Signes primaires de schizophrénie

Les premiers signes de schizophrénie apparaissent généralement à la fin de l'adolescence ou au début de l'âge adulte. Ils sont souvent assez difficiles à repérer si vous n'êtes pas très familier avec la maladie. Une autre raison pour laquelle les premiers signes de maladie peuvent être difficiles à détecter est que les adolescents subissent une variété de sautes d'humeur et de comportements excentriques..

En général, les hommes ont tendance à montrer des signes avant-coureurs de schizophrénie plus tôt que les femmes, mais l'âge d'apparition de la maladie n'a pas vraiment été établi. La période précédant l'apparition des symptômes réels de la schizophrénie est appelée phase «prodromique». Pendant ce temps, un médecin ou un spécialiste peut diagnostiquer une personne présentant des signes de schizophrénie «pré-morbide» s’il pense que cette maladie peut se développer.

Parfois, des médicaments antipsychotiques peuvent être prescrits pour retarder l'apparition des symptômes. La phase prodromique dure généralement 2 à 5 ans avant que la schizophrénie complète ne se développe. Chez l'homme, ces signes apparaissent généralement entre 20 et 25 ans, et chez la femme, entre 25 et 30 ans. Malheureusement, bien que nous ne sachions pas quelle est la cause exacte de la schizophrénie, il existe de nombreux signes précoces communs du développement de la maladie. [R]

Premiers signes de schizophrénie

Il convient de noter que bon nombre de ces symptômes peuvent indiquer quelque chose de simple, comme une dépression majeure. Cependant, lorsqu'un comportement étrange est combiné avec l'isolement, la préoccupation pour la religion et qu'une personne tombe hors de toutes les relations sociales normales, c'est un signal alarmant pour le développement possible de la schizophrénie. [R, R]

Comportement étrange. Le patient, sans aucun sens, se comportera d'une manière étrange et inhabituelle. Par exemple, il peut porter des vêtements dans l'autre sens, faire des grimaces, faire des allers-retours, etc..

Déclin cognitif. Elle se manifeste sous la forme d'une diminution des capacités mentales: mauvaise concentration, attention, mémoire. Incapacité à résoudre un problème, confusion, distraction.

Dépression. En règle générale, une personne présente des signes significatifs de dépression avant le début de la maladie. La personne peut sembler émotionnellement impassible ou être profondément désespérée..

Dépendance. De nombreuses personnes atteintes de schizophrénie prennent des médicaments. Cela soulage leur douleur mentale. Dans un sens, cela peut être considéré comme une auto-médication. Cependant, il convient de noter que l'abus de drogues illicites ne fait qu'aggraver les symptômes psychotiques..

Apathie. C'est un manque total d'émotion, d'indifférence dans la conversation ou de discours monotone. Les personnes malades sont incapables de pleurer, d'exprimer leur bonheur ou de s'inquiéter.

Émotions inacceptables. Par exemple, lorsqu'une personne est triste ou mourante, une personne schizophrène peut rire ou sourire. Et vice versa, quand dans les moments de plaisir universel ils peuvent pleurer.

Paranoïa. Le patient croit que quelqu'un le juge ou le regarde. Il développera diverses théories et versions qu'ils essaient de l'empoisonner ou de le tuer. La paranoïa est également mauvaise en ce qu'elle perturbe le sommeil et les habitudes alimentaires, car en raison d'une excitation et d'une peur constantes, le patient développe une insomnie et le régime s'égare.

Mauvaise hygiène. Le patient arrête de prendre une douche, de se brosser les dents et de prendre soin de lui-même. Porte des vêtements sales, ne noue pas de lacets, etc..

Obsession de la religion ou de l'occulte. L'un des principaux signes précoces de la schizophrénie est qu'une personne devient obsédée par la religion ou l'occulte. Si vous remarquez ce comportement, assurez-vous d'y prêter attention..

Isolement social. Une personne est éloignée des activités sociales et isolée de la société. Il ne va pas à l'école, au travail ou à d'autres activités de socialisation.

Il convient de noter que bon nombre de ces symptômes ne sont pas nécessairement des signes de schizophrénie uniquement. De nombreuses personnes prennent leur retraite, deviennent déprimées et dorment peu en raison de l'anxiété, de la dépression ou d'une autre maladie mentale. Cependant, si plusieurs de ces symptômes sont combinés, il s'agit probablement d'un signe de schizophrénie..

Que faire

Si vous remarquez que quelqu'un montre les premiers signes de schizophrénie, recommandez-lui de subir une évaluation psychologique. S'ils souffrent de schizophrénie ou d'une autre condition médicale, la plupart des spécialistes seront en mesure de le déterminer..

Le traitement le plus rapide de cette maladie est dû à un meilleur fonctionnement de la société et à un pronostic plus favorable. Si un patient a des antécédents familiaux de schizophrénie et présente des signes et symptômes précoces, il est probable qu'il le développe également..

Comment guérir la schizophrénie?

La schizophrénie est un trouble mental endogène chronique. Elle se caractérise par des troubles de la pensée, de la perception, des émotions et de la volonté. Il survient principalement à un jeune âge. Progresse progressivement, détruit le noyau de la personnalité et conduit à la démence schizophrénique, au handicap et au handicap.

Le nom vient des mots grecs «schizo» - clivage et «phrenos» - esprit. Les chercheurs et les médecins comprennent la «division de l'esprit» comme la destruction des fonctions mentales et de la personnalité. L'association la plus populaire est la division de la personnalité (trouble dissociatif), à laquelle la schizophrénie n'est pas du tout associée.

Le tableau clinique est varié. Bleuler, le scientifique qui a introduit le concept de «schizophrénie» en médecine, pensait qu'il ne s'agissait pas d'une maladie holistique, mais d'un ensemble de syndromes séparés. L'approche syndromique est considérée comme controversée et la plupart des médecins sont enclins à croire qu'il s'agit d'une maladie mentale unique et holistique.

Cette maladie dans la clinique diffère de celle des œuvres d'art. Dans la plupart des cas, il ne se manifeste pas du tout, comme le montrent les films où les patients sont en constante psychose et hallucinatoire..

Dans la culture pop, la maladie est associée au génie. On pense que les philosophes, écrivains et poètes les plus célèbres souffraient d'un esprit divisé. En fait, la schizophrénie est l'opposé du génie. Le trouble mental détruit la pensée, il devient improductif.

Les opérations de la pensée sont détruites, le patient ne peut établir une relation de cause à effet. Par exemple, il ne comprend pas pourquoi la guitare émet des sons, le crayon écrit et l'eau se renverse. Les gens de génie créent un produit qui est en demande dans la société; un produit qui donne de nouvelles opportunités aux gens. Un patient atteint de schizophrénie paranoïde peut réécrire des informations provenant de pages Internet sur la façon d'éteindre le soleil dans un ordinateur portable pendant des jours.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, 1% de la population mondiale souffre de schizophrénie. Ce chiffre ne dépend pas du déclin ou de l'augmentation de la population. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les nazis ont exterminé les malades mentaux. Ils ont donc essayé d'élever une race pure sans défauts physiologiques et mentaux. Les médecins de l'Allemagne nazie pensaient qu'ils réduiraient ou élimineraient la maladie mentale. Cependant, 10 ans après la guerre, l'incidence de la schizophrénie est revenue à

1%. Pour cette raison, de nombreux chercheurs pensent que la schizophrénie est une maladie de la civilisation, un produit d'une technologie et d'une culture en développement rapide..

Les raisons

Il existe de nombreuses causes de schizophrénie, mais aucune d'entre elles n'est officiellement reconnue:

  1. La génétique. Les données d'études jumelles démontrent l'hérédité de la schizophrénie. Ce sont des gènes non spécifiques qui prédisposent au trouble bipolaire et à la dépression. La schizophrénie peut se développer en raison de mutations spontanées et aléatoires dans l'appareil génétique humain. L'hérédité est la suivante: si l'un des parents souffre de schizophrénie, la probabilité de transmission de la maladie aux enfants est d'environ 20%. Si les deux parents sont malades, la schizophrénie se transmet avec une probabilité de 40 à 50%..
  2. Traits de personnalité mentaux et constitutionnels prédisposants. Ainsi, les personnes de type schizoïde ou de trouble de la personnalité schizoïde sont les plus sensibles. Certains chercheurs considèrent le trouble schizoïde comme une forme bénigne de schizophrénie.
  3. Alcoolisme et toxicomanie. Substances psychoactives dangereuses qui stimulent la libération de dopamine - alcool et amphétamine. Une activité excessive de ce neurotransmetteur augmente l'activité des synapses neuronales - cela conduit à un dysfonctionnement des neurones.
  4. Société. Il existe une relation entre une urbanisation accrue, un statut social bas, la discrimination raciale, le désavantage, le chômage et la schizophrénie. Le trouble survient chez les personnes qui ont été victimes d'intimidation, d'intimidation, de violence mentale ou physique pendant l'enfance.

Symptômes et types

Le tableau clinique est basé sur une pensée altérée et une sphère émotionnelle-volitive.

Les symptômes de la schizophrénie sont négatifs (improductifs) et positifs (productifs). Négatif - ce sont des symptômes qui «emportent» une partie de la sphère mentale du patient. Productif - ce sont des symptômes psychotiques - hallucinations, délires, pensées obsessionnelles.

Les premiers stades de la maladie n'apparaissent généralement pas. Les premiers troubles surviennent à l'adolescence et se manifestent par des symptômes négatifs. La personne devient isolée, devient asociale, émotionnellement froide, hostile. Le symptôme du "verre et bois" est caractéristique: le patient peut pleurer sur une plante d'intérieur pourrie, mais se moquer des funérailles de la mère.

Les premiers signes évidents de schizophrénie apparaissent dès le début - il s'agit du développement soudain de symptômes psychotiques. Par exemple, un schizophrène de forme paranoïaque développe des idées surévaluées: délires de persécution, jalousie, inventions. Il pense être suivi par des services spéciaux ou des extraterrestres..

Les principales formes de schizophrénie:

  • paranoïaque;
  • Facile;
  • hebephrenic;
  • catatonique;
  • résiduel;
  • indifférencié.

Quelle que soit la forme, la schizophrénie se manifeste par des symptômes typiques, qui sont complétés par des symptômes de l'une des formes de schizophrénie. Le tableau clinique se manifeste selon le schéma:

  1. syndrome de noyau + sénestopathique;
  2. noyau + syndrome hypocondriaque non délirant.

Le noyau de la schizophrénie se compose des principaux syndromes, qui se manifestent par des symptômes productifs et improductifs:

  • Troubles de la pensée.
  • Troubles émotionnels-volitifs.

Symptômes improductifs du trouble de la pensée: résonance, symbolisme, incohérence, fragmentation, diversité. Il peut soudainement s'accélérer (mentisme) ou s'arrêter (sperrung). La réflexion détaillée est souvent caractéristique, accompagnée de détails excessifs de la présentation et de l'incapacité de séparer le primaire du secondaire.

La pensée d'un schizophrène se caractérise par l'actualisation de traits latents. Il est facile de l'identifier dans la méthode «Classification», lorsque le patient généralise des objets en fonction de signes latents et secondaires. Par exemple, il y a 30 cartes illustrées sur la table. Le patient est invité à les organiser en groupes. Une personne avec un état d'esprit sain organisera un stylo, un crayon, un feutre et un marqueur dans un groupe d'objets d'écriture, car leur fonction principale est d'écrire ou de créer des signes sur papier..

Le schizophrène rassemblera un crayon, une règle, un parapluie et une fourchette en un seul groupe, car ils sont oblongs. Autrement dit, le patient ne peut pas déterminer la fonction principale de l'objet (son objectif principal) et actualise les propriétés secondaires - la longueur, la couleur, la taille de la poignée ou du parapluie.

Troubles de la pensée productifs - idées délirantes, idées surévaluées et obsessions.

Troubles de l'émotion et comprendra:

  • apathie;
  • abulia;
  • plan émotionnel;
  • symptôme de verre et de bois.

Schizophrénie indifférenciée

Indifférencié signifie indéfini. Il est présenté dans le cas où le tableau clinique se manifeste dans plus d'un type (par exemple, paranoïde et catatonique à la fois), ou lorsque le tableau clinique n'est pas assez prononcé pour déterminer la forme de schizophrénie.

La schizophrénie indifférenciée est caractérisée par des rechutes épisodiques. De plus, la variante indifférenciée peut prendre différentes formes: les débuts commencent par un état psychotique aigu, le prochain épisode est accompagné de symptômes paranoïaques, le prochain épisode est catatonique..

Pour diagnostiquer une forme indifférenciée:

  1. les symptômes de la maladie doivent correspondre aux syndromes nucléaires;
  2. le tableau clinique ne doit pas correspondre strictement à une schizophrénie paranoïde, hébéphrénique, catatonique et simple;
  3. il ne devrait y avoir aucun signe de schizophrénie résiduelle et de dépression post-schizophrénique.

Pour différencier les autres formes, le trouble psychotique schizophrénomorphe aigu, l'état final dans la schizophrénie maligne, la schizophrénie chronique indifférenciée doivent être exclus.

Schizophrénie résiduelle

La schizophrénie résiduelle ou résiduelle est une forme de la maladie qui s'accompagne du développement d'une anomalie schizophrénique (démence schizophrénique, syndrome apatoabulique) dans l'année suivant une psychose aiguë.

Par exemple, un patient a subi un épisode psychotique pour une raison quelconque. Selon les critères, il n'était pas schizophrène. Si au cours de l'année, sa sphère de pensée et de volonté émotionnelle a été progressivement bouleversée, un diagnostic de «schizophrénie résiduelle» est posé.

Schizophrénie sénestopathique

Elle s'accompagne de syndromes nucléaires et de la dominance de la sénestopathie. La sénestopathie est un trouble de la perception dans lequel le patient ressent des sensations migratoires désagréables et douloureuses dans le corps, à condition qu'il n'y ait pas de maladies des organes internes. Le défaut schizophrénique est léger.

Les patients se plaignent de sentiments qu'il lui est difficile de décrire avec des mots. Pour des explications, il utilise souvent le mot «comme» ou «comme»: comme si les intestins étaient tordus de l'intérieur, comme si le cœur fondait dans le feu, comme si la vessie était sur le point d'exploser, comme si de petits insectes rampaient dans les artères.

Les sentiments sénestopathiques sont persistants, persistants, douloureux et intrusifs. Il y a des douleurs migratoires indéterminées dans tout le corps - sénestalgie ou sénestopathie algique.

Schizophrénie hypocondriaque

Le tableau clinique se compose de syndromes nucléaires et de symptômes hypocondriaques. Se développe soudainement, avance doucement, se termine favorablement. Aucun défaut schizophrénique observé.

Pour cette forme de la maladie, une hypocondrie non délirante est caractéristique. Autrement dit, les plaintes concernant des maladies inexistantes, l'anxiété quant à leur développement et une fixation spéciale sur les maladies n'aboutissent pas à des idées folles. Pour comparer l'hypocondrie délirante, prenons le délire hypocondriaque-nihiliste dans le syndrome de Cotard: le patient croit que ses organes internes ont pourri, des vers se sont installés dans ses yeux, du pus et du sang suintent du foie. Dans le même temps, le patient affirme qu'il est mort il y a longtemps, et maintenant le cadavre parle au médecin.

Dans la Classification internationale des maladies, la schizophrénie sénestopathique et hypocondriaque appartient à la classe «autre type de schizophrénie» avec le code F20.8.

Diagnostique

Pour le diagnostic, un psychiatre, un psychologue médical, des proches et le patient lui-même sont impliqués. L'anamnèse du patient est étudiée depuis le tout début de sa vie: comment s'est déroulé l'accouchement, comment il a étudié à l'école, comment la socialisation s'est déroulée, quand la première fille est apparue, ce qu'il aimait dans sa jeunesse, comment il a réagi aux événements émotionnels. Ceci est clarifié dans une conversation clinique. Parfois, le patient ne peut pas donner des informations adéquates sur sa vie et exprimer ses pensées, par conséquent, des personnes proches sont interrogées.

Au cours d'une conversation clinique, le médecin doit identifier les incohérences et les troubles de la pensée. Ceci est indiqué par des déclarations délirantes et des idées surévaluées. La perception est explorée. Le médecin demande au patient s'il voit ce que les autres ne voient pas, s'il entend des voix. Si oui, que disent-ils? Le plus souvent, la schizophrénie s'accompagne d'hallucinations auditives impératives, lorsque des voix ordonnent quelque chose: pirater un père à mort avec une hache, emprunter un million, aller dans une autre ville.

L'apparence d'un schizophrène est généralement négligée. Les patients développent un syndrome apatoabulique: ils ne veulent rien faire, y compris se laver et effectuer des procédures d'hygiène de base.

Discours de glissement. Dans une conversation clinique, le patient résonne (philosophe infructueux), montre une pensée paralogique et symbolique: «Le matin, j'ai fait des crêpes à partir d'œufs. À quoi servent les œufs? Les œufs sont du poulet. Les poulets sont nécessaires dans l'agriculture, sans eux, l'Amérique du Sud mourra de faim. Et il y a des enfants, ils ne grandiront pas, la population diminue. Pour cette raison, le réchauffement climatique se produit. La terre quittera son orbite et s'approchera du soleil, à cause de la chaleur, les poules mourront, il y aura moins d'œufs, puis je commencerai à mourir de faim. ".

Des recherches psychométriques sont en cours. La méthode psychologique "Classification" a la plus grande valeur diagnostique. Avec son aide, le médecin étudie la pensée du patient: relations de cause à effet, généralisation, analyse et synthèse.

Qu'est-ce que la schizophrénie?

Schizophrénie - Il s'agit d'une maladie mentale assez courante. Il se manifeste par des troubles de la pensée, de la perception, des troubles émotionnels et volontaires et un comportement inapproprié. Le terme «schizophrénie» a été proposé par le psychopathologiste suisse E. Bleuler. Littéralement, cela signifie «diviser l'esprit» (du grec ancien «σχίζω» - je me sépare et «φρήν» - raison, esprit).

Contexte historique de la schizophrénie

Les premières informations sur les symptômes schizophréniques remontent à 2000 av. Périodiquement, de nombreux médecins éminents de différentes époques ont également décrit des troubles psychotiques similaires. Dans son ouvrage "The Medical Canon", Avicenne a parlé de folie grave, rappelant en partie la schizophrénie. Plus en détail, la pathologie n'a commencé à être étudiée qu'à la fin du XIXe siècle. Le psychiatre allemand E. Crepelin (1856-1926) a observé des patients adolescents souffrant de diverses psychoses. Au cours de ses recherches, il a découvert qu'après un certain temps, tous les patients ont développé un état similaire de démence spéciale. On l'appelait «démence précoce» (démence praecox). D'autres psychiatres ont complété et élargi les informations sur les symptômes, l'évolution et l'issue de cette maladie. Au début du XXe siècle, le psychopathologiste suisse E. Bleuler a proposé d'introduire un nouveau nom pour la maladie - «schizophrénie». Il a prouvé que la pathologie survient non seulement à un jeune âge, mais aussi à l'âge adulte. Son trait caractéristique n'est pas la démence, mais une «violation de l'unité» de la psyché. Le concept proposé de schizophrénie a été reconnu par tous les psychiatres.

Pourquoi la schizophrénie se développe

Malgré le haut niveau de développement de la médecine moderne, il n'a pas encore été possible d'établir la cause exacte de cette maladie. Les psychiatres sont plus enclins à la théorie génétique de la schizophrénie. Il dit: s'il y a un patient schizophrène dans la famille, ses parents par le sang ont un risque élevé de développer cette pathologie. Cependant, le type d'hérédité et la base génétique moléculaire de la maladie sont inconnus. Un rôle important dans le développement de la schizophrénie est joué par les traits de personnalité, un statut social bas (pauvreté, mauvaises conditions de vie, une famille dysfonctionnelle, etc.), diverses maladies (toxicomanie, alcoolisme, pathologies somatiques chroniques, traumatismes cranio-cérébraux, situations psycho-traumatiques prolongées, etc.) Parfois l'apparition de la schizophrénie est précédée d'influences stressantes, cependant, chez la plupart des patients, la schizophrénie survient «spontanément».

Formes typiques de la maladie

Les formes typiques de schizophrénie comprennent les formes paranoïdes, hébéphréniques, catatoniques et simples..

Forme paranoïaque (F20.0)

Le plus souvent dans leur pratique, les psychiatres sont confrontés à une forme paranoïaque de schizophrénie. Outre les principaux signes de schizophrénie (altération de l'harmonie de la pensée, autisme, diminution des émotions et leur insuffisance), le délire prévaut dans le tableau clinique de cette forme. En règle générale, il se manifeste par des idées délirantes de persécution sans hallucinations, idées délirantes de grandeur ou idées délirantes d'influence. Des signes d'automatisme mental peuvent apparaître lorsque les patients croient que quelqu'un de l'extérieur influence leurs propres pensées et actions.

Forme hébéphrénique (F20.1)

La forme la plus maligne de schizophrénie est l'hébephrénie. Cette forme est caractérisée par des manifestations d'enfantillage et d'excitation stupide et absurde. Les patients font la grimace, peuvent rire sans raison, puis ressentir soudainement du ressentiment, montrer de l'agressivité et détruire tout sur leur passage. Leur discours est incohérent, plein de répétitions et de mots inventés par eux, très souvent accompagnés d'abus cyniques. La maladie commence généralement à l'adolescence (12-15 ans) et progresse rapidement.

Forme catatonique (F20.2)

Dans le tableau clinique de la forme catatonique de la schizophrénie, les troubles de la fonction motrice prédominent. Les patients sont dans une position non naturelle et souvent inconfortable pendant une longue période sans se sentir fatigués. Ils refusent de suivre les instructions, ne répondent pas aux questions, bien qu'ils comprennent les mots et les commandes de l'interlocuteur. L'immobilité dans certains cas (catalepsie, symptôme d'un «coussin (d'air) mental») est remplacée par des crises d'excitation catatonique et des actions impulsives. De plus, les patients peuvent copier les expressions faciales, les mouvements et les déclarations de l'interlocuteur.

Forme simple (F20.6)

La forme simple de schizophrénie est caractérisée par une augmentation des symptômes extrêmement négatifs, en particulier le syndrome apathique-abulique. Elle se manifeste par la pauvreté émotionnelle, l'indifférence au monde qui l'entoure, l'indifférence à soi-même, le manque d'initiative, l'inactivité et un isolement de plus en plus grand des gens autour. Au début, une personne refuse d'étudier ou de travailler, rompt ses relations avec ses proches et ses amis et erre. Puis progressivement, la base de connaissances accumulée est perdue et une «démence schizophrénique» se développe..

Formes atypiques de la maladie

Dans la clinique des formes atypiques de schizophrénie, des signes non standard et pas tout à fait caractéristiques prévalent. Les formes atypiques comprennent la psychose schizo-affective, le trouble schizotypique (semblable à la névrose et variante), la schizophrénie fébrile et certaines autres formes de schizophrénie.

Psychose schizoaffective (F 25)

La psychose schizo-affective est une affection particulière caractérisée par l'apparition paroxystique de symptômes schizophréniques (délirants, hallucinatoires) et affectifs (maniaques, dépressifs et mixtes). Ces symptômes se développent au cours de la même attaque. Dans le même temps, le tableau clinique d'une crise ne répond ni aux critères de la psychose maniaco-dépressive ni aux critères de la schizophrénie..

Trouble schizotypique (variante de type névrose) (F 21)

La variante de type névrose du trouble schizotypique se manifeste par des symptômes asthéniques, hystériques ou des symptômes obsessionnels qui ressemblent à la clinique des névroses correspondantes. Cependant, la névrose est une réaction psychogène à une situation traumatique. Et le trouble schizotypique est une maladie qui survient spontanément et ne correspond pas aux expériences frustrantes existantes. En d'autres termes, ce n'est pas une réponse à une situation stressante et se caractérise par l'absurdité, le caractère délibéré et aussi l'isolement de la réalité..

Schizophrénie fébrile

Dans des cas extrêmement rares, des états psychotiques aigus se produisent avec des signes de toxicose sévère, appelée schizophrénie fébrile. Les patients ont une température élevée, les symptômes de troubles somatiques augmentent (hémorragies sous-cutanées et intra-organiques, déshydratation, tachycardie, etc.) La clinique des troubles mentaux se caractérise par une opacification de la conscience, l'apparition de délires fantastiques et un syndrome catatonique. Les patients sont confus, se précipitent dans leur lit, font des mouvements insensés, ne peuvent pas dire qui ils sont et où ils se trouvent. La schizophrénie fébrile doit être distinguée du syndrome malin des neuroleptiques. Il s'agit d'un trouble mortel assez rare associé à l'utilisation de psychotropes, le plus souvent des neuroleptiques. Le syndrome neuroleptique malin se manifeste, en règle générale, par une rigidité musculaire, de la fièvre, des changements autonomes et divers troubles mentaux.

Formes rares de psychoses délirantes

Les formes rares de psychoses délirantes comprennent les troubles délirants chroniques (paranoïa, paraphrénie tardive, etc.), les psychoses transitoires aiguës.

Trouble délirant chronique (F22)

Ce groupe de psychoses comprend divers troubles dans lesquels l'illusion chronique est le seul signe clinique ou le plus visible. Les troubles délirants observés chez les patients ne peuvent pas être classés comme schizophrènes, organiques ou affectifs. Il est probable que les causes de leur apparition soient la prédisposition génétique, les traits de personnalité, les circonstances de la vie et d'autres facteurs. Les troubles délirants chroniques comprennent la paranoïa, la paraphrénie tardive, la psychose paranoïde et la schizophrénie paranoïde avec délire relationnel sensible.

Paranoïa (F22.0)

Les patients souffrant de paranoïa sont souvent méfiants, sensibles, jaloux. Ils ont tendance à voir les intrigues de méchants lors d'événements aléatoires, à se souvenir longtemps des délits, à ne pas percevoir les critiques, ils traitent les gens autour d'eux avec une méfiance aiguë. Souvent, ils ont surévalué des idées délirantes de grandeur et / ou de persécution, sur la base desquelles les patients sont capables de construire des théories logiques complexes du complot dirigées contre eux-mêmes. Souvent, ceux qui souffrent de paranoïa rédigent un grand nombre de plaintes auprès de diverses autorités contre des malfaiteurs imaginaires et engagent également des poursuites..

Psychoses transitoires aiguës (F23)

La clinique de la psychose transitoire aiguë se développe après une période passagère de confusion, d'anxiété, d'anxiété et d'insomnie. La psychose est caractérisée par l'apparition d'un délire sensoriel aigu avec des changements rapides de sa structure. Le plus souvent, des idées délirantes d'influence, de persécution, de relations, de mise en scène, de fausse reconnaissance et de double délire surviennent. Des expériences hallucinatoires, de véritables auditions et des pseudo-hallucinations sont possibles. En règle générale, ils sont instables et ont tendance à se changer rapidement..

Types de schizophrénie et pronostic

Il existe trois types de schizophrénie: continue, périodique (récurrente) et paroxystique-progrediente (semblable à la fourrure).

Schizophrénie continue

Ce type de cours de schizophrénie se caractérise par une dynamique en constante évolution. En fonction du degré de sa progression, on distingue une évolution maligne, moyennement progressive et lente. Avec un cours continu, il y a des périodes d'exacerbation des symptômes de la schizophrénie et de leur soulagement. Cependant, des rémissions de qualité à part entière ne sont pas observées. Le pronostic clinique et social de la majorité de ces patients est défavorable. La grande majorité des patients sont hospitalisés ou se trouvent dans des internats psycho-neurologiques. Tous reçoivent tôt ou tard le premier groupe de handicaps. Chez certains patients, après de nombreuses années après le début de la maladie, les manifestations cliniques diminuent quelque peu et de ce fait, ils restent à la maison et restent invalides..

Schizophrénie récurrente (récurrente)

Avec ce type de schizophrénie, des crises de troubles mentaux productifs surviennent périodiquement et ne s'accompagnent pas de changements profonds de personnalité. Leur nombre est différent. Certains ont une attaque dans toute leur vie, d'autres en ont plusieurs et d'autres encore en ont plus de dix. Les crises de schizophrénie peuvent durer de quelques jours à plusieurs mois. Ils sont du même type (similaires les uns aux autres) ou de types différents (différents les uns des autres). Le pronostic médical et social de la schizophrénie récurrente est généralement assez favorable. Cela est dû à la gravité insignifiante des changements de personnalité négatifs ou à leur absence due à une interruption persistante ou à une récupération pratique. Le pronostic s'aggrave avec la pondération, l'allongement et les crises plus fréquentes de schizophrénie récurrente.

Schizophrénie paroxystique

L'évolution paroxystique progressive la plus courante de la schizophrénie. Cette variante du cours est caractérisée par la présence de crises épisodiques de schizophrénie avec des rémissions défectueuses et de faible qualité. Chaque attaque conduit à un défaut de personnalité, ainsi qu'à une augmentation des idées délirantes et des hallucinations. Le degré de progression de la schizophrénie du manteau de fourrure et la profondeur du défaut mental peuvent varier. Le pronostic clinique et social de ce type d'évolution de la schizophrénie est déterminé par le taux d'augmentation des changements de personnalité, ainsi que par la durée, la fréquence et la gravité des crises. Une schizophrénie du manteau de fourrure avec un défaut mental évoluant rapidement a un pronostic défavorable. Un pronostic relativement favorable dans la schizophrénie paresseuse du pelage. Elle se caractérise par la rare survenue de crises de nature non psychotique. Les autres cas sont à des stades intermédiaires entre les options extrêmes indiquées.

Diagnostic différentiel de la schizophrénie

Le diagnostic de schizophrénie est établi après que la durée de la maladie a dépassé six mois. Dans ce cas, il doit y avoir une violation significative de l'adaptation sociale ou de la capacité de travail. Au fond, la schizophrénie est un diagnostic d'exclusion. Pour l'établir, il est nécessaire d'exclure les troubles affectifs, l'alcoolisme et la toxicomanie, qui pourraient conduire au développement de symptômes psychopathologiques. D'énormes difficultés surgissent dans le diagnostic différentiel des formes catatoniques et paranoïdes de schizophrénie à partir des formes correspondantes de psychoses somatogènes, infectieuses, toxiques, traumatiques et autres exogènes au cours de leur longue évolution. La base de la construction d'un diagnostic repose sur des manifestations cliniques spécifiques: matité émotionnelle, troubles de l'harmonie de la pensée et troubles volitifs.

Comportement suicidaire chez les patients schizophrènes

Le terme «comportement suicidaire» désigne une action délibérée visant à se suicider volontairement. Dans la schizophrénie, on ne peut en parler que lorsque le suicide rend compte de ses actes (ne reste pas dans un état psychotique, et n'a pas non plus de défauts de personnalité prononcés). Sinon, ce comportement est considéré comme auto-agressif..

Selon les statistiques, environ la moitié des patients atteints de schizophrénie ont tenté de se suicider pendant la période de vingt ans de la maladie. Parmi ceux-ci, 10% ont été achevés. Un comportement suicidaire est une indication directe pour demander l'avis d'un psychiatre. Et la meilleure option est d'hospitaliser le suicide dans un hôpital psychiatrique.

Traitement de la schizophrénie

La grande majorité des personnes atteintes de schizophrénie ont besoin d'une aide qualifiée dans un hôpital psychiatrique. L'hospitalisation permet une surveillance constante du patient, capturant des changements minimes dans son état. Dans le même temps, les manifestations cliniques de la maladie sont détaillées, des études supplémentaires sont effectuées, des tests psychologiques sont effectués.

Malgré les progrès de la médecine moderne, les méthodes qui guériraient complètement la schizophrénie sont encore inconnues. Cependant, les méthodes de thérapie utilisées aujourd'hui peuvent considérablement soulager l'état du patient, réduire le nombre de rechutes de la maladie et restaurer presque complètement son fonctionnement social et quotidien. La psychopharmacothérapie joue un rôle majeur dans le traitement de la schizophrénie. À cette fin, trois groupes de médicaments psychotropes sont utilisés: les neuroleptiques, les antidépresseurs et les tranquillisants. Ils sont utilisés pendant une longue période (d'une semaine à plusieurs années, jusqu'à une utilisation à vie). Il est important de se rappeler que le traitement plus précoce de la schizophrénie est démarré, le meilleur pronostic attend le patient..

Traitement avec des médicaments psychotropes

La thérapie neuroleptique est indiquée en présence d'une affection aiguë. Le choix du médicament dépend des symptômes cliniques d'une crise (exacerbation). En cas de dominance de l'agitation psychomotrice, de l'hostilité, de l'agressivité, des antipsychotiques sont utilisés, qui ont un effet sédatif prédominant (tisercine, chlorpromazine, chlorprothixène). Si les symptômes hallucinatoires-paranoïdes prédominent, on prescrit des antipsychotiques typiques «puissants» capables de les combattre (halopéridol, trifluopérazine). Le polymorphisme des symptômes cliniques nécessite l'utilisation d'antipsychotiques typiques à large effet antipsychotique (mazheptil ou piportil). La schizophrénie lente est traitée avec des doses faibles à modérées d'antipsychotiques et d'antidépresseurs. Dans le cas de la schizophrénie lente, accompagnée de phobies et d'obsessions, des tranquillisants sédatifs (relanium, phénazépam, alprazolam, lorazépam) sont utilisés.

Combattre les effets secondaires des antipsychotiques

L'utilisation à long terme des neuroleptiques conduit très souvent à leur intolérance aux médicaments. Elle se manifeste par des effets secondaires du système nerveux et le développement de complications (dyskinésie tardive et neurolepsie). Dans de telles situations, des antipsychotiques sont prescrits qui ne provoquent pas ou ne provoquent pratiquement pas de symptômes neurologiques indésirables (leponex, zyprexa, rispolept). En cas de dyskinésies, des médicaments antiparkinsoniens (akineton, napam, cyclodol, etc.) sont inclus dans la thérapie. Si des troubles dépressifs apparaissent, des antidépresseurs sont utilisés (resetin, anafranil, lyudiomil, amitriptyline, etc.) Il faut savoir que tous les rendez-vous sont pris et corrigés par un médecin. Il est interdit d'annuler spontanément les médicaments. Ceci comporte un risque élevé de rechute..

Autres traitements de la schizophrénie

Aujourd'hui, la thérapie électroconvulsive (ECT), la thérapie insulinocomateuse et atropinomateuse restent d'actualité. Ils ne sont pas considérés comme des traitements de première intention, mais ils peuvent être utilisés si d'autres méthodes sont inefficaces. La psychothérapie, la thérapie familiale, l'art-thérapie et d'autres méthodes visent la réadaptation sociale et professionnelle.

Réhabilitation sociale

La réadaptation sociale est indiquée pour presque tous les patients atteints de schizophrénie, à l'exception des patients chez qui la capacité de travailler est préservée et l'adaptation sociale à un niveau approprié. Même dans les cas graves, certains patients récupèrent partiellement les compétences de base en matière de soins personnels. Après une réhabilitation sociale en plusieurs étapes, ils peuvent être impliqués dans des activités de travail simples..

Conseils aux membres de la famille d'une personne atteinte de schizophrénie

La schizophrénie est une maladie grave, tant pour la personne elle-même que pour son environnement proche. Cependant, si une personne n'est pas en mesure de comprendre qu'elle est malade, la famille doit simplement reconnaître la maladie et demander l'aide d'un psychiatre. Il est temps de dissiper les stéréotypes existants selon lesquels il est impossible d'aider un patient schizophrène. Peut être. Avec la bonne thérapie, des rémissions de qualité à long terme sont obtenues avec une récupération complète de la capacité de travail sur une longue période de temps. L'essentiel est de reconnaître la maladie à temps et de commencer le traitement. Si cela n'est pas fait, la personne attend en règle générale une hospitalisation d'urgence déjà en état de psychose. N'attendez pas que le pire se produise pour agir. Les proches sont les seules personnes qui peuvent changer la vie d'une personne atteinte de schizophrénie pour le mieux. La qualité de vie des patients atteints de cette maladie dépend largement de leur accompagnement et de leur participation au processus de guérison. Si vous pensez qu'un proche souffre de schizophrénie, contactez immédiatement un psychiatre.

Nous vous recommandons également de lire l'article sur la schizophrénie lente..

Symptômes de la schizophrénie

Les symptômes de la schizophrénie sont les manifestations visibles de la maladie, qui peuvent être utilisées pour juger de son apparition et de son développement. Une telle maladie se caractérise par des signes assez spécifiques, mais les médecins ne sont pas pressés de poser un tel diagnostic par la présence de symptômes initiaux. Dans le même temps, vous devez absolument savoir quels signes typiques de schizophrénie se manifestent afin d'identifier et de reconnaître la maladie à temps et de contacter un spécialiste en temps opportun pour le traitement nécessaire..

Le plus souvent, il semble aux autres que la maladie se caractérise nécessairement par la présence d'hallucinations et de délires, mais les premiers signes peuvent être complètement différents: le comportement du patient, des changements de langage, des troubles du fond psycho-émotionnel sont observés, les intérêts changent, des pensées obsessionnelles apparaissent. Souvent, lorsqu'ils parlent de schizophrénie, ils utilisent la définition «7B», mais ce n'est pas la même maladie.

  • Les principaux signes de la maladie
  • Signes comportementaux dans la schizophrénie
  • Symptômes négatifs et positifs de la maladie
  • Signes par type de maladie
  • Signes de schizophrénie alcoolique
  • Les symptômes de la maladie selon Schneider
  • Caractéristiques des symptômes de la maladie chez les enfants
  • Tests de détection des maladies
  • Résumer

Comment déterminer le début de la maladie, à quels symptômes devez-vous faire attention en premier? Comment comprendre qu'une personne est atteinte de schizophrénie et comment la maladie s'exprime aux premiers stades?

Les réponses à toutes ces questions et à bien d'autres peuvent être trouvées en lisant l'article proposé.

Les principaux signes de la maladie

Il existe de nombreuses formes et variétés de schizophrénie. Elle peut être sénile ou se développer dès la naissance. Cependant, chacun d'eux présente les principaux symptômes les plus courants, caractéristiques à la fois des hommes et des femmes, ainsi que pour un nourrisson et une personne âgée..

Signes initiaux

Les symptômes de la maladie peuvent être assez variés, mais le plus souvent, les symptômes de la maladie sont assez faciles à remarquer. Le stade initial de la maladie peut être exprimé par une colère et une agression déraisonnables envers des personnes proches et chères, un manque d'intérêt et de sentiments pour les proches, un refroidissement des relations familiales, l'émergence d'idées et de pensées délirantes. Un signe général de schizophrénie naissante peut être exprimé par la perte d'intérêts ou de passe-temps caractéristiques d'une personne auparavant malade.

Dans certains cas, l'apparition de la maladie se manifeste par des peurs, des pensées et des actions obsessionnelles. L'un des premiers symptômes est également des hallucinations auditives, qui se manifestent par une voix dans la tête donnant des ordres au patient..

Symptômes externes de la maladie

Souvent, le développement d'une telle maladie est caractérisé par un affaiblissement de divers sentiments instinctifs. Ces personnes peuvent ne pas avoir faim pendant longtemps. Le manque d'appétit est dû à une perte de tout intérêt pour la nourriture. En outre, les personnes atteintes de schizophrénie se distinguent facilement par leur négligence. Une personne malade n'est absolument pas intéressée par son apparence ou celle de sa maison. Il arrête de se laver et de se couper les cheveux, de laver ses vêtements, de ranger sa maison. Avec le développement de la schizophrénie, il est difficile de ne pas prêter attention aux signes somatiques externes de la maladie:

  • souvent les patients ont de graves maux de tête;
  • sensation de lourdeur à l'arrière de la tête et des tempes;
  • le mal de tête provoque une sensation de compression et de brûlure dans la tête;
  • faiblesse générale du corps;
  • sommeil agité, insomnie.

Les premiers stades de la maladie sont souvent accompagnés de mouvements brusques et involontaires qui ne sont généralement pas caractéristiques des humains. Cela peut se manifester par des expressions faciales trop actives, des clignements lents, des contractions des coins de la bouche, des contractions et des tremblements des membres..

Signes comportementaux dans la schizophrénie

La perturbation de la perception du monde environnant et de soi-même dans cette réalité est également caractéristique de cette maladie. Le monde de ces personnes semble être quelque chose d'irréel. Il lui semble qu'il dort et voit des rêves colorés, et ce qui se passe autour de lui n'est qu'une performance. Le patient semble s'observer de côté: les étrangers et les étrangers peuvent ressembler à de la famille et vice versa. Les pensées et même les parties du corps peuvent sembler modifiées et complètement étrangères.

Ce trouble de la personnalité est appelé dépersonnalisation. Il comprend divers phénomènes:

  • fusionner avec le monde;
  • disparition et réincarnation de la conscience mentale;
  • déni du monde environnant.

L'apparition de la schizophrénie est souvent accompagnée d'obsessions et de compulsions, ainsi que de plaintes hypocondriaques. La manifestation des obsessions dans ce cas se distingue par l'énorme force de coercition. Cela s'exprime dans le fait que les malades effectuent divers rituels étranges, ne ressentant absolument aucune honte. La schizophrénie lente est caractérisée par de tels symptômes..

Sur la base d'une telle maladie, diverses phobies surviennent souvent. Les patients perdent leur composante émotionnelle avec de telles peurs: ils peuvent parler calmement d'eux, même si l'attaque de peur est causée par des phobies ridicules - une peur des lettres ou quelque chose de similaire. Le manque de honte intime peut également être l'une des manifestations de la maladie..

Diminution de la parole et de la pensée

L'une des caractéristiques de la schizophrénie qui caractérise toute forme de maladie à n'importe quel stade est la déficience de la pensée et de la parole. Souvent, cet état se traduit par un échec des pensées. Cela peut également être associé non seulement à une violation des processus de pensée, mais aussi à des problèmes de mémoire chez le patient: il peut oublier ce qu'il voulait dire et pourquoi il a commencé son discours. Les pensées de ces personnes sont confuses, coupées et le manque de sens et de logique se fait sentir en eux. D'autres symptômes caractéristiques peuvent être notés:

  • il est difficile pour le patient d'assimiler de grandes quantités d'informations;
  • le vocabulaire est réduit;
  • le taux de parole est sensiblement réduit;
  • la parole devient incohérente avec de longues pauses;
  • une tendance au symbolisme et à l'abstraction se manifeste;
  • de nouveaux mots complexes apparaissent dans la conversation.

Délires et hallucinations

Les signes principaux et distinctifs les plus redoutables d'une telle maladie sont les hallucinations visuelles et auditives, ainsi que le délire. Ces symptômes sont généralement caractérisés par le deuxième stade de la maladie. Dans la schizophrénie, les pseudo-hallucinations auditives sont le plus souvent répandues. Habituellement, les patients entendent certaines voix à l'intérieur de la tête, n'existant que dans leur monde intérieur. Souvent, les pensées mêmes des patients commencent à paraître si claires qu'elles sont perçues comme les voix d'un interlocuteur invisible. Dans le même temps, les vraies hallucinations submergent également une personne - elle entend des sons, des mots et même des phrases individuelles de l'extérieur et ne doute pas du tout de leur réalité..

Les voix peuvent commenter ce qui se passe avec le patient, se disputer entre elles et avoir de longues conversations. Ils peuvent être à la fois silencieux et bruyants, mais dans tous les cas, ils sont désagréables pour le patient. Les hallucinations impératives à cet égard sont particulièrement terribles lorsque des voix commencent à commander le patient et lui donnent divers ordres. En obéissant à des commandants inexistants, les personnes atteintes de schizophrénie peuvent causer un préjudice irréparable à elles-mêmes ou à leurs proches.

Les signes caractéristiques de l'apparition d'hallucinations dans la schizophrénie sont:

  • sentir qu'une personne écoute quelque chose;
  • conversations avec un interlocuteur imaginaire ou avec soi-même;
  • le sentiment qu'une personne voit ou entend quelque chose qui n'existe pas;
  • rire soudain et déraisonnable;
  • distraction de l'attention, incapacité du patient à se concentrer sur quoi que ce soit.

Les délires ou les délires sont des croyances perverties persistantes qui ne peuvent être corrigées ou comprises par d'autres personnes. Le délire accompagne dans la plupart des cas la schizophrénie et est souvent une manifestation de psychose lors d'une exacerbation de la maladie. Une caractéristique de cet état est que le patient ne peut pas être persuadé, il est totalement confiant dans l'exactitude de ses jugements absurdes, aussi ridicules soient-ils..

Il existe une certaine classification des délires dans la schizophrénie, en fonction du contenu des croyances: délires de jalousie, persécution, grandeur, attitude, délires religieux ou hypocondriaques. De tels troubles mentaux présentent vraiment un danger à la fois pour le patient lui-même et pour son entourage, car le patient sous l'influence du délire peut commettre des actions imprévisibles. Dans les états délirants, le comportement suivant du patient est caractéristique:

  • l'apparition soudaine d'intérêts bizarres;
  • un changement radical de mode de vie;
  • passion excessive pour l'ésotérisme, la religion, le mysticisme;
  • l'apparition de pensées de persécution, d'idées maniaques.

Lorsque des symptômes tels que le délire ou des hallucinations apparaissent, le patient doit être hospitalisé d'urgence afin de déterminer la cause de leur apparition et la présence d'une psychose, car ces signes peuvent se manifester non seulement dans la schizophrénie, et le diagnostic correct est la clé d'un rétablissement rapide..

Symptômes négatifs et positifs de la maladie

Tous les symptômes de la schizophrénie sont divisés en négatifs, positifs, d'une autre manière - productifs et cognitifs. Les signes cliniques négatifs sont les plus caractéristiques pour poser le bon diagnostic. Beaucoup d'entre eux avec une description complète ont déjà été donnés ci-dessus. Par conséquent, nous allons maintenant nous attarder brièvement sur chaque groupe de symptômes..

Les signes négatifs sont certaines caractéristiques et traits de personnalité que le patient perd avec la propagation de la maladie. Ceux-ci inclus:

  • apathie - rigidité émotionnelle, indifférence, détachement complet de tout;
  • autisme - isolement du patient, repli dans son monde intérieur, dégradation sociale;
  • ambivalence - dualité, division dans la sphère émotionnelle, sentiment de deux sentiments opposés pour le même objet;
  • abulia - violation complète ou partielle de la volonté, qui se caractérise par une baisse significative de l'activité, jusqu'à l'inaction complète;
  • troubles de la pensée - paralogisme, pensée perturbée, symbolisme et résonance.

Les symptômes positifs sont des signes secondaires de la maladie apparus au cours du développement de la maladie. Ceux-ci inclus:

  • idées folles;
  • hallucinations;
  • désorganisation de la parole et de la pensée;
  • dépersonnalisation et déréalisation.

Les symptômes cognitifs incluent la dépression avec des tendances suicidaires.

Signes par type de maladie

Il existe de nombreuses formes de schizophrénie: hébéphrénique, hypocondriaque, catatonique, maniaque, névrosée, paranoïde, psychopathique ou psychopathique, progressive, chronique, latente ou manifeste, aiguë ou latente, dépressive ou désorganisée, négative, maniaque, post-partum, silencieuse, fébrile ou fébrile nucléaire et en forme de fourrure, limite, pauvre en symptômes et alcoolique. Tous ont à la fois des caractéristiques communes et des caractéristiques spécifiques caractéristiques d'une forme ou d'une autre. Par exemple, la schizophrénie légère simple est caractérisée par le développement lent des symptômes de la maladie. Et l'aggravation de la maladie se manifeste d'une manière complètement différente. Ensuite, considérez les symptômes des types les plus courants de schizophrénie..

Forme paranoïaque

La schizophrénie paranoïde est caractérisée par des réactions hallucinatoires manifestes associées à des délires. Le plus souvent, le patient a des hallucinations auditives, visuelles, gustatives et olfactives. Les voix d'un personnage menaçant ou imposant résonnent dans ma tête. Les idées délirantes sont caractérisées par la présence de délires d'attitude, de persécution, d'impact, de réformisme et de haute descendance.

Dans le même temps, les troubles émotionnels et les troubles de la pensée ne sont pas dominants sous cette forme..

Forme hébéphrénique

La forme hébéphrénique est généralement caractéristique de l'adolescence et du jeune âge. Dans le même temps, les patients se comportent de manière idiote, grimace, la contre-nature prévaut dans le visage et les émotions. Le plus souvent, avec leur comportement, ces patients ressemblent à un enfant, ils sont inadéquats et imprévisibles, leur pensée est déchirée, la parole est incohérente, des jurons ou des mots minuscules y prévalent.

Forme catatonique

La forme catatonique de la maladie est caractérisée par une stupeur catatonique et une agitation catatonique. Souvent, le négativisme ou l'automatisme, le mutisme, les stéréotypes, la labilité de l'humeur, la catalepsie y prévalent. La stupeur catatonique se manifeste par une raideur musculaire ou une forte tension musculaire, gelant dans une position pendant une longue période. L'excitation catatonique est une sortie soudaine de la stupeur, se manifestant par une forte surexcitation improductive.

Signes de schizophrénie alcoolique

La schizophrénie alcoolique est une psychose alcoolique causée par l'alcoolisme chronique. Le plus souvent, il se manifeste sous la forme de «delirium tremens», dont les principaux symptômes sont des hallucinations auditives, tactiles, visuelles et un état délirant. Les symptômes suivants indiquent souvent la survenue d'une schizophrénie alcoolique:

  • augmentation de l'anxiété et de l'irritabilité;
  • état dépressif;
  • augmentation de la température corporelle, ses fortes baisses;
  • expression faciale sans signification et sans émotion.

Souvent, un tel patient peut être calculé par les yeux. Ils sont dominés par un éclat insensé.

Les symptômes de la maladie selon Schneider

Le célèbre psychiatre Kurt Schneider a dérivé sa propre classification des symptômes de la maladie. Les symptômes de Schneider, ou les symptômes dits de première classe, à son avis, distinguent cette maladie des autres troubles mentaux. Ceux-ci inclus:

  • idées délirantes suggérant l'impact de forces externes sur le patient;
  • l'impression que quelqu'un influence les pensées, ou les vole de la tête du patient;
  • le sentiment de résonner des pensées dans la tête, l'impression que leur contenu est entièrement accessible aux autres;
  • la présence de voix qui se parlent, commentent ce qui se passe avec la personne, ses pensées et ses actions.

Il faut savoir que la fiabilité du diagnostic en présence de ces symptômes a été remise en question, mais ils sont tous pris en compte dans le diagnostic de la schizophrénie à l'heure actuelle..

Caractéristiques des symptômes de la maladie chez les enfants

La schizophrénie infantile est une maladie qui survient chez les jeunes enfants ou les adolescents et qui présente les mêmes symptômes que les adultes.

Cette maladie survient le plus souvent chez les garçons et les filles à l'âge de sept ans, bien que dans certains cas, elle se manifeste chez les enfants de moins d'un an..

Les symptômes les plus courants de la schizophrénie infantile sont:

  • hallucinations auditives et visuelles;
  • délirer;
  • violation de la pensée;
  • comportement désorganisé;
  • autisme;
  • troubles de l'appétit et du sommeil, insomnie, cauchemars;
  • problèmes d'apprentissage;
  • incapacité à se concentrer.

Les signes tels que les délires et les hallucinations, ainsi que les troubles de la pensée, sont difficiles à identifier chez les enfants d'âge préscolaire.

La schizophrénie infantile est une maladie plutôt rare. De plus, les garçons courent deux fois plus de risques de développer une telle maladie que les filles. Cela s'explique par le fait que la schizophrénie masculine est environ cinq ans plus jeune que la femme.

La schizophrénie chez les adolescentes survient le plus souvent dans le contexte du fait que la société n'accepte pas l'adolescent. C'est à ce moment précis qu'ils s'impliquent dans la société, un adolescent peut devenir accro à l'alcool ou à la drogue, en mauvaise compagnie. Les principaux signes de la schizophrénie chez les adolescents sont:

  • prédominance des émotions négatives sur les émotions positives;
  • violations de la pensée intellectuelle;
  • autisme;
  • diminution de la mobilité, perte de force.

Dans les formes plus sévères, il y a des hallucinations, des idées délirantes, des troubles dépressifs à tendance suicidaire sont très fréquents.

Tests de détection des maladies

Actuellement, il existe de nombreux tests différents grâce auxquels vous pouvez vous vérifier et découvrir la présence possible de cette maladie. Le test le plus simple et le plus rapide pour la schizophrénie est le test de masque.

Tout le monde a une très bonne idée du masque théâtral. Il a deux côtés: un convexe, avec lequel il apparaît devant les autres, et un concave, qui se porte directement sur le visage. Le test suggère de regarder de près le masque en mouvement et de répondre à deux questions:

  1. Le masque est convexe d'un seul côté?
  2. Le masque tourne dans un sens ou dans les deux?
  • Pourquoi vous ne pouvez pas suivre un régime vous-même
  • 21 conseils pour ne pas acheter un produit périmé
  • Comment conserver les légumes et les fruits frais: astuces simples
  • Comment vaincre vos envies de sucre: 7 aliments inattendus
  • Les scientifiques disent que la jeunesse peut être prolongée

Lorsque vous répondez aux questions, il est important d'écarter la logique et le bon sens et de ne vous laisser guider que par les sentiments.

Bien entendu, le masque ne tourne que dans un sens, et ne présente un renflement que sur un côté. Cependant, c'est la bonne réponse aux deux questions qui permet de supposer qu'une personne a tendance à l'émergence et au développement de la schizophrénie..

Le cerveau d'une personne en bonne santé tente de compléter le tableau comme il se doit, car a priori un visage ne peut pas être concave. Le cerveau schizophrène, quant à lui, fonctionne d'une manière légèrement différente. Il s'avère incapable d'analyser l'image et de la compléter à la normale. Ainsi, la personne malade voit l'image exactement telle qu'elle est réellement..

Le célèbre test de Rorschach, un test d'image qui représente dix taches en noir et blanc et en couleur dans lesquelles chaque personne voit des images différentes, peut également aider à identifier la schizophrénie. Ils sont présentés dans un ordre strictement défini. Sur la base de ces réponses, un psychiatre expérimenté construit une certaine image de la maladie..

Un autre test intéressant pour la détection de la schizophrénie est le test de Luscher, dans lequel le patient distribue des cartes de couleurs dans l'ordre des couleurs les plus préférées pour le moment. Ceci est une version courte du test. L'original est composé de soixante-treize couleurs, regroupées en différents groupes, parmi lesquels il est nécessaire de ne choisir que les couleurs qui attirent le plus le patient à l'heure actuelle. Les schizophrènes, dans une large mesure, préfèrent les couleurs jaunes, confondent les nuances ou leur sont généralement indifférents. Et aussi le plus souvent se référer négativement au rouge et au noir..

Cependant, il ne faut pas parler avec confiance de la présence d'une maladie uniquement par des tests, seul un psychiatre expérimenté doit poser un diagnostic précis.

Résumer

La symptomatologie de la schizophrénie, en particulier à son stade initial, est assez importante, car la connaissance des signes les plus caractéristiques de la maladie aidera la famille et les amis du patient à consulter un spécialiste à temps pour poser un diagnostic. Et un diagnostic rapide est le moyen le plus rapide de guérir..

Des informations de santé plus fraîches et pertinentes sur notre chaîne Telegram. Abonnez-vous: https://t.me/foodandhealthru

Spécialité: thérapeute, radiologue.

Expérience totale: 20 ans.

Lieu de travail: LLC "SL Medical Group", Maykop.

Éducation: 1990-1996, Académie médicale d'État d'Ossétie du Nord.

Formation:

1. En 2016, à l'Académie de médecine russe de l'enseignement supérieur, elle a suivi une formation avancée dans le cadre du programme professionnel supplémentaire "Thérapie" et a été admise à la mise en œuvre d'activités médicales ou pharmaceutiques dans la spécialité de la thérapie..

2. En 2017, par décision de la commission d'examen de l'établissement privé d'enseignement professionnel complémentaire "Institut de perfectionnement du personnel médical", elle a été admise à exercer des activités médicales ou pharmaceutiques dans la spécialité radiologie..

Expérience de travail: thérapeute - 18 ans, radiologue - 2 ans.