Ce que vous devez savoir sur la polyneuropathie diabétique?

Dans cet article, vous apprendrez:

La polyneuropathie diabétique des membres inférieurs est à juste titre classée au premier rang des complications du diabète sucré, touchant le système nerveux humain. Se développant imperceptiblement, au fil du temps, il conduit à de graves modifications des pieds, jusqu'à gangrène et amputation.

Cependant, non seulement les jambes sont touchées par le diabète sucré, car les fibres nerveuses vont également aux organes internes. Par conséquent, nous allons nous familiariser avec la structure du système nerveux..

Le système nerveux humain se compose d'une partie centrale et d'un périphérique.

La partie centrale comprend le cerveau et la moelle épinière. Ce sont les «centres de contrôle» de toutes les fonctions vitales du corps. Ils reçoivent et traitent les informations, les analysent et envoient des signaux aux organes nécessaires. Le cerveau est responsable de l'activité cognitive (vision, audition, odorat, processus de pensée) et régule le travail des organes internes. La moelle épinière est responsable du mouvement.

Le système nerveux périphérique comprend tous les nerfs et plexus qui relient les muscles et les organes internes au cerveau et à la moelle épinière. Le système nerveux périphérique est divisé en:

  • Somatique, reliant les muscles à la moelle épinière, ainsi que les organes sensoriels au cerveau.
  • Végétatif, ou autonome, régulant le travail des organes internes et des vaisseaux sanguins.

Dans le diabète sucré, les parties périphériques du système nerveux sont affectées.

Pourquoi la polyneuropathie diabétique se développe-t-elle??

Avec le diabète sucré, la glycémie augmente. L'excès de glucose dans les cellules nerveuses se décompose pour former des produits toxiques. Ces aliments endommagent à la fois les cellules nerveuses elles-mêmes et les gaines protectrices des nerfs..

De plus, avec le diabète sucré, les microvaisseaux qui alimentent les nerfs sont endommagés, ce qui entraîne une privation d'oxygène et la mort des sections nerveuses.

Tous les patients diabétiques risquent de développer une polyneuropathie diabétique. Il augmente avec la durée de la maladie et chez les patients présentant des sauts incontrôlés de la glycémie, ainsi que chez ceux qui ont ce niveau constamment critique.

Polyneuropathie distale diabétique

La forme la plus courante de polyneuropathie diabétique est la forme distale ou sensorimotrice. Il affecte les parties terminales des nerfs, provoquant des troubles moteurs et sensoriels.

Symptômes de la polyneuropathie distale diabétique des membres inférieurs:

  • Les douleurs brûlantes dans les jambes, pires la nuit, au contact des vêtements, peuvent être insupportables, épuisantes, meilleures en marchant.
  • Picotements, frissons, engourdissements.
  • Réduction de tous types de sensibilité - température, douleur, tactile, vibration.
  • Peau sèche, desquamation, cors.
  • Augmentation de la transpiration, gonflement des pieds.
  • Crampes dans les muscles du mollet.
  • Faiblesse musculaire, démarche instable.
  • Dans les cas graves, l'apparition de défauts ulcéreux sur les pieds.

Le signe le plus défavorable est la disparition de la douleur dans les jambes sans traitement ni normalisation de la glycémie. Cela indique des dommages irréversibles aux nerfs et l'apparition probable imminente d'ulcères trophiques..

Diagnostique

Si un diabète sucré de type 2 est détecté, ainsi que 5 ans après la détection du diabète sucré de type 1, le patient doit être examiné pour la présence d'une polyneuropathie sensorimotrice distale. Un neurologue effectue des tests fonctionnels pour déterminer les troubles de la sensibilité:

  • Vibration - un diapason spécial est utilisé, qui est installé sur certains points du pied.
  • Température - le médecin touche le pied avec des objets de températures différentes.
  • Douloureux - des picotements des pieds et des jambes avec une aiguille spéciale sont effectués, les endroits à sensibilité réduite et accrue sont déterminés.
  • Tactile - une touche est faite avec un outil spécial - monofilament - la surface plantaire du pied.
  • Etude des réflexes tendineux avec un marteau neurologique.
Monofilament

Dans les cas difficiles, des méthodes de recherche particulières peuvent être utilisées: électromyographie, biopsie du nerf sural, IRM.

Polyneuropathie sensorielle diabétique aiguë

La polyneuropathie sensorielle diabétique aiguë des membres inférieurs se produit avec la décompensation du diabète sucré, lorsque l'acétone commence à apparaître dans l'urine ou avec une forte diminution de la glycémie, ce qui se produit souvent au début du traitement du diabète. Une douleur insupportable aiguë dans les jambes apparaît, elle est provoquée par quelque chose qui ne cause généralement pas de douleur. Une telle polyneuropathie disparaît d'elle-même après un certain temps (jusqu'à plusieurs mois) sans conséquences..

Neuropathie diabétique autonome

La neuropathie diabétique autonome se développe à la suite de lésions des fibres nerveuses qui conviennent aux organes internes.

Tableau - Formes de neuropathie diabétique autonome et leurs symptômes
La formeSymptômes
Cardiovasculaire
  • Fréquence cardiaque au repos rapide, pas d'augmentation de la fréquence cardiaque en réponse à l'exercice.
  • Les arythmies.
  • Infarctus du myocarde indolore.
  • Violation des processus de relaxation du muscle cardiaque.
Gastro-intestinal
  • Diminution du tonus de l'œsophage, de l'estomac et des intestins.
  • Constipation ou diarrhée.
  • Maux d'estomac.
  • Stagnation de la bile dans la vésicule biliaire.
Urogénital
  • Diminution du tonus de la vessie, stase urinaire.
  • Dysérection.
Troubles du système respiratoire
  • Arrêter de respirer pendant le sommeil.
  • Diminution du contrôle du cerveau sur la respiration.
  • Diminution de la production de surfactant, une substance qui empêche l'effondrement pulmonaire.
Perturbation des glandes sudoripares
  • Peau sèche des pieds et des paumes.
  • Augmentation de la transpiration en mangeant.
Hypoglycémie asymptomatiqueManque de sensibilité pour abaisser la glycémie à des nombres extrêmement bas.

Pour le diagnostic de la neuropathie diabétique autonome, en plus de l'interrogatoire et de l'examen, des tests fonctionnels spéciaux sont utilisés. Des méthodes de recherche instrumentale sont également mises en œuvre (suivi quotidien de la pression artérielle, de la glycémie, examen de l'estomac, échographie, etc.).

Le syndrome du pied diabétique, en plus des symptômes de la polyneuropathie diabétique, se caractérise par l'apparition d'ulcères trophiques sur la pointe des orteils, des talons et dans le frottement des chaussures. Dans les stades ultérieurs, cela conduit au développement de la gangrène et à l'amputation supplémentaire des segments de jambe..

Traitement: principes, médicaments, méthodes alternatives

Le traitement de la polyneuropathie diabétique, comme toutes les autres complications du diabète sucré, commence par la normalisation de la glycémie. Le niveau cible d'hémoglobine glyquée, reflétant la compensation du diabète, doit être atteint. Il ne doit pas dépasser 7%. Les doses d'hypoglycémiants ou d'insuline sont ajustées si nécessaire.

Il est impératif de ramener les taux de cholestérol et de triglycérides à la normale. Cela améliorera l'état des vaisseaux sanguins et enrichira les nerfs en oxygène..

Dans le traitement direct de la polyneuropathie diabétique, plusieurs groupes de médicaments sont utilisés:

  1. Des anticonvulsivants et des antidépresseurs sont prescrits pour soulager la douleur. Ils bloquent la conduction de l'impulsion de la douleur, réduisent la libération de substances qui stimulent la douleur et ont un effet calmant. Les plus couramment utilisés sont la gabapentine, la lamotrigine, la duloxétine.

Les opioïdes (tramadol) peuvent également être utilisés pour traiter une douleur intense. Les analgésiques conventionnels tels que l'analgin ou le nimésulide sont inefficaces.

  1. Les vitamines B améliorent l'état des nerfs, aident à restaurer leurs gaines protectrices et réduisent la douleur. Le médicament le plus célèbre de ce groupe est Milgamma, qui comprend un complexe de vitamines B1, B6 et B12.
  2. Les antioxydants protègent les cellules nerveuses des dommages alimentaires toxiques. Le plus grand effet sur le tissu nerveux est possédé par l'acide α-lipoïque, ou thioctique, connu sous les noms de Thioctacid et Thiogamma. En plus de l'effet antioxydant principal, ces médicaments peuvent abaisser la glycémie, par conséquent, avec le début du traitement, une diminution de la dose d'antidiabétiques peut être nécessaire..
  3. Les médicaments vasculaires (Actovegin) sont utilisés dans le traitement de la polyneuropathie diabétique, bien que leur effet n'ait pas été prouvé de manière fiable.

Le traitement de la polyneuropathie diabétique doit être complexe, utilisant plusieurs groupes de médicaments et des traitements à long terme de 2 à 3 mois.

L'utilisation de remèdes populaires n'a également aucune base de preuves. Une augmentation de la quantité d'aliments contenant des vitamines B (pain complet, foie, viande, poisson, céréales) dans l'alimentation est possible, mais un tel régime à lui seul ne guérira pas la polyneuropathie diabétique.

Neuropathie diabétique

Qu'est-ce que la neuropathie diabétique?

La neuropathie diabétique, également appelée neuropathie diabétique (neuropathie), est un type de lésion nerveuse qui peut survenir en tant que complication du diabète de type 1 et de type 2. Des taux élevés de sucre dans le sang (glucose) peuvent endommager les nerfs dans tout le corps. Cependant, les nerfs des jambes et des pieds sont le plus souvent endommagés..

Il existe différents types de neuropathie diabétique qui affectent différentes zones du corps. Selon les nerfs touchés, les symptômes de la neuropathie diabétique peuvent aller de la douleur et de l'engourdissement dans les jambes et les pieds à des problèmes avec le système digestif, les voies urinaires, les vaisseaux sanguins et le cœur..

La maladie est une complication courante et grave du diabète. Mais il peut souvent être évité ou ralenti par un contrôle strict de la glycémie et un mode de vie sain..

Symptômes de la neuropathie diabétique

Certaines personnes atteintes de neuropathie diabétique ne présentent aucun symptôme, tandis que d'autres présentent des symptômes qui se développent généralement progressivement sur plusieurs années. Les symptômes dépendront des nerfs affectés.

Neuropathie périphérique

La neuropathie périphérique affecte la périphérie du corps - généralement les pieds et les jambes, et parfois les mains. Elle affecte généralement les deux côtés du corps, et affecte principalement les nerfs sensoriels (nerfs responsables des sensations de toucher, de douleur et de température).

  • engourdissement ou perte de sensation, progressant avec le temps à partir des orteils;
  • douleur ou sensation de brûlure dans les jambes;
  • sensation de picotement;
  • douleurs douloureuses ou lancinantes dans les pieds et les jambes, surtout la nuit;
  • faiblesse musculaire.

La neuropathie périphérique est le type le plus courant de neuropathie diabétique.

Neuropathie autonome

La neuropathie autonome se produit lorsque les nerfs qui contrôlent les fonctions automatiques du corps sont endommagés. La neuropathie autonome peut affecter la digestion, la fonction intestinale et vésicale, la réponse sexuelle et la régulation de la pression artérielle.

  • diarrhée (souvent la nuit), constipation;
  • maux d'estomac, nausées et vomissements;
  • difficulté à avaler;
  • perte de contrôle de la vessie;
  • changements de vision;
  • dysfonction érectile et problèmes d'éjaculation;
  • sécheresse vaginale et dysfonctionnement sexuel;
  • pression artérielle basse en position debout (provoquant des étourdissements);
  • incapacité à transpirer ou transpiration excessive;
  • manque de conscience de l'hypoglycémie (lorsque les personnes cessent de ressentir des symptômes associés à l'hypoglycémie et ne peuvent donc pas reconnaître si leur glycémie est trop basse).

Neuropathie proximale

Un type de neuropathie appelée neuropathie proximale (également appelée amyotrophie diabétique ou neuropathie radiculoplex) qui affecte le bassin et les hanches chez les personnes atteintes de diabète.

  • apparition soudaine de douleurs dans le bassin, les fesses et les cuisses (généralement unilatérales);
  • douleur souvent pire la nuit, affectant le sommeil
  • faiblesse des muscles de la cuisse et des fesses, ce qui rend difficile de se lever d'une position assise.

Les symptômes s'améliorent généralement ou disparaissent complètement avec le temps.

Neuropathie focale

Les lésions nerveuses qui affectent un nerf spécifique sont appelées neuropathie focale ou mononeuropathie. Les symptômes qui s'améliorent ou disparaissent généralement avec le temps dépendent de l'emplacement du nerf affecté et peuvent inclure:

  • douleur soudaine;
  • faiblesse musculaire;
  • problèmes de vision et de mouvements oculaires;
  • paralysie faciale (souvent observée avec les paupières ou la bouche tombantes).

Quelles sont les causes de la neuropathie dans le diabète?

L'altération de la structure et de la fonction nerveuses dans le diabète est causée par un faible flux sanguin vers le tissu nerveux et une glycémie élevée. Cette complication est plus probable si la glycémie n'est pas surveillée..

Certaines personnes atteintes de diabète ne développent jamais de neuropathie, tandis que d'autres peuvent la développer relativement tôt. Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, des lésions nerveuses peuvent également survenir avant le diagnostic du diabète et le début du traitement..

Le risque de développer une neuropathie diabétique dépend:

  • âge;
  • combien de temps dure le diabète;
  • dans quelle mesure la glycémie est contrôlée.

Les autres facteurs pouvant contribuer au risque comprennent:

  • hypertension artérielle (hypertension artérielle);
  • taux de cholestérol anormal;
  • surpoids et obésité;
  • fumeur;
  • l'abus d'alcool.

Complications

La neuropathie diabétique peut entraîner un certain nombre de complications graves, notamment:

  • Perte d'orteil, de jambe. Les dommages à la structure et à la fonction des nerfs peuvent entraîner une perte de sensation dans les jambes. Les blessures et les coupures sur les jambes peuvent s'infecter de manière invisible ou se transformer en ulcères. Même des blessures mineures sur les jambes qui ne guérissent pas peuvent se transformer en ulcères (voir photo ci-dessus). Dans les cas graves, l'infection peut se propager aux os et les ulcères peuvent entraîner la mort des tissus (gangrène). L'ablation (amputation) d'un orteil, d'un pied ou même d'une jambe peut être nécessaire.
  • Dommages articulaires. La neuropathie peut endommager l'articulation, provoquant une affection appelée articulation de Charcot. Il se produit généralement dans de petites articulations des jambes. Les symptômes comprennent une perte de sensation et un gonflement des articulations, une instabilité et parfois une déformation des articulations. Un traitement rapide peut aider à guérir et à prévenir d'autres lésions articulaires.
  • Infections des voies urinaires et incontinence urinaire. Si les nerfs qui contrôlent la vessie sont endommagés, la personne peut ne pas être en mesure de vider complètement la vessie. Les bactéries peuvent s'accumuler dans la vessie et les reins, provoquant des infections des voies urinaires. Les lésions nerveuses peuvent également affecter la capacité à ressentir quand uriner ou à contrôler les muscles qui excrètent l'urine, entraînant des fuites (incontinence urinaire).
  • Manque de conscience de l'hypoglycémie. Une glycémie basse (inférieure à 70 milligrammes par décilitre ou mg / dL) provoque généralement des tremblements, de la transpiration et des battements cardiaques rapides (tachycardie). Mais si vous souffrez de neuropathie autonome, vous ne remarquerez peut-être pas ces signes avant-coureurs..
  • Une forte baisse de la pression artérielle. Les dommages aux nerfs qui contrôlent le flux sanguin peuvent affecter la capacité du corps à réguler la pression artérielle. Cela peut provoquer une baisse soudaine de la pression lorsqu'une personne se lève (hypotension orthostatique), ce qui peut entraîner des étourdissements et une syncope.
  • Problèmes digestifs. Si des dommages au système nerveux affectent le tractus gastro-intestinal, il peut y avoir constipation, diarrhée ou les deux. Les lésions nerveuses liées au diabète peuvent entraîner une gastroparésie, une condition dans laquelle l'estomac se vide trop lentement ou ne se vide pas du tout. Il peut affecter la digestion et affecter gravement la glycémie et la nutrition. Les signes et symptômes comprennent des nausées, des vomissements et des ballonnements.
  • Dysfonction sexuelle. La neuropathie autonome perturbe souvent les nerfs qui affectent les organes génitaux. Les hommes peuvent souffrir de dysfonction érectile. Les femmes peuvent avoir des problèmes de sécheresse et d'excitation.
  • Augmentation ou diminution de la transpiration. La neuropathie diabétique peut perturber les glandes sudoripares et rendre difficile la bonne régulation de la température corporelle. Certaines personnes atteintes de neuropathie autonome ont une transpiration accrue, en particulier la nuit ou en mangeant. Une transpiration insuffisante ou inexistante (anhidrose) peut mettre la vie en danger.

Dans les cas plus avancés de neuropathie diabétique, il existe un risque accru de blessure due à une perte de sensation et / ou de fonction motrice. Lorsqu'une perte complète de sensation se produit dans les jambes, les personnes peuvent ne pas être conscientes des blessures aux jambes et par conséquent ne pas être en mesure de les soigner correctement..

La perte de sensation de température est également un facteur de risque important de blessure chez les personnes atteintes de diabète. Cela peut conduire la personne à ne pas se rendre compte que l'eau de la baignoire, dans laquelle elle pénètre, le brûle. Ils peuvent également courir le risque de développer de graves brûlures après s'être assis trop près d'un radiateur.

Diagnostique

Si une personne est diabétique, un médecin doit vérifier régulièrement les symptômes et les signes de neuropathie diabétique en prenant des antécédents et en effectuant un examen physique..

À chaque visite, votre médecin doit vérifier vos pieds pour des plaies, des fissures dans la peau, des cloques et des problèmes osseux et articulaires. Il est recommandé à toutes les personnes atteintes de diabète de subir un examen complet des pieds au moins une fois par an..

Parfois, des études de conduction nerveuse et l'électromyographie (qui mesurent l'activité électrique des nerfs et des muscles) sont utilisées pour déterminer l'étendue des dommages.

Traitement de la neuropathie diabétique

Le traitement de la neuropathie diabétique consiste généralement à contrôler les symptômes et la glycémie. Il a été démontré qu'un contrôle strict de la glycémie réduit le risque de neuropathie, ralentit sa progression et aide à améliorer les symptômes..

Le traitement spécifique dépendra du type de neuropathie et de ses symptômes..

Thérapie de la douleur

Bien que la neuropathie diabétique provoque souvent des engourdissements, elle peut parfois causer des douleurs, en particulier dans les jambes et les pieds. Cette douleur est souvent gênante, surtout la nuit lorsqu'elle interfère avec le sommeil. Malheureusement, les analgésiques conventionnels ne sont souvent pas utiles pour ce type de douleur et d'autres types de médicaments peuvent être nécessaires.

Les médicaments qui peuvent être utiles dans le traitement de la douleur comprennent:

  • les antidépresseurs tels que l'amitriptyline et la duloxétine;
  • les anticonvulsivants tels que la gabapentine (par exemple la gantine, la neurontin, la nupentine) et la prégabaline (par exemple la lyrica);
  • crème de capsaïcine (crème anesthésique telle que la crème Zostrix).

Soin des pieds

Les personnes atteintes de neuropathie périphérique devraient:

  • porter des chaussures aussi confortables que possible ou un autre type de protection des pieds;
  • Vérifiez vos pieds tous les jours pour trouver des problèmes de jambe (tels que des ampoules ou des coupures dans la peau) à temps;
  • vérifiez régulièrement vos pieds avec un médecin ou un podiatre.

Même les blessures mineures doivent être guéries immédiatement pour éviter le développement d'ulcères et d'infections graves..

La prévention

La neuropathie diabétique peut souvent être évitée grâce à une surveillance vigilante de la glycémie. Pour ce faire, soyez cohérent dans:

  • surveillance de la glycémie;
  • prendre les médicaments prescrits;
  • gestion de l'alimentation;
  • activité physique.

Si la maladie apparaît, surveillez vos pieds. Les problèmes de pied, y compris les plaies qui ne guérissent pas, les ulcères et même les amputations, sont une complication courante de la neuropathie diabétique. Cependant, bon nombre de ces problèmes peuvent être évités en effectuant un examen complet des pieds et des pieds chaque fois que vous consultez votre médecin..

Pronostic de la neuropathie diabétique

Le pronostic de la maladie dépend en grande partie de la qualité du traitement de la maladie sous-jacente. Le traitement du diabète peut arrêter la progression et améliorer les symptômes de la neuropathie, mais la récupération est lente.

La douleur dans la neuropathie diabétique peut devenir suffisamment sévère pour provoquer une dépression chez certains patients.

Neuropathie diabétique

Le diabète sucré est une maladie qui nécessite une surveillance constante et le respect de toutes les recommandations médicales. La violation du schéma thérapeutique augmente le risque de développer des complications graves, dont une neuropathie diabétique. La maladie est caractérisée par une altération de la conduction des nerfs périphériques des membres et des organes internes..

Le système nerveux périphérique est constitué de fibres nerveuses somatiques et autonomes (viscérales). Les premiers communiquent avec l'appareil musculaire, la peau et les muqueuses. Le second - avec le système vasculaire, les glandes de sécrétion externe et interne, les organes internes. La neuropathie diabétique affecte à la fois les nerfs somatiques et viscéraux.

Facteurs affectant l'apparition de la pathologie

En raison de la glycémie constamment élevée, des changements irréversibles se produisent dans les fibres nerveuses. Peu à peu, les nerfs perdent leur capacité à conduire des impulsions et meurent. Par conséquent, la principale cause de neuropathie est l'hyperglycémie permanente. En tant que facteurs ayant un effet indirect sur l'apparition de la pathologie, il existe:

  • durée de la maladie sous-jacente,
  • la présence d'hypertension III et IV degré,
  • dépendances des patients (dépendance à la nicotine et à l'alcool),
  • obésité,
  • violation du métabolisme des lipides (graisses), taux de lipides constamment élevés (hyperlipidémie),
  • trouble nerveux inflammatoire ou mécanique,
  • âge avancé.

Une glycémie élevée dans le contexte de l'hypertension entraîne un colmatage capillaire avec des cristaux de sucre et des interruptions de la circulation sanguine. En conséquence, la structure des parois capillaires est perturbée, la lumière est rétrécie ou complètement bloquée, des spasmes systématiques de petits vaisseaux apparaissent. Cet état des vaisseaux est appelé angiopathie. Étant donné que l'une des fonctions des capillaires est l'approvisionnement en sang des fibres nerveuses, une carence en oxygène se produit, la conduction de l'influx nerveux diminue et la sensibilité (sensorielle) des tissus diminue. Au fil du temps, cela entraîne la mort des nerfs, une nécrose tissulaire, le développement d'un pied diabétique.

Important! Le développement de la pathologie n'est pas différencié selon le type de diabète sucré. Au stade de la sous-compensation et de la décompensation, la neuropathie peut se développer dans les premier et deuxième types de maladie..

Classification

La forme de pathologie est classée selon que la partie somatique ou autonome (autonome) du système nerveux périphérique a subi un changement neuropathique. Lésions multiples des fibres nerveuses somatiques - la polyneuropathie périphérique est divisée en plusieurs types:

  • sensoriel, associé aux sens et à la perception des signaux,
  • moteur, associé à l'activité motrice,
  • combiné ou sensori-moteur (combinaison des deux premières formes).

La neuropathie viscérale ou autonome est divisée en fonction de la localisation des nerfs affectés dans le corps:

  • vaisseaux sanguins et cœur (cardiovasculaire),
  • organes digestifs (gastro-intestinaux),
  • système urinaire et reproducteur (urogénital),
  • Organes ORL (respiratoires),
  • émaciation diabétique (cachexie),
  • Système endocrinien,
  • organes de la vision (ophtalmiques).

Focale ou focale: crânienne ou crânienne, cervicobrachiale et lombo-sacrée ou plexopathie, atrophie musculaire ou amyotrophie. La polyneuropathie inflammatoire démyélinisante chronique (CIDP) est un autre type, mais elle est assez rare dans le diabète sucré. La mise en scène de la pathologie est déterminée par le degré de lésion des fibres nerveuses et la force de la manifestation des symptômes:

  • subclinique,
  • clinique (douloureux ou indolore),
  • stade des complications.

Au dernier stade, une complication grave des membres inférieurs se développe - un pied diabétique. Cette pathologie conduit souvent à la gangrène et à l'amputation du pied..

Les symptômes de la maladie

Les signes de changements pathologiques n'apparaissent pas de force. La défaite du système nerveux périphérique se développe progressivement. Au fil du temps, les symptômes de la neuropathie diabétique augmentent, leur manifestation dépend de la zone dans laquelle la destruction se développe. Le plus souvent, les premières zones du corps qui subissent des changements sont les mains et les pieds..


Symptômes de la neuropathie diabétique

Neuropathie sensorielle

La neuropathie périphérique sensorielle est caractérisée par les symptômes suivants. Diminution ou suppression complète du seuil de sensibilité (hyperesthésie). Cela entraîne une augmentation de la sensibilité à tout stimuli externe. Il se manifeste à la suite d'une mauvaise transmission des impulsions de la peau au cerveau.

Inadéquation des réactions aux sensations tactiles, auditives et gustatives. L'apparition de sensations douloureuses au toucher ordinaire. Violation de l'isolement des récepteurs (lorsqu'un des sens est excité, les autres sont impliqués dans le processus). Perte de sensation, résistance à la douleur. Les jambes (pieds) et les mains (paumes) deviennent les principales zones du corps qui ne ressentent plus de contact.

Moteur

La manifestation d'une variété motrice (motrice) de la pathologie:

  • perte de stabilité (se produit en raison d'une atrophie musculaire progressive),
  • troubles vestibulaires (inadéquation de l'activité musculaire),
  • déformation et inflammation des articulations des membres,
  • parasitisme (engourdissement des jambes),
  • contractions incontrôlées des fibres musculaires (convulsions),
  • diminution du tonus musculaire en raison d'une circulation sanguine altérée.

Autonome

Les symptômes de la neuropathie diabétique autonome (autonome) apparaissent en fonction de l'emplacement de la pathologie. Organes digestifs: dysphagie (violation du processus de déglutition), libération réflexe du contenu de l'estomac par la cavité buccale (vomissements), flatulences et éructations causées par une formation intense de gaz dans les intestins et l'estomac, alternant obstipation (constipation) et diarrhée (diarrhée). Un déséquilibre dans les processus digestifs se produit en raison d'un manque de contrôle du système nerveux.

Système génito-urinaire: diminution de la puissance ou dysfonction érectile (impuissance), ischurie (rétention urinaire) ou incontinence (incontinence urinaire). La vessie ne reçoit pas de signaux du NS pour se vider, de sorte que la miction se produit spontanément ou la vessie se dilate sans se contracter. Coeur: tachycardie (augmentation de la fréquence cardiaque), arythmies (insuffisance du rythme cardiaque), étourdissements et faiblesse, baisse de la pression artérielle, symptôme d'arrêt cardiaque à court terme (extrasystole). Les troubles végétatifs empêchent une fonction cardiaque stable.

Modifications de l'épiderme (peau):

  • hyperhidrose (transpiration excessive) au stade initial de la maladie,
  • l'anhidrose (carence en sueur) se manifeste par la progression de la pathologie,
  • déshydratation (déshydratation) de la peau,
  • violation des fonctions régénératrices de la peau.

Les dommages à la peau sont difficiles à guérir. Lorsque des micro-organismes pathogènes pénètrent, les infections et les ulcères trophiques se développent rapidement. En fin de compte, la gangrène neuropathique des membres se développe..

Mesures diagnostiques

Au stade initial du diagnostic, l'anamnèse est collectée. Dans un questionnaire spécial, le médecin entre des informations sur le patient et la nature de l'évolution de la maladie sous-jacente (diabète sucré). Plus le médecin dispose d'informations sur les caractéristiques individuelles du patient, plus il sera facile de déterminer la forme de la pathologie.

Les tests de laboratoire comprennent:

  • test de glycémie et d'insuline,
  • test sanguin d'HbA1C - hémoglobine glyquée (évaluation du pourcentage d'hémoglobine et de glucose dans la période allant jusqu'à 120 jours),
  • analyse du peptide C dans le sérum sanguin (un indicateur de la production de sa propre insuline),
  • Analyse de l'urine.
  • mesurer la pression artérielle (BP),
  • palpation de la cavité abdominale,
  • auscultation (écoute avec un stéthoscope jusqu'au cœur),
  • examen de la peau et des articulations.

Étant donné que les maladies concernent principalement les mains et les pieds, une attention accrue leur est accordée.

Diagnostics instrumentaux

Le médecin examine plusieurs des réactions du patient à diverses manipulations. Pour cela, un ensemble spécial d'un neurologue est utilisé, à l'aide duquel la sensibilité est évaluée. La sensibilité aux vibrations est étudiée à l'aide d'un diapason Ruedel-Seiffer (une fourche en acier fixée au pied). Si le patient ne ressent pas la vibration du diapason, la sensibilité est réduite. La sensibilité tactile est mesurée à l'aide d'un monofilament (un fil spécial attaché à la poignée). Le médecin touche le pied avec l'instrument en plusieurs points, tout en appuyant simultanément sur la peau. La pression fait plier le monofilament.

Pendant le test, le patient rapporte ses sentiments. En cas d'insensibilité à trois ou plusieurs touches, on peut parler d'un diagnostic préliminaire (neuropathie). La sensibilité à la température est testée avec un instrument métal-plastique. Le patient doit sentir la différence de température entre les matériaux. La sensibilité à la douleur est déterminée à l'aide d'un cure-dent ou d'une aiguille émoussée. En appliquant des sensations de picotements du pouce au genou, le médecin identifie les points qui ne répondent pas à la douleur.


Outil d'évaluation de la sensibilité tactile - Monofilament

Ensuite, les réflexes du genou et d'Achille sont évalués. Dans le premier cas, le neurologue frappe le tendon du genou avec un marteau. Si les muscles sont touchés, ils ne se contractent pas et la jambe ne bouge pas. Le réflexe d'Achille est testé de la même manière. Le médecin frappe le tendon d'Achille (calcanéen).

Diagnostic matériel

La neuropathie des membres inférieurs est diagnostiquée à l'aide de deux examens matériels (souvent, les procédures sont combinées). L'électromyographie est une évaluation de l'état des muscles et des nerfs périphériques par le degré de leur activité électrique. Elle est réalisée à l'aide d'un électromyographe, qui enregistre les bio-impulsions provenant d'électrodes fixées aux muscles des jambes du patient (dans un état calme et tendu). Une image graphique des vibrations est affichée sur du ruban adhésif ou sur un écran de contrôle. Les indicateurs de bioactivité obtenus sont comparés aux standards. S'il y a un écart, la pathologie est diagnostiquée.

Electroneurographie. L'invention concerne un procédé d'enregistrement des changements bioélectriques dans les nerfs pendant la contraction et la relaxation musculaires. L'examen est effectué à l'aide de deux électrodes attachées au nerf et aux muscles. Lorsqu'un signal électrique est appliqué au nerf, l'électrode du muscle doit réagir. Le paramètre principal de l'évaluation est la vitesse à laquelle l'impulsion est transmise. Une faible vitesse indique des violations.

Pour le diagnostic de la neuropathie autonome, un ECG (électrocardiogramme), une échographie (examen échographique de la cavité abdominale), un FGDS (fibrogastroduodénoscopie), une radiographie sont en outre prescrits. Sur la base des résultats des examens, une consultation des médecins spécialistes concernés est désignée.

Traitement

Le traitement de la neuropathie diabétique commence par la normalisation de la glycémie. Sans atteindre des niveaux de glycémie toujours normaux, une thérapie supplémentaire sera inutile. Le diabète de type 1 est compensé par de l'insuline médicale. L'endocrinologue sélectionne des doses individuelles d'injections quotidiennes, en fonction du stade de la maladie et de l'âge du patient. Dans le diabète sucré de type 2, des médicaments sont prescrits pour réduire la concentration de glucose:

Que faire si vos jambes vous font mal à cause du diabète?

  • Dérivés de sulfonylurée (Maninil, Tolbutamide, Glimépiride, Gliride, Diabéton). Les médicaments stimulent les cellules bêta du pancréas pour activer la synthèse de l'insuline.
  • Inhibiteurs de l'alpha-glucosidase (acarbose, miglitol). Réduit la résorption des glucides.
  • Biguadines (metformine). Réduit le sucre en augmentant l'utilisation du glucose.
  • Dérivés de l'acide benzoïque (Starlix, Novonorm). Augmentez la production d'insuline.

Souvent, après stabilisation des taux de sucre, les patients se plaignent d'une augmentation des symptômes neuropathiques. Cette réaction est due à des changements régénératifs des fibres nerveuses. Le traitement du syndrome douloureux est effectué en parallèle avec la restauration des nerfs endommagés. Pour cela, des médicaments des groupes pharmacologiques suivants sont utilisés:

  • Acide α-lipoïque (thioctique). Réduire la glycémie, normaliser le métabolisme, protéger les fibres nerveuses (Espalipon, Thioctacid, Tiolepta).
  • AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens). Soulager le syndrome de la douleur (ibuprofène, indométacine).
  • Neurotropes. Augmente la sensibilité des terminaisons nerveuses des nerfs périphériques. (Milgamma, vitamines B1, B6, B12).
  • Anticonvulsivants (Neurontin, Prégabaline).
  • Médicaments psychotropes. Soulager le stress psycho-émotionnel, empêcher le passage des signaux de douleur dans la neuropathie des membres inférieurs de la périphérie au cerveau (Amitriptyline).
  • Médicaments cardiaques pour stabiliser l'activité cardiaque.
  • Préparations à usage externe (pommades) à effet anesthésique.


Le pilier du traitement du diabète est la normalisation de la glycémie. Important! Le schéma thérapeutique et la posologie des médicaments doivent être choisis par le médecin. L'automédication peut être dangereuse pour la santé et la vie du patient..

En plus du traitement médicamenteux, le patient doit suivre un régime diabétique strict. Les erreurs de nutrition entraînent une augmentation de la glycémie, par conséquent, le traitement de la pathologie ne sera pas efficace.

Remèdes populaires

Selon les recettes de la médecine traditionnelle, les applications d'argile bleue, d'huile de camphre pour le massage, de teinture de souci médicinal (calendula) pour administration orale, d'écorce de citron sous forme de compresses aux pieds sont utilisées comme moyens auxiliaires de traitement de la neuropathie. Les remèdes externes ne peuvent être utilisés que s'il n'y a pas de plaies ouvertes ou d'écorchures sur la peau..

La prévention

Vous pouvez éviter ou retarder le développement de complications du diabète sucré si vous suivez les recommandations médicales:

  • contrôler strictement la glycémie,
  • exclure la consommation d'alcool et de nicotine,
  • s'en tenir à un régime diabétique,
  • traiter en temps opportun les maladies concomitantes,
  • ne négligez pas l'activité physique rationnelle,
  • consultez régulièrement un endocrinologue.

Il est important de se rappeler qu'une complication telle que la neuropathie diabétique, avec un traitement incorrect ou intempestif, peut entraîner des conséquences graves qui menacent le patient handicapé..

Neuropathies diabétiques: types, causes, symptômes, traitement

Amyotrophie diabétique

L'amyotrophie diabétique est également connue sous le nom de neuropathie diabétique proximale, de radiculoplexite lombo-sacrée et de polyradiculoneuropathie diabétique. Cette maladie se développe chez les patients atteints de diabète de type 2..

La maladie est caractérisée par une faiblesse sévère, puis une douleur intense dans les muscles des cuisses et des fesses. Les symptômes typiques se développent soudainement et n'affectent généralement qu'un seul côté du corps, mais parfois les deux côtés peuvent être affectés. La faiblesse peut être ressentie dans toute la jambe, donc les gens ont souvent besoin de béquilles ou d'une canne.

La probabilité de développer une amyotrophie diabétique est plus élevée chez les personnes âgées en surpoids et diabétiques. Environ 1% des diabétiques plus âgés ont cette condition. Avec le bon régime et le bon traitement, l'état du patient s'améliore avec le temps et les symptômes peuvent disparaître presque complètement. La prévention de l'amyotrophie nécessite un strict respect des taux de sucre dans le sang et des analgésiques.

Neuropathie autonome

La neuropathie autonome (neuropathie) survient lorsque les nerfs qui contrôlent les fonctions involontaires du corps sont endommagés en raison du diabète. La condition affecte la pression artérielle, la température corporelle, la digestion, la fonction de la vessie et même la fonction sexuelle.

Les dommages aux nerfs interfèrent avec l'envoi complet des impulsions du cerveau vers d'autres organes et parties du système nerveux autonome: le cœur, les vaisseaux sanguins, les glandes sudoripares.

Bien que le diabète soit la cause la plus fréquente de neuropathie autonome, certaines infections ou certains médicaments peuvent également provoquer la maladie. Les symptômes de la maladie dépendent de la zone du nerf qui est endommagée.

Les principaux symptômes sont:

  • étourdissements, évanouissements;
  • problèmes de vessie (incontinence, rétention urinaire, incapacité à vider complètement la vessie et, par conséquent, infection des voies urinaires);
  • dysfonctionnement sexuel (problèmes d'érection, d'éjaculation, sécheresse vaginale chez la femme, faible libido, incapacité à atteindre l'orgasme);
  • Difficulté à digérer les aliments (ainsi que perte d'appétit, diarrhée, constipation, ballonnements, nausées, vomissements, difficulté à avaler et brûlures d'estomac);
  • anomalies de la transpiration (transpiration excessive ou mauvaise transpiration et, par conséquent, altération de la thermorégulation du corps);
  • réponse lente de la pupille à la lumière.

La neuropathie autonome (ou autonome) peut résulter d'un traitement pour des conditions telles que le cancer. Causes de la neuropathie autonome:

  • accumulation de protéines anormales dans les tissus (amylose);
  • maladies auto-immunes (syndrome de Sjögren, lupus érythémateux disséminé, polyarthrite rhumatoïde et maladie cœliaque, syndrome de Guillain-Barré);
  • une attaque anormale du système immunitaire sur le corps (syndrome paranéoplasique);
  • lésions nerveuses dues au traitement (chimiothérapie);
  • les maladies chroniques telles que la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques et certains types de démence (démence);
  • maladies infectieuses et VIH (en plus, maladie de Lyme, botulisme);
  • diverses maladies héréditaires.

Traitement de la neuropathie autonome

Le principal objectif du traitement de la neuropathie autonome est de gérer la maladie ou l'état des nerfs endommagés. Par exemple, si le diabète en est la cause, la glycémie doit être étroitement contrôlée pour empêcher la maladie de progresser. La prochaine étape est la gestion des symptômes. En cas de troubles digestifs, il est recommandé de modifier le régime alimentaire, d'augmenter les portions de fibres et de liquide pour éviter les ballonnements, de prendre le médicament Metoclopramide (Raglan), ainsi que des médicaments pour prévenir la constipation. Pour la diarrhée persistante, des antibiotiques sont recommandés pour éviter la prolifération bactérienne dans les intestins. Les antidépresseurs tricycliques tels que l'imipramine (Tofranil) aident à traiter les douleurs nerveuses dans l'abdomen.

En cas de perturbations dans le travail du système génito-urinaire, il est recommandé de boire du liquide selon le calendrier, d'utiliser des médicaments qui aident à vider complètement la vessie. Dans certains cas, un cathétérisme ou des médicaments qui réduisent la suractivité de la vessie (p. Ex., Oxybutynine, teoltérodine) sont indiqués.

En cas de dysfonctionnement sexuel, les hommes se voient prescrire des médicaments pour maintenir une érection (Viagra, Levitra, Cialis). Il est recommandé d'utiliser une pompe à vide externe pour maintenir une érection. Le sang est pompé dans le pénis à l'aide d'une pompe à main et un anneau de restriction aide à maintenir une érection pendant environ 30 minutes.

Il est conseillé aux femmes souffrant de dysfonctionnements sexuels d'utiliser des lubrifiants vaginaux, qui réduisent la sécheresse et rendent les rapports sexuels plus confortables et agréables.

Des médicaments pour augmenter la tension artérielle et des médicaments pour réguler la fréquence cardiaque (médicaments appelés bêtabloquants) sont recommandés en cas de problèmes cardiaques..

Une alimentation riche en sel peut être indiquée en de rares occasions lorsque la pression artérielle doit être maintenue.

En cas de transpiration excessive, des médicaments sont prescrits pour réduire la transpiration, tels que le glycopyrrolate.

Mononeuropathie

La mononeuropathie fait référence à une lésion d'un seul nerf qui entraîne une perte de mouvement, de sensation ou d'une autre fonction de ce nerf. La raison principale: un traumatisme ou des troubles systémiques du corps. Une pression à long terme sur le nerf due à un œdème ou à une blessure entraîne une lésion de la couverture du nerf (gaine de myéline) ou d'une partie des cellules nerveuses - axones -. Ce dommage ralentit ou arrête le flux de l'influx nerveux du cerveau vers le site nerveux..

La mononeuropathie peut affecter n'importe quelle partie du corps.

Certaines des formes courantes de mononeuropathie sont:

  • dans le nerf péronier;
  • syndrome du canal carpien;
  • crânien;
  • fémoral;
  • radial;
  • sciatique;
  • dysfonctionnement du nerf ulnaire (syndrome ulnaire).

Les principaux symptômes sont:

  • paralysie;
  • picotements, brûlures, douleur, faiblesse;
  • perte de sensation.

Polyneuropathie (neuropathie périphérique)

La neuropathie périphérique est une maladie qui résulte de lésions nerveuses, accompagnées d'une glycémie chronique et d'un diabète. Les principaux signes de polyneuropathie: perte de sensibilité des membres, douleur dans les jambes, les bras, engourdissement. Cette condition est la complication la plus courante du diabète sucré, elle survient dans 60 à 70% des cas. Vous pouvez réduire le risque de cette maladie en maintenant votre glycémie plus proche de la normale..

Lorsque les nerfs endommagés ne peuvent pas transmettre les impulsions du cerveau à certaines parties du corps, les extrémités peuvent être chaudes ou froides et les pieds peuvent faire mal. Si le patient se blesse à une jambe ou un bras (par exemple, reçoit une égratignure), il ne ressent souvent pas les dommages dus à une mauvaise sensibilité. À la suite de tels dommages, des ulcères apparaissent qui ne guérissent pas pendant longtemps. Les conséquences de tels dommages peuvent être mortelles et même conduire à la gangrène, puis à l'amputation du membre. Les lésions nerveuses se manifestent différemment chez chaque personne. Un patient peut ressentir une sensation de picotement puis une douleur. D'autres perdent la sensation des doigts et des orteils et l'engourdissement devient chronique. En règle générale, ces changements se produisent sur plusieurs années, de sorte que les patients ne les remarquent souvent pas. Les signes de lésions nerveuses sont ignorés, attribués à des changements liés à l'âge.

Il existe des traitements qui peuvent ralentir la progression de la polyneuropathie et limiter les dommages qu'elle peut provoquer. Les patients atteints de cette maladie doivent régulièrement faire un minimum d'exercice, contrôler la glycémie, surveiller la surface du corps et éviter tout dommage aux tissus externes..

Symptômes et traitement de la neuropathie dans le diabète sucré

La neuropathie diabétique distale fait référence à des maladies non inflammatoires dans lesquelles les nerfs périphériques sont endommagés. Les patients atteints de diabète sucré sont à risque.

La polyneuropathie diabétique autonome des membres inférieurs dans le diabète sucré est l'une des complications les plus fréquentes et les plus graves de la maladie. Elle se manifeste déjà cinq ans après le diagnostic de la maladie et, si elle n'est pas traitée, conduit rapidement à une invalidité..

Les raisons

Le principal coupable de la neuropathie diabétique est l'hyperglycémie. Dans le diabète, on parle de polyneuropathie, car la maladie affecte presque tous les nerfs. Le système nerveux somatique, responsable de l'activité motrice, et le système nerveux autonome, qui contrôle le travail des organes internes, en souffrent..

Le mécanisme de développement de la maladie est le suivant:

  1. Lorsque la glycémie est constamment élevée, des troubles métaboliques surviennent.
  2. Les tissus et les cellules sont œdémateux.
  3. La pression artérielle augmente.
  4. Le sang ne peut pas pénétrer dans les vaisseaux comprimés en raison d'un œdème.
  5. Tout d'abord, les petits capillaires meurent, puis les gros vaisseaux.
  6. En raison d'un mauvais apport sanguin, le travail des organes internes est perturbé.

Avec une surveillance constante de la glycémie, la neuropathie ne se produit pas. Les facteurs provoquant le développement de la maladie chez les diabétiques:

  1. Âge avancé du patient. La neuropathie se développe généralement après 50 ans.
  2. La durée de l'évolution de la maladie. Les premiers signes de la maladie apparaissent 5 à 10 ans après le début du diabète.
  3. Augmentation constante de la pression artérielle. Le gonflement des capillaires est aggravé par une pression accrue, un vasospasme se produit.
  4. en surpoids.
  5. Non-respect du régime, entraînant des poussées constantes de sucre.
  6. Niveaux constamment élevés de «mauvais» cholestérol.
  7. Mauvaises habitudes du patient (alcool, tabagisme).
  8. Hérédité. La probabilité de neuropathie augmente à 30% si des parents proches souffrent de la maladie. On pense que certaines personnes portent un gène altéré, dans lequel les neurones deviennent beaucoup plus sensibles aux effets du sucre, ils sont détruits et deviennent incapables de transmettre un signal.
  9. Blessures aux extrémités dans lesquelles les terminaisons nerveuses sont touchées. Dans le diabète, les processus de régénération sont très pauvres, de sorte que les nerfs endommagés ne guérissent pratiquement pas.
  10. Type de diabète sucré. Chez les patients diabétiques de type 2, la neuropathie se développe 2,5 fois plus souvent que chez les diabétiques de type 1.

Classification

En fonction de la section du système nerveux affectée, les types suivants de polyneuropathie diabétique sont distingués en médecine:

  1. Symétrique généralisée.
  2. Autonome.
  3. Multifocal, focal.
  4. Central.

Polyneuropathie symétrique généralisée

À son tour, ce type de maladie est subdivisé en:

  1. Neuropathie sensorielle (les nerfs responsables de la sensibilité sont affectés).
  2. Moteur (activité motrice altérée).
  3. Sensomoteur (combiné). La capacité motrice du patient et la sensibilité.
  4. Hyperglycémique. Le type de maladie le plus bénin, après la normalisation des taux de glucose, le fonctionnement normal du système nerveux est rétabli.

Autonome

La neuropathie autonome est un type de maladie dans lequel l'innervation des organes internes est perturbée. Leur apport sanguin se détériore, le corps cesse de fonctionner normalement.

C'est le type de pathologie le plus dangereux conduisant à la mort. La mort survient en raison d'une crise cardiaque, d'une insuffisance rénale, hépatique, cardiaque.

Le type de maladie autonome combine les types suivants:

  • Respiratoire. Le travail du système respiratoire est altéré.
  • Cardiovasculaire. Les nerfs du cœur et les vaisseaux sanguins sont affectés.
  • Urogénital. L'innervation des organes urinaires est réduite, ils fonctionnent donc de manière erratique.
  • Gastro-intestinal. Les nerfs responsables du fonctionnement du tractus gastro-intestinal sont détruits.
  • Endocrine. L'activité du système endocrinien se détériore, le déséquilibre hormonal commence.

Multifocal et focal

C'est une forme rare de neuropathie qui affecte le système nerveux périphérique. Chez les patients, les réflexes tendineux diminuent, une parésie des membres se produit. Ce type se caractérise par une progression lente, alternant périodes d'exacerbation et de rémission.

Sous-espèce de forme focale:

  • Radiculoneuropathie. Blessure à la racine vertébrale.
  • Tunnel. La pathologie s'étend au nerf radial, ulnaire, au canal carpien.
  • Crânien. Affecte les nerfs crâniens (oculomoteurs, auditifs, faciaux).

Central

Avec la neuropathie centrale, le cerveau et la moelle épinière sont impliqués. C'est l'un des types de pathologie les plus graves. Il y a un changement dans la fonction cérébrale. Le résultat est:

  • faiblesse musculaire (myélopathie),
  • encéphalopathie,
  • les troubles mentaux.

Un symptôme caractéristique est le syndrome cérébrasthénique, exprimé par des états de type névrose, dépression, troubles cognitifs, phobies.

Signes de dommages au système nerveux

Déterminer si un patient a une neuropathie diabétique est assez difficile. La maladie est latente depuis longtemps, les symptômes passent inaperçus. Il est possible de suspecter une pathologie par des signes actifs et passifs..

actifPassif
Douleur aiguë le long du nerfRaideur des membres
Une sensation de brûlure dans les bras ou les jambes, le dos.Manque de sensibilité de la peau
Sensation de picotement des aiguilles dans la zone touchéeSensation de "cotonnité" des mains et des pieds
Syndrome d'allodynie (douleur au moindre contact)Démarche instable
Réduire le seuil de douleurDétérioration de la vision, de l'audition, des troubles cognitifs.

Une visite opportune chez un médecin au stade des signes indirects augmente de 50% les chances de restaurer le fonctionnement du système nerveux.

Les symptômes de la maladie

En fonction des fibres nerveuses endommagées, le patient développe différents symptômes..

1. Signes de neuropathie centrale:

  • Démence lentement progressive (encéphalopathie). Elle se manifeste par une diminution de la mémoire, une détérioration de la pensée, de l'imagination. Il devient difficile pour le patient de résoudre d'abord les tâches complexes, puis les tâches les plus simples.
  • Syndrome cérébrasténique, exprimé en névroses fréquentes, dépression, phobies, cauchemars. Le patient se sent déprimé, apathique.
  • Manifestations végétatives: acouphènes, étourdissements, maux de tête, troubles mentaux, ralentissement de l'activité physique et mentale.

2. Symptômes du type autonome de maladie.

Les manifestations dépendent de l'innervation des organes qui est altérée:

  • Le type cardiovasculaire est caractérisé par: un rythme cardiaque perturbé, des pics de tension artérielle, une crise cardiaque indolore, un accident vasculaire cérébral, une augmentation de la fréquence cardiaque au repos.
  • La pathologie urogénitale se traduit par une rétention urinaire, une dysfonction érectile, une cystite fréquente, une pyélonéphrite, des irrégularités menstruelles chez la femme.
  • Avec la forme gastro-intestinale, il existe des symptômes tels que:
    • brûlures d'estomac;
    • difficulté à avaler;
    • dyskinésie biliaire;
    • gastroparésie;
    • ulcère de l'estomac;
    • violation du péristaltisme intestinal, entraînant diarrhée ou constipation, incontinence fécale.

3. Symptômes du périphérique.

Les premiers signes n'apparaissent pas immédiatement. Cela est dû au fait que des nerfs sains, jusqu'à un certain point, compensent partiellement les fonctions des patients. Ensuite, les symptômes suivants se produisent.

Troubles sensoriels:

  • Distorsion de sensibilité. Une personne peut ressentir de la douleur au moindre contact et, au contraire, être absente avec un fort impact physique..
  • Des picotements, des brûlures dans les membres.
  • Perception de la température altérée (les membres gèlent à une température extérieure normale).
  • Un goût désagréable dans la bouche.
  • Sensibilité aux odeurs.
  • Diminution de la vision crépusculaire.
  • «Syndrome des chaussettes et des gants». Il semble au patient que quelque chose est porté sur les bras et les jambes.

Troubles moteurs:

  • Instabilité lors de la marche. Le patient sent les jambes comme du coton ", a peur de perdre l'équilibre.
  • Coordination altérée. Les mouvements sont flous, chaotiques.
  • Crampes musculaires, surtout la nuit.
  • Raideur articulaire. Tout d'abord, les petits doigts sont difficiles à plier, puis le reste des doigts. En raison de la violation de la nutrition des os, leur inflammation et leur croissance pathologique se produisent..
  • Des muscles faibles. Il devient difficile pour le patient de tenir des objets, de se tenir debout longtemps. Après un certain temps, une atrophie musculaire se produit.

Troubles endocriniens

  • Tout d'abord, le travail des glandes sudoripares est perturbé. Le patient souffre d'une transpiration excessive et d'une rougeur de la peau à des températures normales. Au fil du temps, les glandes sudoripares commencent à produire peu de sueur en raison d'un spasme capillaire. Le patient développe une peau sèche, des taches de vieillesse apparaissent. La peau perd sa fonction protectrice, avec toute infection par rayures peut survenir, se transformant en inflammation purulente.
  • Syndrome du pied diabétique. Des ulcères purulents et des foyers nécrotiques se forment sur les jambes. Ils ne guérissent pas, le processus progresse, va au tissu osseux, ce qui conduit à l'amputation du membre. Cela devient la cause de la gangrène, la vie du patient ne peut être sauvée que par l'amputation d'un membre.

Les étapes de développement

Le développement de la neuropathie se déroule en plusieurs étapes, chacune ayant ses propres symptômes. Stades de la maladie:

  • Étape 1, subclinique. Il n'y a pas de signes cliniques, mais l'examen révèle des lésions nerveuses.
  • Stade 2, clinique. Le premier mouvement, des troubles sensoriels, une faiblesse musculaire apparaissent.
  • Stade 3 des complications tardives. A ce stade, les changements sont irréversibles, des complications telles que le pied diabétique et la déformation des membres se développent. Le patient se voit attribuer un groupe d'invalidité.

Diagnostique

Le diagnostic commence par la collecte de l'anamnèse. Le médecin interroge le patient en détail sur tous les symptômes existants, l'heure des premiers signes. Le médecin utilise des échelles spéciales pour évaluer l'état du patient:

  • Échelle du Michigan. Comprend 15 questions sur divers symptômes de la maladie (s'il y a engourdissement, brûlure, crampes, douleur, etc.).
  • Échelle des symptômes neurologiques. Évalue la manifestation de la maladie, la localisation des symptômes, l'heure d'apparition, etc..

Ensuite, le neurologue procède à un examen visuel du patient pour la déformation des doigts, le pied diabétique, la présence d'ulcères, les zones de peau sèche.

La prochaine étape est les tests de sensibilité:

  • Sensibilité aux vibrations. Le diapason est placé à l'arrière du pouce et le temps de sensibilité aux vibrations est noté.
  • Mesure des réflexes tendineux et musculaires avec un marteau.
  • Évaluation de la sensibilité tactile. La surface du pied est facile à toucher avec un objet pointu.
  • Etude de la sensibilité à la température. Vérifiez la réaction de la peau à la chaleur et au froid.
  • Le potentiel électrique des muscles est mesuré par électromyographie. Des électrodes à aiguilles sont insérées dans le muscle, qui examinent la vitesse de l'impulsion le long des nerfs.

Pour évaluer l'activité des organes internes, il est nécessaire d'effectuer un certain nombre de tests de laboratoire:

  • Analyse générale et biochimique du sang, de l'urine.
  • Mesurer la glycémie.
  • Test sanguin pour l'hémoglobine glyquée.
  • Test de cholestérol.

Ensuite, des études instrumentales sont prescrites pour identifier les défaillances dans le travail des organes et des systèmes:

  • ECG. Révèle la pathologie du système cardiovasculaire, les troubles du rythme cardiaque.
  • Surveillance 24 heures sur 24 de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle.
  • Échographie des organes abdominaux. Diagnostique les calculs biliaires, la lithiase urinaire, le rétrécissement des canaux, l'élargissement, les changements dans la structure des organes
  • Fibrogastroscopie. Il est prescrit pour confirmer la gastrite, les ulcères d'estomac, les ulcères duodénaux.
  • Radiographie avec contraste. Le fonctionnement des intestins, des reins et de l'estomac est à l'étude.
  • Une cystoscopie est nécessaire pour la cystite récurrente.
  • L'électromyographie des muscles de la vessie est réalisée si le patient a des problèmes d'uriner (rétention urinaire ou incontinence).

Pour clarifier le diagnostic, vous devrez consulter d'autres spécialistes étroits: cardiologue, urologue, gastro-entérologue, orthopédiste, ophtalmologiste.

Traitement

Le principal défi de la neuropathie diabétique est d'abaisser la glycémie et de la maintenir stable. Ainsi, la principale cause de complications du diabète est éliminée, ce qui permet de normaliser l'état du patient. Il est possible d'abaisser les taux de glucose avec de l'insuline et des médicaments antidiabétiques.

Le reste des mesures thérapeutiques est symptomatique et vise à soulager l'état du patient. Pour soulager les symptômes désagréables et restaurer les fibres nerveuses endommagées, les groupes de médicaments suivants sont prescrits:

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (Nise, Ibuprofène, Diclofénac). Ils réduisent la douleur, l'enflure et l'inflammation. Cependant, les fonds de ce groupe ont un effet négatif sur l'estomac, les reins, le cœur. Par conséquent, ils ne peuvent pas être utilisés pour les ulcères, l'insuffisance cardiaque, hépatique, rénale..
  • Neurotropes (Milgamma, vitamines B). Améliore la conduction nerveuse, restaure l'intégrité des fibres nerveuses.
  • Antidépresseurs du groupe tricyclique (Amitriptyline). Ils inhibent la transmission de l'impulsion de la douleur. Cela permet d'éliminer la douleur..
  • Anticonvulsivants (Neurontin, Prégabaline). Réduit la contraction musculaire excessive en agissant sur le centre d'excitation dans le cerveau.
  • Opioïdes synthétiques (Tramadol, Zaldiar). Réduit la sensibilité des récepteurs de la douleur, la température.
  • Médicaments antiarythmiques (Mexilétine). Normalise la fréquence cardiaque en bloquant les canaux sodiques.
  • Anesthésiques locaux (onguents, patchs). Réduire la sensibilité des récepteurs.

Si le patient a des ulcères purulents, il est nécessaire de prendre des antibiotiques à large spectre, des agents antifongiques.

L'acide alpha-lipolique (Thioctacid, Thiogamma) est utilisé avec succès pour abaisser le glucose.

Les médicaments contiennent une hormone pancréatique synthétique, qui rétablit le métabolisme, prévient les effets négatifs des radicaux libres.

En outre, le médecin prescrit des agents antidiabétiques (Metformine, Nateglinid et autres), en fonction du type de diabète, du stade de la maladie.

La durée moyenne du traitement est de 2 à 4 semaines. Les médicaments antidiabétiques sont pris plus longtemps, parfois à vie.

Physiothérapie

La physiothérapie associée à un traitement médicamenteux accélère le processus de régénération nerveuse, aide à soulager la douleur, rétablit la sensibilité. Méthodes les plus efficaces:

  • Magnétothérapie. Les zones touchées sont exposées à un champ magnétique alternatif. La nutrition des fibres nerveuses est améliorée, l'apport sanguin est amélioré.
  • Stimulation électrique. L'activité musculaire motrice fonctionnelle est stimulée par des courants à haute fréquence, rétablissant ainsi le tonus musculaire.
  • Electrophorèse. Les médicaments sont injectés à travers la peau en utilisant un courant électrique continu. Ainsi, un effet anti-inflammatoire et analgésique est obtenu..
  • Balnéothérapie. Pour le traitement de la neuropathie, les bains de radon et de térébenthine sont largement utilisés. Les applications de paraffine, enveloppement de boue, douche Charcot donnent également un bon effet..

Physiothérapie

La thérapie par l'exercice est nécessaire pour maintenir la mobilité des articulations, restaurer le tonus musculaire et améliorer la circulation sanguine. Pour cette raison, une restauration indirecte des fibres nerveuses est obtenue. Un ensemble d'exercices est développé par un spécialiste. Il est préférable de faire de la gymnastique sous la supervision d'un instructeur. Il est important que les cours soient réguliers, adaptés à l'état du patient..

Les cours commencent après la fin de la période aiguë. Lors de l'exécution d'exercices, le patient doit se sentir à l'aise, éviter les mouvements qui aggravent la condition.

Régime

La nutrition pour la polyneuropathie diabétique doit correspondre au type de diabète sucré. Règles de base pour la restauration:

  • Respect strict de la teneur quotidienne en calories, de l'équilibre nutritionnel (protéines, lipides, glucides).
  • Manger de la nourriture à des heures strictement définies 5 à 6 fois par jour en petites portions.
  • Prise en compte de l'indice glycémique et insulinique des produits.
  • Cuisiner en ragoût, en pâtisserie.

Ainsi, vous pouvez éviter les poussées soudaines de sucre, améliorer le métabolisme des graisses..

Liste des produits interdits:

  • Glucides simples: sucre, pâtisseries, pain blanc, riz, jus de fruits.
  • Fast food.
  • Saucisses.
  • Produits semi-finis.
  • La semoule.
  • Nourriture en boîte.
  • Produits laitiers sucrés.
  • Poisson gras, viande.
  • Produits épicés, salés, fumés.

Le régime alimentaire du patient comprend les produits suivants:

  • Légumes crus, cuits.
  • Œufs, omelettes.
  • Bouillie de sarrasin, orge perlé, millet.
  • Soupes au bouillon de légumes.
  • Viandes faibles en gras, poisson.
  • Baies acides, fruits.
  • Produits laitiers sans sucre.
  • Huile végétale.
  • Les fruits sucrés, le beurre, le miel sont consommés en quantités limitées.

Prévention et complications

Si le patient ignore les symptômes de la maladie pendant une longue période, cela entraînera le développement de complications graves, dont la plupart sont mortelles. Les complications les plus courantes de la neuropathie diabétique sont:

  • Infarctus du myocarde indolore. Est une conséquence d'une violation de l'innervation du muscle cardiaque.
  • Maladies mentales se développant dans le contexte de lésions du SNC.
  • Pied diabétique, lésions cutanées ulcéreuses qui se terminent par une amputation d'un membre.

Les patients diabétiques peuvent prévenir la neuropathie s'ils adhèrent à certaines recommandations:

  • Arrêter de fumer, de boire de l'alcool.
  • Adhésion à un régime alimentaire spécifique selon le type de diabète.
  • Le contrôle du poids.
  • Prendre des médicaments antidiabétiques prescrits par votre médecin.
  • Surveillance constante des niveaux de sucre.

La neuropathie diabétique peut être complètement guérie. Au premier stade, les lésions nerveuses sont réversibles; avec un traitement rapide, les chances de guérison complète sont élevées..