Anorexie mentale: symptômes et traitement d'un trouble mental

Dans le monde d'aujourd'hui, de plus en plus de personnes souffrent de troubles de l'alimentation. L'anorexie mentale, une maladie courante chez les adolescents et aux conséquences très graves, est la plus courante. Le signe le plus évident de cette maladie est une obsession de la minceur et un refus de manger, conduisant à l'épuisement. En savoir plus sur ce qu'est cette maladie, comment elle se manifeste, est traitée et quelles complications elle peut entraîner.

Qu'est-ce que l'anorexie mentale

Ce nom en psychiatrie est une maladie de la catégorie des troubles de l'alimentation. En règle générale, les personnes atteintes de cette maladie nerveuse font délibérément tout pour perdre du poids, poursuivant l'un des deux objectifs suivants: perdre du poids ou empêcher une prise de poids excessive. Les filles sont plus susceptibles de souffrir d'anorexie mentale. L'un des signes caractéristiques de la maladie est la peur panique de s'améliorer. Les patients perçoivent leur corps de manière déformée. Ils pensent qu'ils sont en surpoids et devraient perdre du poids, bien que dans la plupart des cas ce soit complètement faux.

Qui est à risque

L'anorexie mentale est plus fréquente chez les filles, en particulier à l'adolescence. Parmi les habitants de la planète, près de 1,5% des femmes et 0,3% des hommes sont malades. La grande majorité des personnes atteintes de ce diagnostic sont des filles de 12 à 27 ans (80%). Les 20% restants sont des hommes et des femmes matures. La maladie survient même chez ceux du beau sexe qui ont atteint la période de la ménopause..

Causes de la maladie

Les facteurs déclenchant la maladie peuvent être biologiques, psychologiques ou sociaux. Chaque groupe de raisons doit être décrit plus en détail:

  • caractéristiques physiologiques (surpoids, début précoce des règles, dysfonctionnement des neurotransmetteurs qui régulent le comportement alimentaire);
  • traumatisme psychologique (présence de parents ou d'amis souffrant d'anorexie mentale, boulimie mentale, obésité, alcooliques, toxicomanes, dépression, tout stress, épisodes d'abus sexuels ou physiques dans le passé);
  • facteurs socioculturels (vivre dans une région où la minceur est considérée comme un signe intégral de la beauté féminine, vulgarisation des modèles, adolescence et jeunesse);
  • l'hérédité (le désir de maigreur au bord d'un trouble mental peut être transmis des parents aux enfants, il s'agit d'une prédisposition génétique qui se manifeste dans une situation défavorable, un certain chromosome en est responsable);
  • facteurs de personnalité (type de personnalité obsessionnel-perfectionniste, faible estime de soi, doute de soi).

Comment se manifeste le syndrome d'anorexie mentale?

Parfois, la maladie reste longtemps inaperçue par les parents et les amis. Beaucoup de gens cachent délibérément les signes, utilisent diverses astuces pour que ceux qui les entourent restent dans l'obscurité le plus longtemps possible. Ils nient totalement être malades et avoir besoin d'aide. L'anorexie mentale est reconnue par ses symptômes, dont les détails seront décrits ci-dessous. Ceux-ci incluent des signes:

  • externe;
  • psychologique;
  • comportemental.

Signes externes

Sous la forme du patient, de graves changements se produisent progressivement. Qu'arrive-t-il à l'apparence:

  1. Le poids est au moins 15% inférieur à la normale. L'indice de masse corporelle est de 17,5 ou moins. Les patients à la puberté sont incapables de prendre du poids pendant les périodes de croissance intense..
  2. Il existe un trouble endocrinien général du corps. La menstruation s'arrête chez les femmes. Les hommes cessent de ressentir le désir sexuel, ont des problèmes de puissance.
  3. Les manifestations de la puberté sont ralenties voire absentes. Chez les filles souffrant de troubles de l'alimentation, les glandes mammaires cessent de se développer, les règles ne se produisent pas ou les règles sont très rares et en petites quantités. Chez les adolescents, les organes génitaux peuvent rester juvéniles.
  4. Dysfonctionnement du corps. Problèmes menstruels, arythmies, crampes musculaires, faiblesse.

Symptômes psychologiques

En interne, une personne ne change pas moins qu'extérieurement. Il voit et perçoit son corps déformé. Une forte peur de l'obésité prend une forme psychopathologique et la perte de poids devient une obsession pour une idée surévaluée. Le patient croit que, exclusivement avec un faible poids, il sera beau et se sentira harmonieux. Les symptômes suivants apparaissent progressivement:

  • les troubles du sommeil;
  • état dépressif;
  • états fréquents de ressentiment, colère déraisonnable;
  • les sautes d'humeur de très triste et irrité à euphorique;
  • estime de soi biaisée.

Signes comportementaux

Les habitudes du patient deviennent spécifiques. Si les proches sont attentifs à une personne, ils doivent remarquer que son comportement a changé. Le patient développe une ou plusieurs des habitudes obsessionnelles suivantes, mais en même temps, il nie complètement le problème:

  • éviter de manger des aliments gras;
  • induction de vomissements après les repas;
  • l'utilisation de nombreux laxatifs;
  • utiliser les mauvaises façons de manger (manger debout, écraser les aliments en morceaux microscopiques);
  • passion pour tout ce qui touche à l'alimentation: nouvelles recettes, méthodes de transformation des produits;
  • sports intenses;
  • refus de participer aux fêtes de famille;
  • Prendre des diurétiques ou des coupe-faim
  • préparation de repas luxueux pour les proches (pendant que le patient ne participe pas au repas).

Signes d'anorexie chez un adolescent

Étant donné que la maladie dans la grande majorité des cas survient chez les filles de la puberté, les parents doivent être extrêmement prudents et connaître ses manifestations afin d'identifier le problème en temps opportun. Quels signes indiquent qu'un adolescent souffre d'anorexie:

  1. L'enfant n'est pas satisfait de sa silhouette. Il passe beaucoup de temps devant le miroir et commence souvent à parler d'apparence, de beauté.
  2. Les pensées alimentaires deviennent obsessionnelles et les épisodes de comptage des calories augmentent.
  3. Les changements de comportement alimentaire. Les parents doivent être alertés si l'enfant commence à manger dans de très petits plats (soucoupes, etc.), coupe la nourriture en petits morceaux, avale sans mâcher. Parfois, les enfants vomissent après un repas..
  4. L'adolescent refuse complètement de manger, prend secrètement des médicaments pour perdre du poids, des diurétiques, des laxatifs.
  5. L'enfant fait du sport jusqu'à l'épuisement.
  6. L'adolescent devient secret, irritable, souvent déprimé et affiche des traits de caractère hystériques. Il perd des amis, porte des vêtements amples.
  7. Il y a des changements d'apparence. Les yeux s'enfoncent, le visage devient gonflé, les cheveux deviennent ternes et tombent, la peau est sèche, les ongles s'exfolient, les côtes et les clavicules gonflent, les articulations semblent trop grosses.

Stades de l'anorexie

La maladie est divisée en plusieurs stades: initial, anorectique, cachétique et réduction. Chaque étape a ses propres caractéristiques: manifestations externes, changements dans le corps, habitudes comportementales. Plus tôt le traitement de l'anorexie est commencé, plus le patient a de chances de se rétablir complètement sans conséquences graves sur la santé. Chaque stade de la maladie doit être décrit plus en détail..

Initiale

Au stade initial, le patient développe des pensées selon lesquelles il est inférieur, en surpoids. Une personne croit sincèrement qu'il est nécessaire de perdre du poids pour devenir plus heureuse. Cet état s'accompagne d'un regard constant sur soi-même dans le miroir, d'un état dépressif, d'anxiété. Les premiers signes d'un changement des habitudes alimentaires apparaissent. Une personne se restreint, change son alimentation à la recherche de l'idéal, à son avis, de la nourriture et en vient progressivement au besoin de jeûner. La durée de la période est de 2 à 4 ans.

Anorectique

Cette période peut durer très longtemps (jusqu'à deux ans) et débute dans un contexte de famine persistante. Pour le stade anorectique de la maladie, les symptômes suivants sont caractéristiques:

  • le poids est réduit de 20 à 30% et cela ne provoque pas d'anxiété, mais de l'euphorie et de la fierté de soi;
  • une personne durcit de plus en plus son régime, refusant d'abord les aliments riches en protéines et en glucides, puis passant aux produits laitiers et végétaux;
  • une personne se convainc et convainc les autres qu'elle n'a pas d'appétit;
  • l'activité physique est poussée à sa limite et devient épuisante;
  • le patient sous-estime le degré de perte de poids;
  • trop peu de liquide circule dans le corps, ce qui entraîne une hypotension et une bradycardie;
  • une personne se sent constamment froide, gèle;
  • la peau devient sèche, fine, dystrophique;
  • l'alopécie commence;
  • chez les femmes, la menstruation s'arrête et chez les hommes, la libido disparaît;
  • le fonctionnement des glandes surrénales est perturbé.

Cachectique

Il y a des changements irréversibles dans les organes internes, leur dystrophie se produit. L'étape commence 1,5 à 2 ans après l'anorexie. Pendant la cachexie, les patients ont déjà perdu 50% ou plus de leur poids par rapport à la norme. Un œdème sans protéines commence, l'équilibre hydro-électrolytique est perturbé et le corps devient déficient en potassium. Les changements dystrophiques caractéristiques de cette période conduisent au fait que tous les organes et systèmes fonctionnent incorrectement et qu'il ne sera pas possible de le réparer.

Réduction

Cette étape est appelée récidive ou rechute. Après un traitement, le patient prend du poids, ce qui provoque à nouveau des peurs et des idées délirantes en lui. Il essaie à nouveau de perdre du poids, revient au régime, au jeûne, à l'exercice. Pour éviter la phase de réduction, le patient, après sa sortie de l'établissement médical, doit être constamment sous la stricte surveillance de parents et de médecins. Les rechutes peuvent survenir sur plusieurs années.

Méthodes de diagnostic de l'anorexie psychogène

Les médecins doivent prendre une série de mesures pour s'assurer que le patient a un trouble de l'alimentation. Types de tests diagnostiques:

  1. Entretien avec le patient. Les spécialistes devraient demander au patient comment il perçoit son corps, comment il se nourrit, découvrir quels problèmes psychologiques internes il a.
  2. Test de glycémie. Si une personne est malade, les indicateurs seront nettement inférieurs à la normale..
  3. Analyse des hormones thyroïdiennes. Avec une maladie, leur quantité dans le sang est réduite.
  4. Tomodensitométrie du cerveau. Il est effectué afin d'exclure les formations tumorales.
  5. Radiographie. Pour détecter les os qui s'amincissent.
  6. Examen gynécologique. Effectué pour éliminer les causes organiques des irrégularités menstruelles.

Traitement de l'anorexie

Pour lutter contre la maladie, une thérapie complexe est utilisée, dont chaque étape est très importante pour un rétablissement complet. Le traitement vise à améliorer l'état somatique du patient. L'accent est mis principalement sur la thérapie comportementale, cognitive et familiale, la médication étant une mesure supplémentaire. La rééducation alimentaire est obligatoire, des mesures sont prises pour restaurer le poids.

Thérapie primaire

Si le patient se tourne vers le médecin lui-même et se rend compte qu'il a des problèmes, le traitement peut être ambulatoire, mais dans la plupart des cas, une hospitalisation et un long séjour à l'hôpital sont nécessaires. Le traitement est effectué en plusieurs étapes obligatoires:

  1. Non spécifique. 2-3 semaines. Le strict respect du repos au lit et la nomination d'un régime alimentaire individuel sont nécessaires. Pour que le patient ne refuse pas la nourriture, l'insuline est injectée par voie intramusculaire, en ajoutant 4 unités par jour. Une heure après l'injection, il a de l'appétit. Si le patient refuse de manger, il est transféré en traitement obligatoire, une solution de glucose avec de l'insuline est injectée par voie intraveineuse, alimentée par un tube.
  2. Spécifique. Cela commence lorsque le patient gagne 2-3 kg. La durée du traitement spécifique est de 7 à 9 semaines. Le mode demi-lit est observé, transféré en douceur à la normale. La psychothérapie commence, on explique au patient les conséquences du jeûne, des séances familiales sont organisées.

Régime individuel

Le plan de repas est élaboré en tenant compte des caractéristiques physiologiques et mentales de chaque patient. Le tableau est pris comme base n ° 11 selon Pevzner. Il vise à restaurer la composition chimique des tissus et le bon fonctionnement des cellules de l'organisme. Caractéristiques d'un régime individuel:

  1. La teneur en calories primaires de l'alimentation quotidienne au stade non spécifique du traitement est de 500 kcal.
  2. Nommé 6 repas pour 50-100 g. Tout d'abord, donnez tout le jus liquide dilué. Les plats râpés sont ajoutés plus tard. Le régime se compose de compotes, de gelée, de smoothies, de gelées, de céréales liquides dans de l'eau avec une petite quantité de lait, de nourriture pour bébé, de fromage cottage, de bouillons de viande et de poisson faibles.
  3. Le personnel de l'hôpital s'assure que le patient ne crache pas de nourriture.
  4. L'atropine peut être injectée par voie sous-cutanée pour éviter les vomissements..
  5. Lorsqu'une étape spécifique du traitement commence, le patient est transféré à un régime végétarien, puis à un régime riche en calories. Progressivement, du poisson à la vapeur et bouilli, de la viande hachée au mélangeur, des plats aspic, des omelettes, des pâtés, des salades sont introduits dans l'alimentation.

Traitement médical

La prise de médicaments pour un trouble de l'alimentation est une étape supplémentaire mais très importante de la thérapie. Il n'y a pas de médicaments qui pourraient éliminer la maladie elle-même, mais des médicaments sont prescrits pour combattre les manifestations mentales et un certain nombre de conséquences que la maladie provoque. Avec un tel diagnostic, le patient peut se voir attribuer:

  • médicaments hormonaux;
  • tranquillisants;
  • les antidépresseurs;
  • complexes de vitamines et minéraux.

Médicaments hormonaux

Ces médicaments sont généralement prescrits aux femmes pour restaurer le cycle menstruel et prévenir la grossesse, ce qui est hautement indésirable pendant le traitement de l'anorexie et peut avoir un effet négatif sur le corps. De plus, la prise de poids est l'un des effets secondaires des médicaments hormonaux. Si le patient souffre d'anorexie mentale, on peut lui prescrire:

  • Duphaston;
  • Dexaméthasone;
  • Klostilbegit.

Tranquillisants

Les médicaments de ce groupe sont prescrits pour surmonter l'anxiété et la tension. Ces médicaments agissent rapidement et aident le patient à faire une pause dans ses pensées intrusives, à se détendre. Médicaments de ce groupe:

  1. Alprazolam. Détend, améliore l'humeur, stabilise l'hypothalamus.
  2. Grandaxin. Un tranquillisant à action modérée qui aide à faire face à la maladie. Le médicament stimule les processus de pensée.
  3. Diazépam. Agent tranquillisant puissant, réduit la résistance.

Antidépresseurs pour les problèmes de santé mentale

Dans la plupart des cas, la maladie d'anorexie s'accompagne d'une dépression et d'une dépression sévère. Les antidépresseurs et les antipsychotiques corrigent efficacement l'état mental. Le patient peut se voir attribuer:

  1. Amitriptyline. Améliore l'humeur, stimule légèrement l'appétit.
  2. Elzepam. A un effet sédatif, aide à optimiser la prise alimentaire.

Vitamines et mineraux

Il est difficile d'assurer l'accès de toutes les substances nécessaires au corps à partir des aliments, même avec un régime alimentaire normal, par conséquent, le patient doit se voir prescrire des médicaments complexes. Les produits doivent nécessairement contenir des vitamines B12, A, E et D, du fer, de l'acide folique, du potassium, du sodium, du magnésium et du zinc. La présence de toutes ces substances contribue au fonctionnement normal de l'organisme.

Psychothérapie comportementale et cognitive

Cette étape est l'un des traitements les plus importants pour les personnes souffrant d'anorexie mentale. La psychothérapie comportementale vise à augmenter le poids du patient. Il comprend l'adhésion au repos au lit, l'exercice modéré, les incitations de renforcement et la thérapie nutritionnelle. La teneur en calories des aliments est progressivement augmentée selon l'un des schémas choisis par le médecin. La nutrition est choisie de manière à exclure complètement les effets secondaires (œdème, troubles du métabolisme minéral et dommages au système digestif).

La thérapie cognitive est effectuée pour corriger la vision déformée d'un patient de son corps. En conséquence, le patient doit cesser de se considérer gros, inférieur. Éléments clés de la thérapie cognitive:

  1. Restructuration, au cours de laquelle le patient analyse ses propres pensées négatives et en trouve une réfutation. La conclusion obtenue au cours de ces réflexions doit être utilisée pour corriger leur propre comportement dans le futur..
  2. Solution des problèmes. Le patient doit identifier chaque situation et développer différentes options pour s'en sortir. Après avoir évalué l'efficacité de chacun, il convient de choisir le meilleur, de déterminer les étapes de mise en œuvre et de les mettre en œuvre. La dernière étape consiste à analyser, en fonction du résultat obtenu, dans quelle mesure la solution au problème a été choisie.
  3. Surveillance. Le patient est obligé de noter chaque jour tout ce qui concerne la prise alimentaire..

Conséquences de la maladie

Les troubles de l'alimentation sont préjudiciables à l'organisme et ne passent pas inaperçus. L'anorexie mentale peut provoquer les effets suivants:

  1. Troubles du système cardiovasculaire. Arythmie pouvant entraîner une mort subite. Évanouissements et étourdissements dus à un manque de magnésium et de potassium, augmentation de la fréquence cardiaque.
  2. Les troubles mentaux. Les patients ne peuvent pas se concentrer sur quelque chose, une dépression ou un trouble obsessionnel-compulsif s'installe et le risque de suicide est élevé.
  3. Problèmes de peau. Le tégument devient pâle et sec, l'alopécie commence, de petits poils apparaissent sur le visage et le dos et les ongles se détériorent.
  4. Troubles endocriniens. Métabolisme lent, aménorrhée, infertilité, manque d'hormones thyroïdiennes.
  5. Troubles du système digestif. Crampes d'estomac convulsives, constipation chronique, dyspepsie fonctionnelle, nausées.
  6. Troubles du système nerveux central. Fatigue, dépression, diminution des performances, alcoolisme, diminution de la concentration, auto-isolement, troubles de la mémoire, sautes d'humeur.
  7. Diminution de l'immunité. Rhumes fréquents avec complications purulentes, stomatite, orge.
  8. Autres écarts. Ostéoporose, fractures douloureuses fréquentes, diminution de la masse cérébrale.

La maladie a plusieurs options pour l'issue que chaque patient doit clairement comprendre. À quoi conduit l'anorexie psychogène?

  • récupération;
  • cours périodiquement récurrent;
  • décès dû à des troubles irréversibles des organes internes (5 à 10% des cas).

Anorexie

L'anorexie est un trouble mental assez courant caractérisé par un refus de manger et une perte de poids importante. Ce trouble est plus fréquent chez les filles qui causent délibérément cette condition en elles-mêmes pour perdre du poids ou pour éviter une prise de poids excessive. Les causes de la maladie comprennent une perception déformée de la forme personnelle et physique et une anxiété non soutenue au sujet de la prise de poids. La prévalence générale de la maladie est la suivante: 80% des patients souffrant d'anorexie sont des filles de 12 à 24 ans, 20% sont des hommes et des femmes d'âge mûr.

L'anorexie et son histoire remontent à la Grèce antique. La traduction littérale signifie l'absence d'envie de manger. Souvent, les jeunes suivaient un régime pour atteindre une norme en chiffre. Le régime a donné le résultat souhaité et avec le temps une anorexie - un épuisement s'est produit.

Cette maladie est assez insidieuse, ne voulant pas abandonner une personne qui y est tombée. La demande du public pour des corps émaciés a également provoqué l'anorexie chez les hommes. S'épuiser n'était plus si difficile. Internet regorge de régimes mortels.

Les victimes d'anorexie sont tiraillées entre les soins intensifs et un hôpital psychiatrique. Leur vie est dépourvue de toutes les couleurs, et la perception douloureuse d'eux-mêmes comme la graisse tue lentement, transformant les gens en peau et en os.

Causes de la maladie

Les causes de la maladie comprennent des aspects biologiques, sociaux et psychologiques. Le biologique est une prédisposition génétique, le psychologique est les conflits internes et l'influence de la famille, le social est l'influence de l'environnement: imitation, attentes de la société.

L'anorexie apparaît pour la première fois à l'adolescence. Les facteurs de risque comprennent les facteurs génétiques, biologiques, familiaux, personnels, culturels, d'âge, anthropologiques.

Les facteurs génétiques signifient des relations génétiques liées à des facteurs neurochimiques spécifiques du comportement alimentaire, et l'un des gènes provoquants est le HTRA du récepteur de la sérotonine 5-HT2A. Un autre gène neurotrophique, le facteur cérébral (BDNF), est également impliqué dans l'apparition de l'anorexie. Souvent, la vulnérabilité génétique est associée à un certain type de personnalité qui est associé à un trouble mental ou à des dysfonctionnements des systèmes de neurotransmetteurs. Par conséquent, une prédisposition génétique peut se manifester dans des conditions défavorables, notamment une mauvaise alimentation ou un stress émotionnel..

Les facteurs biologiques comprennent le surpoids et le début des premières règles. De plus, la cause du trouble peut être dans le dysfonctionnement des neurotransmetteurs qui régulent le comportement alimentaire, tels que la dopamine, la sérotonine, la norépinéphrine. Des études ont clairement montré le dysfonctionnement de ces trois médiateurs chez des patients souffrant de troubles de l'alimentation. Les facteurs biologiques comprennent également les carences nutritionnelles. Par exemple, une carence en zinc provoque l'émaciation mais n'est pas la principale cause de maladie..

Les facteurs familiaux comprennent la survenue d'un trouble de l'alimentation chez les personnes qui ont une relation étroite ou apparentée avec une personne souffrant d'anorexie mentale, d'obésité ou de boulimie. Les facteurs familiaux comprennent le fait d'avoir un membre de la famille ainsi qu'un parent qui souffre de toxicomanie, de dépression, d'alcoolisme.

Les personnels incluent des facteurs de risque psychologiques, ainsi qu'une tendance à un type de personnalité obsessionnelle. Les sentiments d'auto-infériorité, de faible estime de soi, d'insécurité et d'inadéquation aux exigences sont des facteurs de risque dans le développement de la maladie.

Les facteurs culturels incluent le fait de vivre dans un pays industrialisé où l'accent est mis sur la minceur comme principale caractéristique de la beauté féminine. De plus, les événements stressants (décès d'un être cher, violence physique ou sexuelle) peuvent contribuer au développement d'un comportement alimentaire.

La psychologie russe classe le facteur d'âge comme l'une des principales conditions qui déterminent la prédisposition à la maladie. Le groupe à risque comprend l'adolescence et l'adolescence.

Des facteurs anthropologiques sont associés à l'activité de recherche d'une personne et la principale motivation est une lutte active contre les obstacles. Souvent, les filles ont du mal avec leur propre appétit et tous ceux qui essaient de les forcer à manger normalement. L'anorexie agit comme un processus actif de dépassement quotidien, une sorte de comportement de recherche ou de lutte. Des combats désespérés et continus restaurent l'estime de soi du patient. Chaque pièce non défaite est une victoire, et plus elle est précieuse, plus elle est gagnée dans la lutte.

Symptômes de l'anorexie

Les signes d'anorexie comprennent: le sentiment d'un patient de sa propre plénitude, le déni du problème de l'anorexie, l'écrasement de la nourriture en plusieurs repas, le fait de manger debout, les troubles du sommeil, la peur de grossir, la dépression, la manifestation de la colère, le ressentiment, la passion pour les régimes et la cuisine, la collecte de recettes, la manifestation de capacités culinaires sans adhérence aux repas, aux changements dans la vie familiale et sociale, au refus de participer aux repas en commun, aux visites prolongées aux toilettes, aux sports fanatiques.

Les symptômes de l'anorexie comprennent une diminution de l'activité, de la tristesse, de l'irritabilité, alternant périodiquement avec l'euphorie..

Les signes de la maladie se manifestent par des peurs sociales et sont donc confirmés par l'incapacité de partager avec les autres leur attitude face à la nourriture..

Les troubles physiques comprennent les problèmes menstruels, les arythmies cardiaques, les spasmes musculaires, la faiblesse constante et l'algoménorrhée. L'estime de soi du patient dépend du poids du patient et l'évaluation du poids est biaisée. Perdre du poids est perçu comme une réussite et gagner comme un manque de maîtrise de soi.

Cette attitude persiste jusqu'à la dernière étape. Le danger pour la santé est l'auto-prescription et l'utilisation de médicaments hormonaux. Ces cas ne répondent pas au traitement.

Stades de la maladie

L'anorexie comporte trois stades: dysmorphomanique, anorectique, cachectique.

Le stade dysmorphomanique est caractérisé par la prédominance des pensées d'infériorité et d'infériorité, en raison de la complétude apparente. La présence d'une humeur constamment déprimée, d'anxiété, ainsi que d'un long séjour près du miroir est caractéristique. Les premières tentatives de se limiter en nourriture apparaissent, l'envie d'atteindre une silhouette par l'alimentation continue.

Le stade anorectique apparaît après un jeûne persistant. La perte de poids se produit de 20 à 30% du poids total. Le patient est caractérisé par une euphorie, un resserrement du régime alimentaire pour une perte de poids encore plus importante. Le patient se convainc avec persistance, ainsi que son entourage, qu'il n'a pas d'appétit et continue de l'épuiser encore plus par l'effort physique. La perception déformée du corps donne au patient un degré sous-estimé de perte de poids. Le volume de liquide circulant dans le corps du patient diminue constamment, ce qui provoque une hypotension, ainsi qu'une bradycardie. Cette condition est accompagnée de peau sèche, de frissons et d'alopécie. Le principal signe clinique est l'arrêt des règles chez la femme, la spermatogenèse chez l'homme et chez les deux sexes, une diminution de la libido. Elle se caractérise également par une fonction surrénalienne altérée et une diminution naturelle de l'appétit..

Le stade cachectique est marqué par une dégénérescence irréversible des organes internes, qui survient dans environ 1,5 à 2 ans. A ce stade, le poids est réduit à 50% de l'original. Un œdème sans protéines se produit dans le corps, le niveau de potassium diminue fortement, l'équilibre eau-électrolyte est perturbé. Cette étape est souvent irréversible. De tels changements dystrophiques peuvent entraîner une dépression irréversible de toutes les fonctions, ainsi que la mort..

Combien de jeunes filles s'intéressent à la façon de tomber malades avec l'anorexie, qui ne comprennent pas la gravité de la maladie et ses conséquences.

Les patients souffrant d'anorexie ont les conséquences suivantes: arythmie cardiaque, étourdissements, évanouissements, sensation de froid, pouls lent, chute de cheveux, sécheresse et pâleur de la peau; sur le visage, en arrière l'apparence de petits cheveux; la structure des ongles est perturbée, douleurs convulsives dans l'estomac, constipation, nausées, dyspepsie, maladies du système endocrinien, ralentissement métabolique, incapacité d'avoir des enfants, aménorrhée, ostéoporose, fractures vertébrales et osseuses, diminution de la masse cérébrale.

Il est facile de tomber malade d'anorexie, mais comment se débarrasser des conséquences mentales - telle est la question? Les conséquences mentales comprennent l'incapacité de se concentrer, les tendances suicidaires, la dépression, le trouble obsessionnel-compulsif.

Anorexie chez les enfants

Le refus de nourriture chez les enfants est un problème pour les mères. Ceci est principalement caractéristique de l'âge précoce, ainsi que préscolaire, en l'absence de maladie spécifique.

La maladie chez l'enfant se traduit par un refus total de manger ou une légère diminution de l'appétit pour offrir de la nourriture au bébé.

L'anorexie chez les enfants est souvent de nature primaire et est causée par des troubles névrotiques. L'effet psycho-traumatique qui provoque l'anorexie infantile est une mauvaise éducation du bébé, une attention insuffisante à son égard, ainsi qu'une surprotection. En outre, l'appétit du bébé est affecté négativement par une alimentation irrégulière et la consommation de quantités excessives de bonbons..

La maladie chez les enfants ne s'aggravera que si toute la famille se rassemble pendant la période d'alimentation du bébé et utilise toutes les méthodes d'encouragement pour que le repas se passe bien. Un effet temporaire de cela se produit, mais l'aversion de l'enfant pour la nourriture est cultivée. L'enfant, la quantité de nourriture proposée, mange avec beaucoup de difficulté, avale abondamment et le repas se termine par des nausées, des vomissements, de l'anxiété. Les parents ont souvent recours à des astuces pour nourrir leur bébé.

Les signes externes d'anorexie chez les enfants sont très similaires: au début, le bébé mange son aliment préféré, tout en refusant les repas habituels pris, mange lentement, avale avec difficulté, voulant terminer rapidement la procédure désagréable. L'humeur de l'enfant est triste, têtue.

Ainsi, un réflexe négatif se développe progressivement pour manger de la nourriture, dans lequel la mention provoque des nausées, ainsi que l'envie de vomir. Cette condition dure des semaines, ainsi que des mois, tandis que l'enfant est capable de perdre du poids..

Il a été établi que ce trouble chez les enfants survient souvent dans des familles aisées n'ayant pas plus d'un enfant. La plupart des cas d'anorexie sont dus à la faute des parents eux-mêmes. Les prérequis surgissent dès la première année de vie pendant la période de transfert vers l'alimentation artificielle

Le traitement de l'anorexie chez les enfants comprend le fait d'éviter le gavage, ainsi que diverses manœuvres pour manger plus. Si un bébé est inquiet à la veille de l'allaitement, ne le traînez pas vers la table. Il est important de prendre la nourriture strictement en même temps, ainsi qu'à un certain endroit. Vous ne pouvez pas nourrir le bébé à d'autres moments. Il est nécessaire de prévenir la violence, ainsi que diverses méthodes de distraction et de persuasion. Le traitement médicamenteux est indiqué pour les troubles névrotiques secondaires évidents ou le retard du développement psychomoteur.

De nombreux enfants à la puberté ont des complexes, des doutes, des tentatives infructueuses d'affirmation de soi. Au départ, l'anorexie de l'adolescent découle d'un simple désir de changer pour le mieux. Il est important pour un adolescent d'aimer le sexe opposé, les parents et juste l'environnement.

La maladie chez les adolescents est souvent provoquée par les médias, qui promeuvent les normes d'un beau corps. Lorsque les premiers signes d'anorexie de l'adolescent apparaissent, vous devez demander d'urgence l'aide d'un médecin.

Anorexie chez les hommes

Récemment, ils ont commencé à parler d'anorexie masculine. Les hommes sont généralement catégoriques et n'admettent souvent pas leurs problèmes. Leur obsession pour leurs formes prend un caractère maniaque. Ils font de l'exercice plus fréquemment pour atteindre leur objectif; contrôler la quantité de calories consommées, refuser délibérément de manger, organiser des jours de faim et se peser constamment. L'âge d'incidence chez les hommes est également devenu plus jeune. Le personnel médical tire l'alarme pour une réduction significative de la masse musculaire des étudiants.

L'anorexie chez l'homme est marquée par l'ajout de schizophrénie, de psychose, de névroses. Les sports épuisants peuvent également entraîner un épuisement sévère. Le secteur du mannequinat a également abordé l'anorexie masculine. Lors du traitement, il est important de restaurer une attitude positive envers la nourriture et ses formes. Si vous rencontrez des difficultés d'auto-traitement, vous devez contacter un spécialiste.

Boulimie et anorexie - ces conditions font référence à une dépression nerveuse. Il semble aux patients qu'ils ont beaucoup mangé pendant le repas. Chaque acte de vidange de l'estomac s'accompagne d'un sentiment de culpabilité, ce qui contribue au développement de troubles psychosomatiques. Les proches doivent être attentifs aux malades, faire preuve de tolérance et aider à résoudre les problèmes psychologiques.

Boulimie et anorexie - ces deux conditions sont causées par le désir de garder le poids sous contrôle constant. Le patient provoque artificiellement des vomissements après chaque repas avec des moyens improvisés. Le désir de se débarrasser d'un estomac plein apparaît chez les patients souffrant d'anorexie immédiatement après avoir mangé.

Diagnostic de la maladie

La maladie est diagnostiquée avec les symptômes suivants:

- le poids corporel est maintenu en dessous de la valeur attendue à 15%;

- la perte de poids est causée par le patient consciemment, l'anorexique se limite à la prise de nourriture, car il lui semble qu'il est rassasié;

- le patient fait vomir et vide ainsi l'estomac, prend une quantité importante de laxatifs; utilise des coupe-faim; est intensivement engagé dans des exercices de gymnastique;

- une perception déformée des formes corporelles personnelles prend une forme psychopathologique, spécifique, et la peur de l'obésité est présente comme une obsession ou une idée surévaluée, lorsque le patient considère que seul un faible poids est acceptable pour lui-même;

- trouble endocrinien, aménorrhée, perte de libido chez les hommes, augmentation des taux d'hormone de croissance, ainsi qu'une augmentation du cortisol, anomalies de la sécrétion d'insuline;

- à la puberté, arrêt de croissance, retard dans le développement des glandes mammaires, aménorrhée primaire chez les filles, chez les garçons, préservation des organes génitaux juvéniles. Le diagnostic comprend un examen physique instrumental (gastroscopie, œsophagomanométrie, radiographie, ECG).

Sur la base des signes de la maladie, on distingue les types d'anorexie suivants: mentale, enfant primaire, médicamenteuse, nerveuse.

Traitement de l'anorexie

Le traitement du trouble vise à améliorer la condition physique grâce à une thérapie comportementale, cognitive et familiale. La pharmacothérapie agit comme un complément à d'autres méthodes psychothérapeutiques. Les méthodes de rééducation et les mesures visant à augmenter le poids corporel font partie intégrante du traitement de l'anorexie..

La psychothérapie comportementale se concentre sur la prise de poids. La psychothérapie cognitive corrige les formations cognitives déformées, donne à la personnalité sa propre valeur, supprime la perception d'être grosse. La thérapie cognitive produit une restructuration cognitive, dans laquelle les patients éliminent leurs pensées négatives spécifiques. La résolution de problèmes est le deuxième élément de la thérapie cognitive. Son but est d'identifier un problème spécifique et également d'aider le patient anorexique à développer diverses solutions. Un élément essentiel de la thérapie cognitive comprend la surveillance en enregistrant la prise alimentaire quotidienne, les heures des repas.

La thérapie familiale a un effet chez les jeunes de moins de 18 ans. Son objectif est de corriger les violations concernant la famille. La pharmacothérapie est utilisée dans une mesure limitée et en cas de besoin aigu. La cyproheptadine est efficace pour favoriser la prise de poids en agissant comme un antidépresseur.

La chlorpromazine ou l'olanzapine réduit les comportements obsessionnels, agités ou compulsifs. La fluoxétine réduit l'incidence des troubles de l'alimentation. Les antipsychotiques atypiques réduisent efficacement l'anxiété et augmentent le poids.

La rééducation nutritionnelle comprend les soins émotionnels ainsi que les techniques de soutien et de psychothérapie comportementale qui impliquent une combinaison de stimuli renforçateurs. Il est important pendant cette période de respecter le repos au lit, d'effectuer des exercices physiques réalisables.

La thérapie nutritionnelle pour les patients souffrant d'anorexie est une partie très importante de la thérapie. Au départ, un apport calorique faible mais constant doit être fourni, qui augmente ensuite progressivement.

Le résultat de l'anorexie est différent. Tout dépend du traitement débuté en temps opportun et du stade de l'anorexie. Dans certains cas, l'anorexie a une évolution récurrente (récurrente), parfois mortelle en raison de modifications irréversibles des organes internes. Les statistiques ont des données selon lesquelles sans traitement, la mort survient de 5 à 10%. Depuis 2005, le public s'intéresse au problème de l'anorexie. Des appels ont commencé à être entendus pour interdire le tournage de modèles anorexiques et le 16 novembre a été déclaré journée internationale contre l'anorexie.

Auteur: Psychoneurologue N.N. Hartman.

Docteur du Centre Médical et Psychologique PsychoMed

Les informations fournies dans cet article sont destinées à des fins d'information uniquement et ne peuvent remplacer les conseils professionnels et l'assistance médicale qualifiée. Au moindre soupçon de présence d'anorexie, assurez-vous de consulter votre médecin!

Anorexie - description et classification (vraie, nerveuse), causes et signes, étapes, traitement, livres sur l'anorexie, photos de patients

Le site fournit des informations générales à titre informatif uniquement. Le diagnostic et le traitement des maladies doivent être effectués sous la supervision d'un spécialiste. Tous les médicaments ont des contre-indications. Une consultation spécialisée est requise!

L'anorexie est une maladie qui se manifeste par un trouble de l'alimentation causé par des troubles de la sphère neuropsychique, dans laquelle le désir de perdre du poids et la peur de l'obésité sont mis en avant. De nombreux médecins et scientifiques considèrent l'anorexie comme une maladie mentale avec des manifestations physiques, car elle est basée sur une violation de l'apport alimentaire en raison des caractéristiques de la constitution, du type de réactions du système nerveux et de l'activité cérébrale.

Les personnes anorexiques perdent du poids en refusant de manger ou en ne prenant que des aliments non nutritifs, ainsi qu'en se harcelant avec une activité physique quotidienne intense et prolongée, des lavements, des vomissements après les repas ou en prenant des diurétiques et des «brûleurs de graisse».

À mesure que la perte de poids progresse, lorsque le poids corporel devient trop faible, une personne développe diverses irrégularités menstruelles, des crampes musculaires, une pâleur de la peau, des arythmies et d'autres pathologies des organes internes dont le fonctionnement est altéré en raison du manque de nutriments. Dans les cas graves, les modifications de la structure et du travail des organes internes deviennent irréversibles, ce qui entraîne la mort.

Anorexie - caractéristiques générales et types de maladie

Le terme anorexie est dérivé du mot grec «orexis», qui se traduit par appétit ou désir de manger, et le préfixe «un», qui nie, c'est-à-dire remplace le sens du mot principal par le contraire. Ainsi, la traduction interlinéaire du terme «anorexie» signifie le manque de désir de manger. Cela signifie qu'au nom même de la maladie, sa principale manifestation est cryptée - il s'agit du refus de manger et du refus de manger, ce qui conduit, par conséquent, à une perte de poids forte et brutale, jusqu'au degré extrême d'épuisement et de mort..

L'anorexie étant comprise comme un état de refus de manger d'origines diverses, ce terme ne reflète que le symptôme le plus courant de plusieurs maladies disparates. Et donc, la définition médicale stricte de l'anorexie est plutôt vague, puisqu'elle ressemble à ceci: refus de nourriture en présence d'un besoin physiologique de nourriture, provoqué par une perturbation du centre alimentaire dans le cerveau.

Les femmes sont les plus sensibles à l'anorexie; chez les hommes, cette maladie est extrêmement rare. Actuellement, selon les statistiques des pays développés, le ratio de femmes et d'hommes souffrant d'anorexie est de 10: 1. Autrement dit, pour dix femmes anorexiques, il n'y a qu'un seul homme atteint de la même maladie. Une prédisposition et une susceptibilité similaires à l'anorexie chez les femmes s'expliquent par les particularités du fonctionnement de leur système nerveux, une émotivité et une impressionnabilité plus fortes..

Il convient également de noter que l'anorexie, en règle générale, se développe chez les personnes ayant un niveau élevé d'intelligence, de sensibilité et de certains traits de personnalité, tels que la persistance à atteindre les objectifs, le pédantisme, la ponctualité, l'inertie, la vanité sans compromis, douloureuse, etc..

L'hypothèse selon laquelle l'anorexie se développe chez les personnes ayant une prédisposition héréditaire à cette maladie n'a pas été confirmée. Cependant, il a été constaté que chez les personnes souffrant d'anorexie, le nombre de parents souffrant de maladie mentale, d'anomalies de caractère (par exemple, despotisme, etc.) ou d'alcoolisme atteint 17%, ce qui est beaucoup plus que la moyenne de la population..

Les causes de l'anorexie sont diverses et comprennent à la fois les caractéristiques personnelles d'une personne et l'influence de l'environnement, le comportement de ses proches (en particulier les mères) et certains stéréotypes et attitudes dans la société.

Selon le principal mécanisme de développement et le type de facteur causal qui a provoqué la maladie, il existe trois types d'anorexie:

  • Névrotique - en raison d'une excitation excessive du cortex cérébral par des émotions fortes ressenties, en particulier négatives;
  • Neurodynamique - en raison de l'inhibition du centre de l'appétit dans le cerveau sous l'influence de stimuli d'une force extraordinaire de nature non émotionnelle, par exemple la douleur;
  • Neuropsychique (également appelé nerveux ou cachexie) - est causé par un refus volontaire persistant de manger ou une forte restriction de la quantité de nourriture consommée, provoqué par un trouble mental de gravité et de nature variables.

Ainsi, on peut dire qu'une anorexie neurodynamique et névrotique se forme lorsqu'elle est exposée à des stimuli d'une extrême force, mais de nature différente. Dans l'anorexie névrotique, les facteurs d'influence sont les émotions et les expériences liées à la sphère psychologique. Et avec les stimuli neurodynamiques, le rôle décisif dans le développement de l'anorexie n'est pas joué par des stimuli émotionnels, mais, relativement parlant, des stimuli «matériels», comme la douleur, les infrasons, etc..

L'anorexie mentale se distingue, car elle n'est pas tant provoquée par l'influence d'une force extrême que par un trouble déjà développé et manifesté de la sphère mentale. Cela ne signifie pas que l'anorexie ne se développe que chez les personnes atteintes de maladies mentales prononcées et sévères, telles que, par exemple, la schizophrénie, la psychose maniaco-dépressive, le syndrome hypocondriaque, etc. Après tout, ces troubles mentaux sont relativement rares et, bien plus souvent, les psychiatres sont confrontés à des troubles dits limites, qui dans l'environnement médical sont appelés maladies mentales et, au niveau quotidien, sont souvent considérés comme de simples caractéristiques du caractère d'une personne. Ainsi, les réactions sévères au stress, les réactions dépressives à court terme, les troubles dissociatifs, la neurasthénie, diverses phobies et variantes de troubles anxieux, etc. sont considérés comme des troubles mentaux limites. C'est sur fond de troubles borderline que se développe le plus souvent l'anorexie mentale, qui est la plus sévère, la plus persistante et la plus fréquente..

L'anorexie névrotique et neurodynamique est généralement reconnue par une personne qui demande activement de l'aide et se tourne vers des médecins, ce qui fait que leur guérison n'est pas particulièrement difficile et réussit dans presque tous les cas..

Et l'anorexie mentale, comme la toxicomanie, l'alcoolisme, la dépendance au jeu et autres dépendances, n'est pas reconnue par une personne, il croit obstinément que "tout est sous contrôle" et il n'a pas besoin de l'aide de médecins. Une personne souffrant d'anorexie mentale ne veut pas manger, au contraire, la faim le tourmente assez fortement, mais par effort volontaire il refuse la nourriture sous aucun prétexte. Si, pour une raison quelconque, une personne devait manger quelque chose, elle peut provoquer des vomissements après un certain temps. Pour renforcer l'effet du refus de se nourrir, les personnes souffrant d'anorexie mentale se torturent souvent avec de l'exercice, prennent des diurétiques, des laxatifs, une variété de «brûleurs de graisse» et provoquent régulièrement des vomissements après les repas pour vider l'estomac.

De plus, cette forme de maladie est due non seulement à l'influence de facteurs externes, mais aussi aux caractéristiques de la personnalité de la personne, et son traitement présente donc les plus grandes difficultés, car il est nécessaire non seulement de déboguer le processus d'alimentation, mais aussi de corriger la psyché, en formant la vision du monde correcte et en éliminant les faux stéréotypes et attitudes.... Une telle tâche est complexe et complexe et, par conséquent, dans le traitement de l'anorexie mentale, un rôle énorme appartient aux psychologues et aux psychothérapeutes..

En plus de la division indiquée de l'anorexie en trois types, en fonction de la nature du fait causal et du mécanisme de développement de la maladie, il existe une autre classification largement utilisée. Selon la deuxième classification, l'anorexie est divisée en deux types:

  • Anorexie primaire (vraie);
  • Anorexie secondaire (nerveuse).

L'anorexie primaire est causée par des maladies ou des blessures graves, principalement du cerveau, telles que, par exemple, l'insuffisance hypothalamique, le syndrome de Kanner, la dépression, la schizophrénie, les névroses à composante anxieuse ou phobique prononcée, les néoplasmes malins de tout organe, les conséquences d'une hypoxie cérébrale prolongée ou d'un accident vasculaire cérébral, la maladie d'Addison, l'hypopituitarisme, empoisonnement, diabète, etc. En conséquence, l'anorexie primaire est provoquée par un facteur externe qui perturbe le travail du centre alimentaire du cerveau, ce qui fait qu'une personne ne peut tout simplement pas manger normalement, bien qu'elle comprenne que cela est nécessaire..

L'anorexie secondaire, ou nerveuse, est causée par un refus conscient ou une limitation de la quantité de nourriture consommée, qui est provoquée par des troubles mentaux borderline en combinaison avec les attitudes existant dans la société et les relations entre proches. Avec l'anorexie secondaire, ce ne sont pas les maladies qui provoquent des troubles de l'alimentation qui se manifestent, mais un refus volontaire de manger, associé à une envie de perdre du poids ou de changer d'apparence. Autrement dit, avec l'anorexie secondaire, il n'y a pas de maladies qui altèrent l'appétit et le comportement alimentaire normal..

L'anorexie secondaire, en fait, correspond pleinement au neuropsychique dans le mécanisme de formation. Et le principal combine neurodynamique, névrotique et anorexie causée par des maladies somatiques, endocriniennes ou autres. Dans la suite de l'article, nous appellerons anorexie mentale secondaire, car c'est son nom qui est le plus souvent utilisé, répandu et, par conséquent, compréhensible. Nous appellerons l'anorexie neurodynamique et névrotique primaire ou vraie, combinées en un seul type, car leur cours et leurs principes de thérapie sont très similaires..

Ainsi, en tenant compte de tous les signes et caractéristiques de divers types de pathologie, nous pouvons dire que l'anorexie primaire est une maladie somatique (telle que gastrite, duodénite, coronaropathie, etc.) et nerveuse-mentale. Par conséquent, ces deux types d'anorexie sont assez différents l'un de l'autre..

L'anorexie mentale étant actuellement la plus courante et un gros problème, nous examinerons ce type de maladie avec le plus de détails possible..

Au niveau des ménages, il est assez simple de distinguer l'anorexie mentale de l'anorexie primaire. Le fait est que les personnes souffrant d'anorexie mentale cachent leur maladie et leur état, elles refusent obstinément l'assistance médicale, estimant que tout est en ordre. Ils essaient de ne pas annoncer le refus de la nourriture, en réduisant sa consommation par diverses méthodes, par exemple en déplaçant imperceptiblement des pièces de leur assiette vers celles voisines, en jetant de la nourriture à la poubelle ou dans des sacs, en ne commandant que des salades légères dans les cafés et les restaurants, motivant cela par le fait qu'ils n'ont pas faim. etc. Et les personnes atteintes d'anorexie primaire sont conscientes qu'elles ont besoin d'aide parce qu'elles essaient de manger, mais elles ne le peuvent pas. Autrement dit, si une personne refuse l'aide d'un médecin et ne veut obstinément pas admettre l'existence d'un problème, il s'agit alors d'anorexie mentale. Si une personne, au contraire, cherche activement des moyens d'éliminer le problème, se tourne vers un médecin et est traitée, alors nous parlons d'anorexie primaire..

Photo d'anorexie

Ces photos montrent une femme souffrant d'anorexie..

Ces photos montrent une fille avant le développement de la maladie et au stade élargi de l'anorexie.

Causes de l'anorexie

Raisons de la véritable anorexie

L'anorexie primaire ou vraie est toujours causée par un facteur causal qui inhibe ou perturbe le travail du centre alimentaire dans le cerveau. En règle générale, ces facteurs sont diverses maladies du cerveau et des organes internes..

Ainsi, les maladies ou conditions suivantes peuvent être les causes de l'anorexie primaire:

  • Tumeurs malignes de toute localisation;
  • Diabète sucré de type I;
  • Thyrotoxicose;
  • La maladie d'Addison;
  • Hypopituitarisme;
  • Maladies infectieuses chroniques;
  • Helminthes qui affectent les intestins;
  • Maladies du tube digestif (gastrite, pancréatite, hépatite et cirrhose du foie, appendicite);
  • Douleur chronique de toute localisation et origine;
  • Alcoolisme ou toxicomanie;
  • Dépression;
  • Empoisonnement avec divers poisons;
  • Névroses avec une composante anxieuse ou phobique;
  • Schizophrénie;
  • Insuffisance hypothalamique;
  • Syndrome de Kanner;
  • Syndrome de Sheikhen (nécrose hypophysaire, provoquée par une importante perte de sang avec collapsus vasculaire dans la période post-partum);
  • Syndrome de Simmonds (nécrose hypophysaire due à une septicémie post-partum);
  • Hémochromatose;
  • Anémie pernicieuse;
  • Éclampsie;
  • Carence en vitamines sévère;
  • Artérite temporale;
  • Anévrisme des branches intracrâniennes de l'artère carotide interne;
  • Tumeurs cérébrales;
  • Radiothérapie du nasopharynx;
  • Opération neurochirurgicale;
  • Traumatisme cérébral (par exemple, anorexie avec fracture de la base du crâne, etc.);
  • Insuffisance rénale chronique à long terme;
  • Coma prolongé;
  • Lymphome;
  • Leucémie;
  • Sarcoïdose;
  • Augmentation de la température corporelle pendant une longue période de temps;
  • Maladies dentaires;
  • Prendre des glucocorticoïdes (dexaméthasone, prednisolone, etc.) ou des hormones sexuelles, y compris des contraceptifs oraux.

De plus, une véritable anorexie peut se développer lors de la prise de médicaments agissant sur le système nerveux central, comme les tranquillisants, les antidépresseurs, les sédatifs, la caféine, etc. L'anorexie est également provoquée par l'abus d'amphétamines et d'autres drogues.

Chez les jeunes enfants, une suralimentation persistante peut provoquer une anorexie, à la suite de laquelle l'enfant développe une aversion pour la prise alimentaire, car il ne se sent pas bien après avoir mangé.

Ainsi, l'anorexie primaire peut être déclenchée par divers facteurs. Cependant, il faut se rappeler qu'avec ces conditions ou maladies, l'anorexie n'est pas le syndrome principal ou principal, de plus, elle peut être complètement absente. Par conséquent, la présence de l'un des facteurs causaux ci-dessus chez une personne ne signifie pas qu'elle développera nécessairement une anorexie, mais son risque est plus élevé par rapport à d'autres personnes..

Causes de l'anorexie mentale

Cette maladie est causée par un certain nombre de facteurs causaux qui doivent être présents chez une personne dans un complexe pour qu'elle développe une anorexie. De plus, la nature des facteurs causaux qui composent l'étiologie générale de l'anorexie mentale est différente, car parmi eux il y a des traits sociaux, génétiques et biologiques, et de la personnalité, et l'âge..

Actuellement, les raisons suivantes du développement de l'anorexie mentale ont été identifiées:

  • Traits de personnalité (présence de traits tels que la ponctualité, le pédantisme, la volonté, l'entêtement, la diligence, la précision, l'orgueil douloureux, l'inertie, la rigidité, l'attitude sans compromis, une tendance aux idées surévaluées et paranoïaques);
  • Maladies fréquentes du tube digestif;
  • Les stéréotypes d'apparence qui existent dans le microenvironnement et la société (le culte de la minceur, la reconnaissance des seules filles minces comme belles, les exigences de poids dans la communauté des mannequins, des ballerines, etc.);
  • Un parcours difficile de l'adolescence, dans lequel il y a une peur de grandir et des changements futurs dans la structure du corps;
  • Situation familiale défavorable (principalement, présence d'une surprotection de la part de la mère);
  • La spécificité de la structure corporelle (os mince et léger, grand).

Ces raisons ne peuvent provoquer le développement de l'anorexie mentale que si elles agissent en association. De plus, le facteur déclencheur le plus important dans le développement de la maladie est les traits de personnalité, lorsqu'ils sont superposés à d'autres raisons, l'anorexie se développe. Cela signifie que les traits de personnalité d'une personne sont une condition préalable au développement de la maladie. Tous les autres facteurs peuvent provoquer une anorexie uniquement s'ils se chevauchent avec des traits de personnalité. C'est pourquoi l'anorexie mentale est considérée comme une maladie psychosociale, dont la base est la structure de la personnalité, et le point de départ est les particularités de l'environnement social et du microenvironnement..

Un rôle énorme dans le développement de l'anorexie mentale appartient à la surprotection de la mère. Ainsi, il a maintenant été prouvé que les filles de l'adolescence en transition, qui sont confrontées à des soins et un contrôle excessifs de la part de la mère, sont très sensibles à l'anorexie. Le fait est qu'à l'adolescence, les filles commencent à se réaliser comme une personne à part, pour laquelle elles ont besoin de l'affirmation de soi parmi leurs pairs, qui est produite par la réalisation de certaines actions considérées comme indépendantes, inhérentes uniquement aux adultes et donc «cool». Cependant, les actions que les adolescents perçoivent comme «cool» et dont ils ont besoin pour s'affirmer sont souvent condamnées par les adultes..

En règle générale, en l'absence de surprotection de la part des adultes, les adolescents accomplissent toutes les actions qui leur permettent de s'affirmer et de gagner le «respect» et la reconnaissance des adolescents, après quoi ils continuent à se développer mentalement et à se former en tant que personne. Mais les filles sous surprotection ne peuvent pas effectuer ces actions, et elles en ont besoin pour poursuivre leur croissance personnelle, car elles sont indépendantes et sont traitées comme des manifestations de leur volonté et de leurs désirs. Après tout, un enfant doit sortir du cercle des instructions et des interdictions parentales des «enfants» et lancer ses propres actions indépendantes qui lui permettront enfin de se former et de grandir..

Et les filles qui souffrent de la garde excessive de leur mère ne peuvent pas se permettre d'agir seules, car les adultes essaient toujours de les maîtriser avec des inhibitions et des cadres enfantins. Dans une telle situation, un adolescent décide soit de se rebeller et «éclate» littéralement de la surprotection de la mère, ou ne proteste pas extérieurement, se retenant, mais cherche inconsciemment un domaine dans lequel il peut prendre des décisions indépendantes et, ainsi, se prouver qu'il adulte.

En conséquence, la fille transfère le désir de s'exprimer en tant que personne par des actions indépendantes pour contrôler la nourriture, en commençant à réduire sa quantité et en restreignant obstinément ses pulsions de faim. L'adolescent perçoit sa capacité à contrôler la quantité de nourriture prise précisément comme le signe d'un adulte et d'un acte indépendant qu'il est déjà capable d'accomplir. De plus, ils sont tourmentés par une sensation de faim, mais la capacité de vivre toute une journée sans nourriture, au contraire, leur donne de la force et renforce la confiance en soi, puisque l'adolescent sent qu'il a pu résister au «test», ce qui signifie qu'il est fort et adulte, capable de gérer le sien la vie et les désirs. Autrement dit, le refus de manger est un moyen de remplacer les actions indépendantes d'autres sphères de la vie que les adolescents ne peuvent pas effectuer en raison des soins excessifs des mères qui contrôlent toutes leurs étapes et pensent que l'enfant est encore trop jeune et doit être protégé le plus longtemps possible et c'est tout. décider pour lui.

En fait, l'anorexie donne à un adolescent ou à un adulte mentalement instable l'occasion de se sentir psychologiquement épanoui, car il peut contrôler son poids et ce qu'il mange. Dans d'autres sphères de la vie, un adolescent se révèle être complètement faible, impuissant et intenable, et en refus de manger, au contraire. Et comme c'est le seul domaine dans lequel une personne est riche, elle continue obstinément de mourir de faim afin d'avoir un sentiment psychologique de réussite même au risque de mourir. Dans certains cas, les gens apprécient même la sensation de faim, car la capacité de supporter c'est leur «talent» que d'autres n'ont pas, en raison duquel il y a un trait de personnalité nécessaire, une sorte de «zeste».

Qu'est-ce que l'anorexie mentale et quelles sont ses causes: commentaires d'un nutritionniste et d'un psychologue - vidéo

Le tableau clinique de la maladie

Le tableau clinique de l'anorexie est très polymorphe et diversifié, car la maladie affecte en fin de compte le travail de nombreux organes et systèmes internes. Ainsi, les médecins divisent l'ensemble des manifestations de l'anorexie en symptômes et signes.

Les symptômes de l'anorexie sont les sentiments subjectifs ressentis par une personne souffrant de cette maladie. Malheureusement, les patients anorexiques ne partagent pas simplement ces sentiments avec les autres, mais les cachent avec diligence, car ils croient obstinément que tout est en ordre avec eux. Mais les personnes qui ont réussi à se rétablir, après l'expérience, ont raconté en détail tous leurs sentiments, grâce auxquels les médecins ont pu isoler les symptômes de l'anorexie..

En plus des symptômes, les médecins identifient également les signes d'anorexie, qui sont compris comme des changements objectifs, visibles pour les autres, dans le corps humain qui surviennent à la suite de la maladie. Les signes, contrairement aux symptômes, sont des manifestations objectives et non des sensations subjectives, ils ne peuvent donc pas être cachés aux autres et sont souvent les plus importants pour diagnostiquer et déterminer la gravité de la maladie..

Les symptômes et les signes d'anorexie ne sont pas statiques, c'est-à-dire qu'ils peuvent être présents à certains stades de la maladie et absents à d'autres, etc. Cela signifie que différents signes et symptômes se développent et apparaissent à des moments différents au cours de l'anorexie. Habituellement, leur manifestation est déterminée par le degré d'épuisement des organes internes en raison d'un manque de nutriments, ce qui, à son tour, entraîne des perturbations du fonctionnement des organes et des systèmes et des symptômes cliniques correspondants. De tels troubles du fonctionnement de divers organes et systèmes qui sont survenus dans le contexte de la maladie sont souvent appelés complications ou conséquences de l'anorexie. Le plus souvent, les personnes anorexiques sont confrontées aux complications suivantes: chute de cheveux, ongles cassants, peau sèche et amincissante, susceptibilité aux maladies infectieuses, irrégularités menstruelles, jusqu'à l'arrêt complet des menstruations, bradycardie, hypotension, atrophie musculaire, etc..

Les symptômes et les signes de l'anorexie mentale primaire et de l'anorexie mentale sont presque les mêmes. Cependant, avec l'anorexie primaire, une personne est consciente de son problème et n'a pas peur de la nourriture. Le reste des changements dans le corps associés à un manque de nutriments sont les mêmes pour tout type d'anorexie, nous allons donc donner les symptômes et les signes de tous les types de maladie ensemble.

Anorexie - symptômes

Signes d'anorexie

Les signes d'anorexie peuvent être divisés en plusieurs groupes en fonction de l'aspect du comportement humain auquel ils se rapportent (par exemple, la nourriture, les interactions sociales, etc.).

Ainsi, les signes d'anorexie sont les changements suivants du comportement alimentaire:

  • Un désir persistant de perdre du poids et de réduire la teneur en calories de l'alimentation quotidienne, malgré un poids corporel très faible;
  • Réduire l'éventail des intérêts et se concentrer uniquement sur la nourriture et la perte de poids (une personne parle et ne pense qu'à perdre du poids, être en surpoids, calories, nourriture, compatibilité alimentaire, teneur en matières grasses, etc.);
  • Un décompte fanatique des calories consommées et l'envie de manger un peu moins chaque jour que la précédente;
  • Refus de manger en public ou forte diminution de la quantité consommée, qui s'explique, à première vue, par des raisons objectives, comme «déjà plein», «déjeuné copieux», «je ne veux pas», etc.
  • Consommation rituelle de nourriture avec mastication approfondie de chaque morceau ou, au contraire, avaler pratiquement sans mâcher, mettre de très petites portions sur une assiette, couper les aliments en très petits morceaux, etc.
  • Mâcher de la nourriture, puis recracher, qui noie avec diligence la sensation de faim;
  • Refus de participer à tout événement où la nourriture est censée être consommée, à la suite de quoi une personne devient retirée, insociable, peu communicative, etc..

De plus, les caractéristiques comportementales suivantes sont des signes d'anorexie:
  • Le désir d'effectuer constamment des exercices physiques lourds (entraînements exténuants constants pendant plusieurs heures par jour, etc.);
  • Choisir des vêtements amples qui devraient masquer l'excès de poids allégué;
  • Rigidité et fanatisme dans la défense de son opinion, jugements catégoriques et pensée inflexible;
  • Solitude.

Les changements suivants de la part de divers organes et systèmes ou état mental sont également des signes d'anorexie:
  • État dépressif;
  • Dépression;
  • Apathie;
  • Insomnie et autres troubles du sommeil;
  • Perte de performance et de capacité de concentration;
  • «Retrait» complet, obsession de votre poids et de vos problèmes;
  • Insatisfaction constante quant à leur apparence et au taux de perte de poids;
  • Instabilité psychologique (sautes d'humeur, irritabilité, etc.);
  • Rupture des liens sociaux avec des amis, des collègues, des parents et des personnes proches;
  • Arythmie, bradycardie (fréquence cardiaque inférieure à 55 battements par minute), dystrophie myocardique et autres troubles cardiaques;
  • Une personne ne croit pas être malade, mais au contraire, se considère en bonne santé et mène une vie correcte;
  • Refus de traitement, d'aller chez le médecin, de consultation et d'assistance de spécialistes;
  • Le poids corporel est nettement inférieur à la norme d'âge;
  • Faiblesse générale, étourdissements constants, évanouissements fréquents;
  • La croissance de fins poils vellus dans tout le corps;
  • Chute de cheveux sur la tête, ongles qui s'écaillent et cassants;
  • Sécheresse, pâleur et laxité de la peau avec décoloration bleue des doigts et du bout du nez;
  • Manque de libido, diminution de l'activité sexuelle;
  • Irrégularités menstruelles allant jusqu'à l'aménorrhée (arrêt complet des règles);
  • Hypotension (pression artérielle basse);
  • Température corporelle basse (hypothermie);
  • Mains et pieds froids;
  • Atrophie musculaire et modifications dystrophiques de la structure des organes internes avec le développement d'une défaillance d'organes multiples (par exemple, rénale, hépatique, cardiaque, etc.);
  • Gonflement;
  • Hémorragie;
  • Troubles marqués du métabolisme des sels d'eau;
  • Constipation;
  • Gastro-entérocolite;
  • Prolapsus des organes internes.

Chez les anorexiaques, le refus de manger est généralement causé par une obsession et une volonté de corriger ou de prévenir un défaut dans une silhouette complète. Il faut se rappeler que les gens cachent leur désir de perdre du poids et que, par conséquent, les signes visibles d'anorexie dans leur comportement n'apparaissent pas immédiatement. Dans un premier temps, une personne refuse de manger de la nourriture de manière sporadique, ce qui, naturellement, ne suscite aucun soupçon. Ensuite, tous les aliments riches en calories sont exclus et le nombre de repas pendant la journée est réduit. Lorsqu'ils mangent ensemble, les adolescents anorexiques essaient de déplacer des morceaux de leur assiette vers d'autres, ou même de cacher ou de jeter la nourriture. Cependant, paradoxalement, les personnes souffrant d'anorexie cuisinent volontiers et «nourrissent» littéralement d'autres membres de la famille ou des êtres chers..

Un homme anorexique refuse de manger à l'aide de puissants efforts volontaires, car il a l'appétit, il veut manger, mais il a mortellement peur de s'améliorer. Si vous forcez une personne anorexique à manger, elle fera divers efforts pour se débarrasser de la nourriture qui est entrée dans le corps. Pour ce faire, il va provoquer des vomissements, boire des laxatifs, mettre un lavement, etc..

De plus, pour perdre du poids et «brûler» des calories, les anorexiques essaient d'être constamment en mouvement, s'épuisant à l'entraînement. Pour ce faire, ils visitent la salle de sport, font tous les travaux ménagers, essaient de marcher beaucoup et évitent de rester assis ou couchés tranquillement..

Avec l'épuisement physique, l'anorexique développe une dépression et une insomnie, qui dans les premiers stades se manifestent par de l'irritabilité, de l'anxiété, de la tension et des difficultés à s'endormir. De plus, le manque de nutriments entraîne des phénomènes de carence en vitamines et des changements dystrophiques dans les organes internes, qui cessent de fonctionner normalement..

Stades de l'anorexie

L'anorexie mentale se déroule en trois étapes séquentielles:

  • Dysmorphomanique - à ce stade, une personne ressent une insatisfaction quant à sa propre apparence et le sentiment associé de sa propre infériorité et infériorité. Une personne est constamment déprimée, anxieuse, regarde son reflet dans le miroir pendant longtemps, trouvant, à son avis, de terribles défauts qui doivent simplement être corrigés (par exemple, les jambes pleines, les joues arrondies, etc.). C'est après avoir réalisé la nécessité de corriger les lacunes qu'une personne commence à se limiter à la nourriture et à rechercher différents régimes. Cette période dure de 2 à 4 ans.
  • Anorectique - à ce stade, une personne commence à mourir constamment de faim, à refuser de manger et à essayer constamment de minimiser son alimentation quotidienne, ce qui entraîne une perte de poids assez rapide et intense de 20 à 50% de l'original. Autrement dit, si une fille pesait 50 kg avant le début de la phase anorectique, elle perdra à la fin de 10 à 20 kg de poids. Pour améliorer l'effet de la perte de poids, les patients à ce stade commencent à effectuer de nombreuses heures d'entraînement épuisantes, à prendre des laxatifs et des diurétiques, à faire des lavements et un lavage gastrique, etc. À ce stade, la boulimie rejoint souvent l'anorexie, car une personne est tout simplement incapable de contenir une faim terrible et douloureuse. Afin de ne pas "grossir", après chaque repas ou une crise de boulimie, les anorectiques provoquent des vomissements, se lavent l'estomac, mettent un lavement, boivent un laxatif, etc. En raison de la perte de poids corporel, une hypotension se développe, des interruptions du travail du cœur, le cycle menstruel est perturbé, la peau devient rugueuse, molle et sèche, les cheveux tombent, les ongles exfolient et se cassent, etc. Dans les cas graves, une défaillance d'un organe se développe, par exemple, une insuffisance rénale, hépatique, cardiaque ou surrénale, à partir de laquelle, en règle générale, la mort survient. Cette étape dure de 1 à 2 ans.
  • Cachectique - à ce stade, la perte de poids corporel devient critique (plus de 50% de la norme), ce qui entraîne une dégénérescence irréversible de tous les organes internes. L'œdème apparaît en raison d'une carence en protéines, tout aliment cesse d'être absorbé en raison de modifications irréversibles de la structure du tube digestif, les organes internes cessent de fonctionner normalement et la mort survient. La phase cachectique peut durer jusqu'à six mois, mais si pendant cette période des mesures urgentes ne sont pas prises et que le traitement d'une personne n'est pas commencé, la maladie se terminera par la mort. Actuellement, environ 20% des patients souffrant d'anorexie décèdent sans pouvoir être aidés en temps opportun..

Il faut se rappeler que ces trois stades ne sont caractéristiques que de l'anorexie mentale. La véritable anorexie se déroule en un seul stade, qui correspond à celui cachectique de l'anorexie mentale, car la personne perd la capacité de manger normalement brusquement, sans aucune anomalie psychologique préalable et sans insatisfaction quant à sa propre apparence..

Poids avec anorexie

Traitement de l'anorexie

Le traitement des personnes souffrant d'une véritable anorexie vise principalement à éliminer le facteur causal et à combler le déficit de poids corporel. S'il est possible d'éliminer la cause de l'anorexie, alors, en règle générale, les patients se rétablissent avec succès et reviennent à une vie normale. Pour la prise de poids, un régime riche en calories est développé à partir d'aliments faciles à digérer qui sont préparés de manière douce (cuits à la vapeur, bouillis, cuits à l'étouffée), bien hachés et donnés à une personne en petites portions toutes les 2 à 3 heures. En outre, diverses préparations de vitamines (principalement de la carnitine et du cobalamide), des solutions de protéines et de sel sont utilisées..

Le traitement de l'anorexie mentale est beaucoup plus long et plus difficile que l'anorexie véritable, car son développement comporte une composante psychologique très puissante. Par conséquent, la thérapie de l'anorexie mentale consiste en une psychothérapie, une thérapie nutritionnelle et une prise de médicaments correctement sélectionnées, dont l'action vise à arrêter et à éliminer les symptômes douloureux de divers organes et systèmes, y compris le système nerveux central. De plus, des médicaments fortifiants, des vitamines et des solutions protéiques sont obligatoires, ce qui permet de combler au plus vite la carence en tous les nutriments de l'organisme..

La psychothérapie de l'anorexie mentale vise à réévaluer les valeurs et à réorienter la personnalité vers d'autres aspects de la vie, ainsi qu'à former une autre image de soi perçue comme belle (par exemple, au lieu d'une fille mince, imaginez une beauté sinueuse avec des joues rouges, des seins dodus, des hanches luxueuses, etc.)... Le résultat final du traitement et la rapidité du rétablissement complet dépendent du succès de la psychothérapie..

La nutrition médicale est un aliment semi-liquide ou de type bouillie haché préparé à partir d'aliments riches en calories, facilement digestibles et riches en protéines (caviar, poisson, viande maigre, légumes, fruits, céréales, produits laitiers, etc.). Si l'anorexique a un œdème protéique ou s'il n'absorbe pas bien les aliments protéinés, une solution protéique (par exemple, de la polyamine) doit être injectée par voie intraveineuse et nourrie avec des aliments légers. Dans les cas graves, une personne est nourrie par voie parentérale dans les 2 à 3 premières semaines, c'est-à-dire que des solutions spéciales de nutriments sont injectées par voie intraveineuse. Lorsque le poids corporel augmente de 2 à 3 kg, vous pouvez annuler la nutrition parentérale et passer à l'alimentation de la manière habituelle.

Pour qu'une personne souffrant d'anorexie ne provoque pas de vomissements après avoir mangé, il est nécessaire d'injecter 0,5 ml d'une solution d'atropine à 0,1% par voie sous-cutanée 20 à 30 minutes avant un repas. Après un repas, il est nécessaire de surveiller le patient pendant 2 heures afin qu'il ne provoque pas secrètement de vomissements et de lavage de l'estomac. Une personne doit être nourrie 6 à 8 fois par jour, en lui donnant de la nourriture en petites portions. Il est conseillé de mettre la personne anorexique au lit après avoir mangé afin qu'elle puisse s'allonger calmement ou même dormir.

En moyenne, une nutrition thérapeutique riche en calories est nécessaire pendant 7 à 9 semaines, après quoi vous pouvez progressivement transférer une personne vers des aliments ordinaires préparés de la manière habituelle. Cependant, la teneur en calories du régime doit rester élevée jusqu'à ce qu'une personne atteigne un poids corporel normal pour son âge et sa taille..

Les personnes anorexiques devront réapprendre à se rapporter normalement à la nourriture et ne pas avoir peur de la nourriture. Vous devrez vous casser la tête la terrible pensée qu'un morceau de gâteau mangé entraînera immédiatement des amas graisseux dans les zones à problèmes, etc..

En plus de la nutrition médicale lors du traitement de l'anorexie, il est impératif de donner à une personne des préparations vitaminées et un tonique général. Les plus efficaces au début du traitement sont les vitamines Carnitine et Cobalamide, qui doivent être bues pendant 4 semaines. De plus, vous pouvez utiliser n'importe quel complexe multivitaminé pendant une longue période (0,5 à 1 an). Il est recommandé d'utiliser des infusions ou décoctions de sorbier, racine de calamus, éleuthérocoque ou pissenlit, feuilles de plantain, menthe, mélisse, etc..

Les médicaments dans le traitement de l'anorexie mentale sont rarement utilisés et uniquement du groupe des antidépresseurs pour soulager les sensations douloureuses, soulager l'état d'une personne et prévenir une rechute de la maladie. Ainsi, à l'heure actuelle, les antidépresseurs suivants sont utilisés si nécessaire pour l'anorexie mentale:

  • Zoloft;
  • Lyudmila;
  • Paxil;
  • Fevarin;
  • Fluoxetine;
  • Chlorpromazine;
  • Tsipralex;
  • Eglonil.

De plus, en plus des antidépresseurs, des tranquillisants (Elenium, Tazepam, Seduxen, etc.) sont parfois prescrits à une personne en convalescence d'anorexie pour soulager l'anxiété..

Histoires de filles qui se sont remises de l'anorexie - vidéo

Décès par anorexie

Anorexie et boulimie

La boulimie est une variante d'un trouble de l'alimentation qui est exactement le contraire de l'anorexie - c'est une suralimentation persistante et incontrôlée. Malheureusement, de nombreuses personnes anorexiques souffrent également d'épisodes de boulimie, qui les dépassent littéralement pendant les périodes de jeûne. Chaque épisode de boulimie s'accompagne d'induction de vomissements, d'exercices physiques intenses, de laxatifs, de lavements et d'autres actions visant à éliminer les aliments qui sont entrés dans le corps afin qu'ils ne puissent pas être absorbés.

En général, les causes et les approches de traitement de l'anorexie et de la boulimie sont les mêmes, car ces conditions sont deux variantes de troubles de l'alimentation différents. Mais la combinaison de l'anorexie et de la boulimie est plus sévère que les variantes isolées des troubles de l'alimentation. Par conséquent, le traitement de l'anorexie associée à la boulimie est réalisé selon les mêmes principes que pour la boulimie isolée..

Livres sur l'anorexie

Anorexie chez les enfants

Auteur: Nasedkina A.K. Spécialiste en recherche biomédicale.