Évaluation de la santé mentale

Le problème de la préservation de la santé de la jeune génération est l'un des problèmes centraux de l'éducation moderne et est envisagé dans le cadre d'une pédagogie préservant la santé. Le système éducatif moderne est très exigeant sur le niveau de développement de l'enfant. Il doit être physiquement et mentalement mature, posséder un volume d'idées suffisamment important sur la réalité environnante et y naviguer, être capable d'établir des contacts et construire un processus de communication avec ses pairs et les adultes, gérer son comportement, être mobile dans des conditions changeantes.

Sur la base de l'analyse de l'activité pédagogique du MDOU CRR - d / s n ° 158, l'équipe pédagogique a décidé de se tourner vers l'étude expérimentale du problème "Concevoir un espace santé pour un établissement d'enseignement préscolaire".

À la suite du travail du groupe d'encadrement, qui assure les activités conjointes de tous les enseignants travaillant avec les enfants: éducateurs, enseignant-psychologue, orthophoniste, directeur musical, instructeur d'éducation physique et médecin, il a été révélé que plus de 75% des enfants se caractérisent par diverses combinaisons de leur immaturité émotionnelle. sphères volontaires, cognitives et physiques. Les résultats obtenus par nous sont confirmés par les données de scientifiques sur la détérioration progressive et persistante de la situation de développement de la jeune génération, une augmentation du nombre d'enfants avec des indicateurs d'une faible norme de développement intellectuel et physique en relation avec la crise écologique et sociale dans notre pays (I.

Cette situation nous a obligés à revoir et à élargir les possibilités d'utilisation des technologies de préservation de la santé visant à trouver des méthodes et des techniques qui correspondent aux capacités psychologiques individuelles des enfants. À la suite des principaux scientifiques travaillant à la définition d'une stratégie pour améliorer l'espace éducatif et assurer la santé des enfants, nous pensons que cela est possible en introduisant des méthodes efficaces de travail avec l'information, en augmentant la réalisation du potentiel de développement individuel de l'enfant, en prévenant les maladies de la régulation nerveuse et la décompensation des pathologies chroniques existantes, ce qui contribuera à réduire le «coût» psychophysiologique de la formation.

Dans le cadre de travaux expérimentaux, nous avons été confrontés à la nécessité de déterminer les critères et de sélectionner des méthodes adéquates pour évaluer le niveau de formation de la santé psychologique des enfants d'âge préscolaire..

Tout d'abord, nous nous sommes tournés vers la définition de la santé. Le rapport du Comité d'experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) considère la santé "comme un état de bien-être physique, mental et social, et non comme l'absence de maladie ou d'incapacité". La santé est une catégorie complexe qui doit être comprise comme la santé physique ainsi que la santé mentale et psychologique:

  • en termes physiques - la capacité à surmonter la fatigue, la capacité d'agir de manière optimale pour soi-même, le fonctionnement normal des capacités du corps;
  • psychologiquement:

a) intellectuel - une manifestation de capacités mentales, de curiosité, d'un niveau élevé d'apprentissage;

b) social et moral - honnêteté, empathie, sociabilité, tolérance;

c) émotionnel - équilibre, réactivité émotionnelle et esthétique à la beauté, capacité d'émerveillement et d'admiration.

Le concept central est la santé mentale et psychologique. Dans les études complexes en sciences humanitaires et naturelles, le développement mental d'un enfant et la santé mentale sont considérés dans une relation causale / I. Doubrovina et al. /, Et la santé - en tant que produit éducatif / V.A. Orlov et V.I. Panov /.

En psychologie humaniste, en particulier, dans les travaux de A. Maslow, la santé mentale est considérée, d'une part, comme la réalisation de ce qui est inhérent à une personne de la nature, d'autre part, le désir de valeurs humanistes. Sur la base de l'analyse de la littérature psychologique et pédagogique, nous avons déterminé les critères de santé mentale des enfants, auxquels nous avons attribué:

  • mobilité inertie des processus mentaux
  • arbitraire impulsivité de la sphère motrice et cognitive
  • épuisement de la productivité des fonctions mentales
  • adéquation et criticité du comportement
  • fatigue de la performance
  • résistance au stress informationnel (capacités adaptatives de la psyché)
  • transfert interhémisphérique et interaction interhémisphérique.

La santé mentale des enfants se traduit par une psyché saine.

Nous évaluons les indicateurs de santé mentale à travers des diagnostics neuropsychologiques, des diagnostics de caractéristiques typologiques individuelles ("Tapping test" par O. Chernikova, "Correction tests" par Toulouse-Pieron test).

Comme le montre l'analyse de la littérature, la santé psychologique est largement considérée comme une caractéristique des manifestations personnelles (I. Doubrovina). Nous avons identifié comme critères de santé psychologique des enfants:

  • le niveau des sphères émotionnelle - volitive et cognitive de la personnalité convenant à l'âge
  • capacité à planifier vos activités
  • image positive du concept de soi
  • la possibilité d'autorégulation des états mentaux
  • autocritique
  • indépendance
  • capacité de réflexion, empathie
  • formation de compétences en communication

Le résultat de la santé psychologique des enfants est une personnalité saine.

L'évaluation des indicateurs de santé psychologique est réalisée par nos soins à l'aide de techniques de diagnostic, de méthodes d'observation des enfants dans divers types d'activités, de techniques de dessin projectif (test de dessin "Je suis à la maternelle", "Dessin d'une famille" par A. Khomentauskas, test de Luscher (CTO), carte d'observation de D. Scott, "Secret" de T.A. Repin, etc.).

7 critères de santé mentale

L'Organisation mondiale de la santé définit la santé mentale comme un état de bien-être dans lequel une personne peut réaliser son propre potentiel, faire face au stress de la vie, travailler de manière productive et productive et contribuer à la vie de sa communauté. Dans ce sens positif, la santé mentale est le fondement du bien-être et du fonctionnement efficace de l'individu et de la communauté..

Alors, quels sont ces critères de santé mentale.

1. Conscience et sentiment de continuité, constance et identité de votre «je» physique et mental.

"Je suis Vasya Pupkin, un homme de 55 ans en bonne santé de Gribosolovo".
En l'absence totale de ce critère, la dépersonnalisation et la déréalisation surviennent, lorsque votre propre corps ou ses parties semblent étrangers, le monde et vous vous voyez comme de l'extérieur.

2. Sentiment de constance et identité des expériences dans des situations similaires.

"Quand je suis très mécontent de ma femme, j'endure, je me tais et j'appelle le coach de boxe." En d'autres termes, si votre comportement dans des situations similaires ne peut être prédit, il y a un problème avec votre santé mentale..

3. Critique envers soi-même et sa propre production mentale (activité) et ses résultats.

«Je sais que je suis hypocondriaque et pour quelque raison que ce soit, il m’est plus facile d’aller chez le médecin que de me livrer à la complaisance. Je ne crois pas à la psychothérapie, même si je sais que je suis physiquement en bonne santé. Je suis prêt à payer pour des consultations et des tests, et ces personnes en blouse blanche aux yeux attentifs sont ma psychothérapie la plus efficace. Et c'est le prix de mon hypocondrie ".

Ce critère peut être désigné comme la capacité d'auto-observation et d'introspection, de réflexion. La capacité d'évaluer ce qu'il dit et fait et d'apprécier les conséquences de ces paroles et de ces actes.
Et, au contraire: «Je ne sais pas ce qui m'est arrivé, c'est hors de mon contrôle, une obsession! Je ne suis pas responsable de moi-même! ".

4. Correspondance des réactions mentales (adéquation) avec la force et la fréquence des influences environnementales, des circonstances sociales et des situations.

Ici, il y a quelques difficultés liées à la différence entre les influences environnementales et sociales. Parfois, l'environnement lui-même peut être mentalement malsain: à l'époque soviétique, des personnes ayant des opinions qui ne correspondaient pas aux autorités étaient identifiées dans une clinique psychiatrique..
En général, le critère peut s'expliquer comme suit: si une personne s'est jetée sur vous en criant «Je vais te tuer, bâtard!» À votre doux commentaire critique, alors l'adéquation de sa réaction mentale à votre influence «environnementale» est discutable.

5. La capacité d'autogérer le comportement conformément aux normes, règles et lois sociales.

Vous souvenez-vous de la recharge industrielle dans les entreprises à l'époque soviétique? Ici, la situation est la même qu'avec le critère précédent. Tout peut devenir la norme. Si «amener les animaux de compagnie au travail» devient la norme, alors ceux qui refusent de se conduire conformément à cette norme seront considérés comme mentalement malsains..

6. Capacité à planifier ses propres activités et à mettre en œuvre ces plans.

Les lobes frontaux du cerveau sont responsables de la capacité de planifier et d'agir conformément à ces plans. Les personnes qui ne sont pas capables de planifier et de mettre en œuvre des plans sont très suggestibles, dirigées, faciles à contrôler, elles n'ont pas leur propre volonté.

7. Capacité à changer le comportement en fonction de l'évolution des situations et des circonstances de la vie.

Dernier sur la liste, c'est l'un des critères les plus évidents pour la santé mentale. La capacité d'adaptation, la flexibilité de la pensée et du comportement sont des fonctions importantes d'une psyché humaine saine.
Le comportement d'un névrosé diffère de celui d'une personne en bonne santé en ce que le névrosé, dans différentes situations de la vie, utilise la même stratégie de comportement apprise. Par exemple, traite toutes les femmes comme si elles étaient sa mère et se comporte en conséquence..

Recherche de la sphère neuropsychique

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Une étude à part entière de l'état neuropsychique du patient ne peut être réalisée que si le médecin connaît parfaitement la symptomatologie des maladies nerveuses et mentales, connaît bien les méthodes de recherche spéciales utilisées en neurologie et en psychiatrie.

L'évaluation de l'état mental du patient commence traditionnellement par une évaluation de la façon dont le patient est correctement orienté dans l'espace, le temps et sa propre personnalité. En règle générale, pour cela, il suffit de poser plusieurs questions de clarification: «Où êtes-vous maintenant?», «Quel est le jour de la semaine, le mois, l'année?», «Veuillez me dire votre nom, prénom, patronyme», «Où travaillez-vous? " etc. Dans le même temps, ils notent si le patient est en contact et s'il entre volontairement en communication avec le médecin.

Après cela, ils passent à l'étude des sphères cognitives, émotionnelles et motrices-volitives. Faites attention aux éventuels troubles de la perception (en particulier les hallucinations), qui peuvent, par exemple, se manifester par le fait que le patient, seul dans le service, gesticulant activement, a une conversation animée avec les «voix», se pinçant parfois les oreilles si les «voix» informent des informations désagréables pour lui, etc..

Raspross et conversation

Au cours de la conversation avec le patient, ils découvrent également si son attention n'est pas altérée et si le patient est capable de se concentrer sur une chose pendant une longue période. Les éventuels troubles de la mémoire (pour les événements éloignés ou actuels) sont notés.

En interrogeant le patient sur la base des caractéristiques des réponses reçues, on peut tirer une conclusion sur l'état de son intellect, en particulier sur la correspondance de l'intellect du patient avec l'éducation qu'il a reçue. Faites attention à la présence ou à l'absence de divers troubles de la pensée, qui peuvent s'exprimer dans des interprétations délirantes, à l'émergence d'idées surévaluées, aux états obsessionnels.

L'étude de la sphère émotionnelle du patient est facilitée par l'évaluation de son apparence, de ses vêtements, de ses expressions faciales. Ainsi, le visage des patients dans un état dépressif exprime généralement la mélancolie et la tristesse. Avec la morosité émotionnelle, les patients deviennent très bâclés, indifférents à tout. Avec un état maniaque, les patients de toute leur apparence expriment une humeur exaltée, un enthousiasme, une joie irrépressible.

Enfin, en examinant l'activité volontaire ou volontaire du patient, ils notent les particularités de son comportement, déterminent comment le patient (indépendamment ou sous la contrainte du personnel) effectue certaines actions (y compris se laver, manger, etc.), y a-t-il un négativisme dans les actions (quand le patient fait le contraire de ce qu'on lui demande), des perturbations des pulsions normales (renforcement, affaiblissement, etc.).

En découvrant d'éventuels troubles neurologiques, ils prêtent tout d'abord attention aux maux de tête, qui peuvent souvent survenir, y compris chez les patients atteints de maladies somatiques (hypertension, fièvre, intoxication, etc.). La classification des maux de tête est assez compliquée et implique l'attribution de différents types de céphalalgie, c'est-à-dire maux de tête (migraine, type vasculaire, etc.).

La tâche du thérapeute lors de l'analyse d'une plainte telle que des maux de tête est de clarifier leur nature (douleur, pulsation, pression), leur localisation (dans la région occipitale, la région temporale, sous la forme d'un «cerceau», etc.), pour savoir, si les maux de tête sont constamment notés ou s'ils surviennent dans les paroxysmes, qu'ils dépendent de la période de l'année, du jour, des facteurs psycho-émotionnels, du stress physique, et aussi pour déterminer quels médicaments (analgésiques, antispasmodiques, etc.) sont pris pour les réduire.

Si le patient se plaint d'étourdissements, il essaie de savoir à quelle fréquence cela se produit, que ce soit à court terme (minutes, heures) ou à long terme, s'il s'accompagne de nausées et de vomissements, et quels facteurs provoquent leur apparition (augmentation de la pression artérielle, déplacements en transport, élévation de hauteur, etc.) etc.). Il convient de garder à l'esprit que des vertiges non systémiques (une sensation de perturbation diffuse dans la perception de l'espace) sont souvent observés avec anémie, cardiopathie aortique, hypertension, névroses, etc., tandis que des vertiges systémiques (avec une sensation de mouvement de rotation des objets environnants ou du patient lui-même) dans une certaine direction) est généralement associée à des dommages au labyrinthe ou au cervelet.

Lorsqu'ils interrogent les patients, ils précisent également s'ils ont des évanouissements, qui est la forme la plus courante de trouble de la conscience à court terme. L'évanouissement d'un réflexe, une genèse neurogène peut se produire avec une position immobile prolongée, avec une transition brusque d'une position horizontale à une position verticale. L'évanouissement associé au développement de l'ischémie cérébrale survient dans les arythmies cardiaques (syndrome de Morgagni-Adams-Stokes), les cardiopathies aortiques, l'hypertension artérielle, l'anémie, etc..

Lorsqu'ils interrogent le patient, ils découvrent également la nature et la durée de son sommeil, l'état de santé au réveil. Souvent, les patients atteints de diverses maladies (y compris thérapeutiques) présentent divers troubles du sommeil, notamment des difficultés à s'endormir, un réveil au milieu de la nuit, un réveil tôt le matin, une sensation de fatigue et de faiblesse après le sommeil, des rêves douloureux, une somnolence pathologique, etc..

Les troubles du sommeil sont très caractéristiques des affections névrotiques, mais ils peuvent également survenir dans diverses maladies du système cardiovasculaire, du système respiratoire et digestif, surtout s'ils surviennent avec un syndrome douloureux sévère, un essoufflement sévère, etc. La somnolence pathologique est observée avec diverses intoxications endogènes (par exemple, avec insuffisance rénale et hépatique chronique, diabète sucré), mais peut également être observée avec obésité, fatigue, carences en vitamines.

Un examen détaillé de toutes les XII paires de nerfs crâniens est effectué par un neurologue spécialisé. Néanmoins, le thérapeute doit être capable de détecter les symptômes les plus frappants indiquant une éventuelle lésion des nerfs crâniens. Ceux-ci comprennent notamment les plaintes de troubles olfactifs, une diminution de l'acuité visuelle, une altération de la vision centrale et périphérique, des troubles de la réponse de la pupille à la lumière, l'accommodation et la convergence, des tailles de pupille inégales (anisocorie), un dysfonctionnement des muscles masticateurs et faciaux (en particulier, un lissage). plis nasogéniens, bouche tordue), perte auditive, déséquilibre et instabilité en position de Romberg (debout les yeux fermés, chaussettes et talons rapprochés), troubles de la déglutition, présence d'aphonie (perte de la voix), trouble de la protrusion de la langue, etc..

Divers troubles de la sphère motrice peuvent consister en la limitation ou l'absence totale de mouvements actifs, la limitation ou, au contraire, la redondance des mouvements passifs, une altération de la coordination des mouvements, une augmentation ou une diminution du tonus musculaire, l'apparition de mouvements violents.

Une partie importante de la recherche neurologique est l'évaluation de la sphère réflexe. Avec diverses maladies du système nerveux, il y a une augmentation ou une diminution des réflexes tendineux (genou, Achille, etc.), une diminution des réflexes cutanés, l'apparition de réflexes pathologiques (Babinsky, Rossolimo, etc.).

Il existe des techniques spéciales pour détecter les changements de sensibilité à la douleur et à la température. Dans ce cas, les patients eux-mêmes peuvent se plaindre d'une diminution ou d'un manque complet de sensibilité dans diverses zones, de l'apparition de zones de sensibilité accrue, d'une variété de parasthésies (sensation de rampement, de rampement, de picotements, etc.). Ces troubles surviennent dans la polynévrite (par exemple, chez les patients souffrant d'alcoolisme chronique), les neuropathies.

Interrogés, ils constatent la présence éventuelle de troubles pelviens (troubles de la miction, de la défécation, des fonctions sexuelles), qui dans certains cas sont de nature neurogène. Faites attention aux troubles de la parole et de l'écriture, qui peuvent se traduire par une altération de l'articulation (dysarthrie), une perte de la capacité de lecture (alexie) et d'écriture (agraphie), etc..

Pour évaluer l'état du système nerveux autonome, une étude du dermographisme est utilisée. Pour ce faire, de légères stries irritations sont appliquées sur la peau avec l'extrémité d'une tige de verre. Normalement, chez les personnes en bonne santé, une strie blanche apparaît immédiatement sur la peau, associée à un spasme des capillaires. Avec une pression plus forte, une bande rouge se forme, en raison de l'expansion des capillaires (dermographisme instable rouge). Un dermographisme rouge à long terme (persistant) apparaissant dans de tels cas indiquera une diminution du tonus des capillaires et de leur expansion. En revanche, un dermographisme blanc prolongé indique un spasme capillaire persistant..

Comité exécutif du département de l'éducation du district de Novogrudok

  • Manuel
  • Spécialistes du département de l'éducation
  • Structure
  • Bureau méthodique
  • Contacts
  • Informations sur les institutions
  • Travail anti-corruption
  • Culture physique et travail de santé
  • Formation juridique
  • École des citoyens actifs (district)
  • Comment nous passons notre été
  • Entreprise de bien-être 2020
  • Faisons plus ample connaissance
  • Tirelire méthodique
  • Littérature pour l'année académique 2019-2020
  • Produits et services d'information
  • Cahier de texte
  • Liste de la région IBC
  • Attention! Concurrence!
  • Année académique 2019/2020
  • Admission aux établissements d'enseignement
  • Formation de profil
  • Vseobuch
  • Attestation en tant qu'étudiant externe

Écran

Profil

Style de menu

Évaluation préliminaire de la santé mentale

Le questionnaire de dépistage primaire, modifié et créé sur la base de V.N. Krasnov (1999) (voir l'annexe 1). Le questionnaire vous permet de donner une première évaluation de l'état de santé mentale des écoliers. Le questionnaire comprend 26 énoncés. Il y a 4 réponses possibles:

«Oui» - si l'adolescent est entièrement d'accord avec la déclaration qui lui est proposée;

«Peut-être oui» - si la déclaration ne correspond pas entièrement aux sentiments de l'adolescent;

«Plutôt pas» - si l'adolescent n'est pas sûr que la déclaration lui convient ou non;

«Non» - si l'adolescent est sûr que cette déclaration ne correspond pas à ses sentiments.

Chacune des options est quantifiée en points:

«Peut-être oui» - 0,5 point;

«Probablement pas» et «Non» - 0 point.

Si un adolescent marque 10 points ou plus, il doit être attribué au «groupe à risque» pour la manifestation d'un comportement suicidaire.

Vous allez maintenant recevoir un certain nombre d'énoncés concernant votre santé et votre bien-être. Il y a quatre réponses possibles à chaque affirmation. Choisissez la réponse que vous souhaitez.

«Oui», «Peut-être oui», «Peut-être pas», «Non»

Vous êtes d'humeur pour une réponse honnête.?

Je suis attentif à ma santé.

Mon corps ressent le changement de temps.

J'ai des maux de tête fréquents.

Des sons forts, des lumières vives ont commencé à m'ennuyer.

Mon humeur peut fortement diminuer, une dépression et une léthargie peuvent apparaître..

Malheureusement, parfois je me fâche.

Je peux pleurer facilement.

Il arrive que je sois couvert d'une sorte d'indifférence.

J'ai un sentiment d'anxiété constant.

Pour aucune raison, les gens autour de moi prêtent une attention particulière à moi..

Mon humeur peut changer plusieurs fois par jour.

Je me sens bien seul.

J'ai des capacités extraordinaires qui me distinguent des gens ordinaires..

Parfois j'entends des voix, des sons venant de nulle part.

Parfois, je ne peux simplement pas me débarrasser des pensées embêtantes.

Malheureusement, je suis très jaloux.

Parfois j'ai une peur obsessionnelle et accablante.

J'ai des visions que les autres ne voient pas.

Je suis devenu distrait, parfois les gens le remarquent.

Je m'inquiète de mon oubli.

J'ai des attractions plutôt étranges.

Parfois j'ai l'impression que les autres lisent dans mes pensées.

Même un jour normal, mon sommeil est perturbé.

Il arrive que je perde conscience.

J'ai besoin de parler à mon médecin de mon système nerveux.

Examen psychiatrique: critères de santé mentale

Si la psyché d'une personne est saine, elle a toutes les conditions pour une adaptation réussie à l'environnement. Une personne en bonne santé mentale peut développer pleinement son potentiel créatif et faire face au stress avec succès. Et aussi travailler pour votre bien et celui de la société de la manière la plus productive.

Vous trouverez ci-dessous le coût de l'examen psychologique et psychiatrique pour un enfant, un adulte, ainsi que les prix de l'examen médico-légal et de l'examen complexe préalable au procès.

Examen psychiatrique médico-légal dans les procédures civiles: désigné en cas de reconnaissance d'un citoyen comme incompétent en présence de données suffisantes sur le trouble mental d'un citoyen...

Critères de santé mentale:

  • la capacité de penser de manière autocritique;
  • planifiez vos activités et exécutez le plan;
  • la capacité de se gérer soi-même;
  • adaptez votre comportement aux situations de vie qui prévalent;
  • absence de conflits intrapersonnels;
  • perception adéquate de la réalité.

Contrairement à la santé psychologique, il existe de nombreuses maladies et écarts. Si les fonctions mentales les plus élevées d'une personne - mémoire, imagination, attention, réflexion sont normales, alors la personne est en bonne santé mentale.

Diagnostiquer la maladie mentale de la personnalité

Les personnes qui diffèrent considérablement des normes généralement acceptées risquent d'être diagnostiquées comme malades mentales. Mais les attitudes à l'égard de la santé mentale sont souvent assez relatives. Par exemple, dans la culture des Indiens, les hallucinations sont un phénomène naturel..

L'homosexualité était également considérée au départ comme une maladie, mais c'est désormais la norme dans de nombreux pays..

Par conséquent, les psychologues et les psychiatres sont fidèles au diagnostic. Aujourd'hui, les enfants souffrant de certains handicaps ne sont pas considérés comme entièrement en bonne santé mentale..

Il n'y a pas de seuils clairement définis pour la santé mentale et la maladie mentale. La description des pathologies de la psyché peut friser la description des caractéristiques individuelles de la psyché de personnes en bonne santé.

Mais vous ne devez pas vous précipiter d'un extrême à l'autre, en croyant qu'il n'y a pas de personnes en bonne santé en principe. Et que les personnes en bonne santé mentale sont des personnes avec une mentalité malade, voilées d'une manière ou d'une autre.

L'examen psychiatrique médico-légal d'un suspect dans une procédure pénale: est effectué en cas de doute sur la santé mentale ou la capacité de défendre de manière indépendante ses droits dans une procédure pénale...

Santé mentale

Dans la littérature scientifique et spécialisée, la santé mentale est considérée dans un système à trois niveaux:

  1. biologique
  2. psychologique
  3. social

La santé au niveau biologique représente l'équilibre des fonctions des organes et du corps dans son ensemble. Et le passage du niveau psychologique au niveau social est conditionnel.

Une ligne doit être tracée entre la santé mentale et la santé mentale. Maintenir toutes les fonctions mentales normales, tout en étant malade mental.

Il arrive, et vice versa, qu'en cas de violation des fonctions mentales d'une personne, une vigueur mentale soit observée. La santé mentale est avant tout un état de bien-être et de bonheur. L'état de santé mentale combine l'harmonie de la santé physique, mentale et mentale proprement dite.

Leçon 4. Santé mentale

Le maintien, la promotion et la prévention de la santé mentale sont essentiels à un mode de vie sain. L'état psycho-émotionnel est l'un des facteurs déterminants de notre santé, qui se manifeste par la capacité à contrôler les émotions, à penser positivement, à maintenir un équilibre entre développement spirituel et physique..

Dans cette leçon, nous vous présenterons les bases de la santé mentale et psychologique, examinerons les particularités de la psyché des enfants et des adolescents, et proposerons également quelques recommandations utiles pour maintenir l'équilibre mental et entraîner la résistance au stress..

Table des matières:

Qu'est-ce que la santé mentale

L'Organisation mondiale de la santé définit la santé mentale (spirituelle ou mentale, parfois - santé mentale, de la santé mentale anglaise) comme suit:

La santé mentale est un état de bien-être dans lequel une personne est capable de réaliser son propre potentiel, de faire face au stress normal de la vie, de travailler de manière productive et productive et de contribuer à la vie de sa communauté..

Ce terme est assez large, par conséquent, plusieurs critères sont généralement distingués pour définir la santé mentale:

  • conscience de la continuité, de la constance et de l'identité de votre «je» physique et mental;
  • sentiment de constance et d'identité d'expériences dans des situations similaires;
  • criticité envers soi-même et sa propre production mentale (activité) et ses résultats;
  • correspondance des réactions mentales (adéquation) à la force et à la fréquence des influences environnementales, des circonstances sociales et des situations;
  • la capacité d'auto-gouverner le comportement conformément aux normes sociales, règles et lois;
  • la capacité de planifier leurs propres activités de la vie et de mettre en œuvre ces plans;
  • la capacité de changer le comportement en fonction du changement des situations et des circonstances de la vie.

Dans la vie de tous les jours, ces critères se manifestent par le degré d'intégration de l'individu dans la société, l'harmonie de son assistance, son équilibre, sa spiritualité, l'inclusion de l'adhésion aux principes de gentillesse et de justice dans le système des valeurs de la vie, et le désir de développement personnel. En d'autres termes, une personne en bonne santé mentale évalue correctement la réalité, montre de l'intérêt pour le monde qui l'entoure, coordonne son comportement et sa réaction à ce qui se passe avec l'environnement, est capable d'introspection et de réflexion..

Dans le cas où ces qualités sont inhabituelles pour une personne, on peut juger de la maladie mentale. Il se manifeste par une désorientation de la personnalité, un évitement des responsabilités, une dépendance aux mauvaises habitudes, la passivité, une anxiété accrue, une perte de confiance en soi, une hostilité envers les autres..

Mais la santé mentale ne peut être abordée que formellement, car le respect de certaines normes de comportement peut souvent être déterminé par un ensemble de facteurs sur la base desquels il est inapproprié de juger des troubles mentaux. Parmi eux figurent les caractéristiques socioculturelles, les coutumes, les traditions et les fondements des différentes sociétés, les caractéristiques de l'activité professionnelle.

Santé mentale et psychologique

Une distinction doit être faite entre la santé mentale et psychologique. Plus généralement, la santé mentale d'une personne peut être considérée comme un ensemble d'attitudes mentales qui permettent de réagir et de s'adapter adéquatement aux conditions environnementales. C'est la correspondance des idées subjectives avec la réalité objective, une perception adéquate de soi-même, la capacité de penser de manière critique, et bien plus encore. Malgré l'utilisation fréquente du terme «santé psychologique» comme synonyme de santé mentale, il existe des différences entre eux. La santé psychologique dans sa définition est un concept plus large, elle caractérise la personnalité dans son ensemble, prend en compte les particularités de l'activité volitive, motivationnelle, cognitive, émotionnelle.

Pourquoi il est important de prêter attention à votre santé mentale?

Beaucoup, à coup sûr, ont entendu le slogan: «Toutes les maladies sont causées par les nerfs». Lorsqu'une personne a la grippe ou un rhume, elle prend des pilules, des médicaments et suit un traitement. Cependant, dans un état de stress, de sentiments d'anxiété, il ne fait rien. Les formateurs d'entreprise et les psychologues en exercice notent que si les employés de l'entreprise qui travaillent selon un horaire chargé et soumis à un stress constant suivent de temps en temps des cours pour renforcer la résistance au stress et se débarrasser de l'anxiété, leur productivité augmente considérablement. Cela a un effet positif non seulement sur le travail, mais aussi sur les relations à tous les niveaux au sein de l'équipe, contribue à une atmosphère saine dans l'entreprise..

On sait que lorsque les gens reçoivent des soins de santé mentale appropriés, ils ne recherchent pas aussi souvent des soins de santé en général. Par exemple, aux États-Unis, une observation de personnes souffrant de troubles anxieux a montré que les personnes qui ont reçu l'aide d'un psychiatre dépensaient 35% moins d'argent pour le traitement de diverses maladies que celles qui ne consultaient pas de spécialiste. Il existe d'autres preuves que les personnes ayant des problèmes de santé mentale non résolus consultent un médecin deux fois plus souvent que celles qui reçoivent des soins de santé mentale..

Une anxiété et un stress excessifs peuvent contribuer au développement de certaines maladies cardiaques et affaiblir la force du système immunitaire. Les problèmes psychologiques augmentent également la probabilité de mauvais choix de comportement, qui se manifestent par la dépendance au tabac et aux drogues, l'abus d'alcool. Selon des estimations non officielles, même aux États-Unis, un pays avec une psychiatrie développée, environ un adulte sur quatre souffre de troubles mentaux diagnostiqués.

Pour résumer, ou pourquoi la santé mentale est importante:

  1. Il existe une relation étroite entre la psyché et la condition physique d'une personne. Les sentiments d'anxiété, de stress constant et d'anxiété peuvent entraîner une mauvaise santé (troubles du sommeil, système immunitaire affaibli).
  2. Narcologue, psychiatre, MD D. Sack note que les personnes qui se soucient de la santé mentale ont tendance à avoir plus de succès dans leur carrière et à gagner plus..
  3. La santé mentale est très importante en termes de communication, en particulier dans la famille. Il vous permet de maintenir une atmosphère saine dans l'environnement des personnes proches, d'élever correctement les enfants, en leur donnant les soins nécessaires et un modèle psychologique d'imitation..
  4. Les personnes en bonne santé mentale sont moins susceptibles d'être influencées par des facteurs sociaux négatifs et moins susceptibles de commettre des actes illégaux.
  5. En 2012, le British Medical Journal a publié les résultats d'une étude selon laquelle l'espérance de vie moyenne des personnes en bonne santé mentale est supérieure à celle des personnes atteintes de troubles. De plus, le risque de mourir d'une maladie cardiovasculaire est de 94% plus élevé chez les personnes souffrant de dépression et d'anxiété persistantes et qui ne peuvent pas y faire face..

Ainsi, lorsqu'une personne est exempte de dépression, d'anxiété, de stress et d'anxiété excessifs, ainsi que de mauvaises habitudes, elle est capable de vivre pleinement, de se réaliser pleinement et de profiter..

Prévention et résistance au stress

Le rythme de la vie moderne et les conditions dans de nombreux domaines d'emploi sont tels qu'une personne est constamment exposée au stress. Si vous ne savez pas comment les gérer et neutraliser leur impact négatif, la probabilité de dépression, d'anxiété et d'anxiété augmente. Et ils, à leur tour, souffrent de troubles mentaux plus graves. Mais comment déterminez-vous votre état de santé mentale? Contrairement aux pays occidentaux, nos visites chez les psychiatres et les psychologues ne sont pas si courantes et les gens n'ont pas toujours la possibilité de consulter des spécialistes coûteux. Pour déterminer l'exposition aux influences négatives et la capacité à y faire face, vous pouvez utiliser un ensemble de symptômes importants. Si vous êtes constamment irrité, anxieux et si vous dormez mal, ressentez constamment de l'insatisfaction ou de la colère, si vous dépendez de changements soudains d'humeur, cela peut indiquer un état de stress et ses effets négatifs sur votre corps. La première chose à faire dans une telle situation est de demander l'avis d'un médecin spécialiste. Vous devriez également lire certains des conseils pour aider à maintenir la santé mentale et l'équilibre..

La plupart d'entre nous connaissent le mot résilience dans les listes de contrôle des caractéristiques trouvées dans les offres d'emploi. Cette exigence signifie la capacité de travailler efficacement dans des situations stressantes, de se concentrer et de supporter un stress intellectuel, volontaire et émotionnel important sans nuire à soi-même et à ses activités. Nous suggérons d'examiner cette compétence un peu plus en détail afin de déterminer les aspects nécessaires au développement d'une qualité aussi importante. Regardons les techniques populaires qui illustrent ce problème..

L'écrivain, psychologue et éducateur de renom Dale Carnegie, dans How to Stop Worrying and Start Living, offre aux lecteurs les conseils suivants:

  1. Vos inquiétudes doivent être dirigées uniquement vers le présent, car nous ne pouvons pas prédire avec précision le futur ou changer le passé.
  2. "Être occupé. Une personne anxieuse doit s'oublier complètement au travail, sinon elle se tarira de désespoir ".
  3. «Ne vous laissez pas contrarier par des bagatelles qui devraient être méprisées et oubliées. Rappelez-vous que «la vie est trop courte pour la gaspiller en bagatelles»..
  4. «Étudiez les faits. Demandez-vous: "Quelles sont les chances de la loi des grands nombres que l'événement qui m'inquiète se produise un jour?".
  5. "Traitez l'inévitable".
  6. «Que le passé enterre ses morts. Ne coupez pas la sciure ".

Voici quelques moyens modernes de prévenir la santé mentale et de réduire le stress:

Méthode 1

1. Déterminez la nature de votre stress: trouvez les causes profondes. Essayez de regarder le problème globalement. Si vous n'avez pas assez d'argent, il ne s'agit probablement pas d'un petit salaire, mais d'un travail que vous n'aimez pas. Prenez le temps d'être seul avec vous-même et notez tout ce qui vous inquiète dans un cahier..

2. Faites un plan pour réduire l'impact du stress sur votre vie. Cela est nécessaire pour rendre la gestion du stress méthodique. Incluez le repos obligatoire dans votre routine quotidienne. Une fois que vous avez identifié les sources de stress, essayez d'y consacrer moins de temps. Par exemple, si la socialisation avec certaines personnes crée du stress, réduisez-le au minimum. Ne surchargez pas votre emploi du temps avec le travail. Trouvez du temps pour les loisirs et les rencontres avec votre famille et vos amis. Admettez que vous ne pouvez pas tout contrôler. Il y aura toujours des éléments stressants autour de vous dans la vie, mais leur impact peut être minimisé. En éliminant les causes de stress qui dépendent de vous, vous pouvez apprendre à surmonter les éléments négatifs externes..

3. Partagez vos préoccupations avec d'autres personnes. Il peut s'agir de parents, d'amis ou de collègues de travail. De cette façon, vous n'avez pas à gérer seul votre stress et une perspective extérieure vous aidera à trouver une solution efficace au problème..

Méthode 2

1. Éliminez le stress, gérez immédiatement les situations anxieuses. Ne nourrissez pas de ressentiment contre vos amis et vos proches - discutez immédiatement ouvertement avec eux de tous les points controversés. De même, résolvez immédiatement les conflits de travail et les querelles. Si le stress est causé par des événements et des scénarios incertains, réfléchissez-y en détail et prenez des décisions le plus rapidement possible..

2. Évitez de socialiser avec des personnes stressantes. Si vous sortez avec une personne qui ne fait que vous faire du mal, il est temps de mettre fin à cette relation. Si les relations avec vos collègues sont stressantes, réduisez au minimum la communication avec eux. Dans l'ensemble, passez moins de temps à traiter avec des personnes négatives et à vous lier d'amitié avec des personnes positives. Ils peuvent rendre votre vie plus heureuse..

3. Minimisez les situations stressantes. Si vous vous sentez mal à l'aise dans les clubs surpeuplés, vous ne devriez pas y aller avec des amis uniquement pour la compagnie. Si le trajet est ennuyeux, écoutez de la musique légère en chemin. Prenez votre temps, prenez suffisamment de temps pour préparer les événements importants (mariages, vacances).

4. Apprenez à gérer le stress. Dans les situations de conflit, réfléchissez toujours avant de parler. N'oubliez pas que d'autres personnes sont également affectées par divers facteurs négatifs, soyez plus gentil et plus indulgent. Il vaut mieux être heureux que bien, il faut donc pouvoir rester silencieux à un certain moment et renoncer à la critique.

Méthode 3

1. Impliquez-vous dans une activité physique. Cela vous aidera à être en meilleure santé et à contrôler votre vie. La natation détend les pensées, le yoga enseigne à garder la conscience sous contrôle, les sports d'équipe favorisent la communication et la compréhension mutuelle, les randonnées rassemblent, tempèrent l'esprit, aident à être plus proche de la nature.

2. Méditez. Réservez 20 minutes par jour pour la méditation. Détendez-vous complètement pendant ce temps, concentrez-vous sur l'inhalation, débarrassez votre esprit des pensées inquiétantes et négatives.

3. Obtenez un massage. C'est idéal pour se détendre après une journée bien remplie. Vous pouvez vous étirer le cou, les épaules ou demander à un membre de la famille de vous masser ou assister à une séance avec un spécialiste.

4. Mangez bien. Les repas doivent être équilibrés. Il est important d'avoir suffisamment d'énergie avec le petit-déjeuner. Une consommation excessive de caféine, d'alcool doit être évitée; si possible, il vaut mieux abandonner complètement les mauvaises habitudes.

5. Suivez votre horaire de sommeil. Allez au lit et levez-vous à la même heure tous les jours. La plupart des gens ont besoin de dormir au moins 7 heures par jour. Ne regardez pas la télévision avant de vous coucher, lisez un bon livre..

Si vous vous sentez incapable de profiter de ces conseils et de résoudre vous-même les problèmes de votre vie, assurez-vous de demander l'aide d'un professionnel. Cela vous aidera à éviter les effets négatifs potentiels du stress..

Test de stratégie d'adaptation

Le stress est le plus souvent perçu par de nombreuses personnes précisément du côté négatif. Mais vous devez comprendre que le stress est une réaction naturelle du corps, ce qui l'aide à mobiliser toutes les forces en peu de temps (cela est dû précisément aux deux premières étapes).

Le stress est parfois considéré comme bénéfique. Par exemple, vous avez probablement entendu dire qu'une personne se développe lorsqu'elle quitte sa zone de confort. C'est une sorte de condition stressante. Et les existentialistes croient qu'une personne se révèle précisément dans des situations limites. Nous avons fait face à cela à la recherche d'une réponse à la question sur le sens de la vie dans la leçon 6 de notre cours.

Malgré toutes les propriétés bénéfiques du stress, il est très important de ne pas passer du deuxième stade de résistance au stade d'épuisement. Pour ce faire, il existe une variété de façons de résister au stress, qui en psychothérapie sont appelées stratégies d'adaptation (de l'anglais «cope» - faire face, endurer, faire face).

La stratégie d'adaptation est une forme de comportement adaptatif qui maintient l'équilibre psychologique dans une situation problématique, ce sont des moyens qui sont développés consciemment et visant à surmonter une situation stressante.

Pour vous familiariser avec les types de stratégies d'adaptation, nous vous suggérons de passer un court test. Pour ce faire, cliquez sur "Suivant".

Ce test a été créé sur la base du développement méthodologique des scientifiques R. Lazarus et S. Folkman en 1980 - le questionnaire Ways of Coping Checklist (WCC). Le test vise à déterminer les moyens de surmonter les difficultés dans différents domaines: difficultés de travail, difficultés d'apprentissage, difficultés de communication, difficultés amoureuses, etc. Dans le cadre de ce concept, surmonter les difficultés est possible en utilisant 8 stratégies (styles de comportement), que vous apprendrez après le test.

Pour une interprétation correcte des réponses, plusieurs règles doivent être suivies pendant le test:

  • Pour les énoncés décrits, évaluez à quelle fréquence ces comportements dans des situations de vie difficiles apparaissent en vous.
  • Répondez aussi honnêtement que possible, seulement ce qui est vrai pour vous, n'essayez pas d'impressionner les autres.
  • Les données du test seront enregistrées après avoir répondu à la dernière question et voir la confirmation de la fin du test. Si vous terminez le test avant la dernière question et fermez la page, les données ne seront pas enregistrées.
  • Vous pouvez exécuter le test autant de fois que vous le souhaitez, mais n'oubliez pas que seul le dernier est enregistré. Si vous avez déjà réussi ce test, le signe sera affiché dans le menu de gauche.

Santé mentale des enfants et des adolescents

La psyché des enfants et des adolescents est instable et en est à ses balbutiements, il est donc très important d'essayer de protéger leur santé mentale vulnérable contre les effets négatifs. Le passage de la fin de l'enfance à l'adolescence s'accompagne de hauts et de bas émotionnels sur fond de changements hormonaux dans le corps de l'enfant. De nombreux adolescents sont incapables de faire face seuls à cette maladie, ils ont donc besoin de l'aide d'un adulte.

Les psychologues scolaires mènent des activités éducatives dans ce sens. Leur travail comprend la prévention des comportements déviants, la préservation, le renforcement et le développement de la santé psychologique des élèves grâce à l'acquisition de connaissances et de compétences spécifiques. Cependant, cela dépend aussi beaucoup du degré d'implication des parents dans le processus d'éducation, de la motivation et de la formation de l'état psycho-émotionnel de l'enfant. Ils doivent comprendre que la dépression chez les adolescentes se manifeste non seulement dans la mauvaise humeur, mais peut parfois entraîner de graves problèmes: toxicomanie et alcoolisme, dégoût de soi et du monde qui les entoure, grossesse précoce, violence et même suicide..

Il est important d'identifier les problèmes mentaux chez les enfants à temps et de les protéger des conséquences indésirables par la participation, les conseils et, si nécessaire, la recherche d'une aide qualifiée. Les symptômes suivants peuvent indiquer la présence de tels problèmes chez un adolescent: tristesse, désespoir, irritabilité, colère, hostilité, larmoiement, perte d'amis, intérêt pour les activités, changements dans le sommeil et les habitudes alimentaires, anxiété, excitation, sentiments d'inutilité et de culpabilité, manque d'enthousiasme et de motivation, fatigue ou manque d'énergie, difficulté à se concentrer. La présence de ces symptômes ne prouve pas à 100% la maladie mentale. Le meilleur moyen de prévenir les conséquences indésirables est d'observer constamment l'adolescent et d'enregistrer les manifestations des symptômes, ainsi que de comparer ses actions avec le comportement de ses pairs. La distinction entre les «maladies liées à l'âge» et les troubles mentaux n'est souvent pas évidente pour les parents non formés, c'est pourquoi, ce n'est qu'en accordant aux enfants l'attention et la participation voulues à leur vie qu'il est possible d'identifier la vulnérabilité à la dépression.

De nombreuses difficultés de l'adolescence peuvent et doivent être apprises à faire face en suivant quelques conseils d'experts:

  1. Intéressez-vous continuellement aux affaires de votre enfant. Ne soyez pas pour lui un mentor, mais un ami qui ne le force pas à faire quelque chose, mais le conseille sur la meilleure façon d'agir.
  2. Encouragez l'activité physique, tout en tenant compte des intérêts de l'adolescent. Il sera utile à la fois d'assister à des cours dans la section sportive, et de marcher à vélo ou avec un chien dans le parc..
  3. Faites la promotion de l'activité sociale de votre adolescent. Voyez si votre enfant a suffisamment de temps pour communiquer avec ses amis et ses pairs «en direct», et non à travers les réseaux sociaux, qu'il soit engagé dans un travail parascolaire, participe à des olympiades ou à des compétitions. Les jeux informatiques et la navigation sans but sur Internet doivent être minimisés.
  4. Dès le plus jeune âge, les enfants doivent être inculqués dans le désir d'un mode de vie sain, montrant une attitude négative envers les mauvaises habitudes (tabagisme, alcool, drogues), mieux encore par leur propre exemple.

La question de la santé mentale des enfants et des adolescents dépend de nombreux facteurs: éducation, environnement, sphère d'activité de l'enfant. En contrôlant consciemment ces éléments de l'adolescence, les parents responsables peuvent contribuer efficacement au développement psychologique normal de leurs enfants..

Pensée positive

Toute situation de la vie peut être évaluée de différentes manières: quelqu'un critique tout et remarque des défauts même dans l'événement le plus agréable, tandis que quelqu'un, au contraire, essaie de peindre ce qui se passe avec des couleurs gaies et trouve positif dans la situation la plus difficile. La capacité de gérer facilement et avec humour tous les problèmes qui surviennent vous aidera à maintenir votre santé mentale, à vous protéger des effets négatifs du stress et de l'anxiété. Vous apprendrez à rechercher des moments positifs dans n'importe quelle situation, à traiter ce qui s'est passé comme une leçon de vie et non comme une erreur ou une malchance, à tirer de l'expérience et de nouvelles opportunités de ce qui se passe, et à ne pas vous décourager et déprimer lorsque des obstacles et des difficultés surgissent..

Le célèbre philosophe Socrate, qui a traité toute situation avec humour, est un bon exemple de personne à l'esprit positif. On sait que sa femme Xantippa était une femme terriblement grincheuse et une fois, dans un accès de colère, a projeté de l'eau chaude sur le visage de Socrate, après quoi il a laissé une cicatrice. Plus tard, l'un des étudiants du philosophe, connaissant les problèmes de la vie personnelle du sage, lui a demandé si cela valait la peine de se marier. Le scientifique, sans réfléchir une minute, a répondu sans équivoque: «Ça vaut le coup. Si vous avez de la chance, vous serez heureux et sinon, vous deviendrez philosophe. ".

Voici quelques conseils utiles sur la façon de penser positivement:

  1. Évitez les influences négatives. Apprenez à dire non aux choses que vous n'aimez pas et avec lesquelles vous n'êtes pas à l'aise. Entoure-toi de personnes positives.
  2. Voyez les choses sous différents angles. Apprenez à tirer une expérience utile de n'importe quelle situation et à voir des moments lumineux en tout.
  3. Souriez souvent. N'oubliez pas que même sourire sans raison vous remontera le moral..
  4. Prenez le temps de faire ce qui vous plaît, vous donne du plaisir. Marcher, faire du shopping, lire, regarder un film aidera à maintenir une attitude positive..
  5. Trouvez ce qui vous motive, vous encourage. Par exemple, une bonne citation que vous pouvez imprimer et mettre dans votre portefeuille, ou votre chanson préférée, en écoutant laquelle, vous pouvez plus amusant et plus facile de marcher dans la vie.
  6. Fixez-vous des objectifs et atteignez-les. Commencez petit et passez progressivement à plus grand. Cela rendra votre vie intéressante et significative..
  7. N'ayez pas peur de l'échec. Comme l'a dit FD Roosevelt: "La seule chose qui mérite d'être craint est la peur elle-même.".
  8. N'abandonne pas. La persévérance ne peut que conduire à des résultats positifs..

Bien sûr, il est impossible de rassembler en une seule leçon tous les principes et techniques de maintien d'un état mental sain d'une personne, nous vous conseillons donc de faire attention à la section de notre blog dédiée à la psychologie, où vous trouverez beaucoup de choses utiles et intéressantes.

Testez vos connaissances

Si vous souhaitez tester vos connaissances sur le sujet de cette leçon, vous pouvez passer un court test composé de plusieurs questions. Dans chaque question, une seule option peut être correcte. Une fois que vous avez choisi l'une des options, le système passe automatiquement à la question suivante. Les points que vous recevez sont influencés par l'exactitude de vos réponses et le temps passé à passer. Veuillez noter que les questions sont différentes à chaque fois et les options sont mixtes.

Critères de santé mentale

Psychologue Ilya Pluzhnikov sur la psychologie comportementale, les méthodes d'analyse de la santé mentale et le comportement fonctionnel.

C'est l'un des sujets les plus difficiles. On peut dire que cela fait partie d'un sujet plus large: les problèmes de norme et de pathologie. La plupart des définitions de la santé, y compris la santé mentale, insistent sur le fait que la santé n'est pas tant un manque de bien-être, pas tant l'absence de symptômes, c'est-à-dire que ce n'est pas seulement la norme, mais autre chose..

Si nous distinguons le critère principal de la santé selon la définition de base que l'on trouve dans la littérature, alors c'est la norme là où il y a une sorte d'additif - un additif non sous la forme de symptômes, mais sous la forme, relativement parlant, d'un positif: attitude créative à la réalité, transformation de la réalité, vie active position et action active dans la réalité.

Dans différents concepts psychologiques, cet additif a été interprété de différentes manières. Commençons par la psychanalyse. Il faut dire qu'au départ la psychanalyse est un concept clinique et des symptômes, expliquer la nature des symptômes a toujours été plus important pour lui que l'étude de la santé.

Mais dans tout concept psychologique qui traite de la clinique et veut trouver un concept afin de guérir les patients, il doit y avoir sa propre idée de ce qui n'est pas tant la norme que la santé - ce à quoi le spécialiste s'efforce, en sortant le patient du symptôme. Si, du point de vue de la psychanalyse, la nature du trouble mental du patient réside dans des pulsions inconscientes supprimées, des traumatismes de la petite enfance, des expériences supprimées, des frustrations, alors il est très intéressant de voir comment Freud, ses étudiants et associés interprètent la santé..

Freud dit que la santé mentale en termes psychanalytiques est amour et travail (c'est son idiome célèbre). Aimer et travailler est cet additif qu'il dégage. En plus de cela, il ne devrait y avoir aucun symptôme, il devrait y avoir une sorte de produit.

Il ne s'agit pas tant de la réalisation des tendances infantiles, primitives, libidinales, c'est-à-dire des tendances sexuelles (la psychanalyse accorde beaucoup d'attention à la sexualité refoulée), que de la sexualité mature, qui est présente non seulement au niveau corporel, mais aussi au niveau de l'attachement..

Quand il dit «travailler», il veut dire qu'il peut créer, dans sa vie pour réaliser un certain principe créatif. Les psychanalystes disent que l'intellectualisation et la sublimation en tant que mécanismes de défense, c'est-à-dire le transfert des tendances sexuelles infantiles et primitives dans un canal créatif, est une caractéristique d'une personne mature et en bonne santé..

Quelque part dans les années 1950-1960, les psychanalystes ont attiré l'attention sur le fait que leurs patients n'étaient pas seulement un caillot d'énergie destructrice et sexuelle (comme le disait Freud, un chaudron bouillant de passions), mais ils se sont rendu compte que leurs patients pensaient avoir la pensée et l'intelligence, et ils ont commencé à développer la psychothérapie cognitive. En parallèle, les psychologues comportementaux (comportementalistes) ont décidé d'orienter la théorie de la psychologie comportementale dans le courant de la pratique..

Un vaste domaine a émergé, qui est maintenant appelé psychologie cognitivo-comportementale, psychothérapie cognitivo-comportementale. Elle est la deuxième colonne du monde de la psychologie scientifique qui s'oppose à la psychanalyse. L'idée est que la nature d'un trouble mental est associée à un traitement incorrect de l'information, c'est-à-dire qu'il s'agit d'erreurs cognitives dans l'interprétation de la réalité, d'une distorsion de la perception de la réalité et d'un comportement dysfonctionnel. Quel pourrait être un comportement dysfonctionnel? Par exemple, évitant: en réponse au stress, une personne le quitte. Ou agressif: il attaque et enfreint ainsi certaines normes.

Si une maladie est présentée comme une violation du traitement de l'information et une violation du comportement, la santé est un comportement heuristique adéquat: traiter les informations de l'environnement afin d'adapter une personne de la manière la plus compacte et la plus rapide et un certain type de comportement fonctionnel..

Mais le comportement fonctionnel, lorsque nous parlons d'une sorte d'ajout créatif, n'est pas un évitement, ni une agression, mais quelque chose entre les deux. Ce n'est pas simplement une ignorance du conflit, mais une certaine interaction avec une situation stressante. Il s'agit d'un comportement assertif, d'un comportement confiant: dire calmement à une personne qui aggrave le conflit qu'il n'est pas souhaitable de le faire, car cela peut avoir des conséquences. C'est-à-dire une réaction calme et apporter des informations à l'instigateur du conflit à l'aide de mots.

La troisième approche est la psychologie existentielle-humaniste, qui s'oppose également à la psychanalyse. Il a commencé son développement avec le travail de philosophes existentialistes et de psychanalystes pratiquants qui, contrairement à Freud, ont décidé de regarder leurs patients dans les yeux, et pas seulement de les poser sur le canapé et d'analyser leurs associations. La psychologie humaniste est généralement associée au nom du psychologue Karl Rogers.

La santé s'entend ici non seulement comme l'absence de symptômes, mais comme un développement constant, une projection constante de son être, une conscience constante de soi dans le monde, une conscience des conflits existentiels (conflits de solitude, finitude de la vie).

La pathologie est associée au fait que certains facteurs entravent le développement. Je tiens à souligner que lorsque nous parlons de santé mentale, nous devons toujours comprendre que ce n'est pas seulement la norme, mais aussi une sorte d'additif qui parle de créativité et de créativité chez une personne..