7 choses dangereuses à faire à côté d'une personne atteinte de schizophrénie

La schizophrénie est une pathologie mentale qui s'accompagne d'un trouble de la perception et d'une distorsion de la pensée. Pour aider un proche, vous devez savoir comment gérer une personne atteinte de schizophrénie à la maison et comment éviter de devenir schizophrène vous-même..

Comment communiquer avec un patient schizophrène: règles générales de conduite

Dans la communication, vous devez maintenir votre calme, contrôler votre colère et votre irritabilité. Il faut toujours se rappeler que toutes les actions d'une personne malade sont provoquées par une pathologie et non une conséquence de ses propres décisions.

Les proches doivent s'assurer que le patient prend les médicaments prescrits. En cas de refus de médicaments ou de non-respect de la posologie, des médicaments peuvent être ajoutés discrètement aux aliments.

Le domicile où se trouve le patient doit être maintenu propre et rangé. L'hygiène doit être observée.

Si une personne est handicapée et est à la maison tout le temps, il faut lui trouver un métier intéressant. L'ergothérapie aide à faire face au problème.

Le patient doit être protégé des conflits, du stress et d'autres situations pouvant affecter l'état psycho-émotionnel.

Pour que le traitement soit efficace, il est nécessaire de s'assurer que le patient non seulement prend des médicaments, mais qu'il assiste également à toutes les séances de la psychothérapie prescrite.

Ce qu'il ne faut pas faire face aux schizophrènes?

Toute expérience émotionnelle peut aggraver l'état d'un schizophrène, par conséquent, lors de la communication avec un patient, il n'est pas recommandé:

  • être intrusif;
  • parlez de vos problèmes et de vos expériences;
  • prendre contact lorsque vous êtes de mauvaise humeur;
  • élevez la voix (criez au patient);
  • regarder dans les yeux (lors d'une exacerbation, un schizophrène peut réagir par agression);
  • prouvez votre cas et donnez des arguments logiques;
  • humilier ou insulter une personne malade.

Vous ne pouvez pas vous comporter avec des schizophrènes comme avec des personnes en bonne santé, mais cela ne vaut pas non plus la peine de souligner qu'une personne inférieure n'en vaut pas la peine. Pendant la conversation, vous ne devez pas utiliser d'expressions qui ont une base ambiguë. Faites des phrases claires et courtes.

Comment aider un patient lors d'une exacerbation de la maladie?

Une personne malade mentale au moment de l'exacerbation peut constituer un danger non seulement pour elle-même, mais aussi pour les autres. Il peut se perdre dans une ville familière, oublier son adresse et son nom. Afin d'aider le schizophrène dans cette situation, il devrait toujours y avoir une note dans la poche de ses vêtements avec toutes les informations de contact nécessaires..

Une crise de schizophrénie, comme d'autres maladies psychologiques, peut se manifester après une rémission prolongée. Pour cette raison, si une personne avec une démence précédemment diagnostiquée présente un changement de comportement ou des symptômes d'exacerbation (hallucinations auditives ou visuelles, idées délirantes, etc.), vous devez immédiatement consulter un médecin..

L'automédication ne fera qu'aggraver l'état, ce qui compliquera le prochain traitement.

Si le schizophrène est agressif, il est nécessaire de lui fournir des conditions qui éviteront les complications. La pièce doit être calme. La lumière vive est également un facteur gênant, vous devez donc rideau les fenêtres ou allumer une lampe tamisée (veilleuse).

La plupart des patients agressifs se calment d'eux-mêmes s'ils n'entrent pas en dialogue avec eux. Si la maladie est sévère ou en phase d'exacerbation, la personne atteinte de troubles mentaux ne doit pas être laissée seule à la maison. L'accès aux objets dangereux (couteaux, aiguilles, marteaux, scies, etc.) doit être limité.

Les parents et amis auront un test difficile pendant le traitement, mais le patient ne peut être aidé qu'en faisant preuve de soin et de patience..

Comment gérer les personnes atteintes de schizophrénie

Tout le monde connaît une peur naturelle de la folie. Après tout, la maladie mentale détruit la conscience d'une personne, et il devient fou, et parfois dangereux. Que faire et comment se comporter si un être cher souffre d'une maladie mentale grave - schizophrénie? Lorsque vous traitez avec de telles personnes, il est important de suivre certaines règles..

Que se passe-t-il dans la tête d'un schizophrène

Il faut se rappeler qu'une personne mentalement malsaine regarde n'importe quelle situation de vie avec des yeux différents de vous à travers le «miroir déformant» de sa maladie. Ses émotions, ses sensations sont drainées et endommagées. Les personnes atteintes de schizophrénie ont souvent des hallucinations, sont possédées par des idées délirantes, peuvent devenir apathiques et perdre le contact avec le monde extérieur..

Tout cela conduit au fait qu'en réponse à des mots, des phrases et des actions ordinaires d'êtres chers, les personnes ayant un défaut de conscience donnent souvent des réactions absolument inadéquates - délits, harcèlement, colère, accusations. Vivre avec un schizophrène dans une famille est vraiment difficile.

Pendant la période d'illumination de l'esprit, le schizophrène, se rendant compte qu'il devient fou, éprouve une terrible angoisse mentale, la peur, l'horreur et la honte de sa situation. Tout cela s'accompagne d'une mauvaise santé physique, de maux de tête, de dépression. Et cela affecte également les relations avec les gens autour de vous..

Ce qu'il ne faut pas faire face aux schizophrènes

Pour aider les personnes en bonne santé qui ont besoin de savoir comment gérer un schizophrène - une femme ou un homme, des psychologues cliniciens et des psychiatres ont élaboré un certain nombre de lignes directrices. La règle la plus importante à retenir est qu'en traitant avec des personnes souffrant de troubles mentaux, vous ne devez en aucun cas provoquer ou gonfler une situation controversée:

  1. Essayez d'éviter la communication autant que possible si vous êtes vous-même agité, bouleversé, agacé. Vous ne devez pas dire à une personne souffrant de troubles mentaux des informations sur vos problèmes, vos doutes, vos événements alarmants. Tout cela peut le priver de son fragile équilibre mental, provoquer de l'anxiété..
  2. Ne discutez pas. Même si vous avez tout à fait raison et qu'ils essaient de vous inculquer l'une des idées délirantes douloureuses. Ne réfutez pas, n'essayez pas de convaincre logiquement. Une personne restera confiante en sa justice, mais son état peut empirer dans le contexte des expériences.
  3. N'essayez pas d'agiter de force une personne si elle s'éloigne de vous, ne veut pas communiquer. Une attention obsessionnelle grossière ne fera que l'ennuyer de plus en plus..
  4. En aucun cas, vous n'insistez ou ne montrez en paroles ou en actes qu'il est une personne inférieure. La condescendance, le dégoût, la peur rendront votre communication confidentielle impossible. Il est inacceptable de gronder le patient pour les «particularités» de la pensée et du comportement. Ne vous permettez pas d'avoir l'air dédaigneux ou irrité, des gestes agressifs et surtout des gestes menaçants.
  5. Mais en même temps, vous ne devez pas agir comme si la personne était en parfaite santé, en fermant les yeux sur le problème existant. Lorsque vous parlez avec un schizophrène, évitez les phrases longues et déroutantes, les messages vagues. Parlez dans un langage clair, simple et compréhensible au maximum.

Remarque! Une attention particulière doit être apportée aux familles où un homme est malade et une femme prend soin de lui. Les recommandations sur la façon de se comporter pour une mère avec un fils schizophrène ou une femme avec un mari malsain seront les mêmes, mais en plus, il faut également prendre en compte le fait qu'un homme est physiquement plus fort, c'est-à-dire que les conséquences d'un scandale ouvert peuvent être beaucoup plus graves - toutes les personnes atteintes de schizophrénie capable de contrôler les explosions d'agression.

Si le patient se comporte de manière agressive

La symptomatologie de la schizophrénie comprend à la fois des hallucinations et des idées délirantes, dont le contenu rend souvent les personnes atteintes de cette maladie agressives envers le monde qui les entoure..

Comment traiter un schizophrène s'il est agité, irrité et négatif? Il faut agir d'une certaine manière:

  • assurez-vous que le régime de prise de médicaments n'est pas violé et, si le patient refuse de les prendre, mélangez le médicament à de la nourriture ou à une boisson;
  • si possible, essayez d'éviter complètement la communication, de ne pas participer à un dialogue - cela suffit souvent pour qu'un patient en colère se calme avec le temps;
  • n'élevez pas la voix, parlez calmement, avec mesure, cela contribuera à la relaxation d'une personne mentalement malsaine, tandis qu'un cri de retour ne fera qu'aggraver son attaque;
  • essayez de ne pas regarder dans les yeux, cela peut être considéré par le patient comme une agression;
  • enlevez tous les objets dangereux (perçant-coupant, apte à un coup, etc.), faites-le le plus discrètement possible pour ne pas provoquer une autre dispute;
  • éliminer les personnes qui contribuent à l'irritation et aux accès de négativité chez une personne malade mentale.

Si la situation est hors de votre contrôle et que l'ampleur de l'attaque vous fait peur, consultez immédiatement un médecin. Rappelez-vous toujours qu'une personne souffrant de pathologie mentale représente un réel danger pour ses proches et pour elle-même.

Règles générales de conduite avec les patients schizophrènes

Si votre proche est mentalement malade, c'est une épreuve. Mais il est important de comprendre comment l'état des malades mentaux dépend du comportement correct des parents, de la famille et des amis. L'impact est énorme!

Les médecins soulignent en particulier qu'avec une bonne communication avec leurs proches, de nombreux patients atteints de schizophrénie vivent une vie bien remplie. Parfois, une rémission prolongée peut durer des décennies. Alors que le sort des personnes touchées par cette pathologie est souvent triste sans aide, la maladie progresse rapidement, rendant une personne complètement handicapée..

Les règles générales de soins à domicile pour les personnes en mauvaise santé mentale sont simples, l'essentiel est de les suivre strictement:

  • assurez-vous que toutes les recommandations du médecin traitant sont suivies: les médicaments doivent être pris intégralement et à temps, l'annulation non autorisée de la prise de médicaments ou le changement des doses recommandées est inacceptable et le patient doit assister aux séances de psychothérapie nécessaires;
  • il est important de respecter les principes d'un mode de vie sain et d'hygiène personnelle: rejet des mauvaises habitudes, respect de la routine quotidienne, activité physique modérée, maintien de la propreté du corps et des locaux, ordre des choses et de l'espace personnel;
  • même si le patient ne fonctionne pas, vous devez l'impliquer dans les tâches ménagères, trouver des activités possibles et intéressantes, car l'ergothérapie est l'une des méthodes efficaces de prévention et de réadaptation dans la schizophrénie;
  • il est également très important de communiquer avec la famille, les proches, les personnes qui lui sont sympathiques.

Tout cela rendra la vie d'un schizophrène aussi calme et confortable que possible, à l'abri des situations stressantes..

Lorsque vous avez affaire à une personne souffrant de maladie mentale, n'oubliez pas d'être patient et compatissant. Etudiez la nature de cette maladie, les connaissances acquises vous aideront à mieux comprendre ce qui se passe dans l'âme d'une personne souffrant d'une maladie.

Informations supplémentaires sur la vidéo. Psychothérapeute, candidat aux sciences médicales Galuschak A. parle de l'adaptation sociale des schizophrènes et donne des recommandations aux proches.

Soyez prudent et prudent, il est très important de maintenir la confiance fragile entre vous. La vie d'un schizophrène est remplie de peurs et de soupçons. De plus, de nombreux patients éprouvent douloureusement le fait de leur maladie, en ont honte. Souvent, leurs idées délirantes et leurs hallucinations les informent que le monde qui les entoure est hostile et plein de dangers, et que les gens veulent le mal. Tout cela rend le schizophrène irritable et agressif. Vous faire confiance aidera votre proche à rester en contact avec la réalité..

Séparez dans votre esprit la personnalité du patient et sa maladie. C'est très difficile et demande un effort constant. Mais c'est le seul moyen de ne pas se mettre en colère en réponse au comportement commun des personnes atteintes d'une pathologie de la conscience: suspicion, colère et accusations contre soi-même.

Éloignez-vous si nécessaire. N'oubliez pas qu'il n'est pas toujours possible de négocier avec des personnes atteintes de schizophrénie. Parfois, il est préférable et plus correct d'éviter simplement de se disputer..

Soutenez la personne malade. Croyez-vous en la réussite du traitement, en la possibilité d'une vie pleine et heureuse pour lui. Vos croyances auront certainement un effet positif sur l'humeur et l'état du patient - bien sûr, avec le bon traitement, sélectionné par les médecins.

Le monde moderne est souvent cruel envers les personnes en difficulté. Souvent, les proches, les amis et même les membres de la famille quittent tout simplement les personnes victimes de maladie mentale. Se trouvant dans l'isolement social, les malades mentaux sont souvent privés de leurs biens et se retrouvent au plus bas de la vie. Alors que la connaissance de base de la maladie, la participation, la patience et l'amour donnent au patient une chance de vivre une vie saine et heureuse..

Comment communiquer avec les personnes atteintes de schizophrénie. En savoir plus sur la schizophrénie. Problème de confusion mentale.

Toute maladie est une tragédie tant pour une personne que pour sa famille et ses amis. Il y a trop de préjugés dans notre société, par conséquent, parfois nous ne comprenons pas comment se comporter correctement avec un patient, surtout si cette maladie est de nature mentale. Par exemple, comment se comporter avec la schizophrénie d'un être cher, comment l'aider et ne pas développer un complexe d'infériorité en lui? Certaines personnes pensent que côtoyer une personne atteinte de schizophrénie est insensé et dangereux. Il y a du vrai là-dedans, mais vous ne pouvez pas abandonner une personne simplement parce qu'elle est malade. Les personnes atteintes de schizophrénie ne sont pas à blâmer pour avoir une telle maladie. Par conséquent, au lieu d'avoir peur, vous devez savoir comment gérer une personne atteinte de schizophrénie..

Au moins, il savait que tout le monde s'en souciait. Mais quand il est arrivé au grand dîner, il a disparu dans sa chambre. Il ne peut tout simplement pas gérer beaucoup de bruit, de gens, de bribes de conversation - c'est trop pour lui. Aidez-vous les vieilles dames faibles de l'autre côté de la rue? Utilisez certaines de ces positions pour repenser votre traitement et votre interaction avec une personne atteinte de schizophrénie qui habite peut-être près de chez vous. Cela ne signifie pas que vous devez être trop amical, mais ne les ignorez pas, impliquez-les dans la conversation, mais ne vous mêlez pas..

Laissez les gens partir, mais laissez la porte ouverte. Demandez-leur peut-être de vous rendre visite quand ils le jugent possible. Suggérez un gâteau ou une plante ou tout autre geste amical. Contenu - Symptômes et diagnostic de la schizophrénie. La schizophrénie est caractérisée par une altération profonde de la cognition et des émotions, affectant les propriétés humaines les plus fondamentales: le langage, la pensée, la perception, l'affect et l'estime de soi. De nombreux symptômes, bien que très variés, incluent souvent des manifestations psychotiques telles qu'entendre des voix intérieures ou d'autres sensations non associées à une source évidente et attribuer une signification ou une signification inhabituelle à des événements normaux ou corriger de fausses croyances personnelles.

Galerie de photos: Comment gérer une personne atteinte de schizophrénie?

Afin de comprendre comment se comporter avec un patient atteint de schizophrénie, il est nécessaire de comprendre la nature de cette maladie. Ensuite, vous pourrez traiter correctement le patient et l'aider à se rétablir. Donc, premièrement, la maladie mentale n'est pas rare dans notre monde. Un pour cent de la population mondiale souffre de schizophrénie, et si vous vous rappelez combien de milliards vivent ici, alors le chiffre n'est pas du tout petit. Vous ne devriez jamais traiter une personne malade comme s'il s'agissait de son karma ou de ses méfaits. De telles maladies choisissent leurs victimes comme cela, de manière chaotique, sans prêter attention à leurs mérites ou à leurs défauts..

Aucun symptôme n'est définitif pour le diagnostic; Le diagnostic comprend plutôt le profil des signes et des symptômes associés à une altération du fonctionnement professionnel ou social. Les symptômes sont généralement classés comme des symptômes positifs et négatifs en raison de leur impact sur le diagnostic et le traitement. Les symptômes positifs sont ceux qui semblent refléter un excès ou une distorsion de la fonction normale. Les symptômes négatifs sont ceux qui semblent refléter une diminution ou une perte de fonction normale.

Ils persistent souvent dans la vie des personnes atteintes de schizophrénie pendant les périodes de symptômes faiblement positifs. Les symptômes négatifs sont difficiles à évaluer car ils ne sont pas aussi anormaux que les symptômes positifs et peuvent être causés par un certain nombre d'autres facteurs. Cependant, les outils de diagnostic progressent.

La cause de la maladie est une modification de l'équilibre des produits chimiques dans le cerveau. En outre, cette maladie se développe chez ceux qui ont une prédisposition héréditaire, sont souvent stressés ou toxicomanes. L'évolution de la maladie est très hétérogène. Le plus souvent, il se manifeste par des crises soudaines, qui affectent grandement la vie d'une personne atteinte de schizophrénie. Malheureusement, à ce jour, les médecins n'ont pas établi comment se remettre complètement de la schizophrénie. Mais, heureusement, il existe de nombreux médicaments, grâce à leur consommation régulière, une personne peut mener une vie tout à fait normale. Ces médicaments réduisent la maladie mentale, sont très efficaces et sont facilement absorbés. Mais, si une personne ne veut pas être surveillée en permanence par un médecin, cela peut conduire au fait que la maladie évoluera en une forme chronique et vous devrez alors penser à l'hospitalisation..

Le diagnostic est compliqué par le traitement précoce des symptômes positifs de la schizophrénie. Les médicaments antipsychotiques, en particulier les médicaments traditionnels, provoquent souvent des effets secondaires qui ressemblent étroitement aux symptômes négatifs de l'aplatissement affectif et du rejet. De plus, d'autres symptômes négatifs sont parfois présents dans la schizophrénie, mais pas assez souvent pour satisfaire les critères diagnostiques: perte des intérêts ou des plaisirs ordinaires; troubles du sommeil et de l'alimentation; Humeur dysphorique; et difficulté à se concentrer ou à prêter attention.

Il y a un débat en cours sur la nécessité de définir une troisième catégorie de symptômes diagnostiques: les symptômes désorganisés. Les symptômes désorganisés comprennent le trouble de la pensée, la confusion, la désorientation et les problèmes de mémoire. Certains chercheurs pensent que la nouvelle catégorie n'est pas justifiée, car des symptômes désorganisés peuvent plutôt refléter un dysfonctionnement sous-jacent commun à plusieurs troubles psychotiques plutôt que d'être uniques à la schizophrénie..

Par conséquent, les personnes proches doivent surveiller le patient schizophrène et l'aider. Selon la façon dont une personne a exactement des crises de schizophrénie, vous devez vous comporter en conséquence. Certaines personnes n'admettent pas qu'elles sont malades et essaient de se contrôler. Mais parfois, la maladie se manifeste et vous devez alors faire ce qu'il faut et ne pas être en colère contre la personne, afin de ne pas aggraver son état..

Plusieurs troubles cérébraux peuvent entraîner des symptômes psychotiques, notamment des lésions cérébrales causées par un traumatisme crânien, des accidents vasculaires cérébraux, des tumeurs, des infections ou la consommation de drogues illégales. Si une dépression grave n'est pas traitée pendant une longue période, des symptômes psychotiques peuvent se développer. Ces exemples montrent que toutes les psychoses ne sont pas schizophrènes. c'est la raison pour laquelle les médecins peuvent mettre un certain temps à diagnostiquer quelqu'un, car bien que les symptômes de la schizophrénie soient assez évidents, le fait que les symptômes ne soient pas causés par un autre trouble cérébral n'est souvent pas évident. Avant qu'un psychiatre ou un médecin n'arrive à un diagnostic de schizophrénie, ils doivent procéder à une évaluation psychiatrique approfondie. Cela comprend une évaluation médicale, un examen physique, un examen de l'état mental et des tests de laboratoire connexes. Un historique médical complet doit également être soumis, qui comprend tout changement de pensée, de comportement, de mouvement, d'humeur, etc. - vu de la famille ou du patient. De plus en plus, les médecins utilisent également l'imagerie par résonance magnétique pour créer des images du cerveau et les comparer avec des anomalies connues du cerveau qui causent souvent ou sont associées à la schizophrénie. Détection en tant qu'enfant - détection précoce de la schizophrénie grâce à l'analyse du mouvement Remarque: Cette méthode semble utile dans les familles ayant des antécédents de maladie mentale.

  • Schizophrénie et psychose - Quelle est la différence?
  • Il est important de comprendre la différence entre la psychose et la schizophrénie.
  • La psychose est un terme général utilisé pour décrire les symptômes psychotiques.
  • La schizophrénie est une sorte de psychose.
Au cours des 10 dernières années, ma mère a développé une paranoïa sévère..

Alors, que faire quand une personne a des hallucinations auditives ou visuelles? Tout d'abord, vous devez savoir comment ces hallucinations se manifestent..
Souvent, les gens commencent à se parler, et ce ne sont pas que des phrases comme: «Où est-ce que je fais de nouveau mon portable? ". Une personne a une vraie conversation, comme si elle parlait ou se disputait avec quelqu'un que nous ne voyons pas. Il peut rire sans raison ou se taire soudainement, comme s'il écoutait quelqu'un qui, en fait, n'était pas là. De plus, lors d'une attaque, l'attention d'une personne est dispersée, elle ne peut pas se concentrer sur la tâche et comprendre comment l'exécuter correctement, même si dans un état normal, cette tâche lui est très facile. Une personne peut allumer la musique très fort, comme si elle essayait de noyer quelque chose qui l'ennuie. Dans ce cas, vous devez vous comporter très calmement et en aucun cas vous moquer de lui. Rappelez-vous que lors d'une attaque, le schizophrène pense que tout ce qui lui arrive est réel. Par conséquent, il vaut mieux demander ce qu'il voit et entend maintenant que cela l'ennuie. Essayez de savoir comment vous pouvez l'aider, dites-lui que vous êtes là et que rien ne le menace. Mais vous n'avez jamais besoin de demander en détail à une personne ce qu'elle voit. Ainsi, vous le convaincre encore plus de la réalité de ce qui se passe. Essayez de ne pas avoir peur du comportement d'un être cher. Ne le convainquez jamais que cela lui semble et il est juste fou. Dans cet état, vous infligerez un traumatisme très grave au patient et, au lieu de l'aider, aggraverez encore plus la condition..

Cela a commencé quand mon père et elle se sont séparés. Elle a commencé à le blâmer pour avoir endommagé des parties de la maison et a photographié chaque petite tache de dommage ressentie. Ces «dommages» comprenaient des nœuds noirs naturels dans le grain du bois du revêtement, l'usure des meubles qui étaient là depuis des années et des planchers grinçants où, dit-elle, il sortait ses clous et endommageait le bois dur. Elle aurait des crises d'hystérie où elle pleurait et la traitait de «folle».

Au bout d'un moment, elle a semblé exploser, et pendant un an, elle a semblé «normale». Un soir, ma mère est allée à l'ordinateur et a lu mes lettres. Elle a refusé d'écouter et a exhorté toute la famille à me dire que quelque chose «n'allait pas du tout» avec moi. Elle nous a dit que son amie, une bibliothécaire à la retraite, avait un mari qui s'est retrouvé dans le commerce de la drogue. Deux d'entre eux "ont trop appris" et ont été persécutés et terrorisés. Elle a parlé avec passion de ces harceleurs et a déclaré que des gens partout dans le pays sont également persécutés..

Les schizophrènes sont souvent délirants. Ce n'est pas non plus difficile à reconnaître. Ces personnes commencent à soupçonner tout le monde et tout, à être très mystérieuses, à se concentrer sur les choses quotidiennes et à leur donner un mystère particulier..

Il peut sembler aux gens que vous voulez les offenser, les trahir, les remplacer, voire les empoisonner. Ils commencent à trouver des moyens de les protéger de leur famille et de leurs amis, étant pleinement convaincus qu'ils en ont besoin. Vous ne devriez jamais être offensé et en colère. N'oubliez pas que la personne ne fait pas cela parce qu'elle ne vous aime pas, mais parce qu'elle est malade et ne comprend pas ce qu'elle fait. Vous devez l'aider et ne pas vous inquiéter de vous mettre en colère. En outre, la personne peut devenir déprimée. Parfois, cela apparaît comme de la fatigue, de l'apathie, du détachement de tout. Mais, aussi, la dépression peut être accompagnée d'une bonne humeur inattendue, qui peut même être inappropriée dans certaines situations, un gaspillage d'argent inutile. Les personnes atteintes de schizophrénie ont diverses manies. Ils peuvent se convaincre de quelque chose et imposer obsessionnellement leur obsession à tout le monde. Si les gens ne les comprennent pas, ou si les schizophrènes le pensent, ils peuvent même se suicider. Vous devez être préparé à cela et être en mesure de l'empêcher. Si vous voyez qu'une personne se sent inutile, entend des voix ou, au contraire, brusquement, comme si elle avait pensé à quelque chose, commence à terminer toutes ses affaires et à dire au revoir, il se prépare probablement au suicide. Pour éviter que le pire ne se produise, vous devez prendre les déclarations de suicide très au sérieux, même s'il vous semble que la personne ne le fera pas. Essayez de ne pas lui couper les objets et les armes. De plus, vous devez essayer de savoir exactement comment il va se suicider afin d'élaborer un plan d'action. Si vous voyez que vous ne pouvez pas l'aider seul et qu'il est déjà prêt pour le suicide, appelez immédiatement un psychiatre.

Elle a commencé à consulter des sites Web et des vidéos sur son ordinateur, ainsi qu'un document de 30 pages qu'elle a elle-même écrit sur le sujet. Mon père lui a demandé pourquoi elle n'appelait pas la police s'il y avait des gens qui menaçaient sa vie. Elle ne pouvait pas lui donner une réponse claire.

Après cet incident, ma mère n'a eu aucune autre épidémie. Cependant, elle se réfère toujours à des gens qui essaient de lui faire du mal, remarquant toujours des choses qu'elle pense bouger ou changer, et se demanderont à haute voix "qui était là?".

Aucune conversation ne la convaincra qu'elle est malade ou qu'elle a besoin d'aide. Elle le croit honnêtement et essaie également de me convaincre que mon mari empoisonne ma nourriture. Tout le monde dans la famille, moi y compris, pense que maman est schizophrène et ne sait pas comment faire avec elle. S'il vous plaît, à votre avis, semble-t-elle schizophrène, et si oui, quelles sont les options de traitement pour ceux qui refusent le traitement.

Si vous protégez un être cher du stress, de l'alcool et des drogues, aidez-le à mener une vie intéressante et saine, la possibilité de rechute diminuera considérablement et la maladie ne dérangera pas si souvent la personne proche de vous.

La schizophrénie est l'une des maladies mentales les plus connues. Malheureusement, cette maladie est incurable et toute personne qui la rencontre doit comprendre comment se comporter avec le patient. Examinons de plus près ce qu'est la schizophrénie, les symptômes et les signes d'un trouble mental.

Il est difficile de fournir des diagnostics fiables sur Internet. J'aurais besoin d'interroger votre mère en personne pour vérifier le diagnostic de schizophrénie. Une évaluation par un psychiatre serait le moyen le plus fiable de savoir si elle souffre de schizophrénie ou d'un autre trouble. Cela dit, elle présente certains des symptômes de la schizophrénie. Il est également possible qu'elle souffre d'un trouble délirant. Les deux sont des troubles psychotiques dont la paranoïa est le principal symptôme. En plus de la paranoïa, les personnes atteintes de schizophrénie présentent généralement d'autres symptômes, notamment des problèmes d'interaction sociale, de comportement désorganisé et d'audition..

Il n'y a que cinq problèmes, mais chacun nécessite une attention particulière. Attardons-nous sur chacun d'eux séparément..

Agression.

Un comportement agressif peut être observé chez un patient à la fois pendant une exacerbation et pendant la rémission. Que faire?

Tout d'abord, ne discutez jamais. Ceci est inefficace et également dangereux. Il faut essayer de rassurer verbalement le patient, se rendre dans une autre pièce, lui donner la possibilité de récupérer. Assurez-vous de demander l'aide de votre médecin, ne retardez pas l'hospitalisation par pitié.

Il existe différents types de schizophrénie et chaque diagnostic dépendra des symptômes spécifiques. Au moins 50% des personnes atteintes de schizophrénie sont incapables d'admettre qu'elles sont malades. Ce symptôme est appelé anosognosie. On parle parfois de manque de compréhension. Une centaine d'études ont évalué ce phénomène et ont constamment constaté qu'environ quarante à cinquante pour cent des personnes atteintes de schizophrénie ne peuvent admettre qu'elles sont malades..

Les personnes qui n'ont pas une compréhension classique de leur maladie ne reconnaissent pas qu'elles souffrent de schizophrénie. Ils refusent de croire qu'ils souffrent de schizophrénie, refusent le traitement et évoquent généralement des causes alternatives pour expliquer leur état. Par exemple, une cliente schizophrène qui a été hospitalisée une quarantaine de fois, chaque fois pour ne pas prendre de médicaments prescrits et pour avoir rechuté par la suite, a fermement refusé de croire qu'elle souffrait de schizophrénie. Lorsqu'on lui a demandé pourquoi elle croyait avoir été hospitalisée tant de fois, elle a répondu que ses reins étaient infectés..

Dans quelles situations un comportement agressif peut-il se produire? Par exemple, si vous interférez avec le patient pour faire ce qu'il aime. Aussi étrange que ce passe-temps puisse vous sembler, il peut être d'une grande importance pour votre être cher. Et toute ingérence sera considérée comme un empiétement sur son espace personnel. Vous devez apprendre à contrôler vos émotions négatives. En réponse à votre mécontentement du patient, une réponse agressive peut suivre..

Il n'y a pas de moyen facile de s'occuper d'une personne qui refuse de croire qu'elle est malade et refuse par la suite un traitement. De manière générale, si un individu présente un danger pour lui-même ou pour autrui, il peut être hospitalisé ou traité contre son gré. Une personne qui présente des symptômes de psychose mais qui ne présente aucun danger pour elle-même ou pour les autres ne peut généralement pas être forcée de se faire soigner.

En tant que membre de la famille, il est difficile d'assister à un être cher dans un état de psychose, mais il ne peut pas le convaincre d'accepter un traitement parce qu'il n'a pas la capacité de savoir qu'il est malade. Des lois strictes d'application involontaire à travers les États-Unis empêchent de nombreuses personnes d'obtenir l'aide dont elles ont désespérément besoin. La tragédie est que de nombreuses personnes souffrent sans problème lorsque les médicaments ou d'autres interventions leur sont très utiles..

Refus de prendre des médicaments.

Dans la schizophrénie, outre la pensée et la sphère émotionnelle, l'attitude critique du patient envers lui-même en souffre également. Souvent, les patients demandent au médecin de réduire la dose de médicaments et, bien souvent, ils annulent eux-mêmes «tranquillement» les médicaments. Ils le motivent avec les mots «je me sens mieux». La persuasion n'influence pas la décision du patient. Le refus de prendre des médicaments entraîne une hospitalisation. Après la décharge, le script est répété. Ce qui peut être offert aux proches?

Ils peuvent vous aider à obtenir un traitement. Votre communauté peut également avoir une équipe locale de crise en santé mentale qui peut vous aider. Les lois sur les obligations à travers les États-Unis ont tendance à être très strictes, bien que les lois des États le soient. Voici un site Web pour vous aider à en savoir plus sur les lois de votre état. L'Alliance nationale pour la maladie mentale est une autre ressource à conseiller.

Voici un lien vers leur site Web. Le site contient de nombreuses informations sur la psychoéducation. Une autre excellente ressource est le livre de Xavier Amador "Je ne suis pas malade, je n'ai pas besoin d'aide." Le livre contient un certain nombre de stratégies qui peuvent vous aider à convaincre votre mère de demander de l'aide..

Dans la psychiatrie moderne, il existe des médicaments prolongés - des médicaments qui sont prescrits sous forme d'injections une ou deux fois par mois. En termes d'efficacité, ils ne sont pas inférieurs aux comprimés et il est plus pratique de prendre.

Il y a un tel cas: un patient avec un diagnostic de schizophrénie, une belle jeune femme, après avoir été libérée, a annulé ses médicaments de manière indépendante. En l'espace d'un mois, l'état de santé s'est fortement dégradé: délire à caractère religieux, agressions envers les proches et, par conséquent, hospitalisation forcée. Cela a été répété jusqu'à un certain point, jusqu'à ce que quelque chose change son attitude envers le traitement. Peut-être que la réticence à être à l'hôpital a de nouveau affecté. Peut-être que les conversations interminables avec le médecin m'ont influencé. Mais ce qui suit s'est produit: elle a commencé à prendre régulièrement des médicaments et à consulter le médecin traitant. La femme a dirigé son énergie irrépressible pour aider les sans-abri. Elle les a ramassés dans la rue, leur a temporairement donné de la nourriture et un abri chez elle, puis les a accompagnés dans un refuge pour ceux qui en avaient besoin. Elle a parlé avec enthousiasme de son travail caritatif. Ce patient n'est plus jamais retourné à l'hôpital..

Suicide.

Le comportement suicidaire est un autre problème auquel peuvent être confrontés les proches de patients ayant un diagnostic psychiatrique. Et la chose la plus désagréable à propos de ce comportement est le fait qu'une tentative de suicide est difficile à prévoir. Une personne peut soigneusement cacher ses intentions si elle a pris une décision finale. Parfois, le patient manipule dans le but d'attirer l'attention ou d'obtenir une sorte de bénéfice. Cependant, il peut être difficile et parfois impossible de faire la distinction entre un patient démonstratif et un patient qui a décidé de se suicider..

Le plus dangereux est le soi-disant suicide prolongé, lorsque le patient décide de «se débarrasser de la souffrance» d'autres personnes, par exemple les membres de sa famille. Et d'abord il tue ses proches, puis lui-même.

Hallucinations.

Les hallucinations sont la perception d'images inexistantes. Il existe plusieurs types principaux d'hallucinations: auditive (voix), visuelle, tactile et gustative. Le patient croit en leur réalité, il est inutile de le dissuader. Les hallucinations sont le signe d'une exacerbation de la maladie et nécessitent une attention médicale immédiate..

Il existe des types de schizophrénie, lorsque les hallucinations prennent une forme chronique et ne peuvent être traitées. En règle générale, le patient et dans ce cas conserve une attitude critique à son égard, il comprend qu'ils sont le produit de sa maladie et n'affectent pas son comportement.

Changement de personnalité.

Les deux faits les plus désagréables sur la schizophrénie sont que la maladie est incurable et qu'elle modifie de manière irréversible la personnalité d'une personne. Vous pouvez avoir une variété de sentiments à ce sujet: peur, ressentiment, colère, frustration, mais cela n'affectera en rien la situation..

Dans la sphère émotionnelle, les «malades mentaux» ont une certaine scission (scission). D'une part, la froideur et même la cruauté envers les autres, y compris les proches, d'autre part, la vulnérabilité et l'hypersensibilité. Les psychiatres utilisent à cette occasion l'expression «bois et verre». Ce qui auparavant apportait plaisir et plaisir au patient ne suscite plus aucun intérêt pour lui. Peu à peu, il s'immerge de plus en plus dans son monde imaginaire autistique. Les changements de personnalité affectent également l'apparence: ces patients négligent les règles de base de l'hygiène personnelle. Les proches mettent beaucoup d'efforts pour amener le patient à se laver ou à se brosser les dents. La maladie isole lentement mais régulièrement une personne de la société.

Comment une famille peut-elle aider son parent malade??

Contact confidentiel avec un médecin.

Les patients «malades mentaux» sont très sensibles aux critiques et aux encouragements du médecin traitant. Posez au médecin des questions qui vous dérangent, car pour beaucoup, la schizophrénie est une condition obscure. Cependant, il y a un petit "mais" ici. Si l'état mental du patient ne relève pas de l'article 29, il est alors possible de communiquer des informations sur sa santé, même à des parents proches, uniquement avec son consentement..

Loi n ° 3185-1. Article 29: "Motifs d'admission involontaire dans un hôpital psychiatrique".

Une personne atteinte d'un trouble mental peut être hospitalisée dans un hôpital psychiatrique sans son consentement ou sans le consentement de son représentant légal avant la décision d'un juge, si son examen ou son traitement n'est possible qu'en milieu hospitalier et que le trouble mental est grave et entraîne:

➡ a) son danger immédiat pour lui-même ou pour autrui, ou

➡ b) son impuissance, c'est-à-dire son incapacité à satisfaire de manière indépendante les besoins essentiels de la vie, ou

➡ c) atteinte grave à sa santé en raison de la détérioration de son état mental, si la personne est laissée sans soins psychiatriques.

Hospitalisation.

Si le médecin insiste sur l'hospitalisation, cela signifie que l'état mental du patient ne peut pas être corrigé dans un dispensaire. Quel est l'avantage de ce traitement? Premièrement, il est plus facile et plus rapide de trouver un traitement adéquat à l'hôpital, car le patient est sous surveillance médicale 24 heures sur 24. Deuxièmement, tous les médicaments qui sont prescrits à votre proche, il les recevra gratuitement. Et troisièmement, à l'hôpital, le patient est assuré de prendre ses médicaments..

De nombreuses personnes sont intimidées par le placement forcé d'un être cher dans un hôpital. Les proches se sentent coupables du patient. Mais en réalité, l'hospitalisation involontaire s'apparente à une chirurgie pour ouvrir un abcès: une incision est nécessaire pour que l'abcès guérisse. La schizophrénie, dont les symptômes et signes sont déjà apparus, ne disparaîtra pas d'elle-même.

Fin 2015, des chiffres décevants ont été annoncés lors d'une conférence spécialisée sur les comportements dangereux des personnes atteintes de maladie mentale. Aujourd'hui, il y a 50000 patients en Russie qui sont sous la surveillance constante d'un dispensaire, et des mesures coercitives liées à un comportement agressif et dangereux envers les autres ont été appliquées par décision de justice à plus de 26000 vivant dans des familles..

Il convient de noter que nous ne parlons que de personnes avec des diagnostics officiels, tandis que certains experts estiment qu'à l'heure actuelle, environ 40% des personnes dans le pays souffrent de troubles mentaux qui ne se sont pas encore transformés en maladies graves..

Comment vivre à proximité?

Il y a une tentation de contrôler complètement votre parent malade. Cependant, par surprotection, vous le privez de la partie saine de sa personnalité (et c'est certainement le cas) du droit à au moins une sorte d'autonomie. Il faut apprendre à séparer une personne et sa maladie. Lorsque le patient se comporte de manière agressive ou inappropriée, comprenez: maintenant ce n'est pas votre enfant, petit-fils ou mari préféré. C'est en lui que parle la maladie.

Plus tard, «après avoir repris ses esprits», votre proche se calmera et pourra interagir avec vous d'une manière différente. Dans notre société, les personnes atteintes de maladie mentale sont traitées avec une extrême prudence. Et c'est pourquoi il est particulièrement important pour votre proche de ressentir votre soutien et votre amour, de comprendre que vous l'acceptez tel qu'il est..

Et la dernière chose: n'essayez pas de vous punir, assumez la responsabilité de ce qui s'est passé. Vous n'êtes pas responsable de ce qui s'est passé. Malgré tout, la vie continue.

Appel comme salut.

John Forbes Nash est un mathématicien américain et lauréat du prix Nobel d'économie. Le scientifique souffrait de schizophrénie paranoïde. Nash est tombé malade à 30 ans. Au début, sa femme a essayé de cacher la terrible maladie à ses amis et collègues. Mais après quelques mois, il a dû être placé de force dans un hôpital psychiatrique. La maladie du scientifique a progressé. Il parlait de lui à la troisième personne, avait peur de quelque chose, écrivait des lettres sans signification. Les collègues de Nash lui ont donné un emploi et ont trouvé un bon psychiatre qui lui a prescrit des médicaments puissants.

En 1980, la maladie, à la grande surprise des psychiatres, a commencé à reculer. Cela s'est peut-être produit parce que le scientifique a recommencé à étudier ses mathématiques bien-aimées. En 2015, John Nash a reçu la plus haute distinction en mathématiques - le prix Abel.

Dépression et schizophrénie. Comment gérer les personnes ayant des problèmes de santé mentale

La vie a découvert des experts comment interagir correctement avec les «âmes douloureuses». Conseils d'experts.

Image tirée du film "Isle of the Damned" / Kinopoisk

Les sociologues du VTsIOM ont découvert comment les Russes se rapportent aux personnes atteintes de schizophrénie. En général, c'est mauvais. 38% des personnes interrogées déclarent que les concitoyens confrontés à de tels problèmes doivent être isolés de la société. Les experts trouvent ce chiffre malsain, preuve supplémentaire de la stigmatisation des troubles mentaux.

Les peurs sont grandement exagérées

Pendant ce temps, les schizophrènes sont beaucoup moins agressifs que, par exemple, les alcooliques ou les toxicomanes. Les personnes toxicomanes sont plus dangereuses car imprévisibles, tandis que les exacerbations de la schizophrénie sont rapidement stoppées par le médecin traitant. Les statistiques criminelles le confirment: presque tous les crimes sont commis par des personnes saines d'esprit, et si une personne souffrant de troubles mentaux est impliquée dans l'affaire, elle est le plus souvent une victime.

Tiré du film "One Flew Over the Cuckoo's Nest" / Kinopoisk

Ne pas empoisonner, plisser les yeux et tromper

Ne pas empoisonner, plisser les yeux et tromper

Vous devez faire preuve de calme et de convivialité

- Le principal conseil: n'agissez pas avec eux car vous ne voulez pas être traité avec vous. Je parle d'intimidation, de dévaluation, de tromperie, de tentatives de profiter de l'impuissance de quelqu'un d'autre. Les schizophrènes sans exacerbation se comportent presque de la même manière que tout le monde. Vous ne devez pas regarder de côté une personne avec prudence. Une personne en mauvaise santé peut considérer vos signaux comme une menace, avoir peur et passer à l'offensive pour se protéger '', a déclaré à Life Sergei Babin, président de l'Association russe de psychothérapie..

Tiré du film "One Flew Over the Cuckoo's Nest" / Kinopoisk

Il est difficile pour une personne diagnostiquée de communiquer pendant longtemps

Il est difficile pour une personne diagnostiquée de communiquer pendant longtemps

Les médecins vous conseillent de vous limiter à une courte conversation et de le laisser tranquille. S'il est occupé avec quelque chose, ne le distrayez pas.

Tiré du film "One Flew Over the Cuckoo's Nest" / Kinopoisk

Suivre des cours

S'il s'agit de votre bien-aimé, vous pouvez suivre des cours spéciaux dans des dispensaires neuropsychiatriques

Seuls les proches sont intégrés dans de tels groupes, les autres ne le sont pas. Cependant, 90 pour cent des répondants ont assuré VTsIOM qu'ils comprenaient les symptômes. Objectivement ce n'est pas le cas.

Examiner le caractère et le comportement de la personne malade

Selon la même enquête, un Russe sur six connaît un schizophrène (16% des répondants) et un sur 25 est un parent de lui (4% des répondants).

Maria Vekshinskaya en fait partie. Sa sœur a été hospitalisée six fois l'année dernière, diagnostiquée avec une schizophrénie paranoïde. Maintenant, la fille est beaucoup plus facile. Maria conseille de décider d'abord si vous avez besoin d'une relation avec un schizophrène (même s'il s'agit d'un membre de la famille), et de découvrir ensuite tout le reste:

- L'état d'une personne souffrant de troubles mentaux est influencé par de nombreux facteurs, et la famille en fait partie. Les troubles mentaux sont multiples. Essayez de comprendre quel est le déclencheur pour votre être cher. Par exemple, si un état maniaque déclenche la couleur rouge, débarrassez-vous de tout rouge dans la vie quotidienne. Ne rabaissez pas une personne simplement parce qu'elle est malade. Ne permettez même pas les blagues amicales et l'humour noir sur le sujet de la maladie, - a déclaré Maria.

Les experts expliquent que les troubles mentaux modifient la perception de la personnalité. Il est nécessaire d'apprendre clairement à distinguer où se termine la personnalité et où commence la maladie. Quels mots et actions peuvent être pris au sérieux et ce qui doit être ignoré, comme le gazouillis d'un perroquet, même si cela ressemble à de vrais mots.

- Votre plus beau cadeau à une personne atteinte d'un trouble mental est l'adéquation. Et l'imposition de sentiments de culpabilité et d'impuissance, et j'ai vu cela dans les familles avec une personne malade, peut avoir les conséquences les plus tristes. J'ai remarqué que pendant la période d'exacerbation, on ne peut pas discuter. Supposons qu'une personne demande du thé, il est donc nécessaire de le verser. Une fois, j'ai fait vingt tasses de suite, - se souvient Maria Vekshinskaya.

Tiré du film "Fight Club" / Kinopoisk

Trois questions pour la dépression

Il faut également faire preuve de naturel et de tact face à une personne souffrant de dépression clinique. Comme la schizophrénie, c'est un trouble mental..

Ravil Nazyrov, MD, dit que les personnes déprimées sont ruinées par le faux optimisme de la part d'amis et de parents. Demander à une personne incapable de se lever de se détendre, c'est comme la mettre en danger. Ici, vous devez agir différemment.

- N'ayez pas peur de demander directement: "Avez-vous des pensées suicidaires?" La non-interférence feinte est très dangereuse! Une personne, laissée seule avec elle-même, peut se blesser gravement, - prévient le Dr Nazyrov.

Les trois principales questions pour aider un ami déprimé

Image tirée du film "Isle of the Damned" / Kinopoisk

Transferts spéciaux

60 conseils pour aider ceux qui s'occupent de personnes atteintes de schizophrénie

60 conseils pour aider ceux qui s'occupent de personnes atteintes de schizophrénie

Traduction: Irina Goncharova

Editeur: Anna Nurullina

J'ai aimé le matériel - aidez ceux qui ont besoin d'aide: http://specialtranslations.ru/need-help/

La copie du texte intégral pour diffusion sur les réseaux sociaux et les forums n'est possible qu'en citant des publications des pages officielles de Special Translations ou via un lien vers le site. Lorsque vous citez du texte sur d'autres sites, placez l'en-tête de traduction complet au début du texte.

Comment aider les personnes atteintes de schizophrénie?

Conseils pour surmonter la crise.
Conseils pour améliorer la communication.
Conseils pour prévenir les rechutes.
Établir des limites.
Conseils sur la façon de gérer une personne atteinte de schizophrénie ou d'une maladie connexe.
Comment accepter que le membre de votre famille souffre de schizophrénie.

Si vous avez un membre de votre famille atteint d'un trouble neurobiologique (anciennement appelé maladie mentale), vous devez toujours garder à l'esprit les points suivants:

1. Vous ne pouvez pas guérir vous-même la maladie mentale de votre proche.

2. Malgré tous vos efforts, les symptômes peuvent s'améliorer ou s'aggraver.

3. Si vous êtes submergé par le ressentiment et la douleur, c'est que vous êtes trop plongé dans la maladie d'un être cher.

4. Le patient est tout aussi difficile à accepter son état, ainsi que sa famille.

5. Si toutes les personnes impliquées dans le problème peuvent accepter le fait de la maladie d'un être cher, c'est très bien, mais pas nécessaire.

6. Pas besoin de discuter de ce qui ne peut pas être changé.

7. En communiquant avec un parent malade, vous en apprendrez beaucoup sur vous-même.

8. Séparez la personne de sa maladie. Aimez votre parent, même si vous détestez sa maladie.

9. Essayez de faire la distinction entre les effets secondaires de la pharmacothérapie, les symptômes de la maladie et les traits de personnalité.

10. Ne négligez pas vos propres besoins et désirs, en prenant soin d'un être cher, ne vous oubliez pas.

11. Si vous êtes le frère, la sœur ou l'enfant adulte d'une personne atteinte d'un trouble neurobiologique, les chances qu'il vous soit transmis sont de 10 à 14%. Si vous avez plus de trente ans, cette opportunité est négligeable.

12. Le risque que vos enfants tombent malades est de deux à quatre pour cent. En général, un pour cent de la population mondiale souffre de schizophrénie..

13. Si votre parent est malade, il n'y a pas de quoi avoir honte. Cependant, vous pouvez être confronté à des malentendus et à la discrimination de la société..

14. Ne blâmez personne.

15. Ne perdez pas votre sens de l'humour.

16. Vous devrez peut-être reconsidérer la relation personnelle entre vous et votre parent.

17. Vous devrez également reconsidérer vos attentes..

18. Chaque personne a sa propre barre de succès..

19. Reconnaissez le courage incroyable dont votre proche peut faire preuve en vivant avec un trouble mental..

20. Votre parent est libre de choisir comment vivre - tout comme vous.

21. Si toutes vos actions visent uniquement à survivre dans une situation difficile, vos sentiments peuvent s'estomper. Ne laisse pas ça arriver.

22. Ne pas pouvoir parler de vos sentiments peut entraver votre vie émotionnelle..

23. En raison de la maladie de l'un des membres de la famille, les relations intrafamiliales peuvent devenir tendues et confuses.

24. En règle générale, les frères et sœurs d'un âge proche et du même sexe deviennent excessivement impliqués dans la maladie d'un être cher, et les frères et sœurs éloignés sont soustraits au problème..

25. Les frères et sœurs qui s'occupent d'une personne malade regrettent de ne pas pouvoir mener une vie comme d'habitude pour leur âge. Ayant mûri, les enfants de la famille craignent qu'une situation difficile les ait privés d'une enfance normale et les oblige à jouer des rôles d'adultes..

26. Après le rejet, le désespoir et la colère viennent la prise de conscience de la situation et la résignation à l'inévitable, puis avec la compréhension, vous ressentirez de la compassion..

27. Les troubles mentaux, comme d'autres maladies, font partie d'une vie diversifiée et imprévisible.

28. Débarrassez-vous de la souffrance imaginaire, embrassez votre vraie douleur.

29. Les troubles biologiques du cerveau sont la cause de la maladie mentale. Ils ne sont pas liés à la santé mentale d'une personne..

30. Il est absurde de croire que des maladies physiologiques telles que le diabète, la schizophrénie ou la psychose maniaco-dépressive peuvent être guéries en parlant, mais la communication peut avoir un effet positif sur les relations sociales..

31. Les symptômes peuvent évoluer avec le temps, mais la maladie persiste à vie.

32. L'état de votre proche peut changer périodiquement d'une rémission à une exacerbation et vice versa, quelles que soient vos attentes et vos actions..

33. Pour les questions de diagnostic et tout ce qui s'y rapporte, vous devez contacter un professionnel.

34. La schizophrénie n'est pas seulement une maladie, mais tout un éventail de troubles.

35. Les mêmes diagnostics ne signifient pas les mêmes traitements, des symptômes similaires et les mêmes causes de la maladie.

36. Un comportement étrange est l'un des symptômes de la maladie. Ne le prends pas personnellement.

37. Vous avez le droit et devez prendre soin de votre sécurité personnelle.

38. N'assumez pas l'entière responsabilité de la vie de votre parent malade.

39. Traitez vos propres problèmes avec des professionnels. Vous ne pouvez pas les résoudre vous-même. Tenez-vous-en à votre rôle naturel de frère, d'enfant, de parent de la personne malade. Ne changez pas ce rôle.

40. Toute personne associée d'une manière ou d'une autre à un trouble mental: les professionnels, les proches et le patient lui-même - a des hauts et des bas.

41. Pardonnez-vous et pardonnez aux autres toutes les erreurs que vous faites.

42. La compétence des spécialistes en psychiatrie n'est pas la même.

43. Si vous ne pouvez pas prendre soin de vous, vous ne pouvez pas prendre soin d'une autre personne.

44. Vous pardonnerez peut-être un jour à votre parent d'être malade.

45. Les besoins du patient ne sont pas nécessairement prioritaires.

46. ​​Il est très important de fixer des limites claires et de s'y tenir.

47. La plupart des chercheurs modernes qui recherchent la cause de cette maladie sont favorables aux facteurs génétiques ou biochimiques, aux complications lors du développement intra-utérin ou à l'exposition aux virus. Dans chaque cas, la cause peut être une combinaison de facteurs ou l'un d'entre eux, ou la raison peut résider dans des circonstances complètement différentes..

Un certain nombre de gènes individuels ou de combinaisons génétiques peuvent être responsables d'une prédisposition génétique.

48. En savoir plus sur les troubles mentaux. Nous recommandons le livre Comment survivre avec la schizophrénie. Un guide familial "par le Dr I. Fuller Torrey et

«Surmonter la dépression» par les docteurs D. Papolos et J. Papolos.

49. Extrait du livre «Comment survivre avec la schizophrénie»: «La schizophrénie choisit un type de personnalité au hasard, et les familles doivent se rappeler que les personnes paresseuses, manipulatrices ou narcissiques avant la maladie sont susceptibles de rester les mêmes.» Une autre citation: "En général, je pense que la plupart des schizophrènes ont intérêt à ne pas vivre à la maison, mais dans un autre endroit, mais si une telle personne vit toujours à la maison, alors il a besoin de deux choses: la solitude et une vie bien organisée." Et encore: "Traitez un membre de la famille malade, sans oublier sa dignité humaine." Vous pouvez également trouver ici la recommandation suivante: "Faites votre communication courte, concise, claire et sans ambiguïté.".

50. Si vous ne pouvez pas aider votre parent malade, alors il peut être utile et curatif pour vous d'aider quelqu'un d'autre.

51. Si vous admettez qu'une personne a un handicap, cela ne doit pas signifier que rien ne peut être exigé et attendu de lui.

52. Le taux de suicide est de 10% de tous les décès humains. Un des

ces personnes peuvent devenir votre parent. Parlez-lui pour éviter la tragédie..

53. Les troubles mentaux affectent la vie plus que la souffrance physique et la maladie.

54. Les conflits intra-familiaux peuvent être inconsciemment projetés par vous sur

relations avec d'autres personnes.

55. Dans de telles situations, il est naturel d'éprouver des émotions fortes et brûlantes telles que le chagrin, la culpabilité, la peur, la colère, le découragement, la douleur, l'embarras, etc. N'oubliez pas que vous seul êtes responsable de vos sentiments, pas votre parent malade..

56. Enfin, dans l'obscurité de votre chagrin, des rayons de lumière brillants apparaîtront: connaissance, conscience, sensibilité, courage, compassion, maturité, tolérance, amour pour votre prochain..

57. Permettez aux membres de votre famille de nier qu'un membre de la famille est malade s'ils ne peuvent pas l'accepter. Cherchez d'autres personnes à qui vous pouvez parler.

58. Vous n'êtes pas seul. Pour de nombreuses personnes, c'est un immense avantage et un soulagement de pouvoir partager leurs pensées et leurs sentiments dans des groupes de soutien..

59. Le trouble mental de l'un des membres de votre famille est un traumatisme émotionnel profond. Si vous ne recevez pas de soutien et d'aide, la situation stressante constante peut vous nuire gravement..

60. Sollicitez l'aide de l'Association pour le soutien aux personnes atteintes de maladies mentales (AMI) et le soutien à leur famille (FAMI) et cherchez une issue!

Comment traiter un membre de votre famille lors d'une poussée

Les directives suivantes sont fournies par l'Association du comté de Hamilton, Ohio pour l'assistance aux troubles mentaux. Ils devraient vous aider à faire face à l'état aggravé du patient. Notez cependant que chaque personne est individuelle et que ces conseils pratiques ne peuvent pas être appliqués à tous les patients d'affilée..

Plusieurs actions peuvent vous aider à réduire la gravité de l'attaque ou même à l'éviter complètement. Vous devez arrêter le stress mental croissant et fournir immédiatement à votre parent malade la protection et le soutien dont il a besoin. N'oubliez pas que les choses se passent toujours bien lorsque vous parlez doucement et utilisez des phrases courtes et simples..

Il arrive rarement qu'une personne perde soudainement complètement le contrôle de ses pensées, sentiments et actions. Il y a des signaux d'alerte, à savoir l'insomnie, la préoccupation rituelle de certaines activités, la suspicion, les explosions soudaines de colère, les sautes d'humeur, etc. Dans ces premiers stades, une crise aiguë est évitée. Si la personne a cessé de prendre ses médicaments, vous pouvez l'encourager à consulter un médecin. Plus son état est mauvais, moins vous y parviendrez. Faites confiance à vos sentiments. Si vous avez peur, agissez immédiatement..

Votre tâche principale est d'aider le patient à reprendre le contrôle de lui-même. Essayez de ne pas l'inquiéter. Il peut déjà être très effrayé par la possible perte de contrôle sur ses pensées et ses sentiments, s'il comprend le changement de son état. Interne

Les «voix» peuvent lui donner des ordres mettant sa vie en danger, peut-être que votre parent voit des serpents ramper sur les fenêtres, entend les messages des lampes, ressent des vapeurs toxiques dans la pièce. Acceptez que le patient vit dans une réalité déformée et agit selon ses hallucinations. Par exemple, il peut vouloir casser une fenêtre,

pour détruire les serpents. Il est impératif que vous restiez calme. Si vous êtes seul, appelez quelqu'un pour éviter d'être seul avec la personne malade jusqu'à l'arrivée de l'aide professionnelle..

Le patient peut être hospitalisé. Essayez de le convaincre d'aller volontairement avec les médecins, mais n'utilisez pas un ton condescendant ou autoritaire. Prendre des mesures de traitement obligatoire si nécessaire. Appelez la police si cela vous convient, mais interdisez de brandir une arme. Expliquez que votre ami ou parent est atteint d'une maladie mentale et que vous l'avez appelé à l'aide.

Ne menacez pas. Cela peut être perçu comme un jeu de pouvoir, augmentant la peur et provoquant une poussée d'agression..

Ne pleure pas. Si une personne ne vous entend pas, c'est probablement parce que d'autres «voix» interfèrent avec elle..

Ne critiquez pas. Ça n'aide jamais, ça ne fait qu'empirer les choses.

Ne vous battez pas avec d'autres membres de la famille à la recherche d'un moyen de sortir de la situation, en essayant de déterminer qui est à blâmer. Ce n'est pas le meilleur moment pour prouver votre point de vue..

Ne réagissez pas aux menaces du patient de faire quelque chose de terrible. Ne leur répondez pas pour ne pas provoquer de tragédie.

Ne vous tenez pas au-dessus du patient: s'il est assis, il vaut mieux s'asseoir.

Évitez le contact visuel prolongé ou le contact.

Suivez les demandes si elles ne sont pas menaçantes et sont raisonnables. Cela donne au patient la possibilité de se sentir en contrôle..

Ne bloquez pas la porte. Mais entre le patient et la sortie.

Voici quelques conseils supplémentaires qui peuvent vous aider si vous vivez avec une personne atteinte d'un trouble neurobiologique. Certains sont préparés par la Mental Health Support Association, d'autres sont formulés par le Dr Jill Tunnel et Marion Burns.

1. Prenez votre temps. Faire face à une crise prend du temps. Ne devancez pas les événements, n'encouragez pas leur cours naturel. Pause, repos.

2. Ne réchauffez pas la situation. Garde ton calme. L'enthousiasme est bon. Mais tu ferais mieux de l'étouffer. C'est normal de discuter. Cependant, résistez à l'envie de discuter..

3. Laissez votre être cher seul pendant un moment, laissez-lui une pause dans la communication, soyez seul avec lui-même. Les pauses sont très importantes pour tout le monde. Vous n'êtes pas obligé d'arrêter complètement de communiquer. Vous pouvez lui offrir quelque chose - ce n'est pas grave. Mais s'il refuse, ça va aussi.

4. Fixez des limites et des règles. Tout le monde devrait les connaître et les observer. Quelques bonnes règles aideront à garder la situation sous contrôle..

5. N'essayez pas de contrôler ce que vous ne pouvez pas changer. Mais n'ignorez jamais la violence!

6. Ne compliquez pas les situations. Dites ce que vous voulez dire clairement, calmement et

7. Assurez-vous de suivre les instructions de votre médecin. Les médicaments ne doivent être pris que tels que prescrits par un médecin à la posologie prescrite.

8. Menez votre vie sociale et professionnelle normale. Restaurez l'habituel

routine familiale le plus rapidement possible. Maintenez la famille et les amitiés. Prendre des vacances.

9. Pas de drogue ni d'alcool. Ils aggravent les symptômes..

10. Remarquez les premiers signes d'une crise imminente. Surveillez les changements d'humeur, les peurs inexpliquées, l'irritabilité croissante, etc..

11. Résolvez les problèmes progressivement, étape par étape. Choisissez un objectif précis et ne travaillez que dessus, sans être distrait par les autres.

12. Vous feriez mieux de réduire vos attentes pendant un certain temps. Suivez vos progrès sur votre système personnel. Il vaut mieux comparer les petites réalisations de ce mois et du mois dernier que de comparer les données de cette, dernière et prochaine année.

Comment prévenir les rechutes

Fournir un environnement bien structuré et apaisant qui fournit au patient le soutien dont il a besoin et le protège du stress. Établissez des codes de conduite clairs que tout le monde devrait connaître et suivre. Donnez à votre famille des tâches spécifiques, mais n'attendez pas trop de lui. Apprenez à attendre et tolérez les comportements déviants à la hauteur de la raison. Définissez un horaire spécifique de la journée, une routine quotidienne avec un horaire fixe pour tous les événements à domicile.

Gardez l'atmosphère de la maison aussi calme que possible. Chaque membre de la famille doit parler pour lui-même et pour lui-même ce qu'il veut dire. Pas besoin de lire les pensées et les sentiments des autres. Laissez chaque membre de la famille avoir ses propres relations avec d'autres parents. Ne demande pas à ton frère de le dire à ta sœur. Fais le toi-même. Rappelez à vos proches cette règle..

Essayez de maintenir une distance émotionnelle, ne cherchez pas à surveiller constamment votre parent. Laissez-le marcher ou se déplacer seul dans la maison. Réduisez au minimum les critiques et les éloges excessifs. Ne soyez pas intrusif, n'essayez pas de penser et de ressentir pour lui, ne dites pas de phrases telles que: "Vous n'aimerez pas ce genre de travail" ou "Vous n'aimerez certainement pas cela." Attendez-vous et profitez de périodes de paix, de calme et de sécurité. Traitez le comportement de votre proche avec une indifférence bienveillante, sans vous concentrer sur les détails.

Fixez des limites au comportement hostile ou étrange. Les manifestations de comportement déviant ou d'illusion sont souvent réduites si le patient est calmement et pas trop émotionnellement informé que de telles choses sont inacceptables. Si votre parent a des idées paranoïdes, comme penser que les gens veulent lui faire du mal

mal - ne discutez pas avec lui. Au lieu de cela, compatissez, dites que cela doit être très bouleversant. Si le comportement destructeur et agressif persiste, pensez aux conséquences le plus calmement possible..

Offrez des possibilités de traitement et de stimulation. Apprenez à reconnaître les signaux indiquant que la maladie recule ou s’aggrave. Informez les médecins traitants de tout changement de l'état du patient. Fournit une stimulation dans des conditions non stressantes. Les promenades, visites et autres événements sociaux peuvent aider si le membre de votre famille est intéressé et en contrôle. Cela ne peut être résolu que par essais et erreurs. Des programmes sociaux abordables peuvent aider les familles. Apprenez-en le plus possible sur eux, saisissez toutes les occasions pour aider vos proches, défendre et défendre leurs droits. Plus vous êtes actif, meilleurs seront les soins que vos proches recevront et plus leur état sera stable..

Prenez soin de vous. Les familles ont la responsabilité de prendre soin d'elles-mêmes. Partagez vos émotions avec d'autres personnes. Rejoignez des groupes de soutien. Prenez soin de vos propres intérêts. Développez vos contacts sociaux en dehors de la famille. Assurez-vous que tous les membres de votre famille n'oublient pas leurs besoins et ne vivent pas exclusivement dans l'intérêt du patient.

N'oubliez pas: l'avenir est imprévisible, vivez dans le présent. Ne vous attendez pas à des résultats rapides. N'exercez pas de pression sur le membre de votre famille en vous attendant à des réactions positives visibles de sa part. Maintenir un équilibre raisonnable entre une approche réaliste et l'espoir du meilleur.

Une communication efficace avec les personnes atteintes de schizophrénie est très importante car elles sont facilement influencées par l'environnement extérieur. Une communication réfléchie peut avoir un impact énorme sur la capacité des patients et de leurs familles à résoudre les problèmes quotidiens..

Une communication efficace suppose que vous compreniez quoi, comment et quand parler à votre parent.

Quand démarrer une conversation?

Ne discutez pas de questions importantes lorsque vous êtes en colère ou contrarié. Dans de tels moments, il est difficile de penser clairement, d'écouter attentivement et de prendre des décisions constructives. Avant d'entamer une conversation avec votre proche, vous devez vous donner le temps de vous calmer..

Ce qui doit être discuté?

La schizophrénie est une maladie grave qui affecte non seulement le patient mais tout le monde autour de lui. Par conséquent, dans leur vie commune, de nombreux domaines problématiques doivent être discutés, puis résolus les problèmes connexes. Le travail effectué dans toutes les directions en même temps sera inefficace et déséquilibrera votre parent. Mieux vaut choisir un problème spécifique

ou un comportement que vous aimeriez changer. Par exemple, dites-lui: "John, arrêtez d'écouter la radio à ce volume après dix heures du soir." Ne dites pas: «John, c'est très bruyant la nuit à cause de toi»..

Comment communiquer?

La communication se déroule à deux niveaux: verbal et non verbal. La communication verbale est ce que vous mettez en mots. Soyez bref, simple et précis. La communication non verbale est ce qui accompagne vos mots: votre ton, votre posture, votre regard, votre expression faciale, la distance entre vous et votre proche. Il arrive souvent que le message non verbal soit plus important que les mots eux-mêmes..

Les grands principes de la communication non verbale

1. Ne vous tenez pas à côté de votre proche, n’envahissez pas son espace personnel.

2. Montrez de l'intérêt, de l'inquiétude et de l'anxiété à travers votre langage corporel et vos expressions faciales.

3. Maintenez un contact visuel.

4. Parlez calmement et clairement..

Comment montrer votre approbation?

1. Regardez la personne.

2. Dites-lui précisément ce que son acte vous a rendu si heureux.

3. Dites à votre parent ce que ses actions vous font ressentir. (Mauvais exemple: «C'est super que tu vives avec nous.» Bon exemple: «J'adore quand tu nettoies la cuisine si propre.»)

Comment faire une demande bienveillante?

1. Regardez la personne.

2. Dites-lui exactement ce que vous aimeriez qu'il fasse.

3. Dites-lui comment vous vous sentirez lorsqu'il répondra à votre demande.

4. Utilisez les phrases suivantes dans la conversation: «J'aimerais que vous...» ou: «Je

Je vous serais très reconnaissant si vous... ".

Comment exprimer des émotions négatives?

1. Regardez la personne. Dites-lui laquelle de ses actions vous a bouleversée.

2. Dites à votre parent ce que vous ressentez.

3. Suggérez à haute voix comment il pourrait éviter de faire cela à l'avenir. (Mauvais exemple: "Vous nous faites peur." Bon exemple: "Je deviens très nerveux quand vous vous promenez dans la pièce comme ça.".

Comment écouter activement?

1. Regardez le haut-parleur.

2. Écoutez-le attentivement.

3. Hochez la tête, dites: "Uh-huh... Aha..."

4. Posez des questions de clarification.

Voici quelques exemples de langage positif que vous pouvez utiliser lorsque vous parlez à une personne atteinte d'un trouble neurobiologique. Compilés par Dick et Betsy Greer, ils peuvent vous aider à faire face à un parent malade..

Des phrases qui peuvent remonter le moral de l'être cher et exprimer sa confiance en sa force

"Je sais que vous ferez tout parfaitement".

"Vous pouvez le gérer, n'hésitez pas".

«Je pense que vous résoudrez ce problème. Tout fonctionnera! "

Phrases qui peuvent exprimer la joie du succès et des réalisations de votre proche

"Regardez combien vous avez déjà fait!"

"On dirait que vous y mettez beaucoup d'énergie.".

"Il est immédiatement évident que vous avez essayé très dur".

"Tu as bien pensé que tout s'est bien passé".

"Tu as fait de ton mieux".

"Vous avez fait plus que vous ne le pensez".

"Si vous analysez vos réalisations, vous verrez que... (donnez plus de détails)".

"Pour faire tout cela, il faut être très courageux.".

Phrases qui expriment l'approbation

"J'aime votre approche".

"Je suis très heureux que tu aimes étudier".

"Je suis très heureux que vous soyez si satisfait de votre succès".

«Vous avez l'air content. Je suis content pour toi".

"Puisque vous n'êtes pas satisfait de la situation, réfléchissons à ce que vous pouvez faire pour l'améliorer?" "Je sais que tu es très content".

Phrases qui expriment de la gratitude pour toute aide

"J'apprécie vraiment votre aide, cela a grandement facilité mon travail et j'ai pu le terminer à temps.".

"Votre idée nous a aidés à comprendre les choses."

"Merci, cela a beaucoup aidé.".

"Nous avons vraiment besoin d'aide, et vous n'avez que les compétences et les connaissances qui peuvent nous être utiles."

"J'ai vraiment aimé votre suggestion. Votre idée a fonctionné!"

"Je serai reconnaissant pour toute aide de votre part.".

LIMITES ou "Pourquoi, si vous faites moins pour votre parent malade, vous ne devriez pas vous sentir mal à ce sujet.".

Puisque vous vous occupez d'une personne atteinte d'un trouble neurobiologique, vous pensez peut-être: «Cette personne a besoin de soins spéciaux. Je ferai tout ce que je peux pour lui tant que j'en aurai la force. " Ou comme ceci: «Cette personne a des besoins spéciaux. J'essaierai de les satisfaire tous, quels qu'ils soient, je l'aiderai toujours et partout ".

De telles pensées semblent très nobles, mais elles posent de sérieux problèmes pour les soins aux patients. Souvenez-vous toujours de deux points importants:

Vous devez fixer des limites pour votre propre bien.

C'est vrai que l'autre personne a besoin de vous. Vous pouvez l'aider et trouver une signification particulière pour vous-même. Mais en aucun cas, vous ne devez absolument tout faire vous-même. Et tu ne devrais jamais rien faire à ton détriment.

Lorsque vous êtes constamment avec une autre personne et que vous vous souciez de lui tout le temps, cela ne vous donne pas la possibilité de vous souvenir de vos propres besoins. Et vos besoins sont également très importants. Si vous n'y pensez pas, vous vous retrouverez très vite sur la voie de l'épuisement émotionnel et du burn-out..

Les limites que vous devez définir incluent également les limites physiques. Vous devez faire des choses difficiles. Il y a de longues heures dans la journée que vous avez du mal à supporter. Les problèmes et les soucis prennent tout le temps, et vous avez vraiment besoin de repos.

Vous devez également définir des limites émotionnelles. Si vous comprenez trop les émotions douloureuses d'une autre personne - douleur, peur ou autres sentiments intenses - vous pouvez les faire vôtres. Vous n'avez qu'à gérer vos propres sentiments..

Souvenez-vous également que limiter vos soins à la personne malade d'une manière ou d'une autre permettra à d'autres de prendre soin de lui. Les autres membres de la famille et vos amis pourront partager votre dette avec vous. Pour eux, c'est une façon de faire face à la situation et une occasion de montrer leur amour..

Vous devez fixer des limites pour le bien de votre parent malade

Une façon de montrer à quelqu'un que vous respectez est de lui donner de l'espace. Votre proche atteint d'un trouble neurobiologique a autant besoin d'intimité qu'avant, alors qu'il n'était pas déjà malade. Il doit être seul avec lui-même, méditer, lire ou simplement s'asseoir, regarder par la fenêtre et ne rien faire. Donnez-lui cette opportunité.

Votre parent a besoin de liberté pour agir de manière indépendante, pour lui, c'est une question de respect de soi et, éventuellement, de rétablissement ultérieur. Si vous en prenez trop, vous lui laissez peu de possibilités de développer ses propres capacités - mentales et physiques..

Des limites correctes et fermes donnent à votre proche cet avantage supplémentaire, rendent votre présence dans sa vie plus utile et indépendante. Vous aurez l'occasion d'approfondir l'essence du problème et, en conséquence, de fournir un soutien plus efficace..

En général, fixer des limites est l'une des choses les plus importantes que vous puissiez faire. Cela pourrait même vous rapprocher.

(Chapitre 8 de Quand tu es le soignant: 12 À faire si quelqu'un par James E. Miller

Dont vous vous occupez est malade ou incapable ")

Schizophrénie: comment se comporter?

Comment faire face à une personne atteinte de schizophrénie ou d'une condition médicale similaire? Cette question peut sembler étrange, mais de nombreuses personnes ne comprennent pas exactement ce qui rend difficile la communication avec les personnes atteintes de NBD. La plupart des gens se sentent mal à l'aise et même craintifs lorsqu'ils parlent à une personne atteinte d'un trouble mental. Voici quelques conseils pour les membres de la famille et les étrangers pour aider à rendre la communication avec une telle personne efficace et épanouissante..

Nous avons appris à parler lentement et clairement, en phrases courtes et simples, en veillant à ce que le sens de nos mots atteigne l'auditeur. Pourquoi cela facilite-t-il la communication? Une personne schizophrène répond à cette question: «Parfois, je perds la concentration et n'entends qu'une partie d'une phrase. Peut-être que deux ou trois mots m'échapperont. Cela rend les choses très difficiles à comprendre. Nous avons récemment fait un pique-nique en famille. D'autres familles étaient présentes, les gens parlaient et j'ai entendu chaque mot de leur conversation. Le bruit des voix et le mouvement des gens autour de moi m'ont soudainement paniqué. Je me sentais agité et irrité en même temps, j'avais besoin d'une sorte de protection. Mon père m'a emmené dans un endroit calme où nous nous sommes assis et avons demandé du thé. Nous n'avons parlé de rien. Nous nous sommes juste assis et avons bu du thé, et ma peur s'est progressivement calmée. ".

On nous a souvent dit combien il est nécessaire pour les personnes atteintes de schizophrénie d'organiser leur vie quotidienne. Les routines quotidiennes et prévisibles calment une personne dont l'état instable perturbe souvent le cours normal de la vie. Il est jugé utile de lui faire un calendrier pour chaque jour et d'indiquer plusieurs tâches à accomplir à une certaine heure et à des jours spécifiques de la semaine..

Est-il possible de faire cela? Certaines personnes atteintes de schizophrénie sont incapables - toujours ou occasionnellement. Dans de tels cas, il n'est pas toujours possible de suivre le calendrier, même si dans tous les cas, vous devriez essayer de maintenir une routine quotidienne. Si votre parent, client ou ami essaie de faire quelque chose et échoue, c'est faux et inutile

car vous réagirez à cela par les mots: "Que pouvez-vous ne rien faire de bien?" ou: «Laissez-moi le faire!» même si vous êtes très contrarié. Divisez la tâche en éléments simples afin que le succès soit inévitable, félicitez et encouragez. Donnez une instruction à la fois.

Comment garder son équilibre? Lorsque votre proche est dans un état aigu, vous pouvez avoir l'impression de marcher sur du verre brisé. Dans de tels moments, vous devez collecter toute votre énergie pour maintenir l'équilibre dans la maison et ne pas perdre la confiance de votre proche. Voici quelques idées pour vous aider à faire le travail. Ils seront utiles à votre famille et aux étrangers..

1. Gardez un ton amical.

2. Compréhension expresse.

4. Écoutez attentivement et patiemment.

5. Engagez le membre de votre famille dans la conversation.

6. Traitez-le avec respect. Ce qu'il faut éviter?

1. Évitez le ton condescendant.

2. Ne critiquez pas.

3. N'embarrassez pas la personne..

4. Ne soyez pas morose.

5. Ne vous disputez pas avec votre parent malade ou d'autres membres de la famille en sa présence..

6. Ne lui faites pas la morale et ne lui en dites pas trop.

7. Ne conduisez pas à des situations qui seront difficiles pour vous deux..

Tôt ou tard, une crise surviendra dans l'état d'une personne schizophrène. Lorsque cela se produit, vous pouvez prendre des mesures pour éviter l'explosion ou au moins réduire l'intensité de la situation. Voici quelques points importants:

1. N'essayez pas de discuter avec une personne en état de psychose aiguë.

2. Souvenez-vous qu'il peut être terrifié de perdre le contrôle de ses sentiments..

3. Ne montrez pas d'irritation ou de colère.

5. N'utilisez pas le sarcasme comme une arme.

6. Réduisez les distractions: éteignez la télévision, la radio, le lave-vaisselle, etc..

7. Demandez aux visiteurs occasionnels de partir: moins il y a de monde, mieux c'est.

8. Évitez le contact visuel direct prolongé.

9. Ne touchez pas la personne.

10. Asseyez-vous et invitez-le à s'asseoir aussi.

Changements dans la vie

Souvent, nos proches avec le NDB déménagent ou changent de situation de vie, sans rien dire à personne. Dans de tels cas, les travailleurs sociaux et autres spécialistes de la NDB disent souvent à leurs familles: «Qu'il en assume la responsabilité» ou «Ce sera une expérience enrichissante pour lui». Ces conseils nous disent que de nombreux professionnels qui se consacrent à aider les autres ne comprennent souvent pas la nature de la schizophrénie. Nos recommandations sont différentes.

Nous savons par expérience que de nombreuses personnes atteintes de schizophrénie sont souvent incapables d'assumer la responsabilité de leurs mouvements et sont incapables d'en informer leurs proches. Si nous les laissons faire comme ils l'entendent, nous nous retrouverons probablement avec des problèmes beaucoup plus difficiles auxquels nous devrons faire face lorsque les conséquences de notre inaction deviendront apparentes. Par exemple, les pensions et les prestations sociales ne peuvent pas être versées et la personne ne reçoit pas sa pension alimentaire. Les avis bancaires et les factures n'atteignent pas le destinataire et ne sont pas payés. Le loyer n'est pas payé, la propriété reste abandonnée, les locaux ne sont pas nettoyés. Notre conseil: si vous pensez que votre ami ou parent ne peut pas gérer ces problèmes, prenez-en soin vous-même.

Les gens aiment se sentir maîtres de leur vie. Parfois, il peut être difficile de convaincre une personne atteinte de schizophrénie de faire ce qui est le mieux pour elle. Il vaut donc mieux leur donner le choix: "Allez-vous vous promener maintenant ou après le déjeuner?" comme moyen de suggérer une promenade, une douche ou toute autre activité que vous trouvez utile ou agréable. Les personnes atteintes de schizophrénie éprouvent souvent des sautes d'humeur, alors ce qu'elles ne veulent pas faire maintenant peut les intéresser plus tard - dans une journée ou dans une semaine..

Beaucoup de gens autour de moi se plaignent que les psychiatres ne sont bons que pour prescrire des drogues et des injections. C'est peut-être vrai. Certaines personnes consultent un psychiatre pour obtenir du réconfort et des conseils. Ils veulent parler de leur maison, de ce que le psychiatre peut faire pour les aider à retourner au travail, ou du moins à trouver leurs forces. Je ne sais pas s'il y a un tel psychiatre dans le monde qui pourrait aider dans de telles questions. En règle générale, ces responsabilités sont confiées à un travailleur social. Mais un homme que j'ai vu quand je suis venu à la réception a dit que le travailleur social n'était jamais là et qu'il n'a jamais réussi à le rattraper. Mon problème est que je suis pris d'une telle panique lorsque j'entre dans le cabinet du médecin que dès qu'il me salue, je ne veux qu'une chose: m'échapper de là. Il demande: "Comment vas-tu?" Je dis: «Bien». Il pose des questions, essaie de m'aider, je réponds qu'il est censé le faire, et j'ai moi-même l'impression d'être sur le point d'exploser! Alors je me demande: est-ce que tous les psychiatres sont bons pour simplement prescrire des pilules??

Je redoute les vacances où les familles se réunissent généralement autour de la table, mangent, boivent et s'amusent. De tels moments me provoquent des sentiments lourds: déception, ressentiment, tristesse et toute une gamme d'autres émotions. Par exemple, Noël n'a pas été une période heureuse pour moi et ma famille depuis de nombreuses années. Mon frère a passé ses jours de Noël à la clinique et à la maison, même si son état n'était guère complètement stable. Une

une fois qu'il a été emmené à l'hôpital après un dîner de gala, une autre fois, nous avons dû appeler la police. Si j'ai peur, à quel point cela doit-il être effrayant pour lui? Quand il pense à ce que les autres attendent de lui, il se débrouille et se tient en main pendant au moins quelques heures, mais alors quoi, quand la schizophrénie prend le dessus? Quand se replie-t-il sur lui-même ou panique-t-il? L'année dernière, à la réunion de Noël, chacun de nos invités a pris mon frère à part et lui a parlé. Cela a bien fonctionné pour lui. Au moins, il savait qu'il était soigné et compris. Mais quand le moment est venu pour tout le monde de se rassembler à la table de fête, il a disparu dans sa chambre. Il ne peut tout simplement pas supporter autant de gens, de conversations, de bruit - c'est trop pour lui un test..

Vous aidez les vieilles dames à traverser la route?

Voulez-vous aider quelqu'un qui souffre de schizophrénie et vit près de chez vous? Puis repensez ce que vous ressentez pour lui et comment vous le traitez. Cela ne signifie pas que vous devriez être trop amical, mais ne l'ignorez pas non plus. Engagez-le dans la conversation, mais ne soyez pas intrusif. Les personnes atteintes de schizophrénie sont sans défense, comme les enfants ou les personnes âgées, elles ne peuvent pas se défendre, même si elles sont physiquement très fortes. De plus, ils prennent souvent de fortes doses de médicaments, ce qui rend leur discours vague et leurs réactions lentes. Sachez qu'une telle personne peut ressentir des crises d'anxiété soudaines et quitter la pièce de manière inattendue. Ne l'en empêchez pas, mais laissez la porte ouverte. Demandez à vous rendre visite à un autre moment quand il le souhaite. Offrez un gâteau ou une fleur ou tout autre geste amical. Envoyez-lui des cartes de vœux ou déposez-les simplement dans la boîte aux lettres.