Psychose maniaco-dépressive - symptômes et traitement

Qu'est-ce que la psychose maniaco-dépressive? Les causes d'occurrence, le diagnostic et les méthodes de traitement seront analysés dans l'article du Dr Bachilo E.V., psychiatre avec 10 ans d'expérience.

Définition de la maladie. Causes de la maladie

La psychose maniaco-dépressive est une maladie chronique de la sphère affective. Ce trouble est actuellement appelé trouble bipolaire (BAD). Cette maladie perturbe considérablement le fonctionnement social et professionnel d'une personne.Par conséquent, les patients ont besoin de l'aide de spécialistes..

Cette maladie est caractérisée par la présence d'épisodes maniaques, dépressifs et mixtes. Cependant, pendant les périodes de rémission (amélioration au cours de la maladie), les symptômes des phases indiquées ci-dessus disparaissent presque complètement. Ces périodes d'absence de manifestations de la maladie sont appelées des intermittences..

La prévalence du trouble bipolaire est de 1% en moyenne. De plus, selon certains rapports, ce trouble affecte en moyenne 1 patient sur 5 à 10 000 personnes. La maladie commence relativement tard. L'âge moyen des patients atteints de trouble bipolaire est de 35 à 40 ans. Les femmes sont plus susceptibles de tomber malades que les hommes (environ dans un rapport de 3: 2). Cependant, il convient de noter que les formes bipolaires de la maladie sont plus fréquentes à un jeune âge (jusqu'à environ 25 ans) et unipolaire (apparition d'une psychose maniaque ou dépressive) - à un âge plus avancé (30 ans). Il n'y a pas de données précises sur la prévalence du trouble dans l'enfance. [1] [2] [5]

Les raisons du développement du trouble bipolaire ne sont pas encore précisément établies. La théorie génétique la plus courante de l'apparition de la maladie.

On pense que la maladie a une étiologie complexe. Ceci est démontré par les résultats de la recherche génétique et biologique, de l'étude des structures neuroendocrines, ainsi que d'un certain nombre de théories psychosociales. Il a été noté que les parents de première ligne ont une «accumulation» de cas de trouble bipolaire et de dépression.

La maladie peut survenir sans raison apparente ou après un facteur provoquant (par exemple, après des maladies infectieuses et mentales associées à un traumatisme psychologique).

Un risque accru de développer un trouble bipolaire est associé à certains traits de personnalité, notamment:

  • type de personnalité mélancolique;
  • conscience accrue et divers traits psychosthéniques;
  • traits de personnalité anxieux et suspects;
  • labilité émotionnelle (instabilité). [1] [2] [5]

Symptômes de la psychose maniaco-dépressive

Comme indiqué ci-dessus, la maladie est caractérisée par une phasicité. BAD ne peut se manifester que dans une phase maniaque, seulement une manifestation dépressive ou seulement hypomaniaque. Le nombre de phases, ainsi que leur évolution, sont individuels pour chaque patient. Ils peuvent durer de quelques semaines à 1,5 à 2 ans. Les intermissions («light gap») ont également des durées différentes: elles peuvent être assez courtes ou durer jusqu'à 3 à 7 ans. Arrêter l'attaque conduit à une restauration presque complète du bien-être mental.

Avec le trouble bipolaire, un défaut ne se forme pas (comme dans la schizophrénie), ainsi que tout autre changement de personnalité prononcé, même en cas d'évolution prolongée de la maladie et d'apparition fréquente et de changement de phase. [1] [2] [4]

Considérez les principales manifestations du trouble bipolaire..

Épisode dépressif de trouble bipolaire

La phase dépressive est caractérisée par les caractéristiques suivantes:

  • l'apparition d'une dépression endogène, caractérisée par la nature biologique des troubles douloureux impliquant non seulement des processus métaboliques mentaux, mais aussi somatiques, endocriniens et généraux;
  • diminution de l'humeur, ralentissement de la pensée et de l'activité motrice de la parole (triade dépressive);
  • sautes d'humeur quotidiennes - pires dans la première moitié de la journée (le matin, les patients se réveillent avec une sensation de mélancolie, d'anxiété, d'indifférence) et un peu mieux le soir (peu d'activité apparaît);
  • diminution de l'appétit, perversion de la sensibilité gustative (les aliments semblent avoir «perdu du goût»), les patients perdent du poids, les femmes peuvent perdre leurs règles;
  • un retard psychomoteur est possible;
  • la présence de nostalgie, qui est souvent ressentie comme une sensation physique de lourdeur derrière le sternum (angoisse auriculaire);
  • diminution ou suppression complète de la libido et de l'instinct maternel;
  • l'apparition d'une «version atypique» de la dépression est probable: augmentation de l'appétit, hypersomnie (les périodes d'éveil deviennent plus courtes et la période de sommeil - plus longue);
  • il existe assez souvent une triade somatique (triade de Protopopov): tachycardie (palpitations cardiaques), mydriase (dilatation des pupilles) et constipation;
  • manifestation de divers symptômes et syndromes psychotiques - délire (idées délirantes de péché, appauvrissement, auto-accusation) et hallucinations (hallucinations auditives sous forme de «voix» accusant ou insultant le patient). Les symptômes indiqués peuvent survenir en fonction de l'état émotionnel (il y a principalement un sentiment de culpabilité, de péché, de dommage, de catastrophe imminente, etc.), alors qu'il diffère dans un thème neutre (c'est-à-dire incongru à affecter).

Les options suivantes pour le déroulement de la phase dépressive sont distinguées:

  • dépression simple - se manifestant par la présence d'une triade dépressive et se déroulant sans hallucinations ni délires;
  • dépression hypocondriaque - un délire hypocondriaque apparaît, qui a une coloration affective;
  • dépression délirante - se manifeste sous la forme de «syndrome de Cotard», qui comprend des symptômes dépressifs, de l'anxiété, des expériences délirantes de contenu fantastique nihiliste, a une portée large et grandiose;
  • dépression agitée - accompagnée d'excitation nerveuse;
  • dépression anesthésique (ou «insensibilité douloureuse») - le patient «perd» la capacité de ressentir.

Il convient de noter séparément qu'avec le trouble bipolaire (en particulier dans la phase dépressive), il existe un niveau assez élevé d'activité suicidaire chez les patients. Ainsi, selon certains rapports, la fréquence des parasuicides dans le trouble bipolaire peut atteindre 25 à 50%. Les tendances suicidaires (ainsi que les intentions et tentatives suicidaires) sont un facteur important pour déterminer la nécessité pour un patient d'être hospitalisé. [1] [2] [4] [6]

Épisode de Manic BAR

Le syndrome maniaque peut être de gravité variable: de manie légère (hypomanie) à sévère avec manifestation de symptômes psychotiques. Dans l'hypomanie, il y a une humeur élevée, une critique formelle de sa condition (ou de son absence), il n'y a pas d'inadaptation sociale prononcée. Dans certains cas, l'hypomanie peut être productive pour le patient..

Un épisode maniaque est caractérisé par les symptômes suivants:

  • la présence d'une triade maniaque (augmentation de l'humeur, pensée accélérée, augmentation de la parole et de l'activité motrice), la triade opposée du syndrome dépressif.
  • les patients deviennent actifs, ressentent une «forte poussée d'énergie», ils se sentent «sur l'épaule», commencent beaucoup de choses en même temps, mais ne les terminent pas, la productivité approche de zéro, ils changent souvent pendant une conversation, ne peuvent pas se concentrer sur quelque chose un, un changement constant du rire fort aux hurlements, et vice versa, est possible;
  • la pensée est accélérée, ce qui se traduit par l'émergence d'un grand nombre de pensées (associations) par unité de temps, les patients parfois «ne suivent pas» leurs pensées.

Il existe différents types de manie. Par exemple, la triade maniaque décrite ci-dessus se produit dans la manie classique (gay). Ces patients se caractérisent par une gaieté excessive, une distractibilité accrue, des jugements superficiels et un optimisme injustifié. Discours confus, parfois pour compléter l'incohérence.

Il existe également des options pour la manie en colère, lorsque l'irritabilité, l'agressivité, la difficulté et la nature dysphorique de l'humeur sont au premier plan. [1] [2] [4] [6]

Épisode mixte BAR

Cet épisode est caractérisé par la coexistence de symptômes maniaques (ou hypomaniaques) et dépressifs, qui durent au moins deux semaines ou assez rapidement (en quelques heures) se remplacent. Il est à noter que les troubles du patient peuvent être significativement prononcés, ce qui peut conduire à une inadaptation professionnelle et sociale..

Les manifestations suivantes d'un épisode mixte se produisent:

  • insomnie;
  • pensées suicidaires;
  • troubles de l'appétit;
  • divers traits psychotiques énumérés ci-dessus;

Les états mixtes de trouble bipolaire peuvent se dérouler de différentes manières:

  • une explosion soudaine de plaisir pendant un état mélancolique;
  • mélancolie profonde (tristesse) pendant plusieurs heures chez un patient maniaque;
  • divers types de pensées mélancoliques pendant la parole et l'excitation motrice;
  • humeur joyeuse, qui se révèle sur fond de stupeur profonde. [1] [2] [4] [6]

Pathogenèse de la psychose maniaco-dépressive

Malgré le grand nombre de recherches sur le trouble bipolaire, la pathogenèse de ce trouble n'est pas entièrement comprise. Il existe de nombreuses théories et hypothèses sur l'apparition de la maladie. À ce jour, on sait que l'apparition de la dépression est associée à une altération du métabolisme d'un certain nombre de monoamines et de biorythmes (cycles veille-sommeil), ainsi qu'à un dysfonctionnement des systèmes inhibiteurs du cortex cérébral. Entre autres choses, il existe des preuves de la participation de la noradrénaline, de la sérotonine, de la dopamine, de l'acétylcholine et du GABA dans la pathogenèse du développement de conditions dépressives. [2]

Les causes des phases maniaques du trouble bipolaire résident dans l'augmentation du tonus du système nerveux sympathique, l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde et de l'hypophyse..

Dans la figure ci-dessous, vous pouvez voir la différence dramatique de l'activité cérébrale dans les phases maniaque (A) et dépressive (B) du trouble bipolaire. Les zones claires (blanches) indiquent les zones les plus actives du cerveau, et bleu, respectivement, vice versa.

Classification et stades de développement de la psychose maniaco-dépressive

Actuellement, il existe plusieurs types de trouble bipolaire:

  • cours bipolaire - dans la structure de la maladie, il y a des phases maniaques et dépressives, entre lesquelles il y a des «lacunes légères» (intermissions);
  • cours monopolaire (unipolaire) - des phases maniaques ou dépressives se trouvent dans la structure de la maladie. Le plus souvent, il existe un type de cours où seule une phase dépressive prononcée est présente;
  • continu - les phases se remplacent sans périodes d'entracte.

De plus, selon la classification DSM (American Classification of Mental Disorders), il existe:

  • trouble bipolaire de type 1 (présence d'épisodes maniaques et dépressifs);
  • trouble bipolaire de type 2 (des épisodes dépressifs sont exprimés, il n'y a pas d'épisodes maniaques évidents, des phases hypomaniques peuvent être présentes). [1] [2] [5]

Complications de la psychose maniaco-dépressive

L'absence du traitement nécessaire peut entraîner des conséquences dangereuses:

  • suicide;
  • alcoolisation;
  • effectuer des actions qui peuvent être dangereuses à la fois pour le patient lui-même et pour les autres (lorsque le patient est dans un état maniaque). [1] [5] [6]

Diagnostic de la psychose maniaco-dépressive

Les symptômes ci-dessus sont significatifs sur le plan diagnostique dans le diagnostic..

Le diagnostic du trouble bipolaire est effectué selon la Classification internationale des maladies de la dixième révision (CIM-10). Ainsi, selon la CIM-10, les unités de diagnostic suivantes sont distinguées:

  • BAR avec épisode d'hypomanie en cours;
  • Trouble bipolaire avec un épisode actuel de manie mais pas de symptômes psychotiques;
  • Trouble bipolaire avec un épisode actuel de manie et des symptômes psychotiques;
  • Trouble bipolaire avec un épisode actuel de dépression légère à modérée;
  • Trouble bipolaire avec un épisode actuel de dépression sévère mais pas de symptômes psychotiques;
  • Trouble bipolaire avec un épisode actuel de dépression sévère avec des symptômes psychotiques;
  • BAR avec l'épisode actuel de nature mixte;
  • BAR avec rémission continue;
  • Autres BARS;
  • BAR, non spécifié.

Cependant, il est nécessaire de prendre en compte un certain nombre de signes cliniques pouvant indiquer un trouble bipolaire:

  • la présence de toute pathologie organique du système nerveux central (tumeurs, traumatisme antérieur ou chirurgie du cerveau, etc.);
  • la présence de pathologies du système endocrinien;
  • abus de substance;
  • absence d'intermissions / rémissions complètes et bien définies au cours de l'évolution de la maladie;
  • absence de critique de l'état transféré pendant les périodes de rémission.

Le trouble bipolaire doit être distingué d'une variété de conditions. Si des troubles psychotiques sont présents dans la structure de la maladie, il est nécessaire de séparer le trouble bipolaire de la schizophrénie et des troubles schizo-affectifs. Le BDI de type II doit être distingué de la dépression récurrente. Vous devez également différencier le trouble bipolaire de l'anxiété, des troubles de la personnalité et de diverses dépendances. Si la maladie se développe à l'adolescence, il est nécessaire de séparer les BAD des troubles hyperkinétiques. Si la maladie se développe à un âge plus avancé - avec démence, troubles affectifs associés à des maladies organiques du cerveau. [1] [3] [5]

Traitement de la psychose maniaco-dépressive

Le trouble bipolaire doit être traité par un psychiatre qualifié. Les psychologues (psychologues cliniciens) dans ce cas ne pourront pas guérir cette maladie.

Selon les directives cliniques adoptées par la Société russe des psychiatres, le traitement du trouble bipolaire est divisé en trois étapes principales:

  • thérapie de soulagement - visant à éliminer les symptômes existants et à minimiser les effets secondaires;
  • thérapie de soutien - conserve l'effet obtenu au stade de l'arrêt de la maladie;
  • traitement anti-rechute - prévient les rechutes (l'apparition de phases affectives).

Pour le traitement du trouble bipolaire, des médicaments de différents groupes sont utilisés: préparations de lithium, médicaments antiépileptiques (valproate, carbamazépine, lamotrigine), antipsychotiques (quétiapine, olanzapine), antidépresseurs et tranquillisants.

Il convient de noter que le traitement BAD est effectué pendant une longue période - à partir de six mois ou plus.

Un soutien psychosocial et des mesures psychothérapeutiques peuvent contribuer de manière significative au traitement du trouble bipolaire. Cependant, ils ne peuvent pas remplacer la pharmacothérapie. À ce jour, il existe des techniques spécialement développées pour le traitement des ARA qui peuvent réduire les conflits interpersonnels, ainsi que quelque peu «lisser» les changements cycliques dans divers types de facteurs environnementaux (par exemple, la durée des heures de clarté, etc.).

Divers programmes psychoéducatifs sont mis en œuvre afin de sensibiliser le patient à la maladie, à sa nature, à son évolution, à son pronostic, ainsi qu'aux méthodes modernes de thérapie. Cela contribue à l'établissement d'une meilleure relation entre le médecin et le patient, l'adhésion au schéma thérapeutique, etc. Dans certaines institutions, divers séminaires psychoéducatifs sont organisés dans lesquels les questions ci-dessus sont discutées en détail.

Il existe des études et des observations montrant l'efficacité de l'utilisation de la psychothérapie cognitivo-comportementale en conjonction avec un traitement médicamenteux. Des formes de psychothérapie individuelles, de groupe ou familiales sont utilisées pour réduire le risque de rechute.

Aujourd'hui, il existe des cartes pour l'auto-enregistrement des sautes d'humeur, ainsi qu'une feuille de maîtrise de soi. Ces formulaires permettent de suivre rapidement les changements d'humeur, d'ajuster rapidement le traitement et de consulter un médecin..

Séparément, il convient de parler du développement du trouble bipolaire pendant la grossesse. Ce trouble n'est pas une contre-indication absolue à la grossesse et à l'accouchement. Le plus dangereux est la période post-partum, au cours de laquelle divers symptômes peuvent se développer. L'utilisation d'un traitement médicamenteux pendant la grossesse est décidée individuellement dans chaque cas. Il est nécessaire d'évaluer le risque / bénéfice de l'utilisation de médicaments, peser soigneusement le pour et le contre. Un accompagnement psychothérapeutique pour les femmes enceintes peut également aider à traiter les ARA. Si possible, évitez de prendre des médicaments au cours du premier trimestre de la grossesse. [5] [7]

Prévoir. La prévention

Le pronostic du trouble bipolaire dépend du type d'évolution de la maladie, de la fréquence du changement de phase, de la gravité des symptômes psychotiques, ainsi que de l'adhésion du patient au traitement et du contrôle de son état. Ainsi, dans le cas d'une thérapie bien choisie et utilisant des méthodes psychosociales supplémentaires, il est possible de réaliser des interruptions de longue durée, les patients sont bien adaptés socialement et professionnellement. [cinq]

Il n'y a pas de méthodes spécifiques pour prévenir les ARA. Dans ce cas, nous parlons davantage de la nécessité d'une thérapie de soutien (prophylactique), dont le but est de prévenir le développement d'épisodes dépressifs, maniaques ou mixtes. En plus de la thérapie médicamenteuse, des interventions psychothérapeutiques et psychosociales et des fiches d'autosurveillance doivent être utilisées. [2] [5]

Trouble maniaco-dépressif - un trouble nécessitant un traitement

La vie de toute personne se compose de joies et de peines, de bonheur et de malheur, auxquels il réagit en conséquence - c'est notre nature humaine. Mais si le «swing émotionnel» est prononcé, c'est-à-dire que les épisodes d'euphorie et de dépression profonde se manifestent très clairement et, sans raison du tout, et périodiquement, alors on peut supposer la présence d'une psychose maniaco-dépressive (MPP). Il est maintenant communément appelé trouble bipolaire (BAD) - cette décision a été prise par la communauté psychiatrique afin de ne pas blesser les patients..

Ce syndrome est une maladie mentale spécifique qui nécessite un traitement. Elle se caractérise par une alternance de périodes dépressives et maniaques avec entracte - un état complètement sain dans lequel le patient se sent bien et ne présente aucune pathologie mentale ou physique. Il convient de noter qu'il n'y a pas de changement personnel, même si le changement de phase se produit fréquemment, et qu'il souffre du trouble depuis assez longtemps. C'est le caractère unique de cette maladie mentale. À un moment donné, des personnalités aussi connues que Beethoven, Vincent Van Gogh, l'actrice Virginia Woolf en ont souffert, ce qui a fortement affecté leur travail..

Selon les statistiques, près de 1,5% de la population humaine mondiale est touchée par le TIR, et parmi les femmes, la moitié de ses cas de maladie sont quatre fois plus que les hommes..

Types de BAR

Il existe deux types de ce syndrome:

  1. Type bipolaire I.Depuis que dans ce cas, les périodes de changements d'humeur peuvent être tracées très clairement, il est appelé classique.
  2. Type bipolaire II. En raison de la faible gravité de la phase maniaque, elle est plus difficile à diagnostiquer, mais elle se produit beaucoup plus souvent que la première. Il peut être confondu avec différentes formes de troubles dépressifs, notamment:
  • dépression clinique;
  • post-partum et autres dépressions féminines, saisonnières et analogues;
  • dépression dite atypique avec des symptômes aussi prononcés tels qu'une augmentation de l'appétit, de l'anxiété, de la somnolence;
  • mélancolie (insomnie, manque d'appétit).

Si les phases dépressives et maniaques ont un caractère léger - leurs manifestations sont sombres, lissées, une telle psychose bipolaire est appelée "cyclotomie".

Selon les manifestations cliniques, MDP est divisé en types:

  • avec une prépondérance de la phase dépressive;
  • avec la supériorité de la période maniaque;
  • avec alternance d'euphorie et de dépression, périodes d'entracte intermittentes;
  • la phase maniaque change la phase dépressive sans entracte.

Quelles sont les causes du trouble bipolaire

Les premiers signes du syndrome maniaco-dépressif apparaissent chez les adolescents de 13 à 14 ans, mais il est assez difficile de le diagnostiquer pendant cette période, car cet âge pubertaire est caractérisé par des problèmes mentaux particuliers. Jusqu'à l'âge de 23 ans, lorsqu'une personnalité se forme, cela pose également problème. Mais à l'âge de 25 ans, la psychose se forme enfin et, dans l'intervalle de 30 à 50 ans, vous pouvez déjà observer ses symptômes et son développement caractéristiques.

Il est également difficile de déterminer les causes du trouble bipolaire. On pense qu'il est hérité de gènes et peut également être associé aux caractéristiques du système nerveux. Autrement dit, c'est une maladie congénitale.

Cependant, il existe également de telles «impulsions» biologiques au développement de cette psychose:

  • maladies oncologiques;
  • un traumatisme crânien;
  • troubles hormonaux, déséquilibre des principales hormones;
  • l'intoxication du corps, y compris l'usage de drogues;
  • dysfonctionnement de la glande thyroïde.

Le TIR peut également provoquer des raisons sociales et psychologiques. Par exemple, une personne a vécu un choc très fort, dont elle essaie de se remettre par des rapports sexuels promiscus, une ivresse effrénée, du plaisir ou en plongeant tête baissée dans le travail, ne se reposant que quelques heures par jour. Mais après un certain temps, le corps est épuisé et fatigué, l'état maniaque décrit est remplacé par un état dépressif supprimé. Cela s'explique simplement: à partir d'une surcharge nerveuse, une défaillance se produit dans les processus biochimiques, ils affectent négativement le système végétatif, ce qui, à son tour, affecte le comportement humain.

A risque de développer un trouble affectif bipolaire, personnes dont la psyché est mobile, sensible aux influences extérieures, incapables d'interpréter correctement les événements de la vie.

Le danger du trouble bipolaire est qu'il aggrave progressivement l'état mental d'une personne. Si vous négligez le traitement, cela entraînera des problèmes avec les proches, les finances, la communication, etc. En conséquence - pensées suicidaires, qui sont lourdes de tristes conséquences.

Groupes de symptômes

La psychose bipolaire, qui est double par définition, est également définie par deux groupes de symptômes caractéristiques des troubles dépressifs et maniaques, respectivement.

Caractéristiques de la phase maniaque:

  1. Gesticulation active, discours précipité avec des mots "avalés". Avec une forte passion et l'incapacité d'exprimer des émotions avec des mots, il suffit d'agiter les mains.
  2. Optimisme non soutenu par quoi que ce soit, évaluation incorrecte des chances de succès - investir dans des entreprises douteuses, participer à la loterie en toute confiance dans un gros gain, etc..
  3. Le désir de prendre des risques - commettre un vol ou un tour dangereux pour le plaisir, la participation à des jeux d'argent.
  4. Une confiance en soi hypertrophiée, ignorant les conseils et les critiques. Un désaccord avec une opinion particulière peut déclencher une agression.
  5. Excitation excessive, énergie.
  6. Irritabilité sévère.

Les symptômes dépressifs sont diamétralement opposés:

  1. Malaise physique.
  2. Apathie totale, tristesse, perte d'intérêt pour la vie.
  3. Méfiance, auto-isolement.
  4. Trouble du sommeil.
  5. Parole lente, silence.
  6. Perte d'appétit ou, au contraire, gourmandise (rare).
  7. Diminution de l'estime de soi.
  8. Le désir de quitter la vie.

Telle ou telle période peut durer plusieurs mois ou toutes les heures.

La présence des symptômes ci-dessus et leur alternance donnent des raisons de croire à la présence d'une psychose maniaco-dépressive. Vous devez contacter immédiatement un spécialiste pour obtenir des conseils. Le traitement du TIR aux premiers stades arrêtera le trouble et préviendra le développement de complications, préviendra le suicide et améliorera la qualité de vie.

Il est nécessaire de recourir à l'aide de médecins si:

  • changements d'humeur sans raison;
  • la durée du sommeil change sans motivation;
  • l'appétit augmente ou s'aggrave soudainement.

En règle générale, le patient lui-même, estimant que tout est en ordre avec lui, ne va pas chez le médecin. Pour lui, c'est fait par tous les proches qui voient de l'extérieur, préoccupés par le comportement inapproprié du proche.

Diagnostic et thérapie

Comme mentionné ci-dessus, le syndrome bipolaire est difficile à diagnostiquer en raison de la similitude de ses caractéristiques avec d'autres troubles mentaux. Pour y parvenir, il faut observer le patient pendant un certain temps: cela permet de s'assurer qu'il y a des crises maniaques et des manifestations dépressives, et elles sont cycliques..

Les éléments suivants peuvent aider à identifier la psychose maniaco-dépressive:

  • tester l'émotivité, l'anxiété, la dépendance aux mauvaises habitudes. En outre, le test déterminera le coefficient de déficit d'attention;
  • examens approfondis - tomographie, tests sanguins de laboratoire, échographie. Cela déterminera la présence de pathologies physiques, de tumeurs cancéreuses, de dysfonctionnements du système endocrinien;
  • questionnaires spécialement conçus. Le patient et ses proches sont invités à répondre aux questions. Ainsi, vous pouvez comprendre l'histoire de la maladie et la prédisposition génétique à celle-ci..

Autrement dit, une approche globale est nécessaire pour diagnostiquer le TIR. Il s'agit de collecter le plus d'informations possible sur le patient, ainsi que d'analyser la durée et la gravité de ses troubles du comportement. Il est nécessaire d'observer le patient, de s'assurer qu'il n'y a pas de pathologies physiologiques, de toxicomanie, etc..

Les experts ne se lassent jamais de le rappeler: la détermination en temps opportun du tableau clinique et le développement d'une stratégie de traitement garantissent un résultat positif en peu de temps. Les techniques modernes disponibles dans leur arsenal sont capables de faire face efficacement aux crises de psychose, de les éteindre et de réduire progressivement à néant.

Pharmacie et psychothérapie pour la psychose maniaco-dépressive

Cette psychose est très difficile à traiter, car le médecin traite à la fois deux conditions opposées, pour lesquelles une approche complètement différente est nécessaire..

Les médicaments et les doses sont choisis avec beaucoup de soin par un spécialiste: les médicaments doivent retirer doucement le patient de l'attaque, sans l'introduire dans la dépression après une période maniaque et vice versa.

Le but des médicaments pour le trouble bipolaire est l'utilisation d'antidépresseurs qui recaptent la sérotonine (un produit chimique, une hormone présente dans le corps humain qui est associée à l'humeur et au comportement). Le "Prozac" est couramment utilisé, qui s'est avéré efficace dans cette psychose.

Le sel de lithium, présent dans des médicaments tels que le contemnol, le carbonate de lithium, l'oxybutyrate de lithium, etc., stabilise l'humeur. Ils sont également pris pour prévenir la récidive du trouble, mais doivent être utilisés avec prudence chez les personnes souffrant d'hypotension, de problèmes rénaux et de troubles du tractus gastro-intestinal.

Les substituts du lithium sont des antiépileptiques et des tranquillisants: carbamézapine, acide valproïque, topiramate. Ils ralentissent les impulsions nerveuses et ne laissent pas l’humeur «sauter».

Les antipsychotiques sont également très efficaces dans le traitement des troubles bipolaires: galapédrol, chlorpromazine, tarasan, etc..

Tous les médicaments ci-dessus ont un effet sédatif, c'est-à-dire qu'ils réduisent entre autres la réaction aux stimuli externes, il n'est donc pas recommandé de conduire un véhicule pendant la période de leur prise..

Parallèlement au traitement médicamenteux, la psychothérapie est également nécessaire pour gérer l'état du patient, le contrôler et maintenir une rémission à long terme. Cela n'est possible qu'après que l'humeur du patient se soit stabilisée à l'aide de médicaments..

Les séances de psychothérapie peuvent être individuelles, en groupe et en famille. Les objectifs suivants sont fixés pour le spécialiste qui les conduit:

  • faire comprendre au patient que son état n'est pas standard sur le plan émotionnel;
  • élaborer une stratégie pour le comportement du patient pour l'avenir, s'il y a une rechute d'une phase de psychose;
  • consolider les succès obtenus dans l'obtention de la capacité du patient à maîtriser ses émotions et, en général, le.

La psychothérapie familiale implique la présence du patient et de ses proches. Au cours des séances, les cas de trouble bipolaire sont résolus et les proches apprennent à les prévenir.

Les séances de groupe aident les patients à mieux comprendre le syndrome, car elles rassemblent des personnes souffrant du même problème. Voyant de l'extérieur le désir des autres d'acquérir une stabilité émotionnelle, le patient a la plus forte motivation pour le traitement.

Dans le cas de crises rares alternant avec de longues phases «saines», le patient peut mener une vie normale, travailler, mais en même temps être traité en ambulatoire - suivre un traitement préventif, prendre des médicaments, consulter un psychologue.

Dans les cas particulièrement graves de pathologie circulaire, le patient peut se voir attribuer un handicap (groupe 1).

Le trouble bipolaire, s'il est reconnu à temps, peut être tout à fait normal et gérable. Par exemple, il est diagnostiqué chez les acteurs Catherine Zeta Jones, Jim Carrey, Ben Stiller, ce qui ne les empêche pas de jouer avec succès dans des films, d'avoir une famille, etc..

Psychose maniaco-dépressive: symptômes et signes, causes et traitements

L'article se concentrera sur la psychose maniaco-dépressive, les symptômes et les signes de la maladie. Cette maladie est observée chez de plus en plus de personnes chaque année. C'est pourquoi il vaut la peine d'en apprendre davantage sur elle afin d'être prêt et de pouvoir vous aider à temps..

À propos de la maladie

La psychose maniaco-dépressive (les symptômes et les signes sont discutés ci-dessous) a un autre nom - la maniaco-dépression. Aujourd'hui en médecine, c'est l'un des troubles de la personnalité affective les plus étudiés. La maladie se déroule sous la forme de deux phases, entre lesquelles il y a des périodes (entracte), lorsque les symptômes du trouble disparaissent complètement et qu'il semble que la personne soit absolument normale. Parfois, la maladie est appelée trouble bipolaire, mais ce terme ne décrit qu'une des phases de la maladie elle-même.

Conditions préalables

Il n'y a pas de données exactes sur le nombre de personnes sur la planète qui souffrent de ce trouble. Les médecins qui acceptent des patients pour un traitement dans un hôpital savent que le nombre de personnes admises pour cette maladie est d'environ 3 à 5%. Le MPE est caractérisé par deux périodes de pointe. Le premier d'entre eux peut survenir chez une personne âgée de 20 à 30 ans. Le second trouve une personne en période climatérique. La saisonnalité est également prononcée. Cela signifie que l'état du patient change au cours de l'année. Les symptômes sont généralement plus prononcés au printemps et à l'automne. De fortes sautes d'humeur se produisent également tout au long de la journée. Le matin, une personne se sent très mal et le soir, elle se calme un peu..

L'évolution de la psychose maniaco-dépressive est individuelle pour tout le monde, mais les raisons peuvent être les mêmes. Les médecins pensent que la maladie peut être héréditaire. Des études répétées ont montré que si un membre de la famille souffrait d'un trouble de la personnalité affective, il y a une forte probabilité que l'enfant soit prédisposé à la maladie. À l'appui de ce fait, de multiples études peuvent être citées concernant la transmission de la maladie entre des jumeaux identiques. Si l'un d'entre eux tombait malade, le deuxième au fil du temps commençait également à montrer des symptômes du trouble. En même temps, vous pouvez entrer dans le groupe à risque pour diverses raisons. Les experts estiment que la constitution du corps, le travail du système endocrinien humain peuvent affecter la susceptibilité aux troubles affectifs. Pour les femmes, l'accouchement, l'apparition de la ménopause peut devenir un élan. Ainsi, nous pouvons conclure que les raisons résident dans la biologie humaine et non dans la déformation mentale..

Diagnostic de la psychose maniaco-dépressive

Pour identifier une maladie, une personne doit avoir au moins deux crises. L'un d'eux doit être maniaque. Faire un diagnostic est une période longue et difficile pendant laquelle le médecin recueille des informations sur l'hérédité, les chocs récents qui peuvent avoir provoqué un trouble affectif. Dans certaines situations, une observation à long terme du patient peut être nécessaire pour comprendre les raisons. Pour poser un diagnostic correct, il est très important de s'assurer que la maladie ne contribue pas à des causes physiologiques, par exemple un dysfonctionnement de la glande thyroïde. Cela signifie qu'il est nécessaire d'effectuer un diagnostic différentiel. Récemment, les médecins accordent de plus en plus d'attention à un facteur tel que la consommation de drogues. Très souvent, c'est sous leur influence qu'une personne développe un trouble de la personnalité..

Psychose maniaco-dépressive: causes

La cause profonde du trouble maniaco-dépressif réside dans la perturbation des centres émotionnels supérieurs dans la région sous-corticale du cerveau. Les experts estiment que jusqu'à présent, la cause la plus fréquente est l'hérédité, c'est-à-dire un facteur génétique. Dans certains cas, l'enfant reçoit cette pathologie de sa mère. Récemment, une nouvelle théorie est apparue en médecine, selon laquelle un gène distinct est responsable de chaque trouble. Cependant, si ce n'était que dans le domaine de la génétique, la moitié de la population mondiale souffrirait de ces maladies. De plus, la psychose maniaco-dépressive, dont nous envisageons les symptômes et les signes, deviendrait une épidémie. Dans certains cas, même avec une prédisposition héréditaire, une personne reste en bonne santé. Un stress régulier, un environnement social défavorable et un choc violent peuvent affecter le développement de la maladie. Dans la plupart des cas, l'impulsion pour le développement de la maladie est le fait de la violence..

Symptômes

Comme nous le savons déjà, le trouble bipolaire se déroule en deux phases. L'un d'eux prévaut généralement. Si nous parlons des symptômes de la phase dépressive, alors dans cet état, une personne est caractérisée par une humeur dépressive et une léthargie. Il ne pense pas bien; il lui faut beaucoup de temps pour comprendre ce que l'on attend de lui. Cela est dû au fait que le patient est complètement fixé sur son monde intérieur. Les événements du monde extérieur cessent d'être quelque chose d'important pour lui, car le but principal est de se comprendre. Cependant, au lieu de cela, une personne avec ses pensées ne fait que se plonger dans une impasse encore plus grande. Dans ce cas, le patient a simplement besoin d'une aide qualifiée. La phase dépressive de la maladie est dangereuse car le patient peut tomber dans un détachement complet du monde extérieur, refuser de manger et être soigné. Souvent, les patients ont des plans de suicide..

La phase maniaque est caractérisée par le fait qu'une personne est trop excitée et d'humeur. Il est mentalement agité. Une activité physique excessive est également notée. Une telle personne est anormalement sociable. Il est constamment envahi par les pensées, son humeur change très rapidement. Le patient ressemble à une personne anxieuse et agitée. Cependant, une personne en bonne santé se calme après un certain temps, et un patient souffrant d'un trouble de la personnalité affective peut rester dans cet état pendant très longtemps..

Phase dépressive

Nous avons examiné les symptômes de la phase dépressive de la psychose, mais n'avons pas parlé de son déroulement. Pendant cette période, le patient a un état très intéressant. Jusqu'à un certain point, les pensées dérangeantes, l'apathie et l'indifférence s'accumulent. Cependant, un pic survient, après quoi tous les symptômes disparaissent très progressivement. Reconnaître la maladie dans ce cas est très difficile, car de l'extérieur, il semble qu'une personne s'enfonce parfois simplement en elle-même. La phase dépressive peut être reconnue par le fait qu'une personne est absolument indifférente non seulement à elle-même, mais aussi à ses proches, à leurs joies et à leurs inquiétudes. De plus, il voit une image très sombre de son avenir. Si vous évoquez le sujet des projets futurs, vous pouvez entendre de nombreuses heures de discussion sur le fait qu'il n'y a pas d'avenir. Mais il est également extrêmement difficile d'engager un dialogue avec un patient. Habituellement, il ne prend pas contact, préférant la solitude.

Vous ne voyez presque jamais un sourire sur votre visage autre qu'un sourire de pitié ou d'ironie. Si une personne a beaucoup de temps libre, elle peut s'asseoir pendant des heures au même endroit et regarder à un moment donné. Cependant, il ne ressentira pas d'inconfort physique ni d'ennui. De nombreux patients éprouvent des sentiments de culpabilité intenses. Ils pensent qu'ils pèsent sur leurs proches. Les caractéristiques distinctives de cette phase comprennent l'insomnie, une perte de poids sévère et une perte d'appétit..

Phase maniaque

Les psychoses affectives peuvent être très différentes dans leurs manifestations. La psychose maniaco-dépressive est unique en ce sens qu'il n'est pas toujours possible de comprendre qu'une personne a besoin d'aide. En surface, il semble joyeux et actif, peut-être un peu trop. Il est très difficile de suivre le train de pensée d'une personne. Les patients essaient d'attirer constamment l'attention sur eux-mêmes, oubliant parfois la décence. Leurs mouvements sont anguleux et coupants. Ils sont toujours pressés et commettent de nombreuses erreurs dans leurs activités, dont certaines peuvent être tragiques. Très souvent, ces personnes sont actives la nuit, car elles n'ont presque pas besoin de dormir..

Traitement

Le traitement de la psychose maniaco-dépressive dépend en grande partie du stade de la maladie. Dans la phase dépressive, le patient se voit prescrire des antidépresseurs. Le traitement de cette phase est très similaire au traitement de la dépression conventionnelle. Dans la phase maniaque, le patient se voit prescrire des antipsychotiques et des sédatifs. Très souvent, les médecins choisissent la thérapie au lithium. Pour un traitement de qualité à tout stade de la maladie, une observation en milieu hospitalier est souhaitable. Cela est dû au fait qu'une personne en phase dépressive peut tenter de se suicider et qu'un patient en phase maniaque peut nuire aux autres. Pendant les périodes d'entracte, les patients peuvent reprendre temporairement leurs activités quotidiennes. Il convient de noter que la psychose maniaco-dépressive (symptômes et signes - dans l'article) est considérée comme un trouble chronique de la personnalité..

Je dois dire que la psychose maniaco-dépressive chez les enfants est très rare. Certains médecins estiment que la psychose ne peut en principe survenir avant l'âge de 10 ans. Les enfants de moins de 14 ans ne sont diagnostiqués que sous la condition de symptômes prononcés des phases dépressive et maniaque, de l'avis professionnel du médecin et de sa confiance dans le diagnostic correct. Le traitement hospitalier n'est prescrit que dans les cas extrêmes, lorsque l'enfant montre des tentatives de se faire du mal ou de blesser autrui. Chez les adolescents âgés de 16 à 17 ans, la psychose est beaucoup plus fréquente. Par ses caractéristiques et son parcours, il se rapproche davantage de la version "adulte".

Femmes

Les signes de psychose maniaco-dépressive chez les femmes ne sont pas faciles à identifier. Le fait est que les femmes sont intrinsèquement plus émotives. Très souvent, ils sont appelés hystériques, ne voulant pas remarquer un signe clair d'une maladie possible. À un jeune âge, une telle maladie chez une femme est extrêmement rare. Lorsque cela se produit, il s'agit généralement d'un problème familial ou d'un acte de violence passé. Dans ce cas, une femme a besoin de voir immédiatement un psychothérapeute et de ne pas ignorer la maladie. Plus fréquemment, la psychose survient avant ou après l'accouchement. En outre, des troubles affectifs peuvent survenir lors de changements hormonaux dans le corps (ménopause).

Hommes

La psychose maniaco-dépressive chez les hommes est 3 à 4 fois moins fréquente que chez les femmes. L'explication est assez simple. Puisque les femmes sont plus émotives, elles vivent toutes les situations plus profondément, elles prennent tout de trop près. Les hommes sont par nature plus persistants, mais si quelque chose de grave les sort d'une ornière, ils se replient sur eux-mêmes, au lieu d'essayer d'analyser et de comprendre leur état. Lorsqu'un homme se referme et plonge dans son propre monde intérieur, les premiers symptômes de la maladie peuvent apparaître. Mais il faut comprendre que le stress ordinaire ou même un stress sévère ne suffit pas pour le développement de la psychose maniaco-dépressive. Nous en avons examiné les symptômes et les signes, et nous savons donc que la prédisposition héréditaire joue un rôle très important. Dans les situations de vie difficiles, un homme est plus susceptible de tomber dans une dépression ordinaire..

Complications et prévention

Ignorer la maladie peut rendre les choses très difficiles. Le tableau clinique de la maladie s'aggravera si le patient refuse ou interrompt le traitement. Il vaut la peine de dire qu'interrompre le traitement peut être encore plus dangereux que de l'éviter. L'arrêt brutal du traitement peut entraîner l'effet inverse, alors qu'au lieu d'un effet sédatif, il y aura un effet excitant. Les complications peuvent être très graves. La durée des périodes de maladie peut être considérablement augmentée et la durée des périodes d'entracte peut être raccourcie. Dans le même temps, lorsque le traitement est interrompu, le patient peut ressentir des explosions d'agressivité, qui sont très dangereuses dans la phase maniaque..

Pour éviter cette maladie, les builds suivent des règles simples. Une personne doit renoncer à consommer de l'alcool et des drogues. Dans le même temps, il est souhaitable d'apprendre à gérer correctement les situations stressantes. Pour cela, il sera utile de visiter un groupe de soutien psychologique..

Qu'est-ce que la psychose dépressive-maniaque dans le contexte de la dépression latente: symptômes, causes

Cette maladie est connue sous le nom de trouble bipolaire et est abrégée en BAD. La maladie perturbe le fonctionnement de l'individu, tant sur le plan professionnel que social. Les patients sont caractérisés par un changement de dépression en manie et des manifestations mixtes - illumination intermédiaire. Cependant, dans les moments de rémission, tous les signes disparaissent complètement et la personne semble en bonne santé. Dans cet article, je vais vous dire ce qu'est la psychose dépressive-maniaque, je vais vous donner les principales causes, symptômes et méthodes de traitement..

informations générales

Pour la première fois, deux scientifiques français, Bayard et Falre, ont écrit sur le TIR dans leurs travaux individuels de la seconde moitié du XIXe siècle. Cependant, le nom de la maladie a commencé à apparaître dans le discours 42 ans après la sortie des œuvres de Kraepelin, révélant les subtilités de ce sujet..

Jusqu'au début des années 90 du siècle dernier, le nom officiel était précisément «psychose maniaco-dépressive». Mais il y a eu des cas où la définition ne correspondait pas toujours au tableau clinique. Chez les patients, des signes d'absence d'anomalies mentales ont été enregistrés lorsque d'autres symptômes caractéristiques ont été détectés. Sur la base de ces symptômes, il a été décidé de renommer la maladie en «trouble bipolaire de type affectif».

Causes d'occurrence, fréquence d'occurrence

Le principal facteur provoquant la maladie est l'hérédité. Les scientifiques n'ont pas encore été en mesure de savoir exactement comment le MDP est hérité - en raison d'un ensemble de gènes ou à la suite d'une anomalie dans la formation d'un phénotype. Il peut y avoir plusieurs raisons. La maladie survient spontanément ou est la conséquence d'un facteur provoquant - traumatisme psychologique, maladie infectieuse ou pathologie mentale.

Les personnes à risque sont les personnes mélancoliques, les personnes très sensibles, les pédants et les personnes responsables. Cela inclut également le type schizoïde de personnes qui préfèrent le travail solitaire ou d'autres activités, le travail monotone, ainsi que les personnes émotionnellement instables, anxieuses et suspectes..

Les femmes sont plus sensibles au développement de la maladie. Il n'y a pas de données scientifiques sur la prédisposition infantile en raison de la difficulté du diagnostic. On pense que les premiers symptômes chez les enfants passent inaperçus, mais ils deviennent plus prononcés à l'âge de 25 à 44 ans. Chez 20% des personnes, le premier signe se trouve après l'âge de 50 ans.

Classification

Pour savoir comment gérer la psychose maniaco-dépressive, vous devez comprendre de quoi il s'agit. Dans les établissements médicaux, une liste de types de pathologies est couramment utilisée, compilée sur la base de la prédominance de certains des facteurs de manifestation de troubles affectifs - manie, dépression, sautes d'humeur soudaines. Lorsqu'un patient ne développe qu'un seul type de trouble, les médecins diagnostiquent une psychose unipolaire si les deux variétés sont présentes - bipolaire. Avec cette dernière option, plusieurs scénarios de flux sont distingués:

  • Circulaire - caractérisé par un passage assez ordonné de la manie à la dépression et vice versa. Les lacunes de l'illumination sont complètement absentes.
  • Correctement intermittent - les patients ont une alternance d'épisodes de troubles affectifs, avec des périodes claires de conscience lumineuse.
  • Double - ici tout se passe selon le scénario suivant: la manie remplace la dépression ou vice versa.

Intermittent à tort - le cours de la pathologie est caractérisé par une alternance chaotique de manifestations, se succédant ou avec une division en périodes où une personne a une conscience claire.

Une compensation maniaque peut également se développer sur fond de dépression latente. Chaque patient a un nombre individuel et une fréquence de phases et peut varier. Certaines personnes ont une manifestation de psychose tout au long de leur vie, tandis que d'autres, au contraire, rechutent régulièrement plusieurs dizaines de fois. Il en va de même pour la durée des épisodes d'exacerbation, ils vont de 7 jours à deux ans. En moyenne, la durée d'une phase est d'environ 2 mois.

De plus, un état dépressif survient beaucoup plus souvent qu'un état maniaque. Chez un certain nombre de patients, des épisodes combinés sont enregistrés lorsque les symptômes et les signes des deux troubles apparaissent simultanément. La durée moyenne de la conscience claire chez les patients est de l'ordre de 3 à 7 ans.

Symptômes du TIR

Les principaux symptômes de la maniaco-dépression sont les sautes d'humeur, la pensée productive et accélérée et l'excitation en termes d'activité physique. Je décrirai trois niveaux de gravité de la maladie:

  • Pour la forme la plus légère, appelée (hypomanie), une excellente humeur, une activité élevée et une productivité, tant physique que mentale, sont caractéristiques. Le patient devient trop bavard, il a une énergie perceptible et en partie une distraction. Il ne veut pas dormir, alors qu'en même temps le besoin d'intimité physique augmente. Souvent, au lieu de l'euphorie, le sentiment opposé est né - la dysphorie. La personne devient irritable, méfiante et hostile. La durée du trouble ne dépasse pas deux à trois jours.
  • La manie modérée se caractérise par une augmentation significative de l'activité et des sautes d'humeur ultra-rapides. Le patient arrête complètement de dormir. Il a des changements fréquents dans son humeur interne - de l'excitation et du rire à l'irritabilité et à la colère. Le patient se replie complètement sur lui-même, les contacts sociaux sont perdus, il est constamment distrait et distrait. La phase de perturbation dure au moins une semaine et s'accompagne d'une perte totale de capacité de travail.
  • L'évolution la plus sévère de la manie est caractérisée par une surexcitation psychomotrice distincte. Certains patients présentent des tendances violentes. Le train de la pensée est perturbé, les idées délirantes, les hallucinations se développent clairement. La grandeur de vous-même est hors échelle.

La dépression est caractérisée par des signes opposés à la manie - inhibition des fonctions motrices (dans les cas les plus graves, un engourdissement complet est possible), une aggravation prononcée des processus de pensée, une baisse de la force et de l'humeur. En outre, l'appétit disparaît, le poids diminue et une tristesse déraisonnable est notée. Les représentants de la belle moitié subissent des retards dans le cycle menstruel, le désir sexuel disparaît complètement.

Quelles sont les caractéristiques et les avantages de la consultation en face à face?

Quelles sont les fonctionnalités et les avantages de la consultation Skype?

Avec TIR, l'un des cinq types de dépression existants peut se développer:

  • facile - pas de symptômes prononcés;
  • délirant - obsession des idées malsaines;
  • anesthésique - insensibilité totale;
  • hypocondriaque - imposition délirante à autrui sur la présence d'une maladie incurable;
  • agité - la lenteur du moteur n'est pas observée.

Complications

En cas d'absence prolongée de mesures thérapeutiques, des conséquences dangereuses peuvent survenir:

  • suicide;
  • Dépendance à l'alcool;
  • commettre des actions inappropriées, dangereuses pour les autres et pour le patient lui-même.

Après une longue période d'exacerbation et une assistance qualifiée qui n'a pas été fournie à temps, le patient présente une léthargie, des troubles du sommeil et une diminution de l'appétit notablement prononcés, à la suite desquels il perd du poids..

Diagnostic et traitement du TIR

Pour diagnostiquer une personne, il faudra des cas confirmés de troubles de l'humeur. Il est important de noter qu'au moins l'un d'entre eux doit être accompagné de symptômes maniaques ou de symptômes dépressifs. Par la suite, le médecin prend en compte un nombre beaucoup plus grand de facteurs, menant des conversations avec des proches, analysant un historique de la vie. Pour déterminer avec précision le niveau des violations (sa gravité), des échelles spéciales sont utilisées. De plus, lors de l'étude des caractéristiques comportementales du patient, les psychiatres excluent complètement les pathologies telles que la schizophrénie et d'autres types de psychopathie..

Lorsque le diagnostic est confirmé, le traitement d'une forme sévère n'a lieu que dans un hôpital spécialisé. Les variétés plus légères peuvent être traitées en ambulatoire. Le but principal des manipulations thérapeutiques est de stabiliser l'état psycho-émotionnel, de ramener l'humeur à la normale. Pour la dépression, le médecin prescrit une cure d'antidépresseurs. Le type de médicament et la dose sont déterminés en tenant compte des caractéristiques du trouble et de la transformation possible de l'épisode en manie.

Pendant la période de conscience légère et en l'absence de crises, la psyché est presque complètement rétablie, cependant, il est trop tôt pour parler d'une récupération à 100% avec TIR. Des phases secondaires de psychose sont observées chez 90% des patients, puis ils reçoivent un groupe handicap. Le trouble chez 30% des personnes se déroule sans périodes de clarification. Très souvent, la maladie est associée à la toxicomanie et à l'alcoolisme..

TIR - où et comment traiter

Le trouble bipolaire est traitable dans la plupart des cas. Les soins médicaux fournis en temps opportun peuvent normaliser l'état émotionnel du patient et soulager les autres d'un danger potentiel. Le traitement TIR est divisé en trois étapes:

  • Ventouses - l'objectif principal du cours est d'éliminer les symptômes et de réduire les effets secondaires possibles.
  • Favorable - consolidation des résultats obtenus à l'étape précédente.
  • Anti-rechute - empêche l'apparition de nouveaux épisodes affectifs.

Le traitement d'une maladie exacerbée est effectué exclusivement en milieu hospitalier. Une personne souffrant de troubles se voit prescrire une cure de sédatifs psycholeptiques ou psychoanaleptiques.

Un psychiatre qualifié prescrit des médicaments à effet stimulant qui arrêtent l'excitation locale.

Les sels de lithium et l'halopéridol sont utilisés en plus du traitement thérapeutique principal. La prise de médicaments doit être surveillée par un médecin spécialisé, compte tenu de la possibilité de développement de complications neuroleptiques - raideur musculaire, tremblements des membres, défaillance des fonctions motrices.

Une forme sévère et prolongée de troubles psycho-émotionnels est traitée avec succès par des régimes alimentaires, une famine partielle et une privation prolongée de sommeil. Le soutien psychosocial d'une personne, divers types de programmes psychoéducatifs qui jouent un rôle éducatif et aident à établir un contact de confiance et parfois amical entre un médecin et un patient peuvent également contribuer de manière significative au traitement..

Il existe des études qui ont montré la grande efficacité de l'utilisation de manipulations psychothérapeutiques cognitivo-comportementales en conjonction avec un traitement médicamenteux. De plus, de bons résultats ont été obtenus à la fois pour les thérapies psychologiques individuelles et collectives, ainsi que pour les familles. Toutes les procédures aident à minimiser le risque de rechute..

Si vous ou vos proches rencontrez des difficultés liées au TIR, inscrivez-vous à ma consultation personnelle. Dans une ambiance calme, je vous aiderai à découvrir les causes de votre trouble psycho-émotionnel et vous indiquerai comment vous comporter et comment sortir de votre crise personnelle.

Prévoir

La prédiction des résultats positifs ou négatifs du traitement du trouble bipolaire dépendra directement:

  • le niveau de complexité de l'évolution de la maladie;
  • fréquence et type de rotation de phase;
  • la gravité des signes et des symptômes caractéristiques;
  • la prédisposition du patient aux procédures thérapeutiques et à la maîtrise de soi.

Dans le cas d'un traitement correctement sélectionné, y compris l'utilisation de méthodes psychosociales auxiliaires de récupération, les médecins parviennent à obtenir des résultats suffisamment à long terme..

La prévention

Il n'existe aucun moyen préventif de prévenir le développement de la maladie. Mais vous pouvez visiter une thérapie spéciale visant à prévenir la maladie. Sa tâche principale est de supprimer la survenue d'épisodes maniaques, dépressifs ou combinés. La question doit être abordée de manière globale: prévention de la toxicomanie associée à des interventions psychosociales et psychothérapeutiques.

Conclusion

Vous savez maintenant tout sur le syndrome maniaco-dépressif. En raison du fait que la maladie est caractérisée par une alternance de troubles et de périodes d'illumination avec des fréquences différentes, il est assez problématique de la diagnostiquer. La plus grande difficulté est que le patient ne veut pas admettre qu'il est malade. De son point de vue, il n'a aucune déviation de l'état psycho-émotionnel. Cependant, un manque prolongé d'assistance appropriée de la part de spécialistes peut entraîner une dégradation complète de la personnalité..

Pour un traitement efficace, tous les efforts sont nécessaires. Avec un traitement rapide, le pronostic de récupération est favorable..

Dans les situations de vie difficiles, il y a un sentiment de désespoir et de désespoir. Le moyen le plus efficace est la consultation personnelle..

Rencontre d'une heure à votre demande unique à Moscou.

Rythme de vie intense?
Obtenez des conseils en ligne de partout dans le monde.