Pourquoi la maladie mentale s'intensifie-t-elle au printemps?

Au printemps, la nature commence à se réveiller d'un long sommeil hivernal. Très souvent, à ce moment, il y a des changements brusques de la température de l'air et de la pression atmosphérique. Tous ces changements dans les conditions météorologiques ont un impact important sur l'état physique et émotionnel d'une personne..

Courbatures, maux de tête, sensation de fatigue, rhumes fréquents, mauvaise humeur, autant de conséquences de l'arrivée du printemps. Et si les rhumes et les maux de tête peuvent être facilement traités à l'aide de médicaments ou d'herbes, alors avec les sautes d'humeur et la dépression, tout est beaucoup plus compliqué. Alors, répondons à deux questions: pourquoi les maladies mentales s'aggravent-elles au printemps et vaut-il la peine de contacter un spécialiste dès les premiers symptômes de ces maladies??

Pourquoi surgissent-ils?

Au printemps, la maladie mentale survient pour les raisons suivantes:

Surtension. En règle générale, c'est au printemps que les gens commencent à faire activement des plans pour l'avenir et à mettre en œuvre ceux qui ont déjà été esquissés. Il s'agit des problèmes ménagers (laver les vêtements d'hiver, laver les vitres, replanter des plantes, etc.) et financiers (où aller pour l'été, combien d'argent dépenser pour acheter de nouvelles choses d'ici l'été) et les problèmes de travail. Avec une augmentation de la durée de la journée, les gens commencent généralement à travailler plus activement, leurs heures de travail augmentent, ce qui, tôt ou tard, se transforme en fatigue chronique, en surmenage et en dépression..

Mauvaise écologie. L'eau sale et l'air pollué peuvent nuire gravement à la santé physique et émotionnelle d'une personne. Bien sûr, la plupart des microbes et virus sont détruits par le système immunitaire, mais au printemps, cette protection est particulièrement vulnérable. Pendant la période de changements brusques de température, une personne est particulièrement sensible à diverses maladies. Après le prochain combat contre les bactéries, le système immunitaire s'affaiblit et le système nerveux est très tendu, ce qui peut provoquer l'apparition ou l'exacerbation d'une maladie mentale.

Apathie générale. L'humeur d'une personne est fortement influencée par l'humeur émotionnelle de son environnement. Si tous ses proches, collègues et même les passants marchent comme à moitié endormis et sont dans un état apathique, alors ces sentiments lui seront transmis. Dans le même temps, l'état mental s'aggrave également parce qu'une personne consomme souvent de l'alcool et des drogues comme remède contre la dépression et la dépression, ce qui en fait ne fait qu'aggraver la situation..

Qui en est affecté?

Les experts sont convaincus que tout le monde peut survivre à l'exacerbation printanière. Mais il existe certaines catégories de personnes qui ont du mal à le faire. Ceux-ci inclus:

Retraités. Chez les personnes âgées, le système immunitaire est affaibli et cette «faiblesse» est activement utilisée par la maladie mentale.

Adolescents. Le fond hormonal des jeunes est très instable. D'où des sautes d'humeur fréquentes, des accès d'agressivité, d'apathie, d'irritabilité. Tous ces facteurs négatifs provoquent le développement de la dépression..

Personnes malades et physiquement affaiblies. Cela ne vaut pas la peine de parler de l'immunité affaiblie d'une personne malade ou d'une personne récemment malade. Pendant et après la maladie, le corps souffre d'une carence en vitamines et en minéraux, par conséquent, les grèves de la faim, les régimes alimentaires et autres abstentions d'aliments de haute qualité sont inacceptables ici..

Les personnes dont la profession implique la communication avec les gens. Les chefs d'entreprise, les directeurs de comptes, les caissiers, les conseillers commerciaux et certaines autres professions «sociales» sont les plus exposés au stress. Très souvent, il y a une sorte de différends et de désaccords entre les gens, ce qui, dans le langage des psychologues, peut être qualifié de stress au travail. Et ces stress s'accumulent progressivement et conduisent au développement de la dépression..

De quoi avons-nous affaire?

Au printemps, les maladies mentales suivantes sont le plus souvent exacerbées:

Dépression. L'état dépressif provoque une production insuffisante de certaines hormones pendant la période de changement des heures de jour, ainsi que des changements de température de l'air et de pression atmosphérique, une activité physique excessive, de la fatigue et une surcharge au travail.

Symptômes de dépression: insomnie, diminution de la libido, apathie, manque d'appétit, anxiété, faiblesse générale, sensation de fatigue même le matin.

Si vous ne prenez aucune mesure pour traiter la dépression, elle deviendra chronique avec le temps..

Psychose, paranoïa, névrose, schizophrénie. Ces maladies et d'autres, qui, en règle générale, sont exacerbées au printemps, sont chroniques, c'est-à-dire qu'elles ne peuvent pas être complètement guéries. Il est possible de réduire les manifestations de ces maladies et de noyer les symptômes uniquement sous la surveillance d'un médecin dans une clinique spéciale. La psychothérapie et la pharmacothérapie sont souvent utilisées pour traiter ces maladies..

Troubles mentaux exogènes. La cause d'un trouble exogène n'est pas un facteur interne, mais externe (exogène), à ​​savoir: l'alcool, les drogues, les drogues, les substances toxiques, les traumatismes crâniens, les radiations, etc..

Au printemps, vous devez complètement abandonner ou minimiser l'utilisation de substances auxquelles une personne peut devenir dépendante..

Comment éliminer l'exacerbation?

La dépression et certains troubles mentaux non chroniques peuvent parfois être gérés à domicile. Au printemps, vous devez être plus souvent à l'air frais, faire du sport, dormir suffisamment, manger plus de légumes et de fruits. Si les symptômes persistent, vous devez consulter un médecin qui établira individuellement un traitement.

Qu'est-ce que «l'aggravation du printemps» et comment l'éviter

Pour une explication, nous nous sommes tournés vers le psychothérapeute Boris Suvorov.

Quelle est la faute du printemps?

Le concept d '«aggravation printanière» existe vraiment. Mais l'utilisation de ce terme est plus appropriée parmi les spécialistes, disent les médecins. Dans une vision étroite, la signification de ce phénomène est exagérée. Oui, certaines maladies mentales sont très saisonnières, par exemple le trouble bipolaire (ou la soi-disant «psychose maniaco-dépressive»), la cyclothymie, certaines formes de schizophrénie. Mais il n'y a pas de saisonnalité prononcée dans la manifestation de la plupart des troubles émotionnels. Les gens ont l'habitude d'attribuer beaucoup à «l'exacerbation printanière», alors que l'état du patient est influencé par tout stress, et pas seulement celui qu'il éprouve avec l'arrivée du printemps.

Au fait, quelle est la faute du printemps? Il semblerait que ce soit l'hiver, quand il fait froid, nuageux, de courtes heures de clarté, même une personne en bonne santé peut être déprimée. Et au printemps, le soleil devient plus, la nature se réveille - il y a tellement de raisons de joie!

En fait, le stress printanier n'est pas tant associé à l'arrivée du printemps qu'à l'hiver trop long sous nos latitudes. En raison du long hiver, nous avons un manque de vitamines et un épuisement général du corps. De plus, en basse saison, notre métabolisme change, affectant la libération de neurotransmetteurs. Si à l'automne, le corps se prépare pour l'hiver et que tous les processus ralentissent, au printemps, ils accélèrent, et souvent assez brusquement. Plus une personne est en bonne santé, plus il est facile de s'adapter à ces changements. Les personnes malades (pas seulement mentalement, au printemps toutes les maladies chroniques s'aggravent en général) les endurent plus durement. Cela dépend aussi beaucoup des caractéristiques du système nerveux: plus il est mobile, plus une personne est émotionnellement instable et plus elle tolère le stress..

Garde tes distances

Comment les personnes atteintes de maladie mentale et leurs proches peuvent se préparer à une exacerbation printanière?

Lisez aussi:
Comment prévenir le développement de la schizophrénie chez un enfant?
Vladimir Rotshtein: "L'attitude envers les malades mentaux est le baromètre moral de la société"
Pilules secrètes: comment déterminer l'efficacité d'un médicament?

Les patients qui sont vus par un psychiatre se rendent généralement eux-mêmes à l'hôpital à ce moment-là. Ceux qui, étant dans un état insuffisant, refusent d'être hospitalisés, sont contraints à la clinique. Dans les cas bénins - par exemple, avec la cyclothymie - l'hospitalisation n'est pas nécessaire, mais un sanatorium, de préférence situé quelque part dans des régions chaudes, sera utile. En général, dans une relation avec un patient, compte tenu des particularités de la période d'exacerbation, il est préférable pour les proches d'augmenter la distance pendant un certain temps - afin d'éviter les excès indésirables. Et si une personne est clairement atteinte de maladie mentale, mais n'a pas encore été observée par un médecin, il est temps de la contacter.

Quelle est la probabilité de rencontrer au printemps dans la rue ou dans les transports une personne en état d'exacerbation de maladie mentale? Les médecins pensent qu'il ne vaut pas la peine d'exagérer le danger, les patients dans cette condition sont très probablement dans un hôpital psychiatrique. Mais, si vous remarquez quand même une personne à proximité qui se comporte de manière inappropriée, mieux vaut se retirer et en aucun cas entrer en discussion ou se chamailler avec elle..

Est-il possible de se protéger seul des troubles émotionnels? Les personnes déjà diagnostiquées doivent consulter un médecin. Les autres, tout simplement instables émotionnellement, peuvent être invités à boire des sédatifs naturels, vendus en pharmacie sans ordonnance. Ils aideront à normaliser le contexte émotionnel global sans provoquer d'effets secondaires indésirables. En général, toute personne devrait examiner de plus près sa santé au printemps: effectuez des procédures de renforcement générales, faites de l'exercice, prenez des multivitamines et surveillez une nutrition appropriée. Si l'état d'esprit ne s'améliore pas, vous pouvez toujours demander une aide psychologique..

Pourquoi il y a une exacerbation de la maladie mentale pendant la période automne-printemps?

Une personne est avant tout un être biologique et l'activité vitale de son corps est soumise aux rythmes circadiens. Changement de jour et de nuit, saisons - affectent le cours des processus internes, y compris l'activité mentale du corps humain.

Cyclicité des processus mentaux

La nature cyclique de la psyché humaine est observée non seulement dans la norme, mais se manifeste également sous la forme d'une exacerbation de diverses maladies endogènes. Avec l'arrivée du froid et le raccourcissement des heures de jour à l'automne, le nombre de malades mentaux dans les hôpitaux augmente. Les maladies mentales sont de nature chronique, avec des phases d'exacerbation à l'automne-printemps.

Selon les statistiques, depuis le début du mois d'octobre, le nombre de patients dans les cliniques psychiatriques a augmenté d'un quart. Les personnes ayant une émotivité accrue perçoivent la transition du temps chaud au temps froid et aux pluies plus douloureusement, ainsi qu'une réduction des heures de clarté. L'exacerbation automnale de la maladie mentale est également due au fait que sous l'influence du soleil, les gens produisent de la sérotonine (une hormone du plaisir), et lorsque les jours nuageux arrivent, la quantité de sérotonine diminue. De nombreuses personnes développent de l'irritabilité, une instabilité émotionnelle. Les couleurs vives de l'été cèdent la place aux nuances de gris, le lourd ciel nuageux "écrase", les changements de pression atmosphérique et les pluies quotidiennes conduisent au fait qu'une personne a un sentiment de désespoir, de désir, d'anxiété pour son avenir.

L'automne est une saison d'exacerbation non seulement des maladies mentales, mais aussi des maladies cardiovasculaires et gastro-intestinales. Les fluctuations de la pression atmosphérique affectent le système vasculaire humain et la régulation neurovégétative des organes et systèmes internes. En automne, des maladies telles que la dépression, la schizophrénie, les psychoses affectives, l'épilepsie sont aggravées.

Clinique de rechute saisonnière

À l'automne, non seulement le nombre d'hospitalisations de patients atteints de maladies endogènes augmente, mais les médecins du service ambulatoire constatent également une augmentation du flux de patients. Certaines maladies qui se sont déroulées sous une forme latente (latente), à ​​l'automne, les troubles mentaux se manifestent pleinement. La crise économique, les prévisions des analystes sur la détérioration de la vie des gens d'ici la fin de l'année, le risque de perte d'emploi et d'épargne personnelle provoquent une vague de troubles mentaux. Les patients présentant des névroses et des crises de panique sentent leur état s'aggraver, les crises d'épilepsie deviennent plus fréquentes. Le «blues» d'automne est normal pour tout le monde, chez les malades mentaux, un état dépressif peut aboutir au suicide.

Les patients souffrant de dépression et de divers types de psychose peuvent être dangereux pendant la période d'automne des exacerbations non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour les autres. Certains patients pensent que toute la famille ou la société dans son ensemble est en grand danger. Il y a eu des cas en psychiatrie où des mères malades mentales pourraient nuire à leur enfant.

L'exacerbation automnale de la schizophrénie survient plus souvent chez les hommes. Leurs symptômes productifs s'intensifient - délires et hallucinations. Étant donné que les hommes consomment de l'alcool plus souvent et à fortes doses, l'exacerbation de la maladie mentale chez eux est plus prononcée. De par leur nature biologique, les hommes sont plus agressifs et donc l'exacerbation de la schizophrénie à l'automne est associée à la commission d'actes illégaux, une augmentation du nombre de traumatismes crâniens..

Certains patients schizophrènes se plaignent aux médecins à l'automne d'avoir été attaqués par la voix d'autres personnes. Les policiers notent une augmentation des plaintes des citoyens concernant "l'atterrissage d'OVNI dans la cour d'une maison" ou "un contact verbal avec des extraterrestres". Ce sont les hommes malades mentaux qui participent activement à diverses manifestations, révolutions et coups d'État dans le pays..

Prévention de la rechute

Un rôle important dans la prévention des exacerbations automnales est joué par la participation des proches et des proches à la vie d'un malade. Les personnes atteintes de maladie mentale ne peuvent pas évaluer correctement leur état, certains patients arrêtent de prendre des médicaments et les hommes atteints de schizophrénie sont sujets à l'alcoolisme, ce qui aggrave l'évolution d'une maladie endogène. Les proches du patient doivent le diriger vers un traitement hospitalier ou ambulatoire lorsque les premiers signes d'aggravation de la maladie mentale chronique sont détectés.

Les patients souffrant de dépression, de psychoses, de névroses ont très souvent peur d'aller chez un psychiatre, ils essaient de faire face seuls aux symptômes et aux signes de la maladie. De nombreux patients se soignent eux-mêmes, boivent divers médicaments que leurs amis leur ont recommandés ou ont lu des informations sur Internet. Le plus important est de contacter un spécialiste en temps opportun. Certains patients nécessitent moins de médicaments que des médicaments psychothérapeutiques.

Pour éviter les exacerbations saisonnières de la dépression et de la psychose, une personne doit observer un régime de sommeil et de repos, une nutrition rationnelle et la prise de multivitamines. Une activité physique modérée (course, natation) et de la physiothérapie (bains relaxants, douche de Charcot) sont recommandées. Vous devez vous abstenir de consommer des boissons psychostimulantes - thé et café. Le psychothérapeute doit convaincre le patient que l'état dépressif est simplement le résultat de l'influence de facteurs naturels sur le corps humain..

En période d'automne, il est recommandé d'être plus à l'extérieur, de marcher (si le temps le permet), de changer d'environnement, de sortir plus souvent de la maison, de ne pas se refermer sur soi et sur ses pensées, d'aller à une visite ou au théâtre. Discuter avec des amis et des connaissances peut vous aider à vous distraire des pensées négatives. Certaines personnes fuient les villes d'automne déprimées et achètent un voyage d'une semaine dans des pays chauds.

Le médecin - psychothérapeute doit aider le patient à trouver un moyen de se détendre, de passer à des pensées positives et à une activité active à l'automne.

Qu'est-ce qu'un Spring Flare? Le psychothérapeute répond

Y a-t-il une exacerbation printanière et comment se protéger des explosions émotionnelles avec l'arrivée des journées chaudes? Le correspondant de Tengrinews.kz s'est tourné vers la psychothérapeute de la clinique présidentielle Laila Uteniyazova. Selon elle, c'est au printemps que le nombre d'hospitalisations de patients augmente..

«Après l'hiver, le corps est appauvri, une carence en vitamines se produit, le métabolisme ralentit. Le niveau de neurotransmetteurs est réduit. Avec l'apparition de la chaleur, ces processus s'accélèrent et une personne qui est mentalement ou physiquement malade devient vulnérable aux exacerbations. Des maladies telles que la psychose maniaco-dépressive, la cyclothymie, peuvent s'aggraver. certaines formes de schizophrénie, psychose affective ", - a déclaré Laila Uteniyazova.

<< Le groupe à risque qui subit une exacerbation printanière comprend les personnes instables sur le plan hormonal et émotionnel, les personnes atteintes de maladies chroniques, avec le soi-disant syndrome d'épuisement émotionnel - les bourreaux de travail, les carriéristes, etc. Pendant cette période, le bien-être général peut se détériorer, ce qui peut entraîner un surmenage et troubles mentaux, dépression, fatigue, sautes d'humeur.Les personnes souffrant de troubles névrotiques, avec des craintes de panique, se sentent également s'aggraver à cette période de l'année. Les crises d'épilepsie peuvent devenir plus fréquentes, chez les patients souffrant de troubles dépressifs - intentions suicidaires. Patients souffrant de dépression, divers types de psychoses peuvent être dangereux au printemps, non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour les autres. Cela s'explique par le fait qu'ils ne sont pas conscients de leur maladie, ils ne comprennent pas dans quel état mental ils se trouvent, donc le comportement de ces personnes est imprévisible », a expliqué le médecin-psychothérapeute hôpitaux du centre médical du département administratif de la République du Kazakhstan.

«Habituellement, les patients atteints de maladies chroniques se tournent eux-mêmes vers un psychiatre. À cette période de l'année, il vaut mieux que leurs proches gardent leurs distances - le patient peut être dangereux pour lui-même et pour les autres. Il n'est pas en mesure d'évaluer correctement son état. Parfois, il arrive que des patients atteints de schizophrénie utilisent alcool ou arrêter de prendre des médicaments. Les proches d'un malade mental au premier signe d'aggravation de la maladie doivent l'envoyer en traitement ambulatoire. Il arrive que les patients souffrant de dépression, de psychoses, de névroses aient souvent peur d'aller voir un psychiatre et d'essayer de s'en sortir seuls. Beaucoup d'automédication: ils boivent des drogues Cependant, il est recommandé de consulter un spécialiste qui, en plus des médicaments, est en mesure de fournir une aide psychothérapeutique.Les personnes présentant des troubles débutants tels que des troubles épisodiques du sommeil, une faible anxiété, une faible anxiété sont les sédatifs recommandés vendus par Pas de recettes. Parfois, ils suffisent amplement ".

«Pour éviter les exacerbations des troubles mentaux, il faut observer un régime de sommeil et de repos, manger rationnellement, prendre des multivitamines. L'activité physique, la physiothérapie, les soins au spa sont également recommandés. Au printemps, il est conseillé de s'abstenir de regarder des émissions de télévision et des films négatifs. Si une personne se tourne vers un psychothérapeute, alors plus souvent tout le spécialiste lui explique qu'un état dépressif au printemps est souvent le résultat de l'influence de facteurs naturels sur le corps, donc au printemps, vous devez être plus à l'extérieur, faire des promenades, changer d'environnement, ne pas être isolé en vous et dans vos pensées., aller à une visite ou au théâtre. La communication de nature positive aide à détourner l'attention des émotions négatives. Vous pouvez quitter la ville pour la nature, car dans la ville, beaucoup de gens sont sous pression », a déclaré le médecin.

"Les chances de rencontrer une personne en état d'aggravation de maladie mentale dans la rue sont très faibles. Cependant, si cela se produit, éloignez-vous de lui. Ne prenez pas de contact, ne vous moquez pas de lui et ne faites pas de commentaires, car c'est dangereux. Comportement d'une personne souffrant d'une maladie mentale. le trouble est imprévisible, il n'a pas conscience de son état mental, de sa maladie. Son comportement peut être dangereux. Dans certains cas extrêmes, vous pouvez appeler la police ou une ambulance », a expliqué Uteniyazova.

Aggravation printanière chez les toxicomanes

Le printemps pour les toxicomanes et les alcooliques en rémission est la période la plus difficile de l'année. À ce moment, les toxicomanes sont les plus exposés aux émotions, puis à la dépression. Par conséquent, vous devez être aussi prudent que possible, écouter votre état intérieur, être informé des raisons de «l'exacerbation printanière» et, surtout, suivre les recommandations importantes des spécialistes - psychologues.

Les principales causes d'exacerbation printanière chez les toxicomanes

  • État mental, réaction aggravée aux stimuli externes (beaucoup plus aiguë que chez les personnes en bonne santé). On sait que la toxicomanie et l'alcoolisme se traduisent non seulement par une carence physique en substances psychoactives (PAS), mais également par de graves déviations psychologiques (dépendance psychologique aux substances). De plus, il est beaucoup plus difficile d'éliminer ces derniers que de sauver le patient du sevrage physique. Les narcologues comparent l'exacerbation printanière de la dépendance aux substances psychoactives à l'exacerbation de personnes indépendantes, mais souffrant en même temps de handicaps mentaux. Puisque, à leur avis, le processus destructeur des deux se produit à peu près dans le même schéma. Restructuration intersaisonnière du corps, manque de vitamines, poussée hormonale - tout cela provoque une panne;
  • "Le printemps est le temps de l'amour" n'est pas une expression désinvolte. Temps chaud, plantes à fleurs, soleil printanier - détend même chaque personne en bonne santé, provoquant des actes différents. Dans le cas des alcooliques et des toxicomanes, tout est beaucoup plus grave. Les personnes dépendantes commencent à se sentir fatiguées des normes, des règles, des cadres qui doivent être observés pendant la rémission. Il y a une grande envie d'aller «au-delà de ces limites», de se détendre, de soulager les tensions accumulées au cours d'une longue lutte contre la maladie;
  • Par ailleurs, nous pouvons souligner le fait avéré qu'en hiver les toxicomanes sont plus limités dans leurs besoins et leurs désirs qu'en été. Selon les statistiques, beaucoup plus de patients sont admis dans des centres de réadaptation en hiver, dont le but est de se débarrasser de la dépendance. Ainsi, plus proche de la période estivale, une volonté absolument opposée apparaît..

Recommandations pour maintenir la sobriété au printemps des spécialistes de la clinique "Praktik"

  • Soyez autant que possible dans une communauté sobre, protégez-vous des vieux amis, des événements où il y a des utilisateurs;
  • Être capable de reconnaître les fringales à temps et utiliser les outils pour les combattre. S'il n'y a pas assez de connaissances, entretenir une relation avec un psychologue qui donnera toutes les informations nécessaires, pourra soutenir autant que possible, résoudre les conflits internes du toxicomane;
  • Soyez honnête non seulement avec vous-même, mais aussi avec vos proches. Si vous avez soudainement envie d'utiliser, vous ne devriez pas ressentir de honte et de peur. Vous devez être aussi ouvert que possible et ne pas être timide sur vos désirs. Les envies de toxicomane sont normales. Un phénomène anormal se produit lorsqu'une personne est laissée seule avec de tels sentiments;
  • Ne viens pas seul. La solitude pour les alcooliques et les toxicomanes est le sentiment le plus terrible qui puisse être réutilisé en peu de temps.

Le centre de rééducation «Praktik» rappelle que si une panne est déjà survenue, vous devez immédiatement contacter un spécialiste et prendre les mesures nécessaires. Si l'utilisation dure à nouveau, il sera beaucoup plus difficile de résoudre le problème. Notre personnel vous aidera à sortir de cet état de manière anonyme, 24 heures sur 24 et professionnellement.

Comment survivre à une éruption printanière

Pourquoi dans les premiers mois chauds, certains connaissent une poussée de force, tandis que d'autres tombent hors de contrôle.

Qu'est-ce que c'est et pourquoi survient-il

L'exacerbation printanière est un terme collectif qui fait référence aux changements dans le corps pendant les premiers mois chauds. Un tel concept n'existe pas dans les ouvrages de référence médicaux: une exacerbation est généralement comprise comme un complexe de symptômes tels que les sautes d'humeur, la somnolence et la dépression..

Les sautes d'humeur se produisent en raison du fait que le corps est très fatigué pendant l'hiver: en règle générale, nous n'obtenons pas assez de soleil et notre nourriture n'est pas particulièrement riche en vitamines. Avec l'arrivée de la chaleur, le corps, épuisé par le froid, subit un stress supplémentaire et commence à s'adapter d'urgence aux nouvelles conditions environnementales: augmentation de la température, changement de pression et augmentation des heures de clarté. Ce processus peut être loin d'être facile..

Voici ce qui peut provoquer des poussées saisonnières.

Changements dans la production de mélatonine

La mélatonine est une hormone qui contrôle notre rythme circadien, c'est-à-dire qu'elle synchronise le travail du corps avec l'heure de la journée. Lorsque la lumière du soleil frappe la rétine, la production de mélatonine diminue et augmente dans l'obscurité. Cela signale au corps de dormir..

Avec l'arrivée du printemps, les heures de clarté deviennent plus longues, la quantité de mélatonine diminue et nous avons tendance à dormir beaucoup moins. Les modifications du biorythme et l'adaptation du corps au nouveau régime entraînent des problèmes de sommeil et provoquent une mauvaise santé - l'horloge interne prend du temps pour s'habituer à de nouvelles conditions.

Manque de vitamines et de minéraux

Après un long hiver, nous avons souvent une carence en vitamines et minéraux, car pendant la saison froide, nous avons tendance à nous pencher sur les aliments riches en glucides. De plus, la sélection de légumes et de fruits en hiver est plutôt rare. Par conséquent, nous rencontrons un printemps avec une immunité affaiblie et il est plus difficile pour le corps de s'adapter au changement de saison..

À quels symptômes devez-vous faire attention?

Vous rencontrez une panne, devenez irritable et vous fatiguez rapidement. J'ai constamment envie de dormir, l'apathie apparaît. Des maux de tête ou des étourdissements surviennent. Tout cela est la conséquence de la fatigue corporelle après un long hiver et de l'adaptation aux nouvelles conditions météorologiques..

Mais parfois, la cause d'une mauvaise santé est beaucoup plus grave: tous ces signes peuvent indiquer un type particulier de dépression, trouble affectif saisonnier Trouble affectif saisonnier. La maladie se manifeste généralement pendant la période automne-hiver, mais peut être aggravée au printemps..

La dépression saisonnière diffère de la poussée printanière en ce qu'elle est beaucoup plus sévère. Les symptômes comprennent:

  • état dépressif pendant une longue période;
  • perte d'intérêt pour les choses et les activités qui étaient auparavant agréables;
  • manque d'énergie;
  • irritabilité et larmoiement;
  • difficulté de concentration.

De plus, l'insomnie, la perte d'appétit, la perte de poids et une anxiété accrue peuvent indiquer un trouble affectif saisonnier..

Qui est à risque

Si vous appartenez à l'une de ces catégories, soyez particulièrement attentif à votre état..

Les personnes atteintes de maladies chroniques

Au printemps, il est beaucoup plus difficile de résister aux bactéries pathogènes en raison d'une diminution des défenses de l'organisme, d'un manque de vitamines et de minéraux et de sautes d'humeur. Tout cela provoque une exacerbation de maladies chroniques, telles que la sinusite ou la cystite. Les personnes allergiques doivent également être distinguées car le printemps est particulièrement difficile pour elles..

Personnes émotionnellement instables

Si vous savez de première main ce que sont l'épuisement professionnel et les sautes d'humeur fréquentes, soyez prudent - ces conditions peuvent s'aggraver au printemps..

Les personnes atteintes de maladie mentale

Cela peut être une manifestation de dépression saisonnière ou une exacerbation d'autres maladies, telles que le trouble bipolaire..

Comment alléger cette période

Si vous êtes dans la catégorie des personnes qui ont un ressort difficile, essayez les méthodes suivantes.

Respectez votre horaire de sommeil

Avec l'arrivée du printemps, vous risquez de souffrir d'insomnie ou, au contraire, de somnolence excessive. Par conséquent, il est très important d'établir votre régime: un sommeil complet aidera à mettre en ordre le système nerveux et à s'adapter à une journée plus longue.

Soyez plus souvent à l'extérieur

En raison du fait qu'au printemps, nous recevons plus de lumière du soleil, plus de vitamine D est synthétisée dans notre corps. Elle renforce le système immunitaire et aide à combattre les effets de la vitamine D avec la dépression - ce qui est nécessaire au printemps.

N'oubliez pas l'activité physique

Faire de l'exercice régulièrement peut réduire le stress et améliorer l'humeur.

Consultez un médecin à temps

Si vous remarquez que votre état s'est aggravé et que les symptômes de poussée printanière ou de dépression saisonnière interfèrent avec votre mode de vie habituel, consultez immédiatement un médecin. Lui seul peut choisir le bon traitement et vous aider à vous remettre sur pied..

Spring rate: comment se protéger des troubles mentaux saisonniers?

La fatigue accumulée, l'asthénie et la carence en vitamines sont un «héritage» que l'hiver a légué à presque tout le monde. Et parfois, avec le début du printemps calendaire, quand il ne semble pas y avoir de raisons sérieuses de découragement et de tristesse, soudain, il y a un sentiment d'épuisement moral. Il y a des dépressions nerveuses, des conflits, il y a des moments de comportement inapproprié. Mais comment y faire face et pourquoi cela se produit, MedAboutMe a compris.

Pourquoi la santé se détériore et les troubles mentaux apparaissent au printemps?

Avec l'arrivée du printemps, les heures de clarté augmentent, la température de l'air et l'activité solaire augmentent. Selon les statistiques, environ 30 à 40% de l'ensemble de la population adulte de la Russie souffre actuellement d'une exacerbation des maladies chroniques. Et la détérioration de la santé mentale est l'un des problèmes les plus courants, et dans ce sens, le nombre de cas de ces maladies augmente chaque année. À propos, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a rapporté en 2015 que les troubles affectifs au printemps venaient en deuxième position en termes de prévalence. Aujourd'hui, ces statistiques ont un impact important sur le système de santé et entraînent de graves conséquences qui affectent non seulement la sphère sociale, mais même l'économie du pays..

L'apparition de troubles mentaux au printemps est principalement due au fait que pendant les longs mois d'hiver, les forces de réserve d'une personne prennent fin.

  • Le soutien en vitamines sous forme de légumes et de fruits est insuffisant.
  • L'activité solaire en hiver est considérablement réduite.
  • Pendant la saison froide, les gens essaient moins d'être à l'extérieur, et donc à l'air frais. Ils mènent de plus en plus un mode de vie inactif, ce qui conduit à l'inactivité physique..
  • La météo n'est pas non plus propice au bien-être, en particulier les pics de pression atmosphérique inattendus. Mais les fortes fluctuations des indicateurs de température sont une réelle chance de contracter une hypothermie..

Tous les faits ci-dessus n'aident pas à améliorer le fonctionnement du système immunitaire. Au printemps, les performances diminuent souvent, vous avez constamment envie de dormir, des sautes d'humeur apparaissent, l'irritabilité sont des symptômes courants des troubles mentaux saisonniers..

Il y a plus de jours ensoleillés en mars, mais ce n'est toujours pas suffisant, surtout pour ceux qui passent tout leur temps à la maison ou dans un bureau bruyant. Vous devez sonner l'alarme si le blues printanier dure plus de 10 à 14 jours, car ce fait peut indiquer le développement de troubles neuropsychiatriques complexes, et il est parfois extrêmement difficile de les gérer seul, sans consulter un spécialiste..

Il est important de savoir que le plus souvent les troubles mentaux (et pas seulement au printemps) sont associés à des aspects sociaux, ainsi qu'à la perception de la réalité environnante et aux actions de réponse d'une personne en particulier. Le facteur de saisonnalité ne peut qu'accélérer le développement de processus pathologiques.

Qui est sujet aux troubles mentaux au printemps?

Il existe plusieurs catégories de personnes particulièrement sensibles aux troubles mentaux printaniers, au stress et à la dépression. Les chances d'entrer dans un groupe à risque augmentent dans le cas de la consommation de boissons alcoolisées et de drogues diverses. En outre, les troubles mentaux printaniers sont sensibles à ceux qui ont des antécédents de maladies somatiques (maladies du système endocrinien, des vaisseaux sanguins, du cœur, etc.), survenant sous une forme chronique, aux personnes socialement actives et à celles qui ne prêtent pas attention à leur propre santé..

N'oubliez pas que l'hérédité, le stress, divers traumatismes et des facteurs environnementaux défavorables peuvent également agir de manière négative et affecter l'apparition et le développement de divers troubles psychologiques. Les symptômes dans ce cas peuvent être différents, et les experts notent tout d'abord un état émotionnel instable. À souligner également:

  • anxiété, qui peut survenir sans raison;
  • agression envers les autres;
  • fatigue rapide;
  • insomnie;
  • manque d'initiative;
  • anxiété et peur;
  • sensation d'être traqué;
  • jugements étranges.

Chaque type de trouble mental a son propre tableau clinique et il est presque impossible de déterminer le problème sans médecin..

Comment faire face à la dépression printanière et à d'autres troubles mentaux?

Les médecins recommandent de passer plus de temps à l'extérieur au tout début du printemps, sans oublier l'activité physique, bien manger, y compris plus de fruits et légumes dans votre alimentation, ainsi que des aliments qui contribuent à la production de sérotonine (une hormone de la bonne humeur).

  • Il est conseillé de renoncer à la suralimentation et aux régimes spéciaux épuisants..
  • Il est important de dormir suffisamment, car le corps et le cerveau ont besoin de repos. Vous devez essayer de suivre le régime, c'est-à-dire en même temps aller au lit, manger, se réveiller, etc..
  • Les émotions positives ne seront pas superflues. Les experts conseillent de moins se plaindre du bien-être et des problèmes familiaux, de la mauvaise humeur et des affaires inachevées au travail.

Le plus souvent, la rate de printemps disparaît d'elle-même et ne nécessite pas de traitement médicamenteux spécial. Dans les cas où les signes d'un trouble mental, en particulier la dépression, ne disparaissent pas dans les deux semaines, il est important de demander l'aide d'un spécialiste. L'automédication dans ce cas n'est pas pratique.

Assistance psychologique gratuite à la population

Une aide psychologique à plein temps est la meilleure solution au problème, mais toutes les personnes atteintes de troubles mentaux ne décident pas immédiatement de demander conseil à un hôpital. Dans ce cas, la «hotline» est l'une des initiatives sociales les plus efficaces. Vous pouvez profiter de cette aide psychologique et obtenir des conseils d'experts à Moscou tout à fait gratuitement et sans quitter votre domicile..

  • 051 - assistance psychologique d'urgence (le numéro est actif dans la capitale à tout moment).
  • 8-800-333-44-34 - "ligne d'assistance" opérant dans toute la Russie.
  • 8-495-575-87-70 - "helpline" opérant dans la capitale.
  • 8-499-216-50-50 - numéro de téléphone de la "hot line" de soutien psychologique du ministère des Urgences.

Il existe toute une liste de principes de base auxquels un service de conseil téléphonique doit adhérer:

  • L'abonné peut mettre fin à la conversation à tout moment.
  • L'abonné n'a pas besoin de donner son vrai nom, ses coordonnées et autres données personnelles.
  • Toutes les informations que le consultant reçoit de l'abonné sont considérées comme privées et ne sont pas divulguées à des tiers.
  • Quelle que soit la position de l'abonné, son avis n'est ni condamné ni critiqué.

Le but principal de la consultation gratuite, qui se fait par téléphone, est de fournir les premiers soins psychologiques. Le consultant peut en outre recommander des cliniques ambulatoires et des cliniques où, si nécessaire, il sera possible de recevoir une assistance spécialisée de médecins compétents et même de suivre un traitement anonyme..

Les médecins ont expliqué comment éviter une exacerbation printanière des maladies

Tout d'abord, un brusque changement de temps devient la cause d'exacerbations des maladies au printemps. Comme le corps doit se reconstruire plusieurs fois par jour, s'adaptant aux conditions météorologiques changeantes, il est épuisé. La situation est aggravée par une carence en vitamines.

Étant donné que la teneur en vitamines des légumes et des fruits est minime au printemps, cela entraîne une carence en de nombreux éléments importants. Écrit à propos de ce healthinfo.ua.

De plus, les réserves de vitamine D, que nous obtenons principalement du soleil, s'épuisent au printemps. Et les journées au printemps sont trop courtes et pas toujours ensoleillées pour restaurer le manque de cette vitamine..

Une autre raison de l'exacerbation printanière est l'hypothermie. Avec les premiers rayons du soleil printanier, on a hâte d'enlever les doudounes, bonnets et gants devenus ennuyeux durant l'hiver. Et d'année en année, la même chose se répète: nous gèlons, nous tombons malades, car notre immunité affaiblie ne peut pas corriger nos erreurs.

L'inconfort mental, le stress émotionnel et la fatigue surviennent généralement au tournant des saisons. Bien sûr, il s'agit d'un coup dur pour l'immunité, et des maladies de longue date se font immédiatement sentir.

Afin de ne pas tomber malade en mars, les médecins conseillent de prendre des mesures pour maintenir le corps affaibli pendant l'hiver..

Et pour le soutenir, il serait bon de comprendre avec quoi on se bat réellement et pourquoi au printemps, quand la nature se réveille, au contraire, on perd soudainement de la force.

Températures extrêmes et humidité élevée

Les changements de température, parfois jusqu'à 10 degrés pendant une journée, conduisent au fait que nous attrapons souvent froid. Et comment éviter cela n'est pas clair. Et c'est mal de porter des vêtements chauds: ils ont transpiré dans les transports, puis ont gelé dans la rue. Et il est trop tôt pour se déshabiller: pendant la journée et sans chapeau, il est confortable et à la tombée de la nuit, il gèle. De plus, il est tellement tirant d'ouvrir la fenêtre plus large.

Au printemps, une humidité élevée et une augmentation progressive des températures diurnes provoquent l'activation de nombreux virus et agents pathogènes, qui étaient inactifs en cas de gel.

Que faire

Tout d'abord, habillez-vous en couches pour pouvoir enlever la couche supérieure (par exemple, une veste à membrane) tout en restant déshabillée (dans une polaire «respirante» ou une veste Polartec). De plus, d'excellents sous-vêtements thermiques et des vêtements à membrane sont maintenant en vente. Un ensemble correctement assemblé de tels vêtements a la capacité d'évacuer l'humidité du corps et de ne pas laisser le froid et l'humidité à l'intérieur. Il ne fait ni chaud dans le métro ni froid dans le froid. Tout cela a été créé à l'origine pour les sports extrêmes, mais il est maintenant fermement utilisé par tout le monde..

Bien sûr, il est nécessaire de ventiler les locaux, mais n'acceptez catégoriquement pas de vous asseoir sous une fenêtre ouverte, même si des collègues du bureau vous demandent de ne pas le fermer. Tomber malade alors toi!

Pour éviter de contracter des infections virales, lavez-vous soigneusement les mains avec de l'eau et du savon après être rentré à la maison ou au bureau. Pour la prévention, rincez-vous la bouche et la gorge plusieurs fois par jour avec des tisanes bactéricides.

Si quelqu'un est malade au bureau ou à la maison, essayez de minimiser le contact avec les porteurs de virus.

Pour maintenir la résistance du corps, préparez un mélange d'herbes et d'épices réchauffantes et immunitaires à ajouter au café ou au thé.

Prenez à parts égales la coriandre, le fenouil, le gingembre, l'anis étoilé, le noir et le piment de la Jamaïque, les feuilles d'eucalyptus, la racine de calamus (les deux derniers ingrédients peuvent être achetés à la pharmacie). Broyez tout cela dans un mélangeur ou un moulin à café et ajoutez un quart de cuillère à café au café lors de son infusion. Il est nécessaire d'ajouter des épices après avoir retiré la boisson du feu.

Un café aux épices vous réchauffera, vous redonnera de la vivacité et de la bonne humeur, ne laissant aucune chance au rhume! Ils conviennent également pour être ajoutés au thé..

Manque de vitamines, minéraux et autres ressources

L'avitaminose épuise le corps et entraîne une diminution de l'immunité. En effet, en hiver, nous sommes privés d'une quantité suffisante de légumes frais, de fruits et d'herbes de haute qualité. Et ces légumes d'hiver qui sont sur les étagères sont soit de serre, soit trop chers. Pour l'hiver, les ressources corporelles accumulées depuis l'été dernier sont encore suffisantes et au printemps, cet approvisionnement est complètement épuisé et le manque de vitamines devient difficile à tolérer..

De plus, les courtes heures de clarté pendant les longs mois d'hiver ont affamé le corps. Et le fait que la journée se soit allongée, on n'a pas encore eu le temps de se sentir pleinement.

Que faire

Faites une promenade pendant la journée! Au moins quarante minutes chaque jour à midi. Et le week-end, traversez le parc à pied en diagonale, plissez les yeux au soleil ou exposez votre visage aux derniers flocons de neige de cette année - peu importe! Prenez un thermos de thé vitaminé avec vous.

Une alimentation correcte, saine et variée est indispensable au printemps, lorsque notre corps nécessite une attention particulière. Il est important de considérer qu'avec les fruits et légumes frais, nous obtenons des nutriments, mais il y en a très peu. Concentrez votre attention sur les légumes domestiques et en particulier les plantes-racines - ils préservent de manière fiable les vitamines et les minéraux pendant longtemps. Ainsi, les betteraves, les carottes, le chou doivent être présents dans le régime printanier..

Le régime doit contenir des fibres. Mangez des salades quotidiennes à partir des aliments disponibles. Par exemple, des betteraves râpées avec des pommes et des carottes ou de la choucroute feront l'affaire. Achetez des germes de céréales et incluez-les dans votre alimentation. Ils sont très riches en substances naturelles biologiquement actives. Et maintenant il y a un radis, des légumes surgelés, des agrumes.

Les baies fraîches congelées et les fruits secs sont une excellente source de vitamines. Ne faites pas bouillir les baies, car elles perdent ainsi la plupart de leurs vitamines..

Préparez du jus de vitamines. Faites bouillir les baies avec de l'eau bouillante, broyez-les dans un mélangeur, mélangez avec du miel et ajoutez ce mélange dans quelques cuillères à soupe dans un verre d'eau bouillante. Buvez au moins deux litres de cette boisson aux fruits par jour et vous pouvez oublier les carences en vitamines.

Et voici un autre remède merveilleux et savoureux pour lutter contre le manque de vitamines et de minéraux. Broyer et mélanger 1 c. l. raisins secs, abricots secs, noix (vous pouvez tout couper avec un couteau). Ajoutez 1 cuillère à soupe. l. miel et jus d'un demi citron. Mangez 1 cuillère à soupe. l. trois fois par jour. En plus des bienfaits, c'est aussi un délicieux dessert..

En passant, les nutritionnistes disent que le printemps n'est pas le bon moment pour les régimes difficiles. Mettez-le de côté pour plus tard, pour l'instant, mangez simplement sainement, en sautant les gâteaux et les pâtisseries. Si vous commencez à bouger plus activement, la silhouette deviendra toujours plus mince..

Augmentation du rayonnement solaire et des surtensions de la pression atmosphérique

En raison des fluctuations croissantes de la pression atmosphérique au printemps, la santé se détériore, des maux de tête fréquents surviennent, l'hypotension et l'hypertension sont aggravées. Les personnes âgées et celles qui sont sujettes aux maladies cardiovasculaires et à l'arthrose en souffrent particulièrement. Les patients hypertendus sont également très sensibles aux tempêtes magnétiques, leur tension artérielle augmente, la nervosité et l'irritabilité apparaissent, disent les médecins.

D'autre part, une augmentation marquée de l'activité solaire conduit également à une augmentation de l'excitation émotionnelle. Et en conséquence, beaucoup souffrent de dépression, de conflits interpersonnels, de problèmes familiaux sont perçus comme extrêmement possibles. Après tout, tout le monde au printemps est également excitable et intolérant..

Que faire

Si vous savez que vous souffrez de maladies vasculaires et cardiaques chroniques, si vous souffrez d'hypertension ou d'hypotension, n'attendez pas lorsque vous vous sentez mal. Suivez les recommandations de votre médecin.

Pour la prévention, les personnes facilement excitables devraient également boire un cours de sédatifs à base de plantes: valériane ou agripaume.

Il est particulièrement important de bien se reposer au printemps. Couchez-vous une heure plus tôt que d'habitude et abandonnez définitivement les veillées nocturnes. Si vous souffrez d'insomnie, assurez-vous de résoudre ce problème en consultant votre médecin ou simplement des remèdes populaires (bien sûr, à l'exclusion de l'alcool). Ce sont les troubles du sommeil qui peuvent être la dernière goutte qui entraînera une grave exacerbation des maladies chroniques..

Quelle activité physique est nécessaire au printemps

Une autre raison de l'exacerbation des maladies chroniques est une activité physique inappropriée ou son absence totale..

Au printemps, il est particulièrement important de fournir au corps une activité physique modérée. Sinon, si en hiver vous ne bougiez pas beaucoup, alors en plus de problèmes cardiovasculaires, vous pourriez être dépassé par la léthargie, des douleurs musculaires et articulaires, l'apathie.

En hiver, les employés de bureau s'assoient sur leur lieu de travail et arrêtent presque complètement de bouger. Le tonus musculaire disparaît et, par conséquent, une exacerbation massive de l'arthrose et de l'ostéochondrose.

Les problèmes de ressort du système musculo-squelettique ne peuvent être évités qu'avec des charges régulières dosées. De plus, les charges sont nécessaires très lisses, sans secousses: piscine, exercices du matin, gymnastique.

Un mode de vie actif aidera, mais sans fanatisme: il n'est pas nécessaire, après avoir passé une semaine au bureau, de partir samedi pour une course de cinq kilomètres. Il est beaucoup plus utile de courir ou de marcher à un rythme rapide pendant un kilomètre par jour.

Mais si vous ressentez de l'apathie et de la léthargie, si vous ne pouvez pas vous pousser à la gym ou à marcher, alors il est parfois plus correct d'obéir à votre corps et de vous allonger. Prenez quelques jours de congé et reposez-vous. Regardez de bons films, buvez des thés vitaminés et prenez généralement soin de vous. Peut-être qu'après quelques jours d'une telle relaxation, vous ressentirez une poussée de force et réaliserez que la vie est à nouveau belle et incroyable..

Essayez de suivre le régime d'activité et de repos. Dormez au moins 8 heures par jour et faites de votre mieux pour éviter les situations stressantes. Au printemps, vous devez prendre soin de votre système nerveux.

Et si vous n'avez toujours pas réussi à éviter de nouvelles maladies ou des exacerbations d'anciennes, ne tardez pas à consulter un médecin..

Quelles maladies sont exacerbées au printemps

Le plus souvent, une exacerbation printanière des maladies survient chez les personnes qui souffrent:

- maladies chroniques du système digestif;
- maladies vasculaires chroniques;
- maladies du système musculo-squelettique - arthrite, goutte, ostéoporose, ostéochondrose et autres;
- troubles des systèmes immunitaire et endocrinien;
- maladie mentale;
- des problèmes surviennent souvent chez ceux qui sont sujets aux maladies respiratoires.

Lisez aussi:

Les microbiologistes ont constaté que la consommation d'une seule pomme par jour «contribue de manière significative au maintien d'une digestion normale»..

Fait intéressant, les plus hauts niveaux de solitude sont ressentis par les travailleurs novices et ceux qui sont au sommet. Les personnes occupant des emplois de niveau intermédiaire sont moins susceptibles d'éprouver des sentiments désagréables.

Selon les médecins, le plus grand danger pour le foie est le concentré de miel, les sirops, le sucre de canne, le sucre de betterave et le fructose..

Je vais vous raconter comment j'ai vécu sur ma propre peau quand une personne est à côté de lui dans une exacerbation de la schizophrénie (ci-après O.sh.).

O.sh. ils se manifestent tous de différentes manières. Certains ont des voix, certains ont des obsessions, des délires; certains deviennent agressifs, etc..

Katya (appelons-la comme ça) avait tout dans le tas (chanceux, n'est-ce pas).

Je l'ai rencontrée lorsque j'étais moi-même au PND (dispensaire neuropsychiatrique) pour la première fois, où j'ai rencontré des schizos pour la première fois. Il convient de noter qu'il n'y en avait pas d'agressif à cette époque. ils étaient assurés, mais pas agressifs.

Katya a perdu son appartement loué en raison d'une exacerbation, car elle a dû se rendre à l'hôpital.

Et comme il faut d'abord gagner de l'argent pour en acheter une nouvelle, j'ai décidé de la ramener chez moi. De plus, j'ai été menacé, sinon longtemps, mais le terme, et j'ai des chats. Donc ça a coïncidé.

Tout allait bien pendant plus de 10 mois. Je n'ai rien remarqué de "comme ça" derrière elle. Une fille normale, travailleuse (presque 10 ans plus jeune que moi), pas très bavarde (mais mieux pour moi) et c'est tout. Il n'y avait pas de handicap (selon schiza groupe 3-2), il n'est pas non plus inscrit à la clinique, il ne prend pas de médicaments. Eh bien, je pensais que c'était peut-être vraiment une dépression nerveuse due au manque de sommeil (je suis moi-même tombé sur ça). Mais la petite étoile est passée inaperçue.

Katya a commencé à avoir des voix, puis des problèmes.

Des chansons dans ma tête (enfin, ça n’arrive pas), mais: depuis le début avec une voix normale, puis avec une voix "métallique". Suivi par une sensation tactile que quelqu'un vole et lui lance quelque chose. Mais c'était avant de m'endormir et quand je me suis réveillé et je me suis couché les yeux fermés - quelque chose de similaire est arrivé à tout le monde, mais ici c'est un peu différent.

Elle-même me les a décrits, mais a dit que "on dirait que l'écureuil" a commencé comme à CETTE époque "et qu'elle a juste besoin de bien dormir.

Mais le fait est qu’elle ne buvait pas souvent (!) - d’où venait la «protéine»? Je pense: Eh bien, on ne sait jamais, peut-être que ça arrive, + elle ne dort vraiment pas assez (la charge était au travail, ils étaient en retard).

En général, je me suis tout expliqué par le fait que cela arrive avec des gens tout à fait normaux.

Plus tard, des accès de colère, de l'irritabilité ont commencé.

Beaucoup demanderont: pourquoi ai-je enduré?

Je réponds: parce que cela ne s'est pas produit de manière aussi dense que celle décrite ici. Cela s'est passé par vagues. Ceux. 3-4 jours puis 3-4 semaines de silence. Et cela ne ressemblait pas à une manifestation d'une chose, et il y avait toujours des explications pour une telle manifestation. Maintenant je sais à quoi faire attention, mais ensuite je n'ai même pas pensé à la schizophrénie.

Dans les temps modernes, les flashs (plus de voix et de pépins) sont devenus plus longs et les périodes de silence sont plus courtes. Et cela a duré environ six mois. Et puis l'histoire a commencé quand tout est devenu évident.

Il commença à lui sembler qu'ils la regardaient de côté, chuchotant, causant des dommages, le mauvais œil, tout cela était entrecoupé d'irritabilité, d'agressivité. Elle a perdu son emploi (elle s'est disputée avec quelqu'un là-bas, quelque chose s'est mal passé avec elle). Et, enfin, que je fais la même chose qu'eux, que j'ai appelé le boulot pour la faire virer.

C'est alors que j'ai réalisé que Katya avait un.

À propos, il y avait des voix alors, aussi, elle a nié leur présence, mais à vue, il était perceptible qu'elles étaient (écoutées, disaient quelque chose de déplacé).

J'ai appelé mon ami un psychothérapeute, décrit la station, demandé: est-il possible que l'exacerbation passe d'elle-même (prenez de la glycine, de la valériane). Elle a répondu que, d'après son expérience, tout ne fait qu'empirer, qu'un hôpital est nécessaire.

Pendant cette période active, Katya est allée voir un psychiatre (demandez les restrictions sur le choix du travail, du fait qu'elle était dans le PND) et le médecin n'a rien remarqué dans son comportement, mais je l'espérais.

Les corrals de Katya ont commencé tous les jours.

J'ai essayé de l'expulser, mais elle a dit qu'elle ne partirait pas. J'ai appelé la police pour qu'elle la fasse sortir, mais ils ont dit que seulement par le tribunal (ils attendaient de l'argent, donc je ne l'avais pas à ce moment-là).

J'ai également appelé une ambulance pour son comportement inapproprié. Mais avec eux, Katya s'est comportée calmement, a répondu correctement aux questions, a nié la présence de déviations en elle-même. Les médecins sont partis, disant qu'elle se comportait normalement et qu'ils n'avaient pas le droit de l'emmener (nous n'avons pas de brigades psychiatriques dans notre ville) - attendez qu'elle se montre mal devant des inconnus..

Puis la poubelle a commencé. Elle-même n'a pas dormi et ne me l'a pas donné. Calmé seulement le matin pendant 2-3 heures. Le pic était à 2 heures du matin. C'était fou!

J'ai appelé sa mère (le psychothérapeute m'a conseillé), elle m'a soutenu de toutes les manières possibles, mais elle ne pouvait rien faire non plus (et elle vit dans une autre ville).

Tout a été résolu lorsque Katya était de nouveau folle et je l'ai menacée d'appeler à nouveau le skorjak. Elle a dit: "Eh bien, appelez-moi, que vont-ils me faire?!"

Oui en effet - quoi?

Mais quelque chose doit être fait et j'ai appelé l'ambulance, et pendant que j'expliquais la situation, Katya est entrée et a commencé à crier. Le répartiteur a entendu et a demandé: "Est-ce elle?" Je confirme. Puis le répartiteur a dit: "Attendez, ils vont venir maintenant." J'ai l'espoir que cette fois, ils l'emmèneront toujours.

L'ambulance est arrivée avec la police. Cette fois, Katya, peu importe ses efforts, ne pouvait pas se comporter correctement. Les médecins lui ont parlé doucement, lui ont posé des questions, puis l'ont persuadée d'aller à l'hôpital.

Après que Katya ait été emmenée au département, j'ai appelé sa mère et nous avons expiré ensemble.

Aucun doublon trouvé

Votre mère est-elle dans le PND? Avez-vous fait face à un terme? Avez-vous des chats? Terme au sens de prison ?

"Puis la poubelle a commencé. Elle-même n'a pas dormi et ne m'a rien donné. Elle ne s'est calmée que le matin pendant 2-3 heures. Le pic était à 2 heures du matin. C'était zvizdets!"

Est-ce possible ici plus en détail? Qu'a-t-elle fait?

En bref, si vous le décrivez, vous ne vous sentirez pas comme des déchets, mais en détail - vous devrez beaucoup écrire.

Elle m'a fait foutre en l'air, a pensé que je l'avais secrètement filmée au téléphone, je l'ai arrachée de mes mains, a appelé des noms, a paniqué, a crié. Les voisins à l'étage l'ont blessée avec un appareil et ses parents les ont embauchés pour le faire.

Qu'est-ce que c'était, tu ne peux pas te souvenir de tout.

Pour qui le terme menaçait?

puis les barres sur les fenêtres

J'ai remis un ami dans un hôpital psychiatrique, des psychiatres diaboliques. Tu es un bon ami, ouais.

Je pensais que c'était une blague. Eh bien, puisque non, et que vous êtes vous-même mentalement malade, vous devez comprendre que l'exacerbation ne disparaît pas d'elle-même et que vous avez besoin de médicaments. Et si tu ne comprends pas ça, alors je suis désolé pour tes proches (s'ils existent).

Savez-vous ce que c'est que de vivre à côté d'une personne malade mentale? ET? Et j'ai vécu. Et, d'ailleurs, les psychiatres sont loin d'être des monstres, au contraire. De nombreux patients reviennent vers eux comme papa et maman.

Je suis moi-même une personne mentalement malsaine, et je sais ce que c'est que d'entrer dans un hôpital, où des infirmiers maléfiques, des médecins qui ne se soucient pas de vous, ressentent l'amertume de la trahison de leurs proches.

Désolé, je ne savais pas. Apparemment tu as plus d'expérience.

Schizophrénie: aller-retour

Je suis tombé sur un message d'une fille allemande sur des expériences avec un trouble mental, et quelque chose a sauté un battement en moi. Je voulais partager mon histoire.
Je n'ai jamais sollicité d'aide psychiatrique. Je ne savais pas, je ne comprenais pas que quelque chose n'allait pas avec moi. J'ai tout réalisé alors que j'étais déjà en 4ème année de miel. Université. C'est alors que la psychiatrie a commencé, et j'ai soudainement compris clairement que les symptômes du manuel étaient une description directe et précise de mon adolescence..
Je ne me souviens pas quand j'ai commencé à entendre des voix. Au contraire, ils sont devenus une continuation de cauchemars - je dormais mal et peu à cause du stress énorme à l'école. J'ai bien étudié, beaucoup de choses étaient faciles pour moi, mais ma mère voulait que je sois une excellente élève, que je sois la meilleure. Et cela a demandé beaucoup d'efforts. J'étais nerveuse, souvent somnolente, parfois agressive. J'avais souvent un terrible mal de tête. Et, bien sûr, le médecin vers qui nous nous sommes tournés a dit que c'était VSD. Elle m'a prescrit une valériane, des thés apaisants (que le chat aimait beaucoup, il buvait parfois dans ma tasse jusqu'à ce que je voie, puis il est devenu fou, effrayant tout le monde avec un cri sauvage).
Puis ça a empiré. Des voix, des voix constamment dans ma tête. Comme une radio qui ne peut pas être éteinte. Cela fonctionnait particulièrement bien lorsque j'étais seul. À un moment donné, je me suis aussi senti comme le centre de l'univers. Il y avait une histoire très complexe: sur les vies passées (la mienne et d'autres personnes qui sont en quelque sorte liées à moi, mais en fait pas), sur moi, sur d'autres mondes, sur la lutte éternelle des ténèbres et de la lumière. Et les voix dans ma tête m'ont dit qu'une nouvelle bataille entre le bien et le mal allait bientôt arriver, et je devais y jouer un rôle clé..
Je sais que dans les manuels et les articles de psychiatrie, tout est écrit comme si des voix apparaissaient dans la tête, et une personne les écoute immédiatement sans condition, sans même se poser de questions. Ce n'est pas entièrement vrai. La perception de la réalité change complètement. Le monde qui vous entoure commence à sembler artificiel, jouet, et ce que votre esprit crée devient réel. Et comprendre ce qui est vraiment réel et ce qui ne l'est pas est déjà impossible.
J'ai enregistré de longs dialogues avec moi-même (abréviation de conversations dans ma tête). Plusieurs personnages clés ont progressivement émergé. Parmi eux, il y en avait des bons (ils m'ont encouragé, m'ont donné des conseils, m'ont aidé sur des tests) et des mauvais (qui ont dit à quel point j'étais moche, que je devais mourir et des trucs comme ça). J'ai vu des signes dans tout. Lettrage aléatoire, contours des nuages, météo, peu importe. J'avais mon propre monde, et à un moment donné, il y avait très peu de contact avec la réalité. J'ai oublié ce que je faisais il y a une minute. J'ai regardé l'historique des appels, j'ai réalisé que je venais d'appeler quelqu'un (ami, camarade de classe), mais je ne me souvenais pas de quoi nous parlions. Parfois, je ne reconnaissais pas les gens dans la rue (je me suis expliqué cela avec une mauvaise vue, même si je portais des lunettes). Parfois, je pouvais rester assis longtemps en silence, sans remuer, pendant très longtemps. Comme si gelé. Les muscles semblaient être contraints par le «gel». Et c'était très difficile de le surmonter, même de parler ou de sourire.
À cause de ces manifestations extérieures (et peut-être d'autres qui me manquent) de mon état, j'ai eu des problèmes de communication avec mes pairs. Maintenant, je comprends que le problème était en moi. Je ne l'ai pas vu alors.
Cela a commencé quand j'avais 13-14 ans et s'est terminé quand j'avais 17 ans. Depuis, je n'ai jamais entendu de voix, il n'y a pas eu d'autres manifestations. J'ai peur que cela revienne un jour, alors j'essaie toujours de donner du repos à mon corps et de ne pas travailler au-delà de la norme..
Si c'est intéressant, je peux écrire comment tout s'est terminé exactement (je n'ai pris aucun médicament, j'ai réalisé que ça pouvait être la schizophrénie seulement à l'âge de 20-21 ans, c'est-à-dire quand rien ne me dérangeait).
Merci pour votre attention, je voulais parler.

Le monde environnant à travers le prisme de la schizophrénie [3. voter]

Ici, je vais essayer de décrire ce que ressent une personne qui devient folle. Cette fois - sur la façon dont les voix sont apparues.

À propos de mon trouble schizo-affectif.

J'ai 24 ans, je suis étudiant en physique et je vis à Berlin.

Un point important: pendant très longtemps je n'ai pas compris que j'étais malade. Même en étant à l'hôpital où j'ai été envoyé de force, j'étais sûr que ce n'était pas parce que quelque chose n'allait pas avec moi. C'est comme si tout le monde était fou, mais pas toi-même.

Tout a commencé avec un livre. Ce livre est venu entre mes mains avec une chaîne d'événements absolument incroyable qui étaient très improbables, mais qui se sont succédés. Cette série d'accidents m'a amené à croire que ce livre est le signe maître. Le livre est:

J'y lis (je ne sais pas ce qui y était écrit) que je suis un dieu. Et que toute ma famille est aussi des dieux. Et que nous soyons nés et avons créé ce monde au moment du Big Bang qui s'est produit, c'est naturel, quand je suis né. Il y a 24 ans. Tick ​​tock, un nouveau jour se lève.

Et puis j'ai entendu une explosion. Naturel tel hrrbhhh dans ma tête, puis un cri aigu. Je voulais m'allonger pour m'allonger. Les grognements des animaux ont commencé à se faire entendre, des cris, des cris, encore plus vraisemblablement, mâles, enfants, femelles, comme si les grognements de certains dinosaures. J'étais alors terrifiée. Je pensais avoir entendu des sons d'un monde parallèle. Ils disent que les gens là-bas n'étaient pas suffisamment confiants dans leur réalité et qu'ils l'ont violée par cela, et il y a maintenant une guerre entre les gens et les monstres. Et qu'en entendant cela, je brise la chaîne naturelle de l'univers, et maintenant notre monde attend la même chose.. Il fallait de toute urgence croire à la réalité..

Cette nuit-là, je n'ai pas pu dormir, j'ai appelé mes proches plus tard pour savoir si quelqu'un était mort. Elle était terrifiée, paniquée, pleurée. J'ai décidé de sauver le monde. Mais avant tout, j'ai dû aller à l'université, prendre un laboratoire de chimie.

Je ne suis pas arrivé au laboratoire, j'ai décidé d'aller chez le dentiste du même nom que mon professeur. Sur le chemin, j'ai à nouveau entendu un son aigu et aigu, il y avait un sentiment que le microphone était réglé, puis beaucoup de bruit, également similaire à des interférences dans la communication. Des cris ont commencé, qui cette fois m'ont été adressés directement: ils ont crié qu'ils ne m'avaient pas choisi, des petits enfants ont pleuré, des voix d'enfants ont dit qu'ils voulaient me tuer, des voix d'adultes convaincues que j'étais maintenant une antenne, et je devais accepter cela et arrêtez de penser à vos pensées et passez simplement ce qui m'entoure, à travers moi, sans évaluer. C'était le 24 décembre 2019. Alors que je conduisais chez le dentiste, des voix m'ont convaincu que je jouais désormais le rôle d'Internet et que mes pensées et mes sentiments sont disponibles pour les auditeurs en direct. Ainsi est ce que je regarde et ce que je vois. Et que j'ai besoin de censurer d'une manière ou d'une autre les visages des enfants dans les rues. Mais comment exactement - ils ne savent pas, découvrez par vous-même comment ne pas voir ce qui est impossible.

J'ai pensé "wah, quelle responsabilité, quelle boîte", mais sous une forme plus obscène. J'avais très mal à la tête.

Depuis, j'ai constamment eu des spectateurs et des mentors. Ils ont regardé mes performances pendant que je réfléchissais à comment ne pas penser à mes pensées. Ils m'ont indiqué la bonne marche à suivre. Ils m'ont raconté des faits comme "vous mourrez quand vous vous endormirez".

J'ai réalisé que j'étais l'arme même qui réconcilierait le monde. Il n'y aura plus de guerre. Je serai l'internet parfait parce que je serai la personne parfaite et je mènerai la meilleure vie au monde. C'était difficile, pour être honnête, d'être si parfait partout. Et ma tête me faisait très mal.

J'ai donc décidé de renoncer au rôle d'Internet. J'ai entendu trop d'applaudissements pour toute action réussie (j'ai compris pourquoi dans les universités ils frappent sur les bureaux en signe d'approbation au lieu d'applaudir). Je leur ai dit que je leur dirais quand je les entendrais, puis ils devraient trouver une nouvelle façon de se parler. J'ai cessé de m'inquiéter de leur émission, je voulais au moins aller calmement aux toilettes, excusez-moi. Peut-être auraient-ils dû changer de fréquence. Mais à chaque fois je trouvais encore la bonne fréquence, et je tombais à nouveau sur "tout, tout, nous avons compris, pshshshshshh" au mieux, au pire ce n'était pas les sons les plus agréables des voitures cassées, parfois des gens vomissant.

Ils semblaient parler de moi sur tous les écrans. Chaque annonce YouTube m'a rappelé que je suis désormais Internet. Et une émission de télé-réalité pour des millions.

Quand je me suis retrouvé en psychiatrie, ils étaient outrés de ne pas fumer la nuit. Pour être honnête, j'étais également très indigné à ce sujet..

«Mettez-les tous en feu là-bas», ont-ils dit.

-Quoi, juste mettre le feu?

J'ai averti les frères de miel que s'ils ne me laissaient pas fumer, je les mettrais tous en feu. Ils ont emporté mon briquet. Je n'ai pas tenu compte du fait que j'en avais 6! après le 5, j'ai dû prendre le livre et y mettre le feu, comme on disait) seulement je ne l'ai pas laissé s'enflammer, rapidement éteint avec une couverture, même assis dessus pour la fidélité.

Malheureusement ou heureusement, cela a suffi à me reconnaître comme dangereux pour moi-même et mon entourage. Un homme m'a été affecté qui m'a suivi 24 heures sur 24. Maintenant, peu importe ce que j'ai fait - je devais être dans le champ de vision de cette personne. Le même contrôle total, que j'avais littéralement avant cela était bogué pour moi, que j'étais constamment surveillé, seulement maintenant en réalité. Cela me mettait très en colère, je voulais être seule, et souvent c'était des tantes d'un âge qui me traitaient et parlaient comme une enfant d'un an. Eh bien, comment ils parlent avec les faibles d'esprit. Et je suis le sauveur de l'humanité!

Mais fumer la nuit était autorisé, les voix avaient raison.

Plus tard, il y a eu de nombreux scénarios selon lesquels ils m'ont conduit, j'écrirai à leur sujet dans les prochains articles. Je veux ajouter que sous l'influence des antipsychotiques, ils sont devenus beaucoup plus calmes, même si j'ai refusé de boire de la drogue pendant longtemps. Au début, ils ont arrêté de me contacter personnellement, ont commencé à commenter, mais sans me signaler, et maintenant, si j'entends quelque chose qui, en théorie, ne devrait pas l'être, cela me rappelle une conversation entendue dans un café qui n'a rien à voir avec moi. Nous n'avons plus de conversations aussi intimes qu'avant. Ne sois pas malade!

Le monde environnant à travers le prisme de la schizophrénie [2. Début]

Ici, je vais essayer de décrire ce que ressent une personne qui devient folle. Cette fois - sur la façon dont je travaillais au travail, lorsque les symptômes ont commencé à apparaître.

À propos de mon trouble schizo-affectif.

J'ai 24 ans, je suis étudiant en physique et je vis à Berlin.

Un point important: pendant très longtemps je n'ai pas compris que j'étais malade. Même en étant à l'hôpital où j'ai été envoyé de force, j'étais sûr que ce n'était pas parce que quelque chose n'allait pas avec moi. C'est comme si tout le monde était fou, mais pas toi-même.

Ici. Le travail était associé à beaucoup de stress pour moi, car je devais travailler le week-end où je pouvais me reposer après l'école, le reste que vous semblez mériter. J'ai travaillé dans la livraison de nourriture. J'ai pris un vélo électrique des restaurants aux maisons, et je suis rentré, payé à l'heure.

Presque immédiatement après avoir commencé à travailler dans ce service, il a commencé à me sembler que le GPS ne fonctionnait pas correctement exprès. Comme si quelqu'un l'avait mis en place de cette façon. Qu'il existe en fait un GPS normal, parfaitement fonctionnel, qui ne tourne pas en rond, ne dit pas de s'éteindre là où il est trop tard et tout ça. Mais si cela fonctionnait parfaitement ainsi, il serait trop facile pour nous, livreurs, de travailler, et notre cerveau serait dans un état de handicap, ce qui n'est pas très bon pour la conduite en principe. Et j'ai pensé: à quel point la technologie en général peut-elle être meilleure qu'elle ne l'est vraiment? Peut-être ne veulent-ils tout simplement pas encore être intégrés, puisque la plupart des professions disparaîtraient littéralement dans l'oubli? Je voulais aller au cœur même des mathématiques et résoudre le problème de l'égalité des classes P et NP.

La question de l'égalité des classes de complexité P et NP est l'un des principaux problèmes ouverts de la théorie des algorithmes depuis plus de trois décennies. Si une réponse affirmative y est donnée, cela signifie qu'il est théoriquement possible de résoudre de nombreux problèmes complexes beaucoup plus rapidement qu'aujourd'hui..

Le problème de l'égalité P et NP est l'un des sept problèmes du millénaire pour lesquels le Clay Mathematical Institute a accordé un million de dollars américains. (c) Wiki

C'est devenu mon obsession. Maintenant, au travail, j'étais partout avec un cahier, et à chaque seconde libre, je calculais, écrivais, soustrais quelque chose là-bas. J'étais sûr que ces classes sont égales, et j'ai juste besoin de montrer COMMENT. Comment doit-on compter exactement, quelles métriques utiliser pour les considérer comme égales. J'étais sûr que ce problème avait déjà été résolu, et cette grande découverte nous était simplement cachée..

J'ai commencé à voir la signification secrète des adresses auxquelles j'étais envoyé. Les noms des rues sont après tous les noms de quelqu'un, c'est-à-dire que j'apporte de la nourriture à une personne-numéro de maison à une personne, une sorte de sandwich de noms, au milieu du numéro. Parfois le sentiment de réalité disparaissait, il me semblait que j'étais dans une matrice: je pouvais lâcher mes mains du volant (même si je ne savais pas conduire comme ça) à grande vitesse afin de tester mon «immortalité». Il semblait que l'adresse souhaitée serait n'importe où, si seulement elle est forte à présenter. J'ai essayé de cette manière de livrer de la nourriture à des appartements au hasard dans des maisons. Parfois, ils l'ont pris, ce qui est surprenant. Il n'y a pas eu de plaintes, ou peut-être qu'ils n'étaient pas moi.

Avant les vacances du Nouvel An, à l'université, je me suis prouvé (par analyse mathématique) que je n'existais pas. Que je suis le monde autour, je ne suis pas moi, et tout autour est moi aussi.

Plus tard, au travail, je me suis arrêté au milieu du parc et j'ai pleuré. Est-ce que toutes ces maisons sont vraiment dans ma tête? Et je vois cette saleté, ces ordures partout, juste parce que cette saleté est en moi? Si oui, pourquoi est-ce que je travaille du tout?

Une heure plus tard, j'ai eu un pneu crevé, et pas seulement aplati, mais en quelque sorte s'est avéré. Il m'a fallu une heure et demie pour revenir au point où je serais corrigé, et c'était la fin de mon quart de travail. J'ai aussi pris cela comme un signe: je ne voulais plus travailler et j'ai organisé une promenade pour moi à la place. Il était nécessaire de résoudre le problème de toute urgence.

C'est ce que j'ai fait, après 2 mois, la solution était prête. * Alerte spoiler: c'était un pur non-sens, pas une solution * Inspiré par mon génie et appréciant l'idée qu'un million de dollars m'attend bientôt, je ne suis heureusement plus allé aux quarts de travail et je n'ai pas répondu aux appels. La renommée et la gloire m'attendaient.

Il semble qu'avec une pensée aussi inoffensive sur les Jeepies, tout s'est transformé en épisode maniaque, lorsque j'ai complètement perdu contact avec la réalité. Je ne pouvais plus évaluer de manière critique mon état et, de plus, mon «travail». Au moment de son achèvement, j'ai déjà entendu des voix avec force et force, elles m'ont même incité. J'ai arrêté de dormir et de manger. C'était Noël, je n'avais pas besoin d'aller à l'université, et j'ai aussi décidé d'inventer une nouvelle théorie atomique... ses résultats sont toujours visibles dans le premier post sur Instagram, mais cela n'a pas d'importance, cela ne correspond pas à la réalité, bien sûr.

Tout ce que je voulais faire ensuite, c'était apprendre. C'est dommage qu'il y ait eu des vacances. J'ai pleuré et appelé mes professeurs, leur ai écrit des courriels, des sms, j'ai même semblé essayer d'appeler. Je voulais vraiment aller à l'université, mais j'ai dû attendre quelques semaines. La nuit précédant le premier jour, j'avais tellement hâte de boire à la tasse de connaissances que je me suis rendu à l'université la nuit et j'ai passé quelques heures passionnantes là-bas, à me parler en utilisant des formules au tableau. À ce moment-là, j'ai fait vœu de silence. Pourquoi dire maths quand on peut l'écrire? La privation de sommeil hebdomadaire a également affecté. Lors de la première conférence, une ambulance a été appelée pour moi et envoyée en psychiatrie, mais je suis fièrement partie quand j'ai relâché l'anesthésie. J'ai collé un autocollant vert sur la carte, je l'ai remis du miel à mon frère et je suis sorti en rongeant le granit de la connaissance.

C'est dommage que je n'ai pas réussi, le soir du même jour je suis retourné en psychiatrie, déjà dans une autre ville :) mais c'est déjà un sujet pour un autre post. Comme quand j'ai commencé à entendre des voix. Ne sois pas malade, tout le monde est bon!

Psychiatrie de l'intérieur. Stationnaire. Berlin

salut! J'ai 24 ans et j'ai récemment reçu un diagnostic de trouble schizo-affectif. Maintenant tout va bien, j'étais guéri, et je commence lentement à regarder en arrière et à me demander ce qui m'est arrivé au cours du dernier semestre. C'est difficile à croire, pour être honnête. Tout semble être dans le brouillard, je ne me souviens pas de beaucoup de choses. J'ai dû passer quelques mois à l'hôpital, et maintenant il y aura quelques photos de ce à quoi ressemble un hôpital en Allemagne. Bien sûr, vous ne pouvez pas prendre de photos là-bas, donc les angles et le choix des salles de prise de vue étaient limités, mais l'ambiance se remarque quand même.

Quand j'ai été «emmené» pour la première fois dans ce département, j'ai dû passer la nuit dans le couloir, car je n'avais pas encore eu de chambre. J'ai alors essayé pendant la moitié de la nuit sans succès de marcher sur le plafond, disent-ils, un vampire. Cela se nourrit de l'heure numérique. 1101101

Sur la gauche, vous pouvez voir une porte ouverte: il y a quelque chose comme une salle de repos, avec un baby-foot, des canapés, une télévision.

Comme je ne me considérais pas malade, je m'installais périodiquement pour vivre sur le canapé. Genre, pourquoi ai-je besoin de ta chambre.

Sur ce canapé, le premier soir, je me suis connecté à Internet local via la moelle épinière, puis j'ai écrit un livre de 123 pages dans lequel tous les secrets de l'humanité ont été révélés. Je l'ai volontiers montré et parlé de sujets philosophiques, fumer des cigarettes. Bien sûr, c'était interdit, alors parfois je devais grimper sur la télé, là-bas à droite au-dessus, fuyant les infirmières. Nous devons leur rendre leur dû, personne n'a alors utilisé la force contre moi, mais je l'aurais utilisé pour moi-même. Assis sur ce téléviseur en position du lotus, avec ce livre, j'ai promis à tout le monde d'ouvrir la conscience quand ils écoutent. Quelqu'un m'a apporté une couverture pour qu'il ne fasse pas froid la nuit.

J'avais ma propre salle, car au début, je refusais de dormir et je me comportais généralement très fort et je ne pouvais pas m'entendre avec les autres patients. Parfois je dormais sur le sol, parfois je tirais le matelas sur le lit, regardant comment j'étais d'accord avec les voix dans ma tête.

J'y ai même cultivé des plantes. et à la table, elle résolvait l'algèbre linéaire. Je suis un scientifique brillant, che. Au fait, il a été créé un "Sudoku parfait" avec 123456789 en haut. Ma confiance en mon propre génie a été confirmée par des gens qui venaient constamment vers moi et qui s'intéressaient à mes mathématiques. Étant donné que l'hôpital était à l'université, ils étaient probablement plus intéressés par ma maladie, mais il me semblait qu'ils étaient venus entendre exactement sur les ordinateurs quantiques et leur structure dans ma présentation. Même un groupe d'écoliers est venu une fois. Je ne voulais pas entendre parler de mon diagnostic. Tout allait bien pour moi.

Tous les jours à 9 heures du matin, tu pourrais aller en ergothérapie, faire toutes sortes de travaux manuels. Il y avait aussi de la musicothérapie et du dessin. Il y avait aussi des groupes de soutien psychologique, mais ils m'intéressaient peu à l'époque. Petit-déjeuner, déjeuner, dîner selon l'horaire, mais à tout moment, vous pouvez demander à manger si vous le souhaitez. Habituellement, il n'y avait aucun problème, même au milieu de la nuit. Mais pour «pirater» les préposés à l’approvisionnement constant en nourriture, ils ont dû recourir à des tromperies.

Vous voyez la chose ronde sous la poignée? C'est le château. Il réagit apparemment à la fréquence du signal émis par la clé au contact. J'ai réussi à l'ouvrir avec un métronome de guitare électronique)) Depuis, toutes les portes de la station m'ont été ouvertes, même si cela a pris du temps, pour sélectionner la fréquence à chaque fois. Mais ils ne pouvaient plus me refuser l'accès à la cuisine. Quoi qu'il en soit, tôt ou tard je reprendrais le métronome.

Il y avait un tableau noir dans le couloir sur lequel nous partagions nos pensées. Il y avait de nombreux jeux de société et livres qui étaient constamment joués avec les participants. Il y avait aussi une occasion de jouer au tennis de table dans la cour.

J'ai ensuite posté le tout sur Instagram. Puis, en rougissant, elle s'est retirée. En général, bien sûr, ce serait mieux s'ils me prenaient les appareils au départ.

Ceci est une cour et une vue depuis la fenêtre. J'ai été autorisé à y aller seulement après 6 semaines forcées.

C'est drôle qu'il y ait en allemand une expression "Ich sehe nur Bahnhof", qui se traduit par "je ne comprends rien", littéralement "je ne vois que la station". De la fenêtre de la psychiatrie, je pouvais voir la gare centrale de Berlin. (celui dans le brouillard)

Et voici le couloir d'un autre département, où je suis arrivé un peu plus tard..

Et c'est moi à ce moment.

Beaucoup de gens ont répondu au dernier message. Merci à tous pour votre soutien, c'est très agréable qu'il y ait autant de gens brillants dans le monde!

Dans le prochain article, je décrirai pourquoi j'ai été suivi 24 heures sur 24 au cours des 3 premières semaines d'hospitalisation, comment cela devait être surveillé en permanence et comment je l'ai géré. Ne sois pas malade!

Le monde autour à travers le prisme de la schizophrénie

Ici, je vais essayer de décrire ce que ressent une personne qui devient folle. Cette fois - sur les changements de perception.

À propos de mon trouble schizo-affectif.

J'ai 24 ans, je suis étudiant et j'habite à Berlin.

Un point important: pendant très longtemps je n'ai pas compris que j'étais malade. Même en étant à l'hôpital où j'ai été envoyé de force, j'étais sûr que ce n'était pas parce que quelque chose n'allait pas avec moi. C'est comme si tout le monde autour d'eux est fou, ils parlent dans un langage incompréhensible, ils parlent trop fort, étrange, ils disent que vous êtes fou, mais en fait ils ont peur d'admettre qu'ils sont fous. Vous vivez votre propre vie, tout va bien, même bien, et soudainement. psychiatrie obligatoire. Et tu n'as même rien fait à personne. Et le tribunal a décidé que vous pouviez être enfermé de force, même les choses ne pouvaient pas être récupérées. Juste cette seconde. Dans la seconde la plus ordinaire de votre vie. Lorsque vous avez des examens et que des amis attendent de se rencontrer, et tant de projets en général.. tout devient soudainement impossible.

Cela s'est produit en janvier 2020 et a été un tournant dans ma vie. Mais tout a commencé un peu plus tôt.

-En octobre 2019, un nouveau semestre à l'université a commencé, un nouvel emploi de livreur de nourriture, un nouveau lieu de résidence, tout s'est déroulé comme prévu. Sauf que j'ai souvent commencé à penser que mes voisins parlaient constamment de moi. Je devais constamment écouter de la musique au casque pour prendre du recul.

-Novembre 2019. Les «mystères de l'univers» commencent à s'ouvrir à moi. Partout des signes dans la langue des nombres, par exemple:

En allemand, 75 ne lira pas «70 - 5», mais «cinq - soixante dix», ce qui est similaire à la façon dont vous lisez les logarithmes. Un tel langage secret des mathématiques. Il me semble que je suis au bord de la plus grande découverte. Tout va bien: je suis étudiant en physique en Allemagne, rien d'extraordinaire. Je commence à "travailler" sur cette découverte.

-Décembre 2019. Ici, je me souviens déjà par fragments et des histoires d'amis. Je sortais avec un gars à ce moment-là, et à un moment donné, j'ai commencé à me croire qu'il me suivait. Il vient chez moi, communique avec mes amis. et il n'y a aucun moyen de lui demander de partir. Il m'a dit que parfois je le rencontrais heureux, joyeux, et après quelques heures, j'ai commencé à pleurer et à jeter des choses, le suppliant de partir, de le fuir.. Je me souviens seulement comment je me suis enfui. Comme dans les jeux vidéo, je cours, et il court après moi, je crie, et il me tend la main avec ses mains.. Puis chaque contact a ressenti comme une brûlure. Ça faisait mal physiquement quand il me touchait et il voulait constamment me serrer dans ses bras. Brr.

J'ai terminé ma «découverte» et j'ai quitté mon travail l'esprit tranquille. Il n'y a pas besoin, j'étais sûr que des millions m'attendaient déjà. Au travail, avant cela, elle a plus d'une fois mis sa vie en danger, car elle avait confiance en son immortalité. Cette attitude vis-à-vis de la vie à vélo sur la route pourrait se révéler pire. Je pense que j'ai de la chance.

À l'université, je «vois la vérité» constamment. Payer lors de conférences. Dans un accès "d'illumination", je jette mes lunettes, ma veste, mes clés. Je pars pleurer à la maison.

J'entends des voix fortes dans ma tête, je suis sûr que j'étais connecté à Internet et maintenant je peux lire les pensées des autres. J'en parle ouvertement, ils me regardent étrangement.

-Janvier 2020. De temps en temps, j'arrête de parler, pour ainsi dire, «je fais vœu de silence». Il semble que je peux contrôler le temps, l'arrêter (il commence à s'éterniser). Je me convainc que je n’existe pas. Plus tard, je suis une voiture. Point. Fonction. Chat. Les choses absolument opposées cessent de s'exclure mutuellement: tout est à la fois noir et blanc. A ce stade, une ambulance est appelée pour moi. Trois fois. Pour la troisième fois, ils sont enfermés de force en psychiatrie. Le médecin que nous combattons à la porte me convainc par la phrase «C'est une façon de fermer la porte sans fermer la porte». Les voix dans ma tête me disent quoi faire. Ils disent que j'ai été transporté 40 ans dans le futur, et par sécurité, j'ai été laissé dans ce bunker pour m'assurer de ne pas briser l'histoire. C'est comme ça que je m'explique la première nuit enfermée.

L'hôpital lui-même est situé à Berlin, je le savais alors. Je ne savais pas que c'était un hôpital ou quel jour de la semaine. Dans l'ambulance, ils m'ont promis de me ramener «à la maison». Je l'ai pris comme un grand geste.

La prise de conscience que j'étais à l'hôpital n'est pas venue depuis longtemps. À ce moment-là, je n'avais pas dormi depuis plusieurs jours et refusais de dormir en principe. Les voix dans ma tête m'expliquaient comme la voix de Dieu, plus tard comme les voix des dieux, des bouddhas. Comme vous le savez, tous les gens sont des bouddhas. Ainsi, j'ai de nouveau pensé que je lisais les pensées des autres, mais comme les médecins ont dit que ce n'était pas le cas, j'ai commencé à leur dire que je communiquais avec Dieu. Il n'y a pas eu d'objections.

C'était intéressant: presque toutes les intrigues avec lesquelles j'étais familier à l'époque, je devais ressentir par moi-même. Je les ai littéralement vécus avec ma participation, en direct. En connectant d'autres personnes. Puisqu'il s'agissait de psychiatrie, de nombreux patients jouaient le jeu, étaient dans le même état. Et nous avons eu des batailles chevaleresques avec les dragons, les incendies, la fin du monde, l'invasion des civilisations extraterrestres, etc. Seulement il n'y avait pas d'avantage, tout cela était réel pour moi.

C'était tout aussi insupportable d'être enfermé. A fait plusieurs tentatives infructueuses pour s'échapper.

Les personnes proches sont soudainement devenues des ennemis, certains étrangers ont commencé à ressembler à des parents. Par exemple, j'ai dit à ma mère qu'elle n'était pas ma mère, mais j'étais sûr qu'un autre patient était ma mère..

-Février 2020. Les médecins m'appellent parfois et me demandent si j'ai des questions. Je leur ai ri au nez. Quelle situation stupide d'appeler quelqu'un et de poser une question sur des questions. Je ne veux qu'une chose: être libre le plus tôt possible et vivre la même vie..

Malheureusement, mon ancienne vie ne m'attend plus, mais je ne sais pas encore.

Fin février, je peux déjà sortir, je refuse de prendre des médicaments et je suis sortie. Seulement maintenant je n'ai nulle part où aller: pendant ces 2 mois sans travail, j'ai déjà été expulsé de l'appartement où j'habitais auparavant (les gars avaient peur de mon comportement).

-Mars 2020. Je dors avec des amis, parfois dans des refuges, je vis la vie d'un sans-abri au chômage à Berlin. Peu à peu vient la réalisation que j'ai besoin d'aide. Pas parce que j'entends des voix, mais à cause de la dépression. A la fin du mois je rencontre un psychiatre, retourne à l'hôpital, maintenant volontairement.

-Avril 2020. Je commence à comprendre que les voix dans ma tête ne sont que dans ma tête. Je prends des antipsychotiques. Je comprends que la période de manie est complètement passée. Perte d'énergie, somnolence constante, apathie.

-Mai 2020. Au début du mois, ils sont à nouveau libérés, cette fois je critique la maladie et j'entends à peine des voix. Les travailleurs sociaux aident à trouver un logement. Parfois, il semble que je viens de rêver de cette année, je ne peux pas croire que quelque chose ne va pas avec moi lorsque ma force revient. Mais la plupart du temps, ils ne reviennent pas. Je me fatigue vite, je ne veux rien faire, en gros je passe mes journées à l'écart du monde qui m'entoure. Je vais travailler une fois par semaine. J'essaye de me comprendre, alors qu'il n'y a pas d'activités principales. Je me sens très étrange en général: avant, par ennui, vous pouviez faire tant de choses, mais maintenant c'est ennuyeux et ennuyeux. Je mentirai encore.

C'est trop difficile d'étudier, de lire quelque chose ou de regarder aussi. Je veux communiquer, mais le cercle des connaissances s'est tellement rétréci qu'il a presque disparu.

Afin de ne pas aller trop longtemps, j'ai écrit très brièvement sur les points principaux, si vous êtes intéressé par quelque chose de plus spécifique - écrivez. Je vais faire un autre post. À l'avenir, je prévois de décrire toute la structure de la psychiatrie allemande de l'intérieur et quelques histoires à partir de là. Je fais cela comme ma façon de parler, de rassembler mes pensées et de me garder généralement occupé. Ne sois pas malade!

Mon expérience et la schizophrénie

Après ce post (https://pikabu.ru/link/a7432597), j'ai décidé de partager mon expérience. Je m'excuse d'avance pour la confusion de certaines parties du texte, parfois il m'est difficile de relier mes pensées.

Je n'ai que 20 ans. Habituellement, les femmes développent la schizophrénie entre 25 et 30 ans, tant de médecins ont été surpris d'apprendre que j'étais si jeune. Mais cela n'a pas empêché la schiza de se moquer de moi en entier.

Je n'ai pas vu, mais j'ai entendu. Je ne me souviens pas quand c'est arrivé la première fois, les voix étaient si réelles qu'il me semblait qu'elles étaient mes pensées..

La détérioration a commencé quand j'ai eu 17 ans. Puis je suis entré à l'université, un nouvel environnement, une routine, toutes les choses. Tout se passait relativement bien: j'ai trouvé des amis, bien étudié, participé à toutes sortes d'activités et me suis senti heureux.

Et puis je m'évanouis.

La crise de panique était si forte qu'elle m'a brisé le cœur et qu'il était impossible de respirer. Les médecins ont dit que je suis tombé par manque d'air. On m'a demandé pendant longtemps ce qui m'effrayait tant, mais je ne pouvais pas comprendre quoi exactement.

Et ainsi de suite, presque tous les jours. Mes pensées se sont transformées en désordre - elles ont volé si vite que je ne pouvais pas les suivre. Comme si des millions d'informations volaient et disparaissaient sans laisser de trace dans ma tête. J'ai cessé de contrôler ce que je pense. J'avais l'impression de perdre la tête.

Ils m'ont traité pour de douloureuses crises de panique, m'ont aidé à les reconnaître et à y faire face à temps. Mais rien n'a aidé, je n'ai pas compris quelle en était la cause. Alors elle a vécu. Et puis le pire a commencé.

"Regarde moi"

J'ai distinctement entendu quelqu'un appeler. Ce n'était rien d'invisible, mais cela m'a demandé de le regarder. Puis je me suis assis en classe et j'ai regardé par la fenêtre, essayant de comprendre d'où il venait. Et tout le monde m'a regardé et s'est rendu compte que quelque chose n'allait pas avec moi. J'avais tellement honte que parfois, quand «ils» revenaient, je quittais le bureau et essayais d'attendre.

Au début, tout était inoffensif. "Regarde moi". "Parle moi". "Allons nous promener". C'était la même voix, c'était comme si elle voulait jouer avec moi. Je n'ai pas compris alors que ce n'était pas normal. Et quand j'ai réalisé qu'il était trop tard.

Des mois passèrent et des voix inoffensives «allons jouer» se sont transformées en quelque chose de terrible. Ils m'ont dicté quoi faire, comment me comporter, avec qui communiquer. J'étais sous le contrôle de mon esprit insensé. C'était comme si quelqu'un avait activé le mode d'autodestruction en moi.

Voter. Crises de panique. Pannes nerveuses.

Tout a continué et s'est aggravé. Maintenant, les voix ont pris une forme démoniaque. C'était comme si des centaines d'âmes hurlaient en moi. C'était effrayant. Quand j'avais 19 ans, je me suis presque jeté du pont parce que les voix m'ont dit de le faire. Je n'ai pas eu le courage, et heureusement.

Les voix m'ont fait me couper. Les égratignures sur mes mains ne sont toujours pas guéries. Ils m'ont empêché de dormir. Absolument. Je suis resté sans sommeil pendant des jours. Et quand j'ai réussi à dormir, j'ai fait des cauchemars que je me noyais dans un liquide noir, et les voix riaient joyeusement. Je voulais mourir plutôt que vivre comme ça.

Des voix se moquaient de moi, m'obligeaient à faire des choses terribles. Parfois je tombais en transe, parfois je me sentais si léger que je riais sans cesse pendant des heures. Les gens m'ont évité, certaines connaissances ont coupé la connexion. Beaucoup d'amis étaient inquiets et ne m'ont pas laissé seul pour que je ne recommence pas à me couper. Cela a continué jusqu'en février de cette année..

Je ne pouvais pas le supporter et je suis allé volontairement dans un dispensaire psycho.

J'ai passé un mois à l'hôpital. Pendant un mois, on m'a prescrit une dose vigoureuse d'antipsychotiques, de sorte que pendant deux mois je n'ai rien entendu. Mais j'ai toujours peur qu'ils reviennent et je devrai encore traverser cet enfer.

Les pilules ont effacé les hallucinations, mais j'ai encore des symptômes. Ils sont appelés symptômes «négatifs» et «cognitifs», mais je ne sais pas grand-chose à ce sujet. Par exemple, une apathie sévère. Il m'est très difficile de même soulever ma carcasse du lit, mais j'essaye de me surmonter.

Je veux vraiment vivre une vie normale.

J'entends des voix dans ma tête

C'est l'un de mes troubles mentaux.

À un moment donné, j'ai pris des pilules pour la schizophrénie (elles ont de très mauvais effets secondaires) pendant un an. Eh bien, les voix sont passées. Je n'ai pas fini les pilules avec le cours et au bout d'un moment, déjà moins traumatisant et moins destructeur, les voix sont revenues.

Mon psychiatre les prend très au sérieux et je peins sans cesse dans le doute que ce sont les voix très schizophrènes.

Je vis avec eux depuis plus de 30 ans, avec la pleine confiance que je l'ai accidentellement partagé avec un psychiatre, et il s'est tendu très fort et a guéri.

Maintenant, les voix sont de retour et j'en ai discuté avec mes amis. Ma principale question est: est-ce pour beaucoup? Personne ne peut vraiment dire quoi que ce soit, mais certains saisissent l'essence de ma question..

Mes voix sont plus probablement les commentaires de mes proches, qu'ils parlent / parlaient constamment en réalité.

Situation: je vais travailler, je mets une chemise Zarov qui n'a pas besoin d'être repassée (comme la plupart des tissus modernes)

Voix: de mère: non, eh bien, il faut absolument repasser, car la vue est complètement différente et ce n'est pas difficile. Vous pouvez simplement l'étaler sur la table et le repasser. Et vous n'êtes pas soigné quand vous n'êtes pas repassé. Arrête de marcher comme un clochard, tu n'es pas petite.

Essayez de vous habiller normalement, vous verrez immédiatement et la vie changera et les hommes normaux seront à côté de vous. En général, il est temps de vous prendre au sérieux..

Une autre voix: nous vous avons donné un fer à repasser, mais vous ne repassez pas, horreur bien sûr, la façon dont vous vivez est impossible. Juste comme un clochard, pourquoi t'avons-nous élevé comme ça.

Situation: je suis dans un magasin, j'achète un Coca.

Mère: très nocif, il y a aussi un sucre. Si vous avez soif, préparez-vous du thé à la menthe, rafraîchissez-le et buvez. Beaucoup mieux et plus utile. Et en général, assurez-vous d'acheter des os et de faire cuire de la soupe. C'est très simple.

Vient ensuite la recette de la soupe, suivie de la conclusion que vous devez cuisiner.

Encore un exemple:

Situation: mon appartement est en désordre

Mamin: non, tu ne peux pas vivre comme ça. Probablement dégoûtant pour vous? Comment n'êtes-vous pas dégoûté? C'est très facile à ramasser et à nettoyer. Vous semblez être votre père ou votre grand-mère, ils ont toujours eu du désordre. Ils vivaient dans la boue et donc la vie ne fonctionnait pas. Vous nettoyez un peu.

Je communique avec ma mère presque tous les jours au téléphone, les voix dans ma tête et son vrai discours sont presque 100% synchronisés. Eh bien, tout ce qui sonne avec des voix, c'est dit en réalité.

Il y a beaucoup plus d'exemples, j'essaierais bien sûr de tous les énumérer, avec un seul but, pour comprendre s'il s'agit de schizophrénie après tout ou pour beaucoup?

C'est peut-être mon premier article, qui a été rédigé dans un but clair: collecter plus d'informations comme les autres et tirer des conclusions.

Merci d'avance d'avoir lu jusqu'au bout, je serai ravi si vous partagez des podcasts depuis votre tête :)

Des histoires de l'hôpital psychiatrique, un regard sur CE côté. Partie 1

Je voulais partager mes histoires de l'hôpital psychiatrique de CE côté (c'est-à-dire du côté des blouses blanches)).

Je vais commencer par le plus difficile et le plus coincé dans mon histoire cérébrale. J'essaierai d'éviter les détails redondants.

Mon patient, je l'appellerai Roman, était un homme forcé. C'est le nom donné aux personnes qui ont commis un crime, mais reconnu par l'examen médico-psychiatrique comme incapable d'être pénalement responsable en raison d'une maladie mentale. Un traitement obligatoire leur est prescrit dans des établissements psychiatriques. Pas tous les psychopathe. la maladie est exonérée de responsabilité. Roman a reçu un diagnostic de schizophrénie. Il se trouve qu'il a été mon patient pendant très peu de temps, juste avant la fin de l'histoire. Quand j'étais le seul médecin du service pour 60 patients.

J'omettrai les détails de l'histoire de la famille et de l'enfance de Roman, et je ne m'en souviens pas vraiment. La famille était complète et semblait prospère (peut-être un bien-être imaginaire). Comme d'habitude, les premières cloches sont arrivées à la puberté. Cela se manifestait par un intérêt accru pour les questions existentielles, Roman pratiquait la méditation, le yoga et cherchait à développer des superpuissances mystiques. Et il a réussi! Il est entré en contact avec l'esprit d'une certaine divinité hindoue, qui lui a ensuite présenté un esprit encore plus cool, je ne nommerai pas ces noms. Tout cela a brûlé latemment pendant un moment, jusqu'à ce qu'il soit temps d'entrer dans l'armée. Comment le psychiatre l'a raté, je ne sais pas, peut-être que Roman avait déjà une bonne maîtrise de la capacité à dissimuler (dissimulation des symptômes).

D'ailleurs, à propos de l'armée: certaines personnes pas très éloignées croient que l'armée est un remède direct à tous les problèmes de comportement des jeunes, et ils poussent leur progéniture émotionnellement instable autant qu'ils le peuvent, pour que «toutes ces absurdités disparaissent dans l'armée». Un Yazhmama m'a tendu une embuscade directement pendant que je travaillais comme barrière entre l'armée et les psychos potentiels au bureau d'enregistrement et d'enrôlement militaire. Mais à propos de ça une autre fois.

Ainsi, l'armée avec la pression physique et psychologique typique des communautés fermées, sans parler de la violence, révèle naturellement tous les points faibles de la personnalité. Il semble que ce soit là que le feu psychotique dans l'esprit de Roman s'est enflammé, et il a déserté de l'unité, continuant à entrer en contact de plus en plus étroit avec les esprits qui le possédaient. Il a commencé à vivre comme une personne pratiquement «libre» de la société et des conventions sociales, a erré dans la taïga et s'est engagé dans la chasse. Périodiquement, «sortait vers le peuple», prêchait ses idées, essayait même de trouver des personnes partageant les mêmes idées. Comment il a mis la main sur un fusil de chasse, l'histoire est silencieuse.

Dans l'un des villages du nord, il est entré en contact avec un prêtre local, qui lui a fait confiance, l'a aidé avec de la nourriture, un logement et de l'argent, et a mené des disputes théologiques avec lui. Il lui faisait tellement confiance que, sans aucun doute, il lui a ouvert une fois la porte de sa maison à trois heures du matin. A ce moment, Roman était dans un état psychotique aigu, complètement guidé par un «esprit», ou comme disent les psychiatres, sous l'influence de «voix», alors qu'il appelait lui-même le nom d'une divinité du panthéon indien. Le prêtre qui lui a ouvert la porte, Roman, avec une cruauté particulière, a tué de multiples coups au cœur et au cou avec un poinçon fait maison. Il s'est coupé la tête avec un couteau, a encerclé l'autel en un cercle sanglant, sur lequel il a posé cette tête. Je me suis couché avec un sentiment d'accomplissement.

Cela a été suivi par des actions pour la capture, l'enquête, le procès et ainsi de suite. Au cours de plusieurs années, le roman a changé un certain nombre d'hôpitaux psychiatriques, en commençant par des régimes plus stricts et en terminant par celui dans lequel j'ai travaillé. Le mien a été appelé "type général". Le médecin traitant était mon patron, le chef du département, un excellent psychiatre et une personne très gentille et serviable. Je ne sais pas comment Roman est entré dans sa confiance, mais elle a progressivement pratiquement annulé toute thérapie antipsychotique forte pour lui, ne laissant que les pilules "à peu près rien". Apparemment, la psychose a commencé à éclater progressivement, que Roman dissimulait habilement devant nous. Le jour où le démon a finalement pris possession de lui, son médecin était en vacances, et outre le fait que je suis resté dans le département un pour 60 psychos, j'étais aussi de service à l'hôpital, un pour 600 psychos.!

Comme il s'est avéré plus tard, un cousin lui a (probablement) apporté une lame de couteau la veille. Sous l'influence des voix, Roman a grimpé sous les couvertures pendant la journée et s'est tranché la gorge d'une oreille à l'autre. Secoué, le voisin oligophrène du quartier soupçonna quelque chose et lui montra l'ordonnance. L'infirmière (malheureusement encore plus oligophrène que la patiente) décida que Roman se masturbait sous les couvertures. Le temps était perdu. Et que pourrait-on y faire si le sang s'écoulait des grands vaisseaux coupés en quelques minutes? Il est impossible de mettre un garrot sur le cou! Cependant, nous avons quand même réussi à convoquer les Skoryaks et même pratiqué conjointement des mesures de réanimation sur le corps angoissant et jaillissant. Le corps trembla de convulsions et hurla le nom de sa divinité. Plus silencieux et plus silencieux. Jusqu'à ce qu'il soit enfin vide.

Le tableau entier se tient devant mes yeux, même si, au fur et à mesure que cet opus s'écrit, il s'estompe progressivement. Flaques de sang dans une salle avec de dangereux patients psychiatriques, imaginez une telle image! Le sang excite généralement, même les gens normaux ne restent pas impassibles, mais s'il s'agit de litres! De plus, la gorge était si profondément coupée que près de la moitié de la tête était séparée du corps! Étain! Bien sûr, cela a grandement agité les patients, quelqu'un s'est intensifié. Surtout, il me semble que j'ai empiré)) J'ai jeté 10 kg en quelques semaines de mon corps déjà incomplet.

Je me demande ce que la communauté respectée Pikabu pense de la source des «voix» comme celle qui a pris possession de Roman? Il existe plusieurs théories sur la schizophrénie. La théorie dite de la dopamine est considérée comme acceptée, mais pour moi personnellement, elle ne donne aucune réponse. Pourquoi quelqu'un a-t-il soudainement beaucoup de dopamine dans certaines structures cérébrales? Le professeur a eu recours à la terminologie de «l'inconscient collectif». Le paradigme de la possession démoniaque est beaucoup plus proche et plus compréhensible pour moi. Eh, je ne me suis pas avéré athée, malgré mon passé de pionnier d'octobre.

Désolé pour mnogabukaf. Merci pour votre attention. Écrivez, posez des questions, le cas échéant.