GIA en sciences sociales

Un comportement déviant en sociologie moderne signifie, d'une part, un acte, les actions d'une personne qui ne répondent pas aux normes ou standards officiellement établis ou effectivement établis dans une société donnée, et d'autre part, un phénomène social exprimé dans des formes massives d'activité humaine qui ne correspondent pas aux normes officiellement établies. ou effectivement en vigueur dans une société donnée les normes ou standards.

Le point de départ pour comprendre le comportement déviant est le concept de norme sociale, qui est compris comme une limite, une mesure de ce qui est permis (autorisé ou obligatoire) dans le comportement ou les activités des personnes, assurant la préservation du système social. Les écarts par rapport aux normes sociales peuvent être:

  • positif, visant à surmonter les normes ou standards dépassés et associé à la créativité sociale, contribuant à des changements qualitatifs dans le système social;
  • négatif - dysfonctionnel, désorganise le système social et le conduit à la destruction, conduisant à un comportement déviant.

Il existe deux types d'écarts négatifs:

  • les écarts qui visent à nuire à autrui (diverses actions agressives, illégales, criminelles);
  • écarts qui nuisent à la personne elle-même (alcoolisme, suicide, toxicomanie, etc.) 1.

Certains sociologues font une distinction entre les comportements déviants et délinquants (littéralement, criminels). Ce dernier comprend les violations des normes qui entrent dans la catégorie des actions illégales. Dans le même temps, il est souligné que le comportement déviant est relatif, car il appartient aux normes morales de ce groupe, et le comportement délinquant l'est absolument, car il viole la norme absolue exprimée dans les lois juridiques de la société 2.

Raisons du comportement déviant:

  • Biologique. De par leur composition biologique, les gens sont prédisposés à un certain type de comportement. De plus, la prédisposition biologique d'une personne au crime se reflète dans son apparence.
  • Psychologique. Un comportement déviant est une conséquence des qualités psychologiques, des traits de caractère, des attitudes de vie internes, de l'orientation de la personnalité, qui sont en partie innées, en partie formées par l'éducation et l'environnement. Dans le même temps, l'acte lui-même, la violation de la loi peut être le résultat de l'état psychologique d'une personne.
  • Sociologique (l'effondrement du système existant de valeurs et de normes sociales qui régissent la vie de la société).

Conséquences d'un comportement déviant:

  • Épuisement physique du corps, destruction de la personnalité, mort;
  • Souffrance et inquiétude des proches, des parents et des amis;
  • «Sortir» de l'individu asocial de la vie sociale normale de la société;
  • Criminalisation de la société (vol, vol qualifié, autres crimes plus graves).

Types de comportement déviant:

La criminalité est la totalité de tous les actes illicites effectivement commis, pour chacun desquels la responsabilité pénale est stipulée, ainsi qu'un phénomène social et juridique négatif massif qui présente certains modèles, caractéristiques quantitatives et qualitatives.

La toxicomanie est une maladie qui se manifeste par une dépendance physique ou psychologique aux drogues, une attirance irrésistible pour elles, qui conduit progressivement le corps à un épuisement physique et psychologique. Un type de toxicomanie est la toxicomanie.

Ivresse et alcoolisme. Il existe des différences entre ces concepts. L'alcoolisme est une envie pathologique d'alcool et une dégradation sociale et morale ultérieure de la personnalité. L'ivresse est une consommation excessive d'alcool qui, avec une menace pour la santé de l'individu, perturbe son adaptation sociale.

Il existe deux principales catégories de problèmes associés à une consommation excessive d'alcool:

  • conséquences négatives pour le buveur lui-même (destruction de sa santé et de sa personnalité); conséquences négatives pour la société dans son ensemble (augmentation des
  • problèmes sociaux.

Les problèmes du buveur lui-même sont:

avec une consommation excessive d'alcool ponctuelle - perte de maîtrise de soi, agressivité, accidents, hypothermie ou surchauffe par négligence, arrestation pour avoir bu dans les lieux publics, intoxication alcoolique;

avec une consommation excessive prolongée - un risque accru de développer une cirrhose du foie, certains types de cancer et de maladies cardiovasculaires, la malnutrition, les troubles fonctionnels à long terme et la perte de maîtrise de soi, les accidents, le handicap, le développement de l'alcoolisme et des psychoses précoces, etc..

L'éventail des problèmes pour la société comprend les troubles de l'ordre public, les accidents de la route, les accidents du travail, la baisse de productivité, l'absentéisme, ainsi que les dommages économiques causés par les coûts des traitements médicaux, les prestations d'invalidité et la lutte contre la criminalité liée à l'alcool.

Les drogues, comme l'abus d'alcool, créent une dépendance et entraînent une dépendance mentale. Dans le même temps, la santé des adolescents tombés dans la toxicomanie est particulièrement rapidement détruite, car dans un corps jeune, tous les processus - métabolisme, circulation sanguine - se déroulent beaucoup plus intensément que chez l'adulte..

Un mode de vie sain est compris comme un mode de travail et de repos optimal, une alimentation équilibrée, une activité physique suffisante, le respect des règles d'hygiène personnelle, le durcissement, l'absence de dépendance, l'amour des gens et une vision positive de la vie. Un mode de vie sain vous permet d'être en bonne santé mentalement, moralement et physiquement jusqu'à la vieillesse.

Pour réduire au maximum l'éventail des problèmes sociaux, il existe un mécanisme spécial - le contrôle social. 3

Le contrôle social est un mécanisme de maintien de l'ordre public par le biais d'une régulation réglementaire, impliquant les actions de la société visant à prévenir les comportements déviants, à punir les déviants ou à les corriger..

Le contrôle social se compose de deux éléments - les normes sociales et les sanctions sociales.

Normes sociales - règles, normes et modèles approuvés socialement ou légalement inscrits qui régissent le comportement social des personnes.

Les sanctions sociales sont des récompenses et des punitions qui encouragent les gens à se conformer aux normes sociales 4.

Types de sanctions

  • négatif - sanction pour un délit de loi ou violation d'un ordre administratif: amendes, emprisonnement, etc..
  • positif - encouragement de l'activité ou de l'acte d'une personne par des organisations officielles: récompenses, certificats de réussite professionnelle, académique, etc..
  • négatif - condamnation d'une personne pour un acte de la société: ton offensif, insultes ou réprimande, mépris démonstratif d'une personne, etc..
  • positif - gratitude et approbation de personnes non officielles - amis, connaissances, collègues: éloges, sourire d'approbation, etc., etc..

Formes de contrôle social:

Une forme de contrôle social dans laquelle l'individu régule indépendamment son comportement, en l'harmonisant avec les normes généralement acceptées.

Un ensemble d'institutions et de mécanismes garantissant le respect des normes de comportement et des lois généralement acceptées.

Informel (intragroupe) - basé sur l'approbation ou la condamnation d'un groupe de parents, d'amis, de collègues, de connaissances, ainsi que de l'opinion publique, qui s'exprime à travers les traditions et les coutumes ou à travers les médias.

Formel (institutionnel) - basé sur le soutien des institutions sociales existantes (armée, tribunal, éducation, etc.).

Méthodes de contrôle social

L'établissement de cloisons infranchissables entre le déviant et le reste de la société sans aucune tentative de le corriger ou de le rééduquer.

Limiter les contacts du déviant avec les autres, mais ne pas l'isoler complètement de la société; cette approche permet la correction des déviants et leur retour dans la société lorsqu'ils sont prêts à remplir à nouveau les normes généralement acceptées.

Le processus par lequel les déviants peuvent se préparer à retourner à une vie normale et à remplir correctement leurs rôles sociaux dans la société 5.

Comportement déviant en tant que phénomène social

Le problème du comportement déviant (déviant), malgré l'énorme quantité de recherches empiriques et théoriques dans divers domaines de la connaissance scientifique, appartient à la catégorie des plus complexes, ambigus et en même temps pertinents. Sa pertinence réside dans le fait que chaque année, il y a une tendance à une augmentation du nombre d'enfants présentant des écarts de comportement. De plus, le problème des comportements déviants à l'âge de l'école primaire reste encore insuffisamment étudié aujourd'hui..

La plupart des enfants ayant des écarts de comportement ont des difficultés d'adaptation sociale. Les violations de l'interaction avec l'environnement social sont à l'origine de l'apparition de déviations dans le comportement des enfants, qui, à leur tour, déterminent les spécificités de leur éducation et de leur éducation en général..

L'organisation et la mise en œuvre de la prévention des comportements déviants chez les enfants nécessitent une compréhension globale du concept de "comportement déviant".

Le comportement déviant en tant que construction a été étudié par diverses directions et écoles scientifiques sous l'aspect de concepts tels que «comportement déviant», «comportement asocial», «comportement antisocial», «comportement délinquant», «comportement addictif», «comportement illégal», «comportement destructeur "," comportement amoral ". La question de la définition du concept de «comportement déviant» est interdisciplinaire et discutable. Une variété de théories, de principes, d'approches de l'interprétation de ce concept permet de considérer de manière plus complète et approfondie le phénomène du comportement déviant, ses véritables causes, l'originalité de la manifestation et les spécificités de la formation. Arrêtons-nous sur la variabilité de l'interprétation du concept de «comportement déviant».

S.Yu. Boroduline, V.I. Dobrenkov, I.A. Nevsky, V.G. Stepanov, M.V. Firsov, le comportement déviant (déviant) est défini comme le comportement social d'un individu ou d'un groupe qui ne correspond pas aux normes, modèles et règles établis en vigueur dans une société donnée, à la suite de quoi ces normes sont violées par eux..

EST. Cohn clarifie la définition du concept de «comportement déviant» comme «un système d'actions qui s'écartent de la norme généralement acceptée ou implicite, qu'il s'agisse des normes de santé mentale, de droit, de culture ou de moralité». De la même manière, le comportement considéré est interprété par V.G. Bazhenov, A.V. Ivanov, F.A. Mustaeva, V.A. Pyatunin, en se concentrant sur le système d'actions qui violent les normes et standards de la société qui se manifestent dans diverses sphères de sa vie.

Selon A.Yu. Egorova, E.V. Zmanovskaya, G.I. Makartycheva, comportement déviant ou déviant, est un comportement stable d'une personne, s'écartant des normes sociales les plus importantes, causant de réels dommages à la société ou à la personne elle-même, ainsi qu'accompagné de son inadaptation sociale.

Le point de vue d'A.V. Petrovsky et M.G. Yaroshevsky est partagé par S.A. Belicheva, qui note qu'un comportement déviant (déviant) est appelé comportement (déviations sociales) qui contredit les normes juridiques ou morales établies dans la société et est le résultat d'un développement social défavorable, de troubles de socialisation qui surviennent à différents âges..

Selon L.V. Mardakhaeva, le plus souvent, un comportement déviant est compris comme une déviation négative (négative) du comportement d'une personne en fonction de son âge, qui contredit non seulement les normes juridiques ou morales acceptées dans la société, mais aussi les objectifs du rôle [22].

Psychiatre A.G. Konyakhin, ainsi que les enseignants I.A. Larionova et O.S. Toisteva considère le comportement déviant comme un stéréotype de réponse comportementale associée à la violation des normes sociales et des règles de comportement correspondant à une certaine période d'âge, caractéristique des relations microsociales (famille, école) et des groupes sociaux de petit âge et de genre, ce qui conduit à l'inadaptation sociale [11].

Selon A.I. Lozhkina, un comportement déviant (déviant) n'est pas seulement un comportement qui diffère par son caractère inhabituel de la norme, moyenne, mais un comportement indésirable du point de vue du maintien de la santé ou du maintien de l'ordre public, car il est formé en raison d'un développement psychosocial défavorable et de violations du processus de socialisation, se manifestant par diverses formes d'inadaptation du comportement.

V.F. Shevchuk estime que le comportement déviant doit être compris comme un ensemble d'actions et d'actes qui ne correspondent pas à des normes sociales formalisées ou non formalisées, à la limite de la dégradation socio-psychologique de la personnalité et provoquant des effets psychologiques négatifs dans l'environnement social..

Dans les études de N.S. Le comportement déviant (déviant) de Soldatov est présenté comme un acte qui peut se manifester sous la forme d'une action ou d'une inaction d'une personne, peut être exprimé en mots ou en attitudes à quelque chose, sous la forme d'un geste, d'un regard, d'un ton de discours, d'un sous-texte sémantique, sous la forme d'une action visant à surmonter tout obstacle ou restriction.

Comportement déviant, tel que défini par N.R. Sidorov, est le comportement d'un individu, détruisant constamment le système formé d'interactions interpersonnelles et de communication dans la communauté humaine à laquelle il appartient. La base psychologique du comportement déviant d'un individu réside dans certaines caractéristiques du système dynamique de ses relations sémantiques avec les gens autour de lui et avec lui-même. Le chercheur insiste sur le fait qu'un comportement de personnalité déviant (déviant) est un comportement qui détruit ou détruit les interactions interpersonnelles qui se sont développées au cours du cours optimal de l'activité conjointe, dont le résultat est utile et précieux pour le groupe dans son ensemble..

VERMONT. Kondrashenko et S.A. Igumnov désigne un comportement déviant ou déviant comme suit: «écart par rapport aux normes de relations interpersonnelles adoptées dans cette société historique particulière: actions, actes et déclarations commis dans le cadre de la santé mentale; ce sont des troubles du comportement non causés par des maladies neuropsychiatriques ".

Yu.A. Kleyberg, ainsi que N.V. Pereshein et M.N. Zaostrovtseva caractérise un comportement déviant (déviant) comme une manière spécifique de changer les normes sociales et les attentes à travers la démonstration d'une personne d'une attitude de valeur envers la société. Dans le même temps, Yu.A. Clayburgh note que les actions déviantes agissent comme un moyen d'atteindre un objectif significatif; comme moyen de relaxation psychologique, de satisfaction des besoins bloqués et de changement d'activités; comme une fin en soi dans la réalisation de soi et l'affirmation de soi.

Résumons les points de vue exposés ci-dessus. Dans la plupart des travaux scientifiques, malgré quelques différences, les comportements déviants (déviants) sont généralement décrits comme les actions et les actions de personnes qui ne correspondent pas aux normes, attentes ou modèles de comportement socioculturels, juridiques et moraux traditionnels. Cependant, de nombreux chercheurs pensent également qu'un comportement déviant est, en règle générale, des actions et actions négatives d'une personne qui se confronte aux règles, normes et valeurs qui prévalent dans la société..

De plus, comme principal critère de comportement déviant, les chercheurs, d'une part, désignent des comportements ou un ensemble d'actions qui contredisent les normes sociales, standards, standards, et d'autre part, les comportements qui ne répondent pas aux attentes sociales..

Ainsi, l'essence d'un comportement déviant (déviant) réside dans le fait qu'un tel comportement est toujours formé sur la base de l'écart entre le comportement et les activités de l'individu avec les règles et les normes prévalant dans la société ou un groupe social spécifique et dans la plupart des cas, a un caractère destructeur, individuel-typologique, l'âge et caractéristiques de genre de la manifestation, provoque une réaction de condamnation et une évaluation négative des autres, et s'accompagne non seulement d'inadaptation sociale et psychologique, mais aussi de destruction personnelle.

En outre, l'attention est portée sur les particularités de l'interprétation du concept de «comportement déviant» par des représentants, des scientifiques, des chercheurs de diverses sciences (philosophie, sociologie, psychologie, pédagogie).

Ainsi, dans la littérature philosophique, un comportement déviant dans la plupart des cas est considéré comme des actions séparées ou un système d'actions qui contredisent à la fois les normes et lois légales ou morales écrites et non écrites d'une société donnée [29].

D'un point de vue psychologique, un comportement déviant est principalement interprété comme un ensemble d'actions ou d'actions individuelles, des actions qui violent les normes, règles et principes socio-psychologiques et moraux acceptés dans la société; comportement qui cause un préjudice (psychologique, physique, social, moral) à la personne elle-même ou à la société dans son ensemble et conduit le délinquant (déviant) à l'isolement, au traitement, à la correction ou à la punition [23].

Dans la science pédagogique, le comportement déviant est le plus souvent compris comme un comportement constamment répétitif à partir des normes et impératifs socio-moraux, juridiques fixés ou établis traditionnellement dans une société (groupe) ou des normes de comportement et d'interaction avec l'environnement (social) environnement, violation du processus d'intériorisation et d'extrapolation des normes morales et les valeurs culturelles, ainsi que la réalisation de soi et la réalisation de soi de l'individu dans la société, accompagnées de son inadaptation sociale [18].

En règle générale, en sociologie, ce terme («comportement déviant ou déviant») désigne le comportement (l'activité) d'une personne qui ne coïncide pas avec les normes sociales réglementées, les stéréotypes, les valeurs et les attentes, ainsi que les rôles sociaux et les critères de comportement et, par conséquent, nécessite des réponse des autres (groupe social) ou de la société dans son ensemble (par exemple, situations de conflit) [27].

La distinction disciplinaire présentée concernant.

On sait que le terme «comportement déviant» est souvent synonyme du concept de «comportement déviant». L'expression «comportement déviant» traduit littéralement du latin - déviation signifie «s'écarter de la route». Ces concepts sont considérés par de nombreux scientifiques, comme indiqué ci-dessus, comme côte à côte, équivalents et interchangeables..

D'après ce qui précède, les catégories suivantes sont les points de départ pour comprendre l'essence du comportement déviant: «norme», «norme sociale», «déviation (déviation)», «pathologie», «comportement», «acte», «infraction». Examinons de plus près ces concepts..

Le comportement déviant (déviant), ainsi que la déviation sont traditionnellement corrélés avec le concept de «norme», «norme sociale».

Dans le dictionnaire de la langue russe S.I. La norme d'Ozhegov est définie comme «un établissement légalisé, un ordre reconnu, un système de quelque chose» [15, p. 337].

Dans le dictionnaire explicatif russe V.V. Lopatin et L.E. La norme de Lopatina est «un établissement légalisé, un ordre reconnu, un État; exemple, règle »[13, p. 352].

Du point de vue de la pédagogie, la norme (du comportement) est les réactions et les actions socialement attendues d'une personne d'un certain âge, sexe et position, formée dans un certain environnement culturel, à une situation particulière [19, p. 93].

Selon V.I. Zagvyazinsky et A.F. Zakirova, la norme peut être de nature culturelle, professionnelle, situationnelle, liée à l'âge ou autre. Par conséquent, le fait de déviation de comportement dépend des caractéristiques culturelles, territoriales et autres de l'environnement et de la situation dans laquelle le comportement se reproduit, ainsi que des caractéristiques personnelles, d'âge, de rôle, sociales et autres de la personne qui le porte..

La norme sociale (de groupe) de V.M. Polonsky, l'auteur du dictionnaire de l'éducation et de la pédagogie, est considéré comme objectivement établi ou accepté et établi dans un groupe social donné des exigences, des normes de comportement, de communication, imposées à un individu (enfant, adolescent, adulte), dont le respect est une condition nécessaire pour réguler le comportement des membres de ce groupe, la nature de leur relation, de leur interaction et de leur communication et est une condition nécessaire à l'inclusion des individus dans ce groupe social, la communauté [19, p. 93].

Dans le dictionnaire encyclopédique sociologique, la définition suivante du concept de «normes sociales» est donnée - ce sont des modèles, des normes d'activité, des règles de comportement, dont la mise en œuvre est attendue d'un membre d'un groupe ou d'une société et est soutenue par des sanctions. Les normes sociales assurent l'ordre, la régularité des interactions sociales [26, p. 204].

Dans l'aspect de l'interprétation de ce concept, Yu.A. Kleiberg attire l'attention sur le fait qu'il comprend la norme sociale comme un instrument socioculturel de régulation des relations entre les personnes (groupes) dans les conditions historiques concrètes de leur vie et de leur activité, conditionnées par la pratique sociale [3, p. 22].

En outre, le concept de «déviation», selon S.I. Ozhegova, c'est "un écart par rapport à la direction souhaitée sous l'influence d'une raison" [15, p. 126].

L.V. Mardakhaev caractérise la déviation comme une «déviation par rapport à la position normale, la structure» [22, p. 62] et Yu. Yu. Komlev et N.Kh. Safiullin - comme "un acte de déviation qui dépasse une ou plusieurs normes sociales".

Dans le Dictionnaire explicatif de la langue russe, le concept de «déviation» est «non-coïncidence, violation» [28, p. 930].

Les écarts sociaux, comme V.N. Kudryavtsev, ce sont "de telles violations des normes sociales qui se caractérisent par une certaine masse, stabilité et prévalence dans des conditions sociales similaires". Un écart par rapport à la norme est appelé social, principalement parce que la norme elle-même est également sociale..

Ainsi, les concepts de «norme» et de «déviation» (écart) doivent être considérés comme des catégories interdépendantes et interdépendantes. Norme et déviation s'impliquent toujours, l'une ne peut exister sans l'autre. On sait qu'un écart sans la présence d'une norme appropriée ne peut pas être identifié, et une norme sans écart ne peut pas être identifiée et établie.

Le concept suivant, qui a une certaine signification dans le contexte de l’étude des comportements déviants, est la «pathologie».

Dans le Dictionnaire explicatif russe, la pathologie est présentée comme un «écart douloureux par rapport à la norme» [13, p. 423], et dans le Dictionnaire encyclopédique pédagogique de B.М. La pathologie Bim-Bada est interprétée comme la doctrine de l'essence, des causes et des symptômes des maladies [18, p. 185].

Dans le dictionnaire encyclopédique sociologique, le concept de «pathologie sociale» ressort, c'est-à-dire:

1) les actions humaines, les actes, les types de comportements que la société considère comme nuisibles, portant atteinte à l'ordre public et à la moralité publique (crime, hooliganisme, alcoolisme, toxicomanie, etc.);

2) diverses maladies accompagnant le développement d'un organisme social et affaiblissant son fonctionnement [26, p. 235].

Dans le premier cas, la définition du concept de «pathologie sociale» coïncide avec l'interprétation de l'essence du comportement déviant, comme en témoigne le fait que les concepts en question dans cette source littéraire sont identifiés.

De plus, sur la base de l'analyse de la littérature scientifique, il a été constaté que la «pathologie» est avant tout une catégorie médicale et non pédagogique..

Lors de l'étude du comportement déviant, il est également important de se concentrer sur la définition de concepts tels que «comportement», «acte», «infraction».

Le comportement est «la nature des actions, des actions» [13, p. 451]. L'acte et la faute sont des unités de conduite. Un acte, à son tour, est un «acte commis par quelqu'un» [15, p. 462]. Par conséquent, une infraction est «un acte qui constitue une violation de toute norme, règle de comportement» [3, p. 1014].

D'un point de vue pédagogique, le comportement est défini comme une manière consciente ou inconsciente de réagir émotionnellement d'une personne à une certaine situation, causée par un désir particulier dans des circonstances différentes [19, p. 99].

D'une certaine manière, V.M. Polonsky considère un acte comme une action ou inaction consciente, une position exprimée en mots, une action visant à surmonter des obstacles physiques ou la recherche de la vérité, dans laquelle une personne s'affirme en tant que personne dans sa relation à un groupe, à la société et à elle-même [19, p. 52].

L'infraction, selon E.S. Rapatsevich, est une action qui viole les normes morales et juridiques, passible d'une condamnation publique ou d'une amende [16, p. 478]. Par conséquent, une faute est une sorte de manifestation d'écart, car elle est également fondée sur la violation des normes pertinentes..

Ainsi, l'étude des catégories clés qui composent le contenu du concept de comportement déviant indique sa spécificité, qui se manifeste dans diverses classifications, approches, caractéristiques de comportement déviant..

Sur la base d'une comparaison d'aspects philosophiques, sociologiques, psychologiques et pédagogiques, le concept de «comportement déviant (déviant)» peut être interprété comme un système d'actions négatives et désapprouvées ou des actions individuelles, des actions, des gestes, des mots, des déclarations d'une personne qui ne correspondent pas ou ne contredisent pas le officiellement établi ou effectivement formé en la société et l'État, les normes, les règles, les principes, les idées et les attributions de rôles, à savoir le système normatif des valeurs, à un certain stade du fonctionnement et du développement de la société en raison de l'influence de facteurs défavorables qui provoquent une violation du processus de formation et de socialisation de l'individu.

Réviseurs:

Belkin A.S., docteur en sciences pédagogiques, professeur, directeur de l'Institut d'éducation psychologique et pédagogique fondamentale, Université pédagogique de l'État de l'Oural, Ekaterinbourg;

Pozdnyak S.N., docteur en sciences pédagogiques, professeur au Département de géographie économique et MTF, Université pédagogique de l'État de l'Oural, Ekaterinbourg.

Notes de cours: Comportement déviant en tant que phénomène social "

Webinaire avec le Dr Alexander Myasnikov sur le sujet:

«Une société saine. Comment de simples actions de certaines personnes sauvent la vie d'autres "

  • tous les matériaux
  • Des articles
  • Travaux scientifiques
  • Cours vidéo
  • Présentations
  • Abstrait
  • Des tests
  • Programmes de travail
  • Autre méthodique. matériaux
  • Lalieva Natalya Viktorovna Ecrire 4671 04/11/2017

Numéro d'article: DB-359410

  • Autre méthodique. matériaux

Ajoutez du matériel protégé par le droit d'auteur et obtenez des prix grâce à Info-leçon

Cagnotte hebdomadaire de 100 000 RUB

    11.04.2017 847
    11.04.2017 836
    11.04.2017 745
    11.04.2017 1053
    11.04.2017 2646
    11.04.2017 651
    04/11/2017 2047

Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez?

Vous serez intéressé par ces cours:

laisse ton commentaire

  • À propos de nous
  • Utilisateurs du site
  • Questions fréquemment posées
  • Retour d'information
  • Détails de l'organisation
  • Nos bannières

Tous les éléments publiés sur le site sont créés par les auteurs du site ou postés par les utilisateurs du site et sont présentés sur le site à titre indicatif uniquement. Les droits d'auteur des matériaux appartiennent à leurs auteurs respectifs. La copie partielle ou complète du matériel du site sans l'autorisation écrite de l'administration du site est interdite! L'opinion éditoriale peut être différente de celle des auteurs.

La responsabilité de résoudre tout litige concernant les matériaux eux-mêmes et leur contenu est assumée par les utilisateurs qui ont publié le matériel sur le site. Cependant, les éditeurs du site sont prêts à fournir toutes sortes de soutien pour résoudre tout problème lié au travail et au contenu du site. Si vous remarquez que des matériaux sont utilisés illégalement sur ce site, informez-en l'administration du site via le formulaire de commentaires.

Comportement déviant: types, causes et manifestations

Bonjour chers lecteurs! Vous pouvez lire ce qu'est le comportement déviant dans mon article "Théories du comportement déviant", et dans ce travail, nous parlerons des caractéristiques de ce phénomène comme les causes, les types et les formes, les spécificités de leurs manifestations. L'article présente plusieurs classifications de comportements déviants, considère les facteurs entièrement russes et particuliers, considère un peu les déviations de l'adolescence et de l'enfance..

Raisons du comportement déviant

L'étude des causes du comportement déviant a été réalisée par des chercheurs tels que E. S. Tatarinova, N. A. Melnikova, T. I. Akatova, N. V. Vorobieva, O. Yu. Kraev et d'autres. En résumant les recherches des auteurs, les raisons suivantes de la formation d'un comportement déviant peuvent être identifiées.

  1. Erreurs parentales familiales qui détruisent les styles parentaux familiaux.
  2. L'impact négatif de la communication spontanée de groupe ("mauvaise compagnie").
  3. Développement anormal de la personnalité, crise et situations de vie difficiles.
  4. Accentuations de caractères (vous pouvez en savoir plus à ce sujet dans les articles "Accentuations de caractères en psychologie: normes ou pathologie", "Accentuations de caractères à l'adolescence").
  5. Troubles psychosomatiques.
  6. Anomalies du développement psychophysique.
  7. Mode de vie et facteurs de risque (circonstances externes).

Parmi les facteurs négatifs, deux groupes peuvent être généralisés: les facteurs publics et privés. Le premier comprend l'état politique, économique et social du pays, le niveau général de moralité. Les facteurs privés signifient des motifs personnels, des croyances, des objectifs. Il est à noter que les facteurs personnels sont à la base d'un comportement déviant et que les facteurs externes sont un élément directeur, c'est-à-dire qu'ils dictent une variante de l'écart.

Si nous considérons un comportement déviant par rapport à la position de la psychologie clinique, alors deux groupes de facteurs peuvent être distingués: biologiques et sociaux.

  • Les premiers comprennent les crises liées à l'âge, ainsi que les lésions cérébrales congénitales et acquises..
  • Le deuxième groupe comprend les spécificités de l'environnement, de l'éducation et de l'éducation. De plus, une relation stable entre ces facteurs a été notée, mais on ne sait toujours pas comment exactement ils sont interdépendants..

Facteurs négatifs pour toute la Russie

Après avoir analysé un certain nombre de travaux et de rapports scientifiques, j'ai pu identifier plusieurs facteurs majeurs de toute la Russie qui contribuent au développement d'un comportement déviant en tant que phénomène social de masse. Ainsi, les facteurs négatifs incluent:

  • commerce croissant;
  • culture de la force physique et du succès;
  • une abondance de publicité;
  • la disponibilité de matériel numérique, d'alcool, de cigarettes et de drogues;
  • l'incertitude dans les lignes directrices de la vie;
  • industrie du divertissement en constante évolution;
  • les lacunes du système de prévention des écarts;
  • morbidité de la population (croissance de maladies socialement dangereuses);
  • progrès informationnel de la Russie, transition vers les technologies virtuelles.

Les médias de masse jouent un rôle important dans la formation et le développement de comportements déviants. Ils propagent diverses formes de déviations, de comportements antisociaux, influençant principalement la conscience encore informée (enfants, adolescents). En conséquence, ils forment ainsi une personnalité avec un comportement qui dépasse les normes acceptées..

Un exemple frappant de l'impact sur la conscience est Internet, dans un sens plus étroit - les jeux informatiques. Souvent, le monde virtuel est transféré dans la réalité, ce qui entraîne une inadaptation de l'individu.

Une autre variante de l'influence négative d'Internet est le désir de «hyip» (gagner en popularité). Et ici, nous trouvons des échos de la théorie de Merton (je la décrirai ci-dessous). Les gens s'efforcent d'atteindre leur objectif (popularité) de quelque manière que ce soit. Et, malheureusement, comme le montre la pratique, il est plus facile de le faire en tuant quelqu'un (ou en le battant) et en publiant la vidéo sur le réseau, en faisant l'amour dans un endroit bondé, etc. À la recherche de la célébrité et des "j'aime", les gens oublient toutes les normes de décence.

Types et formes de comportement déviant

À ce jour, il n'y a pas de classification unique des comportements déviants. Il existe plusieurs interprétations différentes pour une raison ou une autre. Le choix d'une classification de référence dépend de la zone dans laquelle le comportement déviant est analysé et de ses principales caractéristiques..

Classification de N. V. Baranovsky

L'auteur a mis en évidence un comportement déviant socialement positif et socialement négatif.

  • Le premier assure le progrès de toute la société. Nous parlons de chercheurs, d'artistes, de généraux, de dirigeants. Ce sont ces gens qui doutent de l'ordre établi des choses, voient le monde différemment et essaient de le changer. Autrement dit, il s'agit d'un type productif de comportement déviant..
  • Le comportement déviant socio-négatif est de nature destructrice, fournit une régression de l'ensemble de la société. On parle de criminels, de toxicomanes, de terroristes.

C'est la principale classification primaire. Elle explique ce dont j'ai parlé dans l'article "Theory of Deviant Behavior". Avec le productif, tout est clair: son type est le seul possible. Alors que les écarts de comportement avec un signe moins ont plusieurs apparences. Les classifications présentées ci-dessous interprètent le comportement destructeur.

Classification de V. D. Mendelevich (psychiatre russe, narcologue, psychologue clinicien)

Je veux examiner plus en détail la classification de cet auteur et la considérer comme un pivot dans mon travail. L'auteur identifie les types de comportement déviant suivants:

  • la criminalité;
  • alcoolisme;
  • dépendance;
  • comportement suicidaire;
  • vandalisme;
  • la prostitution;
  • déviations sexuelles.

De plus, V. D. Mendelevich note que le type de comportement (déviant ou normal) est déterminé par la manière dont l'individu interagit avec le monde environnant. Il identifie cinq principaux styles d'interaction humaine avec la société, à savoir cinq styles de comportement, dont quatre sont des variétés de comportements déviants:

  1. Comportement délinquant (criminel). Ce comportement survient lorsque l'individu est convaincu qu'il est nécessaire de lutter activement avec la réalité, c'est-à-dire de s'y opposer.
  2. Type de comportement déviant psychopathologique et pathocaractérologique. Il se manifeste par une confrontation douloureuse avec la réalité. Cela est dû à des changements dans la psyché, dans lesquels une personne voit le monde exclusivement comme hostile à lui.
  3. Comportement addictif. Elle se caractérise par une rupture avec la réalité (utilisation de substances psychoactives, passion pour les jeux informatiques, etc.). Avec ce type d'interaction, une personne ne veut pas s'adapter au monde, estimant qu'il est impossible d'accepter ses réalités.
  4. Ignorer la réalité. Ceci est généralement typique pour une personne engagée dans une sorte d'orientation professionnelle étroite. Il est pour ainsi dire adapté au monde, mais en même temps ignore tout autre chose que son métier. C'est le type de comportement le plus courant qui est le plus acceptable pour la société. Il s'agit d'un comportement normal. L'individu s'adapte à la réalité. Il est important pour lui de se trouver et de se réaliser dans la vraie vie, parmi de vraies personnes.

Il a été prouvé expérimentalement qu'il existe une relation entre tous les types de comportement déviant, ainsi que la dépendance des écarts par rapport à la relation d'un individu avec la société..

Il existe d'autres classifications, mais je veux vous les présenter brièvement. Si quelque chose vous intéresse, vous pouvez trouver du matériel supplémentaire par auteur.

Classification de R. Merton

Le sociologue a identifié cinq types d'écarts:

  • subordination;
  • innovation (atteindre un objectif par tous les moyens, même par des moyens criminels);
  • ritualisme (respect des règles par sa propre infraction);
  • le retraitisme (échapper à la réalité);
  • insurrection (rébellion, révolutions, comportement antisocial).

Autrement dit, la classification est basée sur le rapport entre l'objectif d'une personne et les moyens de l'atteindre.

A. I. La classification de Dolgova

Divise les écarts en deux groupes:

  • comportement déviant;
  • la criminalité.

Cette division est souvent utilisée dans l'interprétation du comportement des enfants et des adolescents. Autrement dit, une ligne est tracée entre la désobéissance et les infractions graves..

Classement par O. V. Polikashina

Identifie les formes d'écarts suivantes:

  • commission d'infractions;
  • ivresse;
  • dépendance;
  • abus de substance;
  • l'utilisation de substances psychotropes;
  • promiscuité sexuelle précoce.

Classification commune en psychologie clinique

La psychologie clinique a ses propres concepts et variétés de comportements déviants. Selon la classification DSM IV, dans le trouble des conduites (c'est le nom du comportement déviant dans le domaine médical de la psychologie), quatre types de problèmes de comportement peuvent survenir:

  • agression envers les autres;
  • destruction de biens;
  • vol;
  • autres violations graves des règles.

Dans la Classification internationale des maladies, révision 10 (CIM-10), plusieurs types de troubles des conduites (ci-après - RP) sont distingués:

  • RP, limitée par la famille (comportement antisocial ou agressif manifesté à la maison ou vis-à-vis d'êtres chers);
  • RP non socialisée (comportement dissocial ou agressif envers les autres enfants);
  • RP socialisée (comportement dissocial ou agressif chez les enfants bien intégrés dans un groupe de pairs);
  • trouble oppositionnel avec provocation (accès de colère, querelles, comportement provocateur).

J'essaierai d'expliquer la signification de plusieurs classifications et les possibilités de leur application. Par exemple, s'il est établi que la cause des déviations réside dans des changements pathologiques dans le cerveau, vous devez vous concentrer sur la CIM-10 et le DSM IV. Si le comportement a été influencé par un facteur social (psychologique) et non biologique, il est préférable de faire attention à la classification de V.D. Mendelevich.

Types et formes de comportement déviant chez les enfants et les adolescents

Dans une catégorie distincte, je veux faire des déviations pour enfants et adolescents, qui sont principalement dues aux spécificités des âges eux-mêmes. Parmi les écarts généraux, on peut distinguer les formes suivantes:

  • comportement sexuel à risque;
  • comportement autodestructeur;
  • vagabondage;
  • nouvelles formes de comportement déviant (implication dans des sectes destructrices totalitaires et autres organisations publiques qui manipulent la conscience, le terrorisme, les déviations utilisant Internet et les ordinateurs).

Selon la déviation directionnelle peut être divisé en:

  • déviations d'orientation égoïste;
  • déviations agressives dirigées contre la personnalité (autodestruction);
  • déviations socialement passives (toutes sortes d'échappatoires à la réalité).

Dans le cadre du comportement autodestructeur, plusieurs autres formes peuvent être distinguées:

  • suicide latent et direct;
  • troubles des habitudes et des impulsions;
  • troubles de l'alimentation;
  • troubles liés à l'usage de substances;
  • troubles du comportement de la personnalité dans la sphère sexuelle.

Ainsi, à l'adolescence et dans l'enfance, les comportements déviants se manifestent le plus souvent par l'agressivité, l'évitement de l'école, la fuite de chez eux, la toxicomanie et l'ivresse, les tentatives de suicide, les comportements antisociaux..

  • La déviation adolescente la plus populaire est le comportement addictif.
  • Il n'est pas rare qu'une personnalité informée désire fuir la réalité, les problèmes et les malentendus. C'est peut-être le moyen le plus simple..
  • De plus, des addictions peuvent se former sur la base du désir de l'adolescent de devenir adulte. Et l'âge adulte le plus simple est la copie externe.
  • Une autre cause fréquente de dépendance est le désir d'un adolescent de s'établir dans le cercle de ses pairs, de gagner en autorité et en confiance. Après tout, les pairs de cet âge sont les principaux «juges» et «public».

Les filles adolescentes sont plus susceptibles de développer des déviations sexuelles. La puberté active est directement liée à la formation de caractères sexuels secondaires, ce qui peut conduire au ridicule des pairs ou à une agression sexuelle non désirée. En outre, les filles commencent souvent des relations avec des jeunes plus âgés, ce qui contribue à l'activité sexuelle, à diverses actions risquées et antisociales..

Il convient de noter que les comportements déviants des adolescents ne sont pas toujours négatifs. Parfois, les adolescents veulent trouver quelque chose de nouveau, surmonter la stagnation, le conservatisme. Sur cette base, il y a:

  • groupes de musique;
  • compagnies de théâtre;
  • les athlètes;
  • jeunes artistes.

Vous pouvez en savoir plus sur les caractéristiques des comportements déviants chez les enfants et les adolescents dans mon travail "Comportements déviants chez les enfants et les adolescents: causes, prévention et correction".

Résultat

Ainsi, un comportement s'écartant des normes généralement acceptées (déviant) peut survenir dans le contexte de problèmes biologiques, sociaux et socio-psychologiques. Les facteurs d'écarts sont internes et externes. L'influence, en règle générale, est exercée par plusieurs facteurs à la fois, ce qui complique la classification et le plan de correction des comportements déviants..

Les écarts diffèrent par l'échelle (au sein de la famille ou du pays), la force de l'impact sur la personnalité, les spécificités de l'impact (détruire ou développer) et la sphère de déformation de la personnalité.

Il n'y a pas de schéma de correction unique; le plan est sélectionné en fonction des traits de personnalité individuels, des facteurs négatifs existants et des causes profondes des écarts. Vous pouvez en savoir plus sur les méthodes de diagnostic dans mon travail "Diagnostic des comportements déviants chez les enfants et les adultes".

Vidéo: la vie de poupée: expression de soi, déviation, évasion de la réalité ou des affaires?

Merci pour votre temps! J'espère que le matériel vous sera utile!

Comportement déviant: un problème mondial de la société moderne et des moyens de le résoudre

Tout le monde a dû enfreindre les règles au moins une fois dans sa vie. Quelqu'un a l'habitude de jeter un emballage de bonbons sur le sol, et non dans une urne. Quelqu'un se fige 24 heures sur 24 dans les jeux informatiques, ne communique avec personne, ne travaille pas, ne dort pas suffisamment et ne mange pas vraiment. Et quelqu'un s'épuise avec divers régimes.

Peu de gens savent que toutes ces actions relèvent d'un comportement déviant - des écarts par rapport à la norme. La plupart des gens croient qu'il est inhérent uniquement aux toxicomanes, aux alcooliques, aux criminels et à d'autres éléments asociaux de la société. Les psychologues sont plus implacables: selon leurs statistiques, 90% des personnes (de temps en temps ou constamment) sont des déviants.

Concepts de base

En termes simples, un comportement déviant est un comportement persistant (constamment répété) qui s'écarte des normes sociales généralement acceptées. Pour ce phénomène, il existe un autre concept - la déviation sociale. La société est obligée d'y répondre par certaines sanctions: isolement, traitement, correction, punition.

Le comportement déviant étant le sujet d'étude de diverses sciences, chacune d'elles lui donne sa propre définition spécifique.

Sociologie

Les sociologues appellent comportement déviant tout phénomène social qui constitue une menace pour la vie humaine, causé par une violation du processus d'assimilation des normes et des valeurs, du développement de soi et de la réalisation de soi dans la société..

Médicament

Pour les médecins, la déviance est une pathologie neuropsychique limite qui conduit à un écart par rapport aux normes généralement acceptées des interactions interpersonnelles. Dans le même temps, les médecins reconnaissent que tous les cas ne sont pas le résultat de troubles de la personnalité et du comportement. Les personnes en bonne santé mentale ont souvent un comportement déviant..

Psychologie

En psychologie, il s'agit d'un écart par rapport aux normes sociales et morales, un modèle erroné pour résoudre un conflit, dirigé contre la société. Peut être mesuré quantitativement (ce qui détermine le degré de négligence du problème) - à travers les dommages causés au bien-être public, aux autres ou à soi-même.

Sur la base de ces définitions, il est facile de comprendre qui est un déviant. C'est une personne qui démontre les caractéristiques d'un comportement déviant et inacceptable et a besoin de l'aide de spécialistes: psychologues, psychothérapeutes, neurologues.

La psychologie du comportement déviant est une discipline scientifique qui étudie l'essence, les causes et les manifestations d'actions inappropriées persistantes. Divers spécialistes travaillent dans ce sens - psychologues cliniciens et du développement, enseignants, avocats et sociologues. Actuellement, une attention particulière est accordée aux méthodes de prévention et de correction des écarts à l'adolescence et à l'adolescence.

La déviantologie est la science qui étudie les déviations et la réaction de la société à leur égard. Comprend des travaux dans ce sens, réalisés par diverses sciences: psychologie, psychothérapie, médecine légale, sociologie.

Problèmes existants

Le problème de la déviation est que beaucoup ne comprennent pas son échelle. Qui parmi nous n'a jamais fait quelque chose que la société condamnerait? Les psychologues disent que chaque personne a ses propres «squelettes dans le placard», mais ils sont soigneusement gardés des regards indiscrets pour éviter d'être condamnés. La seule question est de savoir à quel point ils sont dangereux. Quelqu'un vole régulièrement des fraises dans la maison d'été d'un voisin, ou fume dans l'entrée, ou allume la musique à plein volume après 23h00 dans un immeuble. Et quelqu'un bat sa femme, vole des millions dans les comptes publics, distribue de la drogue. Ce sont tous des exemples de la vie, mais ressentez par vous-même à quel point ils sont différents dans leurs conséquences..

Le deuxième problème de société associé aux déviants est le contrôle asymétrique sur eux. Nous entendons souvent parler de violations des normes sociales et morales par des personnes célèbres. Mais ils restent généralement impunis. Bien que lorsqu'une personne ordinaire commet le même acte, la question ne se limite pas à une juste condamnation.

Origine du nom. Le terme «déviant» remonte au mot latin «deviatio», qui se traduit par «déviation».

Les raisons

Biologique

Tendance héréditaire et génétiquement déterminée à un comportement déviant, qui se manifeste dès le plus jeune âge. Vous pouvez voir de tels enfants à problèmes même à la maternelle. A l'école, les écarts sont aggravés et provoquent le développement de troubles de la personnalité mentale..

Psychologique

Parfois, une personne de naissance a un caractère rebelle, ce qui la pousse à aller à l'encontre du système. Les facteurs externes et les irritants sont également des causes de déviation. Le développement inadapté de la psyché en raison de certains traits de caractère (agressivité, faible estime de soi, impuissance) peut être à blâmer. Les psychologues expliquent souvent les écarts par un état psycho-émotionnel stable sur une longue période (par exemple, avec dépression ou perte d'un être cher).

Sociologique

Les causes socialement déterminées du comportement déviant sont bien décrites et expliquées par la théorie de l'anomie, créée par le sociologue et philosophe français David Durkheim. Selon sa définition, l'anomie est la décomposition de valeurs et de normes sociales établies en raison de l'incohérence avec les nouveaux idéaux. C'est une sorte de vide qui pousse les gens à dévier. Toujours accompagné d'une forte augmentation du nombre d'alcooliques, de toxicomanes, de suicides, de criminels.

Les théories

Sur la base des principales causes des écarts par rapport aux normes sociales, diverses théories du comportement déviant ont été créées..

Théories biologiques

Essence: les actions déviantes sont la conséquence d'inclinations innées. Ces personnes ne peuvent pas restreindre leurs besoins fondamentaux et faire tout pour les satisfaire, quelles que soient les règles et même la peur de la punition..

Lombroso

Biological est la théorie d'un criminel congénital par le psychiatre, enseignant et psychologue italien Cesare Lombroso. Sur la base des résultats de nombreuses années de travail dans les prisons, le scientifique a conclu que les pas déviants de 1/3 de tous les criminels sont dus aux qualités inhérentes à la nature elle-même. Ils diffèrent tous par un ensemble des mêmes caractéristiques:

  • persistants dans leur méchanceté et leur férocité;
  • sous-développé;
  • incapable de freiner leurs instincts;
  • irrécupérable;
  • avec une apparence spécifique: violation de la mâchoire, nez plat et enfoncé, barbe clairsemée, bras longs.

Lombroso les a comparés à des singes. Mais le médecin britannique Charles Goring a critiqué sa théorie et justifié son incohérence..

Sheldon

Biologique inclut également la théorie constitutionnelle du tempérament du psychologue américain William Herbert Sheldon. À son avis, les actions d'une personne peuvent être prédites par le type de personnage:

  • les endomorphes (obésité modérée) sont sociables et savent s'entendre avec les autres;
  • les mésomorphes (force et harmonie) sont agités, actifs, insensibles à la douleur et les plus enclins à des comportements déviants;
  • les ectomorphes (corps fragile) sont sujets à l'introspection, ont une sensibilité accrue, de la nervosité.

Cependant, la théorie de Sheldon ne fonctionne pas toujours. Parmi les criminels et autres personnes ayant un comportement déviant, il y a des personnes avec des types de corps différents..

Gove

Une autre théorie biologique basée sur l'influence du sexe et de l'âge. Publié par Walter Gove. Conclusions des résultats de la recherche:

  • le plus souvent des actes déviants sont observés chez les jeunes, le pic tombe sur les 18-24 ans;
  • en deuxième place, les adolescents de 13 à 17 ans;
  • dans le troisième - 25-30 ans;
  • et seulement alors vient l'âge après 30 ans, lorsque les crimes sont commis soit dans un état de passion, soit à la suite de troubles mentaux graves.

Il existe également des preuves dispersées provenant d'études individuelles suggérant que la tendance à la déviation peut être due à la génétique:

  • les jumeaux avec le même nombre de chromosomes dans 50% des cas commettent séparément les uns des autres, sans dire un mot, les mêmes violations des normes;
  • les enfants adoptés avec leurs déviations sont similaires aux parents biologiques et non aux parents nourriciers;
  • les hommes avec un chromosome Y supplémentaire sont caractérisés par une psychopathicité sévère, une faible intelligence et une déviation accrue.

La plupart des psychologues n'acceptent pas les théories biologiques. La seule chose avec laquelle ils sont d'accord, c'est que le type de système nerveux peut jouer un certain rôle dans un comportement déviant, mais loin d'être décisif.

Théories socio-psychologiques

L'essentiel: la société elle-même pousse une personne à violer ses propres règles.

Durkheim

La célèbre théorie de l'anomie de Durkheim. Selon lui, lors des crises, guerres, révolutions, coups d'État, changements de pouvoir et autres changements sociaux, les gens sont dans un état de confusion et de désorganisation, ils perdent leurs repères. Cela les incite à se comporter de manière inappropriée..

Merton

La théorie de l'adaptation de l'individu aux conditions qui l'entourent, du sociologue américain Robert Merton, élargit l'anomie de Durkheim. Selon elle, la déviation est influencée non seulement par les crises sociales et sociales, mais, avant tout, par la réaction d'une personne à leur égard. Cette classification est présentée ci-dessous..

Becker

L'une des théories socio-psychologiques les plus connues est la théorie des étiquettes ou de la stigmatisation. L'auteur est l'économiste américain Gary Stanley Becker. Il a décrit le processus consistant à être étiqueté par des couches puissantes de la société - l'inférieur. Traditionnellement, les déviants comprennent les gitans, les sans-abri, les toxicomanes, les alcooliques. Mais c'est injuste, car parmi eux, il peut y avoir des gens qui adhèrent aux règles générales et qui n'enfreignent pas la loi. Cependant, l'étiquette d'une strate sociale défavorisée et antisociale les fait finalement se comporter comme des déviants..

Théories psychologiques

L'essentiel: les principales raisons d'un comportement déviant résident dans le domaine de la psyché.

Existentiel-humaniste

Les représentants de cette théorie pensaient que la principale raison d'un comportement déviant était la déception de la personne en elle-même. Chacun d'eux se concentre sur certains aspects de ce processus..

Le psychiatre, psychologue et neurologue autrichien Viktor Frankl considérait la suppression de la spiritualité et la perte de sens dans la vie comme un facteur provoquant..

Selon le psychologue américain, auteur de la psychothérapie centrée sur le client Carl Rogers, les idées déformées d'une personne sur elle-même, une faible estime de soi, une tendance à l'autodérision sont à blâmer..

Le psychologue américain, fondateur de la psychologie humaniste Abraham Maslow a appelé la frustration des besoins de base comme les principales raisons.

Psychodynamique

Il est basé sur la psychanalyse de Freud. La principale source de comportement déviant est le conflit entre l'inconscient et le conscient. De plus, les premiers reposent sur des désirs sexuels. Certes, les néo-freudiens ne s'y focalisent plus et donnent la priorité au manque de contact émotionnel, le plus souvent au manque de communication étroite avec la mère..

Comportementale

Le comportementalisme classique considère les actions déviantes comme résultat de l'impact sur la personnalité de l'environnement. À leur avis, si l'enfant est initialement sévèrement puni pour des délits, à l'avenir, la peur l'empêchera de les commettre. Les comportementalistes accordent beaucoup d'attention aux méthodes de correction des déviations, qui incluent le renforcement négatif, le conditionnement émotionnellement négatif et l'extinction opérante de la réaction..

Cognitif

Selon la théorie du psychothérapeute américain, professeur de psychiatrie et créateur de psychothérapie cognitive Aaron Beck et psychologue américain, thérapeute cognitif, auteur de la thérapie comportementale rationnelle-émotionnelle Albert Ellis, les causes des comportements déviants sont dans des schémas de pensée inadaptés qui déclenchent des sentiments et des actions inappropriés.

Manifestations

Les principaux signes de comportement déviant, qui sont utilisés en pédagogie et en psychologie pour le diagnostic:

  • incompatibilité avec les normes sociales généralement acceptées;
  • leur violation;
  • évaluation négative des autres, sanctions appliquées;
  • causer de réels dommages aux autres et à vous-même;
  • stabilité - répétition répétée ou prolongée des mêmes actions dirigées contre les normes de la société;
  • l'orientation générale de la personnalité elle-même est destructrice;
  • inadaptation sociale.

Dans la vie, la manifestation d'un comportement déviant ne se limite pas à cet ensemble de signes. Il est trop multiforme pour tracer le cercle de toutes ses formes. Dans différentes situations, cela peut inclure:

  • agressivité;
  • incontrôlabilité;
  • secret;
  • tendance à la cruauté, manque de sentiments de pitié;
  • un changement brusque d'humeur;
  • le désir de regroupements informels;
  • non-respect délibéré des règles et restrictions en vigueur dans cette société à un moment donné;
  • violation des lois.

Vous devez comprendre que ces signes ne se trouvent pas toujours à la surface. Parfois, extérieurement, une personne ne trahit pas un déviant en soi. Il peut avoir de nombreux amis, se distinguer par sa réussite dans ses études ou sa carrière, être bien élevé et calme. Mais, au-delà de l'environnement familier, il peut faire des choses terribles (torturer des animaux, aller à des réunions de groupes extrémistes et même élaborer un plan de meurtre).

Les psychologues mettent également l'accent sur le fait que l'excentricité, caractérisée par des bizarreries et des excentricités, n'appartient pas à un comportement déviant. Il est basé sur un sentiment d'individualité accrue, mais ne nuit presque jamais aux autres ou au porteur. Par conséquent, cela n'est pas considéré comme un écart..

Classification

Problème de classification

Il n'y a pas de typologie unique pour de nombreuses raisons. Premièrement, le problème du comportement déviant est activement étudié par des psychologues, des médecins, des sociologues, des criminologues et de nombreux autres spécialistes. Pour chacun d'eux, certains aspects spécifiques de ce phénomène sont importants. Par conséquent, ils utilisent tous des classifications différentes..

Deuxièmement, il n'y a pas de base théorique unique pour un comportement déviant. Par conséquent, jusqu'à présent, des questions telles que:

  • Quelles sont les principales formes de comportement - déviations, et lesquelles - Réaction dictée par le caractère ou les attitudes personnelles?
  • Quels critères existe-t-il pour distinguer la norme de l'écart?
  • Y a-t-il un comportement déviant positif ou est-ce seulement destructeur?

En raison du manque de consensus sur ces questions, les experts créent de nombreuses classifications du droit d'auteur.

Classification de Merton

Les types de déviation, selon la toute première classification (créée en 1938) par Merton, sont attribués selon les modalités d'adaptation de la personnalité aux conditions qui l'entourent. Au total, 5 types de comportement sont décrits, et seul le premier est la norme, et les 4 autres sont des écarts:

  • obéissant, conforme - soumission sans plainte aux objectifs publics et aux moyens de les atteindre;
  • innovant - reconnaissance des objectifs, mais choix indépendant des moyens pour les atteindre;
  • rituel - le rejet à la fois des objectifs et des méthodes, mais l'adhésion aveugle et automatique à certaines traditions instillées depuis l'enfance demeure;
  • retretic - un rejet complet de toutes les normes que la société offre, l'isolement et une existence séparée de celle-ci;
  • rebelle (révolutionnaire) - une tentative de changer la société conformément à ses propres objectifs et aux moyens de les atteindre.

Vous pouvez en savoir plus sur cette classification dans le livre de Merton, Social Structure and Anomie (1966).

Typologie de Korolenko

Le psychiatre et psychothérapeute russe Ts.P. Korolenko, en collaboration avec T.A. Donskikh, a proposé sa propre classification des comportements déviants.

Non standard

Viole les règles généralement acceptées, va au-delà des stéréotypes sociaux, mais affecte positivement le développement de la société.

Destructeur

Elle peut être destructrice externe (violation des règles sociales) et destructrice interne (destruction de sa propre personnalité). À son tour, destructeur externe est représenté par un comportement addictif (échapper à la réalité en utilisant des drogues, de l'adrénaline et d'autres méthodes) et antisocial (crimes délibérément commis).

L'intra-destructif est également représenté par différents types:

  • suicide;
  • narcissisme;
  • conformisme;
  • fanatisme;
  • autisme.

Cette classification est présentée plus en détail dans le livre de Korolenko et Donskikh "Seven Ways to Disaster: Destructive Behavior in the Modern World" (1990).

Mendelevich

La classification du psychiatre, psychothérapeute et narcologue russe, psychologue clinicien Vladimir Davydovich Mendelevich est basée sur les méthodes d'interaction avec la réalité. Il identifie les types de comportement déviant suivants:

  • délinquant;
  • addictif;
  • pathocharacterological;
  • psychopathologique;
  • hyperpuissances.

Leur description peut être trouvée dans le manuel de Mendelevich "La psychologie du comportement déviant" (2005). Vous pouvez y trouver la réponse à une question courante, en quoi le comportement déviant diffère du délinquant. Ce dernier est l'une des manifestations du premier. L'écart est un concept plus général qui inclut tous les types ci-dessus. Delix est un acte illégal, le plus souvent pénalement punissable et portant atteinte aux gens autour. Addiction - un départ de la réalité.

Zmanovskaya

Psychologue-psychanalyste, docteur en psychologie Elena Valerievna Zmanovskaya suggère les conséquences suivantes comme critère de classification des comportements déviants:

  • antisocial (délinquant) - crimes (dangereux pour la vie d'autres membres de la société, sanction pénale pour le transporteur);
  • asocial (immoral) - agression, jeu d'argent, vol (conditions de vie inconfortables pour les autres membres de la société, amende, isolement pour le porteur);
  • autodestructeur (autodestructeur) - suicide, addictions, fanatisme, victimisation (danger pour le porteur lui-même).

La classification est décrite en détail dans le manuel des universités "Déviantologie: Psychologie du comportement déviant" (auteur - Zmanovskaya).

Classification générale

En psychologie moderne, il est courant de faire la distinction entre les comportements déviants positifs et négatifs. Bien que de nombreux experts rejettent le fait que cela puisse être positif.

Les formes négatives de déviation sont dangereuses à la fois pour les membres de la société et pour le porteur lui-même:

  • infraction pénale;
  • alcoolisme;
  • dépendance;
  • vol;
  • la prostitution;
  • dépendance au jeu;
  • vagabondage;
  • terrorisme;
  • extrémisme;
  • vandalisme;
  • suicide.

Les formes positives de déviation profitent à la société, mais en même temps, il peut y avoir des écarts importants ou mineurs par rapport aux normes généralement acceptées:

  • le sacrifice de soi;
  • héroïsme;
  • bourreau de travail;
  • sentiments accrus de justice ou de pitié;
  • génie, talent.

De nombreux experts ne pensent pas que les formes de déviation puissent être positives. Bien qu'ils soient bénéfiques pour la société, ils nuisent au porteur lui-même, ils ne peuvent donc pas être classés comme positifs.

Le professeur, docteur en sciences pédagogiques et psychologiques Yuri Aleksandrovich Kleyberg ajoute à la classification généralement acceptée un autre type de comportement déviant - socialement neutre (mendicité).

C'est intéressant. Dans les livres de science-fiction, le comportement habituel est souvent présenté comme déviant pour la société dans laquelle il est observé. Par exemple, Bradbury ("451 degrés Fahrenheit") appelle la lecture déviante, Lukyanenko ("Les étoiles sont des jouets froids") - les caresses et les câlins, Orwell ("1984") - les relations personnelles, Zamyatin ("Nous") - une personne avec une âme capable d'aimer et de penser indépendamment.

Caractéristiques d'âge

La déviation n'est pas diagnostiquée chez les enfants de moins de 5 ans. En règle générale, il se manifeste le plus clairement à l'école, en particulier à l'adolescence..

Pour les jeunes étudiants

Les psychologues font référence aux écarts par rapport à l'âge de l'école primaire:

  • incapacité à communiquer de manière non verbale;
  • difficultés à établir des contacts interpersonnels avec des pairs;
  • troubles de la parole;
  • retard du développement mental, physique ou mental;
  • mensonges pathologiques;
  • masturbation;
  • kleptomanie;
  • sucer les doigts et autres objets.

Avec la détection rapide des signes de déviation chez les écoliers plus jeunes, le traitement des maladies existantes et la correction des troubles mentaux fournissent des prévisions favorables.

Chez les adolescents

Pour les éducateurs et les parents, les adolescents déviants sont un véritable désastre. La situation est exacerbée par le début de la puberté et la crise de l'âge. Les écarts peuvent avoir des conséquences dangereuses à la fois pour leur entourage et pour l'enfant lui-même..

Les psychologues incluent les écarts les plus courants à l'adolescence:

  • agression incontrôlée et même cruauté;
  • incontrôlabilité;
  • dromomanie - fugue régulière et départ de la maison sans avertissement, lorsque l'adolescent ne s'endort pas;
  • pyromanie - une tendance à l'incendie criminel;
  • réactions trop impulsives à ce qui se passe;
  • anorexie, boulimie et autres troubles de l'alimentation;
  • infantilisme - anormal pour un adolescent actes, actions et caprices d'un petit enfant;
  • hyperdynamie - désinhibition motrice excessive, agitation pathologique;
  • introduction à l'utilisation de substances interdites.

Souvent, les adolescents enclins à la déviation deviennent membres de groupes extrémistes et de communautés informelles. L'implication de ces mineurs dans des activités criminelles est particulièrement dangereuse. Les conséquences peuvent être les plus indésirables: de l'emprisonnement au suicide et à la toxicomanie.

Comme le montrent les statistiques, les adolescents déviants, en l'absence de l'aide et du soutien nécessaires de l'extérieur, se distinguent par des réactions inadéquates après avoir grandi. C'est donc à cet âge que la correction et la prévention sont si importantes..

Diagnostique

S'il y a un soupçon que l'enfant se manifeste de plus en plus comme déviant, il doit être montré à un psychologue. Il effectue des diagnostics primaires à l'aide de questionnaires et de tests. Les plus courants sont:

  • méthode de diagnostic express des capacités intellectuelles;
  • méthode de diagnostic de l'adaptation sociale et psychologique (Rogers et Diamond);
  • pour les élèves plus jeunes - techniques projectives;
  • technique de détection de frustration (Rosenzweig);
  • méthodologie pour déterminer le niveau d'anxiété scolaire (Phillips);
  • Échelle d'attitude de manipulation (Bantha);
  • test d'agressivité (Bassa-Darki)
  • Test de dépendance à Internet (Nikitina, Egorov)
  • Tables de Schulte;
  • Méthode de Luscher;
  • Échelle de Wechsler;
  • test d'auto-évaluation des états mentaux (Eysenck);
  • Carte d'observation de Stott.

Il existe un grand nombre de méthodes de diagnostic. Les experts les sélectionnent en fonction de chaque situation spécifique.

Correction

La déviation en tant que phénomène social et la réaction de la société à son égard est le sujet d'étude de la sociologie. La pédagogie et la psychologie la traitent comme un trait de personnalité individuel.

Pour que la société survive, pour créer des conditions favorables à l'existence, des normes de comportement - des lois - y sont établies. Un contrôle réalisable de leur mise en œuvre est organisé. S'il y a des cas d'écart, des mesures sont prises pour le corriger en fonction de l'ampleur du problème. Les principales formes de contrôle sont:

  • prévention des personnes à risque (le plus souvent des écoliers);
  • isolement des personnes qui constituent un danger pour d'autres membres de la société - criminels endurcis, terroristes, extrémistes;
  • isolement et traitement approprié des personnes souffrant de troubles mentaux et de divers types de toxicomanie (dispensaire, hôpital psychiatrique);
  • la réadaptation des personnes qui veulent et peuvent reprendre une vie normale.

L'emprisonnement est la manière traditionnelle de punir les contrevenants. Cependant, elle ne peut pas être qualifiée de méthode efficace pour corriger un comportement déviant. Les gens deviennent souvent aigris, perdent les compétences d'une vie normale dans la société, se retirent, rejoignent la sous-culture des prisonniers, acquièrent des intérêts criminels. Les statistiques ne sont donc pas surprenantes: 60% des personnes libérées dans les 4 ans commettent à nouveau un crime et se retrouvent derrière les barreaux.

Pour les écoliers plus jeunes, les méthodes de correction les plus efficaces sont les conversations éducatives, le travail individuel avec un psychologue.

Pour les adolescents qui ont été diagnostiqués avec un type de comportement déviant, des techniques psychothérapeutiques sont sélectionnées. Formations de groupe, jeux de rôle, utilisation de matériel visuel (vidéo, illustrations, enregistrements audio), art-thérapie - tout cela avec la participation active des parents peut résoudre ce problème. Parfois, des médicaments sont prescrits sous forme de sédatifs.

La prévention

À bien des égards, les méthodes de prévention dépendront de l'âge. Par exemple, pour les élèves plus jeunes, des conversations avec un psychologue scolaire, des enseignants et des parents suffiront. À l'adolescence, cela ne suffira plus - des mesures plus sérieuses seront nécessaires. Il est important d'inculquer aux enfants des valeurs morales, des règles de comportement dans la société, le respect et l'observation des lois, des compétences de socialisation. Un tel travail préventif doit être effectué en permanence..

Exemple de programme de prévention

L'objectif est de créer des conditions favorables à la formation de connaissances et de compétences sur les normes sociales en inculquant des attitudes et des compétences de comportement correct et responsable.

  • généraliser les connaissances sur les bonnes et les mauvaises habitudes;
  • maintenir une estime de soi positive;
  • apprendre à accepter la responsabilité de son propre comportement et d'éventuelles violations;
  • développer des compétences adéquates et efficaces de communication correcte;
  • développer la capacité de fournir une assistance dans les moments difficiles;
  • inculquer les règles de la culture sanitaire et hygiénique;
  • pour former une compétence communicative, sociale et personnelle;
  • développer la sphère émotionnelle.

Âge: adolescents de 10 à 17 ans.

Conditions de mise en œuvre: une fois par semaine pendant un semestre académique (18 semaines).

Je bloque des cours

II bloc de classes

III bloc de classes

Bloc IV de classes

Effets

Les personnes souffrant de comportements déviants sont profondément malheureuses. Ils doivent payer pour leurs actions toute leur vie. Plus important encore, les conséquences ne se limitent pas à l'individu. Ils couvrent les autres et la société dans son ensemble:

  • au niveau de la personnalité: épuisement physique du corps, troubles mentaux, inadaptation sociale, solitude, mort;
  • au niveau des autres: le risque de mort et de violence, la souffrance et l'anxiété des parents et amis;
  • au niveau de la société: la criminalisation.

La déviation n'est pas seulement un diagnostic nécessitant un traitement. C'est un problème mondial dans la société moderne. Les psychologues et sociologues réclament depuis longtemps une solution globale au niveau de l'Etat, à partir de l'école. Des programmes de prévention comme celui mentionné ci-dessus sont mis en œuvre par les unités des établissements d'enseignement. Ils ne reçoivent pas d’argent du budget, ils ne sont pas une composante obligatoire du programme scolaire. Si tout était différent, il y aurait beaucoup moins de crime.