Hypomanie: symptômes, diagnostic et traitement

Selon la définition de l'American Psychiatric Association, l'hypomanie est définie comme une forme effacée de manie qui se produit sans:

  • excitation prononcée;
  • une forte désorganisation du comportement et / ou une perturbation du fonctionnement social du patient;
  • aucun symptôme de psychose (comme des illusions de grandeur, des hallucinations).

L'hôpital Yusupov propose une large gamme de services pour le diagnostic et le traitement de divers troubles mentaux. Le centre emploie des spécialistes certifiés avec de nombreuses années d'expérience pratique dans le domaine de la psychothérapie. L'approche du traitement des patients à l'hôpital Yusupov est unique, combinant une assistance pharmacologique et psychothérapeutique aux patients. Grâce à ce schéma de traitement, il est possible d'atteindre l'équilibre physique et mental indispensable, d'orienter les patients sur la voie du rétablissement le plus rapide..

En outre, en collaboration avec les principales institutions scientifiques de l'hôpital Yusupov, des séminaires et des cours scientifiques et pratiques sont organisés chaque mois pour améliorer les qualifications des médecins..

Hypomanie: causes

L'hypomanie, dans environ 80% des cas, survient en tant que stade (ou phase) du trouble bipolaire. Malgré cela, des conditions hypomaniaques peuvent survenir dans d'autres cas, par exemple:

  • avec des maladies organiques du système nerveux:
  • avec hyperthyroïdie;
  • en cas d'intoxication par certaines substances psychotropes ou comme effet secondaire de médicaments (antidépresseurs).

Hypomanie: symptômes et signes

Aux premiers stades de la maladie, l'apparition d'une crise d'hypomanie n'est pas toujours clairement visible. Les symptômes et les signes de maladie, au début, peuvent être indissociables d'une amélioration de l'humeur normale. Après un certain temps, les autres remarquent que le patient se comporte d'une manière complètement inhabituelle. Parallèlement à une humeur élevée, une irritabilité sévère est présente. Les actions deviennent plus irréfléchies et risquées.

L'hypomanie (selon la terminologie moderne) est caractérisée par une humeur accrue, qui peut se manifester par des émotions joyeuses et de l'irritabilité. La parole est le plus souvent accélérée (bavardage accru). Les jugements prennent une teinte plate et superficielle. Dans le domaine du comportement, il y a une augmentation de l'appétit, de la sexualité, de la distraction, une diminution du besoin de sommeil et certaines actions qui violent le cadre de la morale. Subjectivement, une augmentation de la capacité de travail et de la productivité créative se fait sentir. Le nombre de contacts sociaux et le succès augmentent objectivement.

Hypomanie: symptômes

Dans le trouble bipolaire II, le patient souffre d'hypomanie, qui peut être appelée manie légère. Pour le tableau clinique de cette maladie, les symptômes spécifiques suivants peuvent être caractéristiques, à savoir:

  • Humeur anormale, expansive ou irritable;
  • Estime de soi ou grandiosité gonflée;
  • Diminution du besoin de sommeil;
  • Bavardage accru;
  • Envolée d'idées ou expérience subjective dans laquelle les pensées changent constamment;
  • Distractibilité;
  • Augmentation de l'activité intentionnelle ou de l'agitation psychomotrice;
  • Participation excessive à des activités agréables qui ont un potentiel élevé de conséquences douloureuses;
  • Boulimie ou anorexie.

Psychose hypomaniaque

La psychose hypomaniaque est un type de trouble de l'humeur persistant. Cette condition pathologique présente des symptômes caractéristiques du syndrome maniaque. Le patient est constamment hyperactif et son état de joie est insuffisant. De nombreux patients présentent des élévations excessives de l'humeur. Il est activement engagé dans une sorte d'activité, le travail (hyper-productivité). Dans le même temps, les patients essaient d'effectuer simultanément plusieurs tâches. Sur cette base, il devient tout à fait clair que leur enthousiasme n'est pas sain. Malgré tout ce qui précède, la psychose hypomaniaque en termes de signification ne peut être comparée, par exemple, à la schizophrénie, car il n'y a pas de changements de personnalité et il n'y a pas de déviations particulières dans les normes de comportement. La psychose hypomaniaque, comme tous les troubles mentaux, doit être traitée dans des établissements spécialisés sous surveillance hospitalière.

Hypomanie: diagnostic et traitement

Il existe deux critères principaux pour le diagnostic de l'hypomanie, qui, à un degré ou à un autre, aideront un spécialiste à suspecter un trouble mental chez un patient. Le premier, associé à une irritation ou à une humeur accrue du patient, qui dure au moins quatre jours et n'est pas la norme pour une personne. Le second, en comprend au moins trois avec les signes suivants:

  • Anxiété associée à une activité accrue;
  • Augmentation de l'activité de la parole (le patient parle beaucoup);
  • Le patient est incapable de se concentrer (devient distrait) ou est constamment distrait;
  • Le patient n'a pas besoin de long sommeil (dort 3-4 heures par jour);
  • Augmentation de l'activité sexuelle;
  • Le comportement du patient devient irresponsable, immoral ou imprudent;
  • Un besoin accru de communication apparaît (la familiarité est possible).

En règle générale, chez les patients souffrant d'hypomanie, une évaluation adéquate de ce qui se passe, y compris de leur propre état, est altérée. Par conséquent, ils ne recherchent pas seuls une aide professionnelle. Le plus souvent, les initiateurs de la visite chez le psychothérapeute sont les proches ou les proches du patient.

Le diagnostic d'hypomanie ne peut être considéré comme fiable et affirmatif que lorsqu'il est établi par un psychiatre. Par conséquent, tout trouble mental, y compris l'hypomanie, nécessite un diagnostic différentiel minutieux avec d'autres maladies, telles que:

  • trouble bipolaire;
  • cyclothymie - trouble dépressif persistant;
  • schizophrénie;
  • manie avec symptômes psychotiques;
  • manie sans symptômes psychotiques;
  • troubles de l'alimentation (anorexie, boulimie). Pour l'hypomanie réelle (primaire), une augmentation de l'appétit est caractéristique, et non l'inverse;
  • hyperthyroïdie;
  • lésions organiques du cerveau (néoplasmes malins);
  • intoxication par des substances psychotropes;
  • diverses infections du système nerveux central (méningite, encéphalite, syphilis, etc.).

Dans certains cas, l'hypomanie est observée avec l'hyperthyroïdie, mais, en règle générale, elle s'accompagne d'autres symptômes, par exemple, fièvre, tremblements, exophtalmie ou symptôme de Graefe. Des cas d'hypomanie secondaire, qui se produisent dans le contexte d'une intoxication par des substances psychoactives, par exemple l'alcool, les amphétamines, la cocaïne, la marijuana, ont été signalés à plusieurs reprises. Dans ce cas, l'hypomanie s'accompagne d'autres signes d'intoxication, tels que: tremblements, modification de la taille de la pupille, réaction autonome, etc..

Le traitement de l'hypomanie est complexe. Cela comprend à la fois la pharmacothérapie et les visites psychiatriques quotidiennes. Pour le traitement de l'hypomanie, différentes doses (moyennes ou faibles le plus souvent) de carbonate de lithium ou d'autres médicaments à base de lithium sont utilisées, ainsi que de la carbamazépine à petites doses.

L'hôpital Yusupov emploie des psychiatres et des psychothérapeutes hautement qualifiés qui possèdent les compétences et les outils nécessaires pour le diagnostic et le traitement de l'hypomanie. De nombreuses années d'expérience dans ce domaine nous permettent de fournir une approche individuelle à chaque cas et de former les tactiques de traitement et de prévention les plus efficaces avec une charge minimale de médicaments. Pour plus d'informations, prenez rendez-vous avec un spécialiste par téléphone ou en ligne.

Épisode maniaque et hypomanie, symptômes de manie

Dans sa version classique, un épisode maniaque est le contraire de la dépression et se manifeste par une augmentation de l'humeur, une accélération des processus de pensée et une augmentation de l'activité motrice. Cela conduit à une soif d'activité inlassable, un désir de communiquer et une désinhibition des réactions..

L'épisode maniaque commence par une sensation de bien-être et une bonne humeur, souvent insouciante et joyeuse, progressivement l'humeur monte au niveau de l'euphorie et de l'excitation presque incontrôlable. Dans certains cas, un changement d'humeur ne s'exprime pas dans son augmentation, mais dans l'irritabilité et même la colère, dans ces cas, nous parlons de la soi-disant manie en colère.

Signes de manie

Lors d'un épisode maniaque, le besoin de sommeil diminue et le sommeil semble être une perte de temps. Le désir d'activité, au contraire, augmente, au début de l'épisode, cette activité semble productive, mais perd progressivement son efficacité et devient chaotique. Cela est dû à l'accélération de la réflexion et à la forte distraction, la capacité de concentration diminue et parfois une personne en manie n'est généralement pas en mesure de garder l'attention sur le sujet de la conversation ou son occupation pendant longtemps. L'entreprise démarrée n'est pas terminée.

Une personne est pleine d'optimisme, ressent une poussée de force et l'avenir est vu exclusivement de manière positive. La parole devient rapide et forte. Les pensées volent également à grande vitesse, atteignant dans certains cas un «saut d'idées» lorsqu'il n'est plus possible pour un observateur externe de suivre le flux des pensées et des associations.

Lors d'un épisode maniaque, la capacité de contrôler vos actions diminue progressivement. La criticité de son état disparaît également, parfois une personne se rend compte que quelque chose lui arrive, mais n'y attache pas d'importance.

Le premier épisode de manie dans le trouble bipolaire survient plus souvent entre 15 et 30 ans, mais peut survenir à tout âge, de l'enfance à 70 à 80 ans..

Pour qu'un diagnostic soit posé, un épisode doit durer au moins 1 semaine et être d'une gravité telle qu'il perturbe le travail normal et les activités sociales.

Les épisodes maniaques se développent beaucoup plus rapidement que les épisodes dépressifs, parfois même soudainement, durent de 2 semaines à 5 mois (la durée moyenne d'un épisode est de 3 à 4 mois). Les épisodes maniaques sont moins fréquents que les épisodes dépressifs et sont plus courts en moyenne.

Dans un état maniaque, une personne cherche à commencer à mettre en œuvre ses idées instantanément, en contournant pratiquement le stade de la critique. Si quelqu'un essaie d'interférer ou de gêner, cela est ennuyeux et conduit souvent à des conflits. Dans le même temps, les travaux commencés - qu'il s'agisse d'un projet de travaux ou de nettoyage de la maison - ne sont pas terminés, la personne passe à un autre métier. Une personne dans un état maniaque est pratiquement incapable d'être inactive ou immobile.

«L'une des caractéristiques importantes de la manie est la tendance à prendre des décisions rapides, sérieuses et dangereuses. Les personnes atteintes de trouble maniaco-dépressif éprouvent souvent des décisions inattendues qui sont immédiatement mises en œuvre..

Citons à titre d'exemple un déménagement soudain à l'étranger, un emprunt important, un changement soudain du type d'activité ou des décisions radicales dans la vie personnelle (divorce ou démarrage d'une nouvelle relation). Mais il est important de souligner que parfois, chez les personnes ayant un potentiel intellectuel spécial et une tendance à s'engager dans des activités spécifiques, une plus grande disposition à prendre des risques (à condition qu'il n'y ait pas de manifestations de comportement désorganisé) peut conduire à des résultats élevés. "

En raison du désir d'actions impulsives et irréfléchies, les personnes en manie commettent des actes qu'elles regrettent plus tard - elles entrent facilement dans des relations sexuelles avec des personnes inconnues, consomment de l'alcool et des drogues, peuvent quitter leur emploi sans réfléchir, quitter leur famille, prendre un énorme prêt et démarrer un nouveau projet, vendre un appartement, céder une propriété et distribuer de l'argent, déménager dans un autre pays, etc. Les personnes en manie ont tendance à sous-estimer les risques, elles peuvent conduire à grande vitesse sans pouvoir suivre la route..

Tout cela se fait sans tarder, alors qu'une personne est encline à surestimer ses capacités et à perdre la criticité de la situation, ce qu'elle regrette alors d'être arrivée à son état habituel. Après la fin de l'épisode, la personne éprouve souvent des sentiments de honte et de culpabilité..

«J'étais conscient de ce qui m'arrivait. Mais à ce moment-là, je sortais avec une fille qui m'a dissuadée de reprendre la pilule. Et quand la manie s'est déroulée en pleine force, je ne pouvais plus rien changer. Ma tête a été complètement arrachée et j'ai perdu le contrôle de moi-même. Il me semble que la manie chez une personne exagère ses traits personnels, bons ou mauvais..
Pour moi, la manie est un état dans lequel je ne ressens aucun risque. J'appellerais cet "état non critique". Je suis une personne sociable et ouverte, gentille, et c'est abusé. Ils m'ont utilisé, ont tiré de l'argent.

L'une de ces personnes malhonnêtes était l'ex-petite amie elle-même. Profitant de mon état insuffisant, elle en a attiré plus de cent mille, puis a complètement retiré de l'argent de mon compte. J'ai vécu dans sa cuisine, dormi sur un matelas gonflable et dépensé d'énormes sommes pour elle. Il l'a quittée quand il n'y avait plus la force de même l'expliquer. Après cet incident, mon monde s'est bouleversé, il ne me convenait pas de savoir comment un être cher pouvait agir si méchamment. La nouvelle manie s'est traduite par une nouvelle dette de 4,2 millions de roubles. Ce n'est qu'après la deuxième manie que j'ai pleinement accepté le fait que j'étais malade et que je devais constamment prendre des médicaments. Il a commencé à prendre des pilules strictement selon les recommandations du médecin. "

Les principaux symptômes d'un épisode maniaque

  1. Humeur accrue, sentiment de bien-être, productivité, euphorie
  2. Augmentation de l'activité physique, de l'énergie. Les activités visent généralement à atteindre un objectif - éducatif, récréatif, sexuel, social ou professionnel.
  3. Réduire le besoin de sommeil (3-4 heures suffisent pour une personne, dans certains cas, elle peut ne pas dormir pendant plusieurs jours).
  4. Excitation émotionnelle
  5. Pensée accélérée et discours rapide, gestes rapides (par rapport aux gestes humains normaux). Ressentir un saut de pensée ou accélérer le processus de réflexion.
  6. Bavardage, bavardage, sociabilité accrus. Manque de sens de la distance et de la pression de la parole dans les relations avec d'autres personnes
  7. Diminution du contrôle social normal conduisant à un comportement inapproprié aux circonstances. Comportement imprudent ou imprudent, dont les conséquences ne sont pas comprises par le patient, par exemple, réjouissances, entreprise inappropriée, conduite imprudente, facilité à s'engager dans des relations sexuelles avec des étrangers.
  8. Augmentation de l'estime de soi ou des idées de grandeur (grandeur);
  9. Distraction ou changements constants d'activités ou de plans;

Autres symptômes de la manie

  1. Trouble de l'attention: distraction accrue.
  2. Augmentation de l'irritabilité ou des conflits, comportement agressif
  3. Auto-évaluation et penchant pour les grandes idées.
  4. Augmentation de la sexualité
  5. Augmentation marquée de l'énergie sexuelle ou de la promiscuité sexuelle.
  6. Poursuite de sensations fortes.
  7. Dépenses en espèces, prêts, achats
  8. Entreprise excessive, activité, alors que dans un grand nombre de cas, la productivité diminue, jusqu'au chaos complet.
  9. Créativité extraordinaire
  10. Des idées délirantes et des hallucinations peuvent se développer
  11. Sautes d'humeur rapides et brusques - la haute humeur est remplacée par de l'irritabilité, en particulier lorsqu'une personne rencontre une objection.

Des troubles de la perception peuvent survenir pendant la manie, comme l'expérience de la couleur comme particulièrement brillante et belle. Par analogie avec la dépression (au contraire), des images de soi déformées apparaissent. De la vanité accrue au tout début de l'épisode, au sentiment de toute-puissance et d'une élection divine particulière. D'autres délires et hallucinations peuvent se joindre.

«J'avais 18 ans lorsque mon cœur s'est arrêté pour la première fois. Surdosage dans le club. Je ne me souviens pas de ce moment, ils m'ont dit plus tard que j'avais commencé à me jeter sur les gens. Mais mon cerveau à ce moment-là ne fonctionnait pas, j'étais presque inconscient, même si mon corps bougeait tout seul. Je me suis réveillé trois jours plus tard en soins intensifs à Kupchino. Ensuite, il y a eu deux semaines en narcologie, mais les médecins n'ont pas compris qu'avec moi ils ne m'ont laissé aller nulle part. J'ai déjà été expulsé de l'auberge et je n'avais nulle part où aller. J'ai erré dans les rues, je suis allé au FSB et à la police, je me suis comporté de manière inappropriée et j'ai fini par me retrouver à l'hôpital psychiatrique n ° 2. "

Manie psychotique (psychose maniaque)

La gravité du syndrome maniaque peut varier de l'hypomanie à la manie sévère avec des symptômes psychotiques.

Les idées de grandeur peuvent se transformer en délires, et l'irritabilité et la suspicion en délires de persécution. Dans les cas graves, des idées délirantes prononcées de grandeur ou de naissance noble sont notées. En raison d'un saut dans les pensées et de la pression de la parole, la parole devient incompréhensible.

«Les symptômes psychotiques peuvent être congruents à affectifs et incongrus. Les symptômes psychotiques congruents à l'affect sont, par exemple, des délires maniaques de grandeur, d'origine spéciale, ou des «voix» informant le patient de ses «capacités surhumaines», etc..
Non congruentes - peuvent inclure des hallucinations affectivement neutres, des illusions de relations sans éléments, des illusions de sens ou de persécution, des «voix» parlant avec le patient d'événements qui n'ont aucune signification émotionnelle, etc.

Lignes directrices cliniques fédérales pour le diagnostic et le traitement du trouble bipolaire chez l'adulte. Mosolov S.N., Kostyukova E.G., Tsukarzi E.E. Novembre 2013.

Manie avec symptômes psychotiques

Une estime de soi accrue et des idées de grandeur peuvent se transformer en délires, et l'irritabilité et la suspicion peuvent se transformer en délires de persécution. En raison du saut de pensées et de la pression de la parole, le discours d'une personne devient incompréhensible.

Dans certains cas de manie psychotique, les gens entendent des voix ou voient des hallucinations.

Hypomanie

L'hypomanie est un degré léger de manie; les symptômes de la manie en sont caractéristiques, mais ils sont moins prononcés. Pour poser un diagnostic, vous avez besoin de 3 à 4 symptômes principaux dans les 4 jours:

  1. activité accrue ou anxiété physique;
  2. bavardage accru;
  3. difficulté à se concentrer ou être distrait;
  4. besoin de sommeil réduit;
  5. augmentation de l'énergie sexuelle;
  6. petites festivités ou autres types d'insouciance ou
  7. comportement irresponsable;
  8. sociabilité ou familiarité accrue

Avec l'hypomanie, il y a une légère augmentation constante de l'humeur, une augmentation de l'énergie et de l'activité, une sensation de vigueur et de bien-être. Une augmentation du ton général est caractéristique, les processus mentaux sont faciles, il est très difficile d'assombrir l'humeur d'une personne dans cet état, le monde est vu en rose.

Au cours de l'hypomanie, on note également une sociabilité accrue, une bavardage et une libido accrue. Le besoin de sommeil diminue. En règle générale, les manifestations d'hypomanie ne conduisent pas à des perturbations du travail et n'entraînent pas d'inadaptation sociale. Parfois, même au contraire, ils peuvent conduire à une augmentation de la productivité, et une personne en hypomanie semble aux autres intéressante, agréable, enthousiaste, etc..

Les sentiments de bien-être complet et d'optimisme sont souvent disproportionnés par rapport à l'état réel des choses et aux capacités humaines. Malgré cet écart, la productivité s'améliore souvent et les périodes d'hypomanie sont souvent accompagnées d'une activité créative. On a longtemps noté qu'il existe un lien entre l'hypomanie et la capacité de créer..

Parfois, en particulier avec une accentuation hyperthymique, les symptômes de l'hypomanie peuvent être difficiles à distinguer des traits de personnalité normaux d'une personne. Bien que très souvent, une personne se rende compte néanmoins d'une certaine inhabituelle des changements qui se produisent avec elle.

Dans certains cas, au lieu d'une humeur et d'une sociabilité accrues, de l'irritabilité et un comportement grossier peuvent apparaître..

Au début de l'hypomanie, une personne, en règle générale, maintient facilement une concentration d'attention sur une occupation d'intérêt. Il dort moins, se repose moins.

Mais au fur et à mesure que l'État se développe, cette capacité peut être perdue, et un basculement actif entre les intérêts et les activités vient au lieu d'une forte concentration..

Dans cet état, il est difficile pour une personne d'admettre que quelque chose ne va pas chez elle - il est de bonne humeur, il est joyeux et fait beaucoup..

Cependant, l'hypomanie est imprévisible, elle peut durer plusieurs heures ou plusieurs jours, elle peut durer plusieurs mois, ou elle peut être un signe avant-coureur d'une manie imminente. Au fur et à mesure que l'état de manie se développe, la capacité de critiquer est perdue..

Y a-t-il une frontière entre la manie et l'hypomanie? C'est assez subtil, on pense que la manie commence là où une personne perd une perception adéquate de elle-même et qu'elle a besoin d'être hospitalisée. L'hypomanie peut également se dérouler violemment et assez épuisée. Nous avons des tests d'hypomanie sur notre site Web. Et la différence entre un épisode maniaque et hypomaniaque a été bien décrite dans sa vidéo du psychiatre Sergei Melnikov.

Sources:

  1. Papadopoulos T.F. "Psychoses endogènes aiguës"
  2. Lignes directrices cliniques fédérales pour le diagnostic et le traitement du trouble bipolaire chez l'adulte. Mosolov S.N., Kostyukova E.G., Tsukarzi E.E. Novembre 2013.
  3. Trouble psychotique affectif bipolaire, diagnostic multiaxial, thérapie biologique et réadaptation. Kutko I.I., Panchenko O.A., Linev A.N..
  4. Magazine "Actualités de la médecine et de la pharmacie" 5 (574) 2016

Causes, symptômes et traitements de la psychose hypomaniaque

La psychose hypomaniaque est une maladie mentale classée comme un trouble de l'humeur. Contrairement au syndrome maniaco-dépressif sévère, dans lequel l'humeur élevée d'une personne peut être brusquement remplacée par une humeur dépressive, la psychose hypomaniaque se traduit par un état d'esprit constamment élevé, une productivité élevée et une bonne humeur. Une telle personne est capable de «déplacer des montagnes», de se réaliser même dans cette sphère qui ne lui est absolument pas inhérente. Habituellement, un individu dans un état hypomaniaque ne se sent pas malade, au contraire, il est charismatique, plein d'énergie et de vitalité..

Les raisons du développement de la maladie

Les causes de ce phénomène sont souvent très difficiles à établir. Les experts confondent parfois la psychose hypomaniaque avec les caractéristiques du caractère d'une personne, faisant ainsi un mauvais diagnostic. Le plus souvent, la maladie s'accompagne de complexes internes et d'ambitions excessives. Une personne s'efforce d'obtenir le plus grand succès au travail, de se réaliser dans un domaine complètement nouveau, d'atteindre un bien-être financier élevé, de s'établir dans la société. De tels désirs peuvent surgir même dès l'adolescence, se développant avec le temps en une idée maniaque. Travaillant dur, une personne ne remarque pas de fatigue ou de changements dans la psyché, elle croit qu'elle est absolument en bonne santé et à l'instant, il y a une telle période dans la vie où vous devez faire tous les efforts pour atteindre votre objectif.

Les experts disent que vous devez toujours vous débarrasser de l'état hypomaniaque, car il peut causer des dommages irréparables à la santé. Une ligne particulièrement fine se situe entre cette maladie et la schizophrénie, car étant en permanence dans un état d'agitation, le cerveau humain cesse de filtrer et d'alterner le train de la pensée. À de tels moments, une personne peut commencer à parler d'une chose et, sans finir, développer immédiatement un sujet complètement différent. Peu à peu, des troubles se développent dans la motricité des mouvements, le timbre et la vitesse de la parole. Au stade le plus sévère de la psychose hypomaniaque, le discours d'une personne ressemble à une perturbation schizophrénique, les pensées se transforment en un seul enchevêtrement indissoluble. La forme critique de la maladie nécessite une hospitalisation immédiate dans une clinique psychiatrique.

Principaux symptômes d'accompagnement

Graphique de changement d'humeur pour la psychose maniaco-dépressive

Afin d'éviter une forme sévère du trouble, vous devez connaître les premiers symptômes de la maladie. Avec la psychose hypomaniaque, une personne ne peut dormir que quelques heures par jour, tout en étant en forme et sans se fatiguer. Il a un appétit accru, mais son corps est souvent asthénique. Une personne maintient sa vigueur à l'aide de caféine, de boissons alcoolisées et énergisantes et de divers psychotropes stimulants. L'individu a des illusions de grandeur, parfois une activité sexuelle accrue. Il croit pouvoir faire n'importe quel travail, alors il peut soudainement abandonner un endroit déjà occupé et pénétrer des distances complètement inconnues, par exemple devenir poète, musicien ou réalisateur de films..

Dans ce cas, il convient de faire la distinction entre les gens ordinaires qui veulent simplement changer leur vie de ceux qui souffrent de psychose hypomaniaque. Une personne ordinaire s'efforce de tout faire par étapes, sans se surcharger de travail inutile. Il comprend qu'un certain temps doit s'écouler avant que le résultat ne soit atteint. En revanche, l'individu hypomaniaque veut tout obtenir à la fois. Il est prêt à travailler pendant des jours, ne sachant pas dormir et se reposer, juste pour réaliser rapidement ses objectifs. Le plus souvent, ces personnes atteignent leur objectif, mais avec le temps, elles sont complètement épuisées mentalement et moralement..

Diagnostic et traitement du trouble

Le diagnostic de la psychose hypomaniaque est difficile. Le patient n'est pas pressé de se tourner vers un spécialiste pour obtenir de l'aide, estimant que tout est en ordre avec lui. Même si, néanmoins, il se rend chez le médecin, il essaie de faire l'impression la plus favorable afin que le médecin ait une impression de lui en tant que personne en bonne santé..

L'hypomanie est une étape facile dans le développement du syndrome maniaco-dépressif, il est donc très important de le diagnostiquer correctement. Une personne peut éprouver des troubles du sommeil, une attention distraite, une familiarité accrue, un sentiment de stabilité et de bien-être dans absolument toutes les situations, une hypersexualité. Certains experts ont diagnostiqué chez les patients l'état opposé d'hostilité, d'irritabilité et de comportement impoli. Ce type d'hypomanie est appelé colérique ou dysphorique..

Le diagnostic différentiel vous permet d'exclure la présence d'autres troubles psycho-émotionnels. Cela peut inclure des névroses, des psychoses traumatiques et infectieuses, une psychopathie, un retard mental, une schizophrénie et des maladies somatiques. En cas de diagnostic incorrect, une personne peut se voir prescrire un complexe de sédatifs et d'antidépresseurs, ce qui peut par la suite causer des dommages irréparables à la santé. Une échelle spécialement développée pour déterminer l'état mental d'un individu déterminera avec précision les symptômes et les causes de la maladie.

Le traitement de l'hypomanie se déroule sous la supervision d'un spécialiste. Pour une récupération efficace, il est nécessaire de suivre un cours psychothérapeutique et de prendre des sédatifs qui calment le système nerveux et normalisent le cerveau. Souvent, le processus de traitement est retardé pendant une longue période, car une personne souffrant d'un état hypomaniaque peut être distraite par des sujets étrangers, parler de ses projets grandioses, etc..

La psychose hypomaniaque est un trouble de l'humeur qui peut entraîner le développement de troubles mentaux sévères. Un diagnostic rapide et un traitement complet aideront à éviter les problèmes de santé.

TRAITEMENT DE L'HYPOMANIE

Examen et traitement de l'hypomanie. Rééducation et prévention des troubles affectifs (troubles de l'humeur). Psychiatres, psychothérapeutes, neurologues et psychologues expérimentés. Consultation médicale à domicile et en clinique. Propre hôpital. Anonymement. Autour de l'horloge.

Un état hypomaniaque est une humeur élevée, accompagnée d'une augmentation de l'activité, de la productivité et d'un sommeil raccourci. Est un état intermédiaire entre la norme et un état maniaque - une humeur pathologiquement élevée, conduisant à de graves troubles du comportement.

L'état hypomaniaque ressemble au sentiment familier de joie, à un rétablissement général après une bonne nouvelle, à un événement significatif et agréable. Sa différence est qu'elle se produit sans événements externes «positifs» visibles et peut durer longtemps: de plusieurs jours à plusieurs mois.

Les raisons du développement d'un état hypomaniaque ne sont pas complètement connues. Les physiologistes et les médecins ne connaissent que certains des mécanismes du développement de cette humeur élevée de longue durée: surexcitation des structures sous-corticales médianes, troubles métaboliques réversibles des neurotransmetteurs cérébraux.

Dans quelles maladies et conditions un état hypomaniaque peut-il se développer?

  • Troubles de l'humeur: trouble bipolaire, cyclothymie, syndrome maniaque.
  • Troubles mentaux organiques: conséquences des traumatismes crâniens, accidents vasculaires cérébraux, encéphalopathie.
  • Schizophrénie et troubles du spectre schizophrénique.
  • Alcoolisme et toxicomanie.
  • Retard mental.
  • Maladies endocriniennes (hyperthyroïdie).
  • Surmenage et manque de sommeil.

Comment aider une personne souffrant d'une maladie hypomaniaque

Tout d'abord, vous devez organiser un examen par un psychiatre.

Bien qu'une attitude critique envers son état puisse être réduite, il n'est généralement pas difficile d'amener une personne en état d'hypomanie chez un médecin. Dans les cas où cela ne fonctionne pas, vous pouvez essayer d'appeler un psychiatre à domicile.

Après examen et clarification de la condition, le psychiatre donnera des recommandations à suivre.

Comment la condition hypomaniaque est-elle traitée?

Toutes les conditions hypomaniaques ne nécessitent pas de traitement. Dans certains cas, l'isolement des stimuli externes et un sommeil adéquat peuvent restaurer l'état normal. Parmi les mesures thérapeutiques pour le traitement de l'hypomanie sont utilisées:

  • Physiothérapie.
  • Pharmacothérapie (normotimiques, thérapie neurométabolique, neuroleptiques).
  • Thérapie diététique.
  • Thérapie de biofeedback.

Un état hypomaniaque peut lui-même entraîner un retour à une humeur normale. Dans certains cas, l'hypomanie se transforme en un trouble douloureux plus sévère - un état maniaque.

Avantages du traitement maniaque à la clinique ROSA

  1. Médecins expérimentés.
  2. Thérapies sûres.
  3. Recherche moderne de la sphère nerveuse et mentale sur la base de notre propre hôpital.
  4. Un congé de maladie est délivré pour la période de traitement.
  5. Anonymement.
  6. Nous acceptons dès la première demande. Autour de l'horloge.
  7. Propre hôpital confortable.
  8. Anonymement.

Trouble de la personnalité maniaque: traitement, symptômes

Une condition accompagnée d'un niveau accru d'affect, d'excitabilité. Les psychiatres l'appellent souvent «l'image miroir de la dépression». Tous les signes d'un état dépressif apparaissent complètement opposés. Le patient est caractérisé par un désir accru de vivre, atteignant des hyper-manifestations.

Il se manifeste par une augmentation constante des symptômes, atteignant des manifestations prononcées d'agression. Une tendance apparaît avec l'agressivité, l'anxiété augmente.

Accompagne le plus souvent un trouble maniaco-dépressif, mais est souvent un indicateur d'autres diagnostics psychiatriques. Par exemple, trouble schizo-affectif, sclérose en plaques. Se produit souvent lors de la prise de médicaments. Tels que "Prednisalon". Prendre des anabolisants et des drogues devient un provocateur. Principalement de la cocaïne.

Trouble maniaque, symptômes

Les symptômes diffèrent dans le stade bénin, la soi-disant hypomanie et la manie folle. Dans ce dernier cas, on note:

  • désorientation;
  • discours incohérent;
  • psychose prononcée;
  • catatonie.

Lors du diagnostic, l'échelle d'auto-évaluation Altman est utilisée. L'échelle de notation de Young est appliquée. Accompagne souvent le talent artistique et créatif, sans atteindre le niveau pathologique dans de telles situations.

Trouble maniaque bipolaire

C'est une manifestation du TIR. Il est observé chez les patients en alternance avec des états dépressifs. Dans le MDP, le trouble bipolaire est très actif. Les patients deviennent hyperexcitables, perdent le contrôle de leur comportement, s'engagent activement dans le dialogue. Dans la psychose maniaco-dépressive, la manie est toujours imputée à une période de dépression..

Phase maniaque du trouble bipolaire

En passant à ce stade, le patient avec MDP frappe avec un haut degré d'activité. Le patient est sujet aux actions agitées. Il y a un niveau accru de confiance en soi, de confiance en soi. La période d'augmentation continue de l'activité dure de plusieurs jours à plusieurs semaines. Peut-être un état d'hystérie, des cas d'agression accrue sont révélés. Un patient dans cet état est capable de nuire à lui-même et aux autres..

Trouble de la personnalité maniaque

Le patient est incapable de contrôler son comportement. Dans la pratique médicale, il existe plusieurs variantes de la pathologie. Chacun d'eux nécessite une définition claire pour la nomination d'un traitement adéquat..

Trouble bipolaire, psychose maniaco-dépressive

C'est une maladie psychiatrique somatique complexe qui nécessite un traitement et une surveillance constants. Accompagné de périodes de rémission, un passage d'un état maniaque, excité, à un état dépressif.

Trouble maniaco-dépressif

Elle s'accompagne de la dépression la plupart du temps du patient. Des réflexions surgissent souvent sur l'insignifiance de la vie. Le patient se désintéresse de toute forme d'activité.

Trouble mental maniaque

Reconnu comme le plus affectif de tous les troubles bipolaires. Frappe un habitant sur 100 de la planète. Il commence le plus souvent avant l'âge de 35 ans. L'euphorie se transforme facilement en humeur dépressive. Pendant une période d'optimisme infondé, les patients perdent souvent leur jugement, ils peuvent commencer à se considérer comme d'autres personnalités, par exemple des leaders mondiaux et des héros. Se produit souvent en tant que diagnostic concomitant de schizophrénie. Entraîne des blessures graves, contribuant à l'émergence d'un handicap et à une perturbation de la communication dans la société et la famille.

Trouble affectif maniaque

Fait référence aux manifestations de la psychose maniaco-dépressive. Le patient perd le contrôle des sautes d'humeur. Souvent, des sautes d'humeur sont observées plusieurs fois au cours de la journée. Peut devenir violent ou vice versa tomber dans un état proche de la catatonie. La condition nécessite la recherche obligatoire des conseils d'un spécialiste. De nombreux patients ont besoin d'un séjour de développement actif dans un hôpital.

Trouble bipolaire maniaco-dépressif

C'est la manifestation la plus frappante de la MDP avec des changements fréquents dans l'humeur du patient d'une profonde euphorie à une dépression sévère. Le patient n'est pas capable de contrôler indépendamment les changements brusques. La pathologie entraîne une forte diminution de la qualité de vie. Les patients au stade de la dépression passent dans un état de rejet brutal de la vie environnante. Ils deviennent complètement isolés du monde extérieur, une catatonie peut se développer. Pendant la période où l'état maniaque prévaut, les patients ont également des difficultés à communiquer au quotidien. Ils deviennent trop amicaux avec les étrangers et font souvent preuve d'agressivité envers leurs proches.

Tout trouble maniaque nécessite une attention médicale immédiate. Les stades légers sont traités en ambulatoire. Dans les situations difficiles, une hospitalisation obligatoire est nécessaire pour prescrire un traitement adéquat. La maladie nécessite, dans tous les cas, une surveillance permanente de la maladie. Des examens médicaux prophylactiques sont recommandés. Il est conseillé aux parents et amis du patient de consulter immédiatement un médecin pour une invitation à examiner le patient. Au stade dépressif, il y a un manque de désir d'aller chez le médecin seul en raison d'un manque de désir et d'intérêt pour la vie. Le stade maniaque s'accompagne du refus d'un diagnostic complexe pouvant conduire à des épisodes d'agression forte et dangereuse.

Lors de la prescription d'un traitement, les antécédents familiaux sont examinés. Souvent, cette maladie est causée par les antécédents familiaux et l'hérédité. La dépendance à l'alcool ou à la drogue, qui nécessite un traitement séparé, devient également la cause du début de la pathologie. Des diagnostics psychiatriques supplémentaires peuvent être présents. Il survient également dans le contexte de la prise de partie du médicament ou en tant que manifestation de blessures non détectées, accompagnées de lésions du cortex cérébral.

Consultations gratuites 24h / 24:

Nous serons heureux de répondre à toutes vos questions!

La clinique privée "Salvation" offre un traitement efficace pour diverses maladies et troubles psychiatriques depuis 19 ans. La psychiatrie est un domaine complexe de la médecine qui oblige les médecins à maximiser leurs connaissances et leurs compétences. Par conséquent, tous les employés de notre clinique sont des spécialistes hautement professionnels, qualifiés et expérimentés..

Quand obtenir de l'aide?

Avez-vous remarqué que votre parent (grand-mère, grand-père, maman ou papa) ne se souvient pas des choses élémentaires, oublie les dates, les noms d'objets ou ne reconnaît même pas les gens? Cela indique clairement une sorte de trouble mental ou de maladie mentale. L'automédication dans ce cas n'est pas efficace et même dangereuse. Les pilules et les médicaments pris seuls, sans ordonnance du médecin, au mieux, soulagent temporairement l'état du patient et soulagent les symptômes. Au pire, ils causeront des dommages irréparables à la santé humaine et entraîneront des conséquences irréversibles. Un traitement alternatif à domicile n'est pas non plus en mesure d'apporter les résultats escomptés, pas un seul remède populaire n'aidera en cas de maladie mentale. En y recourant, vous ne perdrez qu'un temps précieux, ce qui est si important lorsqu'une personne a un trouble mental.

Si votre proche a une mauvaise mémoire, une perte totale de mémoire ou d'autres signes indiquant clairement un trouble mental ou une maladie grave - n'hésitez pas, contactez la clinique psychiatrique privée "Salut".

Pourquoi nous choisir?

La clinique du salut traite avec succès les peurs, les phobies, le stress, les troubles de la mémoire et la psychopathie. Nous fournissons une assistance en oncologie, soins aux patients après un accident vasculaire cérébral, traitement hospitalier pour personnes âgées, patients âgés, traitement du cancer. Nous ne refusons pas le patient, même s'il a le dernier stade de la maladie.

De nombreux organismes gouvernementaux sont réticents à accepter des patients dans la cinquantaine et la soixantaine. Nous aidons tous ceux qui postulent et effectuent volontairement un traitement après 50-60-70 ans. Pour cela, nous avons tout ce dont vous avez besoin:

  • Pension;
  • maison de repos;
  • hospice de chevet;
  • infirmières professionnelles;
  • sanatorium.

La vieillesse n'est pas une raison pour laisser la maladie suivre son cours! La thérapie et la rééducation complexes donnent toutes les chances de restaurer les fonctions physiques et mentales de base chez la grande majorité des patients et augmentent considérablement l'espérance de vie.

Nos spécialistes utilisent des méthodes modernes de diagnostic et de traitement, les médicaments les plus efficaces et les plus sûrs, l'hypnose. Si nécessaire, une visite à domicile est effectuée, où les médecins:

  • un examen initial est effectué;
  • les causes du trouble mental sont clarifiées;
  • un diagnostic préliminaire est fait;
  • une crise aiguë ou le syndrome de la gueule de bois est supprimé;
  • dans les cas graves, il est possible de forcer le patient à être hospitalisé - un centre de rééducation de type fermé.

Le traitement dans notre clinique est peu coûteux. La première consultation est gratuite. Les prix de tous les services sont complètement ouverts, ils incluent le coût de toutes les procédures à l'avance.

Les proches des patients posent souvent des questions: «Dites-moi ce qu'est un trouble mental?», «Conseiller comment aider une personne atteinte d'une maladie grave?», «Avec combien de temps vivent-ils et comment prolonger le temps imparti?» Vous recevrez des conseils détaillés dans la clinique privée "Salut"!

Nous apportons une aide réelle et traitons avec succès toute maladie mentale!

Consulter un spécialiste!

Nous serons heureux de répondre à toutes vos questions!

Hypomanie

L'hypomanie (littéralement «sous manie» ou «moins de manie») est une condition caractérisée par une désinhibition persistante et une humeur accrue (euphorique) généralisée avec ou sans irritation, mais généralement moins sévère que la manie pure et simple. Selon les critères du DSM-V, l'hypomanie est particulièrement différente de la manie en ce qu'il n'y a pas de psychose dans cet état (la perception de choses que les personnes dans le même environnement ne perçoivent pas); la manie, telle que définie par le DSM-V, est psychotique. Le comportement typique est l'énergie extrême, la bavardage et la confiance en soi, en règle générale, ainsi qu'une fuite d'idées créatives. 1) Alors que le comportement hypomaniaque engendre souvent la productivité et l'excitation, il peut devenir difficile si le sujet adopte un comportement risqué ou autrement inapproprié. Lorsque les épisodes maniaques sont `` réglés '' en fonction de la gravité des symptômes et des signes associés, l'hypomanie est le premier stade ou syndrome de stade I, où les signes cardinaux (euphorie ou augmentation de l'irritabilité, de la sociabilité et de l'activité, augmentation de l'énergie et diminution du besoin de sommeil et fuite des idées ) sont les plus évidents.

Étymologie

Le médecin grec ancien Hippocrate appelait l'un des types de personnalité «hypomaniaque» (en grec: «ὑπομαινόμενοι, hypomainómenoi). 2) Dans la psychiatrie du XIXe siècle, lorsque la manie avait le sens plus large de la folie, l'hypomanie était assimilée par certains aux concepts de «folie partielle» ou de monomanie. 3) Un usage plus spécifique a été suggéré par le neuropsychiatre allemand Emanuel Ernst Mendel en 1881, qui écrivait: «Je recommande, en tenant compte du mot utilisé par Hippocrate, d'appeler ces types de manie qui montrent une image phénoménologique moins prononcée« hypomanie ». Des définitions opérationnelles plus étroites de l'hypomanie ont été développées dans les années 1960 et 1970..

Signes et symptômes

Les individus dans un état hypomaniaque ont un besoin de sommeil réduit, sont extrêmement sociables et compétitifs, ont plus d'énergie et sont par ailleurs souvent pleinement fonctionnels (par opposition à une manie complète) [9].

Caractéristiques

En particulier, l'hypomanie diffère de la manie par l'absence de symptômes psychotiques et de mégalomanie, ainsi que par un impact moindre sur le fonctionnement quotidien. 4) L'hypomanie est un symptôme du trouble bipolaire II et de la cyclothymie, mais peut également survenir dans le trouble schizo-affectif. L'hypomanie est également un signe de trouble bipolaire I car elle survient systématiquement lorsque le trouble de l'humeur oscille entre l'humeur normale (euthymie) et la manie. Certaines personnes atteintes du trouble bipolaire I ont des épisodes hypomaniaques et maniaques. L'hypomanie peut également survenir lorsque l'humeur progresse vers le bas d'un état d'humeur maniaque à une humeur normale. L'hypomanie suscite parfois la créativité et l'énergie productive. 5) Les personnes souffrant d'hypertension ou d '«hypomanie chronique» présentent les mêmes symptômes que l'hypomanie, mais ces symptômes persistent pendant longtemps.

Maladies accompagnantes

Cyclothymie, sautes d'humeur persistantes caractérisées par une expérience oscillante d'hypomanie et de dépression ne répondant pas aux critères diagnostiques des épisodes maniaco-dépressifs. Ces périodes alternent souvent avec des périodes de fonctionnement relativement normal (euthymique). 6) Lorsqu'il y a au moins un épisode d'hypomanie et de dépression majeure dans les antécédents du patient, dont chacun répond aux critères diagnostiques, un trouble bipolaire II est diagnostiqué. Dans certains cas, des épisodes dépressifs surviennent généralement pendant la période automne-hiver et des épisodes hypomaniaques au printemps ou au début de l'été, et dans de tels cas, ils parlent d'une «image saisonnière» de la maladie. Si elle n'est pas traitée et chez des individus prédisposés, l'hypomanie peut se transformer en manie à part entière, qui peut être psychotique, auquel cas le trouble bipolaire I est le diagnostic correct. 7)

Physiopathologie

La manie et l'hypomanie sont généralement étudiées ensemble dans le trouble bipolaire, et leur physiopathologie est généralement considérée comme la même. Étant donné que la norépinéphrine et les médicaments dopaminergiques peuvent induire une hypomanie, des théories ont été proposées concernant l'hyperactivité des monoamines. Une théorie liant la dépression et la manie dans le trouble bipolaire suggère qu'une diminution de la régulation sérotoninergique d'autres monoamines peut entraîner des symptômes dépressifs ou maniaques. Les blessures du côté droit des lobes frontaux et temporaux ont également été associées à la manie. 8)

Les raisons

Souvent, les personnes qui vivent leur premier épisode d'hypomanie - généralement sans caractéristiques psychotiques - peuvent avoir une longue ou récente histoire de dépression ou une combinaison d'hypomanie et de dépression, connue sous le nom d'état mixte, avant l'apparition des symptômes maniaques, et cela se produit généralement entre le milieu et la fin de l'adolescence. Parce que cette période est considérée comme émotionnellement stressante, il n'est pas rare que les sautes d'humeur soient considérées comme des hauts et des bas hormonaux ou chez les adolescents, et le trouble bipolaire ne peut être diagnostiqué qu'avant le début d'une phase maniaco-hypomaniaque évidente. L'hypomanie peut également survenir en tant qu'effet secondaire des médicaments prescrits pour traiter des affections / maladies autres que des troubles psychologiques ou des troubles de l'humeur. Dans ces cas, comme dans les cas d'épisodes hypomaniques induits par le médicament dans la dépression unipolaire, l'hypomanie peut presque invariablement être éliminée en réduisant la posologie du médicament, en arrêtant complètement le médicament ou en passant à un autre médicament si l'arrêt du traitement n'est pas possible.9) L'hypomanie peut également être causée par la survenue d'un événement extrêmement excitant dans la situation du patient, comme l'obtention d'un gain financier important ou d'une reconnaissance. L'hypomanie peut être associée à un trouble de la personnalité narcissique. Dix)

Évolution

Certains pensent que l'hypomanie a en fait un avantage évolutif. 11) Les personnes souffrant d'hypomanie ont tendance à être perçues comme énergiques, euphoriques, avant-gardistes, remplies de nouvelles idées, parfois arrogantes et très charismatiques, et, contrairement aux personnes atteintes de manie complète, sont suffisamment capables de penser et d'agir de manière coordonnée pour participer aux activités quotidiennes... Comme pour la manie, il existe une corrélation significative entre l'hypomanie et la créativité. Une personne en état d'hypomanie peut être immunisée contre la peur et le doute et avoir peu d'inhibition sociale et sexuelle. Les personnes souffrant d'hypomanie ont tendance à avoir une libido très forte. Les gens hypomanes sont souvent la vie de la fête. Ils peuvent facilement parler à des inconnus, proposer des solutions aux problèmes et profiter de leurs activités. De tels avantages peuvent conduire au refus du traitement, surtout si les symptômes n'altèrent pas la fonction.

Diagnostic

Le DSM-IV-TR définit un épisode hypomaniaque comme une période d'au moins quatre jours d'humeur élevée plus trois des symptômes suivants, OU une humeur irritable plus quatre des éléments suivants:

Traitement

Les médicaments couramment prescrits pour l'hypomanie comprennent des stabilisateurs de l'humeur tels que l'acide valproïque et le carbonate de lithium, ainsi que des antipsychotiques atypiques tels que l'olanzapine et la quétiapine. La prise d'antidépresseurs chez les personnes atteintes de trouble bipolaire peut être dangereuse car elle peut en fait provoquer une augmentation des épisodes maniaques ou hypomaniaques. Si l'hypomanie est le résultat d'effets secondaires ou d'abus de drogues (comme les amphétamines), certains sédatifs, y compris les benzodiazépines, peuvent parfois normaliser l'humeur et les niveaux d'énergie..

Qu'est-ce que le trouble bipolaire et pourquoi est-il si difficile à diagnostiquer?

Qu'est-ce que le trouble bipolaire?

Trouble bipolaire (BAD), une maladie mentale caractérisée par des changements d'humeur extrêmes.

Ce trouble n'a pas beaucoup de chance avec la perception du public..

En psychiatrie soviétique, on l'appelait «psychose maniaco-dépressive», et il semblait aux gens loin de la médecine qu'une personne «tomberait dans la psychose» à tout moment, attraperait un couteau et «se transformerait en maniaque», puis lui-même deviendrait triste.

Le terme «trouble bipolaire» fait penser à une «double personnalité», comme dans le film «Split» - bipolaire.

Alerte spoiler: les personnalités multiples sont un trouble dissociatif de l'identité, et nous en reparlerons une autre fois..

Alors pourquoi bipolaire? Pourquoi «maniaque»? Et pourquoi "psychose"?

Définissons les termes.

«Bipolaire» signifie qu'une personne atteinte de ce trouble a deux phases principales de l'humeur - très énergique est remplacé par dépressif.

«Affectif» signifie que nous parlons de troubles de l'humeur

"Manic" - pas du mot "maniac", mais du mot "mania" - c'est ainsi que l'on appelle en psychiatrie une humeur extrêmement élevée à long terme.

«Dépressif» - parce que les périodes de manie sont suivies de périodes de dépression profonde.

«Psychose» - troubles psychotiques, tels que délires, hallucinations Avec le trouble bipolaire, ils sont assez rares, donc le terme «psychose maniaco-dépressive» est considéré non seulement dépassé, mais aussi stigmatisant.

Faits sur le trouble bipolaire

  1. Le trouble bipolaire n'est pas rare. Selon les statistiques compilées aux États-Unis, 2,8% des adultes en sont diagnostiqués..
  2. On estime qu'environ 60 millions de personnes dans le monde vivent avec un trouble bipolaire.
  3. L'âge moyen auquel les personnes atteintes de trouble bipolaire commencent à présenter des symptômes est de 25 ans..
  4. La dépression causée par le trouble bipolaire dure au moins deux semaines. Un épisode élevé (maniaque) peut durer des jours ou des semaines.
  5. Certaines personnes subissent des changements d'humeur plusieurs fois par an, d'autres beaucoup moins souvent..

Pourquoi certaines personnes pensent-elles que désormais "mode bipolaire"?

«Avant, il n'y avait pas de bipolaire! Ils proposeront des diagnostics et peineront à propos de la folie. L'armée les aurait, toutes les plaies disparaîtraient à la fois! "

Nous vivons dans un pays où la maladie mentale est stigmatisée et la psychiatrie dans l'esprit du public a un voile de punition soviétique.

Mais les gens continuent néanmoins de souffrir de troubles anxieux, de dépression, de schizophrénie et d'autres maladies mentales. Ces conditions ne peuvent pas être balayées sous le tapis; elles ont besoin de médicaments et d'un soutien psychothérapeutique. Cela signifie qu'une discussion publique apparaît, ce que nous ne pouvons que saluer.

Certaines personnes perçoivent la rhétorique publique sur des sujets auparavant tabous comme de la «mode». Mais nous parlons juste de ce dont nous étions silencieux avant.

Discuter ouvertement de la maladie mentale aide à rechercher de l'aide pour ceux qui sont malades sans essayer de «résoudre» le problème de l'alcool, des drogues ou de l'automutilation.

«Avant, il n'y avait pas de bipolaire» - oui, parce que le trouble bipolaire était appelé «psychose maniaco-dépressive» et était traité à l'hôpital.

Le meilleur cas de scenario. Parce que dans le pire des cas, les gens n'ont reçu aucun soin médical et sont décédés des suites de dépendances ou de suicides. Avoir un être cher avec un diagnostic «à la mode» est bien mieux que de ne pas en avoir du tout.

Quels sont les symptômes du trouble bipolaire?

Il existe trois principaux symptômes: la manie, l'hypomanie et la dépression..

En cas de manie, une personne atteinte de trouble bipolaire peut ressentir une élévation émotionnelle. Il peut se sentir agité, impulsif, euphorique et plein d'énergie..

L'idéal de «l'efficacité personnelle» est très similaire à la personne en manie..

Lorsque le rapport est rédigé d'une main, l'autre aide les enfants avec les leçons, la troisième s'inscrit à un marathon de yoga de 30 jours, la quatrième fait défiler un livre sur le développement personnel et la cinquième prépare le dîner pour une réception pour vingt invités..

Pendant les épisodes maniaques, les personnes peuvent également:

  • dépenser beaucoup plus
  • avoir des relations sexuelles non protégées
  • utiliser des drogues

L'hypomanie est généralement associée au trouble bipolaire de type II. C'est similaire à la manie, mais pas aussi prononcé. Contrairement à la manie, l'hypomanie est peu susceptible d'entraîner des problèmes au travail, à l'école ou dans les relations personnelles. Cependant, les personnes souffrant d'hypomanie remarquent des changements d'humeur..

Au cours d'un épisode de dépression, une personne peut éprouver:

  • Tristesse profonde
  • désespoir
  • perte d'énergie
  • manque d'intérêt pour les loisirs
  • périodes de sommeil trop courtes ou trop longues
  • pensées suicidaires

Le diagnostic du trouble bipolaire n'est pas facile - les symptômes sont variés et une activité accrue d'une personne est généralement perçue comme normale. La stigmatisation sociale empêche de demander l'aide d'un psychiatre.

Et la complexité et la durée du diagnostic peuvent obliger une personne à refuser complètement des soins médicaux..

Les hommes et les femmes souffrent également de trouble bipolaire, mais les symptômes peuvent se manifester de différentes manières..

Symptômes du trouble bipolaire chez les femmes

  • Le trouble bipolaire se manifeste souvent entre 20 et 30 ans
  • les épisodes de manie sont plus légers
  • il y a plus d'épisodes dépressifs que maniaques
  • les cycles de manie et de dépression peuvent changer quatre fois par an ou plus
  • Le trouble bipolaire peut être associé à une maladie thyroïdienne, à l'obésité, à des troubles anxieux et à des migraines.
  • les femmes ont un risque plus élevé de dépendance à l'alcool en raison d'un trouble bipolaire

Les femmes atteintes de trouble bipolaire sont plus susceptibles de rechuter. On pense qu'il est causé par des changements hormonaux associés à la menstruation, à la grossesse ou à la ménopause.

Les symptômes du trouble bipolaire chez les hommes

  • Le trouble bipolaire se manifeste à un âge plus précoce
  • épisodes plus graves, en particulier manie
  • abus de substances plus courant
  • les épisodes maniaques conduisent à plus d'activité

Les hommes atteints de trouble bipolaire recherchent moins souvent des soins médicaux que les femmes, ce qui entraîne des risques suicidaires plus élevés.

Qu'est-ce que le trouble bipolaire?

Il existe trois principaux types de BAR: premier, deuxième et cyclothymie.

BARRE du premier type

Elle est déterminée par l'apparition d'au moins un épisode maniaque, avant ou après lequel il peut y avoir des périodes d'hypomanie et de dépression. Ce type de trouble bipolaire est également fréquent chez les hommes et les femmes..

BARRE du second type

Les personnes atteintes de ce type de trouble bipolaire vivent un épisode dépressif majeur qui dure au moins deux semaines. Ils ont également au moins un épisode hypomaniaque d'une durée d'environ quatre jours..

Parfois, les hypomanies sont si lissées qu'elles ne sont pas perçues comme telles - plutôt, des périodes de «finalement normal» après «très mauvais».

On pense que ce type de trouble bipolaire est plus fréquent chez les femmes.

Cyclothymie

Les personnes atteintes de cyclothymie ont des épisodes d'hypomanie et de dépression, mais ils ne sont pas aussi graves que dans les troubles bipolaires de type 1 et 2. L'humeur est généralement stable.

Le trouble bipolaire survient chez les enfants?

C'est un point discutable. Les symptômes chez les enfants diffèrent de ceux des adultes et peuvent chevaucher les symptômes d'autres conditions telles que le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH).

Cependant, au cours des dernières décennies, les médecins ont tendance à penser que le trouble bipolaire peut se développer chez les enfants..

De plus, les symptômes peuvent être plus prononcés que chez les adultes..

Symptômes possibles de la manie chez les enfants

  • comportement trop «stupide» et sentiments de bonheur excessif
  • discours rapide et changement rapide des sujets de conversation
  • difficulté à se concentrer ou à se concentrer
  • comportement à risque et activités à risque
  • un tempérament très chaud qui conduit à des accès de colère
  • problèmes de sommeil et manque de fatigue dû au manque de sommeil

Symptômes dépressifs possibles chez les enfants

  • blues ou tristesse perceptible
  • dormir trop court ou trop longtemps
  • manque d'énergie pour les activités normales et baisse d'intérêt pour toute activité
  • plaintes de malaise, y compris maux de tête fréquents ou douleurs abdominales
  • éprouver des sentiments d'inutilité ou de culpabilité
  • un appétit trop faible ou trop fort
  • penser à la mort ou à l'automutilation

Veuillez noter que tout diagnostic de problèmes de santé mentale ne doit être posé que par un psychiatre.!

Comment le trouble bipolaire se manifeste-t-il chez les adolescents??

La puberté chez les adolescents peut en elle-même influencer leur comportement et leur état. Les hormones font que même les enfants les mieux élevés sont parfois scandaleux, excessivement émotifs ou déprimés sans raison particulière..

Cependant, un changement de comportement peut parfois être le résultat d'une maladie plus grave..

La BD est le plus souvent diagnostiquée chez les adolescents plus âgés et les jeunes adultes..

Symptômes possibles de la manie chez les adolescents:

  • bonheur excessif
  • mauvais comportement
  • activités à risque et comportement dangereux
  • abus de drogue
  • pensées sexuelles plus fréquentes que l'âge
  • sexualité excessive ou activité sexuelle accrue
  • manque de sommeil régulier sans signes de fatigue
  • tempérament très chaud
  • problèmes de concentration

Symptômes dépressifs possibles chez les adolescents:

  • dormir trop court ou trop longtemps
  • un appétit trop faible ou trop fort
  • tristesse grave et réaction insuffisante à des événements intéressants
  • refus de communiquer avec des amis ou activités préférées
  • réflexions sur la mort et le suicide

Le diagnostic et le traitement modernes du trouble bipolaire peuvent aider les adolescents à vivre une vie longue et heureuse.

Comment distinguer le trouble bipolaire de la dépression?

C'est une question difficile, surtout quand il s'agit de BAR de Type II..

Trop simplifié, avec le trouble bipolaire, l'humeur se déplace de manière sinusoïdale - de haut en bas. Lorsque déprimé - seulement vers le bas.

Il y a aussi une différence au niveau de la biochimie cérébrale, par conséquent, en psychiatrie pratique, le diagnostic d'une personne peut être révisé vers un trouble bipolaire - si le traitement conventionnel de la dépression n'aide pas, mais changer de médicaments et ajouter des médicaments spécifiques apporte un résultat positif notable.

Dans l'espace post-soviétique, le diagnostic du trouble affectif bipolaire est compliqué par la faible implication de la médecine dans l'espace mondial de l'information et la possible obsolescence des connaissances. Par conséquent, vous devez parfois changer plusieurs médecins avant d'obtenir un diagnostic et un schéma thérapeutique médicamenteux efficace.

Quelles sont les causes du trouble bipolaire?

Le trouble bipolaire est une maladie assez courante, mais les médecins et les scientifiques n'en savent pas grand-chose. On ne sait pas encore pourquoi certaines personnes développent un trouble bipolaire alors que d'autres ne le font pas..

Il y a plusieurs raisons possibles:

  1. La génétique.
  2. Structure du cerveau.
  3. Facteurs environnementaux.

L'élan pour le développement du trouble bipolaire (en combinaison avec d'autres conditions préalables) peut être un stress extrême, une blessure ou même une maladie..

Si nous parlons de génétique, alors c'est héréditaire?

Oui, le trouble bipolaire peut être transmis de parent à enfant, des études ont montré un lien. Les personnes atteintes de trouble bipolaire ont des antécédents familiaux 4 à 6 fois plus susceptibles d'en souffrir.

Cependant, cela ne signifie pas que tous ceux dont les proches sont malades développeront un trouble bipolaire..

De plus, toutes les personnes atteintes de trouble bipolaire n'ont pas d'antécédents familiaux..

Comment le trouble bipolaire est-il traité??

Médicaments, psychothérapie et changements de mode de vie. Les médicaments doivent être prescrits par un médecin.

Veuillez noter que la pensée «Quelque chose ne m'aide pas avec ces pilules, je vais arrêter de les prendre» est tout à fait typique du trouble bipolaire..

Adressez-vous à votre médecin avant de modifier votre schéma thérapeutique.

Comment le trouble bipolaire n'est certainement pas traité?

Drogues, alcool, automutilation, plantain, chasser les démons, asperger d'eau glacée, armée, prière.

Comment le mode de vie peut aider à soulager les symptômes du trouble bipolaire?

Notre psychisme est très dépendant de l'état de notre corps. Par conséquent, en prendre soin aide à atténuer les symptômes des troubles mentaux..

Voici quelques conseils:

  1. Maintenez un horaire de sommeil et de réveil.
  2. Mangez régulièrement et suffisamment.
  3. Apprenez à reconnaître les sautes d'humeur.
  4. Parlez à vos amis ou à votre famille de votre plan de traitement et demandez de l'aide.
  5. Consultez votre médecin régulièrement.

Le stress que l’humanité a connu au cours des premiers mois de la pandémie pèse sur tout le monde. Notre tâche est de nous sortir de la zone crépusculaire de l'anxiété et de la mélancolie. Le livre du Dalaï Lama, L'art d'être heureux, qu'il a écrit avec le psychothérapeute Howard Cutler, dit: le bonheur, c'est d'abord travailler sur soi-même. Ces astuces simples aideront certainement.

Changez votre approche Essayez d'imaginer un instant que vous n'êtes pas vous, mais votre connaissance la plus positive. Que dirait-il s'il entendait parler de vos problèmes? Si la situation ne peut pas être modifiée, vous pouvez changer votre attitude à son égard..

Exercice La façon la plus simple de se détendre est de se fatiguer. Plus vous bougez, meilleure est votre humeur. 40 minutes de course dans les environs - et la nuit, vous dormirez avec un sourire heureux sur votre visage. Si ce n'est pas en cours d'exécution, alors squats, ils ne sont pas moins efficaces. L'essentiel est de les faire 20 minutes par jour..

Prenez le temps de vous détendre. Passez au moins une demi-heure à des activités de méditation calmes: lire un livre, s'allonger dans la salle de bain, tricoter ou regarder une série télévisée.

Aimez-vous - malgré tout Même si vous avez fait une erreur, pris une mauvaise décision, échoué, est devenu mou. Aimez-vous quand même! Vous avez des tonnes de raisons d'être fier de vous, rappelez-vous.

Faites une pause, engagez-vous dans les autres Comme l'a dit le Dalaï Lama: «Si vous voulez que les autres soient heureux, pratiquez la compassion; et si vous voulez vous-même trouver le bonheur, pratiquez la compassion. " Réfléchissez à la manière dont vous pouvez aider ceux qui sont encore pires. Et toi tu verras la lumière.

Comment vivre avec un trouble bipolaire?

BAR est une maladie mentale chronique. Cela signifie que vous devrez vivre avec lui pendant longtemps et, si possible, heureux..

Il est en notre pouvoir d'apprendre à vivre avec les particularités de notre état d'esprit, en utilisant l'aide de médecins, de médicaments et de psychothérapie..