Manie de persécution

La manie de la persécution est un trouble mental qui est également appelé «délire de persécution» en psychiatrie. Les psychiatres réfèrent cette violation aux principaux signes de folie mentale..

Le délire est une violation de la pensée, lorsque de fausses pensées et idées surgissent, capturant complètement la conscience du patient et ne se prêtant pas aux influences extérieures, malgré leur incohérence totale avec la réalité. Les idées délirantes sont basées sur de fausses prémisses. La plupart du temps, le délire est le signe d'une sorte de maladie mentale (schizophrénie). Mais il arrive que l'illusion soit une violation indépendante..

Souvent, dans la vie de tous les jours, nous appelons les déclarations et les raisonnements des gens autour de nous qui ne correspondent pas à nos concepts comme du délire. Cependant, ne confondez pas ces déclarations avec une véritable illusion ou une véritable manie de persécution, qui présente les caractéristiques suivantes:

  • c'est une manifestation de la maladie;
  • accompagné d'inventer des faits sur la réalité;
  • les fausses pensées ne peuvent pas être corrigées par les croyances des autres;
  • il y a violation de l'adaptation dans l'espace, il devient difficile de vivre et de travailler en société.

Les principales causes de la manie de la persécution

Les psychiatres étudient ce trouble mental depuis longtemps et ses symptômes se retrouvent dans de nombreux manuels médicaux et ouvrages de référence. Mais les raisons de la manie de la persécution n'ont pas encore été clarifiées. Si vous ne prenez pas en compte diverses théories non scientifiques, la maladie se développe sous l'influence de certains facteurs internes et externes. Chez les patients souffrant de manie de persécution, une structure spéciale du système nerveux central est notée, prédisposant à la survenue de divers troubles mentaux.

En outre, les traumatismes psychologiques, les problèmes familiaux et une mauvaise éducation jouent un rôle important dans l'apparition de la maladie. Il s'avère qu'un jour un trouble de stress grave est imposé sur un sol aussi fertile et que la psyché humaine ne le supporte pas, à la suite de quoi une maladie survient. Cependant, aucune des causes possibles du développement de la maladie n'a encore été scientifiquement prouvée et n'a pas été confirmée..

Symptômes de la manie de la persécution

Le principal symptôme de ce trouble délirant est l'obsession d'une personne qui tente de trouver, d'attraper et de nuire. Le patient pense constamment qu'une personne ou un groupe de personnes le poursuit avec un certain objectif négatif - lui faire du mal (mutiler, tuer, voler). Dans sa forme, la manie de la persécution peut être différente. Par exemple, un niveau élevé de systématisation du délire peut être dit dans le cas où le patient peut décrire en détail quand la persécution a commencé, quel mal il veut lui faire et quels moyens le persécuteur utilise pour cela. Cela indique que les symptômes de la manie de la persécution sont présents chez le patient depuis assez longtemps..

Le délire ne peut pas être immédiatement systématisé. Ceci est précédé d'une certaine condition appelée «humeur délirante». À ce stade, pour le patient, tout autour de lui acquiert une certaine signification, il commence à ressentir constamment de l'anxiété, à voir une menace en tout. Il attend constamment que quelque chose lui arrive. Peu à peu, l'anxiété devient permanente et se transforme en une manie de persécution..

Malheureusement, la manie de la persécution s'intensifie et se développe avec le temps. Un nombre croissant de personnes tombent sous la méfiance du patient. Par exemple, un patient peut penser que sa femme essaie de l'empoisonner. Peu à peu, le patient devient convaincu que les voisins sont également impliqués, et plus tard il découvre qu'ils sont des agents d'intelligence secrète, etc. Avec la manie de la persécution, non seulement l'essence de la pensée change, mais aussi le caractère. Le patient peut décrire ses idées de manière très, très détaillée, mais en même temps, il ne sera pas capable de distinguer l'important de l'important, et peut également décrire longtemps à la fois l'apparence de ses poursuivants et la couleur des lacets de ses chaussures..

Les symptômes de la manie de la persécution ne se limitent pas aux troubles mentaux. Ces signes sont accompagnés de troubles de la personnalité. Les proches du patient remarquent souvent qu'il a beaucoup changé, qu'il est devenu agressif et méfiant, qu'il ne répond pratiquement pas aux questions et qu'il se comporte étrangement.

Souvent, des «idées surévaluées» s'ajoutent au délire, qui sont principalement basées sur des faits ou des événements réels, mais qui sont complètement mal interprétées par le patient. Les idées surévaluées sont un phénomène limite qui est caractéristique même des personnes en bonne santé mentale (parfois, en marchant dans une rue sombre, vous pouvez penser qu'un groupe de personnes vous poursuit, bien qu'en réalité les gens ne font que suivre le même chemin), mais souvent ces idées deviennent une conséquence troubles mentaux tels que la dépression, etc..

Traitement de la manie de la persécution

La manie de la persécution est difficile à traiter. Cela est peut-être dû à une thérapie imparfaite. Malgré une étude assez longue de ce phénomène, un traitement adéquat pour la manie de la persécution n'a pas encore été trouvé. Il est largement admis que le délire est la conséquence d'un cerveau défectueux. Même Ivan Petrovich Pavlov a écrit que la cause anatomique et physiologique de la manie de la persécution est un foyer pathologique d'excitation qui interfère avec le fonctionnement complet du cerveau. Dans ce cas, toute la vie du patient commence à obéir à des pensées destructrices..

Aujourd'hui, le traitement de la manie de la persécution repose principalement sur des méthodes pharmacologiques. Le psychiatre prescrit au patient des médicaments qui inhibent le développement de la maladie. L'électroconvulsivothérapie et l'insulinothérapie sont généralement inefficaces pour les conditions paranoïdes.

Il convient de garder à l'esprit que la manie de la persécution ne se prête pas à une influence extérieure, c'est-à-dire que les méthodes psychothérapeutiques dans le traitement du délire sont également inefficaces. Cependant, la tâche du psychiatre est de créer des conditions confortables pour le patient..

Traitement de la manie de la persécution: symptômes et signes

Appartient à la catégorie des troubles mentaux sévères. On peut aussi l'appeler «délire de persécution». Les psychiatres se réfèrent aux signes fondamentaux de la folie mentale

Marre de la manie de la persécution

Les patients souffrant de pathologie ressentent constamment la croyance erronée en une surveillance continue par certaines forces. Ils sont convaincus qu'une telle menace est réelle. Contrôler ce qui se passe nécessite une tension continue. Les pensées obsessionnelles empêchent les malades de se reposer. Le manque de repos et de repos en peu de temps use le corps. Les patients sont à l'écoute pour se protéger et, dans cet état, peuvent être dangereux pour eux-mêmes et pour les autres..

En cas de collision entre un non-médecin et des patients souffrant de manie de persécution, il est recommandé de ne pas contester la présence de personnes qui exercent une surveillance constante. La meilleure option serait de contacter un psychiatre pour consultation..

Maladie de la manie de la persécution

En tant que maladie, la manie de la persécution n'est actuellement pas entièrement comprise. Les observations ont permis d'envisager une augmentation du risque de démarrage chez les patients dans la famille desquels ce diagnostic a été observé..

À la suite d'une situation stressante ou pour d'autres raisons, les patients développent une manie de persécution. Les patients ressentent la présence constante de la surveillance. À mesure que le patient se développe, son corps s'use en raison du manque d'heures de repos prolongées. Reconnu comme une manifestation de la psychose maniaco-dépressive, de la schizophrénie et de certains autres diagnostics psychiatriques.

Un risque accru d'apparition de la maladie est observé chez les patients souffrant d'alcoolisme ou de toxicomanie. La maladie commence souvent dans le contexte de diagnostics neurologiques. Principalement Alzheimer et Parkinson.

Manie de persécution chez les femmes

L'apparition de la pathologie chez la femme est souvent associée à des changements hormonaux dans le corps. Il peut s'agir également de toute autorisation de grossesse (avortement, fausse couche, accouchement), saut hormonal à l'adolescence ou pendant la ménopause. Il y a également un rôle important dans l'apparition de la manifestation de la pathologie en cas de situations stressantes..

Les femmes soupçonnées de harcèlement constant se caractérisent par un niveau accru de peur pour leur santé. Souvent, le sentiment d'être dans l'ombre s'étend aux membres de la famille.

Le sentiment constant d'être observé provoque l'hystérie. Sur une base nerveuse, la température corporelle peut augmenter, la fréquence cardiaque augmente, des symptômes douloureux apparaissent.

Manie de persécution chez un homme

La pathologie chez les hommes va souvent au niveau de la dépression profonde. Le délire de persécution provoque chez les hommes, plus souvent que chez les femmes, des accès d'agression. Dans cet état, ils peuvent être dangereux pour les autres. Des sentiments constants de persécution provoquent la dépression, menant au suicide ou à des attaques violentes.

Lorsque la manie est déclenchée par le syndrome de la victime, le patient est plus dangereux pour lui-même que pour les autres..

Paranoïa (manie de persécution)

Les délires de persécution, également appelés paranoïa, peuvent affecter les hommes et les femmes. Dans la liste des raisons du début de la pathologie, il est noté:

  • prédisposition congénitale;
  • la toxicomanie;
  • alcoolisme;
  • blessures entraînant des lésions cérébrales;
  • les diagnostics neurologiques, la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer;
  • autres raisons.

Souvent, les médecins ne sont pas en mesure d'associer le début de la maladie à un moment précis de départ. Quel que soit le sexe du patient, le patient peut supposer la présence d'une surveillance constante par des représentants de grandes communautés mondiales ou simplement des voisins. Bien que la plupart des malades aient tendance à classer leurs «contrôleurs» comme des représentants des autorités, des civilisations extraterrestres et d'autres grandes structures et départements.

Le diagnostic est souvent posé chez les patients plus âgés. Surtout ceux qui ont subi un accident vasculaire cérébral souffrent de maladies neurologiques. Dans cette situation, les pensées délirantes se propagent plus souvent aux membres de la famille et aux connaissances, du point de vue du paranoïaque, réclamant sa propriété et voulant qu'il meure..

Signes et symptômes de la manie du harcèlement criminel chez les femmes

Lorsque la pathologie apparaît, les femmes deviennent très nerveuses et prudentes. Ils essaient de surveiller en permanence ce qui se passe à proximité. Ils peuvent refuser de quitter les lieux, aspirer à un maximum d'intimité. Des problèmes surviennent lors de la communication avec des amis et des parents. Les patients quittent souvent le travail, arrêtent les contacts sociaux. Les soupçons peuvent se propager aux membres de la famille et aux connaissances.

Les femmes arrêtent souvent de prendre soin d'elles-mêmes. Leur vie privée est perturbée. La patiente commence à assumer le désir de lui faire du mal de la part de presque toutes les personnes qu'elle rencontre. Elle peut craindre des incidents de violence contre elle, se défendre, elle peut être dangereuse pour les autres. Les plaintes à la police ou aux autorités sont souvent possibles. Les plaintes ne sont pas confirmées.

Les patients deviennent difficiles dans la vie de famille. Les soupçons peuvent se propager aux représentants les plus proches de la famille, du mari, des enfants, des parents.

Signes et symptômes de la manie du harcèlement criminel chez les hommes

Dans la plupart des cas, le syndrome se manifeste chez les hommes dans l'hypothèse d'une surveillance continue. Déjà aux premiers stades, le patient essaie de s'isoler le plus possible du monde, en supposant que tous ceux qu'il rencontre peuvent être un ennemi.

Le sentiment constant d'être observé est difficile pour les hommes. Leur corps s'use rapidement. En réponse à une agression perçue, ils peuvent être enclins à attaquer les gens, les considérant comme un adversaire potentiel. Le stress constant se transforme souvent en états dépressifs, conduisant à des pensées suicidaires. En état de convulsions, le patient est souvent dangereux pour sa famille et les autres. Dans un effort pour les «sauver» d'une mort inévitable, une tentative de tuer les «sauvés» est possible.

Consultations gratuites 24h / 24:

Nous serons heureux de répondre à toutes vos questions!

La clinique privée "Salvation" offre un traitement efficace pour diverses maladies et troubles psychiatriques depuis 19 ans. La psychiatrie est un domaine complexe de la médecine qui oblige les médecins à maximiser leurs connaissances et leurs compétences. Par conséquent, tous les employés de notre clinique sont des spécialistes hautement professionnels, qualifiés et expérimentés..

Quand obtenir de l'aide?

Avez-vous remarqué que votre parent (grand-mère, grand-père, maman ou papa) ne se souvient pas des choses élémentaires, oublie les dates, les noms d'objets ou ne reconnaît même pas les gens? Cela indique clairement une sorte de trouble mental ou de maladie mentale. L'automédication dans ce cas n'est pas efficace et même dangereuse. Les pilules et les médicaments pris seuls, sans ordonnance du médecin, au mieux, soulagent temporairement l'état du patient et soulagent les symptômes. Au pire, ils causeront des dommages irréparables à la santé humaine et entraîneront des conséquences irréversibles. Un traitement alternatif à domicile n'est pas non plus en mesure d'apporter les résultats escomptés, pas un seul remède populaire n'aidera en cas de maladie mentale. En y recourant, vous ne perdrez qu'un temps précieux, ce qui est si important lorsqu'une personne a un trouble mental.

Si votre proche a une mauvaise mémoire, une perte totale de mémoire ou d'autres signes indiquant clairement un trouble mental ou une maladie grave - n'hésitez pas, contactez la clinique psychiatrique privée "Salut".

Pourquoi nous choisir?

La clinique du salut traite avec succès les peurs, les phobies, le stress, les troubles de la mémoire et la psychopathie. Nous fournissons une assistance en oncologie, soins aux patients après un accident vasculaire cérébral, traitement hospitalier pour personnes âgées, patients âgés, traitement du cancer. Nous ne refusons pas le patient, même s'il a le dernier stade de la maladie.

De nombreux organismes gouvernementaux sont réticents à accepter des patients dans la cinquantaine et la soixantaine. Nous aidons tous ceux qui postulent et effectuent volontairement un traitement après 50-60-70 ans. Pour cela, nous avons tout ce dont vous avez besoin:

  • Pension;
  • maison de repos;
  • hospice de chevet;
  • infirmières professionnelles;
  • sanatorium.

La vieillesse n'est pas une raison pour laisser la maladie suivre son cours! La thérapie et la rééducation complexes donnent toutes les chances de restaurer les fonctions physiques et mentales de base chez la grande majorité des patients et augmentent considérablement l'espérance de vie.

Nos spécialistes utilisent des méthodes modernes de diagnostic et de traitement, les médicaments les plus efficaces et les plus sûrs, l'hypnose. Si nécessaire, une visite à domicile est effectuée, où les médecins:

  • un examen initial est effectué;
  • les causes du trouble mental sont clarifiées;
  • un diagnostic préliminaire est fait;
  • une crise aiguë ou le syndrome de la gueule de bois est supprimé;
  • dans les cas graves, il est possible de forcer le patient à être hospitalisé - un centre de rééducation de type fermé.

Le traitement dans notre clinique est peu coûteux. La première consultation est gratuite. Les prix de tous les services sont complètement ouverts, ils incluent le coût de toutes les procédures à l'avance.

Les proches des patients posent souvent des questions: «Dites-moi ce qu'est un trouble mental?», «Conseiller comment aider une personne atteinte d'une maladie grave?», «Avec combien de temps vivent-ils et comment prolonger le temps imparti?» Vous recevrez des conseils détaillés dans la clinique privée "Salut"!

Nous apportons une aide réelle et traitons avec succès toute maladie mentale!

Consulter un spécialiste!

Nous serons heureux de répondre à toutes vos questions!

Manie de persécution: causes, symptômes et traitement

Un trouble mental dans lequel une personne croit être surveillée et veut nuire est appelé délire de persécution (persécution en latin - persécution). C'est beaucoup plus connu sous le nom de manie de persécution. Le patient est convaincu qu'il est terrorisé par une ou tout un groupe de personnes mal intentionnées - collègues, voisins, une organisation secrète, des sujets inconnus, des animaux et même des objets inanimés. Les «suspects» se moquent de lui, veulent voler, tuer ou faire autre chose de mal.

Par exemple: une personne souffrant de délires de persécution vient au cinéma, il y a des gens autour, qui chuchotent, lui jettent un regard désinvolte, rient, regardent l'écran. Et il semble au patient que les spectateurs assis dans la salle ont conçu quelque chose de mal contre lui et sont d'accord sur la façon de le faire. La psyché de l'individu est agitée, il ne peut pas le supporter et quitte le cinéma, ayant négligé la bande jusqu'au bout.

Le patient le plus connu avec la manie de la persécution est le grand philosophe et écrivain Jean-Jacques Rousseau. Après avoir écrit le livre «Emil, ou sur l'éducation», dans lequel il proposait de remplacer les méthodes répressives d'éducation par des méthodes d'éducation encourageantes et affectueuses, il eut de graves conflits avec l'Église et l'État. Méfiant de naissance, Jean-Jacques a commencé partout à assumer des complots contre lui-même, car il croyait que connaissances et amis complotaient le mal. Ainsi, en errant, il visita une fois le château, et à ce moment-là, l'un des serviteurs y mourut. Russo a exigé d'ouvrir l'homme en toute confiance: il est soupçonné d'avoir empoisonné l'homme.

Le premier délire de persécution a été décrit en 1852 par le psychiatre français Ernest Charles Lasegue. Le physiologiste Ivan Pavlov pensait que son apparence était associée à une pathologie chronique telle que des anomalies du fonctionnement du cerveau. Cette maladie mentale est considérée comme l'une des plus graves et est considérée en psychiatrie comme une manifestation de psychose chronique - paranoïa..

Ce trouble survient dans la vieillesse et accompagne une personne jusqu'à la fin de sa vie, tandis que des périodes de rémission et d'exacerbation alternent.

Le patient regarde de l'extérieur comme une personne tout à fait normale et il rend compte de ses actions. Mais il perçoit mal la réalité, il propose des faits. Une imagination riche, dans ce cas, rien à voir avec. La "logique de la courbe" d'un individu ne peut pas être corrigée de l'extérieur - il n'écoute aucun argument.

La paranoïa se développe: le patient a peur de prendre de la nourriture (et du coup il est empoisonné), de traverser la route (les agresseurs dans une voiture peuvent écraser), etc. Il semble vivre dans son propre monde, ses pensées sont dérangeantes, mais son esprit est complètement pur. Une telle personne «rongeant» sa peur se cache soigneusement en elle-même, mais tourmentée par des peurs et des pensées obsessionnelles, elle cherche à éviter une situation apparemment dangereuse de toutes les manières possibles et à se protéger..

Les délires de persécution peuvent être un trouble indépendant ou un symptôme d'un trouble mental, parmi lesquels la schizophrénie et la maladie d'Alzheimer occupent les premières places..

La manie de la persécution, selon l'OMS, est diagnostiquée chez 44 millions de personnes âgées dans le monde. La majorité des patients vivent aux États-Unis (5,3 millions de retraités de 75 à 80 ans) et en Europe de l'Ouest.

Les raisons

Les psychiatres ne sont pas parvenus à un consensus sur les causes du développement de ce trouble mental. Certains d'entre eux blâment le dysfonctionnement du cerveau, ou plutôt ceux de ses services responsables de l'activité réflexe conditionnée d'une personne. D'autres sont enclins aux caractéristiques du système nerveux central des patients, conduisant à des écarts sous forme de maladie mentale..

À l'heure actuelle, les facteurs contribuant au développement de la manie de la persécution ont été identifiés:

  1. Complexe des victimes. Une personne forme un tel complexe en raison d'insultes et d'humiliations constantes. Cela se produit depuis longtemps. L'individu a peur de faire quelque chose de mal, évite les décisions indépendantes, blâme quiconque pour ses malheurs, mais pas lui-même.
  2. Un haut lieu de contrôle externe, c'est-à-dire qu'une personne est sûre que sa vie est complètement contrôlée par quelqu'un d'autre, la providence, toute force externe. Les personnes ayant un locus de contrôle interne déterminent leur propre destin et développent rarement des illusions de persécution..
  3. Une personne défensive perçoit les paroles et les actions les plus inoffensives dans sa direction comme une insulte ou une menace, ce qui la fait se défendre immédiatement.
  4. L'impuissance apprise est le sentiment d'impuissance qui accompagne le complexe de la victime. Ces personnes ne croient plus que des raisons externes sont à blâmer pour tous leurs problèmes - elles ont formé une mentalité de victime, le sentiment qu'elles sont incapables d'arrêter ou de changer ce qui se passe..

La manie de persécution peut être causée par:

  • l'hérédité est une prédisposition génétique à ce trouble. Si l'un des parents en souffre, il y a un risque que la maladie soit transmise aux générations futures;
  • schizophrénie paranoïde avec hallucinations visuelles et auditives caractéristiques;
  • insiste sur le fait que les pensées tirées des expériences «travaillent» dans une seule direction - attentat à la vie, attaque, vol;
  • psychose. Dépressions nerveuses, perte d'équilibre mental, comportement inapproprié conduisent à une obsession des expériences, des états obsessionnels;
  • anxiété - dans cet état, l'individu a peur de tout, se méfie des autres, a peur;
  • la violence prolongée mène à la terreur de l'agresseur et renforce les pensées de persécution;
  • surdosage de drogues, en particulier de psychotropes. Ils sont prescrits pour le traitement de la maladie mentale, et s'ils sont utilisés à la mauvaise dose, des hallucinations et des délires de persécution se produiront;
  • toxicomanie et alcoolisme - à des stades sévères ou à l'arrêt brutal de la consommation de drogues ou de boissons alcoolisées, l'humeur devient anxieuse avec une conscience claire;
  • démence sénile (maladie d'Alzheimer, etc.);
  • l'athérosclérose réduit la perméabilité vasculaire, le cœur est surchargé, une personne devient plus anxieuse;
  • blessures à la tête qui endommagent le cerveau. Dans ce cas, l'hémisphère gauche, responsable des processus cognitifs, en souffre. En conséquence - l'émergence de pensées obsessionnelles;
  • les maladies du cerveau entraînent des dysfonctionnements dans son travail. Par exemple, il semble au patient qu'il est constamment poursuivi..

Symptômes

Comme déjà mentionné, une personne souffrant de délires de persécution peut vivre avec son problème en tête-à-tête pendant des années. Il comprend parfaitement la fausseté de ses pensées et contrôle soigneusement son propre comportement. Aucune des personnes autour de lui ne connaît même l'état limite de la psyché d'un tel individu, car tout semble être excellent dans sa vie personnelle et professionnelle..

Mais c'est extrêmement rare. Habituellement, la manie de la persécution se manifeste par les signes suivants:

  • méfiance;
  • jalousie excessive;
  • pensées sur une menace pour la vie;
  • méfiance;
  • étrangeté des actions;
  • agressivité;
  • crises d'anxiété et de panique;
  • insomnie;
  • désordre mental;
  • litige;
  • isolement;
  • méfiance;
  • tentative de suicide.

Le patient est caractérisé par un sentiment constant de persécution, qui comporte une menace. Un état obsessionnel, l'anxiété grandit. Une humeur délirante se transforme en manie de persécution, et elle est définie comme suit: une personne peut nommer exactement quand et comment elle a commencé à la persécuter, décrire les nuances de la «tentative» et les résultats qu'elle a donné.

Tout cela se développe progressivement, tandis que la source de la menace peut changer: d'abord elle vient d'un être cher, puis elle s'étend aux voisins et aux autres personnes, puis elle acquiert des «proportions universelles». Autrement dit, tout le monde est littéralement impliqué dans le complot..

Une personne change personnellement: elle devient méfiante, agressive, toujours tendue, accomplit des actes inhabituels pour elle et ne peut pas expliquer à quelles fins.

La maladie se développe par étapes:

Étape I. L'angoisse apparaît, le patient se replie sur lui-même.

Étape II. Une personne ne peut pas communiquer avec ses proches, aller travailler, devient une personnalité antisociale.

Stade III. La condition devient grave: peur illimitée, dépression, accès de folie Le patient essaie de blesser quelqu'un ou de tenter de se suicider.

L'état mental d'un patient souffrant de manie de persécution dans les cas graves est très dangereux pour lui et pour les autres, par conséquent, l'intervention de spécialistes et même l'hospitalisation sont nécessaires.

Diagnostiquer la manie de traque

Remarquant les signes de ce trouble chez un être cher, il ne faut même pas essayer de le convaincre: le patient est tellement convaincu de l'hostilité générale à son égard que toute évidence sera «dans l'espace». Par conséquent, vous ne devriez pas perdre de temps sur une commotion cérébrale vide, mais il est préférable de consulter immédiatement un médecin pour une aide psychiatrique. Vous ne pouvez pas manquer des jours précieux: le renforcement des idées délirantes dans l'esprit du patient ne fait qu'aggraver la situation.

La manie de la persécution ne peut être déterminée avec précision que par un psychiatre, ayant effectué des procédures psychologiques et instrumentales.

Le médecin étudiera attentivement les symptômes et l'anamnèse du patient et communiquera avec ses proches. Une attention particulière est portée à la présence d'une prédisposition génétique aux maladies du cerveau et aux mauvaises habitudes mentales. Il est important de connaître la nature du délire et comment le patient lui-même se rapporte à son problème.

Comme information supplémentaire, des tests permettent de déterminer l'état actuel de la psyché du patient: caractéristiques de sa sphère émotionnelle, mémoire, activité mentale, etc..

La recherche instrumentale implique:

  • TDM ou IRM du cerveau (révèle une tumeur ou une pathologie vasculaire);
  • électroencéphalographie - il vous permettra d'évaluer le travail du cerveau par le degré de son activité.

Traitement

Il convient de noter tout de suite que, malgré l'étude approfondie du délire de persécution, la méthode de son traitement n'a pas été complètement élaborée. Autrement dit, il n'y a pas de moyen efficace unique de s'en débarrasser..

La pharmacothérapie est utilisée dans les cas les plus graves. Cela implique la nomination de médicaments psychotropes qui soulagent les peurs, soulagent l'anxiété, améliorent le sommeil.

  • Les antipsychotiques réduisent le niveau d'excitation dans le cerveau, éliminent les pensées de persécution, suppriment les délires.
  • Les anticonvulsivants suppriment l'excitation dans le cerveau.
  • Les antipsychotiques calment, normalisent la psyché, inhibent l'excitation.
  • Les antidépresseurs améliorent votre humeur.
  • Les tranquillisants et les normotimiques soulagent l'anxiété et stabilisent la condition.

Maintenant, ils utilisent principalement les derniers médicaments avec des effets secondaires mineurs, tels que: Eperazine, Tizercin, Tryfazin, etc. La dose et le médicament pour chaque patient sont prescrits strictement individuellement..

Si les méthodes ci-dessus sont inefficaces, l'ECT ​​est effectuée - thérapie électroconvulsive: des électrodes sont connectées au cerveau à travers lequel un courant électrique est passé. Cela se fait uniquement avec le consentement du patient lui-même ou de ses proches, car il existe un risque de perte de mémoire.

Il existe une autre méthode de traitement, plutôt controversée. Les schizophrènes souffrant de manie de persécution reçoivent des injections d'insuline. La dose du médicament est augmentée de sorte que le patient tombe progressivement dans le coma. Lorsque cela se produit, on lui injecte du glucose pour le sortir de cet état. Cette option est très rarement utilisée, car il existe un risque de décès du patient. En outre, de nombreux experts sont sceptiques quant à l'insulinothérapie en tant que remède..

Avec une forme bénigne du trouble, une psychothérapie est indiquée, dont le succès dépend de la reconnaissance par le patient de sa maladie. Il doit être conscient que c'est elle qui provoque des pensées obsessionnelles - les conséquences de l'excitation de différentes parties du cerveau. En fait, le patient est complètement en sécurité et personne ne le menace..

La psychothérapie cognitive vise à assimiler par le patient le modèle d'action correct dans une situation où il a vécu des pensées de persécution. On lui apprend à changer de comportement. Par exemple, il a semblé à l'individu qu'il était surveillé, mais au lieu de courir et de se cacher, il doit continuer calmement à faire ses affaires..

En règle générale, les progrès se produisent après quinze séances à des intervalles d'une à deux fois par semaine..

Une thérapie familiale est également nécessaire. Dans les cours, organisés une fois par semaine, le patient et les membres de sa famille sont expliqués la cause du développement de la maladie et ses caractéristiques. Les proches apprennent à interagir avec le patient, ce qu'il faut faire pour éviter une attaque d'agression, comment créer une atmosphère amicale dans la famille. Cours - 10 séances.

Les antipsychotiques sont généralement prescrits en parallèle avec la psychothérapie..

La manie de la persécution ne peut pas être complètement guérie, mais en prenant des mesures opportunes, vous pouvez arrêter ce trouble mental et vivre une vie normale.

Manie de persécution - quelle maladie

La manie de la persécution est assez courante. Dans la schizophrénie, c'est l'un des types de délires les plus courants. En outre, le symptôme se manifeste dans certaines autres maladies lorsque le cerveau est endommagé (y compris l'alcoolisme).

La manie de la poursuite est assez effrayante

Une personne sujette aux illusions de persécution peut être dangereuse si elle associe les autres à leurs idées malsaines..

Qu'est-ce que le harcèlement

Le harcèlement est un acte délibéré visant à causer du tort dans lequel certaines personnes espionnent quelqu'un ou complotent un mal. La manie de la persécution est la fausse croyance du patient que quelqu'un veut lui faire du mal. Il s'agit d'un trouble mental classé dans le code MB26.07 de la CIM-11.

La paranoïa de la persécution chez les schizophrènes

D'un point de vue médical, il est incorrect d'appeler cette condition ainsi. Un terme plus correct est le délire de persécution, car la manie est un état accompagné d'une vivacité accrue, d'une estime de soi excessivement surestimée, d'une disposition à agir, d'une vitesse de réflexion, dans laquelle une personne n'est pas capable de penser à quelque chose de sensible, car elle saute d'une association à une autre. La manie est une condition du trouble bipolaire, tandis que le délire est un symptôme courant de la schizophrénie. Dans la vie de tous les jours, le terme le plus populaire est la manie de la persécution, donc il sera également utilisé comme synonyme.

Vous pouvez souvent rencontrer la question: quel est le nom de la peur de la persécution? Dans la pratique, la peur n'est pas toujours délirante. S'il existe de véritables conditions préalables (par exemple, une personne occupe une position élevée), de telles craintes peuvent avoir des raisons. Même si la peur est imaginaire, mais qu'une personne est capable de l'expliquer rationnellement, cela peut être une phobie courante, mais pas un trouble de la pensée. Une telle personne peut être convaincue de l'absence de fondement de sa peur. Il n'arrêtera peut-être pas d'avoir peur, mais il sera conscient du fait que ses émotions n'ont aucun fondement..

Important! S'il est impossible de convaincre le patient, le contenu de sa peur n'a aucun fondement et / ou est lié à quelque chose d'irréel (par exemple, la croyance que les extraterrestres visent une personne), alors nous parlons de l'illusion de la persécution.

Comment faire face à une telle personne

Lorsque vous communiquez avec une personne souffrant d'illusions de persécution, il n'est pas souhaitable d'essayer de la dissuader. Dans ce cas, il peut penser que son interlocuteur constitue également une sorte de menace pour lui..

Important! Personne n'a encore réussi à convaincre une personne souffrant de délire, bien que beaucoup de ses proches aient un tel rêve..

Avec un contact prolongé avec une personne malade mentale, vous pouvez lui emprunter des expériences délirantes. Cette condition est appelée trouble délirant induit. Si vous devez souvent communiquer avec une personne malade, vous devez suivre les règles d'hygiène psychologique, ainsi qu'apprendre à suivre ces pensées délirantes en vous-même et à transférer votre attention sur autre chose..

Homme avec peur de la persécution

Sinon, les recommandations dépendent de la cause des symptômes..

Étapes du développement du délire

L'illusion de persécution passe par plusieurs étapes dans son développement:

  1. Humeur délirante. Le plus souvent, il s'agit d'une anxiété dévorante, qui se traduit par un sentiment de danger imminent, dont la source ne peut être établie..
  2. Perception délirante. Dans un état d'anxiété, une personne commence à expliquer des événements individuels comme une confirmation qu'elle est en danger..
  3. Interprétation délirante. Absolument tous les phénomènes qui se produisent sont expliqués comme si quelqu'un poursuivait une personne.
  4. Cristallisation du délire. En fin de compte, une personne apporte ses idées folles à la perfection. Ses pensées deviennent un système harmonieux, quoique paralogique (c'est un terme en psychiatrie dans lequel une personne construit des conclusions sur des signes faibles).
  5. Délire qui s'estompe. Au fur et à mesure que le traitement progresse, le patient développe une critique des idées délirantes. Cela suggère que la santé mentale du patient se rétablit quelque peu..
  6. Délire résiduel. Ce sont des idées délirantes résiduelles qui finissent par passer d'elles-mêmes, car une personne a appris à les contrôler..

Comment identifier les symptômes de la maladie

À première vue, il n'est pas difficile de déterminer les symptômes des délires de persécution, mais les personnes en bonne santé mentale peuvent avoir des symptômes similaires. La principale différence entre une phobie et une illusion est la présence d'une critique de leurs idées. Bien qu'au moment d'une exacerbation d'une phobie, une personne puisse se sentir en danger d'une sorte de danger, alors que les émotions diminuent, le critique revient..

Pursuit Mania - peur de la surveillance

De plus, avec une phobie, une personne a peur de la probabilité de persécution, tandis qu'en cas de délire, une personne croit sincèrement qu'au moment où elle est espionnée.

Ainsi, pour identifier une illusion de persécution, les symptômes doivent être:

  1. La croyance que le patient est suivi dans le but de lui faire du mal. Au début, des personnes inconnues peuvent être suspectées, alors seulement - des personnes domestiques.
  2. Manque de critique de vos idées.
  3. Dépendance à des signes faibles. Les inférences sont basées sur les signes qui ne vous permettent pas d'arriver à cette conclusion dans une pensée normale. Exemple: «Les criminels sont pour la plupart des hommes. Cet homme est un homme. Alors c'est un criminel. " Cette logique est courante chez les femmes atteintes de ce syndrome..

Attention! D'autres symptômes sont possibles, qui dépendent de la maladie sous-jacente. Les trois symptômes doivent être présents pour identifier l'illusion..

Diagnostique

Le diagnostic de l'illusion de persécution comprend la conversation clinique, l'observation et les tests pathopsychologiques. Il est important de distinguer une maladie d'une phobie en testant le patient pour la critique de ses pensées, ainsi que d'établir des troubles de la pensée existants.

Une bonne technique pour aider à faire ce diagnostic est le pictogramme. Initialement, il a été créé pour étudier la mémorisation médiatisée, mais après un certain temps, il a commencé à être utilisé pour détecter les troubles de la pensée. L'essence de la technique est simple. Le sujet est invité à mémoriser une liste de mots qu'il doit esquisser sous forme de symboles sur papier. À l'avenir, ces images devraient aider une personne à se souvenir du mot juste..

La manie de la persécution est un symptôme courant de la schizophrénie

Dans ce cas, les mots ne peuvent être que des esquisses; des notes écrites ou numériques ne peuvent pas être faites. La capacité d'une personne à se souvenir d'un mot d'un symbole dessiné est importante, et les raisons pour lesquelles il a choisi ce symbole particulier. Une personne ayant un trouble de la pensée utilise souvent leurs associations délirantes ou dessine des images en fonction de signes faibles.

Dans ce cas, le patient n'est pas informé du véritable objectif de l'étude. On peut dire que l'on teste comment il est plus facile pour une personne de se souvenir: à l'aide d'images ou à l'oreille.

Lors de l'analyse d'une image, vous devez faire attention à:

  1. Terme abstrait ou spécifique.
  2. Quelle est l'importance de cette image pour le sujet.
  3. Que signifie l'image dessinée.
  4. À quelle fréquence les personnes en bonne santé choisissent-elles ce symbole particulier?.
  5. Dans quelle mesure l'image est-elle adéquate.

Pour interpréter les résultats, il convient de prêter attention aux critères suivants:

  1. Une personne est-elle capable de se trouver une image généralisée indirectement associée au mot nommé.
  2. Dans quelle mesure les associations.
  3. Avec quelle facilité et efficacité une personne peut nommer un mot à partir d'une image.

Causes du trouble

Les causes des délires de persécution peuvent être psychologiques, sociales et organiques. Une condition importante pour la formation d'un symptôme est l'expérience et le caractère d'une personne. Le délire ne survient généralement pas par lui-même, mais repose sur des maladies organiques, l'intoxication. Des illusions de persécution peuvent survenir dans de tels cas:

  1. Schizophrénie paranoïaque. L'un des symptômes les plus courants de cette forme.
  2. Alcoolisme. Le délire de la persécution peut être l'une des psychoses alcooliques et se produire à la fois lors d'une intoxication alcoolique et avec un arrêt brutal de la consommation d'alcool. Cela peut être à la fois une psychose indépendante et une composante d'autres conditions destructrices, par exemple, le délire alcoolique (delirium tremens).
  3. Méfiance, suspicion, locus de contrôle externe.
  4. Expérience négative.
  5. Hérédité. Certaines personnes sont génétiquement plus anxieuses que d'autres. Si en même temps certains gènes prédisposent à la schizophrénie, à l'accentuation et à la psychopathie (en particulier schizoïde), cela constitue le principal facteur de développement de la maladie..

Les deux derniers points se posent lorsqu'une personne a eu des situations où elle a été remplacée. Dans de tels cas, il tire la mauvaise conclusion que les gens ne peuvent pas du tout faire confiance. Après un certain temps, il a des peurs qui, à un moment donné, peuvent évoluer vers une peur de persécution (névrose) ou de délire (psychose).

Le mécanisme de développement de la manie de la persécution

Le mécanisme par lequel la peur de la persécution se développe est décrit ci-dessus et répète complètement toutes les étapes. Je dois dire qu'il ne se pose pas tout seul, il faut un sol fertile.

Façons de gérer le délire de persécution

La lutte contre le traçage des délires est principalement médicamenteuse, bien que le travail d'un psychothérapeute soit possible comme mesure supplémentaire. L'hospitalisation n'est nécessaire que si le patient est dangereux pour les autres. Le pronostic varie en fonction de la gravité des symptômes, du stade de la maladie sous-jacente et de la nature du patient.

Quel médecin contacter

En cas de délire, il s'agit d'un cas nécessitant une aide psychiatrique. Pour les phobies et les troubles anxieux, l'aide d'un psychothérapeute suffit; souvent, vous pouvez y faire face par vous-même en réévaluant vos peurs.

Utiliser des méthodes psychologiques

L'utilisation de méthodes psychologiques peut aider à se débarrasser complètement des phobies et des troubles anxieux accompagnés de la peur de la persécution, et réduire considérablement la gravité des symptômes en cas d'illusion. Le principal traitement psychologique des délires de persécution est la thérapie cognitivo-comportementale.

L'illusion de persécution est un état mental destructeur dans lequel une personne est pathologiquement convaincue qu'elle est suivie et qu'elle veut lui faire du mal. Quel est le nom de la phobie du harcèlement criminel? Nom commun - figophobie.

Manie de persécution

Les délires de persécution sont des dysfonctionnements mentaux qui peuvent également être appelés délires de persécution. Les psychiatres attribuent ce trouble aux signes fondamentaux de la folie mentale. La psychiatrie comprend la manie comme un trouble de la psyché causé par une agitation psychomotrice. Souvent, cela peut être accompagné de paranoïa ou d'états délirants. La psychologie considère toute manie comme une folie pathologique sur un phénomène séparé ou un certain sujet..

La manie de la persécution, qu'est-ce que c'est? Dans cet état, l'individu est constamment hanté par des pensées obsessionnelles sur l'objet de l'attraction. Un individu souffrant d'une manie de persécution est convaincu qu'il y a une menace, il est sûr que quelqu'un le suit ou le suit. Le danger de la condition décrite réside dans la détérioration rapide du corps en raison du manque de repos et de repos dû à des pensées obsessionnelles. De plus, dans une évolution particulièrement sévère du trouble décrit, les personnes peuvent présenter un danger pour l'environnement et pour elles-mêmes. Par conséquent, la question: "comment se débarrasser de la manie de la persécution" est tout à fait pertinente à ce jour.

Causes de la manie de la persécution

La maladie en question est une condition psychologique assez complexe qui n'a pas été complètement étudiée à ce jour. Cependant, les scientifiques modernes ont encore pu identifier un certain nombre de facteurs qui provoquent l'apparition de ce trouble mental. Ceux-ci incluent: locus de contrôle externe excessif, position (complexe) de la victime, impuissance apprise, position défensive de la personnalité.

Les personnes ayant un locus de contrôle externe excessivement élevé sont plus sensibles à la formation de la pathologie décrite que les personnes ayant un locus de contrôle interne prédominant. Les individus qui croient que tout dans leur vie est contrôlé par des forces extérieures (par exemple, le destin, les circonstances, d'autres personnes), le locus de contrôle externe prévaut, respectivement, chez les sujets qui se considèrent responsables du succès et de l'échec dans la vie - le locus interne de contrôle.

Le complexe de la victime se développe chez les personnes qui sont constamment offensées et détruites pendant une longue période. Un tel complexe se transforme progressivement en comportement stable et devient un moyen d'éviter des décisions indépendantes. La plus grande peur de ces personnes est la peur de faire la mauvaise chose, de prendre la mauvaise décision. Les personnes atteintes de ce complexe ont tendance à blâmer les autres sujets pour leurs propres malheurs, éliminant ainsi la culpabilité d'eux-mêmes..

L'impuissance acquise accompagne généralement le complexe de la victime, bien qu'elle soit exprimée d'une manière légèrement différente. Les personnes ayant ce type de comportement ressentent toujours leur propre impuissance, impuissance. Ils ont une vision du monde de la victime, ils considèrent donc exclusivement les facteurs externes comme une source de problèmes personnels. De plus, ces personnes ont le sentiment qu'elles ne peuvent rien changer ou arrêter ce qui se passe..

Une personne qui prend une position défensive est toujours prête à se défendre à la moindre menace pour sa propre personne. De tels individus peuvent percevoir même la remarque la plus anodine dans leur direction comme une offense personnelle. Ils ont constamment le sentiment d'être injustement persécutés. Cela oblige les personnes ayant un comportement similaire à adopter une position défensive ferme..

De nombreux chercheurs suggèrent que l'apparition de la manie de la persécution est due à une certaine constitution du système nerveux central. L’éducation parentale du bébé, traumatisme psychologique subi par l’enfant à un âge précoce n’est pas non plus négligeable. Les facteurs énumérés à une certaine période, associés à un état de stress, créent un sol fertile pour l'apparition du trouble en question. Cependant, ces hypothèses des scientifiques ne sont pas encore pleinement confirmées..

En psychiatrie, une hypothèse s'est généralisée, qui consiste à supposer que la manie est l'un des signes d'un dysfonctionnement cérébral. Pavlov a été le premier à argumenter ce point de vue, arguant que le foyer pathologique d'excitation, localisé dans le cerveau et provoquant une violation de l'activité réflexe conditionnée, est la cause anatomique et physiologique de la maladie en question..

Les personnes souffrant de toxicomanie, de consommation d'alcool, de traitement avec certains médicaments, de la maladie d'Alzheimer, d'athérosclérose peuvent subir des crises à court terme de délires de persécution.

Symptômes de la manie de la persécution

Chaque sujet humain perçoit la réalité à travers le prisme de sa propre individualité. En raison de diverses affections mentales, certaines personnes peuvent perdre une perception adéquate de la réalité. Les troubles des processus mentaux peuvent provoquer l'émergence de diverses phobies et manies, par exemple, souvent la schizophrénie, la manie de la persécution vont "de pair".

En médecine, il est d'usage d'appeler la maladie décrite par le terme «délire de persécution». Le délire est un dysfonctionnement de l'activité mentale, en raison duquel des idées erronées surviennent et prennent complètement le contrôle de la conscience de l'individu. Ces violations ne sont pas sujettes à une correction externe. En d'autres termes, il est impossible pour un malade d'expliquer l'insuffisance de sa perception de la réalité. Les idées des personnes souffrant de délires de persécution sont basées sur de faux messages, qui en médecine sont appelés «logique tordue»..

La manie de persécution peut être un symptôme indépendant ou être une manifestation d'une autre pathologie.

L'état d'illusion de persécution est caractérisé par un certain nombre de différences spécifiques:

- trouble d'adaptation (le patient ne peut pas fonctionner normalement et vivre en société);

- incapacité à corriger de l'extérieur;

- est une violation et non une invention de l'imagination humaine;

- il y a l'invention de divers faits sur la réalité.

Quel est le nom de la manie de la persécution, en un mot? En substance, la maladie décrite est la paranoïa, qui capture complètement la conscience humaine. Sous l'influence d'un état délirant, une personne peut refuser de faire des actions habituelles, par exemple refuser de la nourriture, croyant qu'elle est empoisonnée. Les personnes malades peuvent avoir peur de traverser la route, pensant vouloir écraser. Il semble aux personnes souffrant de la manie de la persécution que des dangers les guettent à chaque étape, que les bandits n'attendent qu'une chance de leur faire du mal ou même de les tuer. Ils ne peuvent être dissuadés de leurs croyances. Par conséquent, les médecins, répondant à la question: "comment se comporter avec un patient souffrant de persécution maniaque", conseillent, dès l'apparition des moindres signes permettant de soupçonner qu'un être cher souffre de schizophrénie, persécution mania, emmener immédiatement une telle personne chez un psychiatre.

Ainsi, les principaux symptômes de la manie de la persécution sont les suivants: pensées obsessionnelles sur la menace à la vie et la persécution, jalousie pathologique, méfiance, agressivité, anxiété.

Au cours du développement de la pathologie décrite, l'état délirant prend diverses formes. Les patients peuvent avoir peur d'un aspect particulier de la vie. Certaines personnes souffrant de la manie de la persécution peuvent clairement déterminer la date du début de la persécution, les résultats du sabotage, ce qui indique un niveau élevé de systématisation du délire..

L'état délirant se développe progressivement, à mesure que la «source» de la menace se développe, il peut changer. Au début, le patient peut n'avoir peur que de son conjoint, le considérant comme le méchant principal, puis des préjugés peuvent apparaître contre des voisins ou d'autres personnes de son environnement. Dans l'imagination malade d'un homme en état de délire, de plus en plus de gens participent à une conspiration contre lui. Au fil du temps, la réflexion devient très détaillée, les patients décrivent avec une précision détaillée des tentatives imaginaires. Les descriptions elles-mêmes sont déstructurées, ils peuvent accorder la même attention aux points mineurs et aux faits importants.

À l'avenir, des changements dans la personnalité humaine sont observés. Les malades deviennent tendus, agressifs, alertes. Ils font des choses qui étaient auparavant inhabituelles pour eux, répondent à contrecœur aux questions sur les raisons et le but d'un tel comportement.

Comment faire face à quelqu'un avec la manie de la persécution? Au premier tour, vous n'avez pas besoin d'essayer de le convaincre. Il est nécessaire de comprendre que le patient n'est pas en mesure de se rendre compte du véritable état des choses. Dans une telle situation, la seule solution correcte est de consulter un psychiatre..

Traitement de la manie de la persécution

Pour répondre à la question: "comment se débarrasser de la manie de la persécution?", Vous devez d'abord faire un diagnostic précis.

Il est possible de diagnostiquer la manie de la persécution après une étude approfondie du tableau clinique de la maladie et de l'anamnèse du patient, des conversations avec les proches du patient pour la description la plus précise des manifestations, en identifiant la présence de dépendances (en particulier la toxicomanie et la dépendance à l'alcool) et les maladies cérébrovasculaires, excluant ou confirmant la présence d'autres pathologies mentales, électroencéphalographie, tomodensitométrie du cerveau, études aux rayons X.

Comment traiter la manie de la persécution?

Le traitement de la pathologie décrite est généralement effectué en milieu hospitalier. Il comprend la pharmacothérapie: tranquillisants, sédatifs, médicaments psychotropes, psychothérapie (familiale cognitivo-comportementale) dans un cours particulièrement sévère - thérapie par électrochocs. Tous les membres de la famille participent à la thérapie familiale.

Pour un résultat favorable, l'administration systématique de médicaments est importante, sinon la maladie peut avoir des rechutes.

En outre, il faut garder à l'esprit que le plus souvent, la pathologie en question est provoquée par certains facteurs qui doivent être éliminés avant de commencer le traitement..

En cas d'évolution particulièrement sévère, en cas de menace de préjudice pour autrui ou pour soi-même, le patient est orienté vers un établissement spécialisé pour traitement. Souvent, la maladie suit une évolution récurrente.

Avec un traitement médicamenteux réussi, le patient se voit prescrire des procédures de rééducation.

Beaucoup s'intéressent à la façon de traiter la manie de la persécution avec des remèdes populaires. Malheureusement, la médecine traditionnelle est impuissante au stade de la rechute. Pendant les périodes de rémission et à des fins prophylactiques, vous pouvez prendre, après avoir consulté votre médecin, diverses décoctions sédatives, infusions et thés.

Auteur: Psychoneurologue N.N. Hartman.

Docteur du Centre Médical et Psychologique PsychoMed

Manie de persécution - ses manifestations, comment communiquer avec un patient, traitement

«Manie de persécution» est l'un des noms familiers incorrects pour le trouble, qui est correctement appelé l'illusion de persécution (tout comme la «mégalomanie» est aussi l'illusion). Ce trouble est également appelé délires de persécution. Ce trouble de la pensée est l'un des signes fondamentaux de la folie mentale, ainsi que l'une des composantes de la schizophrénie..

Qu'est-ce que Pursuit Mania

La maladie est dangereuse car elle entraîne une fatigue rapide du corps, son usure. Après tout, le patient peut rester constamment dans cet état, ses pensées peuvent être complètement absorbées par le sujet de la persécution. Il est constamment en tension, cherchant des moyens de se cacher des «poursuivants».

La maladie s'accompagne souvent d'effets d'anxiété et de peur. La manie de la persécution provoque la méfiance, la méfiance, l'isolement, l'agression chez le patient. Il peut passer d'un transport en commun à un autre, en sauter à toute vitesse, sortir de l'habitacle une seconde avant la fermeture des portes, et cela peut être dangereux à la fois pour lui et pour l'environnement. Les personnes atteintes de manie de persécution sont incapables de se percevoir de manière critique.

Les personnes souffrant de la manie de la persécution sont engagées dans des querulances - écrivant constamment des plaintes à diverses autorités.

De plus, en raison de leur méfiance, les patients hésitent à parler de leurs expériences aux autres, y compris aux psychiatres..

Facteurs provoquant l'apparition de la maladie

La manie de la persécution se manifeste par diverses maladies paranoïdes: schizophrénie paranoïde, autres psychoses avec syndrome paranoïaque, intoxication alcoolique (il existe un soi-disant «alcool paranoïaque» - une forme grave et dangereuse d'intoxication alcoolique), intoxication médicamenteuse, lésions cérébrales, trouble délirant.

En effet, de nombreux alcooliques chroniques sont convaincus qu'ils sont surveillés par des «extraterrestres»; ils peuvent «boucler» les relevés sur les compteurs d'électricité, de gaz, d'eau - c'est ainsi que les patients essaient d'expliquer ou de justifier leur refus (ou incapacité) de payer les services publics. Souvent, les alcooliques se livrent à de longs débats sur le fait que les «extraterrestres» regardent l'humanité entière, qu'ils «ont donné» aux gens toutes les réalisations de la science et de la technologie, qu'ils contrôlent les processus politiques. Les chaînes de télévision telles que REN-TV les aident à «provoquer» leur imagination malade, le passe-temps pour lequel en soi peut conduire à l'apparition de la manie de la persécution (et d'autres troubles mentaux).

Il y a des facteurs qui déclenchent le début de la manie de la persécution. Il s'agit d'une susceptibilité accrue d'une personne, d'une tendance au comportement «sacrificiel», d'un locus de contrôle externe (c'est-à-dire de la tendance d'une personne à expliquer les résultats de ses actions exclusivement par des facteurs externes). La formation d'une manie de persécution est également sensible aux personnes religieuses qui croient que leur vie entière et le monde entier sont dirigés par quelqu'un «d'en haut» qui «voit tout et sait tout»; les gens qui croient au destin aiment l'astrologie, la magie. Les personnes ayant une «impuissance acquise» se plaignent constamment de leur impuissance, alors qu'elles ont également tendance à voir la cause de leurs échecs dans des circonstances extérieures. Les personnes qui adoptent une position psychologique défensive sont également sujettes à la formation d'une manie de persécution; ils se distinguent par une disposition constante à la légitime défense et un tempérament fougueux à la moindre menace pour leur propre personnalité: même une offense insignifiante provoque chez eux une vague d'émotions. De telles personnes peuvent être «offensées» par tout ce qui les entoure, ce qui peut se transformer en une manie de persécution.

Certains chercheurs pensent que la formation de la manie de la persécution est influencée par un certain type de structure du système nerveux central. De plus, la parentalité, les traumatismes psychologiques subis dans l'enfance ont une certaine influence..

Il existe également une hypothèse selon laquelle la manie de la persécution est un type de dysfonctionnement cérébral. Cela a été souligné pour la première fois par Pavlov, qui a suggéré qu'il existe un foyer d'excitation pathologique dans le cerveau du patient, ce qui perturbe l'activité du système réflexe conditionné, ce qui conduit à l'apparition de la maladie..

Comment la manie de la persécution se manifeste-t-elle chez une personne?

Chacun de nous perçoit la réalité non pas directement, mais après l'avoir «passée» à travers sa propre conscience. En cas de pathologie, l'affichage de la réalité par la conscience est perturbé, ce qui entraîne certains troubles mentaux. La manie de la poursuite est l'un de ces troubles qui communique des pensées obsessionnelles au cerveau..

Sous l'influence de pensées délirantes, une personne souffrant de la manie de la persécution peut, par exemple, refuser la nourriture, croyant qu'elle a été empoisonnée par quelqu'un. Ces personnes pensent que des dangers les guettent à chaque coin de rue, elles ont donc peur de traverser la route (après tout, elles peuvent être écrasées), marchent généralement seules dans la rue (elles peuvent être tuées, mutilées, kidnappées, etc.), elles peuvent avoir peur de rester seul dans la chambre.

Le patient peut montrer des signes de jalousie, de méfiance, d'agressivité, d'anxiété.

Les pensées délirantes peuvent être clairement structurées. Par exemple, le patient peut se souvenir de la date exacte du début de la «persécution», des résultats des activités nuisibles des «ennemis». Il ne peut avoir peur que de certains aspects de la vie, et de temps en temps, ils peuvent changer (par exemple, au début, il n'avait peur que de sortir, mais à la maison, il se comportait normalement, et vice versa - il ne se sent en sécurité que dans la rue, parmi les gens).

À l'avenir, la personnalité d'une personne peut changer. Il peut devenir taciturne, réticent à répondre à des questions sur son comportement. Il devient tendu, alerte, montrant de plus en plus d'agressivité. Le patient peut commencer à faire des choses qui étaient auparavant inhabituelles pour lui.

Comment se comporter avec une personne malade

Il faut comprendre que le patient est fou au cours de sa maladie. Il ne faut pas le persuader, cela ne peut que provoquer une nouvelle vague d'agression. Le patient peut compter comme ennemi quiconque tentera de le convaincre. La seule décision correcte dans cette situation est de demander l'aide d'un psychiatre..

Vous pouvez essayer de jouer avec le patient et lui créer des conditions où il se sentira en sécurité. Après cela, vous pouvez procéder au traitement..

Comme avec d'autres maladies mentales, avec la manie de la persécution, le patient peut essayer de se blesser et de blesser les autres - en particulier ceux qui l'entourent, qu'il considérera comme des ennemis et des persécuteurs. Par conséquent, il est recommandé de retirer tous les objets perforants, coupants et lourds du champ de vision du patient..

Traitement de la pathologie dans un hôpital

Afin de commencer à traiter la manie de la persécution, il est nécessaire de poser un diagnostic précis..

La biographie d'Ernest Hemingway, le célèbre écrivain américain, témoigne que le médecin peut se tromper ici. Vers la fin de sa vie, il a commencé à montrer des signes de manie de persécution: il a affirmé que des agents de la CIA le suivaient, il était très inquiet à ce sujet. Il a été admis dans un hôpital fermé et traité comme un fou. À la fin, il a réussi à obtenir une arme à feu et à se tirer une balle. Après un certain temps, les officiers de la CIA ont admis qu'ils surveillaient vraiment Hemingway, et il a été placé dans un hôpital psychiatrique sur leurs ordres..

Le traitement de la manie de la persécution se produit en milieu hospitalier. Pour cela, des tranquillisants, des médicaments psychotropes, des sédatifs sont utilisés. Ils utilisent également la psychothérapie - cognitivo-comportementale, familiale; tous les membres de la famille participent à la thérapie familiale.

Dans les cas particulièrement graves, un choc électrique est utilisé. Dans ce cas, le patient peut être dangereux - à la fois pour lui-même et pour les autres. Par conséquent, il est maintenu dans des conditions spéciales. La maladie est sujette aux rechutes.

Pour traiter avec succès la manie de la persécution, il est également important d'apprendre au patient à faire la distinction entre le réel et l'imaginaire. Cela ne vaut pas la peine de persuader le patient tout de suite, mais vous pouvez essayer de commencer par une sorte de mouvement éducatif: parlez-lui de la structure du cerveau humain, des processus de pensée, de la façon dont l'information de la réalité est transformée en pensée. Ensuite, vous pouvez progressivement amener le patient à l'idée qu'il n'y a pas de motifs objectifs pour ses craintes, car il n'y a aucun signe de persécution dans la réalité environnante..

La manie de la persécution est une maladie inhérente à des personnalités éminentes. L'un des «propriétaires» les plus connus de cette maladie était Jean-Jacques Rousseau, le célèbre philosophe et écrivain. La paranoïa, qui s'est manifestée par la manie de la persécution, il a souffert pendant longtemps. Après la publication de son livre scandaleux «Emil, ou sur l'éducation» dans les années 1760, à cause duquel il y avait un conflit avec l'État et l'Église, les symptômes de sa maladie ne faisaient que s'intensifier. Il a vu partout des complots secrets contre lui-même, alors il a commencé à vivre la vie d'un vagabond, ne s'arrêtant nulle part pendant longtemps. Il croyait que tous ses amis et connaissances étaient contre lui. Une fois, dans un château où il logeait, un domestique mourut et Rousseau demanda à être ouvert - il croyait que ceux qui l'entouraient voulaient l'accuser d'empoisonner le domestique. Il est curieux que le livre mentionné contienne de véritables idées révolutionnaires en termes d'élevage d'un enfant: Rousseau a suggéré de remplacer les punitions constantes par des caresses et des récompenses. En cela, il était bien en avance sur son temps, car personne ne comprenait ses idées pendant ces années.

Edgar Poe a également souffert de la manie de la persécution. En général, la vie de cet écrivain était pleine de toutes sortes de bizarreries. Edgar Poe avait peur de la solitude et des ténèbres. Il lui semblait constamment que des forces mystérieuses le poursuivaient dans l'obscurité. Edgar Poe avait très peur de mourir seul. En fait, c'est ce qui s'est passé - l'écrivain est mort tout seul..

Sergei Yesenin croyait également que derrière son dos, tout le monde ne parlait que de lui et complotait quelque chose contre lui. Apparemment, certaines de ses célèbres singeries étaient destinées à effrayer les «poursuivants». Ainsi, il pourrait offenser le public sans raison et sans raison particulière.

En général, les déviations mentales des gens formidables sont un sujet spécial. Certains chercheurs pensent que toutes les personnalités remarquables n'étaient "pas tout à fait normales", c'est censé être le secret de leur génie. Cette déclaration est très controversée (généralement les gens ne prennent pas en compte ces personnalités exceptionnelles qui n'ont pas souffert de quelque chose de tel). Cependant, la manie de la persécution a certainement été un compagnon indispensable de nombreux régimes dictatoriaux insensés - avec la mégalomanie. L'un des piliers de toute dictature totalitaire est la conviction de la société qu'il y a beaucoup d '«ennemis» autour qui tentent de saper l'économie du pays, la souveraineté politique et généralement effacer la population du pays de la surface de la terre (ou la conquérir). Les «ennemis» doivent également être présents à l'intérieur du pays, le gouvernement les déclare être des opposants, des homosexuels, de certaines nationalités, des personnes souffrant de travail mental. Une atmosphère de tension générale, de méfiance et d'agression se crée dans le pays. La manie de la persécution affecte des millions de gens ordinaires. Ici, cela va de pair avec la mégalomanie: les gens sont encouragés à être fiers de leurs origines, de leur pays, de leurs dirigeants, etc. De manière caractéristique, en cas de chute du régime dictatorial, il est assez difficile de dissiper le mythe des «ennemis» - le peuple confus ne peut se rendre compte que personne ne veut la conquérir, que vous pouvez vivre en paix, et le seul ennemi du pays était le gouvernement. Cela peut être utilisé par de nouveaux groupes politiques qui sont tout à fait capables d'adapter la folie de masse pour satisfaire des ambitions personnelles..