que vous» et «je ne suis pas comme vous». "Dieu" et "diable", "bonjour" et "au revoir" pour lui sont équivalents et fusionnent en un seul concept ".

Le psychiatre a identifié trois types d'ambivalence. Avec une ambivalence émotionnelle, il a décrit un sentiment simultané positif et négatif envers une personne, un objet ou un événement. Par exemple, avec la jalousie, vous pouvez éprouver à la fois l'amour et la haine, et la nostalgie provoque non seulement la joie d'un souvenir agréable, mais aussi la tristesse du fait que l'événement est dans le passé.

L'ambivalence volontaire signifie qu'une personne ne peut pas faire de choix et, par conséquent, refuse souvent de prendre une décision. De tels doutes sont clairement illustrés par la parabole de l'âne de Buridan: un animal affamé se tient entre deux meules de foin également attrayantes et ne peut choisir ni l'une ni l'autre. Évitant le choix, une personne est souvent soulagée, mais en même temps honteuse de son indécision - c'est-à-dire qu'une sorte de dualité en donne naissance à une autre.

Le troisième type, l'ambivalence intellectuelle, se produit lorsque des idées mutuellement exclusives alternent dans le raisonnement. Par exemple, la confiance dans la justice de la «providence divine» est remplacée par l'athéisme. On pense que c'est précisément cette «scission» de la pensée qui indique principalement le développement de la schizophrénie.

Dans le même temps, Bleuler a noté qu'un comportement incohérent n'est pas nécessairement un signe de schizophrénie. À son avis, cela peut être caractéristique de personnes en parfaite santé, en particulier avec un type de personnalité schizoïde. Cela vaut la peine de s'inquiéter si une personne souffre constamment d'une dualité d'idées, de sentiments ou a du mal à prendre des décisions, et que son humeur et ses réactions changent très rapidement lorsque cela n'est motivé par rien. Les psychologues attirent l'attention sur le fait que le doute et l'incertitude font naturellement partie de la vie. Les raisons de l'ambivalence, si nous ne parlons pas de la pathologie de la psyché, peuvent être l'indécision, l'isolement, les phobies, une tendance à l'autocritique, ou vice versa - perfectionnisme, peur subconsciente de se tromper et d'échouer, immaturité émotionnelle et intellectuelle. On pense que l'alcool, les drogues, l'anesthésie et un stress sévère augmentent les manifestations d'ambivalence. En règle générale, il est difficile de réaliser l'état car il s'agit d'un processus subconscient..

Incorrect: "Toute la journée, j'étais dans un état lent et ambivalent, donc je n'ai jamais quitté la maison.".

C'est vrai: "Je suis désespéré par ma propre ambivalence: une promotion au travail fait plaisir et effraie".

C'est vrai: "L'attitude ambivalente de Kolya à l'égard de l'argent est surprenante: soit il économise sur chaque petite chose, puis il réduit tout son salaire pour la journée.".

Ambivalence

Connaissez-vous le concept d'ambivalence? Sinon, lisez la suite, si oui, voyez d'autres mots intelligents et leur signification.

Qu'est-ce que l'ambivalence

L'ambivalence vient des mots latins ambo - «à la fois» et valentia - «force». En d'autres termes, ce sont deux forces.

Il faut noter que l'ambivalence en psychologie signifie la dualité des sentiments par rapport à un seul et même objet. De plus, ces sentiments sont opposés..

Par exemple, il y a des gens qui nous causent à la fois de la sympathie et de l'aversion. C'est un sentiment complexe d'ambivalence, et cela peut se produire chez tout le monde..

Mais s'il se manifeste souvent par rapport à beaucoup de choses, on pense que la personne présente des signes de schizophrénie..

Un fait intéressant est que le terme d'ambivalence a été introduit en psychologie par le psychiatre suisse Eigen Bleulerom. Il a identifié trois types d'ambivalence:

  1. Émotionnel: éprouver deux sentiments contradictoires sur le même objet.
  2. Volonté forte: incapacité à décider d'une étape spécifique et hésitation constante entre deux solutions.
  3. Intellectuel: alternance constante d'idées mutuellement exclusives dans le raisonnement.

Comment se souvenir du mot ambivalence puis l'utiliser en pratique avec un regard malin? Très simple. Tout d'abord, essayez de l'utiliser plusieurs fois dans votre discours..

Par exemple, votre amie n'est pas indifférente à un jeune homme, mais dit constamment qu'elle ne peut tout simplement pas le supporter. Comme par hasard en clignant des yeux et en souriant sournoisement, dites-lui:

- Oui, vous, ma chère, avez une ambivalence cachée!

Un autre terme est souvent utilisé dans le contexte du concept décrit dans cet article. Découvrez ce qu'est la dissonance cognitive.

ambivalent

Contenu

  • 1 russe
    • 1.1 Propriétés morphologiques et syntaxiques
    • 1.2 Prononciation
    • 1.3 Propriétés sémantiques
      • 1.3.1 Valeur
      • 1.3.2 Synonymes
      • 1.3.3 Antonymes
      • 1.3.4 Hyperonymes
      • 1.3.5 Hyponymes
    • 1.4 Mots liés
    • 1.5 Etymologie
    • 1.6 Phraséologismes et combinaisons stables
    • 1.7 Traduction
    • 1.8 Bibliographie

russe

Propriétés morphologiques et syntaxiques

Casunités h.PL. h.
mari. R.mer R.épouses R.
Leur.ambivalentambivalentambivalentambivalent
Rd.ambivalentambivalentambivalentambivalent
Dt.ambivalentambivalentambivalentambivalent
Int.âme.ambivalentambivalentambivalentambivalent
neod.ambivalentambivalent
La télé.ambivalentambivalentambivalent ambivalentambivalent
Etc.ambivalentambivalentambivalentambivalent
Bref. la formeambivalentende manière ambivalenteambivalentambivalent

am - bi - wa - prêté - ny

Racine: -ambi-; racine: -valent-; suffixe: -н; fin: e.

Prononciation

  • IPA: [ɐm⁽ʲ⁾bʲɪvɐˈlʲentnɨɪ̯]

Propriétés sémantiques

Valeur

  1. livresque ambiguë, ambivalente ◆ Cependant, la position du gouvernement dans le domaine des finances locales est très ambivalente. Vladimir Gelman, "The End of Local Autonomy?", 2003 // "Emergency Reserve" (citation du National Corpus of the Russian Language, voir Références)

Synonymes

  1. double, ambigu

Antonymes

  1. sans ambiguïté, sans ambiguïté

Hyperonymes

Hyponymes

Mots associés

Relation la plus proche
  • noms: ambivalence

Étymologie

Vient de lui. Ambivalenz (ambivalent) de lat. amb- (options: ambe-, ambi-) «autour, autour, autour», plus loin du Praindoevr. * ambhi- "autour" + valentia "force, forteresse", de valere "être fort, avoir l'opportunité, se tenir debout" (remonte aux Proto-Indo-Hébreux * wal- "être fort") Lui. le terme Ambivalenz a été inventé et introduit dans la circulation scientifique en 1910 par le psychiatre suisse Eigen Bleuler.

Ambivalence en psychologie et psychiatrie

L'ambivalence, ou dualité dans la pratique psychologique et psychiatrique est une condition caractérisée par l'opposition des sentiments, des pensées et des motifs dans un court laps de temps. De telles sensations accompagnent les maladies psychiatriques sévères: schizophrénie, psychose, dépression clinique.

L'ambivalence est souvent associée à la psychose et à la schizophrénie

  1. Qu'est-ce que l'ambivalence?
  2. Classification de la dualité
  3. Raisons de l'ambivalence
  4. Symptômes de la dualité
  5. Diagnostique
  6. Traitement de l'ambivalence
  7. Médicaments
  8. Psychothérapie
  9. Exemples d'ambivalence
  10. Exemple 1
  11. Exemple 2
  12. Exemple 3

Qu'est-ce que l'ambivalence?

L'ambivalence est un état caractérisé par le clivage des sentiments, des impulsions et des pensées par rapport aux mêmes objets ou phénomènes. Le principe d'ambivalence a été introduit par E. Bleuler, le concept psychanalytique a été formé par K. Jung.

En psychologie, l'ambivalence est un état naturel de la psyché humaine, exprimant l'incohérence et l'ambiguïté de sa nature. L'attitude opposée envers les mêmes choses est considérée comme le signe d'une personne entière..

En psychiatrie, l'ambivalence morale, intellectuelle et émotionnelle fait référence aux symptômes de pathologies de la psyché humaine. La dualité est considérée comme un signe de troubles dépressifs, anxieux, paniques et schizoïdes..

Classification de la dualité

En psychologie et psychiatrie modernes, il existe 5 principaux types de dualité:

  1. Ambivalence des émotions. Un seul et même sujet provoque des sentiments opposés chez une personne: de la haine à l'amour, de l'affection au dégoût.
  2. Dualité de pensée. Le patient a des idées contradictoires qui apparaissent simultanément ou l'une après l'autre.
  3. Le contraire des intentions. Une personne ressent des désirs et des aspirations opposés par rapport aux mêmes choses.
  4. Ambition. Caractérisé par des fluctuations volontaires entre des choses opposées et des décisions, incapacité de choisir une chose.
  5. Ambivalence sociale. Causé par une contradiction entre les statuts sociaux et les rôles d'une personne dans les relations professionnelles et familiales, ou par un conflit entre différentes valeurs culturelles, attitudes sociales.

L'ambivalence émotionnelle est divisée en 3 sous-groupes:

  • dualité dans les relations;
  • ambivalence discrète dans l'affection;
  • ambivalence chronique.

L'ambivalence dans les relations est causée par l'incertitude sur le choix

Il y a aussi une ambivalence épistémologique - c'est un terme philosophique qui définit l'ambiguïté des processus fondamentaux de l'être. Le concept a été reflété dans «l'éloge de la folie» d'Erasme, dans le concept de «l'ignorance sage».

Raisons de l'ambivalence

Un état ambivalent peut se manifester avec de telles maladies:

  • avec schizophrénie, conditions schizoïdes;
  • avec dépression clinique prolongée;
  • avec un trouble obsessionnel-compulsif;
  • avec trouble affectif bipolaire (MDP);
  • avec des névroses de degrés divers.

Chez les personnes en bonne santé, il n'y a que dualité émotionnelle et sociale. La cause du trouble est le stress, les situations de conflit au travail et dans la famille, les sentiments aigus. Si la cause de l'incohérence est supprimée, elle disparaît d'elle-même..

La manifestation de la dualité des sentiments peut également indiquer des difficultés dans les relations avec les êtres chers:

  1. L'attachement anxieux-ambivalent survient chez les enfants en raison du manque de chaleur parentale ou de soins excessifs, à la suite de l'invasion de l'espace personnel par la famille.
  2. L'ambivalence dans une relation se manifeste par l'incertitude chez une autre personne, des situations de conflit constantes, avec une instabilité des relations.
  3. Le modèle d'ambivalence chronique provient d'un état de stress constant, provoque des états hystériques et neurasthéniques.

Important: la cause exacte de la dualité doit être déterminée par un psychothérapeute, un psychologue clinicien ou un psychiatre..

Symptômes de la dualité

Les manifestations typiques de sentiments ambivalents comprennent:

  • l'attitude opposée envers les mêmes personnes;
  • pensées et idées contradictoires;
  • fluctuation constante entre les décisions opposées;
  • aspirations différentes par rapport à un objet.

La dualité peut rendre une personne mal à l'aise avec l'ambivalence

Les changements de comportement humain polarisés: une personne calme devient scandaleuse, hystérique. La dualité de la conscience provoque une gêne chez le patient, peut provoquer des conditions stressantes, des névroses et de la panique.

Diagnostique

L'ambivalence est diagnostiquée par des spécialistes travaillant avec la psyché humaine: psychologues conventionnels et cliniques, psychothérapeutes, psychiatres.

Pour déterminer les sentiments et les pensées ambivalents, les études suivantes sont utilisées:

  • Test de H. Kaplan basé sur le diagnostic du trouble bipolaire;
  • Test de conflit du prêtre;
  • Test de conflit par Richard Petty.

Un test standardisé capable de déterminer avec précision la présence ou l'absence d'un état ambivalent n'a pas encore été créé.

Les tests classiques utilisés par les psychothérapeutes comprennent des déclarations:

  1. Je préfère ne pas montrer aux autres ce que je ressens au fond.
  2. Je discute généralement de mes problèmes avec d'autres personnes, cela permet de m'y référer si nécessaire..
  3. Je ne me sens pas à l'aise de parler franchement avec les autres
  4. J'ai peur que d'autres personnes cessent de communiquer avec moi..
  5. J'ai souvent peur que les autres ne se soucient pas de moi..
  6. La dépendance aux autres ne me fait pas de mal.

Chaque question doit être notée de 1 à 5, où 1 signifie «pas du tout d'accord» et 5 «tout à fait d'accord».

Traitement de l'ambivalence

Pour traiter l'ambivalence, établir les causes de son apparition

L'ambivalence n'est pas une maladie indépendante, mais un symptôme d'autres pathologies. Le traitement de la cause de la dualité est effectué à l'aide de médicaments et de méthodes psychothérapeutiques: consultations avec un médecin, formations, séances de groupe.

Médicaments

L'ambivalence clinique est traitée avec des normotimiques, des antidépresseurs, des tranquillisants et des sédatifs.

Groupes de médicamentsImpact sur la dualitéExemples de fonds
NormotimiqueAide à faire face aux sautes d'humeur associées aux états doubles.Valpromide, carbamazélide
Les antidépresseursRéguler le nombre de neurotransmetteurs, éliminer les pathologies cérébrales qui provoquent la dépression.Mélipramine, Trizadone, Fluoxétine
TranquillisantsSoulager le stress émotionnel, soulager l'anxiété, les crises de panique, l'insomnie.Diazépam, phénazépam, hydroxyzine
AntipsychotiquesSoulager la panique et la tension, améliorer la concentration, perturbé dans des conditions ambivalentes.Quétiapine, Olanzolin, Clozapine
NootropiquesAméliore la circulation sanguine et les connexions neurales dans le cerveau, stimule l'activité cérébrale en cas de maladie mentale.Picamilon, Nootropil, Glycine
SomnifèresÉlimine toute forme d'insomnie, réduit la sensibilité et améliore la qualité du sommeil.Donormil, Andante, Melaxen
SédatifsSoulager la tension nerveuse, soulager le stress, l'anxiété, les états névrotiques et paniques.Persène, Novo-passite, Corvalol, Valériane, Passiflore
Vitamines BAméliorer le fonctionnement du système nerveux, stimuler la synthèse des neurotransmetteurs, faire face au stress et à la dépression.Neurobion, Neurorubine, Vitagamma

Psychothérapie

La consultation d'un psychothérapeute déterminera le degré de développement de l'ambivalence pour un traitement ultérieur

Comme des méthodes psychothérapeutiques sont utilisées:

  • consultations personnelles avec un spécialiste;
  • formations psychologiques;
  • séances de groupe avec un psychothérapeute.

L'approche adoptée dépend de la cause de la dualité, du degré de sa manifestation et des symptômes qui l'accompagnent. La personnalité du patient, ses préférences individuelles, ses besoins et ses inclinations sont également pris en compte..

Exemples d'ambivalence

Situations spécifiques reflétant la manifestation du problème de division.

Exemple 1

La jalousie sera un excellent exemple d'ambivalence dans les relations. Une personne dans la même période éprouve une forte affection et un amour pour son partenaire, et en même temps - de la haine, de la colère. La compétition de ces sentiments provoque des dépressions nerveuses, des crises de colère.

Exemple 2

L'attachement ambivalent se manifeste chez les enfants qui ont grandi dans la négligence ou des soins excessifs. Le sentiment d'amour et de profond respect pour les parents se combine avec l'anxiété, la négativité, la peur de décevoir la famille.

Sentiments d'attachement et de colère en même temps

Exemple 3

L'ambition s'exprime par l'incapacité de choisir entre des choses simples. Le patient veut et ne veut pas faire la même chose en même temps. Cela provoque un comportement étrange: refuser l'eau quand on a soif, tendre la main et tirer la main pour la secouer.

La dualité des sentiments, des pensées, des motivations est une maladie grave, souvent un symptôme de maladie mentale. Il est traité avec des normotimiques, des antidépresseurs, des tranquillisants et des méthodes psychothérapeutiques. Les personnes qui ont reçu un diagnostic de dualité doivent prendre des vitamines B, des sédatifs et des hypnotiques.

Pourquoi la pensée ambivalente (dualiste) apparaît-elle?

De temps en temps, la dualité des sentiments et des relations par rapport à quelqu'un ou à quelque chose est vécue par tout le monde: un être cher peut être très ennuyeux, un travail intéressant peut sembler ennuyeux et un événement à venir peut à la fois effrayer et attirer. Mais, si une personne en bonne santé fait face à de tels sentiments assez facilement ou s'ils coexistent sans interférer les uns avec les autres, alors avec la névrose ou d'autres pathologies, l'ambivalence des sentiments et des pensées peut provoquer un trouble mental grave ou une dépression. Qu'est-ce que la pensée ambivalente?

Qu'est-ce que l'ambivalence et pourquoi survient-elle

Le terme «ambivalence» en médecine a été utilisé pour la première fois par le psychiatre français Breuler dans les années 1900. Il était utilisé pour désigner une condition pathologique - une bifurcation de la conscience humaine. La pensée ambivalente était considérée comme un signe de schizophrénie qui n'est pas inhérent aux personnes en bonne santé mentale.

Plus tard, ce terme a été utilisé non seulement par les psychiatres, mais aussi par les psychanalystes et les psychologues, et il a reçu une interprétation plus large. Selon Z. Freud et d'autres psychanalystes, en même temps l'existence de sentiments ou de relations opposés est la norme pour la psyché humaine. Mais si la conscience d'une personne n'est pas capable de faire face à cela ou se «fixe» trop sur cet état, alors la névrose ou le développement d'une maladie mentale est possible.

Ainsi, aujourd'hui, l'ambivalence de la conscience peut être considérée de deux manières:

  • En tant que condition se produisant périodiquement chez une personne mentalement saine, les psychanalystes la décrivent comme un complexe de sentiments complexes qui surviennent en relation avec quelqu'un. Cet état est normal pour une personne, car elle éprouve toujours une grande variété de sentiments et lorsqu'elle se concentre sur un seul objet, une ambivalence apparaît. Ainsi, même la mère la plus aimante peut ressentir de l'irritation envers son enfant, ou vous pouvez simultanément aimer une personne et la détester à cause de sentiments de jalousie..
  • En tant qu'état pathologique de la psyché qui survient pendant une maladie mentale - alors qu'une personne se sent "divisée", son attitude envers quelque chose ou quelqu'un change polarisée en très peu de temps et sans raison.

L'ambivalence d'une personne en bonne santé mentale peut se développer en raison de:

  • incapacité à prendre des décisions par soi-même
  • peur de se tromper
  • Doute de soi
  • Stress, surmenage.

Une ambivalence pathologique peut se développer en raison de:

  • Psychoses d'origines diverses
  • Dépression
  • États obsessionnels
  • Phobies, crises de panique
  • Schizophrénie

Manifestations

Les manifestations de l'ambivalence peuvent être très différentes. Il est loin d'être immédiatement possible de reconnaître la pathologie, parfois même les spécialistes ne peuvent pas poser de diagnostic sans observation à long terme ou examens supplémentaires.

Il existe 3 formes principales d'ambivalence:

  1. Intellectuel
  2. Volonté
  3. Émotif

Ambivalence intellectuelle

Une personne ambivalente est caractérisée par une «scission» constante ou périodique de la conscience. La polarité des pensées et des idées peut provoquer un épuisement nerveux ou se transformer en une obsession dont une personne ne peut pas se débarrasser d'elle-même..

Parfois, l'ambivalence intellectuelle se manifeste par le fait que dans la conscience d'une personne, il y a 2 personnalités avec des idées et des pensées opposées. Mais cette condition est typique de la schizophrénie ou d'autres psychopathologies..

Ambivalence volitive

Ce type d'ambivalence se manifeste par l'impossibilité ou la difficulté de choisir ou d'exécuter une action spécifique. Cette condition est typique des personnes en bonne santé mentale qui sont dans un état de stress, d'épuisement nerveux, de fatigue intense ou de manque de sommeil..

La dualité dans la prise de décision peut également être due à des caractéristiques de caractère ou d'éducation. Une personne essaie d'éviter les situations dans lesquelles elle devra faire un choix, et si elle doit le faire, cela est gravement bouleversé ou bénéficie de l'opinion faisant autorité de quelqu'un.

Ambivalence émotionnelle

L'ambivalence dans la sphère émotionnelle-sensorielle se produit le plus souvent. La dualité dans les sentiments et les relations peut se produire à la fois dans la vie de personnes absolument en bonne santé, avec des états limites de la psyché et avec des pathologies.

Le principal symptôme de l'ambivalence émotionnelle est la présence d'émotions opposées en même temps. Les doubles sentiments ou émotions peuvent également se remplacer rapidement, tout en provoquant un déséquilibre dans l'équilibre interne d'une personne.

Les enfants montrent ouvertement leur ambivalence lorsqu'ils crient à leurs parents qu'ils les détestent ou leur souhaitent la mort. Tout en éprouvant ces émotions, ils sont en même temps absolument sûrs de leur amour pour leurs parents..

La prochaine étape de la vie, caractérisée par l'ambivalence, est la puberté, lorsqu'un adolescent peut simultanément éprouver des émotions ou des sentiments opposés. En outre, cette période est caractérisée par un changement rapide d'humeur, des sentiments par rapport à quelqu'un.

L'ambivalence dans les relations survient également à un âge plus mûr. Souvent, une personne elle-même n'est pas consciente de ce qu'elle vit ou ne considère pas ces changements soudains d'humeur et d'émotions comme une pathologie. Mais lorsqu'une ambivalence constante et persistante surgit par rapport à quelqu'un, la psyché humaine est brisée, il peut difficilement faire face aux sentiments qui le submergent, et ses actions deviennent imprévisibles et illogiques, ce qui aggrave également la relation..

Comment se débarrasser de l'ambivalence

Si la dualité des sentiments, des attitudes ou des pensées n'interfère pas trop avec une personne et ne soulève pas de questions des autres, il n'est pas nécessaire de s'en débarrasser. L'ambivalence peut être considérée comme un trait mental qui n'a besoin d'être corrigé que si ses manifestations interfèrent avec la vie normale d'une personne..

L'ambivalence pathologique, en règle générale, est l'une des manifestations complexes de la maladie mentale - névrose, dépression ou schizophrénie. Dans ce cas, il disparaît à mesure que la maladie sous-jacente est corrigée..

Si cette condition est la seule manifestation de la pathologie mentale et provoque une gêne chez une personne, vous pouvez vous en débarrasser à l'aide d'une thérapie complexe: prise de médicaments et psychothérapie.

Pour le traitement, des sédatifs, des tranquillisants, des antidépresseurs sont utilisés, moins souvent des antipsychotiques. La psychothérapie peut être individuelle ou en groupe. Le spécialiste détermine la cause du développement de la pathologie et, avec le patient, choisit la méthode de sa correction: psychanalyse, formations, méthodes de relaxation ou de contrôle de l'esprit.

Ambivalence

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

  • Les raisons
  • Formes
  • Diagnostique
  • Traitement

Pour désigner la nature double et même mutuellement exclusive des sentiments ressentis par une personne en même temps pour la même raison, en psychologie moderne et en psychanalytique, il y a le terme d'ambivalence.

Dans les premières décennies du XXe siècle, la définition de l'ambivalence au sens plus étroit a été utilisée en psychiatrie pour désigner le symptôme dominant de la schizophrénie - un comportement contradictoire non motivé. Et la paternité de ce terme, ainsi que du nom «schizophrénie», appartient au psychiatre suisse E. Bleuler.

Plus tard, grâce à son élève K. Jung, qui, contrairement à Z. Freud, s'efforça de prouver l'unité du conscient et de l'inconscient et leur équilibre compensatoire dans le «mécanisme» de la psyché, l'ambivalence commença à être comprise plus largement. Mais maintenant, l'ambivalence est appelée l'émergence et la coexistence dans la conscience humaine et le subconscient de sentiments, d'idées, de désirs ou d'intentions diamétralement opposés (souvent contradictoires) par rapport au même objet ou sujet..

Comme le notent les experts, l'ambivalence est une condition subclinique très courante. De plus, étant donné la double nature initiale de la psyché (c'est-à-dire la présence du conscient et du subconscient en elle), l'ambivalence situationnelle est inhérente à presque tout le monde, car ce n'est pas pour rien que dans les cas nécessitant un choix et une action décisive, on parle de confusion des sentiments, de confusion et de confusion des pensées dans la tête. Nous sommes constamment en conflit interne, et les moments où un sentiment d'harmonie intérieure ou d'unité de but surgit sont relativement rares (et peuvent être illusoires).

Les exemples les plus frappants d'ambivalence apparaissent lorsqu'il y a des conflits entre des valeurs morales, des idées ou des sentiments, en particulier - entre ce dont nous sommes conscients et ce qui est en dehors de notre conscience («le ver du doute» ou «murmure une voix intérieure»)... De nombreuses pensées vont et viennent, mais certaines restent coincées dans le subconscient d'une personne, et c'est là qu'il y a tout un panthéon enfoui de valeurs enfouies, de préférences, d'arrière-pensées (bonnes ou pas), de goûts et de dégoûts. Comme le disait Freud, ce saut d'impulsions à l'arrière de notre cerveau nous donne envie ou non de quelque chose en même temps..

D'ailleurs, c'est Freud qui a formulé le principe de l'ambivalence, dont le sens est que toutes les émotions humaines sont initialement de nature double, et si la sympathie et l'amour gagnent à un niveau conscient, alors l'antipathie et la haine ne disparaissent pas, mais se cachent dans les profondeurs du subconscient. Dans les "cas appropriés", ils surgissent de là, entraînant des réactions inappropriées et des actions humaines imprévisibles.

Mais gardez à l'esprit: lorsque le «saut d'impulsions» se produit constamment, il y a un symptôme qui peut indiquer une dépression prolongée, un état névrotique ou le développement d'un trouble de la personnalité obsessionnel-compulsif (obsessionnel-compulsif).

Raisons de l'ambivalence

À ce jour, les principales raisons de l'ambivalence sont liées à l'incapacité de faire un choix (les philosophes existentialistes sont focalisés sur le problème du choix) et de prendre des décisions. La santé, le bien-être, les relations et le statut social d'un individu dépendent largement de la prise de décisions éclairées; une personne qui évite la prise de décision fait face à des conflits psycho-émotionnels internes qui forment une ambivalence.

On pense que l'ambivalence est souvent le résultat d'un conflit de valeurs sociales associé à des différences de culture, de race, d'ethnie, d'origine, de croyances religieuses, d'orientation sexuelle, d'identité de genre, d'âge et d'état de santé. Les constructions sociales et les normes et valeurs perçues au sein d'une société donnée forment les sentiments contradictoires de nombreuses personnes.

Mais la plupart des psychologues voient les raisons de l'ambivalence dans l'insécurité des gens, leur peur subconsciente de se tromper et d'échouer, l'immaturité émotionnelle et intellectuelle..

N'oubliez pas non plus que l'émergence de sentiments, d'idées, de désirs ou d'intentions n'obéit pas toujours à la logique. Un rôle important est joué par l'intuition et la «voix intérieure» très difficile à étouffer.

Des études ont révélé certaines caractéristiques neurobiologiques de la médiation du signal associées à l'expression des émotions: chez les personnes en bonne santé éprouvant des sentiments positifs, les structures de l'hémisphère gauche du cerveau sont plus actives, et si les émotions sont négatives, les structures de la droite. C'est-à-dire que du point de vue de la neurophysiologie, les gens sont capables d'éprouver des états affectifs positifs et négatifs en même temps..

L'étude de l'activité cérébrale par IRM a démontré la participation à l'ambivalence de la prise de décision dans les régions cognitives et socialement affectives du cerveau (dans le cortex préfrontal ventrolatéral, dans les parties antérieure et postérieure du cortex cingulaire, dans la zone de l'insula, des lobes temporaux et de la jonction temporo-pariétale). Mais ces zones sont associées de différentes manières aux processus ultérieurs, il reste donc à voir où se situent les corrélats neuronaux des composantes affectives de l'ambivalence..

Formes

Dans la théorie de la psychologie et la pratique de la psychothérapie, il est habituel de distinguer certains types d'ambivalence - en fonction des sphères d'interaction de la personnalité dans lesquelles ils se manifestent le plus.

L'ambivalence des sentiments ou l'ambivalence émotionnelle se caractérise par une attitude ambivalente envers le même sujet ou objet, c'est-à-dire par la présence de sentiments simultanés, mais incompatibles: faveur et aversion, amour et haine, acceptation et rejet. Étant donné que le plus souvent, une telle bipolarité interne de la perception est à la base des expériences d'une personne, ce type peut être défini comme l'ambivalence des expériences ou l'amblyothymie..

En conséquence, la soi-disant ambivalence dans les relations peut survenir: lorsqu'une personne de son entourage au niveau subconscient évoque constamment des émotions opposées chez une personne. Et quand une personne est vraiment inhérente à la dualité dans une relation, elle ne peut pas se débarrasser de la négativité subconsciente, s'inquiétant même dans les moments où son partenaire fait quelque chose de bien. Le plus souvent, cela provoque une incertitude et une instabilité dans les partenariats, et est dû au fait que la polarité des sentiments, comme mentionné ci-dessus, existe initialement et peut provoquer un conflit intrapersonnel. Il s'exprime dans la lutte interne «oui» et «non», «je veux» et «je ne veux pas». Le degré de conscience de cette lutte affecte le niveau de conflit entre les personnes, c'est-à-dire que lorsqu'une personne n'est pas consciente de son état, elle ne peut pas se retenir dans des situations de conflit.

Les psychothérapeutes occidentaux ont un concept d'ambivalence chronique: lorsqu'un sentiment d'impuissance et le désir de supprimer une négativité profondément enracinée obligent une personne à prendre une position défensive, la privant non seulement du sentiment d'être en contrôle de sa vie, mais aussi de son équilibre mental habituel (conduisant à l'hystérie ou à un état de neurasthénie dépressive).

Les enfants peuvent développer des ambivalences d'attachement qui combinent l'amour pour leurs parents et la peur de ne pas obtenir leur approbation. En savoir plus ci-dessous - dans une section séparée Ambivalence en pièce jointe.

Un état dans lequel une personne reçoit simultanément des pensées opposées, et des concepts et des croyances opposés coexistent dans la conscience, est défini comme l'ambivalence de la pensée. Cette dualité est considérée comme le résultat d'une pathologie dans la formation de la capacité de pensée abstraite (dichotomie) et un signe de déviation mentale (en particulier, paranoïa ou schizophrénie).

L'ambivalence de la conscience (subjective ou affective-cognitive) est également appelée états altérés de la psyché se concentrant sur les désaccords entre les propres croyances d'une personne et la confrontation entre les évaluations de ce qui se passe (jugements et expérience personnelle) et les réalités objectivement existantes (ou leurs évaluations généralement connues). Cette déficience cognitive est présente dans la psychose et s'accompagne de délires, d'anxiété inexplicable et de peur des obsessions..

Ambivalence dans l'attachement

Dans l'enfance, une ambivalence dans l'attachement (attachement anxieux-ambivalent) peut se développer si l'attitude des parents envers leurs enfants est contradictoire et imprévisible, il n'y a ni chaleur ni confiance. L'enfant reçoit moins d'affection et d'attention, c'est-à-dire qu'il est élevé dans des règles strictes - dans des conditions de «faim émotionnelle» constante. Les psychologues disent que dans la formation de ce type d'ambivalence, le tempérament de l'enfant, la relation des parents entre eux, le niveau de soutien de toutes les générations de la famille jouent un rôle important..

Beaucoup de parents perçoivent à tort leur désir de gagner l'amour de l'enfant avec un amour réel et le souci de son bien-être: ils peuvent surprotéger l'enfant, se concentrer sur son apparence et ses performances scolaires et envahir sans ménagement son espace personnel. En grandissant, les personnes qui ont une ambivalence dans l'attachement dans l'enfance se caractérisent par une autocritique accrue et une faible estime de soi; ils sont anxieux et méfiants, recherchant l'approbation des autres, mais cela ne les libère jamais du doute. Et dans leur relation, il y a une dépendance excessive à l'égard d'un partenaire et une préoccupation constante qu'ils pourraient être rejetés. Le perfectionnisme et le comportement compulsif (comme moyen d'affirmation de soi) peuvent se développer sur la base d'une maîtrise de soi constante et de réflexions sur son attitude envers les autres..

Le trouble de l'attachement ambivalent dans l'enfance peut devenir la base du développement d'un trouble mental aussi dangereux que le trouble de l'attachement réactif (codes CIM-10 - F94.1, F94.2), le libellé de l'ambivalence obsessionnelle dans ce cas est cliniquement incorrect.

L'ambivalence pathologique sous forme de trouble réactif de l'attachement (RAD) concerne l'interaction sociale et peut prendre la forme d'une initiation ou d'une réponse altérée à la plupart des contacts interpersonnels. Les causes du trouble sont la négligence et la maltraitance des adultes avec un enfant de six mois à trois ans ou des changements fréquents de soignants.

Dans le même temps, des formes inhibées et désinhibées de pathologie mentale sont notées. Donc, c'est la forme désinhibée qui peut conduire au fait que les enfants adultes atteints de RAD essaient d'attirer l'attention et le réconfort de tous les adultes, même totalement inconnus, ce qui en fait des proies faciles pour les pervers et les criminels..

Exemples d'ambivalence

De nombreuses sources, se référant à S. Freud, donnent un exemple d'ambivalence des sentiments de la tragédie de W. Shakespeare. C'est le grand amour d'Othello pour Desdemona et la haine brûlante qui l'a saisi à cause du soupçon d'adultère. Tout le monde sait comment s'est terminée l'histoire des jaloux vénitiens..

Nous voyons des exemples d'ambivalence tirés de la vie réelle lorsque les personnes qui abusent de l'alcool comprennent que la consommation d'alcool est nocive, mais qu'elles ne sont pas en mesure de prendre des mesures pour renoncer définitivement à l'alcool. Du point de vue de la psychothérapie, un tel état peut être qualifié d'attitude ambivalente envers la sobriété..

Ou voici un exemple. Une personne veut quitter un emploi qu'elle déteste, mais pour lequel elle paie bien. C'est une question difficile pour toute personne, mais les personnes souffrant d'ambivalence, de réflexion constante sur ce dilemme, de doute paralysant et de souffrance les conduiront presque complètement à la dépression ou provoqueront un état de névrose..

L'ambivalence intellectuelle fait référence à l'incapacité ou au refus de donner une réponse sans ambiguïté et de former une certaine conclusion - en raison du manque de justification logique ou pratique d'une personne pour une certaine position. Le principal problème de l'ambivalence intellectuelle est qu'elle (selon la théorie de la dissonance cognitive) est une condition préalable au manque de direction ou d'orientation claire des actions. Cette incertitude paralyse le choix et la prise de décision, et par conséquent se traduit par un décalage entre ce qu'une personne pense et comment elle se comporte dans la réalité. Les experts appellent cet état - ambivalence du comportement, dualité des actions et des actions, ambivalence de la motivation et de la volonté ou de l'ambition.

Il convient de noter que le terme d'ambivalence épistémologique (du grec epistemikos - connaissance) n'est pas utilisé en psychologie. Il se rapporte à la philosophie de la connaissance - épistémologie ou épistémologie. On connaît également un concept philosophique tel que le dualisme épistémologique (dualité de la cognition).

Et l'ambivalence chimique fait référence aux caractéristiques de la polarité des structures carbonées des molécules organiques et de leurs liaisons dans le processus d'interaction chimique.

Qu'est-ce que l'ambivalence?

Ce n'est un secret pour personne que les gens se comportent souvent de deux manières. Comme on dit, nous aimons et détestons en même temps. Ce phénomène a un certain nom - comportement ambivalent. Qu'est-ce qui peut le provoquer et est-ce normal?

En psychologie, l'ambivalence est un état naturel de la psyché humaine, exprimant l'incohérence et l'ambiguïté de sa nature. L'attitude opposée envers les mêmes choses est considérée comme le signe d'une personne entière..

En psychiatrie, l'ambivalence morale, intellectuelle et émotionnelle fait référence aux symptômes de pathologies de la psyché humaine. La dualité est considérée comme un signe de troubles dépressifs, anxieux, paniques et schizoïdes..

Je suis psychologue, et par conséquent, nous examinerons ce sujet du point de vue de la psychologie. Naturellement, il est impossible de le révéler profondément et complètement en une seule petite réponse, mais nous examinerons les principaux points.

L'ambivalence est une attitude contradictoire envers un objet ou une double expérience provoquée par un individu ou un objet. En d'autres termes, un objet peut provoquer chez une personne l'émergence simultanée de deux sentiments antagonistes. Vous devez savoir que l'ambivalence est un sentiment de plusieurs sentiments, émotions et désirs différents à la fois. Ils ne se mélangent pas, mais "vivent" en parallèle.

Mais une attitude sans équivoque positive ou négative envers quelqu'un ou quelque chose indique qu'une personne idéalise ou dévalorise un objet. Dans ce cas, il n'y a pas de bon sens adéquat du sujet. Une personne qui idéalise ou dévalorise délibérément une autre ou elle-même, n'accepte pas délibérément son «mauvais» côté.

Il existe 5 principaux types de comportements ambivalents:

  • Ambivalence des émotions. Un seul et même sujet provoque des sentiments opposés chez une personne: de la haine à l'amour, de l'affection au dégoût.
  • Dualité de pensée. Une personne a des idées contradictoires qui apparaissent simultanément ou l'une après l'autre.
  • Le contraire des intentions. Une personne ressent des désirs et des aspirations opposés par rapport aux mêmes choses.
  • Ambition. Caractérisé par des fluctuations volontaires entre des choses opposées et des décisions, incapacité de choisir une chose.

Ambivalence sociale. Causé par une contradiction entre les statuts sociaux et les rôles d'une personne dans les relations professionnelles et familiales, ou par un conflit entre différentes valeurs culturelles, attitudes sociales.
Certaines conditions de vie se reflètent dans la conscience humaine. Certaines conditions peuvent entraîner une perturbation de l'équilibre délicat de la psyché:

Conflit de valeurs sociales associé à des différences de culture, de race, d'ethnie, de religion, d'orientation sexuelle, etc..

  • Stress, situations de conflit au travail et dans la famille, difficultés dans les relations avec les proches, expériences aiguës.
  • Irresponsabilité ou responsabilité accrue (accompagnée de la peur de se tromper);
  • Une faible estime de soi et un niveau accru d'autocritique;
  • Peur de l'opinion publique;
  • Une tendance au perfectionnisme;
  • Augmentation de l'anxiété, de l'indécision;
  • Phobies.
  • L'usage de psychotropes, d'alcool et de drogues;
  • Stress et choc émotionnel vécu, situations traumatiques;
  • Utiliser des techniques et des pratiques pour élargir ou changer la perception de la réalité
    Il existe diverses causes et symptômes de l'ambivalence. Il est difficile de le comprendre par vous-même, et une consultation individuelle avec un psychologue, un psychothérapeute peut vous aider. Les diagnostics aident à les identifier, au cours desquels une personne, avec l'aide d'un spécialiste, découvre des déclencheurs («crochets» qui déclenchent des pensées ambivalentes), le spécialiste aide à identifier les points faibles. Par exemple, changez le niveau d'estime de soi (le plus souvent, augmentez-le), arrêtez d'avoir peur d'assumer la responsabilité (ou, au contraire, ne le prenez pas sur vous) et faites face à vos sentiments. Les cours de groupe et les formations sont également efficaces..