Vocabulaire: qu'est-ce que l'ambivalence et pourquoi il est difficile de quitter son emploi mal aimé

Souvent, une attitude ambivalente envers un objet ou une personne indique un trouble mental, surtout quand il devient obsessionnel. Fondamentalement, les gens qui exhortent les autres à «décider l'un ou l'autre» oublient ou ne comprennent tout simplement pas que deux opposés, qu'il s'agisse de sentiments ou de pensées, peuvent coexister pacifiquement l'un avec l'autre. Vous pouvez à la fois aimer et ne pas aimer, avoir peur et désirer quelque chose.

Ambivalence - qu'est-ce que c'est?

L'ambivalence en psychologie est appelée ambivalence. Le plus souvent, le concept signifie une expérience vécue par une personne dont la conscience est confuse par des sentiments opposés pour le même objet..

Le psychiatre suisse Eigen Bleuler considérait l'ambivalence comme un signe de schizophrénie ou de disposition schizoïde. Sigmund Freud pensait que l'ambivalence implique la coexistence initiale chez une personne ou la présence de motivations profondes opposées. Le psychiatre et psychanalyste Freud les a appelés «eros» et «thanatos» ou la pulsion de vie et de création et la pulsion de mort, d'autodestruction. C'est le fondement sur lequel la personnalité d'une personne se construit et se développe..

Sur une note. À ce jour, l'ambivalence en psychanalyse est une gamme de sentiments complexes et contradictoires. Il est considéré comme un phénomène normal par rapport à ceux dont l'influence et le rôle dans la vie humaine ne peuvent être attribués au pôle du «bien» ou du «mauvais».

En général, une attitude positive ou négative sans ambiguïté envers quelqu'un indique un désir d'idéaliser ou de dévaloriser plutôt qu'une vision adéquate du sujet. Sans parler de la possibilité d'accepter quelqu'un en tant que personne, car une personne qui idéalise ou dévalue délibérément rejette le «revers» ou le «côté obscur» de l'autre.

Dois savoir. La psychologie moderne considère l'ambivalence comme un symptôme et une personne qui éprouve une ambivalence envers quelque chose ou quelqu'un, en tant que patient ou client.

Types d'ambivalence

C'est Bleuler qui a identifié trois types d'attitudes dualistes, qui se rapportent à trois domaines importants de la structure de la personnalité: les sentiments, la volonté, les pensées..

Ambivalence émotionnelle

C'est à la fois un sentiment positif et négatif, un sentiment par rapport à quelqu'un (le plus souvent un autre significatif) ou quelque chose (tout aussi important, un événement, un objet). De telles émotions conflictuelles sont souvent ressenties par les enfants envers leurs parents. Ils ne peuvent s'empêcher d'aimer les personnes les plus importantes de la vie, mais ils ont souvent honte des adultes, les méprisent, voire les détestent. La même chose peut arriver dans les relations entre êtres chers. Le conflit aggrave les contradictions, puis, avec la tendresse, des notes complètement différentes apparaîtront lorsqu'un être cher s'irrite.

Une ambivalence volontaire

Une personne qui est dans un état de choix sans fin. Il oscille entre oui et non, mais il ne peut toujours pas choisir. Cet état est épuisant. En fin de compte, la personne refuse d'agir, de prendre des décisions et d'être responsable..

Ambivalence intellectuelle

Une personne peut se contredire et avancer des idées opposées dans son raisonnement sur un seul sujet. Par exemple, les gens prennent le parti des mères célibataires en général, mais ils condamnent fermement une personne familière qui élève un enfant sans père..

Raisons de l'émergence de l'ambivalence

L'ambivalence est souvent le signe d'un trouble de la personnalité grave tel qu'un trouble de la personnalité et même une schizophrénie. L'ambivalence elle-même n'affecte en aucun cas le développement de la maladie, elle n'est qu'une conséquence des maladies mentales.

Cette attitude n'est pas propre à la schizophrénie. Des sensations ambivalentes apparaissent lorsque:

  • psychose;
  • états obsessionnels;
  • divers troubles (obsessionnel compulsif, alimentation);
  • diverses phobies;
  • crises de panique.

Le plus souvent, la manifestation de l'ambivalence est associée aux points de vue, aux croyances et aux valeurs d'une personne. L'éducation joue également un rôle dans la capacité d'une personne à se comprendre, à se décider et à prendre une décision..

L'ambivalence est typique chez les adolescents, quand une personne est encline à se rebeller et à diviser le monde en «noir» et «blanc», mais n'accepte absolument pas la couleur grise, «ennuyeuse». Une attitude ambivalente et l'incapacité de décider dans tous les cas indiquent un problème interne ou un certain nombre de contradictions.

Cela conduit à l'ambivalence:

  1. Un sentiment d'hyperresponsabilité ou, au contraire, l'absence de tel, lorsqu'une personne est dominée par la peur de se tromper.
  2. Clôture, indécision au bord de la pathologie.
  3. Peur de l'attention des autres, la réticence catégorique devient l'objet de jugement ou de potins.
  4. Tendance à l'autocritique inappropriée.
  5. Réfectionnisme - un sentiment lorsqu'une personne n'est manifestement pas satisfaite du résultat et n'agit donc pas du tout.
  6. Phobies, anxiété.

Sur une note. Éviter la responsabilité, refuser de choisir et d'agir, d'une part, une personne semble se calmer, mais d'autre part, elle éprouve des sentiments de honte et de culpabilité à cause de son indécision, de sorte que la dualité de la volonté, par exemple, peut conduire à l'ambivalence des émotions.

Tout le monde a tendance à «casser en deux» de temps en temps. Si la condition passe, n'entraîne pas de conséquences négatives, l'intervention d'un psychologue ou d'un psychothérapeute n'est généralement pas nécessaire. Une personne mature est tout à fait capable de gérer de manière indépendante des moments et des sentiments aigus, de comprendre ce qu'elle veut et de décider comment elle va agir. Dans le cas où le lancer apporte de la souffrance et menace l'intégrité personnelle et la santé mentale, il est recommandé de demander l'aide d'un psychologue.

Comment surmonter l'ambivalence

Les conditions pathologiques dans lesquelles une ambivalence prononcée d'attitudes, de sentiments, de pensées ou de volonté survient nécessitent une intervention médicale. Selon la gravité des symptômes et l'état dans lequel se trouve la personne, il existe plusieurs façons d'aider à surmonter le problème:

  1. Un médicament est utilisé si l'ambivalence est due à la maladie. Le médecin vous prescrira des médicaments visant à stabiliser la personnalité. Il n'y a pas de médicament unique pour surmonter l'ambivalence. Des antidépresseurs, des sédatifs et des tranquillisants peuvent être utilisés..
  2. Méthodes psychothérapeutiques. Le conseil individuel aide à clarifier l'état interne, au cours duquel une personne «désassemble» les déclencheurs («déclencheurs» qui déclenchent des pensées, des sentiments ambivalents). Pour éliminer le problème, le thérapeute aide le client à trouver les points faibles. Par exemple, changer (en règle générale, augmenter) l'estime de soi, cesser d'avoir peur de la responsabilité, gérer les sentiments, apprendre à mieux s'entendre.
  3. La psychothérapie de groupe, divers entraînements de croissance personnelle aident à faire face à un problème, à surmonter les peurs intérieures, à gagner en clarté de pensée, en confiance en soi et à reconnaître le droit à des décisions indépendantes.

Les gens ne pensent souvent pas que les situations "Aide, je suis déchiré, je ne comprends pas" soit-ou "sont des moments dans lesquels une personne doit comprendre qu'il n'y a pas de" ou ". «Je veux m'éloigner de la personne, mais j'ai peur» et des sentiments ambivalents similaires sont mieux à paraphraser et à dire: «Je veux faire ceci et cela et j'ai peur» La question du désir n'en vaut plus la peine. Ce que veut une personne est clair. Il est également clair de quoi il a peur. Par exemple, il veut "sauter avec un parachute", mais il n'a pas peur de sauter, mais en hauteur. Ensuite, vous devez travailler avec la peur, la phobie et non avec le désir..

Il arrive aussi qu'après avoir levé tous les obstacles, le désir lui-même recule. L'ambivalence indiquait donc simplement un domaine problématique qui nécessitait une attention particulière. Un état ou une attitude n'exclut pas du tout l'autre. Une personne éprouve des sentiments ambivalents envers ses proches, envers des phénomènes affectifs, envers des objets significatifs. Après tout, la personne est aussi «faite» de lumière et d'ombre et équilibre constamment entre «oui» et «non», péché et sainteté. Souvent, le problème ne réside pas dans le domaine du dépassement des sentiments ambivalents, mais dans la reconnaissance du droit à l'existence de tels sentiments..

Sentiments ambivalents dans la vie et dans les relations

L'homme est intrinsèquement multiforme et souvent contradictoire. Il arrive qu'en même temps, nous puissions éprouver plusieurs sentiments à la fois pour une personne ou un événement. Cette opposition des jugements, des idées et des émotions, en psychologie, s'appelle l'ambivalence des sentiments..

  • Concept
    • En couple
  • Types d'ambivalence et traitements
    • Méthode de médication
    • Psychothérapie

Concept

Alors qu'est-ce que l'ambivalence. Si nous nous tournons vers la traduction du latin, alors «ambivalence» peut être traduite par «deux forces», ou «les deux forces». Cela signifie qu'un objet peut simultanément évoquer deux sentiments absolument polaires..

En couple

Il se manifeste souvent chez les personnes dans des relations amoureuses. L'expression bien connue «de l'amour à la haine est un pas» est ici plus que pertinente. Un sentiment fort frisant la jalousie, l'adoration, mais en même temps la colère, et parfois la haine, est un exemple frappant d'ambivalence, et de telles situations, souvent dramatiques, sont un thème favori des auteurs d'œuvres d'art..

Le terme «ambivalence» a été introduit par Eigen Bleuler en 1910 comme l'un des symptômes de la schizophrénie. Aujourd'hui, cette condition ne peut pas être qualifiée de symptôme exceptionnel de cette maladie, et cela n'a probablement rien à voir avec elle, car l'ambivalence à court terme n'est pas quelque chose d'inhabituel pour une personne ayant une psyché normale..

C'est une autre affaire si des sentiments ambivalents se manifestent sous la forme de pathologiques, stables, prononcés. Dans ce cas, on peut en parler comme un signe possible d'un trouble mental, qu'il s'agisse de schizophrénie, de psychoses diverses ou de dépression. Selon Bleuler, l'ambivalence chez une personne en bonne santé peut être une exception, car normalement une personne adhère toujours à environ une ligne: les mauvaises qualités d'un objet réduisent la sympathie pour lui, les bonnes qualités augmentent, tandis que le patient «mélange» tout..

En outre, une personne en bonne santé est assez clairement consciente de la nature de l'émergence de sentiments doubles: l'objet peut être généralement positif, mais en même temps provoquer une aversion en raison de certaines de ses qualités. Souvent, de tels exemples se trouvent dans des œuvres de fiction, lorsque le héros négatif évoque la sympathie et possède des qualités objectivement indéniables..

L'ambivalence ne doit pas être confondue avec l'émergence de sentiments mitigés envers l'objet, car des sentiments mitigés peuvent provenir des caractéristiques opposées de l'objet, tandis que l'ambivalence est une attitude selon laquelle des sentiments opposés envers un objet sont liés les uns aux autres et ont une source commune..

Pour divulguer pleinement ce concept, il devrait être considéré "sous des angles différents" - par exemple, si ce concept est appliqué en psychiatrie, il sera considéré comme un symptôme pour tout un groupe de maladies, telles que:

  • psychoses
  • dépression
  • diverses phobies, états de panique

Également en psychologie clinique et en psychiatrie, l'ambivalence peut être exprimée par un changement de l'état émotionnel et l'attitude d'une personne face à un objet immuable (événement, phénomène) dans les 24 heures, par exemple, l'état du matin sera radicalement différent du soir, ou du jour, alternativement..

Types d'ambivalence et traitements

Bleuler a identifié trois types d'ambivalence:

  1. Émotionnel - une personne a une expérience intérieure associée à une double relation avec un objet (événement). À titre d'exemple, on peut imaginer des souvenirs nostalgiques, quand d'une part il y a un sentiment de tristesse sur les moments passés, et en même temps il y a de la joie des souvenirs agréables. Le danger de l'ambivalence émotionnelle réside dans le fait que l'émotion prévaudra, dans le cas des souvenirs, mettre la tristesse au premier plan peut conduire à une dépression à long terme.
  2. Volonté forte - l'incapacité de choisir l'une des deux solutions différentes conduit souvent au rejet des deux options. Il est souvent observé chez les personnes indécises, insécurisées, sujettes à l'isolement et ayant diverses phobies. Refusant de choisir l'une ou l'autre décision, ou la confiant à quelqu'un d'autre, une personne éprouve un soulagement ainsi qu'un fort sentiment de honte..
  3. Intellectuel - la présence d'idées complètement différentes, souvent contradictoires. Indirectement peut être une sorte de «décomposition» de la pensée, et un signe de schizophrénie.

Lorsqu'on considère l'ambivalence comme une condition pathologique, on peut noter un mélange des trois types.

Il est d'usage de désigner les méthodes de traitement en psychiatrie comme la méthode médicamenteuse et la méthode de psychothérapie..

Méthode de médication

Il n'existe pas de remède spécialisé pour le traitement de l'ambivalence pathologique. Lors du choix des médicaments, le spécialiste part de l'état général du patient et de quel symptôme de quelle maladie est la contradiction.

Psychothérapie

Ici, il sera pertinent de consulter un spécialiste pour identifier un état interne qui donne lieu à une contradiction.La méthode est bonne car elle permet de s'assurer à nouveau si l'état de dualité est lié à une pathologie quelconque. Dans certains cas, diverses formations et cours collectifs sont utilisés..

En psychologie, au contraire, l'ambivalence est vue comme un état inhérent à chaque personne. Seul le degré auquel la dualité se manifeste est partagé.

On ne peut pas dire que la dualité est quelque chose d'acquis, car la présence de deux instincts - l'instinct de vie (eros) et l'instinct de mort (thanatos), existant en chaque personne - est un exemple frappant de cet état. Cependant, il convient de garder à l'esprit que lors de la création d'un «sol» favorable (consommation d'alcool, de drogues diverses, de toutes sortes de pratiques d'expansion de la conscience), cette caractéristique peut entraîner divers états limites et des névroses.

En résumé, je voudrais souligner brièvement les points clés. Toute personne peut éprouver un état de dualité des sentiments, et il est important de se rappeler que ce n'est pas nécessairement une raison de panique, et une visite précoce chez un spécialiste, on ne peut pas dire que cela a certainement quelque chose à voir avec la pathologie. Néanmoins, lorsque des symptômes apparaissent, il vaut la peine d'écouter vos sentiments et de suivre la fréquence d'apparition des sentiments antagonistes..

Définition du terme «ambivalence»

Le terme psychologique d'ambivalence doit être compris comme une ambivalence envers quelque chose: un objet, une personnalité, un phénomène. Il s'agit d'un sentiment indéfini, dans lequel des émotions absolument opposées et antagonistes sont simultanément présentes par rapport au même objet, et les deux émotions peuvent être ressenties au maximum, avec une force maximale..

En termes simples, une personne éprouve des sentiments à la fois positifs et négatifs envers quelqu'un ou quelque chose en même temps. De telles émotions conflictuelles peuvent survenir spontanément et être un phénomène assez long..

Un comportement ambivalent peut être un signe d'instabilité émotionnelle et parfois le premier signe de maladie mentale, comme la schizophrénie. Cependant, il peut également survenir simplement dans un contexte de stress, un contexte émotionnel et psychologique complexe, des tensions ou un certain nombre de situations non résolues..

Initialement, ce terme a été trouvé exclusivement dans les travaux sur la psychologie et la psychiatrie, mais est devenu plus tard généralement accepté. Le glossaire psychologique décrit trois formes d'ambivalence: l'ambivalence émotionnelle, volontaire et intellectuelle. Cette classification a été introduite par le psychiatre Bleuler, qui a été le premier à étudier ce phénomène et a introduit le concept correspondant dans le dictionnaire des termes..

1. L'ambivalence des expériences (émotionnelles ou sensorielles) est la dualité des sentiments et des émotions qu'une personne éprouve pour le même objet. Un exemple frappant est la jalousie dans une relation de couple, lorsqu'une personne éprouve simultanément un sentiment d'amour et d'affection et de fortes émotions négatives envers son partenaire. De plus, très souvent, les sentiments de la mère pour l'enfant ou de l'enfant pour les parents sont ambivalents, lorsque la mère ressent à la fois de l'amour et de l'agressivité pour son fils ou sa fille..

2. L'ambivalence de l'esprit (intellectuel) est une double vision des choses, lorsqu'une personne a deux opinions opposées en même temps pour le même compte. En gros, une personne peut penser à un seul et même objet ou phénomène qu'il est mauvais et en même temps qu'il est bon et juste. Ce type de pensée peut apparaître par intermittence ou être constant..

3. L'ambivalence volontaire est caractérisée par la dualité des décisions. Il est très difficile pour une personne avec ce type de personnage de prendre une décision, elle se précipite entre deux options, chaque seconde acceptant l'une ou l'autre, complètement opposée.

De nombreux psychologues considèrent l'ambition comme inhérente à chaque personne sans exception, mais la différence réside uniquement dans le degré de sa manifestation. Une légère dualité des émotions, des décisions volontaires ou de la sphère intellectuelle peut se manifester de temps à autre chez toute personne en bonne santé mentale: cela peut être associé au stress, à une accélération du rythme de vie, ou simplement face à une situation de vie difficile ou atypique..

Ambivalence fortement exprimée - cela déjà en psychologie a une définition d'un état morbide de la psyché et peut être la preuve de différents types de troubles mentaux ou névrotiques.

Comportement

Harmonie complète des pensées, des sentiments et des intentions, confiance en ses désirs et ses pouvoirs, une compréhension précise de ses propres motivations et objectifs - c'est plus souvent la norme, mais on peut rarement trouver une telle personne qui est caractéristique de tout ce qui précède. Une ambivalence de comportement se manifeste en partie chez la plupart des gens - enfants et adultes.

Ce comportement peut inclure l'ambivalence de la pensée intellectuelle, de la volonté, des intentions. Par exemple, une personne veut boire de l'eau et a la capacité de le faire, mais ne le fait pas. Pas parce qu'il est paresseux ou parce qu'il est plein d'obstacles et d'obstacles, mais il veut juste, et en même temps ne veut pas.

Une telle «scission» peut être le résultat d'un stress ou d'un doute de soi, elle peut être causée par l'incapacité ou la peur de prendre la responsabilité de soi-même, l'immaturité spirituelle. Mais il peut aussi se manifester dans le contexte de troubles névrotiques. En outre, un personnage ambivalent surgit sur fond d'expériences fortes, de conflits, de traumatismes.

En règle générale, des attitudes et des comportements ambivalents résultent d'émotions, de sentiments et d'expériences polaires. Apparaissant périodiquement, il peut ne pas porter de menace et ne pas indiquer un trouble mental, mais s'il est présent chez une personne en permanence, cela indique certainement des problèmes dans son état mental ou émotionnel.

Un comportement ambivalent peut se manifester par le fait qu'une personne commet des actes imprévisibles qui se contredisent. Il peut exprimer spontanément des émotions différentes, opposées, des attitudes envers une personne ou un objet, pour prouver alternativement deux points de vue polaires, etc. Ce comportement indique le caractère ambivalent et instable d'une personne qui est constamment "à la croisée des chemins" et ne peut arriver à un point.

La dualité des actions, en conséquence de la dualité des idées, des pensées et des sentiments, peut apporter beaucoup de souffrance à une personne, car elle éprouve des tourments lorsqu'il est nécessaire de faire un choix, de prendre une décision importante, de décider.

Son personnage peut apporter beaucoup d'expériences à ses proches qui ne peuvent pas compter sur cette personne, sachant qu'il n'est pas un homme de parole, il est difficile de le qualifier de responsable et d'avoir confiance en lui. Cette personne n'a pas une vision du monde bien formée et est souvent simplement privée de son point de vue confiant et définitif..

La polarité des sentiments

L'ambivalence des émotions se manifeste dans la double attitude d'une personne envers une autre personne, envers un partenaire, envers un objet, un phénomène ou un événement. Quand une personne est ambivalente, elle peut simultanément éprouver l'amour et la haine pour son partenaire, se réjouir et être triste d'un certain événement, ressentir de la peur et du plaisir, du désir et du dégoût par rapport à tout phénomène.

Si une telle dualité se manifeste dans un certain cadre, alors c'est la norme, et plus encore, de nombreux psychologues affirment que l'ambivalence des émotions peut être considérée comme le signe d'un intellect développé et d'un grand potentiel créatif. Ils indiquent qu'une personne qui n'est pas capable d'une expérience ambivalente n'est pas capable de percevoir pleinement le monde, de le voir sous différents angles et de le transmettre dans son intégralité..

Une personne capable de percevoir à la fois les aspects négatifs et positifs d'un phénomène, de garder en tête deux idées, points de vue ou appréciations, est capable de penser de manière large, créative et hors des sentiers battus. On pense que toutes les personnes créatives sont ambivalentes d'une manière ou d'une autre. Cependant, un degré excessif de manifestation d'ambivalence peut indiquer un trouble névrotique, auquel cas l'aide d'un spécialiste est nécessaire..

L'ambivalence est considérée comme la norme, notamment par rapport à un objet ou à un sujet, dont l'influence peut être considérée comme ambiguë. Et cela peut être dit à propos de n'importe quelle personne proche, que ce soit un parent, un enfant, un parent ou un partenaire. Si une personne a une attitude uniquement positive envers cette personnalité, sans dualité, cela peut être considéré comme une idéalisation et un «charme», qui, évidemment, peuvent être remplacés par une déception au fil du temps, et les émotions seront définitivement négatives.

Un parent aimant éprouve périodiquement des émotions négatives envers son enfant: peur pour lui, mécontentement, irritation. Un conjoint aimant éprouve parfois des émotions négatives telles que la jalousie, le ressentiment, etc. Ce sont des aspects normaux de la psychologie, et cela caractérise une psyché humaine saine..

Le sens du mot «ambivalence» lui-même suggère que ce terme n'est utilisé que si une personne éprouve des émotions et des sentiments polaires en même temps, et pas d'abord - l'un, puis l'autre. Dans le même temps, deux expériences polaires ne sont pas toujours ressenties de manière vivante et également claire, parfois l'une d'elles est présente inconsciemment pour la personne elle-même. Une telle personne peut ne pas comprendre qu'elle ressent simultanément des émotions différentes (opposées) pour quelqu'un, mais cela se manifestera d'une manière ou d'une autre..

En psychologie, les gens sont divisés en deux types. La première est très ambivalente, il s'agit d'une personne sujette à des sentiments, des opinions et des pensées ambivalents, et la seconde est peu ambivalente, cherchant un point de vue unique, la clarté des sentiments et la clarté. On pense que les extrêmes dans les deux cas ne sont pas le signe d'une psyché saine et que le niveau moyen d'ambivalence est normal et même bon..

Dans certaines situations de la vie, un degré élevé d'ambivalence est nécessaire, la capacité de voir et de ressentir la polarité, mais dans d'autres situations, ce ne sera qu'un obstacle. Une personne avec une psyché stable et un haut degré de conscience doit s'efforcer de se contrôler et de ressentir cet aspect, qui peut devenir son instrument. Auteur: Vasilina Serova

Pourquoi la pensée ambivalente (dualiste) apparaît-elle?

De temps en temps, la dualité des sentiments et des relations par rapport à quelqu'un ou à quelque chose est vécue par tout le monde: un être cher peut être très ennuyeux, un travail intéressant peut sembler ennuyeux et un événement à venir peut à la fois effrayer et attirer. Mais, si une personne en bonne santé fait face à de tels sentiments assez facilement ou s'ils coexistent sans interférer les uns avec les autres, alors avec la névrose ou d'autres pathologies, l'ambivalence des sentiments et des pensées peut provoquer un trouble mental grave ou une dépression. Qu'est-ce que la pensée ambivalente?

Qu'est-ce que l'ambivalence et pourquoi survient-elle

Le terme «ambivalence» en médecine a été utilisé pour la première fois par le psychiatre français Breuler dans les années 1900. Il était utilisé pour désigner une condition pathologique - une bifurcation de la conscience humaine. La pensée ambivalente était considérée comme un signe de schizophrénie qui n'est pas inhérent aux personnes en bonne santé mentale.

Plus tard, ce terme a été utilisé non seulement par les psychiatres, mais aussi par les psychanalystes et les psychologues, et il a reçu une interprétation plus large. Selon Z. Freud et d'autres psychanalystes, en même temps l'existence de sentiments ou de relations opposés est la norme pour la psyché humaine. Mais si la conscience d'une personne n'est pas capable de faire face à cela ou se «fixe» trop sur cet état, alors la névrose ou le développement d'une maladie mentale est possible.

Ainsi, aujourd'hui, l'ambivalence de la conscience peut être considérée de deux manières:

  • En tant que condition se produisant périodiquement chez une personne mentalement saine, les psychanalystes la décrivent comme un complexe de sentiments complexes qui surviennent en relation avec quelqu'un. Cet état est normal pour une personne, car elle éprouve toujours une grande variété de sentiments et lorsqu'elle se concentre sur un seul objet, une ambivalence apparaît. Ainsi, même la mère la plus aimante peut ressentir de l'irritation envers son enfant, ou vous pouvez simultanément aimer une personne et la détester à cause de sentiments de jalousie..
  • En tant qu'état pathologique de la psyché qui survient pendant une maladie mentale - alors qu'une personne se sent "divisée", son attitude envers quelque chose ou quelqu'un change polarisée en très peu de temps et sans raison.

L'ambivalence d'une personne en bonne santé mentale peut se développer en raison de:

  • incapacité à prendre des décisions par soi-même
  • peur de se tromper
  • Doute de soi
  • Stress, surmenage.

Une ambivalence pathologique peut se développer en raison de:

  • Psychoses d'origines diverses
  • Dépression
  • États obsessionnels
  • Phobies, crises de panique
  • Schizophrénie

Manifestations

Les manifestations de l'ambivalence peuvent être très différentes. Il est loin d'être immédiatement possible de reconnaître la pathologie, parfois même les spécialistes ne peuvent pas poser de diagnostic sans observation à long terme ou examens supplémentaires.

Il existe 3 formes principales d'ambivalence:

  1. Intellectuel
  2. Volonté
  3. Émotif

Ambivalence intellectuelle

Une personne ambivalente est caractérisée par une «scission» constante ou périodique de la conscience. La polarité des pensées et des idées peut provoquer un épuisement nerveux ou se transformer en une obsession dont une personne ne peut pas se débarrasser d'elle-même..

Parfois, l'ambivalence intellectuelle se manifeste par le fait que dans la conscience d'une personne, il y a 2 personnalités avec des idées et des pensées opposées. Mais cette condition est typique de la schizophrénie ou d'autres psychopathologies..

Ambivalence volitive

Ce type d'ambivalence se manifeste par l'impossibilité ou la difficulté de choisir ou d'exécuter une action spécifique. Cette condition est typique des personnes en bonne santé mentale qui sont dans un état de stress, d'épuisement nerveux, de fatigue intense ou de manque de sommeil..

La dualité dans la prise de décision peut également être due à des caractéristiques de caractère ou d'éducation. Une personne essaie d'éviter les situations dans lesquelles elle devra faire un choix, et si elle doit le faire, cela est gravement bouleversé ou bénéficie de l'opinion faisant autorité de quelqu'un.

Ambivalence émotionnelle

L'ambivalence dans la sphère émotionnelle-sensorielle se produit le plus souvent. La dualité dans les sentiments et les relations peut se produire à la fois dans la vie de personnes absolument en bonne santé, avec des états limites de la psyché et avec des pathologies.

Le principal symptôme de l'ambivalence émotionnelle est la présence d'émotions opposées en même temps. Les doubles sentiments ou émotions peuvent également se remplacer rapidement, tout en provoquant un déséquilibre dans l'équilibre interne d'une personne.

Les enfants montrent ouvertement leur ambivalence lorsqu'ils crient à leurs parents qu'ils les détestent ou leur souhaitent la mort. Tout en éprouvant ces émotions, ils sont en même temps absolument sûrs de leur amour pour leurs parents..

La prochaine étape de la vie, caractérisée par l'ambivalence, est la puberté, lorsqu'un adolescent peut simultanément éprouver des émotions ou des sentiments opposés. En outre, cette période est caractérisée par un changement rapide d'humeur, des sentiments par rapport à quelqu'un.

L'ambivalence dans les relations survient également à un âge plus mûr. Souvent, une personne elle-même n'est pas consciente de ce qu'elle vit ou ne considère pas ces changements soudains d'humeur et d'émotions comme une pathologie. Mais lorsqu'une ambivalence constante et persistante surgit par rapport à quelqu'un, la psyché humaine est brisée, il peut difficilement faire face aux sentiments qui le submergent, et ses actions deviennent imprévisibles et illogiques, ce qui aggrave également la relation..

Comment se débarrasser de l'ambivalence

Si la dualité des sentiments, des attitudes ou des pensées n'interfère pas trop avec une personne et ne soulève pas de questions des autres, il n'est pas nécessaire de s'en débarrasser. L'ambivalence peut être considérée comme un trait mental qui n'a besoin d'être corrigé que si ses manifestations interfèrent avec la vie normale d'une personne..

L'ambivalence pathologique, en règle générale, est l'une des manifestations complexes de la maladie mentale - névrose, dépression ou schizophrénie. Dans ce cas, il disparaît à mesure que la maladie sous-jacente est corrigée..

Si cette condition est la seule manifestation de la pathologie mentale et provoque une gêne chez une personne, vous pouvez vous en débarrasser à l'aide d'une thérapie complexe: prise de médicaments et psychothérapie.

Pour le traitement, des sédatifs, des tranquillisants, des antidépresseurs sont utilisés, moins souvent des antipsychotiques. La psychothérapie peut être individuelle ou en groupe. Le spécialiste détermine la cause du développement de la pathologie et, avec le patient, choisit la méthode de sa correction: psychanalyse, formations, méthodes de relaxation ou de contrôle de l'esprit.

Ambivalence en psychologie: définition et méthodes de traitement

Le concept d'ambivalence n'est pas entré immédiatement dans la pratique psychologique; pendant un certain temps, il a été l'un des principaux symptômes de la schizophrénie en tant que type de personnalité divisée. La contradiction interne et l'ambivalence à la même chose ont été interprétées comme un type de trouble mental. Cela est également dû au fait qu'un sentiment ambivalent empêche une personne de percevoir correctement la réalité, d'effectuer des actions délibérées et d'accepter la situation du côté d'où elle est la plus bénéfique..

En psychiatrie, ce trait de personnalité est perçu comme un comportement non motivé et contradictoire. En psychologie, il a une définition similaire, mais il est accepté plus loyalement et caractérise le noyau de la conscience. Le terme est devenu fermement établi dans la pratique des psychologues et des psychothérapeutes, il est donc important de comprendre où se trouve la norme et où se trouve la pathologie, ce qui a du sens à traiter.

  • 1. Le concept d'ambivalence
  • 2. Raisons
  • 3. Types
  • 4. Traitement

Initialement, l'ambivalence s'est répandue chez les psychanalystes, après quoi elle a commencé à apparaître comme un terme indépendant. De cette position, le phénomène d'ambivalence n'est pas caractérisé comme un état pathologique, car il est inhérent à chaque personne. Pendant la période de formation de la personnalité, de connaissance du monde environnant et de conscience de soi au sein de l'environnement social, l'individu passe inévitablement par une étape prononcée de dualité. Mais ce moment a une limite de temps et ne se manifeste normalement pas toujours aussi clairement.

L'aspect psychologique est construit sur le phénomène obligatoire de l'ambivalence pendant la période de développement de la personnalité. La base de la perception normale du phénomène est l'attitude ambivalente envers la vie, où, d'une part, il y a le désir de vivre, et d'autre part, la conscience d'une mort imminente. Ces deux concepts représentent des instincts qui ne peuvent être supprimés, puisqu'ils sont fondamentaux. Ceci explique le fait qu'au départ, dans l'esprit humain, l'ambivalence n'est pas imposée ou provoquée par un facteur extérieur: elle est inhérente à la nature..

Une ambivalence accrue peut conduire à des névroses et devenir la cause de troubles de la personnalité. Cela peut être causé par des circonstances négatives, des conflits et des situations stressantes, une consommation excessive d'alcool et de substances psychotropes. Un individu perçoit un seul et même événement dans la vie de différents points de vue. Le désir n'est pas toujours soutenu par l'opportunité et le bon sens. Mais si la dualité ne nuit pas à la perception de la réalité, alors c'est une forme normale et adéquate de ce phénomène..

En psychiatrie, le concept d'ambivalence n'est pas considéré comme un état pathologique distinct. Le plus souvent, il a une manifestation symptomatique dans d'autres maladies. Ces derniers comprennent la dépression chronique, le trouble obsessionnel-compulsif, les troubles de l'alimentation, les états phobiques et les crises de panique. Sigmund Freud a accordé une attention particulière dans ses écrits au côté pathologique de l'ambivalence, la considérant comme une manifestation vivante de la schizophrénie.

La ligne entre l'ambivalence normale et pathologique est déterminée par le degré de sa gravité et la fréquence des manifestations. En psychologie, c'est la cause de la psychose, en psychiatrie, elle n'est considérée que comme un symptôme dont la cause est toujours la maladie sous-jacente..

La principale raison du développement de l'ambivalence est l'incapacité d'une personne à faire des choix et à fixer des priorités. L'indécision dans certains problèmes affecte négativement la santé, la position sociale et le statut personnel d'une personne. Tout cela conduit à un conflit psycho-émotionnel interne. En psychologie, on pense que cela est basé sur la perception spécifique de l'individu de la différence de race, de croyances religieuses, d'orientation sexuelle, d'état de santé et d'autres points similaires. L'écart entre la compréhension personnelle et les valeurs sociales conduit à des conflits internes.

La plupart des psychologues sont enclins à penser que l'essence de l'ambivalence réside dans les qualités personnelles d'une personne. L'indécision, le doute de soi et la faible estime de soi génèrent des doutes constants. Ces personnes, au niveau subconscient, ont peur de l'échec, éprouvent douloureusement la critique des autres et craignent la responsabilité qui leur est assignée. Une voix intérieure basée sur l'intuition joue un rôle important, lorsque l'esprit va à l'encontre des émotions..

Les scientifiques ont prouvé que l'hémisphère gauche est responsable des émotions positives et l'hémisphère droit des émotions négatives. Cela suggère que, selon sa physiologie, une personne est encline à éprouver simultanément des sentiments contradictoires. Au moins deux zones opposées du cerveau sont impliquées dans la prise de décision - ses sphères cognitives et socio-affectives..

La division de l'ambivalence en types est apparue dans le processus de la pratique psychothérapeutique, lorsqu'il a été prouvé que l'incohérence se manifeste dans diverses sphères de la vie d'une personne..

  • L'ambivalence des sentiments, ou apparence émotionnelle, se caractérise par une ambivalence envers le même objet. Une personne éprouve à la fois faveur et aversion, envie et dégoût, amour et haine. Ce type est souvent appelé l'ambivalence des expériences, car il représente la bipolarité de la perception, qui se produit souvent dans la conscience..
  • Ambivalence des relations - surgit à un niveau subconscient. En raison de l'expérience passée et des actions actuelles de l'adversaire. Un partenaire qui a causé de la douleur et de la souffrance dans le passé fait des choses positives en essayant de regagner la confiance et la faveur, mais cela suscite la controverse. Ce type se caractérise en détail entre les sensations internes: «je veux - je ne veux pas», «je veux - je ne veux pas», etc. Dans un couple marié, ce phénomène provoque instabilité et conflit.
  • L'ambivalence de l'attachement - plus fréquente chez les enfants quand ils éprouvent simultanément l'amour et les envies de leurs parents, mais, d'autre part, ont peur de leur désapprobation et de leurs critiques. Les adolescents qui sont élevés dans des règles strictes et reçoivent peu d'amour, d'affection et de soins sont sensibles à ce type. En conséquence, le développement d'exigences excessives envers soi-même, une autocritique pathologique et une faible estime de soi à l'âge adulte.
  • L'ambivalence de la pensée - se manifeste dans les vues contradictoires sur la même situation, quand il y a une place dans la conscience pour deux définitions à la fois, alors qu'elles ne se déplacent pas l'une l'autre, mais existent en parallèle. Ce type est un trouble de la personnalité pathologique, qui se traduit par une incapacité à penser de manière abstraite, ce qui se produit avec la paranoïa et la schizophrénie..
  • L'ambivalence de la conscience, ou vision subjective, est une pathologie psychologique. Elle se manifeste par un désaccord dans la perception de la réalité, c'est-à-dire que les croyances internes diffèrent des stéréotypes ou de l'opinion publique. Se produit souvent avec une psychose, des états délirants et obsessionnels, des niveaux accrus d'anxiété.
  • Ambivalence de genre - contradictions basées sur le sexe, lorsqu'une personne aime les vêtements ou les façons de s'exprimer inhérentes au sexe opposé. Souvent, le patient ne peut pas décider s'il est plus attiré sexuellement par les hommes ou les femmes..
  • Volonté forte - caractérisée par la contradiction entre la commission d'une action et son refus. Dans certains cas, c'est grave, lorsqu'une personne se refuse le désir d'aller se coucher ou de manger.

L'ambivalence épistémologique n'est pas prise en compte dans la pratique médicale, elle est plus liée à la philosophie, où il s'agit de l'incohérence des connaissances, le plus souvent, vous pouvez trouver le terme «double cognition».

Un exemple frappant de l'ambivalence des sentiments est l'œuvre de Shakespeare "Hamlet", où Othello aimait et détestait Desdemona en même temps. Une manifestation dans la relation d'un couple marié est caractérisée par le fait que la femme ne peut pas pardonner la trahison pendant longtemps. Des nations entières sont sujettes à une ambivalence volontaire - cela se traduit par des doutes sur l'adoption de décisions nationales importantes, lorsque le désir de rébellion est réprimé par la peur de faire pire pour la nation.

Ambivalence des sentiments humains - pathologie ou maturité?

L'existence simultanée d'idées, de désirs ou d'émotions opposées chez une personne à l'égard d'une personne, d'un objet ou d'un phénomène a reçu le nom d '«ambivalence» en psychologie. Une personne dans cet état éprouve une ambiguïté, une dualité ou des pensées ou sentiments contradictoires pour le même objet..

La description

L'ambivalence des sentiments (du latin ambo est traduit par «les deux», et valentia - par «force») est une attitude ambiguë et contradictoire envers quelqu'un ou quelque chose. Il s'exprime dans le fait qu'un objet provoque 2 sentiments opposés en même temps. Ce phénomène a longtemps été noté dans la vie quotidienne, ainsi que décrit dans la fiction. Cette ambivalence des sentiments était le plus souvent attribuée à la passion amoureuse..

Le terme «ambivalence» lui-même a été inventé par Bleuler en 1910. Il pensait que l'ambivalence des sentiments pouvait être considérée comme le principal symptôme du trouble schizophrénique. Voici ce que Bleuler a écrit sur cet état d'une personne: «L'ambivalence à court terme fait partie de la vie mentale ordinaire, mais une ambivalence stable ou prononcée est le symptôme initial de la schizophrénie. Dans ce cas, il se réfère le plus souvent à la sphère affective, volitive ou idéationnelle ".

Dans les cas où l'ambivalence est caractéristique du comportement des schizophrènes, les expériences, attitudes et réactions contradictoires sont remplacées très rapidement et complètement démotivées. Cependant, cette condition peut également être ressentie par des personnes tout à fait normales. Leur ambivalence est le plus souvent ressentie dans des sentiments tels que la tristesse et la jalousie..

La psychologie de notre temps connaît 2 idées principales sur cet état:

  1. Dans la théorie psychanalytique, l'ambivalence est généralement comprise comme un éventail diversifié de sentiments qu'une personne éprouve par rapport à quelqu'un. On pense qu'un tel état est absolument normal par rapport aux personnes dont le rôle est plutôt ambigu pour une personne en particulier. Mais l'unipolarité des expériences (exclusivement des émotions positives ou négatives) est considérée comme une manifestation de la dévalorisation ou de l'idéalisation du partenaire. En d'autres termes, la personne ne réalise tout simplement pas à quel point ses sentiments sont ambivalents. Ce changement d'attitude vis-à-vis d'un objet important des psychanalystes est appelé «clivage de l'ego»;
  2. L'ambivalence en psychiatrie et en psychologie médicale est appelée un changement d'attitude général et périodique. Par exemple, le matin, le patient n'a que des sentiments positifs pour quelqu'un, à midi - négatifs et le soir - à nouveau positifs..

Certains psychologues modernes, voulant enrichir leur vocabulaire professionnel, n'utilisent pas tout à fait correctement ce terme, dénotant des motifs et des sentiments ambigus. En fait, l'ambivalence des sentiments n'est pas simplement une sorte de sentiments ou de motifs mitigés, mais des émotions contradictoires qu'une personne éprouve presque simultanément, et non alternativement..

Les facteurs

Le plus souvent, l'ambivalence des sentiments est l'un des sentiments les plus ambivalents: facteurs et types de symptômes prononcés du trouble mental schizophrénique. De plus, il peut également se manifester par des troubles obsessionnels compulsifs, ainsi qu'observés dans le TIR et la dépression prolongée. Avec une forte intensité de manifestation, l'ambivalence pathologique des sentiments peut aggraver considérablement la névrose obsessionnelle-compulsive et la dépression psychogène.

La cause la plus fréquente d'émotions ambivalentes chez les personnes normales est l'anxiété aiguë, le stress ou les conflits. Dans une étude, les participants ont été invités à regarder un film intitulé Life is Beautiful, qui décrivait la situation tragique dans un camp de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale d'une manière très chaleureuse et humoristique. Il a été constaté qu'avant de regarder ce film, seulement 10% des sujets éprouvaient des sentiments ambivalents dans la combinaison «heureux-triste». Après avoir regardé le film, ce pourcentage est passé à 44%..

La capacité à ressentir l'ambivalence des sentiments est fonction de la maturité. La plupart des adolescents sont capables de ressentir des émotions mitigées, mais les enfants ne le peuvent pas. Le psychologue médical Larsen, dans le cadre d'une étude de 2007, a découvert que la capacité de prédire si un événement provoquera ou non des sentiments mitigés se développe chez les enfants entre 10 et 11 ans..

L'ambivalence ne doit pas être confondue avec l'indifférence. Une personne dans un double état d'esprit éprouve un excès d'opinions et d'idées, et non leur absence. Une telle personne peut être très inquiète de ce qui cause une telle dualité en elle..

Certaines émotions sont a priori ambivalentes. L'un des exemples illustratifs est la nostalgie, dans laquelle les gens éprouvent un sentiment de connexion chaleureuse avec un événement ou un objet du passé, combiné à l'expérience de la perte..

En psychologie, plusieurs types de relation ambivalents sont considérés:

  • Ambivalence des sentiments. Un sentiment négatif et positif envers les personnes, les événements, les objets, qui se manifeste simultanément, est appelé «ambivalence émotionnelle». Un excellent exemple est la haine et l'amour pour une personne;
  • Ambivalence de la pensée. C'est l'alternance d'idées contradictoires dans les jugements;
  • Volonté (ambitieux). Des fluctuations constantes entre deux décisions opposées et une incapacité totale à faire votre choix;
  • Ambivalence des intentions. La personne éprouve des désirs ou des aspirations opposés (par exemple, le dégoût et la luxure).

Le fondateur de la psychanalyse a mis une compréhension légèrement différente de l'ambivalence. Il a appelé par ce terme la coexistence simultanée de 2 motifs intérieurs opposés, qui sont inhérents à toutes les personnes depuis la naissance. Le plus fondamental de ces pulsions est la pulsion de vie (libido) et la pulsion de mort (mortido). De plus, Freud considérait cet état comme une combinaison de pulsions opposées à un objet sexuel. La vie émotionnelle des personnes, selon le concept psychanalytique, se compose également d'opposés. Par exemple, Freud a donné un exemple quand un enfant adorait son parent, et en même temps lui souhaitait la mort.

De plus, le terme «ambivalence» est utilisé en psychanalyse pour décrire un phénomène aussi spécifique que «transfert» ou «transfert». Freud a souligné à plusieurs reprises la double nature du transfert, qui a simultanément des directions positives et négatives..

En psychologie, on distingue également un concept séparé, appelé «ambivalence des sentiments». Il s'agit d'une expérience ambiguë ou en même temps de la présence chez une personne de 2 aspirations opposées concernant un objet - par exemple, antipathie et sympathie simultanées.

En philosophie, il existe un terme distinct «d'ambivalence épistémologique». Ce terme est utilisé pour désigner la dualité et l'ambiguïté de nombreux concepts fondamentaux de l'être. Double émotions et créativité.

De nombreuses études montrent que de nombreuses personnes normales peuvent éprouver des émotions ambivalentes. Ce mélange d'états positifs et négatifs est parfois appelé émotions mixtes. Les scientifiques ont découvert que les émotions ambivalentes augmentent considérablement la créativité d'une personne..

Il a été démontré que l'expérience d'émotions mixtes déclenche un plus large éventail de souvenirs. Cela s'explique facilement du point de vue de la théorie de la congruence: une humeur positive et des émotions positives évoquent des pensées et des souvenirs plus désirables, tandis que les sentiments négatifs évoquent d'autres pensées et souvenirs indésirables. Par conséquent, les émotions mixtes, fournissant à une personne un plus large éventail de connaissances, garantissent une augmentation de la flexibilité de la pensée. De cette manière, le processus de pensée est activé de manière significative, ce qui, à son tour, crée les conditions préalables au développement de la créativité..

Même F. Scott Fitzgerald croyait que la capacité d'une personne à l'ambivalence augmentait ses capacités intellectuelles: il croyait que la capacité de garder simultanément deux idées opposées à l'esprit augmente considérablement la capacité du cerveau à fonctionner. ".

Chacun de nous a fait l'expérience de l'ambivalence des sentiments. C'est la nature humaine de choisir constamment entre «bon» et «mauvais», «bien» et «faux». Il est tout à fait normal que chacun de nous éprouve simultanément des émotions telles que l'amour et la haine, la joie et la tristesse. Nous avons constamment affaire à la dualité de l'expérience, même si nous le faisons inconsciemment. Chaque fois qu'une personne dit «oui» ou «non», elle fait son choix. L'ambivalence pathologique ne devient que lorsqu'elle est fortement prononcée et stable.