Attaques de panique terrifiantes: méthodes pour se débarrasser de

Un sentiment soudain d'anxiété et de peur de la mort, une sensation comme si le cœur sautait hors de la poitrine, un manque d'air et des tremblements internes, et surtout - tout cela sans raison apparente... C'est ainsi qu'une crise de panique se manifeste - une condition qui apporte beaucoup de désagréments et affecte la qualité de la vie humaine.

Ce que c'est

Une crise de panique est une attaque de panique ou d'anxiété déraisonnable et débilitante, accompagnée d'un sentiment de peur et de divers symptômes physiologiques.

Pour comprendre comment une personne se sent à de tels moments, imaginez la situation. Vous marchez dans la rue et soudain vous remarquez qu'un énorme chien se précipite sur vous dans un rythme effréné. Sur son visage, il y a un sourire inquiétant, ses gencives sont exposées et ses énormes crocs acérés sont visibles. Bave arrose dans toutes les directions, et ses yeux sont pleins de rage et de colère. Quels sont tes sentiments?

Bien sûr, vous ressentirez une peur incroyable, vous sentirez que votre cœur s'est arrêté, vos jambes sont devenues cotonneuses, de la sueur est apparue sur votre front. La même chose est vraie pour les personnes qui subissent une crise de panique. Mais il y a une différence colossale entre vous et eux: dans votre cas, il y a une menace réelle pour la vie, alors que pour eux il n'y a pas de danger objectif. Autrement dit, leurs craintes ne sont étayées par rien..

Cependant, ce n'est qu'à première vue, ces personnes peuvent dire que l'attaque a commencé soudainement. Dans une autre conversation avec eux, il s'avère que la panique a été précédée par un voyage dans un ascenseur ou les transports en commun, une place avec une grande foule de personnes ou dans un avion, ou d'autres raisons similaires.

Le concept de «panique» vient du nom du dieu Pan - le seigneur des champs, des forêts et des troupeaux. Selon la légende, il est soudainement apparu devant un homme tout en laine et avec des pattes de chèvre, plongeant ce dernier dans une peur irrépressible. Un homme a commencé à courir, ne sachant pas où, le long du bord de la falaise, ne réalisant pas que le vol peut aussi menacer la mort.

Dans la littérature, vous pouvez trouver les concepts de crise végétative ou sympatho-surrénalienne, la cardionévrose. Ils sont synonymes du terme «attaque de panique».

Pourquoi une attaque de panique se produit-elle?

Jusqu'à la fin, les raisons de cette condition n'ont pas été clarifiées. Il existe de nombreuses conditions préalables et facteurs de provocation qui peuvent théoriquement provoquer de tels sentiments d'anxiété hypertrophiés..

Ils sont divisés en biologique, psychologique et physiologique.

Les raisons biologiques comprennent:

  • changements hormonaux pendant la puberté, la ménopause, l'accouchement;
  • le début d'une vie sexuelle;
  • violation du cycle menstruel;
  • hérédité.

Les crises de panique se développent dans le contexte de certains troubles:

  • phéochromocytome - tumeur hormonale;
  • troubles psychosomatiques;
  • phobies;
  • dépression;
  • trouble de stress post-traumatique;
  • les maladies endocriniennes;
  • pathologie cardiaque.

Les précurseurs psychologiques de l'État sont:

  • stress aigu - décès d'un être cher, divorce, toute situation négative soudaine;
  • identification ou opposition de soi-même à n'importe quel sujet - le héros d'un film, d'un livre, etc.;
  • isolement de la société;
  • traits de caractère;
  • expérience de l'enfance.

En ce qui concerne les traits de caractère, les crises de panique accompagnent le plus souvent les femmes ayant un type de personnalité hystérique et démonstrative. Ils attirent constamment l'attention et ont soif de reconnaissance. Ces femmes sont souvent propriétaires d'une apparence extravagante, sont hachées et très expressives. S'ils remarquent qu'ils n'intéressent pas la «victime», passer très rapidement à un autre objet.

Les hommes souffrant de cette maladie présentent des traits appelés «hypocondrie de santé». Ils se soucient beaucoup de leur apparence et s'efforcent de toujours avoir l'air parfait..

Les stress subis dans l'enfance contribuent également au développement de crises d'angoisse déjà à un âge conscient. L'une des raisons courantes est l'alcoolisme dans la famille, provoquant des situations d'agression. Cela pourrait être une bagarre, un risque de meurtre. La situation devient si désastreuse que l'on doit fuir la maison, souvent la nuit. Dans le même temps, la peur est fixe et à l'âge adulte, dans des situations similaires, elle se répète de manière si impartiale, amplifiée plusieurs fois.

Un autre exemple est celui des familles où les enfants grandissent dans des conditions de pauvreté émotionnelle et de froideur. Lorsque les parents ou un parent (si nous parlons d'une famille incomplète) sont tellement passionnés par eux-mêmes et leur travail qu'ils ne mettent tout simplement pas la main sur l'enfant. Ou dans le cas où un proche souffre d'une maladie grave - tout tourne autour du malade et l'enfant est simplement oublié.

La froideur émotionnelle envers un enfant est présente là où de trop grandes exigences lui sont imposées. Dans le même temps, les parents peuvent garder l'enfant sous contrôle, mais, en même temps, ne pas montrer de chaleur et de gentillesse envers lui. Les adultes qui ont grandi dans ces circonstances recherchent constamment l'approbation et le soutien émotionnel. Leur résistance au stress est considérablement réduite.

Le troisième modèle de comportement familial est à l'opposé du précédent et repose sur la surprotection de l'enfant. Dans le même temps, les parents s'inquiètent constamment de son état, considérant toute situation comme potentiellement dangereuse. Ils contrôlent littéralement toutes les sphères de leur «sang», essayent de l'accompagner partout. Ce faisant, ils soutiennent l'infantilisme de l'enfant, entraînant des difficultés d'adaptation sociale..

Les conflits constants dans la famille provoquent la labilité émotionnelle de l'enfant. L'incapacité à influencer la situation suscite la confiance en leur impuissance.

Chacun de ces modèles conduit au fait qu'un tel enfant devient un adulte, émotionnellement instable, peu sûr de lui, interagissant à peine avec la société. Cela réduit sa résistance au stress, l'exposant à toutes sortes de troubles mentaux..

Outre les conflits familiaux, la violence infantile, sexuelle ou physique, contribue au développement du syndrome d'attaque de panique..

Les facteurs physiologiques qui provoquent une attaque comprennent l'abus de boissons alcoolisées et de psychostimulants, la fatigue physique, les changements climatiques, le rayonnement solaire excessif.

L'acteur incroyablement talentueux Johnny Depp souffre d'attaques de panique. Selon lui, depuis l'enfance, il éprouve de l'anxiété dans toute situation atypique. Et le choix de ses rôles excentriques n'est rien de plus qu'une tentative de cacher son essence devant des millions de téléspectateurs..

Les symptômes du syndrome

Les attaques de panique se développent généralement soudainement. Et il peut trouver le patient n'importe où, à tout moment de la journée. Ses manifestations sont différentes: des sentiments effrénés et atroces de peur et d'anxiété à l'inconfort interne. Une attaque de panique avec des symptômes légers est appelée «panique sans panique». Dans ce cas, les symptômes physiologiques dominent.

L'attaque peut durer seulement quelques minutes, dans d'autres cas, elle dure plusieurs heures. Mais en moyenne, sa durée est de 20 à 30 minutes. Les AP sont répétés dans une situation à une fréquence de 1 à 2 fois par jour, dans d'autres - plusieurs fois par mois. Ayant éprouvé de telles sensations pour la première fois, une personne en garde un souvenir à vie..

Il y a un accident incroyable lorsqu'un patient n'est exposé à des crises que quelques fois dans sa vie. Ils disparaissent sans laisser de trace, vraisemblablement après la fin du facteur de stress..

Une crise de panique s'accompagne des symptômes suivants:

  • panique et anxiété extrême;
  • peur de la mort;
  • pensée confuse;
  • sensation comme si une boule est coincée dans la gorge;
  • engourdissement;
  • manque de perception adéquate de la réalité;
  • violation de la perception de soi;
  • le patient croit qu'il devient fou;
  • perd le contrôle de ses actions;
  • confusion dans la tête;

  • tachycardie, palpitations;
  • frissons et fièvre;
  • tremblements des membres et tremblements internes;
  • essoufflement et essoufflement;
  • respiration lourde, crise d'étouffement;
  • douleur thoracique;
  • nausées et problèmes de selles;
  • paresthésie des membres;
  • envie fréquente d'uriner;
  • crampes des membres;
  • les pics de tension artérielle;
  • changement de démarche;
  • dysfonctionnements visuels et auditifs;
  • arc hystérique;

Le premier cas d'attaque de panique se traduit par une peur écrasante de mourir. Son pouvoir est si puissant qu'il peut amener le patient à un état de passion. Dans les cas ultérieurs, le sentiment de mort imminente se transforme en une certaine phobie. Cela peut être une peur de devenir fou, de s'étouffer, etc..

Il y a des situations où la condition n'est pas accompagnée d'un complexe anxiété-phobique. Les symptômes émotionnels viennent au premier plan: apathie, sentiment d'inutilité, agressivité, nervosité..

Après un paroxysme, les patients se sentent épuisés et dépassés..

Le plus souvent, les crises de panique surviennent entre 25 et 50 ans. Environ 5% de l'humanité souffre de pathologie. Et ce qui est intéressant, principalement les habitants des grandes villes. Dans la vieillesse, de tels paroxysmes se produisent rarement, ont un caractère effacé et deviennent des restes d'attaques survenues dans la jeunesse..

Ceux qui ont vécu un tel état au moins une fois dans leur vie le décrivent avec horreur et excitation..

Par exemple, une fille a eu une crise alors qu'elle conduisait une voiture avec son mari et son enfant. Il y avait une sensation de manque d'air, une horreur irréelle rampait de la tête aux pieds. En un instant, il y eut une envie d'ouvrir la porte et de sauter hors du salon. Retenu par une autoroute très fréquentée.

Un autre patient a été envahi par la peur à l'apparition de certains sons. Il y avait une mauvaise sensation de picotement dans les paumes. L'excitation roule, d'où les pensées sont confuses et la langue est enlevée.

La femme a décrit les manifestations de l'attaque de panique de son mari quand ils ont marché dans le parc et a parlé d'un parent qui avait récemment eu une crise cardiaque. Elle a remarqué que soudain les bras et les épaules de son mari ont commencé à trembler. Il a couvert de sueur, il a même coulé. Le visage pâlit, pratiquement cessé de respirer (ne pouvait plus respirer), le regard était errant et inconscient. L'homme était sûr qu'il était en train de mourir. Il a fallu près de 2 heures pour rentrer à la maison, alors que cela prenait généralement 20 minutes. Il s'est constamment arrêté, s'est assis par terre et l'attaque a été répétée.

Mécanisme de développement

Personne ne peut expliquer de manière fiable la pathogenèse d'une attaque de panique. Mais il existe une théorie selon laquelle des pensées négatives sont déclenchées lorsqu'elles visitent accidentellement une personne. Leur action, apparentée à une menace objective, provoque la libération d'adrénaline et de substances similaires. Ils resserrent les vaisseaux sanguins, provoquent une augmentation de la fréquence cardiaque et de la respiration. La pression artérielle augmente, et même ceux qui, en principe, n'en souffrent pas, les indicateurs atteignent 200 mm Hg. st.

La quantité de dioxyde de carbone dans le sang diminue, les symptômes d'hyperventilation, c'est-à-dire les troubles respiratoires, augmentent. Les récepteurs qui provoquent l'excitation sont stimulés et ceux qui sont responsables de l'inhibition sont bloqués. Ainsi, il y a une augmentation des symptômes d'anxiété et de panique, des sentiments de peur.

De nombreux patients souffrant de cette maladie ont très peur de perdre connaissance. Mais dans une crise de panique, c'est peu probable. Tous ses mécanismes de développement suggèrent le contraire. Dans cet état, le réflexe inconditionné de «combat ou fuite» est activé, accompagnant la situation effrayante. De plus, l'hypertension artérielle et le rythme cardiaque intense vous empêchent tout simplement de le faire..

La peur de l'évanouissement peut rendre le patient engourdi et étourdi. Ils sont déroutants.

PA de nuit

Une crise de panique peut attraper une personne à tout moment, même la nuit. La nuit, en silence et dans l'obscurité, lorsque le patient n'a rien à distraire, il se concentre sur ses pensées de nature diverse, y compris négatives..

Une autre raison est les cauchemars. Mais ne confondez pas l'attaque elle-même et le rêve terrifiant. Le paroxysme se développe après un cauchemar. Et il est impossible de l'oublier, contrairement à un rêve.

Si nous parlons d'attaques de panique d'endormissement, elles surviennent le plus souvent entre 00h00 et 4h00 du matin. Une attaque peut également réveiller sa victime en plein sommeil..

L'AP nocturne nuit considérablement à la santé humaine. Ils ont des troubles du sommeil, généralement de l'insomnie ou des difficultés à s'endormir.

Un repos insuffisant la nuit provoque des maux de tête, une fatigue diurne chronique. L'activité productive du patient diminue. Il devient nerveux, irritable. L'humeur prend un ton dépressif.

Les symptômes des attaques nocturnes imitent les manifestations typiques de la maladie et contribuent également au développement de phobies. Ainsi, après la mort de son père, la fille a développé des crises de panique. Elle a noté qu'elle avait des crampes respiratoires la nuit. Souvent, on pensait qu'il ne se réveillerait peut-être pas. Elle a même demandé à ses amis d'appeler le matin pour vérifier si elle était en vie.

Si une personne pendant un paroxysme nocturne se sent déconnectée de la réalité, ne comprend pas ce qui lui arrive, alors ce sentiment persiste pendant la journée. Le système nerveux épuisé, qui n'a pas eu le temps de récupérer du jour au lendemain, ne perçoit pas la réalité objective. Le patient ne comprend pas qui il est et ce qui lui arrive..

Une attaque de panique de réveil frappe tôt le matin. Le patient se réveille d'un sentiment d'anxiété soudain et éclatant. Peu à peu, d'autres symptômes le rejoignent. Naturellement, la personne n'arrive plus à s'endormir, elle se sent épuisée et non reposée..

Comment reconnaître une maladie

Les crises de panique, étant donné la variété de ses symptômes somatiques, peuvent se déguiser en diverses maladies d'organes.

Le plus souvent, il semble au patient qu'il a été dépassé par une crise cardiaque. L'inconfort dans la région du cœur est l'un des symptômes les plus fréquents des «alarmistes». Ils ressentent des douleurs et des picotements dans la poitrine du côté gauche, des palpitations. Il y a une sensation pressante, le cœur semble s'arrêter. Mais l'ECG habituel, l'échocardiographie, l'échographie du cœur, l'ECG sur 24 heures et la surveillance de la pression artérielle peuvent exclure les maladies cardiaques.

Quant à la tachycardie, elle est bien présente. Mais cela est dû à l'activation du système nerveux sympathique à la suite du stress..

Une autre condition courante que le patient soupçonne est un AVC. Maux de tête, pression accrue, paresthésies sous forme de picotements aux extrémités, ainsi qu'un changement de démarche le déroutent. La personne a très peur et s'appelle même une ambulance.

La peur irréelle qui accompagne le patient avec l'attaque l'arrache à la réalité. Une personne est perdue dans l'espace, ne perçoit pas l'environnement. Il craint de cesser de se contrôler et de faire quelque chose d'inacceptable. Il lui semble qu'il devient fou. Pour cette raison, ces patients craignent souvent de développer un trouble mental. Bien que des problèmes mentaux puissent vraiment apparaître. Ils sont une conséquence du trouble.

Une préoccupation accrue pour leur santé provoque le développement d'une hypocondrie chez un tel patient. Il visite constamment toutes sortes de médecins, fait toute une série de tests. Lorsque des spécialistes essaient de lui expliquer que la raison de son inconfort corporel est plus psychologique que physiologique, ils s'irritent. Et ils vont chez un autre médecin dans l'espoir qu'il les aidera et ira au fond.

Dans le contexte du trouble, des pensées dépressives apparaissent, car la personne est vraiment sérieusement préoccupée par son état et ne sait pas comment s'aider elle-même.

Agoraphobie - peur des espaces ouverts ou d'un certain endroit, littéralement «peur de la place du marché» peut également compliquer une attaque de panique. Si le patient associe son apparition à un certain endroit, il évitera à l'avenir de lui rendre visite. Une personne peut même avoir peur de quitter la maison pour ne pas ressentir à nouveau ce sentiment atroce..

Des attaques incessantes et compliquées d'AP peuvent se transformer en trouble panique. Pour établir un diagnostic, les critères suivants doivent être remplis:

  • plusieurs attaques graves se produisent en un mois;
  • sans réelle menace;
  • ne se produit pas seulement dans le contexte d'une situation prévisible;
  • périodes de non-anxiété entre les crises.

Un symptôme important du trouble panique est l'attente constante d'une autre crise. De plus, l'absence d'influence des substances psychostimulantes (drogues, alcool) est prise en compte. Les phobies et les troubles obsessionnels compulsifs sont exclus.

Pour confirmer que le patient subit réellement une crise d'AP, et ne souffre pas d'une véritable maladie des organes internes, le médecin est obligé de lui prescrire une série d'examens:

  • ECG, ECG - surveillance; EEG;
  • Échographie du cœur et d'autres organes;
  • radiographie;
  • CT, IRM;
  • examen de l'estomac;
  • test sanguin: KLA, tests de la fonction hépatique, pour les hormones:
  • consultation de spécialistes restreints.

aide-toi

Au moment où vous avez une attaque, il est très difficile de se contrôler. Mais vous pouvez essayer de vous ressaisir et vous aider à vous en débarrasser rapidement:

  1. Sortez à l'air frais ou ouvrez les fenêtres, déboutonnez les vêtements serrés. Versez de l'eau fraîche sur votre visage.
  2. Il est important de passer à la respiration. Essayez de respirer profondément, lentement et profondément. Pour augmenter le niveau de dioxyde de carbone dans le sang, respirez dans un sac ou des paumes pliées (simulez la position lorsque vous inspirez, en essayant de se réchauffer).
  3. Essayez de penser à quelque chose de positif ou de parler à quelqu'un. Essayez de compter jusqu'à 100, ou comptez les voitures qui passent, les arbres, si la peur vous a attrapé dans la circulation ou dans la rue. Tout cela aide à détourner l'attention des sentiments anxieux. Si un certain endroit est la cause de l'alarme, dépêchez-vous de le quitter..
  4. Pour stabiliser votre corps, posez vos mains sur une surface stable ou appuyez sur le sol avec vos pieds. Cette position vous donnera un sentiment de confiance et de contrôle..
  5. Continuez à vous dire que c'est fini maintenant. L'anxiété qui survient ne vous nuira pas, c'est juste le fruit de votre imagination..

Si vous êtes témoin d'une attaque de quelqu'un, vous pouvez l'aider à résoudre le problème. L'essentiel: ne vous affolez pas! Vous devez être calme. Et donnez-lui l'exemple avec votre calme.

Parlez-lui, serrez-le par l'épaule ou serrez sa main. Montrez comment respirer correctement. Si les conditions le permettent, donnez à la personne de l'eau ou du thé chaud.

L'essentiel est de ne pas se perdre dans cette situation. N'oubliez pas que votre comportement peut grandement atténuer l'état alarmiste..

Comment éradiquer la maladie

Le traitement de l'AP commence par reconnaître votre état et réaliser que la personne a vraiment besoin de soins médicaux. Après avoir contacté un médecin et les avoir exclus des maladies réelles, il peut prescrire une consultation avec un neurologue, un psychologue ou un psychiatre.

La thérapie conditionnelle combine des médicaments et un traitement psychothérapeutique.

Des médicaments sont prescrits:

  1. Sédatifs. Ils sont assez efficaces, mais uniquement pour les crises légères. Ils sont à base d'herbes et ont une faible concentration d'ingrédients actifs. Les teintures agissent plus rapidement que les formes de comprimés.
  2. Antidépresseurs (inhibiteurs de la recapture de la sérotonine) pendant 6 mois.
  3. Tranquillisants. Montrer plusieurs effets: anti-anxiété, sédatif, hypnotique, anticonvulsivant, antispasmodique, stabilisant végétatif, éliminer la peur. La durée du traitement est de 2 semaines, pas plus, afin de ne pas provoquer de dépendance.
  4. Antipsychotiques. Utilisé comme thérapie d'appoint. Soulager l'agitation psychomotrice, éliminer la peur, réduire la sensibilité aux stimuli.
  5. Médicaments nootropes. Stimule le travail du système nerveux central, active l'activité mentale. Améliore les fonctions cognitives: mémoire, attention. Sont prescrits en association avec le traitement principal.

Parmi les méthodes de psychothérapie, la thérapie cognitivo-comportementale est la plus efficace. Au cours de ses séances, la thérapeute aidera son client à recréer les symptômes de l'AP dans un environnement sûr, et après un certain temps, ils ne sembleront pas aussi menaçants pour la personne. La peur d'être dans une certaine situation ou un certain endroit peut également être surmontée.

De plus, le patient pourra comprendre les raisons de son anxiété et de ses peurs, apprendre à les contrôler. Par exemple, il arrive qu'un patient reçoive un avantage dit secondaire de son état. C'est-à-dire que l'esprit subconscient fait exprès de telles astuces pour ne pas travailler, attirer l'attention, recevoir des soins, etc. Il peut y avoir de nombreuses raisons.

En plus de la thérapie cognitivo-comportementale, la famille et la psychanalyse sont également utilisées..

Les deux méthodes, tant le traitement médicamenteux que la psychothérapie, sont efficaces à leur manière. Plus le traitement des crises de panique est commencé tôt, plus il y a de chances de s'en débarrasser une fois pour toutes..

Il existe quelques astuces qui peuvent aider à réduire la fréquence des attaques, devenant ainsi une sorte de prévention du processus. Tout d'abord, évitez de prendre des substances qui stimulent le système nerveux: thé fort, café, alcool, drogues. Deuxièmement, vous devez harmoniser votre système nerveux, normaliser la routine quotidienne: dormir suffisamment, faire du sport, marcher au grand air, bien manger. Participez à des groupes de soutien pour les personnes atteintes de ce type de trouble.

Last but not least, suivez le traitement prescrit par votre médecin.

Les attaques de panique ne vous mèneront pas à la mort, mais déformeront considérablement votre existence. La méthode la plus efficace pour y faire face est un traitement précoce et opportun. Vous ne devriez pas retarder votre tentative de vaincre la maladie par vous-même. De telles tentatives ne feront qu'aggraver le processus, le transformant en troubles plus profonds et plus graves..

Question à un psychologue: comment reconnaître et surmonter une crise de panique?

La réalité «covid» et le stress constant deviennent de plus en plus la cause des attaques de panique. Comment distinguer un épisode de panique d'une anxiété accrue, ce que vous devez savoir sur les mécanismes de panique et comment vous aider si vous avez toujours une crise? La réponse est Andrey Yanin, psychothérapeute et spécialiste des crises de panique avec 20 ans d'expérience

  • psyché
  • psychologie
  • santé

Le trouble panique est une maladie caractérisée par des crises répétées d'anxiété prononcée - panique. Il n'est pas toujours possible de s'associer à n'importe quelle situation ou circonstance, et donc de prévoir.

Lors d'une crise de panique, il y a une sensation de peur et d'inconfort intenses dans le corps, des troubles autonomes (augmentation de la respiration, du rythme cardiaque, transpiration), qui peuvent durer de 5 à 30 minutes. La panique culmine généralement en 10 minutes. Les expériences et les sensations sont si fortes qu'elles nécessitent parfois des soins médicaux (psychiatriques) urgents.

Le premier épisode de panique est généralement précédé d'une anxiété accrue ou d'une dépression prolongée. Le plus souvent, le trouble panique commence entre 18 et 40 ans, bien que dans 20 ans de ma pratique, il y ait eu des cas qui dépassent la tranche d'âge spécifiée..

Cependant, il est important de distinguer une anxiété écrasante d'une crise de panique..

Une anxiété accrue, contrairement aux crises de panique, est associée à divers événements et activités: affaires, école, santé, etc. Dans le même temps, une sensation de peur, de tension musculaire, de transpiration, de tremblement, de gêne abdominale, de peur d'un accident ou d'une maladie sont inquiétants. Les sentiments d'émotions sont désagréables, mais le niveau de panique n'atteint pas.

Les crises de panique se caractérisent par le fait qu'elles surviennent sans raison apparente. Parfois même dans un rêve. De plus, il est intéressant de noter que la nuit, des attaques de panique, selon les observations, se produisent chez des personnes volontaires, car le jour, une personne garde tous les stress et émotions en elle-même, contrôlant ses réactions autonomes, et la nuit, lorsque le contrôle de la conscience s'arrête, il se développe soudainement. crises de panique.

Il est assez simple de comprendre que vous avez une crise de panique:

Lors d'une crise, au moins 4 des 14 symptômes suivants doivent être observés:

  1. Essoufflement, peur de la suffocation.
  2. Sensation soudaine de faiblesse physique, étourdissements.
  3. Étourdissement.
  4. Rythme cardiaque accéléré ou accéléré.
  5. Tremblements ou tremblements.
  6. Transpiration excessive, transpiration souvent abondante.
  7. Sensation d'étouffement.
  8. Nausées, inconfort dans l'estomac et les intestins.
  9. Déréalisation (sentiment que les objets sont irréels) et dépersonnalisation (comme si son propre «je» s'était éloigné ou n'était «pas ici»).
  10. Sensation d'engourdissement ou de rampement dans diverses parties du corps.
  11. Se sentir chaud ou froid.
  12. Douleur ou inconfort dans la région de la poitrine.
  13. Peur de la mort - soit d'une crise cardiaque, soit d'une suffocation.
  14. Peur de perdre la maîtrise de soi (faire quelque chose d'inapproprié) ou de devenir fou.

Parmi les symptômes répertoriés, la plupart d'entre eux sont représentés par des troubles autonomes prononcés, qui sont de nature non spécifique - c'est-à-dire qu'ils ne se retrouvent pas seulement dans les crises de panique.

Le trouble panique est diagnostiqué si les crises ne sont pas causées par des drogues, des médicaments ou des conditions médicales.

Cependant, dans de rares cas, il y a des crises lorsqu'il y a moins de quatre symptômes. Ces saisies sont considérées comme non déployées. Ils passent plus vite et plus facilement à transporter.

Il y a deux problèmes principaux qui inquiètent les gens après la première panique. Premièrement, pourquoi est-il apparu? Deuxièmement - comment se débarrasser des attaques de panique? Beaucoup de choses ont été écrites sur Internet à ce sujet, mais il n'est pas facile de trouver des informations complètes et fiables.

Alors, ce qui contribue à l'apparition du trouble panique?

Classiquement, les raisons influençant l'apparition d'une crise de panique peuvent être divisées en trois groupes. Les deux premiers groupes créent une anxiété de fond qui épuise le système nerveux et contribue à l'apparition d'une crise de panique. Le troisième groupe est le mécanisme de reproduction des attaques de panique lui-même..

1er groupe. Perturbations du mode de vie habituel.

Ce groupe comprend tout ce qui rend inconfortable une vie habituellement confortable. Par exemple:

  • détérioration des relations, conflits, séparation avec des personnes importantes;
  • maladie grave ou décès d'êtres chers;
  • déménager dans un nouveau lieu de résidence;
  • départ volontaire ou forcé du travail;
  • détérioration de la situation financière ou instabilité (prêts et / ou hypothèques impayés);
  • litige;
  • manque de sommeil prolongé, perturbations du rythme du jour et de la nuit;
  • surmenage dû à une surcharge dans la profession, les études ou la vie;
  • rythme de vie accéléré;
  • surmenage lors de l'éducation des enfants;
  • diverses maladies somatiques;
  • alimentation déséquilibrée;
  • situations où les enfants commencent à vivre séparément,

Ces perturbations des conditions de vie conduisent toujours à l'anxiété et à la tension, visant généralement à restaurer les conditions et les relations perturbées. Si les conditions continuent d'être inconfortables, l'anxiété devient le fondement sur lequel un épisode de panique peut survenir plus tard..

2ème groupe. Situations de la vie dans lesquelles il n'est pas possible de répondre à un besoin important.

Dans ce cas, les moyens de sortir de la situation sont le plus souvent, selon les idées personnelles, non satisfaits. Par exemple, vous pouvez mettre en évidence des besoins tels que:

  • sécurité personnelle;
  • des relations sexuelles satisfaisantes;
  • position importante dans la société;
  • réalisation de soi dans les activités (profession, entreprise);
  • relations émotionnelles étroites avec d'autres personnes.

Un travail inapproprié peut interférer avec la satisfaction de besoins importants - disons, pour une raison quelconque, vous ne pouvez pas le changer. Ou un environnement qui ne vous apprécie pas et vous rabaisse. Un pays où il n'y a aucune possibilité de se réaliser. Cet état de fait conduit à une augmentation de la tension interne et de l'anxiété, ce qui peut également contribuer à la survenue d'attaques de panique..

Je pense que vous avez remarqué que dans la situation actuelle avec le coronavirus, beaucoup dans la vie ont des raisons des deux groupes énumérés. S'ils l'étaient avant, alors il pourrait y en avoir plus. Isolement forcé, style de vie extraterrestre imposé, peur de tomber malade et de mourir par rapport à soi-même et à ses proches, perte d'entreprise, prêts impayés, perte de moyens de subsistance, incertitude de l'avenir, manque d'objectifs et une grande quantité d'informations négatives - tout cela ne contribue pas à la tranquillité d'esprit et à la santé mentale.

L'apparition ou non du trouble panique dépend des traits de personnalité et de la situation traumatique, ainsi que de la capacité de la personnalité à faire face à cette situation par elle-même.

Si une crise de panique se produit, le troisième groupe de raisons suivant agit. Dans ce cas, ils parlent de déclencheurs, c'est-à-dire des raisons qui déclenchent l'attaque elle-même. Dans ce cas, il est extrêmement important de les identifier correctement et «d'annuler le lancement».

3e groupe. Lorsque les circonstances renforcent un comportement qui comprend une peur et une anxiété intenses. Attente de ce qui peut "couvrir".

Lors de la première crise de panique, il y a des sensations très désagréables et une peur intense. Après cela, il y a une attention excessive à vos sensations dans le corps, de l'anxiété et la peur que l'état de panique puisse réapparaître. Cette anxiété et cette peur sont à la base d'une deuxième attaque. Un mécanisme de lancement d'attaque est en cours de formation. Le déclencheur peut être l'environnement, les mots, l'odeur, les pensées. De plus, en raison de la persistance de réflexes conditionnés formés lors d'une forte peur et d'une seconde attaque, des attaques de panique commencent à apparaître dans de nouveaux endroits..

La présence d'informations objectives au moment de l'attaque permet de l'arrêter. Lorsqu'une personne peut s'expliquer que, par exemple, les étourdissements sont dus à une forte baisse de la pression artérielle ou qu'une faiblesse peut survenir du fait qu'une personne a oublié de prendre son petit-déjeuner.

Que peut-on faire pendant un état de panique?

La première panique survient soudainement et dans un environnement qui n'est pas dangereux. Ce seul fait est très effrayant et il semble que la raison soit dans le corps. En même temps, les sensations sont fortes - au-delà de l'expérience ordinaire. Il n'y a rien pour les comparer et rien avec quoi se connecter. La peur de la mort surgit. Il est très important en ce moment de savoir que, quelle que soit sa gravité, la panique ne tue pas et elle prendra fin. Cette pensée peut être communiquée par celui qui est à proximité et aide à se calmer, distrayant des mauvaises pensées. Dans ce cas, la panique est ressentie plus facilement et la peur est moindre. À quoi pourrait ressembler le soulagement de la panique, par exemple, on peut le voir dans Parker avec Jason State. Dans celui-ci, le héros du film calme un agent de sécurité paniqué (moment de 8h20 à 9h53).

Cependant, la vie est différente. Il n'y a pas de soutien, la panique se vit seul, les agents de santé n'expliquent vraiment rien.

Exemples d'attaques de panique (issues de la pratique réelle)

Un homme en vêtements chauds en hiver fait la queue à la caisse dans un magasin. Soudain il fait chaud, transpiration, palpitations, respiration s'accélère, envie de tout laisser tomber et de sortir, peur de mourir d'une crise cardiaque.

Un autre homme transporte des choses d'une voiture à une autre par une chaude journée d'été. Le rythme cardiaque augmente, il y a une sensation d'essoufflement, une faiblesse dans les bras et les jambes, une sensation qu'il pourrait tomber, la peur de la mort.

Le troisième homme conduisait sur l'autoroute. Palpitations soudaines, essoufflement, bouffées de chaleur, transpiration, peur de la mort.

Une jeune femme en vacances est assise dans un café, boit du café. Rythme cardiaque rapide, tremblements des mains et du corps, essoufflement, peur de la mort.

Dans tous ces cas, il n'y avait pas de réel danger dans l'environnement. La première panique peut être comparée à un orage qui a dépassé une personne en plein champ. Il deviendra mouillé, puis s'assèchera. Peut se précipiter à la recherche d'un abri, boire quelque chose pour avoir du courage, le cas échéant, se cacher ou continuer son chemin. Ni la peur ni les mouvements du corps n'affectent la durée d'un orage. Le nuage disparaîtra et la tempête prendra fin. Et que ce soit d'avoir toujours peur après cet orage, de porter un parapluie ou quelque chose d'apaisant et de réchauffer, de regarder le ciel ou de continuer à vivre, chacun décide pour lui-même.

En fonction de la façon dont la première panique a été vécue - que la personne l'attende elle-même ou prenne des pilules sédatives, si des injections ont été administrées - un tel modèle d'adaptation devient le principal. Dans ma pratique, j'ai remarqué que ceux qui ont attendu les premières crises de panique sans médicament y font face plus rapidement dans le futur. Raison - ils comptent plus sur eux-mêmes que sur les drogues.

Pour se libérer des crises de panique, tous ceux qui en font l'expérience doivent avant tout contribuer à repenser et changer d'attitude à l'égard de ces états. Après cela, la peur de vivre l'épisode de panique disparaît à nouveau et avec le temps, les attaques s'arrêtent..

La prochaine étape est une étude visant à éliminer les circonstances et les causes qui contribuent à l'apparition de paniques. Pour clarifier ce que je veux dire, revenons aux exemples ci-dessus..

Un homme qui est tombé malade dans un magasin. PDG. Achèvement du bâtiment. L'argent était nécessaire pour cela, il ne pouvait donc pas quitter le poste dont il était très fatigué. Il y avait un plan pour que toute la famille vive dans une grande maison. Les relations avec sa femme et dans la famille ont mal tourné. L'idée d'une maison commune s'est effondrée. Je ne savais pas quoi faire ensuite.

Un autre homme. Diplômé de l'institut. Le travail éducatif est en question. J'ai beaucoup joué à des jeux vidéo la nuit et j'ai très peu dormi. L'entreprise familiale ne présentait aucun intérêt, c'est pourquoi des conflits constants avec les parents ont commencé à surgir. J'ai rompu avec une fille.

Le troisième travaillait dans une ville, la famille restait dans une autre. La fille a eu un accident, a été blessée. Il y avait un besoin urgent d'aider la famille. Incapacité de quitter le travail. Litige. A été obligé d'errer entre les villes.

Femme dans un café. Une tumeur a été trouvée chez son proche parent. J'avais peur de ça à la maison. Se querelle avec son mari à propos de la naissance d'un autre enfant. Problèmes avec les affaires, qui ont privé de revenus stables.

Malgré des histoires de vie complètement différentes, toutes ces personnes sont unies par le désordre du présent et l'incertitude de l'avenir, renforcées par des attentes négatives..

Alors, comment se débarrasser des attaques de panique?

Le moyen le plus rapide et le plus sûr est de consulter un psychothérapeute ou un psychologue. Il est conseillé de rechercher de tels spécialistes qui traitent des conditions de panique sans l'utilisation de médicaments. Il n'y en a pas beaucoup, mais ils sont.

Comment soulager une crise par vous-même lorsqu'il n'y a aucun moyen de demander l'aide d'un spécialiste ou lorsque la panique vous a pris par surprise?

Si vous ressentez un sentiment de panique imminente, essayez l'une de ces étapes simples.

Appelez quelqu'un au téléphone pour une distraction. Entamez une conversation avec quelqu'un à proximité. Vous pouvez vous distraire avec des stimuli douloureux - par exemple, en cliquant sur votre main avec un élastique sur votre poignet ou en vous pinçant. Prenez un sédatif qui fonctionne pour vous, de préférence à base de plantes. Vous pouvez respirer dans un sac en papier: expirez d'abord, puis inspirez. À ce stade, la teneur en dioxyde de carbone dans le sang augmente et le système nerveux est inhibé. Les cellules cérébrales deviennent moins excitables. Par ailleurs, je constate que l'envie de respirer en ouvrant une fenêtre ne fonctionne pas dans ce cas. Si vous sentez qu'une attaque est sur le point de se produire, vous pouvez aller courir ou courir si la panique vous a attrapé à la maison. En raison du fait que la respiration et la fréquence cardiaque augmentent, l'adrénaline commence à trouver une utilisation naturelle. En conséquence, ce qui se passe n'est pas identifié à la panique, mais aux manifestations logiques de l'activité physique. Cela n'aide pas tout le monde. Fonctionne plus souvent pour les jeunes.

Que faire si l'objectif n'est pas d'affaiblir, mais d'éteindre l'épisode de panique?

Il existe une technique formidable et efficace en seulement trois étapes..

COMPRENDRE: LA PANIQUE NE VOUS TUERA PAS - gardez cela à l'esprit lors d'une attaque! À ce stade, vous aurez une vision positive: peu importe à quel point vous resterez en vie..

OBSERVEZ VOS SENTIMENTS. Vous devez vous rendre au poste d'observateur. Lorsque vous regardez un film d'horreur, vous comprenez qu'il ne s'agit que d'un film d'horreur et rien de plus. Quand une personne sait qu'elle restera en vie de toute façon, elle doit arrêter de lutter contre cette panique. Cela semble paradoxal, mais c'est ce à quoi nous devons nous efforcer. Observez les sensations dans le corps. Posez-vous la question "Que va-t-il se passer ensuite?" et attendez ce qui arrivera au corps sans essayer d'influencer la respiration. Attention: il est difficile de respirer, mais les doigts et les lèvres ne deviennent pas bleus, ce qui signifie qu'il n'y a pas de carence en oxygène. Le cœur bat plus vite - mais il n'y a pas de douleur thoracique. Regarde ton corps comme un chaton qui joue.

ATTEINDRE LE POINTE, ESSAYEZ D'AUGMENTER LES SYMPTÔMES NÉGATIFS DE LUMINOSITÉ. Fais de ton mieux! C'est à ce moment que se produira le paradoxe et l'inattendu: lorsque les sensations désagréables atteindront leur paroxysme, elles cesseront de grandir et atteindront un plateau. Ensuite, essayez de forcer encore plus l'inconfort. Et aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est à ce stade que les symptômes s'atténueront. Avec de telles tactiques, une personne n'essaye pas de combattre la vague de panique qui l'envahit - elle essaie de la surfer.

Si une personne a suivi cette voie au moins une fois et a réussi à développer la capacité de «contempler» la panique pendant une attaque, le plus souvent, les attaques supplémentaires commencent à s'estomper à mi-chemin, sans jamais atteindre le sommet..

Auto-traitement des crises de panique à domicile

  • 1. Crises de panique: causes et traitement
  • 2. Cercle de panique et d'enroulement
  • 3. Attaque de panique: traitement à domicile
    • 3.1. Méditation et pratiques spirituelles de concentration et de relaxation
    • 3.2. Les exercices de respiration vous aideront à vous détendre
    • 3.3. Exercice régulier
    • 3.4. Passions dangereuses: la méthode d'amplification en action
    • 3.5. Connexion émotionnelle et traitement à base de plantes pour les crises de panique par vous-même

Photos du site: israclinic.com

Une attaque soudaine d'horreur inexpliquée et injustifiée, une respiration rapide et un essoufflement, des pics soudains de tension artérielle, une transpiration abondante et des tremblements musculaires - toute personne, quel que soit son âge ou sa nationalité, peut ressentir des symptômes similaires une fois. Ce sont les attaques de panique très notoires, dont le traitement est difficile, en raison de leur nature particulière, car elles ne peuvent pas être qualifiées de maladie au sens large. Les spécialistes dans le domaine de la psychiatrie les considèrent comme des troubles du travail du système nerveux supérieur, et par conséquent, le processus de guérison est ici impliqué comme un processus spécial. Alors, comment traiter les crises de panique à la maison, est-ce possible en principe? C'est ce qui sera discuté dans notre article..

Crises de panique: causes et traitement

Photos du site: israclinic.com

On sait depuis longtemps qu'environ vingt pour cent de la population de notre vaste et vaste planète souffre d'attaques de panique. Selon les statistiques, dans notre pays, au moins un pour cent de la population présente régulièrement des symptômes de syndrome d'attaque de panique, mais ces chiffres sont très probablement dus à la réticence des gens à annoncer leurs problèmes. Des statistiques plus objectives, par exemple, sur les États-Unis, il suggère déjà environ trois pour cent de personnes souffrant de crises de panique régulières. Et nous ne parlons pas de ceux qui ont rencontré une ou deux fois de tels phénomènes. Les chiffres sont menaçants et ils ne cessent d'augmenter, il est donc logique de savoir comment traiter les crises de panique à la maison, ainsi que d'apprendre des méthodes pour minimiser le risque de tels problèmes..

Avant de commencer à étudier le traitement des crises de panique avec des remèdes populaires, vous devez comprendre que seuls les psychiatres et les psychothérapeutes peuvent fournir une aide professionnelle. Ils agissent par exclusion, ils enquêtent donc immédiatement sur l'état somatique, car les crises de panique peuvent même être causées par des facteurs physiologiques. Si les symptômes vous dérangent sérieusement, n'hésitez pas, il est préférable de consulter immédiatement un médecin et d'utiliser des recettes maison comme mesures de prévention ou de soutien..

Cercle de panique et de liquidation

Afin de comprendre si les crises de panique sont traitées, il faut tout d'abord étudier le développement, ainsi que le mécanisme de ce trouble cognitif, et découvrir les causes de son apparition. Ce n'est qu'alors que nous pourrons parler de l'utilisation de n'importe quel traitement. Il existe un terme spécial - le cercle de panique, c'est avec lui qu'il vaut la peine de se familiariser étroitement avec les attaques de panique.

Photos du site: irinazaytseva.ru

Les crises de panique peuvent survenir dans un corps en parfaite santé lorsque rien de bon augure. Cela peut se produire sous l'influence d'un stress aigu ou chronique, ainsi que de phénomènes similaires favorables, de facteurs. Qu'est-ce qu'une attaque de panique, ainsi que quels signes et symptômes sont ses manifestations, il existe déjà un article sur le site.

  • Une variété de catalyseurs tels que la consommation excessive d'alcool, les drogues, la fatigue chronique et le manque de sommeil, et même les boissons énergisantes et la consommation excessive de café fort.
  • Souvent, une tragédie avec un être cher, des tensions familiales, une perte d'emploi ou une situation financière extrêmement difficile peuvent jouer un rôle destructeur. C'est alors que se pose la question de savoir comment traiter les crises de panique, l'anxiété, la peur déraisonnable et autres «délices» de tels troubles..
  • Au moment où le niveau de stress devient hors échelle, il y a un sentiment d'irréalité de ce qui se passe, et le corps éveille son gardien intérieur, comme les experts appellent en plaisantant l'adrénaline et la nor-adrénaline, qui deviennent la principale cause d'une attaque d'attaque de panique..
  • Des circonstances externes extrêmes provoquent l'une des deux réactions suivantes: le cerveau envoie un signal pour se précipiter dans la bataille ou s'enfuir partout où les yeux regardent. C'est pourquoi, lors de crises de panique, une personne peut devenir irritable, nerveuse et agressive..

Photos du site: israclinic.com

Il faut comprendre que le gardien intérieur ne se soucie pas de la réalité du danger, de son existence ou de son imaginaire farfelu. L'adrénaline et son analogue s'accumulent dans les muscles, ne leur permettant pas de se détendre, la tension monte, et le cerveau en ce moment continue à ressentir un danger au niveau subconscient. Lorsque cela se produit pour la première fois, le souvenir de cela est profondément déposé et à la moindre irritation un mécanisme de défense est activé, détruisant en fait notre corps et notre psychisme. Autrement dit, une personne s'enroule, conduisant à un tel état d'horreur formelle, forçant ainsi de plus en plus d'adrénaline dans le sang..

Attaque de panique: traitement à domicile

Les crises de panique et les névroses peuvent être de deux types principaux: psycho-émotionnels et physiologiques. Dans le premier cas, la cause de la crise peut être des phobies, du stress, des états dépressifs, ainsi que des conditions post-traumatiques, et dans le second - des maladies corporelles banales, c'est-à-dire des maladies somatiques, par exemple, cardiologiques, endocriniennes ou hormonales. Après le diagnostic final, le médecin peut décider de prescrire des médicaments pour les crises de panique, la psychothérapie hypnosuggestionnelle ou cognitivo-comportementale..

La plupart des méthodes de traitement des crises de panique et de la névrose proposées à votre discrétion sont utilisées par des psychothérapeutes professionnels comme mesures auxiliaires dans un complexe. La connaissance des principes de base et des mécanismes d'influence sur l'état psychosomatique aidera à faire face au problème et est une étape extrêmement importante vers un rétablissement complet..

Mais l'essence de notre question est de savoir comment guérir les attaques de panique par nous-mêmes pour toujours, nous comprendrons cela plus en détail. Comprendre les mécanismes, le développement et l'évolution de la maladie aidera à mettre en évidence certaines méthodes de gestion de votre propre maladie.

Méditation et pratiques spirituelles de concentration et de relaxation

Contrairement aux stéréotypes populaires, aucune technique de méditation n'est directement liée à une religion ou à une croyance, tout comme les pratiques spirituelles relaxantes visant à concentrer les énergies et les forces..

Photos du site: vseostresse.ru

  • En pratiquant quelque chose comme ça, vous apprendrez à contrôler vous-même votre condition..
  • La méditation ne peut en aucun cas aggraver ou intensifier une attaque de peur..
  • Même si vous ne parvenez pas à guérir par la méditation régulière, vous pouvez certainement apprendre à ne pas avoir peur d'une autre attaque..

Un aspect extrêmement important qui doit être pris en compte lors de la préparation du début des cours et de l'attente de l'effet approprié est la régularité et la systématique. Ce n'est que grâce à un entraînement long et persistant que vous pourrez développer une forte volonté, vous connaître, atteindre la confiance, le calme, même au début d'une attaque..

Les exercices de respiration vous aideront à vous détendre

Ayant décidé de comprendre en détail comment guérir les crises de panique, beaucoup sont surpris de constater que les scènes bien connues des films occidentaux, où quelqu'un respire activement dans un sac en papier, ne sont pas une blague. En fait, les exercices de respiration, et il existe vraiment de nombreuses options pour de tels exercices, ont aidé plus de mille personnes à faire face aux crises de panique..

Photos du site: israclinic.com

  • Le principe et le mécanisme d'action de ces exercices sont assez simples, car alors que nous éprouvons une forte peur, la respiration s'égare d'elle-même..
  • Une personne commence à respirer de manière intermittente et superficielle, car le corps doit principalement nourrir les muscles et les muscles orientés pour s'échapper ou se battre, et non le cerveau.
  • Par conséquent, pour recommencer à respirer calmement et uniformément avec l'estomac, il faudra un effort considérable et une forte volonté. Tout le monde peut maîtriser et appliquer en pratique la technique de la respiration dite diaphragmatique.
  • L'une de ces techniques consiste à respirer avec un sac en papier, qui doit être fermement pressé contre le visage. Cette technique aide à assurer le drainage de l'oxygène des muscles, ce qui permet de tromper le cerveau, de «convaincre» que le danger est passé et que le niveau de dioxyde de carbone dans le sang a augmenté.

Récemment, la technique de respirer dans un sac en papier pour traiter soi-même les crises de panique a été critiquée par des experts. Les psychiatres et les psychothérapeutes, en étroite collaboration avec des physiologistes, ont découvert que les sauts brusques et les fluctuations du niveau d'oxygène dans le sang ne peuvent non seulement arrêter l'attaque, mais même l'aggraver..

Pour ceux qui veulent vraiment maîtriser la respiration correcte, ce qui ne permettra pas qu'une attaque de panique soit couverte d'une vague d'horreur, nous pouvons recommander des pratiques anciennes, par exemple, le wushu, le qigong, le pranayama, le kukndalini yoga, et même une respiration holotrope incroyable, soi-disant vous permettant de vous plonger dans d'autres mondes et conscience altérée. Il n'est nécessaire de professer aucune religion, vous pouvez prendre des exercices purement physiques pour la respiration et la relaxation, ainsi que pour la concentration.

Exercice régulier

L'activité physique modérée mais systématique n'a jamais fait de mal à personne et les crises de panique ne font pas exception. Ils vous aideront non seulement à rester toujours normal, à ne pas prendre de poids et à éviter que l'inactivité physique ne vous envahisse, mais vous permettront également de vous débarrasser des crises de panique et des névroses..

Photo du site: neckpain.ru

L'essentiel ici, comme dans la pratique méditative, est la systématique et la régularité. En faisant de l'exercice de temps en temps, le résultat ne fonctionnera pas. Cependant, les gens modernes, accablés de mauvaises habitudes, ne sont pas très disposés à se reconstruire, il peut donc être difficile de s'y habituer et de ne pas oublier la formation constante. Ensuite, il est logique de commencer par la méditation, puis d'introduire progressivement des exercices dans votre emploi du temps..

Passions dangereuses: la méthode d'amplification en action

Il existe un moyen assez simple mais efficace de se débarrasser rapidement d'une crise de panique. L'essence de cette méthode est d'intensifier délibérément l'attaque, de la stimuler. Certes, cela demandera beaucoup de courage, de courage et sans préparation personnelle préalable, cela ne fonctionnera guère. Tout le monde n'est pas capable de cela, mais cela ne fait pas de mal d'essayer lorsqu'un proche est à proximité..

Photos du site: alkogolu.net

  • Dès que vous sentez une attaque approcher, essayez de ressentir tout ce qu'elle entraîne..
  • Pas besoin d'essayer de sortir de la crise, de se détendre, au contraire d'essayer de découvrir toute la gamme des émotions.
  • Concentrez-vous et essayez de vous remonter le plus possible.

Au début, des sensations désagréables s'abattent sur vous, comme une vague, la peur couvrira des impulsions de plus en plus puissantes, mais ensuite elle lâchera. Ainsi, sans atteindre le sommet, une attaque de panique peut être supprimée et vous prouverez à vous-même et à la maladie que vous n'avez pas peur et que vous êtes capable de faire face au problème sans s'enfuir et sans vous cacher la tête dans les buissons..

Connexion émotionnelle et traitement à base de plantes pour les crises de panique par vous-même

Le lien émotionnel avec les parents proches, les amis, la famille peut être extrêmement important dans cette situation. Tout ici dépendra du niveau de formation et de la connaissance de vos problèmes par les autres. Quiconque aidera à arrêter une attaque doit nécessairement avoir un certain niveau d'endurance, ne pas paniquer lui-même, et aussi respirer l'énergie, le calme et la confiance en soi..

Photos du site: mirnasos.ru

Il faut dire à la personne, sans élever la voix, que rien ne la menace, le convaincre et l'assurer, au point de se croire. Cela ne fait pas de mal de choisir et ayez toujours des tisanes apaisantes à portée de main. Mélisse, menthe, camomille, achillée millefeuille, valériane, angélique et millepertuis, presque toutes les collections apaisantes feront l'affaire. Laissez un parent ou le patient lui-même préparer une décoction d'herbes, puis buvez lentement une boisson chaude.

Dans le processus de travail, ainsi que dans l'absorption d'une boisson parfumée, l'attaque devrait disparaître d'elle-même, mais vous devrez toujours apprendre à utiliser de telles techniques, cela n'aidera pas sans préparation. En soi, le thé à base de plantes médicinales ne peut pas être qualifié de panacée à part entière, mais d'un autre côté, il ne fera certainement pas de mal, vous devez y prêter une attention particulière..

En contact avec: