Hallucinations

Inspiré par ce post http://pikabu.ru/story/_1042451
Je viens de décider de partager.

Les hallucinations ne sont pas du tout amusantes. En voici quelques-uns qui s'amusent, on dit qu'il y a des "champignons", des "substances" qui provoquent des "latrines". Et regarder un homme avec "galyunami" est même effrayant.

Ma grand-mère, qui est restée sobre jusqu'au bout, a été possédée d'hallucinations juste avant sa mort. Je n'ai même pas bien compris quand ça a commencé.
Elle vivait avec nous, dans une pièce séparée. Eh bien, je lui ai apporté de la nourriture, puis j'ai retiré le plateau, elle a remercié. Je suis allé dans ma chambre, je me suis assis devant l'ordinateur. Puis ça a "commencé".
- Nadia (ma mère) qui est cette femme?
Maman n'était pas à la maison. Je suis entré dans la chambre de grand-mère (on ne sait jamais, peut-être que ma mère est entrée, mais je n'ai pas remarqué). Vide, seule grand-mère est assise sur le canapé.
- Cette femme, qui est-ce? Demandez à votre maman. - Et montre le placard.
Nous sommes arrivés, je pense. Eh bien, maman est venue me le dire. Puis les choses ont empiré, nous étions perdus, nous ne savions pas quoi faire.
- Nadia, est-ce votre amie? Oh, Alicek, petite! (Alik est mon oncle, un propriétaire de 60 ans d'une tête chauve impressionnante et d'un ventre encore plus impressionnant. Fils de grand-mère).
- Qui sont ces gens? - Et il montre le coin de la pièce dans lequel, en raison de l'emplacement des meubles, il est impossible d'entrer du tout.
- Chante. entendez-vous Chante! - Et commence à fredonner quelque chose d'incohérent.
Les portraits de ses proches ont été retirés de la chambre de la grand-mère. Elle se sentit mieux pendant un moment, les «gens» sont partis. Après un certain temps (déjà le soir) - la suite du banquet.
- Wow, quelle taille. (Il n'y a, bien sûr, personne dans la salle).
- Nadia, qui est-ce? - Il s'est avéré que Nadia se tenait maintenant dans ce coin très inaccessible de la pièce, et la vraie Nadia est une femme inconnue.
Puis ça a empiré.
- Aide-moi à me lever, j'irai à la gare, rencontre Nadia.
Inutile de dire qu'il n'y avait pas besoin de rencontrer personne, tout le monde était à la maison. De plus, ma grand-mère avait une jambe cassée et la fracture ne guérissait pas correctement, alors elle ne marchait qu'avec un «déambulateur».
- Hé fille, donne-moi ta main, je vais me lever et rentrer à la maison.
Puis l'hystérie a commencé. La grand-mère a appelé à haute voix tous ceux qui pourraient être dans l'appartement et tous ceux qui l'aimaient personnellement. Ils ont appelé une ambulance. L'ambulance a haussé les épaules et a dit qu'elle ne pouvait rien faire.
Encore quelques heures - et les cris se sont transformés en murmures de noms sans arrêt, puis la grand-mère s'est endormie. J'ai dormi tout le lendemain, au matin du deuxième jour j'étais déjà mort.

Depuis, je ne ris pas des blagues sur les hallucinations. Ce n'est pas drole.

Hallucinations dans la démence (sénile, vasculaire): traitement

Troubles de la perception dans la démence

Cette situation est familière?

Vers 4 heures du matin, Peter s'est déjà réveillé alarmé et agité. Sa femme Veronica dort profondément. Peter erre dans la maison, se cache, puis cherche quelque chose. Soudain, il se cache derrière le canapé et regarde dehors, écoutant, rampe vers la fenêtre et se lève pour jeter un coup d'œil.

Peter marmonna: «Je ne peux pas les laisser nous faire prisonniers. Je dois les trouver avant qu’ils ne nous trouvent. » L'homme va à la cuisine, prend un couteau et le cache dans sa poche. Puis il revient à sa position précédente sur le sol derrière le canapé. Il y a une fenêtre à proximité, il regarde à travers des jumelles. Soudain, Peter baissa les jumelles et entra dans la chambre. Il regarda autour de lui pour s'assurer que personne ne le regardait, ouvrant lentement la porte et regardant autour de la pièce. Sa femme dort.

S'approchant, Peter a chuchoté: «N'ayez pas peur, Major, j'ai tout sous contrôle. Ils ne nous mèneront pas vivants. " Veronica a tendu la main pour allumer la lumière, mais son mari l'a arrêtée: «N'allume pas la lumière, Major! Les terroristes suivront notre emplacement. Nous sommes entourés et ils nous surpassent en force ".

Veronica, ne se réveillant pas complètement, a déclaré: «Vous êtes fou! Il n'y a personne ici, et encore plus de terroristes, et je ne suis pas major, je suis votre femme! Tout cela vous semble. " Peter est devenu encore plus agité. Il dit à voix haute: «J'ai déjà dit que je les avais vus. Ils se rapprochent. Ils nous recherchent et vont bientôt nous rattraper. " Veronica est agacée: «S'il vous plaît, Petechka! Quand cesserez-vous d'inventer vos histoires idiotes? Ça te fatigue ".

La manie est allée aux extrêmes, Peter est devenu encore plus agité, malgré les tentatives de sa femme pour le convaincre qu'ils sont en sécurité, chez eux, il n'y a pas d'étrangers, mais en vain. Veronica a cessé de prêter attention à son mari, elle voulait dormir.

Alors Peter a crié: "Si des terroristes entrent dans la maison, je vous tuerai, puis moi-même." Il montre un couteau à sa femme. Veronica dit: «Arrête, il te semble. Personne ne nous poursuit et ne nous a jamais poursuivis! ".

Peter tente de calmer sa femme, lui prend la main, mais Veronica avait vraiment peur. "Enlevez le couteau avant de blesser accidentellement quelqu'un." Peter couvrit sa bouche avec sa main et murmura à nouveau: "N'aie pas peur, Major, je ne les laisserai pas nous tuer." Veronica s'est transformée en pierre lorsqu'elle a réalisé à quel point son mari était sérieux maintenant. Elle a rapidement pris une décision: elle est sortie du lit et s'est enfuie. Soudain, Peter, pour une raison inconnue, lui jette un couteau. Trauma, mais tout le monde a survécu.

L'issue de cette situation n'est pas seulement une conséquence des hallucinations visuelles et de la paranoïa dans la démence, mais aussi l'incapacité d'un proche à «repousser une crise», à parler à un patient atteint de démence afin de réduire le risque d'accident. Nous reviendrons sur cette histoire plus tard..

Hallucinations chez les personnes atteintes de démence

Les hallucinations signifient quelque chose qui n'existe pas, mais une personne ressent ou voit, c'est-à-dire qu'elle l'expérimente comme le présent. Les hallucinations peuvent affecter tous les sens. Ils surviennent tardivement, moins souvent à un stade modéré de la démence. Il y a des hallucinations visuelles, auditives, tactiles, olfactives et gustatives. Plus fréquent dans la maladie de Parkinson et la démence à corps de Lewy, mais possible chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer et d'autres types de maladie: démence vasculaire, atrophie corticale postérieure.

Au début, une personne se rend compte qu'elle hallucine, le patient peut avoir très peur. La plupart des épisodes d'hallucinations sont éphémères, les patients ont donc toutes les chances de comprendre que ce qu'ils ont vu n'existe pas vraiment. Au fur et à mesure que la maladie progresse, les hallucinations deviennent de plus en plus obsessionnelles et prolongées, et la conscience s'affaiblit, de sorte que les patients «changent soudainement» et arrêtent de distinguer où est la vérité et où est ce dont ils ont rêvé ou rêvé. L'obsession des hallucinations et du moment où une personne est complètement absorbée par celles-ci, augmente avec les maladies concomitantes: autres signes de psychose, de stress ou de plusieurs types de démence en même temps.

Les hallucinations dans la démence sont généralement visuelles, bien formées et très détaillées. Les scènes impliquent des adultes, des enfants, des animaux, parfois des membres de la famille morts depuis longtemps. Souvent, les patients n'admettent pas voir des hallucinations, ils se battent seuls et les proches les remarquent lorsque la démence progresse.

Hallucinations dans la maladie d'Alzheimer: caractéristiques

Dans la maladie d'Alzheimer, en règle générale, les délires sont associés à des hallucinations. La psychose survient dans les derniers stades. Les accusations de vol et d'adultère ne sont pas rares. Scénario le plus courant: le patient pense que la personne qui prend soin de lui veut lui faire du mal, le tuer, prendre possession d'un bien. De plus, ce sera précisément une personne proche, et non un autre parent qui vit également avec le patient, mais lui accorde moins d'attention.

Certains patients réagissent violemment, crient, crachent des jurons, refusent de manger. D'autres acceptent le fait qu'ils vivent à côté de «l'ennemi», soupçonnent silencieusement, posant parfois des questions suggestives. Les idées délirantes dans la maladie d'Alzheimer provoquent la peur et parfois des tentatives ridicules pour se défendre contre leur propre infirmière.

Les hallucinations visuelles sont associées à la maladie d'Alzheimer, mais les hallucinations auditives sont également fréquentes. Le patient imagine des personnages difficiles ou clairs à côté du lit, il semble que des parents ou des inconnus parlent quelque part à proximité. Parfois, les hallucinations sont combinées avec des illusions de persécution ou de jalousie. Les patients peuvent également percevoir les gens à la télévision comme se tenant devant eux et communiquer avec eux..

Expérience personnelle d'un soignant pour un patient atteint de démence. «Ma grand-mère est une ancienne actrice de théâtre. Pendant longtemps, elle a adoré aller au supermarché près de chez elle. Quand j'ai vu une foule de gens là-bas, je les ai perçus comme des spectateurs. Puis elle déclara solennellement: "Nous sommes les prochains!" Alors j'ai chanté, dansé et diverti tout le monde avec elle. Maintenant, la grand-mère est devenue pire, elle ne quitte presque jamais la maison et ne reconnaît personne, mais avant il y avait d'innombrables cas amusants. Un jour, elle m'a perçu comme son petit ami de l'école. Et il est impossible de prouver quelque chose! ".

Illusions

L'illusion est différente de l'hallucination. Les illusions sont des perceptions erronées ou des interprétations erronées des stimuli sensoriels, comme le bruit d'une porte claquée comme un coup de feu Les hallucinations sont des expériences sensorielles en l'absence de stimuli externes..

Délire ou manie

Le délire, la manie et les hallucinations sont des manifestations de psychose dans la démence. Habituellement, les patients souffrent de fausses croyances (croient en des faits inexistants, malgré des preuves directes du contraire).

Les délires paranoïdes, en règle générale, surviennent dans les derniers stades de la démence et incluent la trahison, le vol, la capacité de voir des criminels et des scélérats face à des personnes complètement inattendues. Parfois, les patients ont le sentiment (ils sont sûrs) qu'un proche parent a été remplacé par un double (syndrome de Capgras).

Les fausses croyances en la démence sont souvent associées à une perte de mémoire. Ils comblent les lacunes de l'image abîmée du passé avec une fausse image qui n'a pas de sens pour eux. Par exemple, si une personne ne trouve pas sa réserve, elle croit que quelqu'un l'a volée..

Comment vérifier s'il s'agit d'hallucinations et non d'autres problèmes potentiellement résolus?

Les problèmes de vision et d'autres maladies sont confondus avec des hallucinations dans la démence, par la suite le mauvais traitement est sélectionné, aggravant ainsi le pronostic.

Déficience visuelle

La démence affecte la fonction visuelle de différentes manières. Le patient peut penser que le miroir reflète le criminel et non lui-même; les gens de l'émission télévisée sont dans la pièce à côté de lui. Difficulté à reconnaître les visages de personnes familières, effrayées à la vue de petits changements: le revêtement brillant semble humide, l'ombre ressemble à un trou.

Les problèmes de vision courants chez les personnes âgées que de nombreuses personnes confondent avec des hallucinations comprennent:

  • voit les choses avec moins de netteté (flou);
  • ombres provenant de petits objets flottant dans le champ de vision (points, mouches, lignes, etc.);
  • perte de la capacité de reconnaître la portée et la profondeur, voir en trois dimensions;
  • rétrécissement du champ de vision (la zone dans laquelle le patient voit des objets), perte de la vision périphérique (capacité de voir au-delà d'une ligne droite);
  • les yeux mettent plus de temps à s'adapter aux changements de niveau d'éclairage (par exemple, si cela fait mal d'un couloir sombre d'entrer dans une pièce lumineuse ou de quitter la maison pour la rue).

Maladies du système visuel: les cataractes, le glaucome, la dégénérescence maculaire et les lésions rétiniennes, en tant que complication du diabète, sont fréquents chez les patients atteints de démence sénile et / ou vasculaire.

De l'extérieur, les problèmes de vision sont similaires aux hallucinations. En regardant le manteau, le patient voit une personne; le bleu est perçu comme de l'eau. Une vieille femme peut appeler son fils par le nom de son mari ou de son frère, mais dès qu'il parlera, la femme comprendra son erreur en se concentrant sur sa voix (en l'absence de problèmes d'audition).

Avant de dire avec assurance qu'un patient a des hallucinations, emmenez-le chez un optométriste pour un diagnostic complet de la vision et assurez-vous que les pièces de la maison sont bien éclairées. Retirez les objets que le patient a mal interprétés à plusieurs reprises.

Syndrome de Charles Bonnet

La diminution de la vision et la cécité sont l'une des causes des hallucinations. Les gens voient des objets inexistants, figés ou en mouvement, mais très rarement l'image est complétée par du son (généralement silencieux). Les tailles des objets peuvent être déformées, et l'apparence peut ne pas correspondre à la modernité (emprunté à des contes de fées lus une fois, des films visionnés, etc.).

Les principaux types d'hallucinations dans le syndrome de Charles Bonnet:

  • simple, stéréotypé, comme une horreur;
  • complexe: personnes, animaux, paysages, objets.

Ces hallucinations sont causées par une déficience visuelle et non par une démence ou autre chose. Renseignez-vous sur les autres causes d'hallucinations qui peuvent survenir avec la démence, mais qui n'ont qu'un lien indirect avec cette maladie..

Accident vasculaire cérébral

La vision est affectée dans 25% des cas d'AVC. La victime peut perdre la vision centrale et / ou périphérique (parfois les deux yeux sont affectés). Les problèmes avec les mouvements oculaires et le processus de traitement des informations visuelles (perturbation du fonctionnement de l'analyseur visuel dans le cerveau) ne sont pas exclus.

Effets secondaires des médicaments

Certains médicaments provoquent des hallucinations et / ou des problèmes de vision. Discutez avec votre médecin de leur probabilité et, si nécessaire, de la possibilité d'annuler ou de remplacer les AINS, les antibiotiques, les médicaments antiparkinsoniens, les médicaments pour le traitement des maladies cardiovasculaires, la vision.

Désorientation

Les troubles de la conscience spatiale sont un problème courant dans la démence. Des étourdissements, des problèmes de mémoire topographique, des facteurs psychologiques, la même perte de vision, mais pas des hallucinations peuvent conduire au fait que le patient:

  • tombe sur des choses;
  • dévie fortement, craignant de toucher le cadre de la porte;
  • il ne prend pas immédiatement, mais cherche des choses, par exemple une tasse ou une poignée de porte;
  • se perdre ou être confus à la maison.

Les problèmes de mouvement dans la démence sont des symptômes courants de problèmes de perception:
  • évaluation incorrecte de la distance et de l'emplacement des objets même dans un environnement familier;
  • enjamber des motifs, des parties de couleurs différentes sur le sol (tapis), car un changement de couleur ressemble à un changement de hauteur;
  • le revêtement brillant est mouillé et le sol brillant est glissant;
  • descend lentement les escaliers ou a besoin d'aide, car il ne peut pas voir ou calculer où marcher, quelle distance a déjà été parcourue.

Ces problèmes provoquent de l'appréhension et une démarche lente, mais peuvent également entraîner des blessures..

Comment vivre avec une personne âgée qui a des hallucinations et des délires?

Les problèmes quotidiens auxquels le patient est confronté en raison d'hallucinations dans la démence:

  1. Vous devez regarder les visages des personnes ou des objets pendant longtemps, même s'ils ne sont pas à plus d'un mètre. Les distractions, comme le papier peint à motifs, le manque de contraste (riz sur une assiette blanche) compliquent la situation.
  2. Activités et passe-temps habituels (difficile à lire et à écrire lisiblement).
  3. Reconnaissance incorrecte des reflets (voit un inconnu dans le miroir, ne veut pas aller aux toilettes, car quelqu'un est là).
  4. Difficulté à maintenir l'équilibre en étant assis sur une chaise ou en utilisant les toilettes.
  5. Confus dans les pièces, inquiet car l'espace environnant change rapidement.

Conseils pour ceux qui vous entourent:
  1. Essayez de prédire la situation et d'expliquer en détail au patient ses erreurs et ses délires. Par exemple, si votre pupille a peur d'entrer dans une pièce ou de franchir un obstacle imaginaire, commencez par vous montrer qu'elle est en sécurité..
  2. Soutenez le patient et récompensez même les petits succès. Ne laissez pas la personne sentir que vous la précipitez, rappelez-lui de passer autant de temps que nécessaire..
  3. Ne bougez pas trop vite lorsque vous marchez à côté de quelqu'un qui est malade, communiquez ou travaillez en équipe.

Des problèmes de vision et de perception se font souvent sentir lorsque le patient change de situation: va visiter, au magasin ou célébrer des vacances avec tout le monde, et des hallucinations peuvent apparaître à tout moment.

Règles de conduite pour les personnes atteintes de démence que tout le monde devrait connaître

Comment les proches doivent-ils se comporter correctement pour garder les deux parties calmes et minimiser les effets des hallucinations? Règles de base:

  1. Essayez de refuser de réparer et de mettre à jour les meubles dans l'environnement du patient, de stocker les articles d'utilisation constante au même endroit (vous pouvez coller des autocollants avec des noms et des instructions sur les boîtes). Un environnement familier augmentera la confiance, réduira la peur de tomber ou de se cogner.
  2. Évitez les couleurs unies. Par exemple repas: assiette jaune sur nappe bleue, salle de bain: assise noire sur toilette blanche.
  3. Mettez en valeur les objets importants et les points d'orientation (porte, commode, armoire, réfrigérateur) avec de la couleur. Par le même principe, il est possible de masquer des objets que le patient ne sait plus utiliser pour l'usage auquel ils sont destinés (armoire de cuisine, interrupteur).
  4. Augmenter le niveau de lumière dans la pièce (objectif: éviter les chutes, autres conséquences d'une mauvaise vision et de la désorientation). L'éclairage doit être uniforme, ne pas permettre les ombres, les distorsions. Certaines personnes âgées atteintes de démence évitent les zones sombres dans les coins des pièces et des couloirs.
  5. Les motifs du sol et des murs sont des distractions qui augmentent la confusion les «mauvais jours».
  6. Retirer les miroirs s'ils causent des problèmes (peur, communication avec réflexion).
  7. Utilisez les technologies d'ameublement modernes dans la mesure du possible, comme l'éclairage automatique.

Trucs et astuces utiles

Si la personne atteinte de démence ne reconnaît pas l'objet, ne répond pas à vos demandes et conseils ou répond de manière inappropriée, ne vous concentrez pas..

Ne posez pas de questions qui pourraient amener la personne âgée à se sentir inférieure et humiliée. Si nécessaire, remettez l'objet dans ses mains, réapprenez à l'utiliser, même si c'est une chose très simple. Si vos explications sont ignorées, n'insistez pas, écoutez ce qui est dans l'esprit du patient.

Des corrections constantes et des tiraillements aggraveront le contact, votre parent ne voudra pas communiquer et effectuer des actions ensemble. Surveillez vos émotions, mettez des faits et des détails en arrière-plan.

Il arrive un moment où la démence entraîne une perte de mémoire. Avec les hallucinations, le processus d'habituation des autres, y compris des invités qui ne sont pas très conscients du problème, est difficile. Si le patient ne reconnaît pas, appelle ses anciennes connaissances par le nom de quelqu'un d'autre, jure ou accuse quelque chose, devenez vous-même patient et expliquez aux personnes perplexes pourquoi le parent se comporte de manière inappropriée. Demandez-leur de se présenter à nouveau.

Situation publique: vous êtes assis dans un café, mais votre grand-mère pense qu'elle est à la maison. Soudain, elle décida de se changer et commença à se déshabiller directement dans le couloir. Action: arrêtez-la et distrayez-la. Ne criez pas, aucun désastre ne s'est produit. Cela n'a aucun sens d'expliquer tout de suite que l'endroit ne convient pas. Dans la tête d'une vieille femme démente, l'endroit est parfait et vous ne ferez que lui faire peur. Il en va de même pour toute action inappropriée à un certain endroit et à une certaine heure. La patience et l'indulgence vous éviteront le stress.

Essayez de rendre vos loisirs plus accessibles. Par exemple, si avant la démence, une personne aimait lire, mais maintenant elle est gênée par des hallucinations (ombres, points, silhouettes simples) ou des problèmes de vision empêchent les lettres d'être reconnues, suggérez des livres audio..

Ajustez l'environnement pour la personne malade qui s'intéresse aux devoirs ou à d'autres activités. Par exemple, envisagez de cuisiner avec des légumes pré-coupés et des vinaigrettes prêtes à l'emploi..

Si vous voyez un parent âgé assis à table dans la confusion, aidez-vous à vous orienter. Montrez ou décrivez où se trouvent la nourriture et la boisson, servez des couverts le cas échéant.

Aidez la personne âgée à comprendre où elle est, avec qui, ce qui se passe autour d'elle. Parlez quand quelqu'un entre ou sort pour que la personne sache que ce n'est pas une hallucination. Le bruit de la télévision, de la climatisation, du réfrigérateur est également parfois mal interprété. Si vous devez prendre un médicament, expliquez d'abord pourquoi il est nécessaire, comment il aide.

Traitement

Analyse du cas donné au début de l'article. Comment il était possible d'éviter une triste fin?

Veronica n'attachait pas d'importance aux hallucinations, malgré le diagnostic de démence. Pour Peter, tout ce qu'il a vu était réel.

Si la personne ne comprend pas qu'elle a des hallucinations, refusez de répéter plusieurs fois qu'il en est ainsi. Vos tentatives pour résoudre instantanément la situation avec le mot "calmez-vous" ou "il n'y a rien ici!" ne fera qu'augmenter l'anxiété, la confusion, les déclencheurs et la paranoïa. N'agissez jamais de condescendance ou de ridicule. Votre tâche est de calmer le patient. Les hallucinations à ce moment précis sont sa réalité.

Pour en revenir à l'histoire avec Peter et Veronica, il vaudrait mieux être d'accord avec son mari, et ne pas continuer les tentatives infructueuses pour le convaincre qu'il est délirant. Peter était très effrayé, inquiet, a élaboré un plan de salut et, très probablement, l'aurait accompli. Encourager et montrer à son mari qu'il est utile et important est probablement la meilleure chose que Veronica puisse faire.

Quelques approches que Veronica pourrait utiliser pour traiter correctement les hallucinations:

  1. "Oh non! Qui sont tous ces gens? Que veulent-ils de nous? " De tels mots, semblables à une phrase d'un film, donneraient le temps de «reprendre son souffle», de se réveiller, d'élaborer un plan sur la façon de procéder..
  2. «J'ai très peur et vous êtes si courageuse! Restez avec moi. Dites-moi, quel plan avez-vous élaboré? ".
  3. «Je suis content qu'il y ait quelqu'un pour s'occuper de moi. Vous êtes un bon compagnon. Mais pourquoi tu ne veux pas te reposer? Maintenant je serai sur mes gardes et tu essaieras de t'endormir ".
  4. «Je pense que nos enfants viendront bientôt. Asseyons-nous tranquillement et attendons ".
  5. «J'ai toujours été sûr de pouvoir compter sur vous. Tu te débrouilles bien. Que puis-je faire? J'ai une tarte aux cerises que tu aimes. Je vais le poursuivre si vous avez faim, mais gardez un œil sur la situation pour le moment. ".
  6. Avez-vous déjà vérifié le grenier et le sous-sol? Et s'ils s'y cachent? Allons voir, je te couvrirai ".
  7. «Prenons notre service à tour de rôle. Maintenant, je vais intercéder et vous dormez. Nous devons nous reposer, nous avons un événement très important à venir ".

Dès que le patient se calme, vous pouvez lui prendre le couteau (en demandant calmement et discrètement d'abandonner l'arme).

Veronica a essayé d'argumenter, pas de calmer le patient.

Il est impossible de maintenir un dialogue constructif avec une personne atteinte de démence modérée ou sévère. Le patient ne peut pas comprendre pleinement ce que vous essayez de transmettre, garder le dialogue en mémoire dès le début, relier tout cela aux événements du passé et à ses connaissances afin de donner un argument adéquat ou au moins prendre en compte vos souhaits.

Comme Peter est très inquiet et a peur depuis plusieurs heures, il n'écoute probablement même pas les arguments qui diffèrent de son idée. Discuter du sujet de la peur ne sera pas productif, mais provoquera la paranoïa ou fera de l'interlocuteur un ennemi, un autre sujet avec lequel vous devrez vous battre.

La solution à ce problème peut être trouvée, et ce n'est pas si difficile si vous suivez les instructions, pas les émotions..

Communiquez avec le patient avec respect, utilisez des arguments dignes d'une personne adulte saine d'esprit, montrez que vous l'aimez (si c'est le cas), sinon le manque de sincérité le «lira». Il est très attentif car il a peur et attend une attaque. Vous pouvez exprimer votre opinion, mais ne niez pas la présence de ce que le patient a déjà vu ou entendu.

Veronica pourrait choisir l'une des stratégies suivantes:

  1. «Tu ne penses pas que tu dois aussi prendre une arme pour moi? C'est dans la pièce voisine. Suivons-le ensemble ".
  2. «Pourquoi n'essayons-nous pas d'appeler nos enfants? Les téléphones ont fonctionné il y a une heure. Allons vérifier si la connexion a été perdue? ".
  3. «Je me suis souvenu que la fenêtre du salon était ouverte. Allons-y ensemble, fermez-le ".
  4. «Passons une fois de plus dans les pièces et vérifions que toutes les fenêtres et portes sont fermées..

Sur le chemin de sa destination, Veronica pourrait distraire Peter, par exemple, dire qu'elle a préparé son plat préféré et l'inviter à table, ou elle a une demande: vous devez visser une ampoule ou vérifier l'état de fonctionnement d'un appareil (en fonction des compétences du mari).

Veronica a succombé à la panique et s'est enfuie.

Heureusement, l'issue de cette histoire n'a pas été si triste, puisque tout le monde a survécu, mais Veronica a été blessée. Les hallucinations ne sont pas toujours aussi dangereuses, mais chaque nouvel épisode peut se terminer de manière inattendue si le patient perd la tête pendant longtemps, y compris pour lui-même.

N'évitez pas une situation potentiellement dangereuse à moins d'être sûr que la fuite est la meilleure option maintenant. Au lieu de fuir, Veronica a dû utiliser les méthodes décrites ci-dessus pour désamorcer la situation..

Gardez tous les objets dangereux enfermés dans la maison d'un citoyen âgé atteint de démence. Verrouillez la porte d'entrée si le patient cherche à s'échapper de la maison après des images hantées. Certains ont des hallucinations vives et concomitantes (plusieurs sens sont impliqués).

L'histoire décrite ici est plutôt une exception que la vie quotidienne en famille avec un patient atteint de démence. Habituellement, les vieux grands-parents se limitent à traîner les meubles, à endommager les choses et à ennuyer les parents en spéculant sur des sujets vieux / bizarres / stupides lorsque d'autres sont occupés avec des choses complètement différentes. Néanmoins, les stratégies de distraction aideront à calmer rapidement le patient et à ne pas gâcher la relation avec la personne âgée, car ils se souviennent très bien de l'agression et de l'humiliation venant de parents et oublient leurs propres erreurs causées par la maladie..

Apprenez-en davantage sur les méthodes de gestion des comportements agressifs dans la démence.

Drogues

Aucun médicament n'est approuvé pour le traitement des symptômes comportementaux de la démence. Autrement dit, tout ce qui est offert ne guérit pas, mais ne supprime que temporairement la «folie».

Il est très courant dans la pratique médicale de prescrire des antipsychotiques sans égard aux indications et contre-indications, risques et effets secondaires à long terme. En fait, les antipsychotiques soulagent les symptômes de la psychose tels que les hallucinations, les délires, le délire, mais avec le temps, tous les patients connaissent une forte baisse..

Un vieil homme adéquat, mais parfois délirant, se transforme en monstre agité, alors les parents n'ont pas d'autre choix que de le coucher tout le temps à l'aide de divers somnifères. De plus, l'espérance de vie diminue, la destruction du cerveau a lieu à un rythme encore plus rapide. Tout cela se produit soit si le médicament a été mal choisi, soit s'il est administré à fortes doses tout le temps. Tout le monde sait comment les gens quittent un hôpital psychiatrique (cas négatifs), mais ce qui va arriver à une personne âgée et déjà malade, et neurologiquement parlant?

En fait, les antipsychotiques sont utilisés lorsque les proches ne veulent pas s'occuper «jour et nuit» du patient, mais veulent simplement qu'il dorme et se réveille pour manger. Ou ils n'ont pas été avertis des dangers des antipsychotiques. Les soignants pensent qu'ils font mieux pour les malades.

Dans certaines situations, néanmoins, vous devez prendre des médicaments, mais cela doit être fait lorsque des méthodes de correction non médicamenteuses ont déjà été essayées, un comportement dans la démence détruit la vie de famille ou est potentiellement dangereux.

Les antipsychotiques les plus populaires et les plus couramment prescrits aux personnes atteintes de démence sont:

  • Rispéridone;
  • La quétiapine;
  • Olanzapine;
  • Halopéridol.

Le principal effet des antipsychotiques est l'élimination de l'hyperexcitation et de l'agressivité psychomotrices. Le spectre d'action comprend également une diminution des symptômes classiques de la psychose: hallucinations, croyances délirantes, mais les antipsychotiques s'en débarrassent rarement complètement, à moins que la personne ne s'endorme..

Risques associés à l'utilisation d'antipsychotiques pour la démence:

  • diminution de la fonction cognitive, régression mentale accélérée;
  • plus susceptible de tomber;
  • accident vasculaire cérébral et décès - le risque augmente de 1 à 4% (comme estimé dans un certain nombre d'études étrangères);
  • troubles extrapyramidaux - effets secondaires des antipsychotiques: raideur musculaire et tremblements, comme dans la maladie de Parkinson, problèmes de coordination.

Les patients diagnostiqués avec une démence à corps de Lewy et une maladie de Parkinson sont particulièrement sensibles aux effets secondaires. Dans leur cas, la quétiapine est considérée comme le médicament de choix..

Le nouveau médicament Pimavanserin (Nuplazid) appartient à la classe des antipsychotiques, mais il fonctionne de manière atypique. Approuvé aux États-Unis et utilisé pour les patients souffrant de psychose et d'hallucinations. L'utilisation à long terme est encore inconnue, puisque le médicament a été introduit en 2016. La pimavansérine aide à soulager les troubles délirants aigus, diffère des autres antipsychotiques par des effets secondaires plus légers et leurs effets secondaires moins nombreux.

Les benzodiazépines ont un effet relaxant. Les médicaments de ce groupe sont utilisés pour l'anxiété, les crises de panique, qui peuvent être causées par des hallucinations.

Populaire:

  • Le diazépam;
  • Lorazepam;
  • Clonazepam;
  • Alprazolam.

Le problème avec les benzodiazépines est qu'elles créent facilement une dépendance. Le syndrome de sevrage peut être mortel.

Autres effets secondaires:

  • aggravation du délire;
  • confusion de conscience;
  • excitation paradoxale (au lieu de sédation);
  • chute inattendue;
  • probabilité de déclin cognitif.

La démence est plus susceptible de s'aggraver lorsque le patient réduit la dose puis arrête complètement de prendre le médicament.

Un stabilisateur de l'humeur utilisé pour la démence est l'acide valproïque. Provoque une inhibition dans les neurones, c'est-à-dire réduit leur réponse à la stimulation (les patients se calment).

L'utilisation à long terme est lourde d'effets secondaires:

  • vertiges;
  • ralentissement de la pensée;
  • Difficulté à marcher
  • manque de coordination;
  • tremblements et autres symptômes du parkinsonisme;
  • troubles gastro-intestinaux (nausées, vomissements, diarrhée).

L'utilisation d'antidépresseurs vaut la peine d'être envisagée si les hallucinations liées à la démence sont alarmantes. Les médicaments de ce groupe ne fonctionnent pas instantanément. Il faudra des semaines ou des mois pour que l'anxiété se calme.

Les personnes atteintes de démence se voient plus souvent prescrire des ISRS:

  • Sertraline (Zoloft);
  • Escitalopram;
  • Citalopram (dangereux - plus de 20 mg / jour augmente le risque d'arrêt cardiaque dû à une arythmie).

Autres options:
  • Mirtazapine (augmente l'appétit et peut augmenter la somnolence lorsqu'elle est administrée avant le coucher);
  • Trazadone (apaise, améliore le sommeil).

Les antidépresseurs sont bien tolérés, en particulier lorsqu'ils commencent à faible dose et augmentent progressivement au besoin.

Les effets secondaires rares comprennent:

  • nausées et troubles gastro-intestinaux au début du traitement et en cas d'augmentation de la dose;
  • aggravation de l'insomnie et de l'anxiété;
  • risque de chutes.

Médicaments contre la démence réduire les manifestations de la maladie, y compris réduire le risque ou la gravité des hallucinations. Les inhibiteurs de la cholinestérase sont prescrits aux patients atteints de démence vasculaire sénile.

Liste:

  • Donepezil;
  • Revastigmine;
  • Galantamine.

Les médicaments de ce groupe sont plus efficaces dans la démence légère à modérée, mais le donépézil et la revastigmine sont approuvés pour le traitement de la démence sévère. Choisissez l'un des inhibiteurs de la cholinestérase et associez-le à Akatinol Memantine ou à un autre agent neuroprotecteur. Les premiers aident le cerveau endommagé à mieux fonctionner, tandis que les seconds ralentissent le processus de mort neuronale.

Avant de recourir à des médicaments, vous devez essayer de découvrir ce qui conduit à une perception altérée et à une détérioration du comportement. Considérez la possibilité de maladie physique et d'inconfort, consultez un ophtalmologiste, un gastro-entérologue et d'autres professionnels spécialisés. Essayez d'utiliser des stratégies psychologiques pour la coexistence avec le patient, utilisez des indices visuels, vocaux ou tactiles.

Si une personne âgée n'entre pas en contact ou si des hallucinations l'épuisent considérablement, contactez un neurologue ou un psychiatre pour le choix de la thérapie. N'oubliez pas qu'un médecin attentif ayant l'expérience du traitement réussi de la démence (sans conséquences), en qui vous avez au moins confiance, devrait examiner et prescrire des médicaments au patient..

Parfois, il arrive que le patient commence à boire une sorte de médicament, mais il s'aggrave soudainement. Cela signifie que le médicament ne l'aide pas, mais peut-être le paralyse. Le médicament doit être annulé de toute urgence. Comment le faire (immédiatement ou progressivement), mieux vaut le remplacer - le médecin répondra à ces questions après avoir examiné votre cas.

Hallucinations visuelles

Les hallucinations visuelles sont toujours un symptôme effrayant et dangereux, même si elles surviennent par intermittence et pendant une courte période. La vision humaine est un système complexe qui comprend des dizaines d'éléments différents. Tous sont connectés les uns aux autres et au cortex cérébral, qui traite les informations reçues des organes visuels. Par conséquent, diverses visions, souvent complétées par des hallucinations auditives ou tactiles, indiquent de graves dysfonctionnements du système nerveux et du cerveau. Mais vous pouvez y faire face à tout âge, si vous établissez correctement la cause du phénomène et établissez un schéma thérapeutique.

Description générale et caractéristiques

Quelle est cette condition, communément appelée simplement «pépins»? Une hallucination visuelle est une perception perturbée de la réalité, dans laquelle une personne a des visions avec un stimulus externe inexistant. Les raisons peuvent être une variété de facteurs; elles seront discutées plus en détail ci-dessous. Parfois, tout est question de surmenage banal.

La plupart des gens ont eu des hallucinations au moins une fois lors d'une fatigue intense, après une période riche en événements impressionnants. Ils surviennent généralement entre l'état de sommeil et d'éveil, dans la pénombre ou l'obscurité. Un tel symptôme, s'il ne commence pas à se reproduire régulièrement, ne nécessite pas de traitement. Tout ce que vous avez à faire est de vous reposer suffisamment et d'éviter le stress, même positif. Dans tous les autres cas, les hallucinations ne doivent en aucun cas être ignorées, vous devez consulter un spécialiste au plus vite.

Pour information: une personne en bonne santé et très fatiguée peut avoir des visions hallucinatoires. Ils sont également appelés photopsie en médecine. Pendant une courte période, une variété d'images et d'objets peuvent apparaître - des «étincelles» banales et des «comètes» devant les yeux aux monstres terribles. Mais dès qu'une personne entre complètement dans un état de sommeil ou d'éveil, elle disparaît..

Variétés et causes

Tous les autres types d'hallucinations visuelles, à l'exception de celles énumérées ci-dessus, sont vraies, c'est-à-dire provoquées par des troubles mentaux. Dans ce cas, la principale cause d'hallucination visuelle peut être la pathologie d'un organe complètement différent, à première vue, non associé à la vision. Mais comme mentionné ci-dessus, la vision n'est pas seulement les yeux humains. C'est un système complexe avec de nombreux liens. Si dans l'un d'entre eux, de la rétine de l'œil aux terminaisons nerveuses du cortex cérébral, une sorte de dysfonctionnement se produit, une vision d'un objet inexistant peut se produire.

Intoxication

Rhumes accompagnés d'une forte augmentation de la température, intoxication alimentaire ou chimique, prise de certains médicaments - tous ces facteurs provoquent une violation de la perception visuelle de la réalité environnante.

Les enfants ont des visions différentes avec des infections virales respiratoires aiguës ou des infections respiratoires aiguës, des bronchites, des maux de gorge, des pneumonies, même avec une augmentation de température pas très extrême, avec des infections intestinales. Plus la température est élevée, plus le risque d'hallucinations est élevé. En règle générale, cette condition de l'enfant est très effrayante pour les parents. Mais dans la plupart des cas, il n'est plus nécessaire de se souvenir des hallucinations après la guérison..

Pour les hallucinations d'intoxication chez les enfants, les adultes et les personnes âgées, d'autres symptômes sont également caractéristiques:

  • la nausée;
  • vomissement;
  • faiblesse générale;
  • maux de tête;
  • pâleur sévère;
  • fièvre;
  • transpiration.

Ainsi, une intoxication par des champignons ou des baies vénéneuses, du mercure, du monoxyde de carbone, certains médicaments peuvent se manifester. C'est la principale différence entre les hallucinations d'intoxication d'autres types.

Pathologies neurologiques

En principe, toute maladie neurologique affectant le cortex cérébral peut provoquer des visions. Après tout, c'est là que se trouvent les récepteurs de l'analyseur visuel. Le plus souvent, les causes profondes sont:

  • encéphalopathie de diverses natures et formes différentes;
  • coups;
  • divers types de démence, y compris la démence sénile chez les personnes âgées.

Des hallucinations élémentaires sous forme d'étincelles, d'éclairs, de cercles peuvent survenir chez une personne souffrant de migraine avant la prochaine attaque. Ce phénomène est appelé «aura migraineuse».

Maladies ophtalmiques liées à l'âge

Le glaucome, les cataractes, les changements dégénératifs liés à l'âge dans la structure des yeux peuvent également amener une personne à voir quelque chose qui n'existe pas vraiment. Cela est dû à une excitation excessive des récepteurs qui transmettent des informations au cortex cérébral. En conséquence, il est mal traité et, par conséquent, l'apparition d'hallucinations visuelles.

Cela inclut également les pathologies oncologiques. Si une tumeur maligne se développe sur les nerfs optiques ou d'autres éléments du tractus optique, les hallucinations peuvent également vous déranger. L'intoxication aux stades avancés du cancer provoque des visions d'images inexistantes.

Prendre des drogues hallucinogènes

Cette raison est considérée comme presque la dernière, mais en réalité, elle doit être traitée le plus souvent. Dans la plupart des cas, les personnes qui prennent une dose d'un médicament particulier savent à quoi s'attendre. Dans ce cas, l'hallucinose n'est pas un problème, mais un objectif. Une personne attend le moment où les hallucinations surviennent, essayant de se retirer à ce moment. Les difficultés commencent dans le cas où la dose n'est pas calculée correctement ou si la personne a pris le médicament par inadvertance. Tout type de drogue chimique intraveineuse, inhalée ou avalée, ainsi que de grandes quantités de marijuana et de haschich peuvent provoquer des hallucinations.

Substances dont l'effet principal est précisément la réception d'hallucinations:

  • LSD-25;
  • Salvia;
  • Psilocybine.

De nombreux autres composés ont maintenant émergé qui ont un effet similaire. Mais si une personne souffrant de toxicomanie n'a pas les moyens de s'en payer, elle recherche des substances similaires, plus accessibles, mais aussi plus toxiques. Ce sont généralement des préparations contenant du dextrométhorphane, parfois de fortes doses de muscade sont utilisées.

En plus des hallucinations, une personne qui a consommé des drogues peut présenter des symptômes supplémentaires:

  • pupilles rétrécies ou dilatées des yeux, brillance inhabituelle;
  • lèvres sèches et muqueuses;
  • rire ou hystérie;
  • activité accrue ou, au contraire, léthargie;
  • instabilité du pouls;
  • somnolence - quelque temps après la prise du médicament (parfois jusqu'à 24 heures consécutives d'activité vigoureuse), une personne tombe littéralement dans un sommeil profond.

Un autre hallucinogène est l'alcool. Mais dans ce cas, cela ne provoque des visions qu'avec des doses d'utilisation importantes et régulières, lorsque l'ivresse du corps commence. Les personnes atteintes d'alcoolisme voient généralement des démons, des serpents, des araignées et d'autres animaux et insectes. C'est la différence entre une hallucination alcoolique et une narcotique. Dans ce dernier cas, les visions sont euphoriques, paisibles.

Les troubles mentaux

Certains provoquent eux-mêmes l'apparition d'hallucinations. D'autres aimeraient s'en débarrasser, mais ne le peuvent pas à cause d'une maladie mentale. C'est la raison la plus courante pour laquelle les gens commencent à voir des choses qui n'existent pas vraiment. Dans le même temps, même les enfants très jeunes peuvent souffrir d'hallucinose, par exemple après un traumatisme mental grave..

Pendant la puberté et plus tard, les hallucinations sont généralement un symptôme de schizophrénie. Chez les personnes âgées, elle est généralement causée par des psychoses séniles. Dans ce cas, les combinaisons visuelles sont souvent combinées avec des combinaisons auditives et tactiles. En d'autres termes, une personne quitte complètement la réalité, est transférée dans son propre monde, devient malade mentale, pas toujours sans danger pour les autres. Que peut-on faire si les êtres chers présentent des symptômes alarmants?

Méthodes de traitement

Le traitement commence par déterminer la cause exacte de l'état pathologique d'une personne. Les médecins font cela dans cet ordre:

  • spécialiste des maladies infectieuses pour écarter ou confirmer une intoxication et une intoxication;
  • neuropathologiste et ophtalmologiste pour exclure les pathologies des zones respectives;
  • psychiatre et narcologue - si les spécialistes précédents, pour leur part, ont exclu toutes les causes possibles d'hallucinations visuelles.

Si un enfant ou un adolescent a des hallucinations, vous devez lui demander en détail ce qu'il a mangé et bu, où il se trouvait (éventuellement empoisonnement au monoxyde de carbone ou émanations de substances toxiques, prise de médicaments, intentionnelle ou accidentelle). Toutes ces informations aideront les médecins à diagnostiquer correctement et à prescrire un traitement..

Les personnes âgées ont rarement des visions soudaines. En règle générale, les hallucinations sont précédées d'une période assez longue de troubles mentaux, les proches le remarquent et demandent de l'aide médicale bien avant que l'état d'une personne âgée n'atteigne la distorsion de la perception visuelle du monde environnant. Les médecins prescrivent des médicaments appropriés pour résoudre les problèmes neurologiques..

Mais dans certains cas, chez les adultes, des hallucinations surviennent spontanément. Dans de tels cas, une seule action est recommandée - un appel immédiat pour une ambulance. Il peut s'agir d'un symptôme d'apparition soudaine d'une maladie mentale ou d'un accident vasculaire cérébral. Dans les deux cas, une assistance médicale urgente est nécessaire et, dans ce dernier cas, la vie du patient dépend également de la rapidité de l'assistance fournie..

Il arrive également que la plupart du temps, une personne se comporte calmement et de manière tout à fait adéquate. Mais parfois, vous pouvez voir qu'il souffre d'hallucinations. De nombreux jeunes, se rendant compte que quelque chose ne va pas chez eux, peuvent simplement cacher leur problème, craignant la condamnation et le rejet des autres. Dans d'autres cas, les médicaments en sont la cause. Il se peut qu'une personne soit simplement silencieusement obsédée, elle considère toutes les images qu'elle voit comme faisant partie du monde réel, donc elle est silencieuse à leur sujet.

Comment se comporter si vous soupçonnez qu'une personne proche de vous, apparemment tout à fait normale, calme, souffre d'hallucinations? Les médecins conseillent ce qui suit:

  • Faites attention au comportement. L'anxiété, l'anxiété, essayer de se cacher dans une pièce, derrière un arbre, derrière un placard, sous un lit, regarder constamment autour et tressaillir peut être un signe d'hallucinations et de troubles mentaux.
  • Testez avec une feuille de papier blanc. Vous devez le montrer au prétendu patient et lui demander de lire ce qui y est écrit. Ou étirez votre paume et proposez de prendre ce qu'il y a dessus. Un cerveau malsain "inventera" sûrement un message ou un objet inexistant et transmettra les signaux appropriés.
  • Appeler un psychiatre à la maison déguisé en ami et mener une consultation.

Ce qui ne peut pas être fait catégoriquement:

  • Gronder le patient, l'appeler par des noms, le mettre en colère.
  • Essayez de vous calmer avant de voir un médecin et de vous faire tester.
  • Dire ouvertement à une personne qu'elle est malade mentale.

Dans tous les cas, toutes les actions se résument finalement à appeler une ambulance ou un narcologue-psychiatre. Seul, vous ne pouvez collecter que le plus d'informations possible sur l'état et le comportement du patient. Cela aidera les spécialistes à poursuivre le traitement..

Conclusion

Les hallucinations visuelles sont toujours un symptôme inquiétant. Ils peuvent survenir spontanément et être le résultat de l'utilisation de substances psychotropes, ou ils peuvent être une manifestation de surmenage ou de stress banal. Les personnes âgées souffrent de visions dues à des maladies neurologiques. Mais le plus souvent, ce phénomène est le signe d'un processus pathologique progressif associé non pas aux organes de la vision, mais à des troubles mentaux. La consultation de spécialistes sera dans tous les cas la décision la plus raisonnable.

Un signe de mort imminente d'une personne est nommé: 7 jours avant la mort, vous ressentirez ces symptômes

Il n'est pas habituel de parler de la mort à haute voix à notre époque. C'est un sujet très sensible et loin d'être pour les faibles de cœur. Mais il y a des moments où la connaissance est très utile, surtout s'il y a un patient cancéreux ou une personne âgée alitée à la maison. Après tout, cela aide à se préparer mentalement à la fin inévitable et à remarquer les changements qui se produisent dans le temps. Discutons ensemble des signes de décès du patient et prêtons attention à leurs principales caractéristiques..

Le plus souvent, les signes de mort imminente sont classés en primaires et secondaires. Certains se développent à la suite d'autres.

Changement de sommeil et de veille

En discutant des signes initiaux d'une mort imminente, les médecins conviennent que le patient a de moins en moins de temps pour être éveillé. Il est le plus souvent plongé dans un sommeil superficiel et, pour ainsi dire, somnolent. Cela économise une énergie précieuse et réduit la douleur. Ce dernier s'estompe dans l'arrière-plan, devenant, pour ainsi dire, l'arrière-plan. Bien sûr, le côté émotionnel en souffre beaucoup..

La rareté de l'expression de ses sentiments, l'isolement en soi, le désir de se taire plus que de parler, laissent une empreinte sur les relations avec les autres. Le désir de poser et de répondre à toutes les questions disparaît, de s'intéresser à la vie quotidienne et aux gens qui l'entourent.

En conséquence, dans les cas avancés, les patients deviennent apathiques et détachés. Ils dorment presque 20 heures par jour s'il n'y a pas de douleur aiguë et de facteurs irritants graves. Malheureusement, un tel déséquilibre menace des processus stagnants, des problèmes mentaux et accélère la mort..

Un gonflement apparaît sur les membres inférieurs.

Des signes très fiables de décès sont un gonflement et la présence de taches sur les jambes et les bras. Nous parlons de dysfonctionnements des reins et du système circulatoire. Dans le premier cas, avec l'oncologie, les reins n'ont pas le temps de faire face aux toxines et ils empoisonnent le corps. Dans ce cas, les processus métaboliques sont perturbés, le sang est redistribué de manière inégale dans les vaisseaux, formant des zones avec des taches. Ce n'est pas pour rien qu'ils disent que si de telles marques apparaissent, il s'agit d'un dysfonctionnement complet des membres..

Problèmes d'audition, de vision, de perception

Les premiers signes de la mort sont des changements dans l'audition, la vision et la sensation normale de ce qui se passe autour. De tels changements peuvent être liés à une douleur intense, des lésions oncologiques, une stagnation du sang ou une mort tissulaire. Souvent, avant la mort, un phénomène avec les élèves peut être observé. La pression oculaire diminue et une fois pressée, vous pouvez voir comment la pupille est déformée comme un chat.
En ce qui concerne l'audition, tout est relatif. Il peut se rétablir dans les derniers jours de la vie ou même s'aggraver, mais c'est plus une agonie..

Réduire le besoin de nourriture

Une diminution de l'appétit et de la sensibilité sont des signes de mort imminente.

Lorsqu'un patient atteint de cancer est à la maison, les signes de décès sont notés par tous les proches. Elle refuse progressivement la nourriture. Tout d'abord, la dose est réduite de l'assiette à un quart de la soucoupe, puis le réflexe de déglutition disparaît progressivement. Il est nécessaire d’alimenter au moyen d’une seringue ou d’un tube. Dans la moitié des cas, le système de thérapie au glucose et aux vitamines est connecté. Mais l'efficacité d'un tel soutien est très faible. Le corps essaie d'épuiser ses propres réserves de graisse et de minimiser les déchets. Cela aggrave l'état général du patient, de la somnolence et un essoufflement apparaissent..

Violation de la miction et problèmes avec les besoins naturels

On pense que les problèmes pour aller aux toilettes sont également des signes de mort imminente. Aussi ridicule que cela puisse paraître, il y a en réalité une chaîne tout à fait logique. Si la défécation n'est pas effectuée tous les deux jours ou avec la régularité à laquelle une personne est habituée, les matières fécales s'accumulent dans les intestins. Même des pierres peuvent se former. En conséquence, les toxines en sont absorbées, ce qui empoisonne gravement le corps et réduit son efficacité..
C'est à peu près la même histoire avec la miction. Il est plus difficile pour les reins de fonctionner. Ils laissent entrer de moins en moins de liquide et, par conséquent, l'urine en ressort saturée. Il a une concentration élevée d'acides et même du sang est noté. Pour le soulagement, un cathéter peut être installé, mais ce n'est pas une panacée dans le contexte général des conséquences désagréables pour un patient au lit.

Problèmes de thermorégulation

La faiblesse est un signe de mort imminente

Les signes naturels avant la mort d'un patient sont une violation de la thermorégulation et de l'agonie. Les extrémités commencent à devenir très froides. Surtout si le patient est paralysé, nous pouvons même parler de l'évolution de la maladie. Le cercle de circulation sanguine est réduit. Le corps se bat pour la vie et tente de maintenir les performances des principaux organes, privant ainsi les membres. Ils peuvent s'estomper et même devenir cyanosés avec des taches veineuses..

Les signes d'une mort imminente peuvent varier pour tout le monde, selon la situation. Mais le plus souvent, on parle de faiblesse sévère, de perte de poids corporel et de fatigue générale. Une période d'auto-isolement commence, qui est aggravée par les processus internes d'intoxication et de nécrose. Le patient ne peut même pas se lever ou se lever pour les besoins naturels du canard. Le processus de miction et de défécation peut se produire spontanément et même inconsciemment.

Beaucoup voient des signes de mort imminente dans la façon dont la réaction normale du patient au monde extérieur disparaît. Il peut devenir agressif, nerveux ou vice versa - très passif. La mémoire est perdue et des attaques de peur peuvent survenir sur cette base. Le patient ne comprend pas immédiatement ce qui se passe et qui se trouve à proximité. Dans le cerveau, les zones responsables de la pensée meurent. Et il peut y avoir une insuffisance évidente.

C'est une réaction de défense de tous les systèmes vitaux du corps. Souvent, il se traduit par l'apparition de la stupeur ou du coma. Le rôle principal est joué par la régression du système nerveux, ce qui provoque à l'avenir:
- diminution du métabolisme
- ventilation insuffisante des poumons due à des défaillances respiratoires ou à l'alternance d'une respiration rapide avec un arrêt
- lésions graves des tissus organiques

L'agonie est caractéristique des dernières minutes de la vie d'une personne

L'agonie est généralement appelée une nette amélioration de l'état du patient dans le contexte de processus destructeurs dans le corps. En fait, c'est le dernier effort pour préserver les fonctions nécessaires à l'existence continue. On peut noter:
- amélioration de l'audition et retour de la vue
- établir le rythme de la respiration
- normalisation des contractions cardiaques
- restauration de la conscience chez le patient
- activité musculaire par type de crise
- sensibilité réduite à la douleur
L'agonie peut durer de quelques minutes à une heure. Habituellement, cela semble présager une mort clinique, lorsque le cerveau est encore vivant et que l'oxygène cesse de couler dans les tissus..
Ce sont des signes typiques de décès chez les alités. Mais ne vous attardez pas trop sur eux. Après tout, il peut y avoir un autre côté de la médaille. Il arrive qu'un ou deux de ces pointeurs soient simplement la conséquence d'une maladie, mais ils sont tout à fait réversibles avec des soins appropriés. Même un patient alité sans espoir peut ne pas avoir tous ces signes avant la mort. Et ce n'est pas un indicateur. Il est donc difficile de parler d'obligation.

Avez-vous aimé l'article? Abonnez-vous à la chaîne pour vous tenir au courant des matériaux les plus intéressants