Symptômes et traitement des symptômes de sevrage dans l'alcoolisme

La dépendance à l'alcool présente un danger pour une personne en acquérant toute une gamme de troubles mentaux et physiques. Les troubles pathologiques se manifestent activement, infligeant un coup écrasant à tous les mécanismes de l'activité vitale du corps. Se débarrasser d'une mauvaise habitude n'est pas facile. Après tout, un arrêt soudain de la consommation de boissons alcoolisées après une longue frénésie provoque des symptômes de sevrage dans l'alcoolisme.

  • Qu'est-ce que l'abstinence
  • Les symptômes de sevrage
  • Signes de retrait
  • Méthodes de traitement des maladies

Syndrome de sevrage dans l'alcoolisme

Qu'est-ce que l'abstinence

Abstinencia est synonyme d'abstinence. La pathologie étant diagnostiquée chez les alcooliques, elle est reconnue comme le principal symptôme de la dépendance. Le syndrome de sevrage alcoolique est caractérisé par le fait qu'après l'arrêt du cycle constant d'utilisation de substances qui contribuent au développement de la dépendance, des changements dans l'état fonctionnel du corps se produisent. Une telle substance devient un besoin vital du corps, car elle a rejoint la composition des processus biochimiques du sang. En l'absence de la dose d'alcool nécessaire, l'abstinence se produit, provoquant un syndrome de sevrage alcoolique.

Quelle est la différence entre les symptômes de sevrage et la gueule de bois

Des manuels spéciaux donnent une définition claire du concept de syndrome de sevrage alcoolique. Le libellé caractérise les symptômes de sevrage alcoolique, étant donné les signes d'une gueule de bois. Ce syndrome apparaît dans l'alcoolisme chronique. Il se caractérise par une détérioration de la santé due à l'incapacité de prendre une dose d'alcool. Les symptômes indiquent la nécessité de reconsommer les boissons alcoolisées.

Habituellement, dans la vie quotidienne, il y a un entrelacement terminologique, quand une gueule de bois est la réponse du corps à une quantité excessive d'alcool bu, ce qui a provoqué une intoxication par des substances toxiques. Le vomissement devient une telle réaction bien connue de l'organisme. La présence de vomissements indique l'inclusion de la fonction adaptative du corps sur le facteur nuisible à la santé.

Le matin du «syndrome post-intoxication» est connu pour des maux de tête, une faiblesse et une sensation aiguë de soif. Une personne éprouve une aversion pour l'alcool et, en cas d'utilisation répétée, la condition s'aggrave. Par conséquent, l'affirmation populaire selon laquelle vous pouvez éliminer la gueule de bois avec une nouvelle dose d'alcool éthylique est une illusion..

Avec le sevrage alcoolique, les symptômes apparaissent en l'absence d'alcool dans le sang des alcooliques, car le métabolisme et le fonctionnement normal du corps avec l'alcoolisme sont perturbés. En cas d'alcoolisme chronique, le premier verre du matin normalise rapidement les paramètres sanitaires et physiologiques..

Les symptômes de sevrage

Soulignons les principaux symptômes du syndrome de sevrage alcoolique (SAA):

  • sauter la pression artérielle;
  • sentiment d'incertitude dans la détermination de votre position spatiale;
  • perte d'équilibre;
  • vomissements, diarrhée;
  • membres tremblants;
  • aversion pour la nourriture;
  • peau pâle;
  • prostration;
  • désorganisation mentale du comportement;
  • dépression.

Les alcooliques ont une fréquence cardiaque accrue et un essoufflement. Cet ensemble de symptômes de l'alcoolisme chronique est complété par une augmentation de la température corporelle et de la fièvre. La conscience d'une personne est confuse, l'insomnie s'installe, les cauchemars rêvent la nuit et, au réveil, un syndrome hallucinogène s'installe. Une telle personne devient socialement dangereuse. Il est nécessaire de fournir l'assistance nécessaire pour le soulagement médicamenteux des symptômes.

Ces signes permettent au médecin de diagnostiquer l'alcoolisme chez un patient. Le syndrome de sevrage alcoolique survient quelques heures après l'arrêt de la consommation d'alcool. L'apparition de symptômes sans autre consommation d'alcool, une forte envie de boire et une amélioration de l'état à la reprise de la consommation, indiquent que la consommation d'alcool est régulière et prolongée. Et le résultat de la dépendance des alcooliques était "l'infusion" d'alcool dans les processus métaboliques. Ce phénomène est dû à l'apparition d'un état d'alcoolisme chronique de stade 2. Le développement du sevrage alcoolique se produit après deux ans d '«expérience» de la dépendance néfaste des alcooliques. Il existe des cas connus d'apparition de la maladie beaucoup plus tôt..

Signes de retrait

L'apparition d'un certain stade des symptômes de sevrage peut être déterminée par les signes suivants:

  1. Symptômes de sevrage non compliqués. Elle se caractérise par le besoin d'une personne de consommer des boissons alcoolisées. L'état de santé s'aggrave en raison du tremblement de la langue, des contractions des yeux, de la transpiration élevée, des crises de vomissement, de l'augmentation du rythme cardiaque, des troubles de la pression et d'autres signes caractéristiques de dépendance à l'alcool.
  2. État convulsif de retrait. Elle s'accompagne de convulsions épileptiques du patient avec des symptômes concomitants d'un alcoolique.
  3. État de sevrage avec conscience altérée. La condition est causée par la présence de symptômes caractéristiques du SAA, aggravés par des troubles psychosomatiques: confusion de conscience, hallucinations et autres anomalies somatiques.

Seuls quelques patients peuvent prendre une décision ferme quant au refus de l'alcool. Habituellement, le patient s'abstient de boire de l'alcool pendant un certain temps, puis revient à son mode de vie antérieur. Si le traitement du syndrome de sevrage alcoolique n'est pas appliqué à temps, le patient retombe dans une autre frénésie. La durée de la frénésie augmentera progressivement. Sevrage alcoolique plus sévère après une frénésie prolongée.

Traverser les trois premiers jours n'est pas facile. Cette période est accompagnée de convulsions alternées avec miction involontaire. Il est difficile pour une personne faible de résister à de tels retraits et il s'effondre. La nouvelle dose élimine les signes d'une crise, le patient est soulagé. Mais c'est un remède trompeur et la route de l'ivresse redevient ouverte. Les symptômes de sevrage durent généralement 4 à 5 jours.

Complications du syndrome de sevrage alcoolique

Il existe des cas connus d'un tableau clinique complexe dû au sevrage alcoolique. Considérez les cas d'utilisation suivants:

  1. Attribution de vomi copieux avec présence de sang et de bile. Un phénomène dangereux qui provoque des saignements du tractus gastro-intestinal.
  2. Inflammation des hémorroïdes.
  3. Saignement intestinal. Vous pouvez déterminer une complication dangereuse par la couleur des matières fécales. Si les masses sont de couleur sombre, vous ne pouvez pas hésiter, appelez de toute urgence une ambulance.
  4. Œdème cérébral toxique. En l'absence des mesures thérapeutiques nécessaires, une personne tombe d'abord dans le coma, après un certain temps, elle peut mourir.

Méthodes de traitement des maladies

Le traitement dans une clinique spécialisée neutralisera les conséquences du sevrage alcoolique, préviendra d'autres troubles mentaux.

Traitement hospitalier

Après avoir établi le tableau clinique de la maladie, le narcologue détermine la méthode de traitement et le traitement médicamenteux nécessaire. Combien de temps dure le traitement et ce qui est nécessaire pour cela, le médecin le dira lors de l'examen du patient. La pharmacothérapie est généralement prescrite après le diagnostic d'un état alcoolique prolongé chez un patient. Ainsi, au troisième stade, le soulagement du syndrome de sevrage alcoolique est effectué, neutralisant tous les symptômes de la maladie en utilisant des médicaments spéciaux. Chaque type de traitement est sélectionné en tenant compte des maladies chroniques existantes et des caractéristiques individuelles du corps du patient.

Le soulagement du syndrome de sevrage alcoolique est effectué par perfusion intraveineuse goutte à goutte d'hémodez, de rhéopolyglucine, de glucose à 5%. Des injections de préparations contenant des groupes thiol, des vitamines des groupes B, C sont utilisées. En outre, la pharmacothérapie est réalisée en combinaison avec de tels médicaments:

  1. Dépresseurs du système nerveux central - benzodiazépines. Les représentants populaires de ce groupe pharmacologique sont le chlordiazépoxyde, le valium. Les médicaments soulagent l'agitation psychomotrice et l'agitation anxieuse, procurant un effet sédatif. Les médicaments ne provoquent généralement pas d'effets secondaires et ne créent pas de dépendance. Si des contre-indications à certains des composants sont identifiées, un traitement thérapeutique est effectué avec des comprimés de nozépam ou de lorazépam.
  2. Β-bloquants. Le médicament a un effet antihypertenseur et antiarythmique et est indiqué en thérapie conjointe avec des benzodiazépines. Dans le cas d'une forme légère d'AAS, une monothérapie médicamenteuse de bêtabloquants est utilisée.
  3. Dérivés de l'acide barbiturique - barbituriques. Avant l'avènement des benzodiazépines, ces médicaments étaient auparavant utilisés en narcologie. Dans le monde moderne, les médicaments sont utilisés plus souvent pour éliminer les symptômes de la gueule de bois.

Un traitement correctement prescrit par un narcologue aidera le patient à se séparer de l'envie d'alcool et à stabiliser son état.

Faire face au sevrage alcoolique ne guérit pas la forme chronique de la maladie. Après avoir effectué la thérapie nécessaire, un traitement utilisant des procédures psychothérapeutiques est autorisé.

Thérapie mentale

Les liquides contenant de l'alcool, pénétrant dans le corps, affectent initialement le système nerveux central. En conséquence, la maladie ne peut disparaître qu'après avoir pris des médicaments. Les médecins des dispensaires de stupéfiants utilisent des méthodes pour influencer la psyché humaine. Les séances de psychothérapie sont considérées comme une méthode efficace. Un psychothérapeute expérimenté trouve rapidement un langage commun avec le patient et mène des conversations franches, au cours desquelles le patient exprime la présence de troubles à l'état général - moral et physique. Il peut parler de ses peurs, de ses angoisses, de son humeur apathique.

Une variante du codage de l'alcoolisme par la méthode Dovzhenko est connue. L'essence de cette technique est d'inculquer au patient une attitude négative envers l'alcool sous hypnose. Un tel traitement est considéré comme humain, inoffensif et montré à quiconque veut se débarrasser de la maladie perverse. La méthode est particulièrement efficace pour les personnes qui ont une volonté volontaire d'arrêter de boire, mais qui ne sont pas arrivées à l'insistance de parents et d'amis.

Thérapie de remplacement de vitamines

L'élimination des nutriments du corps de l'alcoolique ou leur absence totale en raison d'une mauvaise nutrition menace de carence en vitamines. Une quantité insuffisante de vitamines et de minéraux entraîne une mauvaise santé globale du toxicomane. La thérapie vitaminique favorise une récupération rapide. En plus du glucose, les patients se voient généralement prescrire du fructose, de la lactoflavine. La thérapie vitaminique n'apporte que des avantages, aucune contre-indication et aucun effet secondaire n'a été observé chez aucun patient.

Reprise d'une bonne nutrition

On sait que les alcooliques consomment plus souvent des aliments uniquement comme collation. Par conséquent, le régime alimentaire d'un alcoolique est plutôt maigre et n'est pas moins dangereux que les liquides contenant de l'alcool qu'il utilise. La particularité d'une longue période sans nourriture pour une personne souffrant d'alcoolisme se manifeste dans le fait que l'alcool est considéré comme un produit riche en calories, par conséquent, les ivrognes ne ressentent pas la faim immédiatement.

En plus du manque de vitamines et de substances minérales, l'estomac de l'alcoolique est constamment soumis au stress et aux attaques toxiques. La conséquence d'une telle connivence est des maladies gastro-entérologiques évidentes. Un certain nombre de procédures complémentaires aideront à éliminer une telle violation ennuyeuse. Il sera nécessaire de rétablir l'équilibre eau-sel, d'éliminer les toxines et de normaliser les fonctions du tractus gastro-intestinal. Ceci est facilité par une alimentation équilibrée, représentée par l'inclusion de légumes, de viande maigre, de produits à base d'acide lactique.

Méthode réflexe conditionnée

Le syndrome de sevrage alcoolique est traité au niveau réflexe. Ce type de traitement pour alcooliques se justifie par le développement d'une réaction négative du corps à la présence d'alcool. Ainsi, après avoir utilisé le médicament nécessaire, le patient commence à ressentir des nausées, des étourdissements, des palpitations pour le goût ou l'odeur des produits contenant de l'alcool. Habituellement, un remède d'origine végétale naturelle est utilisé, ce qui provoque initialement une légère intoxication, ne progressant qu'après avoir bu des dérivés d'alcool éthanolique. La procédure nécessite un contrôle, par conséquent, elle est souvent stationnaire.

Traitement d'abstinence à domicile

Le traitement à domicile d'un patient souffrant d'alcoolisme est assez courant. En effet, beaucoup de gens ne se considèrent pas comme des alcooliques, mais admettent inconsciemment la présence d'un fait. Par conséquent, presque toutes les personnes diagnostiquées avec l'alcoolisme ont vécu la première expérience de la maladie à la maison. Les chaînes de pharmacies distribuent librement certains médicaments qui aident à surmonter la dépendance à l'alcool, par exemple Proproten. Le médicament favorise l'élimination rapide de l'alcool et la neutralisation des symptômes prononcés, fournissant un effet antihypoxique, neuroprotecteur et anti-sevrage. Les médicaments prescrits par le médecin aident l'alcoolique à améliorer son sommeil irrégulier. Ces médicaments peuvent être:

  • phenibut;
  • relanium;
  • donormil;
  • phénazépam.

Vous ne pouvez pas acheter de médicaments vous-même, seul un médecin peut rédiger une ordonnance. L'utilisation indépendante de sédatifs de valériane, agripaume est autorisée. Ils améliorent le sommeil et apaisent légèrement les symptômes prononcés de l'intoxication alcoolique..

Une décoction à base d'herbe d'absinthe a montré son efficacité pas mal. Possédant un effet adoucissant, il élimine rapidement les signes de sevrage. Vous pouvez trouver de nombreuses recettes à base de plantes parmi les herbes, les épices et même les céréales disponibles. Pour vous débarrasser des sentiments d'anxiété, d'anxiété, de rythme cardiaque rapide, vous pouvez utiliser le valocardin ou le corvalol. De telles manipulations contribuent au rejet des aliments à base d'éthanol par l'organisme..

Le traitement à domicile du syndrome de sevrage alcoolique est considéré comme une auto-médication et comporte certains risques. Après une mauvaise combinaison de médicaments et même de méthodes de médecine traditionnelle, la condition physique de l'alcoolique peut être aggravée. Les stades avancés d'abstinence d'alcool du patient présentent un danger social pour les autres. L'agression et le manque de maîtrise de soi peuvent entraîner des souffrances physiques chez les proches.

Syndrome de sevrage alcoolique

Le syndrome de sevrage alcoolique est une condition qui survient après une consommation prolongée de boissons alcoolisées. Cette condition se trouve dans le deuxième stade de l'alcoolisme, lorsque l'intoxication du corps est trop élevée. Pour identifier les symptômes de sevrage de l'alcool et pour identifier sa différence par rapport à une gueule de bois normale, vous devez vous renseigner sur ses signes. Ce syndrome s'accompagne de troubles somatiques, neurologiques et psychologiques. Son nom commun est «syndrome de la gueule de bois», lorsqu'une personne, en raison de l'arrêt de la consommation d'alcool (volontairement ou de force), commence à ressentir un inconfort sévère. Pour arrêter de percevoir la réalité, se débarrasser de l'état douloureux et soulager le syndrome, une personne commence à prendre de nouvelles doses d'alcool.

Le syndrome de sevrage alcoolique se présente sous deux formes: les symptômes de sevrage avec délire et les symptômes de sevrage non psychotiques.

Cette condition se manifeste selon les caractéristiques du corps et peut durer jusqu'à deux jours après la dernière dose d'alcool. Ensuite, il n'apparaît pratiquement pas. Ce trouble est dangereux en ce qu'il plonge le corps dans un état dysfonctionnel. La partie sympathique du système nerveux central est surexcitée, une augmentation de la production d'hormones se produit, ce qui altère le fonctionnement des structures cérébrales.

Symptômes du syndrome de sevrage alcoolique

Les gens confondent souvent les symptômes de sevrage alcoolique et la gueule de bois. Pour séparer et comprendre le syndrome de sevrage alcoolique, ce qu'il est, vous devez donner une désignation aux deux concepts. Une gueule de bois courante est caractérisée par de graves maux de tête, des vomissements et des tremblements de la main. Ces symptômes disparaissent rapidement après quelques heures..

Les symptômes de sevrage de l'alcool sont très graves et peuvent durer de trois à cinq jours. Cette durée est due au fait que le corps, après avoir bu de l'alcool, a accumulé trop de substances toxiques, qui sont les produits de décomposition de l'éthanol et empoisonnent la microflore gastro-intestinale tout ce temps, provoquant des tourments chez une personne..

Les principaux signes du syndrome de sevrage alcoolique:

- étourdissements avec troubles de la coordination des mouvements;

- augmentation de la température, fièvre;

- coups de bélier; rythme cardiaque augmenté; dyspnée;

- troubles intestinaux et nausées;

- visage pâle, faiblesse des jambes, tremblements des mains;

- humeur dépressive, anxiété sévère;

- l'apparition de peurs insignifiantes, de psychoses et d'hallucinations.

Une personne qui vit cet état ne sait pas comment se comporter de manière adéquate, pour percevoir la situation objectivement. Il souffre d'insomnie et de cauchemars, après son réveil, il voit des hallucinations, tout cela peut constituer un danger pour le toxicomane lui-même et son environnement.

Les symptômes du syndrome de sevrage alcoolique peuvent apparaître en fonction du stade de son développement. Une personne en état de sevrage simple veut prendre une dose d'alcool, elle a des tremblements de la langue, des mains et des paupières, de la fièvre et des sueurs, des nausées et des vomissements, une augmentation du rythme cardiaque, de l'insomnie, une surexcitation et une sensation de faiblesse apparaissent. Du côté du système nerveux, des hallucinations (tactiles, visuelles, auditives) et des illusions apparaissent, une dépression, une apathie se produit.

Le syndrome de sevrage alcoolique avec crises convulsives est exprimé par les mêmes symptômes que non compliqués, la manifestation de crises est également ajoutée.

Le syndrome de sevrage alcoolique avec délire s'accompagne des mêmes symptômes que des symptômes de sevrage non compliqués avec un état psychotique prononcé, une opacification de la conscience, des hallucinations, de l'agitation, du délire et divers troubles somatiques sont ajoutés.

Le plus grand danger est le syndrome de sevrage alcoolique avec délire, ou comme les gens l'appellent «delirium tremens». Si vous ne fournissez pas l'aide nécessaire de spécialistes et ne surveillez pas une personne, dans cet état, elle peut se faire du mal, même capable de se suicider ou blesser les gens autour de lui, même ses proches, sans se rendre compte de ce qu'il a fait..

Le syndrome de sevrage alcoolique est très similaire à l'état post-intoxication (gueule de bois), qui est inhérent à une personne en bonne santé qui boit rarement de l'alcool et qui est marqué par les symptômes suivants - soif, maux de tête, mauvaise humeur, fatigue et autres. Il existe une différence, qui s'exprime dans l'attraction pathologique secondaire, qui se forme finalement au deuxième stade du syndrome de sevrage alcoolique. La narcologie fait une distinction entre l'attraction pathologique primaire et secondaire, ce qui crée un désir irrésistible de prendre de l'alcool, même une existence ordinaire sans alcool lui semble impensable et terrible.

Une personne en état de syndrome de sevrage alcoolique sévère devient insuffisante, son objectivité de perception de la réalité disparaît, les émotions négatives prévalent dans son état émotionnel: irritabilité, irascibilité, agressivité. Des troubles autonomes apparaissent - forte attraction («retrait»), nausées, vertiges et autres. Tachycardie et complications cardiaques possibles.

Après avoir arrêté la frénésie, une personne se sent très dure. Son cerveau est très agité, il souffre donc d'insomnie. De nombreux toxicomanes, dans un contexte d'abstinence à long terme, développent des conditions qui sont partiellement ou complètement similaires au syndrome de sevrage alcoolique, bien qu'elles soient une exacerbation du type primaire de besoin pathologique d'alcool. Ce type de condition est appelé «sevrage sec» ou «symptômes de sevrage prolongés».

La période de manifestation du syndrome de sevrage alcoolique survient presque immédiatement après le sevrage alcoolique. Pendant cette période, tous les symptômes sont grandement exacerbés et très difficiles à tolérer pour une personne..

Les symptômes de sevrage de l'alcool peuvent également être divisés en quatre types.

Le premier type est neurovégétatif. Elle se caractérise par les symptômes suivants: troubles du sommeil, asthénie, transpiration accrue, gonflement, troubles de l'appétit, bouche sèche, soif constante, pics de pression, augmentation du rythme cardiaque, tremblements des mains.

Le syndrome de sevrage alcoolique du deuxième type se traduit par des signes cérébraux et des étourdissements, une forte sensibilité aux sons, un tressaillement soudain, une épilepsie, des évanouissements s'ajoutent aux symptômes neurovégétatifs.

Le syndrome de sevrage alcoolique de type III se manifeste par des symptômes viscéraux. Ils sont formés à partir de symptômes neurovégétatifs plus quelques symptômes supplémentaires: nausées, vomissements, diarrhée, angine de poitrine, essoufflement, arythmie.

Le syndrome de sevrage alcoolique du quatrième type se compose de symptômes psychopathologiques tels que pensées suicidaires, dépression, anxiété, dépression, peur sans fondement, insomnie et cauchemars, illusions, hallucinations, désorientation dans l'espace et dans le temps.

Traitement des symptômes de sevrage alcoolique

Pour éliminer les conséquences du syndrome de sevrage alcoolique et prévenir d'autres changements indésirables dans la psyché humaine, seule une thérapie dans une clinique spécialisée le peut. Le narcologue attribue un traitement ambulatoire ou un traitement hospitalier.

Le traitement du syndrome de sevrage alcoolique en mode stationnaire a ses propres caractéristiques. Dans tous les cas, il est bien plus efficace qu'un traitement à domicile. Si un patient souffrant d'alcoolisme a une forme légère de syndrome de sevrage alcoolique, les médecins considèrent qu'il n'est pas nécessaire de lui prescrire un traitement médicamenteux sédatif. Si le patient a une forme sévère, on lui attribue une thérapie thérapeutique médicale visant à soulager les sensations et les symptômes douloureux. Si la thérapie est correcte, le toxicomane ne ressentira pas le besoin d'alcool et son état reviendra progressivement à la normale..

Les spécialistes prescrivent très souvent des médicaments du groupe - les benzodiazépines, en particulier le diazépam et le chlordiazépoxide. Ils sont sédatifs de longue durée, ne créent pas de dépendance et peuvent entraîner des effets secondaires minimes.

Avant de prescrire un traitement pour les symptômes de sevrage, l'état d'une personne malade est diagnostiqué, les médecins vérifient son état général et déterminent ensuite les médicaments dont le patient a besoin.

Une personne qui consomme de l'alcool ne surveille souvent pas du tout son alimentation, son état s'accompagne d'une carence en vitamines. Par conséquent, les vitamines doivent être appliquées avec l'utilisation de médicaments. Le manque de vitamines et de nutriments dans le corps humain entraîne une détérioration de la santé du patient, retarde le processus de guérison, provoque des dommages aux organes internes et à tous les systèmes du corps. L'utilisation de la thérapie vitaminique contribue à l'amélioration du patient, élimine les symptômes.

Les patients souffrant du syndrome de sevrage alcoolique reçoivent des injections de vitamine B1 (thiamine), de glucose, de riboflavine. La thérapie vitaminique est très abordable et le traitement des symptômes de sevrage alcoolique peut être effectué à domicile. Il n'a pas de complications ou d'effets secondaires.

Traitement à domicile du syndrome de sevrage alcoolique:

- il est nécessaire d'acheter le médicament Medichronal, il élimine efficacement et rapidement l'alcool et ses produits de désintégration du corps, soulageant les symptômes graves. Il est nécessaire de prendre le médicament pendant deux ou trois jours;

- pour que le traitement du syndrome de sevrage alcoolique se produise plus rapidement, vous devez bien dormir. Un sommeil sain et complet vous permet de restaurer la force après l'épuisement du corps.

Si une personne elle-même ne peut pas s'endormir, des sédatifs lui sont prescrits, des médicaments à action forte ou des tranquillisants. Ils ne sont pris que sous la surveillance d'un médecin; un surdosage peut entraîner des effets indésirables. Les tranquillisants créent une dépendance et ne sont donc disponibles que sur ordonnance.

Une personne peut utiliser indépendamment d'autres sédatifs, par exemple: extrait de valériane, persen ou soniques. Leur effet est plus faible, mais ils aident également à améliorer le sommeil et à soulager les symptômes d'une intoxication alcoolique..

Les bouillons d'agripaume, de mélisse et de préparations sédatives ont un léger effet bénéfique sur le corps et éliminent efficacement le syndrome de sevrage alcoolique.

Pour éliminer les symptômes d'anxiété, d'anxiété et réduire le rythme cardiaque, vous pouvez prendre des gouttes de valocordin ou de corvalol, mais en double dose. La glycine peut être prise deux comprimés trois fois par jour. Se saouler, comme beaucoup d'amateurs d'alcool adorent, est absolument impossible.

La plus petite dose d'alcool est capable de provoquer une rechute d'une personne qui a éprouvé des symptômes de sevrage alcoolique, ce qui la plongera à nouveau dans une longue frénésie. Même, à première vue, les boissons ou la bière à faible teneur en alcool inoffensives peuvent nuire à une personne.

Si une personne accro à l'alcool essaie de persuader ou de faire chanter les autres pour qu'ils lui permettent de prendre au moins un verre, vous ne pouvez pas suivre son exemple. Si vous vous adonnez aux faiblesses d'un alcoolique, il se détachera et commencera à consommer de l'alcool à des doses encore plus élevées. Vous ne devriez pas avoir pitié de lui, une pitié excessive et une telle «gentillesse» ne vous rendront pas service.

Il est très important que le patient aide à rétablir le régime alimentaire approprié afin d'éliminer les symptômes de sevrage. La nourriture de l'alcoolique est presque toujours monotone et de mauvaise qualité. Comme l'alcool contient beaucoup de calories, une personne ne veut pas tellement manger, elle n'est pas attirée par la nourriture, mais par l'alcool. Mais à part les calories, il ne contient rien d'autre dont la valeur peut être trahie. Il n'y a pas de substances utiles, pas de vitamines et de micro-éléments, respectivement, le corps ressent leur carence. Ignorer les principes d'une bonne nutrition provoque une indigestion et d'autres maladies gastro-intestinales.

Épuisement du corps, absence d'éléments utiles dans le corps, troubles métaboliques - tout cela provoque un épuisement du système nerveux d'une personne malade. Par conséquent, le traitement du syndrome de sevrage alcoolique doit être complet et l'une des mesures initiales doit être la restauration du métabolisme du corps, sinon le traitement n'aura aucun effet. Pour ce faire, il est nécessaire de restaurer le processus alimentaire normal. Le régime alimentaire du patient doit être composé de fruits, de légumes, de viande blanche et de produits laitiers. Le corps doit être alimenté en protéines, graisses et glucides dans la quantité requise.

Dans le traitement du syndrome de sevrage alcoolique, la psychothérapie occupe une place énorme. La psychothérapie aide à éliminer les symptômes de la maladie, car l'alcool est un puissant irritant pour le système nerveux, par conséquent, son fonctionnement normal doit être rétabli. Lors des séances de psychothérapie, le thérapeute établit un contact avec le patient. Le patient parle de ses problèmes: peur, anxiété, insomnie, apathie, dépression. Pour se débarrasser de cette maladie, les patients sont aidés par l'utilisation du codage. Un psychothérapeute compétent en la matière peut appliquer la technique de Dovzhenko, à l'aide de laquelle on apprend à une personne souffrant à refuser de boire.

La thérapie réflexe conditionnée peut également guérir une personne présentant des symptômes de sevrage alcoolique. Cette thérapie peut se débarrasser d'une mauvaise habitude, elle est basée sur le fait qu'une aversion pour l'alcool se forme. Le schéma de cette méthode est qu'il est nécessaire de consommer une substance qui provoque des vomissements et, par conséquent, cela provoquera des nausées même avec la mention de l'alcool. Pour cela, un remède est utilisé, qui comprend des herbes ou une autre base naturelle qui a un effet bénéfique sur le corps, mais peut provoquer un léger empoisonnement, qui augmente plusieurs fois à chaque consommation d'alcool..

De telles procédures sont tout à fait sans danger pour la vie du patient, elles sont effectuées sous la surveillance d'un médecin dans un hôpital ou à domicile, mais sous la stricte surveillance d'un proche.

Les méthodes traditionnelles de traitement du syndrome de sevrage alcoolique donnent également des résultats positifs. Pour soigner cette maladie et les troubles psychologiques et somatiques associés, la propolis et le venin d'abeille sont utilisés. Les boire tous les jours réduit la dépendance à l'alcool. Les pommes ont un effet similaire, si vous en mangez un kilogramme par jour, elles nettoient le corps et réduisent l'envie d'alcool..

Soulagement du syndrome de sevrage alcoolique

Le soulagement de cette maladie est le processus de soulagement des symptômes grâce à des médicaments sélectionnés individuellement. Tout d'abord, le patient est diagnostiqué, son état est déterminé, toutes les caractéristiques de son corps sont prises en compte et des médicaments individuels sont sélectionnés. Chaque traitement individuel est prescrit très strictement, en tenant compte des symptômes exprimés et de la présence de maladies qui l'accompagnent.

Le soulagement du syndrome de sevrage alcoolique est une étape décisive dans le traitement d'un patient, car il dépendra des bonnes actions à quelle vitesse une personne se rétablira. Tout d'abord, le patient doit détoxifier le corps (à l'aide d'un lavement), prendre des absorbants (charbon actif, smecta, polyphepan et autres), injecter par voie intraveineuse une solution de vitamines B et C, de glucose et de chlorure de sodium, prendre un complexe d'oligo-éléments (magnésium, sodium, calcium).

Pour stabiliser l'état psychologique du patient, on lui prescrit des sédatifs, des anticonvulsivants, des médicaments anti-anxiété. Pour éliminer les hallucinations, le délire, l'anxiété, l'irritabilité, l'excitation agressive, des médicaments psychotropes sont pris: Diazépam, Grandaxin, Halopéridol. Les nootropiques (Piracetam) sont prescrits pour restaurer les fonctions cognitives (attention, réflexion et mémoire).

Le soulagement du syndrome de sevrage alcoolique comprend également des méthodes modernes:

- thérapie au bioxène - processus d'inhalation mélangeant de l'oxygène et du xénon;

- plasfrez - élimination du plasma sanguin empoisonné par des toxines et irradiation sanguine intraveineuse au laser.

Le soulagement du syndrome de sevrage alcoolique est un traitement inadéquat de la toxicomanie, ce n'est qu'un processus auxiliaire. Bien qu'avec une forme bénigne du syndrome, l'utilisation de médicaments et le passage d'un traitement psychothérapeutique peuvent contribuer au refus du patient de boire de l'alcool. Il est essentiel d'accorder l'attention voulue aux soins de soutien.

Le soulagement des symptômes du syndrome de sevrage alcoolique vise à guérir le patient des troubles et troubles actuels et à se débarrasser de la dépendance à l'avenir. Le temps nécessaire pour une guérison complète dépend des dommages causés, des troubles encéphalopathiques acquis et de l'efficacité du traitement prescrit. Au fil du temps, le fonctionnement des processus mentaux est rétabli chez les patients, le désir de boissons alcoolisées diminue, l'état général s'améliore et les symptômes de sevrage sont affaiblis.

Le soulagement du syndrome de sevrage alcoolique aide à restaurer l'indicateur social d'une personne auparavant dépendante. Si les symptômes physiques ont disparu, mais que des écarts dans l'état psychologique du patient sont toujours présents, les médicaments ne sont pas pris dans l'ordre requis, alors de tels signes indiquent une dégradation de l'alcool.

Pour la disparition complète du syndrome de sevrage alcoolique, il faut beaucoup d'efforts, de patience et de temps.

Le soulagement des symptômes de sevrage alcoolique peut se faire à la maison. Vous pouvez utiliser du thé à la camomille comme absorbant ou faire un lavement nettoyant à la camomille. Il est conseillé de prendre une douche de contraste, de mener une aromathérapie aux huiles essentielles de citron, menthe, pin. Ils ont un effet sédatif bénéfique et réduisent les symptômes de sevrage.

Après avoir suivi les procédures, vous devez vous rafraîchir avec un petit-déjeuner copieux et sain. Pendant la période de récupération, il est préférable d'avoir du bouillon de poulet pour le petit-déjeuner, une omelette au bacon et beaucoup de légumes verts. Les aliments, riches en oligo-éléments et vitamines, sont bien absorbés par l'estomac, redonnent de la force et améliorent le fonctionnement du foie et des intestins. Il est conseillé de boire beaucoup d'eau minérale, du thé à la menthe chaud, de la compote de fruits secs et du thé vert au miel et au citron.

Auteur: Psychoneurologue N.N. Hartman.

Docteur du Centre Médical et Psychologique PsychoMed

Les informations fournies dans cet article sont destinées à des fins d'information uniquement et ne peuvent remplacer les conseils professionnels et l'assistance médicale qualifiée. Au moindre soupçon de présence de syndrome de sevrage alcoolique, assurez-vous de consulter votre médecin!

Comment est le soulagement du syndrome de sevrage alcoolique?

L'alcoolisme est depuis longtemps la toxicomanie la plus courante. Il peut être attribué en toute sécurité à des catastrophes sociales massives. En effet, les caractéristiques de la maladie, ainsi que l'ampleur de sa propagation, l'ont depuis longtemps amenée au-delà de la portée d'un problème purement médical. Comme toute toxicomanie, l'alcoolisme maintient le patient dans ses pattes tenaces à l'aide de symptômes de sevrage, de sevrage alcoolique. C'est d'elle qui sera abordée dans cet article..

Dépendance à l'alcool

Pourquoi tant de gens souffrent de dépendance à l'alcool, car ils voient aussi les dangers de la consommation d'alcool?

Vous serez surpris, mais beaucoup sont toujours convaincus que les alcooliques sont des personnes spéciales avec des défauts de santé et de psychisme. Ces mêmes citoyens sont convaincus qu'un tel problème ne les touchera jamais personnellement, car ils sont normaux et en bonne santé, et ils boivent exclusivement «comme tout le monde»..

Cette croyance est confirmée par l'attitude très tolérante de la société envers l'alcool. L'alcool est vendu dans presque toutes les épiceries et si les cigarettes sont cachées dans des armoires spéciales, les bouteilles et les canettes d'alcool sont présentées dans toute leur splendeur dans les endroits les plus avantageux des supermarchés. Cependant, même s'il y avait de l'alcool dans le coin le plus éloigné, les acheteurs le trouveraient. Chaque restriction à la vente de boissons alcoolisées suscite beaucoup de mécontentement chez la majorité des personnes «en bonne santé» et est perçue comme un empiétement sur un sanctuaire. C'est étrange n'est-ce pas?

L'alcoolisme est une consommation excessive et incontrôlée d'alcool. La dépendance subjugue la vie d'une personne, met l'alcool au premier plan.

Développement de la dépendance psychologique

La maladie se développe imperceptiblement, souvent d'autres comprennent qu'une personne a bu pour boire même lorsqu'elle s'est transformée en ivrogne ivre. La dépendance à l'alcool se développe plutôt lentement par rapport à la toxicomanie, et des changements mineurs lents n'attirent pas l'attention.

Il y a une autre raison à la transformation «soudaine» d'une personne en bonne santé en alcoolique. Les normes généralement acceptées de consommation d'alcool sont tout à fait capables de provoquer le développement d'une dépendance à l'alcool. Par conséquent, l'alcoolique, déjà malade, trouve de bonnes raisons de boire. Et cela suffit amplement pour former un attachement psychologique et physique stable à l'utilisation..

La psyché d'une personne prédisposée au développement de produits chimiques, en particulier de dépendance à l'alcool, trouve facilement des avantages à boire de l'alcool. Cela aide à soulager les tensions, à se sentir plus libre dans la communication, à obtenir l'euphorie, à oublier les problèmes. L'utilisation de boissons alcoolisées devient constante, le patient développe des symptômes de sevrage. Cela termine la première étape de la maladie, l'ivresse commence.

Dépendance physique dans l'alcoolisme

La raison d'une situation aussi désagréable que la frénésie est l'apparition de symptômes de sevrage alcoolique. Le syndrome de sevrage alcoolique est observé parce que l'alcool éthylique est devenu une partie des processus métaboliques du corps, par conséquent, le corps réagit à son absence avec des symptômes douloureux.

Cette condition survient dans la deuxième étape de la dépendance à l'alcool. Même un syndrome de sevrage léger est tout à fait capable de faire une boisson alcoolisée encore et encore. Avec le développement de la maladie, l'intensité de la manifestation du syndrome de sevrage alcoolique augmente, chaque fois qu'il devient plus difficile pour un ivrogne de résister au désir de prendre une nouvelle dose. Par conséquent, les crises de boulimie, si l'alcoolisme n'est pas traité, se prolongent de plus en plus..

Syndrome de sevrage alcoolique

C'est la combinaison de manifestations physiques et psychologiques qu'un alcoolique éprouve, en réduisant la dose ou en refusant de boire du tout, et s'appelle le syndrome de sevrage dans l'alcoolisme..

Imaginez ce qui arrive à une personne qui, sous l'influence de symptômes de sevrage, boit plusieurs semaines de suite et ne peut pas s'arrêter. Pendant cette période, le patient a définitivement besoin d'une aide extérieure, il n'est pas en mesure de résoudre le problème lui-même. Il est inutile d'attendre la fin de la frénésie; il est nécessaire d'appeler un narcologue et d'arrêter le syndrome de sevrage..

Signes de symptômes de sevrage dans l'alcoolisme

Comme nous l'avons noté ci-dessus, le sevrage alcoolique peut être d'intensité variable. Avec l'abstinence, il y a toujours des maux de tête, des changements soudains de la pression artérielle, des violations de la thermorégulation du corps, des humeurs dépressives et un fort désir de boire.

Cependant, à différents stades de la dépendance à l'alcool ou pendant des périodes de forte consommation d'alcool de différentes durées, les symptômes de sevrage peuvent avoir différentes intensités:

  • Sevrage alcoolique simple. Il y a des tremblements de la langue, des tics oculaires. Le pouls s'accélère, les crises de vomissements.
  • L'état convulsif de sevrage alcoolique s'accompagne de convulsions sous forme de convulsions. Parfois, ils prennent le caractère d'épileptique, et cela peut être observé chez les personnes qui ne souffrent pas d'épilepsie.
  • Les symptômes de sevrage avec altération de la conscience comprennent tous les signes précédents, mais en même temps, le patient présente également des anomalies mentales: confusion, hallucinations, délire.

Conclusion de la consommation excessive d'alcool

Sortir de la frénésie se compose en fait de plusieurs processus:

  • Soulagement du syndrome de sevrage alcoolique.
  • Soulagement des symptômes de sevrage, soulagement de la douleur et divers dysfonctionnements corporels.
  • Désintoxication.
  • Thérapie de renforcement générale.
  • Restauration du fonctionnement normal de tous les organes internes et systèmes corporels.
  • Traitement des exacerbations de maladies concomitantes.

La consommation excessive d'alcool pour la dépendance à l'alcool est traitée à l'aide d'une thérapie par perfusion classique, c'est-à-dire de compte-gouttes pour la consommation excessive d'alcool. Et aussi, si nécessaire, des méthodes matérielles de désintoxication et de thérapie sont utilisées.

Comment traiter les symptômes de sevrage alcoolique?

La composition de base des compte-gouttes à base de solution saline comprend du glucose, des complexes vitaminiques, des sédatifs et des anticonvulsivants. Le narcologue normalise les signes vitaux du patient, soulage les manifestations douloureuses des symptômes de sevrage, effectue un nettoyage médicinal du corps.

La désintoxication est une composante majeure du traitement de sevrage. Après tout, ce sont les toxines de l'alcool éthylique qui produisent un effet négatif sur la condition humaine et conduisent à l'apparition de symptômes de sevrage dans l'alcoolisme.

Quand vous avez besoin de voir un narcologue?

Si vous pouvez essayer d'arrêter vous-même le syndrome de sevrage non compliqué à la maison, alors avec des convulsions, et plus encore, avec des troubles mentaux, vous avez besoin de l'aide d'un narcologue.

Cependant, l'aide d'un médecin ne fera jamais de mal, car un non-professionnel n'est pas toujours en mesure d'évaluer objectivement le danger de l'état d'un patient. Dans ce cas, il vaut mieux jouer la sécurité, et si une frénésie commence, appelez immédiatement un narcologue à la maison et arrêtez le syndrome de sevrage. Vous éviterez ainsi une frénésie prolongée et une combustion insensée des ressources corporelles..

Traitement des symptômes de sevrage à domicile

Si l'état du patient n'est pas aigu, le narcologue peut effectuer le soulagement du syndrome de sevrage alcoolique à domicile.

Désormais, presque toutes les cliniques et centres spécialisés offrent un service pour se sortir de la frénésie à la maison, ainsi que la sobriété d'urgence, un service pour arrêter les symptômes de sevrage et le codage ultérieur.

À condition que vous vous rendiez dans une clinique de traitement de la toxicomanie fiable à domicile, vous pouvez désormais recevoir un traitement de bonne qualité pour un état d'ivresse. Le narcologue apporte avec lui tout le matériel et les médicaments nécessaires. Habituellement, après la procédure, le médecin laisse les pilules pendant quelques jours de plus..

Traitement du syndrome de sevrage alcoolique en clinique

Le traitement de la consommation excessive d'alcool et des symptômes de sevrage dans la clinique hospitalière offre plus de possibilités de désintoxication et de thérapie, car le matériel est disponible ici pour le narcologue.

En clinique, il y a moins de risque que le patient puisse obtenir des boissons alcoolisées, ce qui n'est pas exclu à la maison. De plus, la supervision permanente des médecins vous permet de fournir une aide urgente au patient, si nécessaire. En outre, l'hôpital dispose d'installations de soins intensifs et de réanimation, ce qui est essentiel en cas de syndrome de sevrage alcoolique compliqué..

Étapes du développement de la dépendance à l'alcool

Comme toute toxicomanie, la dépendance à l'alcool passe par plusieurs stades de développement de la maladie. Naturellement, plus un appel à des spécialistes intervient tôt, moins le traitement prend du temps et est coûteux pour un alcoolique..

Description classique des étapes de l'alcoolisme

  1. Au premier stade, une dépendance psychologique à l'alcool se forme. L'alcool est de plus en plus consommé, devenant progressivement le centre de la vie et le principal sujet de communication. Pendant cette période, il n'y a toujours pas d'alcool fort, et le patient conserve généralement un statut social, mais progressivement le cercle social est remplacé par les mêmes buveurs.
  2. Stade d'ivresse. Le patient a complètement développé une dépendance physique, par conséquent, même après une petite dose d'alcool, l'utilisation se transforme en une frénésie. Habituellement, à ce stade, l'alcoolique perd son emploi, devient antisocial. Le cercle social se rétrécit aux mêmes personnes malades et le seul but de la vie est de boire. Des maladies chroniques concomitantes apparaissent. Les crises de boulimie deviennent progressivement plus intenses et prolongées.
  3. Le stade de la dégradation complète de la personnalité. L'ivresse devient continue, elle ne s'arrête que s'il n'y a rien à boire, ou si l'état est si grave que le patient ne peut pas le faire. Si un alcoolique ne meurt pas d'une intoxication aiguë à l'alcool, d'un accident ou de complications avec syndrome de sevrage, il meurt du fait que tous les organes internes, complètement détruits par les poisons de l'alcool, échouent progressivement.

Classement Bechtel

En plus de la classification classique des étapes de l'alcoolisme en Russie, une autre a été compilée. Son auteur est le psychiatre Eduard Evgenievich Bekhtel. Il caractérise les types de patients:

  • Les personnes qui boivent 2 à 3 fois par an pas plus de 200 ml à la fois.
  • Les personnes qui boivent accidentellement plusieurs fois par mois, pas plus de 200 ml à la fois.
  • Buveurs avec modération. Ils en boivent généralement chaque semaine le week-end et le volume bu atteint 400 ml à la fois. Ces personnes ont déjà une envie psychologique d'alcool..
  • Les gens qui boivent régulièrement. Ils trouvent une raison 4 fois par semaine et boivent jusqu'à 300 ml à chaque fois.
  • Les gens qui boivent habituellement. Ils peuvent boire encore moins souvent que les ivrognes ordinaires, jusqu'à 2 fois par semaine, mais ils boivent déjà jusqu'à 600 ml à la fois.

Soulagement des symptômes de sevrage dans le centre "Aide"

Quel que soit le stade de la maladie, l'alcoolisme nécessite toujours un traitement complexe et sérieux. Seule une telle approche peut garantir la guérison de la dépendance et une rémission stable..

Vous pouvez contacter le Centre d'aide à tout stade de la maladie. Nos spécialistes réaliseront des diagnostics de haute qualité, vous prescriront le traitement nécessaire et efficace qui correspond à votre anamnèse. Vous pouvez commander un service de motivation chez nous, cela s'appelle une intervention, ainsi que choisir un programme complet pour se débarrasser de la dépendance à l'alcool. Il comprendra la désintoxication, la réhabilitation et la socialisation. En plus des alcooliques, nous fournissons une assistance et un soutien aux membres de la famille du patient.

Dans le centre «Aide», vous pouvez obtenir des services de traitement d'urgence pour la toxicomanie: sortir de la consommation excessive d'alcool, arrêter l'abstinence, réfléchir rapidement. Nos spécialistes les fournissent à domicile et à l'hôpital à un niveau élevé.

Nous vous recommandons sincèrement de demander de l'aide pour traiter l'alcoolisme aujourd'hui, car si vous hésitez, la maladie progresse et le patient met sa santé et sa vie en danger..

Il est possible d'appeler notre numéro d'assistance 24h / 24, l'appel est gratuit même depuis un mobile. De plus, vous pouvez commander un appel de notre consultant: remplissez n'importe quel formulaire de commentaires sur la page du site Web, et nous vous rappellerons.

Les symptômes du sevrage alcoolique et comment l'arrêter

Le syndrome de sevrage alcoolique est une condition pathologique qui survient lorsqu'une personne ayant une dépendance persistante tente de refuser de prendre des boissons contenant de l'éthanol.

La gravité et l'ensemble général des symptômes caractéristiques du syndrome dépendent du stade de l'alcoolisme, de l'âge du patient et d'autres facteurs..

Le soulagement de l'abstinence alcoolique, qui est difficile, est réalisé en milieu hospitalier.

En savoir plus sur les symptômes, le traitement et les conséquences de la psychose alcoolique ici.

Quels sont les symptômes de sevrage?

Alcoolisme - une dépendance persistante d'une personne à la consommation de boissons alcoolisées et de liquides contenant de l'alcool (les alcooliques expérimentés qui n'ont pas assez d'argent pour de l'alcool de haute qualité le remplacent par des teintures alcoolisées en pharmacie, des eaux de Cologne).

Souvent, la dépendance chez les hommes et les femmes se forme dans le contexte de maladies mentales (dépression, névroses), de problèmes dans la vie.

Une personne s'habitue à verser de petits et grands problèmes avec des boissons contenant de l'alcool et, avec le temps, cesse de pouvoir les refuser.

Puisque l'alcool est un dépresseur, la plupart des alcooliques souffrent de dépression post-alcoolique, ce qui les encourage à boire plus..

Le syndrome de sevrage alcoolique est une autre condition pathologique qui affecte le désir de boire d'une personne.

Dans ses caractéristiques, il ressemble à une gueule de bois, mais il est beaucoup plus grave et si une personne ne boit pas, il persistera pendant plusieurs jours. La gueule de bois habituelle disparaît en quelques heures, même sans prise de médicaments..

Le sevrage alcoolique est observé dans les deuxième et troisième stades de l'alcoolisme. Cette condition se caractérise par la présence d'un désir de boire extrêmement fort et douloureux, qui s'intensifie le soir sur fond d'exacerbation des symptômes psycho-émotionnels - anxiété, tristesse.

Plus un alcoolique a d'expérience, plus ses symptômes de sevrage sont graves. La variante la plus légère du syndrome de sevrage est observée lors de la transition du premier au deuxième stade de l'alcoolisme, la plus sévère, nécessitant une hospitalisation, au troisième.

Causes d'occurrence

La seule raison de l'apparition du sevrage est une dépendance persistante aux boissons contenant de l'éthanol, qui dure au moins deux à trois ans.

Si nous parlons de processus physiologiques, le mécanisme d'apparition des symptômes de sevrage peut être représenté comme la chaîne suivante:

    En raison de la consommation prolongée d'alcool, le processus de fractionnement des boissons contenant de l'alcool entrant dans le corps change. Les produits entrant dans le tractus gastro-intestinal subissent un processus de fermentation. Chez les personnes en bonne santé, les liquides contenant de l'alcool sont traités par l'enzyme alcool déshydrogénase.

Mais, si ces fluides sont fournis en grandes quantités pendant une longue période, le corps active d'autres méthodes de traitement qui impliquent le système micro-oxydant de l'éthanol et l'enzyme catalase. Et le niveau d'alcool déshydrogénase diminue.

  • En raison de changements dans les processus de fermentation dans le sang, le niveau d'acétaldéhyde commence à augmenter - un produit de l'oxydation de l'éthanol, qui affecte négativement la concentration de dopamine.
  • En raison d'un manque de dopamine, un alcoolique forme une dépendance stable à l'alcool, car il remplace la dopamine pendant un certain temps. Cela se produit dans la première étape.
  • Lorsque l'alcoolisme entre dans la deuxième étape, l'absence d'alcool entraîne une violation du mécanisme compensatoire créé, dans lequel il remplace la dopamine, en conséquence, le corps commence à produire activement ce neurotransmetteur.

  • En raison d'une forte augmentation de la concentration de dopamine, des symptômes de sevrage se développent. Plus le niveau de dopamine est élevé, plus les symptômes sont graves. Si la concentration de ce neurotransmetteur dépasse la norme de trois fois ou plus, un délire se développe (il est également appelé «delirium tremens»).
  • De plus, l'acétaldéhyde a un effet négatif sur la concentration d'oxygène dans le sang..

    En conséquence, les tissus du corps commencent à en recevoir moins, ce qui conduit à l'apparition de symptômes supplémentaires observés avec l'abstinence.

    Classification et symptômes

    Les principaux types de syndrome, en fonction des principaux symptômes:

      Somatique. Les troubles du fonctionnement des organes et des systèmes internes, principalement du tractus gastro-intestinal, se sont manifestés le plus clairement dans ce cas. Le patient présente un jaunissement modéré du blanc des yeux, une arythmie, une augmentation de la production de gaz, des nausées, des vomissements, de la diarrhée, des douleurs dans la région du cœur et dans le haut de l'abdomen.

  • Neurovégétatif. De tous les types, c'est le plus courant. Accompagné de problèmes de sommeil (insomnie, réveils fréquents, rêves atroces et dérangeants), perte d'appétit, jusqu'à sa disparition, pouls accéléré, œdème facial, sécheresse de la muqueuse buccale, pics de tension artérielle, tremblements des mains, transpiration excessive.
  • Psychopathologique. Cette forme est basée sur des anomalies mentales: une sensation d'anxiété, périodiquement exacerbée, surtout le soir, de graves troubles du sommeil, des illusions éphémères et même des hallucinations. L'orientation spatiale est rompue. Les patients présentant une forme psychopathologique sont sujets à des comportements suicidaires.
  • Cérébral. Cette variété se caractérise par une perte de conscience, une douleur intense dans la tête, des vertiges, une hypersensibilité aux stimuli sonores, dans certains cas - des attaques.
  • Les troubles mentaux sont toujours présents avec l'abstinence, dans toutes les options de cours, mais leur gravité varie de légère à sévère.

    Il existe également trois degrés de gravité des symptômes de sevrage:

      Première. Il est observé entre les premier et deuxième stades de la dépendance à l'alcool. Apparaît après deux à trois jours ou plus de consommation d'alcool. Les signes les plus frappants sont une sécheresse buccale sévère, une transpiration excessive, un rythme cardiaque rapide, une faiblesse et une sensation de fatigue. Une légère anxiété et d'autres anomalies mentales peuvent également apparaître..

  • Seconde. Lorsque le patient a un deuxième stade d'alcoolisme stable, les symptômes inhérents à l'abstinence s'aggraveront, de nouveaux apparaîtront. Comme par le passé, il se développe après une frénésie. Aux symptômes susmentionnés s'ajoutent des signes indiquant le mauvais fonctionnement des organes internes: la sclérotique et la peau deviennent rouges, la pression artérielle fluctue, des vomissements, des nausées, des tremblements des mains, des titubations en marchant, des difficultés à essayer de maintenir l'équilibre sont observées.
  • Troisième. Présent entre le deuxième et le troisième stade, observé après une frénésie prolongée (au moins une semaine). Les symptômes caractéristiques des degrés de gravité précédents sont présents, mais les déviations psycho-émotionnelles deviennent les plus prononcées. Les patients voient des rêves effrayants, ils ont divers troubles du sommeil (insomnie, réveils fréquents, somnolence diurne), anxiété fréquente, anxiété, sentiment de culpabilité, tristesse, sentiment de désespoir, une agressivité accrue est possible. Au troisième stade, des symptômes somatiques et mentaux sont présents et leur gravité augmente.
  • Mais, d'une manière ou d'une autre, l'ensemble et la gravité des symptômes varient et dépendent de nombreux facteurs: l'âge, l'état de santé somatique, la présence d'une maladie mentale, la durée de la frénésie et les boissons consommées..

    De plus, au cours du syndrome de sevrage, deux étapes distinctes peuvent être distinguées:

      Premiers symptômes. Apparaît au cours des deux premiers jours après le refus des liquides contenant de l'éthanol. Est accompagné de troubles somatiques et mentaux.

  • Symptômes tardifs. La deuxième vague de symptômes est observée le deuxième ou quatrième jour après le refus. Dans ce cas, les troubles psycho-émotionnels viennent au premier plan, jusqu'au délire, aux hallucinations. Certains des symptômes précédemment observés sont aggravés. C'est pendant cette période que le délire peut survenir..
  • Dans de rares cas, une crise d'épilepsie devient le premier signe de sevrage et d'autres symptômes surviennent plus tard.

    Traitement

    Les tactiques d'arrêt des symptômes de sevrage dans chaque cas individuel sont déterminées individuellement, en fonction de l'âge et de l'état de santé du patient, ainsi que de l'ensemble des symptômes.

    En présence de troubles psycho-émotionnels sévères, le processus de traitement se déroule dans le cadre d'un hôpital psychiatrique.

    Le traitement ne peut avoir lieu à domicile qu'en cas d'évolution légère, dans laquelle rien ne menace la vie et la santé du patient et de son entourage. Il est important que le patient soit examiné par un médecin qui déterminera les tactiques de traitement..

    Les éléments obligatoires du traitement hospitalier sont:

    • connexion des compte-gouttes avec une solution saline, ce qui élimine et empêche la déshydratation;
    • l'introduction de vitamines;
    • prendre des mesures visant à éliminer les substances toxiques du corps (dans les cas bénins, il suffit de prendre Smecta ou d'autres entérosorbants à l'intérieur, dans les cas graves, une plasmaphérèse peut être indiquée);
    • l'introduction de médicaments qui améliorent l'état des organes internes qui nécessitent une attention, en particulier si le patient souffre de maladies chroniques;
    • l'introduction de médicaments qui améliorent l'état psycho-émotionnel du patient.

    La réalisation de toutes ces activités au niveau approprié garantit un soulagement rapide des symptômes de sevrage.

    Le narcologue est engagé dans le traitement de cette pathologie..

    Groupes de médicaments couramment utilisés dans le traitement des symptômes de sevrage:

    1. Enterosorbants (Smecta, Polysorb). Accélérer l'élimination des substances toxiques.
    2. Anticonvulsivants (carbamazépine). Prévenir l'apparition de crises d'épilepsie, sont prescrits sans faute dans les cas où le patient a eu des crises.
    3. Benzondiazépines (phénazépam, diazépam). Élimine l'anxiété, a un effet bénéfique sur le sommeil, réduit la probabilité de crises d'épilepsie.
    4. Antipsychotiques (halopéridol, rispéridone). Nommé si le patient a des hallucinations, un délire, il se comporte de manière agressive.

    Mais avec un certain délire sévère, il peut être contre-indiqué..

  • Somnifères (souvent du groupe des barbituriques: cyclobarbital, thiopental). Indiqué en présence de troubles du sommeil prononcés.
  • Diurétiques (Veroshpiron, Furosémide). Réduire la pression, accélérer l'élimination des substances toxiques.
  • Les médecins sélectionnent le schéma thérapeutique en fonction des données disponibles.

    Premiers secours à domicile

    Si votre proche souffrant d'alcoolisme développe des signes de sevrage alcoolique, il est important:

  • Si possible, donnez au patient beaucoup d'eau ou, comme meilleure option, une solution de réhydratation orale à tout moment. Cela est particulièrement nécessaire si le patient a des vomissements et de la diarrhée, car au cours de ces processus, l'eau et les minéraux quittent activement le corps, ce qui entraîne le développement de la déshydratation. Si des benzondiazépines ou d'autres médicaments qui améliorent l'état psycho-émotionnel lui ont déjà été prescrits, il est important de les administrer. S'il est difficile ou impossible d'arroser le patient pour une raison quelconque, vous devez appeler une ambulance.
  • Déterminez la gravité de son état. Rappelez-vous s'il souffre de maladies chroniques, mesurez la tension artérielle, trouvez la documentation dont le médecin pourrait avoir besoin.
  • Appelez un narcologue à la maison (si l'état du patient est critique, une ambulance). Un appel d'urgence est nécessaire si une personne a des maladies graves du foie, du cœur, des reins, du pancréas, des maladies respiratoires aiguës (bronchite, pneumonie), si elle montre une agression et présente un danger pour elle-même et pour les autres, menace de se suicider, hallucine, porte délirer.
  • Mais le médecin doit déterminer s'il est conseillé d'effectuer un traitement à domicile. Il prescrira les médicaments nécessaires, expliquera le régime alimentaire à suivre, etc..

    Avec l'abstinence, il est inacceptable d'ignorer la nécessité d'un examen: ce qui peut paraître insignifiant pour un profane peut en fait constituer une menace.

    De plus, l'état du patient est hétérogène et après la disparition de la première vague symptomatique, une deuxième vague suivra, dans laquelle un délire (delirium tremens) peut même apparaître.

    Prévision et prévention

    Avec une évolution légère des symptômes de sevrage, les symptômes disparaissent dans les dix jours si le traitement n'a pas été effectué.

    Si la thérapie était présente, cela se produit deux fois plus vite.

    Le pronostic d'une évolution plus sévère dépend de nombreux facteurs: l'âge, l'état de santé mentale et physique, un ensemble de symptômes, etc..

    Si le patient continue de boire de l'alcool, son état s'aggravera inévitablement et chaque cas ultérieur de symptômes de sevrage sera plus grave que le précédent..

    La prévention de l'abstinence consiste directement dans la prévention de l'alcoolisme: afin d'éliminer complètement la probabilité d'apparition de cette condition pathologique, il est important d'arrêter de boire des boissons contenant de l'éthanol.

    Le processus de traitement de l'alcoolisme est complexe et nécessite la participation de divers spécialistes, dont des psychologues et des psychothérapeutes..