La trichotillomanie est l'arrachage des cheveux du cuir chevelu

La trichotillomanie est le nom d'un état psychologique qui conduit à une obsession de tirer ou de tirer les cheveux sur son propre corps.

Il y a plusieurs problèmes qui peuvent découler de ce comportement, et la psychologie derrière cela peut être déroutante. Habituellement traitable chez les enfants, la trichotillomanie chez les adultes est moins susceptible d'être complètement guérie.

Qu'est-ce que la trichotillomanie?

Actuellement, la trichotillomanie n'est pas reconnue comme aussi rare et inoffensive qu'on le pensait auparavant. Les patients étudiés dans les cliniques dermatologiques semblent normaux dans leur comportement quotidien, à l'exception de l'habitude de s'arracher les cheveux, provoquant une calvitie (alopécie). Chez les jeunes patients, l'alopécie est largement considérée comme une affection dermatologique et est diagnostiquée par un spécialiste. En règle générale, le pronostic ultérieur de la maladie est assez bon. Cependant, dans un petit groupe de patients adultes atteints de trichotillomanie depuis des années, l'alopécie est généralement étendue et difficile à traiter, même avec une intervention psychiatrique..

Chez les enfants, cette maladie se manifeste plus souvent chez les garçons et chez les adolescents et les adultes - chez les filles et les femmes..

Diagnostic de la trichotillomanie

Dans de nombreux cas, un diagnostic clinique avec un examen de la lésion et des antécédents médicaux suffit. Le trichogramme peut être utile. Très souvent, une biopsie est nécessaire pour différencier la trichotillomanie d'un autre type d'alopécie.

Le patient semble souvent indifférent ou a peu de compréhension de la cause de sa maladie. Lors de l'entretien, la réponse du patient est ambiguë et peut prêter à confusion pour le médecin inexpérimenté. Il convient de rappeler que la manipulation des cheveux se produit souvent lorsque les patients sont engagés dans des activités sédentaires telles que lire, écrire ou regarder la télévision. Pour une raison quelconque, de nombreux patients affirment que leurs cheveux ne dépassent pas 1,5 cm et signalent souvent la présence de démangeaisons du cuir chevelu.

Les types de manipulations auxquelles les cheveux peuvent être soumis dans ce trouble comprennent le frottement, le bouclage, la rupture, l'épilation et l'arrachage des cheveux. Bien que le nom de Trichotillomanie suggère la cueillette (du mot grec «tillein», qui signifie «cueillette»), la cueillette proprement dite n'est pas toujours la principale manipulation des cheveux..

Cependant, tirer simplement vos cheveux peut conduire à la calvitie. Si la force de traction (par opposition à l'arrachage) fait entrer les follicules prématurément dans la phase catagène, cela entraînera par la suite une augmentation de la perte de cheveux..

De même, casser vos cheveux peut ne pas conduire immédiatement à la calvitie. Les traumatismes répétés des cheveux rendent les cheveux précédemment manipulés plus vulnérables aux traumatismes ultérieurs, ce qui fait que les cheveux se cassent plus facilement. Pour ces raisons, les patients peuvent croire à tort que la calvitie n'est pas liée à leur manipulation, mais qu'elle est causée par une sorte de maladie capillaire..

Ce comportement peut se produire volontairement ou souvent sans le savoir. Par conséquent, les réponses ambiguës du patient aux questions du médecin ne sont pas surprenantes et ne représentent pas une falsification délibérée. Pour comprendre la trichotillomanie, il est nécessaire de comprendre à la fois la biologie des cheveux et l'état psychologique du patient..

Trichotillomanie - causes

Trouble du contrôle des impulsions.

Le comportement compulsif qui conduit à la chute des cheveux n'a pas encore été pleinement expliqué, mais il peut être inclus dans la catégorie des troubles du contrôle des impulsions. Un comportement répétitif prolongé de manipulation des cheveux peut nécessiter un certain état mental, caractérisé par la tension et la satisfaction (euphorie) du processus de tirage des cheveux. Cependant, il ne suffit pas d'appeler la cueillette des cheveux une réponse purement compulsive. L'impulsion initiale peut être déclenchée par divers signaux dans l'esprit du patient..

Signaux internes.

Les signaux internes comprennent diverses émotions telles que la colère, la frustration et la solitude. Les signaux externes peuvent inclure un environnement dans lequel le patient a tendance à manipuler les cheveux sans interruption. Bien que la cause universelle de ces signaux soit inconnue, les relations familiales insatisfaisantes ou la perte de l'amour maternel sont le plus souvent évidentes, en particulier chez les enfants..

Trichotillomanie - traitement

Le traitement de la trichotillomanie chez les enfants est le rasage ou les cheveux courts, ce qui peut aider à arrêter ce comportement. Le rasage de la zone restreinte où les cheveux sont manipulés chaque semaine («fenêtre de croissance des cheveux») peut avoir les mêmes avantages diagnostiques et encourageants. Il ne faut pas oublier que tous les poils rasés (taillés) ne sont pas au stade de croissance active d'anagène, et cela peut prendre plusieurs semaines avant qu'une repousse complète ne soit notée..

Quant à la trichotillomanie chez l'adulte, le traitement est difficile et décevant et il est préférable de le faire dans les cliniques psychiatriques..

L'efficacité des antidépresseurs et des tranquillisants dans la trichotillomanie n'est pas claire. Des rapports bien documentés dans la littérature psychiatrique montrent que la clomipramine induit une amélioration à court terme chez les patients adultes gravement trichotillomanes et dont l'état de santé interfère avec leur vie quotidienne..

Pronostic du traitement de la trichotillomanie

Chez les très jeunes enfants, le pronostic pour le traitement de la trichotillomanie est excellent. À la fin de l'enfance et à l'adolescence, le pronostic est généralement bon, mais plus prudent que chez les jeunes enfants. Chez les patients adultes, le pronostic est mauvais et la guérison complète est rare.

Trichotillomanie chez les enfants et les adultes - comment arrêter de s'arracher les cheveux

Avez-vous déjà entendu parler de la trichotillomanie? Quelles sont les raisons de vous tirer les cheveux, ce qui affecte les enfants et les adultes?

Nous parlerons des caractéristiques et des traitements possibles de ce trouble obsessionnel-compulsif, généralement associé à un événement traumatique..

Qu'est-ce que la trichotillomanie

La trichotillomanie est un trouble d'origine psychosomatique, qui provoque chez une personne le désir et le «besoin extrême» de jouer avec les cheveux et d'arracher les cheveux de la tête. Il est associé à un traumatisme psychologique de l'enfance ou à des événements traumatiques de la vie adulte, c'est-à-dire qu'il peut affecter les enfants et les adultes.

À l'âge adulte, le trouble se manifeste principalement chez les femmes, tandis que dans l'enfance il touche plus souvent les hommes, aujourd'hui cette différence n'a pas encore été expliquée..

La trichotillomanie est une affection qui survient principalement chez les enfants et les adolescents. La tranche d'âge des enfants touchés va de 2 à 6 ans, mais il s'agit le plus souvent d'épisodes transitoires qui disparaissent avec le temps et ne devraient donc pas causer de problèmes particuliers.

A l'école primaire et à l'adolescence, le phénomène devient plus alarmant. En règle générale, l'apparition de la trichotillomanie coïncide avec le début de la puberté, dans laquelle l'enfant est confronté à de nombreux changements, à la fois au niveau physique (par exemple, l'apparition de la menstruation chez les femmes et un changement de voix chez les hommes) et au niveau social (passage de l'école primaire au lycée, par exemple).

Il n'est pas rare que la trichotillomanie non traitée dans l'enfance persiste même à l'âge adulte, mais il existe des situations dans lesquelles le trouble se manifeste chez l'adulte à la suite d'un événement traumatique..

Trois étapes de la trichotillomanie - comment elle se manifeste

Un sujet souffrant de trichotillomanie a tendance à tirer sur ses cheveux (mais ne peut parfois jouer qu'avec ses doigts ou se couper délibérément avec des ciseaux) lors d'un stress intense ou lors de l'exécution d'autres tâches, comme lire, regarder la télévision, parler au téléphone ou avant dormir le soir.

Selon la fréquence à laquelle le patient se déchire les cheveux, il existe trois étapes de la trichotillomanie:

  • De transition: survient uniquement lorsqu'il y a une période de stress sévère et passe avec la fin de l'événement stressant. Se produit généralement dans l'enfance et disparaît généralement spontanément.
  • Épisodique: apparaît chaque fois qu'un événement stressant pour le sujet survient.
  • Chronique: le patient se déchire les cheveux tous les jours, parfois même la nuit.

Exacerbation de la trichotillomanie

Cette dernière forme peut également entraîner une exacerbation de la maladie, lorsqu'une personne déchire non seulement les poils de la tête, mais également d'autres poils du corps: barbe, poils pubiens, cils, sourcils et autres poils à la surface du corps..

Comment diagnostique-t-on la trichotillomanie?

Selon le DSM, une directive qui décrit tous les troubles d'origine psychologique et psychiatrique, la définition correcte de la trichotillomanie est «tirer les cheveux en réponse à un état émotionnel». Cette directive définit également les critères diagnostiques qui permettent au médecin de poser un diagnostic correct:

  • Actes répétés d'arrachage de cheveux qui entraînent une perte de cheveux dans différentes zones du cuir chevelu.
  • Stressant immédiatement avant de tirer les cheveux ou lorsque la personne essaie de résister à l'envie.
  • Sentiment de plaisir et de bien-être lors de l'acte de tirer les cheveux.
  • Indépendance comportementale vis-à-vis d'autres maladies mentales ou de la peau.
  • Se sentir mal à l'aise avec d'autres personnes, à la fois dans un contexte social et sur le lieu de travail.

Causes psychologiques de la trichotillomanie

La source de la trichotillomanie est de nature psychologique et les raisons doivent être recherchées dans le passé et la vie quotidienne d'une personne. Certaines études ont tenté de prouver que la cause sous-jacente du trouble peut être héréditaire. Il s'est avéré que cela ne pouvait être vrai que dans 10% de tous les cas de trichotillomanie..

En général, la trichotillomanie peut survenir lorsque:

  • Situations familiales complexes: chez des sujets qui ont des situations familiales difficiles ou non résolues, par exemple des conflits dans la relation mère-fille. Cela peut être dû à une source de stress sévère chez les enfants qui peuvent être mal à l'aise. Il n'est pas rare que ce problème ne soit pas correctement traité dans l'enfance, tout comme la trichotillomanie chez les adultes..
  • Anxiété chronique et stress: chez les sujets qui souffrent d'anxiété chronique et de stress répétitif, en particulier lorsque des situations surviennent sous la pression environnementale (par exemple, à l'école).
  • Abus psychologiques ou sexuels: chez les personnes qui ont subi des abus psychologiques ou sexuels ou des brimades pendant l'enfance. Dans ce cas, la trichotillomanie peut se manifester à la fois dans l'enfance ou l'adolescence, en réponse à un événement traumatique, et à l'âge adulte à la suite d'un traumatisme psychologique..
  • Événements douloureux: chez les sujets traumatisés à la suite d'événements douloureux, tels que la perte ou la perte de l'amour.
  • Troubles de la personnalité: chez les sujets souffrant de troubles de la personnalité, de trouble obsessionnel-compulsif ou de dépression.
  • Troubles de l'alimentation: chez les sujets souffrant de troubles de l'alimentation tels que l'anorexie ou la boulimie.

Les trois derniers cas répertoriés sont les causes les plus fréquentes de trichotillomanie chez l'adulte..

Conséquences de la trichotillomanie

Les épisodes récurrents et la trichotillomanie chronique peuvent avoir de graves conséquences pour le corps humain.

Voici quelques exemples des effets de l'arrachage de cheveux:

  • Alopécie: L'arrachage constant des cheveux peut endommager gravement et irréversiblement les follicules pileux, provoquant une perte de cheveux dans la partie endommagée du cuir chevelu.
  • Dermatite: tirer les cheveux peut irriter le cuir chevelu et provoquer une dermatite.
  • Trichodinea: L'arrachage des cheveux peut provoquer une trichodinia, qui est une douleur au cuir chevelu. Elle est causée par une inflammation des follicules pileux du cuir chevelu.

Quels sont les traitements possibles?

Les traitements les plus efficaces contre la trichotillomanie

La thérapie psychologique est le traitement le plus couramment utilisé et le plus efficace contre la trichotillomanie..

L'une des techniques les plus couramment utilisées est la thérapie cognitivo-comportementale. Une telle thérapie est divisée en deux étapes principales:

  • Première phase, dans lequel le sujet, guidé par les instructions du thérapeute, trouve les facteurs provoquants qui ont conduit au développement de la maladie.
  • Seconde phase, dans lequel le patient, toujours avec l'aide du thérapeute, trouve des comportements alternatifs et positifs pour remplacer les comportements négatifs.

La thérapie cognitivo-comportementale fonctionne pour les patients souffrant de trichotillomanie à travers une variété d'approches:

  • Cognitive: Une approche cognitive cherche à restructurer la pensée du patient pour le rassurer qu'il peut abandonner au plus vite les comportements nocifs.
  • Environnemental: Dans cette approche, il faut reprogrammer l'environnement qui existe autour du patient, en supprimant, par exemple, tous les irritants possibles, les sources de stress et tous les outils tels que des pinces ou des ciseaux que le sujet peut utiliser pour tirer les cheveux.
  • Comportementale: le sujet évalue objectivement combien de fois par jour il s'arrache les cheveux et à quels moments. Ainsi, il s'observe et essaie de mettre fin aux comportements négatifs..
  • Sensoriel: Le patient apprend des techniques pour les aider à se distraire et à se concentrer de la traction des cheveux vers un comportement plus positif, jusqu'à ce qu'une diminution naturelle du stimulus se produise..
  • Émotionnel: Cette approche explique les techniques de relaxation et de gestion du stress que le patient peut utiliser..

La pharmacothérapie n'est presque jamais utilisée, uniquement dans les cas graves.

Traitement médicamenteux pour la trichotillomanie

Le traitement médicamenteux est utilisé très rarement, uniquement dans les cas graves de trichotillomanie. Différentes catégories de médicaments peuvent être utilisées, certains agissent au niveau systémique, d'autres au niveau local, dans ce dernier cas, l'action vise à stimuler la repousse des cheveux. Dans tous les cas, seul un médecin peut décider si vous avez besoin d'un tel traitement..

Parmi les médicaments utilisés pour la trichotillomanie, il existe des antidépresseurs tricycliques tels que la clomipramine et les suppléments de N-acétylcystéine, car des études récentes montrent que cet acide aminé peut aider à faire face à la pathologie dans 56% des cas, car il agit sur certains neurotransmetteurs du système nerveux central..

Le patient trichotillomanie nie souvent le problème et il est donc difficile de traiter le trouble. Lorsque vous comprenez que vous souffrez de trichotillomanie ou si vous constatez qu'un proche en souffre, vous devez contacter un psychologue qui pourra évaluer l'état du sujet psychologique et déterminer le traitement le plus approprié..

Trichotillomanie

La trichotillomanie est un trouble de l'attraction, qui se manifeste par une traction impulsive des poils du corps. Le principal symptôme est l'épilation de la tête, du visage, des bras, de la poitrine, de l'abdomen, des jambes, de la région pubienne. Les patients effectuent l'épilation avec leurs mains, une pince à épiler et une épingle. Le rituel de l'arrachage des cheveux est complété en jouant avec eux, en mangeant obsessionnellement (trichophagie), en se rongeant les ongles (onychophagie). Le diagnostic comprend un entretien et un examen avec un dermatologue, une conversation avec un psychiatre. Parmi les méthodes spéciales, trichogrammes, des questionnaires sont utilisés. Le traitement comprend l'utilisation de médicaments locaux, l'utilisation d'agents psychopharmacologiques, la psychothérapie.

Trichotillomanie

Le terme «trichotillomanie» vient du grec, traduit par «envie pathologique d'arracher les cheveux». L'auto-épilation est un autre nom du trouble. La classification internationale des maladies 10 révisions de la trichotillomanie en tant que pathologie distincte sont affectées à la rubrique «Troubles des habitudes et des impulsions» (classe «Troubles mentaux et du comportement»). C'est une maladie indépendante ou un symptôme de névrose, de trouble bipolaire, de lésions cérébrales organiques, de schizophrénie. La prévalence de l'autodépilation est de 1 à 5%, les filles de 11 à 16 ans prédominent parmi les patients. Les données épidémiologiques sont inexactes en raison de la tendance des patients à cacher le problème. Le déni de l'attraction pathologique est courant chez les hommes.

Causes de la trichotillomanie

Le désir d'arracher les cheveux se forme sous l'influence de facteurs externes et internes. Ceux-ci inclus:

  • Maladie mentale. La trichotillomanie peut se développer dans le contexte de la dépression, du trouble obsessionnel-compulsif, du trouble affectif bipolaire, de la schizophrénie, de la démence, du retard mental, de la psychopathie organique.
  • Caractéristiques psychologiques. Chez les personnes suspectes, impressionnables, anxieuses, coupables, le besoin de soulager le stress émotionnel se réalise par l'arrachage de cheveux.
  • Style parental. Des exigences élevées pour le comportement de l'enfant, les performances scolaires, le contrôle total, la surprotection, les reproches fréquents, la critique contribuent à la formation d'un sentiment de culpabilité et d'une faible estime de soi. L'auto-épilation devient un moyen de distraction, d'auto-punition.
  • Stress. Des expériences traumatiques intenses peuvent déclencher une trichotillomanie. Ce trouble débute souvent après le décès d'un être cher, un changement d'école, une perte d'emploi, un déménagement, un divorce ou un acte de violence.

Pathogénèse

Dans la pathogenèse de la trichotillomanie, les aspects psychologiques et physiologiques sont pris en compte. La surface de la peau est bien innervée par un réseau dense de fibres nerveuses afférentes et efférentes. En raison de sa haute sensibilité, il devient le centre de soulagement du stress, établissant le contrôle des émotions. En arrachant les cheveux, une personne ressent une douleur physique, qui détourne l'attention de la tension, de l'anxiété, de la dépression, réduit le sentiment de culpabilité, car elle est le résultat de l'auto-punition. Se livrant de la douleur à lui-même, le patient espère inconsciemment que les demandes, les reproches, les critiques, les accusations des autres deviendront moins prononcés. En revanche, dans des situations stressantes et psychotraumatiques, son propre corps reste la seule zone contrôlable. En effectuant des actions auto-agressives, les gens se rendent compte de la peur, de la colère, de la colère inexprimées.

Classification

La trichotillomanie (TTM) est subdivisée en plusieurs types. En fonction de l'âge des débuts, de la nature du cours, il y a:

  • TTM pour les enfants. Se produit chez les enfants de 2 à 6 ans, se termine souvent spontanément à la puberté.
  • TTM de l'adolescence. Se développe à l'âge de 11-15 ans, se déroule de manière chronique avec des rechutes, est associé à des névroses, des lésions organiques du cerveau.
  • Bidominal TTM. Le trouble se manifeste par deux pics cliniques: au préscolaire et à l'adolescence.
  • Adultes TTM. Flux rare et chronique avec rechutes fréquentes.

Il existe une classification de la trichotillomanie basée sur les caractéristiques du processus de tirage des cheveux. Il existe trois types de troubles:

  • Automatique. Les cheveux sont arrachés inconsciemment au cours d'une activité excitante, un stress intense. Les patients ne se souviennent pas de leurs actions, ils réagissent aux commentaires des autres avec étonnement.
  • Conscient. Les gens sont complètement concentrés sur l'action, ils l'exécutent selon les règles comme un rituel. Utilisation typique d'outils, élimination des cheveux déchirés d'une certaine manière.
  • Combiné. L'auto-épilation est effectuée consciemment périodiquement (le matin, après une douche, avant le coucher), inconsciemment - pendant les périodes de stress.

Symptômes de la trichotillomanie

Le trouble commence soudainement. Les enfants d'âge préscolaire effectuent une auto-épilation inconsciemment. Les enfants se tirent les cheveux lorsqu'ils regardent des dessins animés, lors d'un jeu passionnant, d'activités créatives, ainsi que dans des situations de stress - en cas de peur soudaine, de querelle parentale, d'écoute de reproches, de remarques critiques. Les lieux de défaite sont les zones fronto-pariétales, les sourcils. Les cheveux déchirés sont consommés par environ 10% des enfants. Il n'est pas difficile de détecter les actions de l'enfant - il ne les cache pas, ne masque pas le résultat.

Les écoliers et les adolescents se tirent les cheveux, réalisant le processus ou le résultat. Ils peuvent critiquer le trouble, se rendant compte que leurs actions sont anormales. Des tentatives sont faites pour contrôler le comportement. L'arrachage des cheveux se fait automatiquement avec vos doigts lorsque vous effectuez des activités de routine - lorsque vous lisez, écrivez, parlez au téléphone, regardez des films, des programmes télévisés. L'auto-épilation est volontairement réalisée avec un stress émotionnel accru: l'adolescent prend sa retraite, prépare des outils (pincettes, serviettes). Les zones communes sont le cuir chevelu, les sourcils, les cils, le pubis. Les centres d'amincissement, de calvitie sont masqués par les adolescents: les garçons et les filles commencent soudainement à porter des accessoires - écharpes, foulards, cagoules, chapeaux, chapeaux. Parfois, les parents découvrent accidentellement un foyer de calvitie, l'absence d'un fragment de sourcil.

Le tableau clinique de la trichotillomanie chez l'adulte est similaire à celui de l'adolescent. Tirage délibéré des cheveux, les tentatives de résistance aux actions compulsives prévalent. Les femmes en cachent les conséquences: elles préfèrent les vêtements à manches longues, les lunettes noires, font des faux cils, tatouent les sourcils. Les hommes nient avoir le trouble, expliquant la calvitie hormonale.

Complications

Le long cours de la trichotillomanie est compliqué par des troubles du comportement - le désir de cacher une habitude pathologique, le manque de cheveux oblige les patients à éviter les contacts sociaux. S'attendant au ridicule, aux questions des autres, ils préfèrent passer du temps seuls. Le risque de développer une dépression chronique, des troubles phobiques, de l'anorexie, de la boulimie, de l'alcoolisme, de la toxicomanie augmente. Parmi les complications somatiques, des infections locales sont détectées, provoquées par un contact fréquent des mains sales avec les muqueuses et la peau. La déglutition des cheveux entraîne une obstruction intestinale causée par la formation de «calculs capillaires» (trichobezoars).

Diagnostique

La base du diagnostic de la trichotillomanie est l'examen, la collecte de l'anamnèse. L'évaluation psychiatrique du trouble est effectuée par la méthode de la conversation clinique, l'observation du comportement du patient. Les critères diagnostiques sont:

  • Périodicité. La traction est effectuée à plusieurs reprises, systématiquement, accompagnée d'une perte de cheveux.
  • La résistance. Le patient tente d'arrêter d'agir. Le critère est pertinent pour les adolescents, les adultes.
  • Détresse. L'autoépilation s'accompagne de problèmes d'adaptation sociale, d'expériences négatives.
  • L'absence d'autres maladies. L'épilation ne peut pas être attribuée à une autre condition médicale ou à un trouble dysmorphique corporel (auto-épilation pour améliorer l'apparence).

L'examen psychiatrique est complété par un questionnaire. L'échelle d'autoextraction des cheveux et l'échelle de gravité de la trichotillomanie sont utilisées. Afin de déterminer les objectifs psychothérapeutiques, une étude complète de la sphère émotionnelle-personnelle, des relations intra-familiales est réalisée. L'examen dermatologique comprend l'examen et la trichoscopie - une méthode informatique pour diagnostiquer l'état des cheveux. Un dermatologue détecte les signes suivants:

  • Foyers de calvitie. Sur les sourcils, les zones velues du corps, la tête, les zones de cheveux clairsemés, la calvitie se retrouvent. Foyers de formes variées, multiples, uniques.
  • Condition de la peau. Dans les lieux de calvitie, la peau est normale ou rugueuse, sans desquamation. Croûtes possibles, vésicules purulentes, érythème, œdème.
  • État des cheveux. Une désignation claire de la bouche des follicules pileux est déterminée. Des cheveux de différentes longueurs, cassés, ressemblent à des points noirs, des soies.

À l'examen, les ongles sont souvent tranchants et brillants par frottement. Des recherches informatiques supplémentaires révèlent une densité réduite, des longueurs différentes, des cheveux tordus, des pointes fourchues (trichoptilose) sur des cheveux courts, des blocages folliculaires de type comédon, des cheveux courts en vellus, de la poudre capillaire (restes d'une tige capillaire endommagée), l'absence de cheveux naturellement modifiés (rétrécis vers les extrémités). Dans le diagnostic différentiel, un psychiatre exclut l'arrachage de cheveux comme symptôme de dysmorphophobie. Sont également exclus les cas d'autoépilation comme commande d'hallucinations auditives. Si le fait de tirer les cheveux est nié, un diagnostic différentiel des maladies endocriniennes (par exemple, l'alopécie) est effectué.

Traitement de la trichotillomanie

Le trouble est traité par un dermatologue, un psychiatre et un psychothérapeute. Il se compose des éléments suivants:

  • Psychothérapie cognitivo-comportementale. Le but de cette méthode est de remplacer un modèle de comportement pathologique par un modèle adaptatif. Au stade initial, le traitement cognitif a lieu: prise de conscience des pulsions, pulsions pour effectuer une action, reconnaissance des situations provoquantes, accompagnement des émotions. Ensuite, les techniques de relaxation sont maîtrisées, des stratégies de comportements alternatifs sont développées..
  • Psychopharmacothérapie. Les données sur l'efficacité de l'utilisation des médicaments sont controversées. Le psychiatre sélectionne un schéma thérapeutique, en tenant compte du tableau clinique du trouble, de la présence de maladies mentales concomitantes. Des antidépresseurs ISRS, des antagonistes des récepteurs opioïdes, des préparations de lithium, des anxiolytiques, des stimulants du SNC, des antipsychotiques peuvent être prescrits.
  • Thérapie locale. Le dermatologue établit un plan de traitement symptomatique. Des antiseptiques, des antibiotiques locaux, des anti-inflammatoires, des agents antifongiques (avec infection secondaire), des stimulants de la croissance des cheveux sont prescrits.

Prévision et prévention

La thérapie complexe pour la trichotillomanie donne un bon résultat. Le pronostic est favorable, chez les enfants d'âge préscolaire, le trouble est éliminé plus rapidement. La prévention dans l'enfance repose sur la sélection correcte des méthodes d'éducation: les enfants sujets à l'anxiété ne doivent pas être contestés, critiqués, blâmés, par rapport aux autres. Il est important de les soutenir, de leur donner confiance et de leur apprendre des moyens productifs de gérer le stress. Pour les personnes de tous âges, des actions sont recommandées pour réduire le stress émotionnel et physique - procédures aquatiques, sports, créativité.

Trichotillomanie: causes et traitement

La trichotillomanie est un trouble mental caractérisé par le désir obsessionnel d'une personne de s'arracher les cheveux. Dans certains cas, les patients peuvent manger leurs propres cheveux. Le développement de la pathologie est le plus souvent associé à des situations stressantes. La trichotillomanie est diagnostiquée, en règle générale, chez les enfants et les patientes.

Le traitement de la trichotillomanie est proposé dans le centre médical moderne de Moscou - Hôpital Yusupov. Les médecins de la clinique psychiatrique utilisent les dernières techniques médicales pour lutter contre ce trouble psychologique. Le traitement médical de la pathologie est effectué à l'aide de médicaments modernes de dernière génération, très efficaces et ayant un nombre minimum d'effets secondaires.

Trichotillomanie - qu'est-ce que c'est?

La trichotillomanie est une maladie mentale qui est essentiellement un trouble obsessionnel-compulsif. Ce trouble survient chez les enfants âgés de 2 à 6 ans et chez les femmes. L'évolution de la maladie chez les patients matures est assez sévère et difficile à traiter. Le plus souvent, les patients ont tendance à recourber les cheveux sur les doigts et à les retirer des cils, des sourcils et du cuir chevelu. Dans des cas plus rares, les patients arrachent les cheveux avec des pincettes et des épingles dans les bras, les jambes, le pubis et les aisselles. Tirer les cheveux aide les patients à échapper aux pensées dérangeantes et leur procure une sorte de sentiment de détente et de satisfaction..

Le lien entre le développement de la trichotillomanie et une prédisposition héréditaire est mis en évidence par le fait que la maladie affecte le plus souvent les personnes dont les parents proches ont été diagnostiqués avec cette pathologie. Souvent, ces patients ont l'habitude de mâcher et de se ronger les ongles..

Trichotillomanie: causes

Le développement soudain de la trichotillomanie peut être causé par les facteurs de provocation suivants:

  • situations stressantes - perte d'êtres chers, divorce, peur, scandales dans la famille;
  • névroses, dépressions, schizophrénie;
  • labilité émotionnelle et instabilité de la psyché;
  • traumatisme crânien et cérébral, commotion cérébrale;
  • traumatisme mental de l'enfance;
  • troubles hormonaux;
  • réactions allergiques aux médicaments;
  • anémie ferriprive, manque de cuivre dans le corps;
  • névrose des situations obsessionnelles;
  • alcoolisme et toxicomanie;
  • boulimie.

Trichotillomanie: symptômes

La trichotillomanie est une maladie mentale caractérisée par certains symptômes. L'habitude d'arracher les cheveux de la tête est le plus souvent inconsciente, inaperçue ou même niée par les patients. Il peut survenir brusquement en train d'être emporté par l'une ou l'autre action ou dans des situations stressantes. L'arrachement conscient des cheveux a lieu chez les patients sous la forme de rituels cachés aux êtres chers. Les personnes atteintes de trichotillomanie peuvent porter des perruques et des faux cils pour masquer les zones de cheveux déchirés. Les patients présentant de grandes zones de calvitie sont obligés d'exclure tous les contacts sociaux.

Trichotillomanie: traitement

Pour une compréhension claire des méthodes de traitement de la trichotillomanie, le patient doit reconnaître sa maladie et être prêt à la combattre. Les patients pédiatriques se voient proposer un traitement sous forme de jeu, au cours duquel l'enfant partage ses craintes avec le psychothérapeute. Des situations plus complexes nécessitent l'utilisation de l'hypnose, au cours de laquelle le médecin instille de la douleur au patient pour qu'il arrache les cheveux. On apprend au patient à arrêter de tirer les cheveux, ce qui peut être aidé en serrant les doigts dans un poing quand il y a un désir de tirer les cheveux de la tête.

L'utilisation d'un traitement médicamenteux sans séances de psychothérapie est considérée comme inefficace. Les médicaments aident à augmenter le taux de sérotonine et d'hormones du plaisir (endorphines) dans le sang. L'anafranil, la fluoxétine, d'autres antidépresseurs les plus récents et des complexes vitaminiques sont utilisés comme moyen de traitement médicamenteux dans la clinique psychiatrique de l'hôpital Yusupov..

Les lésions de calvitie sont restaurées avec des stimulants de croissance capillaire (minoxidil, etc.).

Trichotillomanie: traitement à domicile

Afin de faire face à la trichotillomanie à domicile, il est conseillé aux patients souffrant de cette pathologie de porter un bonnet de gélatine spécial pendant le sommeil, d'utiliser un appareil à doigt.

La médecine alternative peut également être utilisée, par exemple: une tête d'ail hachée est versée avec de l'huile végétale (1 verre). Du jus de citron est ajouté au mélange. La composition doit être prise trois fois par jour, en cuillères à café. Les patients adultes peuvent ajouter un peu de cognac au mélange. La durée du traitement doit être d'au moins trois mois.

De plus, le sport, la natation, le yoga sont recommandés. Les longues marches, dont la durée est de 1,5 heure ou plus, ont une excellente efficacité..

Avant de vous coucher, vous devriez boire des infusions aux herbes, qui ont un effet apaisant et améliorant l'humeur: une décoction d'agripaume, de mélisse, de millepertuis, de valériane.

Trichotillomanie: conséquences

La trichotillomanie est une maladie qui, en l'absence de thérapie appropriée, conduit inévitablement le patient à l'isolement social. C'est une pathologie qui peut interférer avec la vie normale: marcher dans la rue, visiter des établissements médicaux, d'autres lieux publics, travailler en équipe. La trichotillomanie s'accompagne inévitablement d'une détérioration de l'état mental, d'apathie, d'anorexie, de dépression. Le fait de tirer les cils peut blesser les paupières et les muqueuses des yeux, entraînant une conjonctivite et une blépharite. Si le patient a tendance à manger des cheveux, le risque de maladies dentaires et intestinales augmente - les cheveux ne peuvent le plus souvent sortir seuls, ce qui nécessite une intervention chirurgicale..

Trichotillomanie

La trichotillomanie est considérée comme une pathologie assez rare, diagnostiquée chez seulement 2% de la population mondiale. Il est à noter qu'absolument chaque personne peut souffrir de la maladie, quel que soit son âge et son sexe..

Dans la grande majorité des situations, la maladie est la conséquence d'un stress ou d'un traumatisme psychologique. En outre, les médecins identifient plusieurs autres facteurs prédisposants qui contribuent au développement de la maladie..

Le principal signe clinique est le fait même de s'arracher les cheveux, qui se produit dans le contexte d'une forte volonté de le faire. Après un tel processus, on observe un calme et un sentiment de satisfaction. Néanmoins, le fait même d'arracher la racine des cheveux reste inconscient..

Le diagnostic est effectué par un psychothérapeute et les informations obtenues lors d'un examen physique approfondi de la tête et d'autres parties poilues du corps, ainsi que d'une enquête détaillée du patient sont prises comme base.

La maladie peut être guérie à la fois à la maison et par le travail à long terme d'un spécialiste auprès d'une personne malade. De plus, l'élimination du facteur provoquant joue un rôle important dans la thérapie..

Étiologie

Un tel trouble ne peut pas être de nature congénitale - il est toujours secondaire, c'est-à-dire qu'il se développe progressivement dans le contexte d'autres troubles.

Le plus souvent, la trichotillomanie est le résultat d'une exposition prolongée à des situations stressantes, à un choc nerveux sévère ou à un traumatisme psychologique subi pendant l'enfance ou la petite enfance..

De plus, parmi les facteurs prédisposants, il convient également de souligner:

  • schizophrénie;
  • psychisme instable ou brisé;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • changements morphologiques dans la structure du cerveau;
  • Déséquilibre hormonal;
  • diminution de la concentration de sérotonine dans le corps;
  • l'évolution de l'un des types de trouble obsessionnel-compulsif;
  • carence en substances telles que le cuivre ou le fer;
  • névroses et contusions;
  • intolérance individuelle à toute substance médicamenteuse ou prise de médicaments à long terme;
  • évolution chronique de l'amygdalite;
  • maladies de sécrétion interne;
  • un désir délibéré de se blesser pour réduire le stress psycho-émotionnel. Souvent, après cela, il y a un sentiment de satisfaction, qui a une relation avec les endorphines, qui sont libérées dans le sang lorsque la douleur survient;
  • un large éventail de processus inflammatoires.

Il est à noter que les représentants de la moitié la plus faible de l'humanité sont le plus souvent soumis à un tel désordre, en particulier ceux de plus de 30 ans. Quant aux hommes, ils ont souvent une maladie telle qu'une complication de l'une des pathologies ci-dessus.

Il est extrêmement rare que les experts parlent de la forme infantile de la maladie, qui survient le plus souvent dans la période de 2 à 6 ans. Dans de telles situations, une situation psychologique défavorable dans la famille agit comme un facteur prédisposant à ce type de névrose obsessionnelle..

De plus, l'effet d'une prédisposition génétique n'est pas exclu - des mutations dans certains gènes peuvent indirectement affecter la formation d'une telle maladie.

Classification

Il est habituel que les spécialistes distinguent les formes suivantes de trichotillomanie chez les enfants et les adultes:

  • transitoire - il diffère en ce qu'il s'agit d'un phénomène temporaire qui apparaît après des tensions ou des expériences fortes précédemment subies;
  • épisodique - dans de tels cas, une attaque d'un fort désir inexplicable de s'arracher les cheveux est répétée à chaque fois, lorsqu'une situation tendue survient pour une personne en particulier;
  • chronique - souvent diagnostiqué chez des patients souffrant d'un trouble de la personnalité. Dans ce cas, l'arrachage des cheveux sur la tête ou d'autres parties du corps est effectué même pendant le sommeil.

Symptômes

La principale manifestation clinique de la pathologie, quelle que soit la cause de la trichotillomanie, est l'arrachage de cheveux. Dans la grande majorité des situations, le cuir chevelu est affecté par la maladie, mais dans certaines situations, les gens arrachent les cheveux:

  • sourcils et aisselles;
  • épaules et poitrine;
  • barbes et moustaches;
  • aine et cils.

De plus, les signes suivants peuvent être attribués au tableau clinique:

  • le plus fort désir d'arracher les cheveux - il disparaît complètement ou ne s'affaiblit que légèrement après la réalisation d'un tel processus. Dans ce cas, la tension sera remplacée par d'autres sentiments, par exemple, la relaxation et la satisfaction;
  • l'émergence de l'envie de se faire du mal se produit souvent lorsqu'une personne malade s'ennuie ou est obligée de répéter des actions monotones. Moins fréquemment, la trichotillomanie est une réponse au stress ou à un traumatisme psychologique;
  • le processus d'arrachement des cheveux lui-même est très souvent inconscient;
  • la trichotillomanie est un rituel. Avant de se retirer, certains patients enroulent les cheveux autour de leur doigt, d'autres les mangent après les avoir retirés;
  • l'ajout d'autres troubles, par exemple, ces personnes ont souvent l'habitude de se ronger les ongles ou de se ronger la peau;
  • trouble du sommeil et refus total de manger.

En outre, l'un des signes les plus frappants de la maladie comprend également l'alopécie partielle ou complète, c'est-à-dire la calvitie. Afin de masquer ces défauts, les patients sont souvent obligés de porter une perruque ou de faux cils. Si un tel syndrome est excessivement prononcé, une personne peut complètement refuser de communiquer avec d'autres personnes et minimiser sa vie sociale..

Diagnostique

Seul un psychothérapeute peut poser le bon diagnostic et découvrir les causes de la trichotillomanie. Les manipulations suivantes sont à la base des mesures de diagnostic:

  • l'étude des antécédents médicaux du patient et de sa famille immédiate - cela est nécessaire pour découvrir quel facteur pathologique a influencé le développement d'une telle maladie;
  • la collecte et l'analyse de l'histoire de la vie - cela devrait inclure des informations concernant la prise de médicaments, la nutrition, avec lesquelles le corps humain reçoit souvent des nutriments, ainsi que le stress ou la surcharge nerveuse subis plus tôt;
  • un examen approfondi des zones couvertes de poils - pour établir la gravité de la maladie;
  • une enquête détaillée sur le patient et, s'il est impossible de le faire, les proches du patient - pour que le clinicien obtienne des données sur le moment où les symptômes caractéristiques sont apparus pour la première fois et avec quel degré de gravité ils apparaissent.

Si, après les mesures ci-dessus, il n'est pas possible d'établir un facteur étiologique provoquant, alors en plus de telles procédures générales de laboratoire et instrumentales peuvent être nécessaires:

  • test sanguin clinique et biochimique général;
  • tests hormonaux;
  • tests génétiques;
  • Radiographie et échographie du crâne;
  • CT et IRM.

Traitement

Il est d'usage de se débarrasser d'une telle maladie en utilisant des méthodes conservatrices, basées sur l'aide d'un psychothérapeute. Une psychothérapie individuelle peut être prescrite au patient, mais des séances de groupe avec un clinicien sont souvent utilisées pour obtenir le meilleur effet..

Pour augmenter l'efficacité du traitement psychothérapeutique de la trichotillomanie ou en cas d'inefficacité, les médicaments suivants peuvent être utilisés:

  • tranquillisants;
  • sédatifs;
  • inhibiteurs sélectifs des récepteurs de la sérotonine;
  • médicaments contenant des hormones;
  • les antidépresseurs;
  • complexes de vitamines;
  • médicaments visant à restaurer le métabolisme.

Leur efficacité dans le traitement d'une telle maladie a été prouvée:

  • thérapie à la paraffine;
  • hypnose;
  • cryothérapie;
  • vous raser la tête chauve;
  • Irradiation aux rayons X de la peau afin d'influencer les racines de la moelle épinière, ce qui a un effet positif sur le système nerveux.

Pour restaurer l'état émotionnel, des remèdes populaires peuvent être utilisés. Ainsi, le traitement à domicile de la trichotillomanie comprend l'utilisation de:

  • huile d'ail;
  • un mélange de zeste de citron et 12 noyaux d'abricot;
  • médicaments à base d'huile de tournesol, de jus de citron et d'une cuillère à café de cognac.

Vous pouvez également lutter contre l'obsession de vous arracher les cheveux en choisissant des méthodes de relaxation alternatives, comme faire du sport, des loisirs ou aller au théâtre..

Il est à noter que toute option de traitement de la maladie doit avoir lieu sous la stricte surveillance des cliniciens..

Complications possibles

L'arrachage systématique des cheveux entraîne une calvitie totale ou partielle, mais c'est loin d'être la seule et non la plus dangereuse conséquence. Souvent, la trichotillomanie conduit à la formation de telles complications psychosociales:

  • isolement complet de la société;
  • peur d'être en société;
  • état dépressif;
  • autisme de style de vie;
  • refus de manger de la nourriture;
  • anxiété constante et déraisonnable;
  • sautes d'humeur fréquentes.

De plus, le danger de la maladie est caché dans la formation de:

  • infection du globe oculaire lors de l'extraction des cils;
  • les affections intestinales et dentaires associées à l'ingestion de cheveux;
  • la formation de calculs, qui ne peuvent être éliminés que par chirurgie;
  • lésions cutanées inflammatoires et infectieuses aux endroits où les poils sont arrachés;
  • abcès et septicémie.

Prévention et pronostic

Pour que les gens n'aient pas de problèmes avec la façon de traiter la trichotillomanie, il convient de respecter les règles préventives suivantes:

  • éviter les blessures à la tête;
  • contrôle des niveaux hormonaux;
  • un apport adéquat d'aliments enrichis en fer et en cuivre;
  • utilisation rationnelle des médicaments dans le strict respect des recommandations d'un spécialiste;
  • créer une atmosphère psychologique favorable dans la famille;
  • détection précoce et traitement complet des affections qui peuvent conduire au développement d'une telle déviation;
  • passage régulier d'un laboratoire complet et examen instrumental dans un établissement médical.

Le pronostic et le succès de la thérapie dépendent entièrement du facteur étiologique d'un tel trouble. Souvent, l'application complexe et à long terme des méthodes ci-dessus, comment se débarrasser de la trichotillomanie, donne un résultat favorable. Néanmoins, même la moindre violation des recommandations cliniques du médecin traitant peut entraîner des complications qui, dans certains cas, peuvent entraîner la mort. Cependant, cela arrive assez rarement..